Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

La maison des Vettii est une ancienne demeure réhabilitée en l’an 62. Après un important séisme cette même année, rapporté par Suetone dans sa "Vie de Néron", l’élite quitte Pompéï pour d’autres lieux … ce vide permet aux nouveaux riches de s’y installer.

C’est le cas des Vettii, Aulus Vettius Restituts et Aulus Vettius Conviva, deux affranchis devenus marchands de vin qui ont acquis cette demeure et  vont ainsi pouvoir étaler leur nouveau statut de notables.

C'est sans doute la plus belle maison de Pompéï. Contrairement à l’usage en cours de réserver le rez-de-chaussée à une boutique ou un commerce, cette maison, située dans un quartier calme de Pompéï ne possède aucune pièce le long d’une rue principale.

casa_vettii_pompeya_ebg01.jpgPompéï - Maison des Vettii : le triclinium / oechus ouvre sur le jardin et son péristyle - photo E. Barragan / Italica romana.

Fidèlement reconstituée (on a été jusqu'à rétablir le toit de l'atrium), elle comporte un délicieux jardin embelli de statuettes, de vasques, de jets d'eau. Les fresques du triclinium représentant des scènes mythologiques et des frises d'amours occupés à des tâches quotidiennes, figurent parmi les plus jolies de l'Antiquité.

triclinium-Casa-dei-Vettii---xs4all.nl.JPGPompéï - Maison des Vettii : peintures murales du triclinium / oechus, avec la "frise des amours" - photo xs4all.nl

Elles sont situées dans une pièce ouverte sur le jardin et son péristyle. Les parois sont décorées dans la " quatrième style " (*), caractérisé par un socle rouge et noir avec figures et guirlandes. Une frise avec des amours occupés à diverses activités est située à hauteurs des yeux des convives (couchés), une zone centrale constituée de champs rouges avec des figures flottantes, divisée par des candélabres (des colonnes) avec fond noir. Le sol est recouvert de mosaïques blanches, cernée par un motif serpentant et un liseré noirs.

Estampe-de-pompei-Casa-dei-Vettii---litho-De-luca-bartello.jpgPompéï - Maison des Vettii : Les Amours dans une course de chars
Lithographie en couleurs de De Luca, Bartelloni, d'après les relevés du prof. Discaramo, édités par Negenborn et Bokwinkel à Naples. Hauteur : 11,8 cm - Largeur : 44,5 cm.  - Vers 1900.

 

Brogi-_Carlo_-1850-1925-_-_n._11241_-_Pompei_-_Domus_Vettio.jpgPompéï - Maison des Vettii : Les Amours dans une course de chars- Doc. photo Carlo Brogi (1850-1925)

 

foto-vettii73---Giovanni-Lattanzi---archart.it.JPGPompéï - Maison des Vettii : Les Amours dans une course de chars- Détail - photo Giovanni Lattanzi / Artchart.it

 

Estampe-de-pompei-Casa-dei-Vettii---litho-De-luca-copie-1.jpgPompéï - Maison des Vettii : Les Amours vendangeurs
Lithographie en couleurs de De Luca, Bartelloni, d'après les relevés du prof. Discaramo, édités par Negenborn et Bokwinkel à Naples. Hauteur : 11,8 cm - Largeur : 44,5 cm.  - Vers 1900.

Ces fresques sont précieuses pour comprendre les techniques vinicoles pratiquées sur les flancs du volcan avant son éruption.

Cette pièce porte le nom d’oecus, l’équivalent d’un salon dans une maison romaine, utilisé occasionnellement comme triclinium pour des banquets.

Le 24 août 79, le Vésuve entre en éruption et recouvre Pompéï de cendres et de ponces … préservant cette demeure jusqu’en septembre 1894, date du début de l’excavation qui dura deux ans.

Sommer-_Giorgio_-1834-1914-_-_n._3002_-_Pompei_-_Ultimi_sca.jpg

 

Sommer-_Giorgio_-1834-1914-_-_n._3002_-_Pompei_-_U-copie-1.jpgPompéï - Maison des Vettii - photos de l'excavation du jardin et du péristyle entre 1894 et 1896 - doc. Sommer Giorgio (1834-1914)

 (*) : les peintures murales de Pompéï sont divisées en quatre différentes périodes, d’après une classification d’Auguste Mau en 1882. Les premier et second styles sont caractérisés par le placement des peintures dans des espaces de mur délimités. Le troisième style est marqué par l’inclusion de dieux et héros dans les peintures, avec un  côté mythologico-narratif. Le quatrième style est plus axé sur l’ambiance et la décoration, avec des zones centrales de murs divisés en panneaux séparés par une perspective architecturale élaborée. 

759px-Brogi-_Carlo_-1850-1925-_-_Pompei_-_Domus_Vettiorum_-.jpg

 Pompéï - Maison des Vettii : le jardin et son péristyle reconstitués - peu après 1896 - photo
Carlo Brogi (1850-1925) - "Pompei. Domus Vettiorum Veduta del peristilio".  Numero di catalogo: 9711.

 

Sources :

Merci à Damien Becquart de m'avoir inspiré le sujet.

- The house of the Vettii - link  

- Archart – Pompeï – Casa of the Vettii - link  

- Expertissim.com - Pompéï, casa dei Vettii - deux planches de décor - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Dans les Monts Dore, Saint Nectaire est un authentique village, remarquable pour ses sources thermominérales, son fromage et son art roman ! Un éclectisme qui la distingue d’autres cités thermales.

 

St-Nectaire---le-site---Jacques-Henri-Bayle.jpg             Saint-Nectaire - Fontaines Pétrifiantes de Saint-Nectaire - photo Jacques-Henri Bayle

 

Les thermes Gallo-romains :

Redécouvertes au début du 19°siècle, les grottes du Cornadore sont creusées dans du granite vieux de 340 Ma. Elles sont le lieu d’émergence de sources hydrothermales bicarbonatées. L’âge mesuré sur une stalactite, 2.000 ans, l’organisation des salles (tépidarium, caldarium) et la présence de cuves de bains en attestent l’usage ancien.

 

St-Nectaire-groote-du-Cornadore---2----promoresa.jpg    Saint-Nectaire - grotte de Cornadore: cuves de bain d'époque romaine - photo promosera

 

Les fontaines pétrifiantes :

Depuis 200 ans, les sources thermominérales d’origine volcanique sont exploitées pour la fabrication de bas-reliefs en calcaire et le recouvrement par celui-ci d’objets divers. Sept générations se sont transmis ce savoir-faire.

Les eaux de deux émergences (température de 18 à 52°C), à débit constant (39 l./min) se mélangent pour former une succession de petits lacs tièdes (30°C) ; elles circulent ensuite dans de petits canaux remplis de copeaux de bois, favorisant la précipitation des oxydes de fer et le dégagement partiel du gaz carbonique.

 

St-Nectaire-fontaine-petrifiante---la-gazette-des-champs.jpg

Saint-Nectaire - La fontaine pétrifiante : on distingue les arrivées d'eau au dessus de l'escalier (sous le niveau de la galerie) - photo La gazette des champs.

L’eau chargée en carbonates cascade sur 14 mètres de hauteur sur un escalier de bois dont les marches sont garnies de moules souples, fabriqués sur le site … il faut entre 6 mois et 2 ans pour les recouvrir d’une couche carbonatée brillante.

"L'amour enchaîné par les nymphes"  - oeuvre des Ateliers  de la Fontaine Pétrifiante. / www.fontaines-petrifiantes.fr

A.T.D_L-Amour_enchaine_par_les_nymphes.jpg

 

Le Mont Cornadore est le berceau de cultes divers depuis le néolithique : un dolmen en granit y est érigé, et selon la légende, des fées résidaient dans les grottes du mont, avant que Nectaire n’y prêche la religion chrétienne à la fin du 3° siècle. (http://www.terres-romanes-auvergne.com/saint-nectaire.html)

Il y fit bâtir une première église, qui accueillit ses reliques après sa mort. L’actuelle église romane, en trachyte gris clair, y fut construite au 12° siècle, et domine le village. Les chapiteaux, au canon trapu hérité de la tradition gallo-romaine, offrent plus de cent figures exceptionnelles.

saint-nectaire--terres-romanes.jpg                       Saint-Nectaire : chapiteaux romans du coeur - photo Terres romanes.

 

La commune a donné son nom à des fromages appréciés des gourmets et gourmands. C’est l’onctuosité de sa pâte et son délicat goût de noisette qui SaintNectaire---Promking.jpgfirent sa renommée.

Photo Promking.

 

Introduit à la cour de Louis XIV par le Maréchal de France Henri de Sennecterre (1600-1681), le Saint-Nectaire eut les faveurs du roi Soleil. Fromage paysan par excellence, fabriqué encore aujourd’hui bien souvent par les femmes, le Saint-Nectaire fut appelé jusqu’au 17e siècle "fromage de seigle " car il était affiné sur de la paille.

 

Sources:

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et de Larouzière - éd. Delachaux & Niestlé

- Saint-Nectaire - grottes du Cornadore - link

- Fontaines pétrifiantes de St Nectaire - link

- Fromages d’auvergne – fromage AOP Saint-Nectaire - link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Banne d'Ordanche - Telemaque MySon                         La Banne d'Ordanche - photo telemaque MySon


La Banne d’Ordanche est un sommet issu d’une éruption de trachyandésite. Ce volcan strombolien, apparu il y a 2 millions d’années environ, a subi une forte érosion par le ruissellement, par le vent et la gélifraction, qui lui laisse une étrange silhouette culminant à 1.512 mètres. Les talus d’éboulis sur le flanc sud date de la glaciation de Würm ( ~70.000 à 10.000 ans avant JC.) La Banne est un terme occitan signifiant " la corne ".

Son sommet, accessible par un escalier en bois, offre un panorama à 360° sur les Monts Dore, les monts du Cantal et la Chaîne des puys.

 

Banne d'Ordanche - Franchomme                                   La Banne d'Ordanche - photo SVT / Franchomme


La Banne d’Ordanche a donné son nom à une roche magmatique volcanique, l’ordanchite : une téphrite à haüyne.

Les téphrites sont des roches volcaniques basiques, de teneur basse en SiO2, teneur en alcalins (Na2O+K2O) de 3-9% pds et forte teneur en fer et Magnésium.

 Ordanchite---Damine-Mollex---ENS-Lyon.jpg

                                    Ordanchite - photo Damien Mollex / ENS Lyon lithothèque

 

Le massif des Monts Dore est parsemé de lacs d’origine volcanique. Certains correspondent à des maars, d’autres sont des lacs de barrage volcanique.

 

Lac-Guery-et-roche-tuiliere---phil.-houbart-centerblog.gif                    Le lac de Guéry et la roche Tuilière - photo Philippe Houbart / centerblog


Le lac de Guéry : un exemple de lac de barrage et d'érosion glaciaire.

Il est également le plus haut lac d'Auvergne à 1250m d'altitude. (Superficie 26ha - profondeur 17m.)
C'est un lac de barrage créé par une coulée de lave basaltique, il y a 2,2 Ma d'après la datation de sa Labradorite ; les glaciers ont également eu un rôle déterminant en sur-creusant les roches : il s'agit de l'érosion glaciaire.

La fusion glaciaire lors d'éruptions ultérieures peut expliquer l'abondance de produits hyaloclastiques aux environs du Guéry.


Propriété d'EDF, autrefois appelée "Société de l'énergie industrielle", cette dernière entreprit à la fin du XIXème siècle un rehaussement du niveau du lac grâce à une digue de 8m., afin d'apporter l'eau du Guéry jusqu'à la centrale électrique du Mont-Dore, produisant l'électricité pour le Funiculaire du Capucin.

 

Chaque année, début mars, lorsque le lac est gelé, des pêcheurs venus de toute la France et des pays voisins s'adonnent à une pratique originale : "la pêche blanche". Un évènement insolite où chacun creuse son trou dans la glace à l'aide d'une vrille, puis lance sa ligne eschée d'un lombric, d'une teigne ou d'un petit vif pour une bonne partie de pêche hivernale ! Truites fario et arc en ciel, saumons de fontaine, ombles chevaliers, perches, brochets, carpes, gardons, tanches, gougeons peuplent ce lac.

 

Le lac pavin : un exemple de maar

Le cratère d'explosion du Pavin découpe à l'emporte-pièce le socle, les anciennes coulées trachyandésitiques issues du Massif des monts Dore et le coulée nord-est du Montchal. Il est occupé par un maar aux parois abruptes, de 750 mètres de diamètre, 92 mètres de profondeur.

Cet exemple a été analysé dans la série sur les lacs de cratère - lien.

 


Puy-de-Monchal-et-Pavin---vues-aeriennes-super-besse.JPG       Le Montchal, cône strombolien boisé, et le lac Pavin - photo "vues aériennes super-Besse".

 

Sources:

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - M. Krafft et de Larouzière aux éd. Delachaux & Niestlé

- Photos SVT - Jean-Luc Franchomme PEGC (SVT - Sciences Physiques) - Académie de Lille  - Photos libres de droit  pour tout usage pédagogique

- Lithothèque Auvergne - Col de Guéry / hyaloclastites 

 - BRGM - Pavin-Montchal - link

- Activolcans - les dernières études sur le lac et le volcan - colloque de 2009

- Planète Terre - les mystères du lac Pavin - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques


Indonésie- Paluweh (Rokatenda) :

Après l’élévation du niveau d’alerte aviation au rouge le 03.02.2013 par le VAAC Darwin et l’estimation d’un panache à 13 km. de hauteur, il est certain que le dôme, en croissance depuis novembre 2012, a connu une explosion importante. Des cendres sont retombées sur Florès au sud, et des images satellites montrent que le versant sud de Palue a été impacté par des retombées. Le journal Metronews indique une activité en baisse après cette explosion.


Des centaines de personnes ont quitté spontanément l’île par bateau dès le dimanche 03.02 ; Plus de 2.000 personnes ont été ensuite évacués vers Maumere, la capitale du royaume de Sikka, où elles sont abritées dans quatre camps de secours. Des nouvelles locales rapportent des infections des voies respiratoires supérieures et des diarrhées chez les réfugiés de l’île. (Palce Amalo / PBU)

Certains habitants sont retournés depuis vers l'île qu'ils avaient quitté, pour apporter une aide alimentaire sommaire aux familles et animaux qui n'ont pas évacué.


Vidéo du dôme et de ses effondrements en fin 2012 / Photovolcanica


 

Sicile – Etna :

Durant la journée du 4 et la nuit du 5 février, le nouveau cône sud-est a été le siège de bouffées de cendres, et de quelques projections, en rapport avec un trémor instable.

Le 6 février, le tracé du trémor a connu une hausse exponentielle brève ; la couverture nuageuse ne permet pas de visualiser l’activité en cours, qui devrait toucher la Bocca Nuova.

 

2013.02.05-20h35-Etna.jpg                 Activité strombolienne au nouveau cratère sud-est (NSEC) - 05.02.2013 / 20h35

  2013.02.06-BN---ECPNZ-copie-1.gif

                         Brève montée du trémor le 06.02.2013 - doc. INGV Catania / ECPN


Italie – Champs phlégréens :

L’Osservatorio Vesuviano signale dans un rapport du 2 février (consécutif à une visite de terrain du 31.01.2013) l’ouverture d’un évent, expulsant gaz et eau à température d’ébullition jusqu’à une hauteur de 4-5 mètres, dans le champ fumerollien de Pisciarelli (à la limite entre Naples et Pozzuoli).

Cet évènement est à mettre vraisemblablement en rapport avec les fortes pluies des récents jours ; la zone de Pisciarelli est sous monitoring depuis mai 2011.

 

 

 

Chili – Puyehue / Cordon-Caulle :

Une découverte faite par un team de géologue en visite sur la coulée du volcan en janvier 2013.

Ils ont constaté que la lave est toujours en mouvement, bien que l’éruption ait stoppé. L’obsidienne qui la compose n’est pas complètement rigide : elle peut couler, même à l’état solide ! Plus haute est la température, plus vite un verre peut se déformer, spécialement à une température proche du point de fusion. Le volcanologue Hugh Tuffen  a décrit ce phénomène : " le son de l’obsidienne avançant est fascinant, et je n’ai jamais rien entendu de tel … une succession de sons de fracturation lamellaire, comme si un bol de riz soufflé était fait de milliers de plaques fragiles qui se cassent en permanence … L’intérieur chaud de la coulée de lave vitreuse, isolé par une enveloppe solidifiée, lui a permis de continuer de continuer à suinter durant sa descente.


puyehue_ali_2013.01.13.jpgLa coulée d'obsidienne du Puyehue - Cordon-Caulle  - NASA Earth Observatory image by Jesse Allen and Robert Simmon, using EO-1 ALI data from the NASA EO-1 team. Caption by Robert Simmon. - Instrument:  EO-1 - ALI - 13.02.2013.

 

Chili – Copahue :

Le Sernageomin continue à enregistrer une importante sismicité, liée à des mouvements de fluides et de la fracturation de roches, associée en surface à un abondant dégazage.

 

Kamchatka - Tolbachik

Aucun changement dans le type d'activité du Tolbachik, toujours en cours.

Deux photos récentes par ratbud.livejournal

 

2013.02---photokamchatka.jpg 

144350-ratbud.livejournal.jpg

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Roches_tuiliere_et_sanadoire---Thierry-46-copie-1.jpg

                        Les roches Tuilière et Sanadoire  - photo Thierry46

 

A 12 km. au nord du Mont Dore, deux necks volcaniques pointent d’une vallée glaciaire au fond de laquelle affleure localement le socle granitique.

Cette vallée est barrée au nord par des épanchements de lave : une coulée de basalte et une de doréite, venants de l’ouest et une troisième, d’ordanchite, venant de l’est.

Ces protrusions, hautes de 1290 mètres, se sont formées il y a environ 2 millions d’années. Les magmas visqueux, phonolitiques, n’ont pu se déverser latéralement pour former des dômes … ils sont montés verticalement, comme des pistons, en conservant le diamètre du cratère, dans le cas de la Roche Tuilière, en une seule venue, dans le cas de la Roche Sanadoire, en plusieurs venues.

 

Lassolas_Aydat-029.jpg

Lassolas_Aydat-030.jpg

 

 


 

Schéma de formation des roches Tuilière (à gauche) et Sanadoire (à droite)doc. Jean-Luc Franchomme PEGC (SVT - Sciences Physiques) - Académie de Lille

 

La roche Tuilière présente sur son flanc est des orgues de phonolite à néphéline. Ils se laissent débiter en plaques minces et régulières, les lauzes, exploitées pour la couverture des bâtiments régionaux… d’où son nom. Les carrières ont été abandonnées depuis plus d’un siècle.

 

Lassolas_Aydat---La-roche-tuiliere.jpg

    La roche Tuilière - doc. Jean-Luc Franchomme PEGC (SVT - Sciences Physiques) - Académie de Lille

 

Roche-Sanadoire---2----JL-Franchomme.jpgLa roche Sanadoire -  doc. Jean-Luc Franchomme PEGC (SVT - Sciences Physiques) - Académie de Lille


La Roche Sanadoire, la "roche sonnante ", doit son nom à cette caractéristique musicale de la phonolite, qui résonne quand on la frappe. Elle présente sur ses flancs de petites orgues formant des gerbes, formée de phonolite à analcime et à noséane (bleue à l’origine, devenant par altération rouge brique).

Un château occupait le sommet au moyen-âge, comme en atteste des textes médiévaux. Il servit de repaire aux mercenaires amenés par les Anglais, qui ravagèrent la contrée pendant la guerre de Cent ans. En 1477, un tremblement de terre secoua la région, provoqua l’effondrement de la partie sommitale et effaça toutes traces du château.


D’autres affleurement de phonolyte prismée existe à la carrière Monneron, entre le Mont Dore et La Bourboule (en bordure de la D996) . Il s’agit d’un dôme de trachyphonolite à noséane, daté de 3 Ma,  traversé par un dyke de trachyte, daté de 2,55 Ma.

 

Monneron-carriere---volcanogeol.jpg                          Carrière de Monneron - dyke de trachyte - doc. volcanogeol.

 

Diapositive09-copie.jpgL'architecture locale utilise les matériaux mis à disposition par la nature: un bel exemple avec cette maison située à côté de la coulée prismée oblique, les murs en section de basalte prismé, le toit en lauzes de phonolite et les coins des murs en trachyte.

 

Une maison en matériaux volcaniques - doc. Volcanogeol / Rochefort-Montagne.

 

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et F. de Larouzière -éd. Delachaux & Niestlé

- BRGM – volcans Monts Dore – Sancy  - link 

- Les volcans du Massif Central – BRGM – P. Nehlig & al.

- Photos SVT - Jean-Luc Franchomme PEGC (SVT - Sciences Physiques) - Académie de Lille  - Photos libres de droit  pour tout usage pédagogique

- Volcanogeol - Les Monts Dore - link  

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

A 4 km. au sud du Mont dore, se dresse le massif du Sancy. C'est, avec ses 1 885 mètres d'altitude, le point culminant du Massif central et le plus haut volcan de France métropolitaine.

Naguère, on appelait le Puy de Sancy, le Puy de la Croix car une croix en fer se trouvait au sommet. On avait coutume d'y faire un pèlerinage en mai pour chercher le beau temps. La paroisse de Saint-Donat y allait le 6 août, jour de la Saint Sixte, vite déformé en Sancy.

 

-Puy_de_Sancy_and_cable_car_station---Herbythyme-2008.JPG                             Puy de Sancy  et téléphérique - photo herbathyme 2008

 

les-cretes-du-sancy-addt63.jpg                         Randonnée sur les sommets du Sancy - photo addt63


Sa mise en place s'est faite sur le versant sud de ce massif entre 1 et 0,2 million d’années, période à l'issue de laquelle il atteignit vraisemblablement l'altitude de 2 500 mètres. Des éboulements massifs se sont produits par la suite puis l'érosion, en particulier glaciaire, a fini de façonner le sommet. Il se présente aujourd'hui sous la forme d'un neck de grande taille.

 

Puy-de-Sancy---summitpost.JPG                           Puy de Sancy : neck et dykes sommitaux - photo summitpost


La roche qui le constitue est appelée Sancyite : c’est une trachyandésite de sancyite.jpgcouleur claire, contenant de gros cristaux de sanidine, de l’oligoclase, de la biotite, de la hornblende, parfois aussi un peu de tridymite et de cristobalite.

 

Echantillon de Sancyite - photo Y. & C. Lemeur


Les affleurements de sancyite sont nombreux, principalement rencontrés dans la partie interne du volcan, et sous des formes différentes :

- Necks et dykes : au sommet du Sancy, dans la vallée de Chaudefour

– en dômes péléens : puy de la Tache, puy Baladou

– en dômes-coulées : puy Gros

– en coulées épaisses : Puy Ferrand et Grande Cascade.

La sancyite des dômes-coulées et coulées épaisses est plus sombre que celles des autres formes.

 

puy_de_Sancy-depuis-la-Tour-Carre---Clement-Beckert.JPG             Le sommet du Sancy depuis la tour carrée - photo Clémént Beckert

 

Puy_de_Sancy-lave-du-sommet---MRW.jpg                                        Puy de Sancy - dykes sommitaux - photo MRW


Du sommet du puy de Sancy, le paysage s’ouvre à 360° sur quatre vallées qui prennent naissance sur ses flancs et qui ont été érodées par les glaciers : 

- la vallée de Chaudefour, qui possède le statut de réserve naturelle, au nord-est.

- la Fontaine salée, au sud

- la Dordogne, au nord

- la Biche, à l’ouest


La Vallée de Chaudefour :

Son amplitude altimétrique (1 150 - 1 854 m), ses pentes abruptes et le maintien d'une activité pastorale favorisent une grande variété d'espèces.

 

Chaudefour---Sancy---ericcyclosprtif-blog.jpg          Massif du sancy - la vallée de Chaudefour - photo ericcyclosportif blog


Source-ferrugineuse-sainte_anne_Chaudefour---Nadegen.jpgLa source ferrugineuse Sainte-Anne, accessible par une passerelle,  a donné son nom à la vallée.

 

Vallée de Chaudefour - source St-Anne - photo Nadegen


Les plus beaux necks et dykes du massif s’y trouvent : citons le puy Ferrand, le puy de la perdrix, la Dent de la rancune, le Crête du coq.

 

Ci-dessous :

Vallée de Chaudefour - à l'extrême gauche, le puy Ferrand - sur sa droite, en arrière-plan, le sommet du puy de Sancy.

photo Vulcanoo 2009.

Vallee-chaudefour-G-Puy-Ferrand---Puy-Sancy---Vulcanoo-200.JPG

 

Crete_de_coq_et_Dent_de_la_Rancune--Clumsy-and-stupid-2011.jpg        Vallée de Chaudefour : la crête de coq et la Dent de la Rancune - photo Clumsy and stupid 2011


   Chamois, mouflons et marmottes vivent sur le puy de Sancy. Seuls les mouflons et marmottes ont été introduits par l'homme puis ont prospéré, le chamois a quant à lui fait le chemin tout seul pour rejoindre les sommets sancyliens.

Le massif du Sancy présente également un grand intérêt pour sa flore : on trouve ici un certain nombre d'espèces alpines qui sont très rares dans le Massif central comme la soldanelle des Alpes, la benoîte des montagnes, l'érigeron des Alpes, le dryade à huit pétales… On y croise aussi une espèce endémique remarquable : la jasione naine (Jasione crispa subsp. arvernensis) qui ne pousse que sur les sols de trachyandésite.

 

jasione_crispa_arvernensis---Eric-Dronnet.jpg                  La jasione naine - Jasione crispa subsp. arvernensis - photo eric Dronnet

 

Les eaux ont érodé le massif au cours du temps, laissant quelques belles cascades et des orgues volcaniques intéressantes.

 

La-grande-Cascade-mont-dore---bertrandblogspace.jpg La Grande cascade - haute de 35 mètres, elle met au jour une succession de trachybasaltes et de sancyite - photo Baertrand D / blogspace

 

Chaudefour-cascade-de-la-Biche---Calypso-96-Panoramio.jpg                      La cascade de la Biche - photo Calypso 96 / Panoramio


Parmi les ruisseaux qui prennent leur source sur les flancs du Sancy : la Dore à 1 680 mètres d'altitude, et la Dogne à 1 640 mètres, et qui en se réunissant à 1 370 mètres d'altitude, donnent naissance à la Dordogne.

   

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et F. de Larouzière -éd. Delachaux & Niestlé

- BRGM – volcans Monts Dore – Sancy  - link 

- Les volcans du Massif Central – BRGM – P. Nehlig & al.

- Site touristique Monts Dore - Sancy

  

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le stratovolcan du Mont Dore est un analogue de celui du Cantal, plus réduit tant en volume qu’en surface.

 

AMUR.JPG                             Paysage des Monts Dore - photo marche-A.M.U.R.

 

Monts-Dore---calypso-96-panoramio.jpg                                   Les Monts Dore - photo Calypso 96 / Panoramio


Il présente une histoire complexe et difficile à reconstituer. Des datations ont été effectuées en 1979 par Ménard sur les nappes de ponces en rapport avec l’activité explosive (datations K/Ar) :

- Une nappe infrabasale, proche de La Bourboule, date de 8,33-6,1 Ma.

- Une nappe inférieure, avec un point d’émission aux environs du plateau de l’Angle, date de 4,7-4,5 Ma.

- Trois nappes supérieuressont distinguées :

La nappe de Pessy, située à l’intérieur de la fosse du Mont Dore, et avec un point d’émission aux environs de l’actuel puy de Sancy (Brousse) date de 3,8 +/- 0,2 Ma.

La nappe de Rochefort-Montagne, caractérisée par un point d’émission au nord-est du massif, date de 3,2 Ma. On peut en voir des coupes atteignant une épaisseur de 20 mètres au moins au niveau des anciennes carrières.

La nappe de la Charbonnière, située au centre de la caldeira, date de 3 Ma.

 

Nappe_de_ponce_de_ROCHEFORT-Montagne---BRGM.jpgCarrière de Rochefort-Montagne - la nappe de ponce ( le personnage donne l'échelle) - photo BRGM

 

tephrostratigraphie-mt-dore---Pastre---Cantagrel.jpg                           Carte téphrostratigraphique des Monts Dore - doc.Pastre & Cantagrel


Selon les auteurs, le volume de ponces émis, à l’origine de la caldeira du Mont Dore, est de 11 à 8,4 km³. Pour la Grande Nappe, le volume de lave avant expansion est estimé entre 5 km³ (Vincent) et 3,2 km³ de lave (Mossand)

 

Le-Mont-Dore---chaine-thermale-du-soleil_CORENTIN_MOSSIERE.jpg                              Le Mont Dore, la ville - photo Chaîne thermale du Soleil


Le thermalisme :

Le Mont Dore est une station thermale appréciée. Les sources sont les plus siliceuses de France. Riches en gaz carbonique, elles émergent à des températures comprises entre 38 et 44°C.

Elles ont utilisées depuis la période gauloise, puis romaine pour traiter les affections pulmonaires et rhumatismales. Des piscines primitives ont été Affiche_La_Bourboule-de-Sim-reproduite-par-F.Pouzerat-sur-m.JPGretrouvées sous les thermes romains. Au moyen-âge, la pratique a tendance à disparaître, sauf au Mont Dore.

Au 19° siècle, le thermalisme se développe dans la région : le Mont Dore, La bourboule et Saint-Nectaire voient s’ouvrir des thermes et des établissements de remise en forme. 

 

Affiche publicitaire de Sim ventant les mérites des eaux arsénicales de La Bourboule- reproduite sur mur par F. Pouzerat / photo de Sébastien Thébault.


Au Mont Dore, les huit sources alimentent un complexe de style néo-byzantin classé aux monuments historiques, où on soigne l'asthme, les affections respiratoires et les rhumatismes. Sont également traitées les sinusites et autres affections nasales telles que les polyposes naso-sinusiennes.

 

Thermes-du-Mont-Dore---Vinckie.jpg                  Thermes du Mont Dore - deux bassins abritent des sources - photo Vynckie

 

Thermes-du-Mont-Dore---salle-des-pas-perdus----Vinckie.jpg                              Thermes du Mont Dore - la salle des pas perdus - photo Vynckie.

 

Parmi les curistes célèbres, on relève des têtes couronnées, des présidents de la République, des écrivains tels que George Sand ou Anatole France, qui font des Monts Dore le cadre de leurs romans.

 

 

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et F. de Larouzière -éd. Delachaux & Niestlé

- BRGM – volcans Monts Dore – Sancy  - link 

- Les volcans du Massif Central – BRGM – P. Nehlig & al.

- Site touristique Monts Dore - Sancy

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le niveau aviation du Paluweh (Rokatenda), situé dans les petites îles de La Sonde, a été élevé au "rouge", ce matin par le VAAC Darwin, consécutivement à l'émission d'un important panache de cendres montant à plus de 13.000 mètres avant d'être emporté vers le sud-est.

Des cendres sont retombées sur l'île de Flores.


Pour rappel, le Rokatenda avait été mis en alerte niveau 2 le 9.01.2012, puis en niveau 3 le 13.10.2012.


Cette activité est vraisemblablement liée à un effondrement majeur du dôme, engendrant une coulée pyroclastique importante, ou encore à une explosion vulcanienne.

 

2012.12.01-paluweh---Tom-Pfeiffer-Volcaodis-jpgPaluweh - le dôme de lave actif le 01.12.2012 - photo Tom Pfeiffer / Volcanodiscovery

 

Sources:

- Kompas.com - Citizen journalism

- VAAC Darwin

 

Bulletin du VAAC Darwin 03.02.2013 et carte du déplacement prévisionnel du nuage de cendres pour les 3 et 4 février :

 

VA ADVISORY
DTG:  20130203/1139Z
VAAC:  Darwin 

VOLCANO:  Paluweh  0604-15=
PSN:  S0819 E12143
AREA:  Lesser Sunda Is
SUMMIT ELEV:  875M

ADVISORY NR:  2013/23
INFO SOURCE:  MTSAT-2, S02 IMG, AIREP, MODIS
AVIATION COLOUR CODE:  RED
ERUPTION DETAILS:  VA PLUME LAST OBS TO FL430 EXTENDING 360NM TO
THE SE AT 03/0832Z
RMK: ASH NOT IDENTIFIABLE ON NIGHT TIME SAT IMAGERY SINCE 03/0832Z. HOWEVER ASH IS STILL EXPECTED IN THE AREA. PREVIOUS AREA EXTRAPOLATED TO 12 HRS ONLY. HEIGHT DERIVED FROM 03/0432Z

2013.02.03-Paluweh---Vaac-Darwin.png

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L'ensemble Monts Dore - Sancy est un édifice composite qui forme deux grands stratovolcans d'âges différents et couvrant une superficie d'environ 500 km², une vaste ellipse de 35 km N-S et 18 km E-O.  Le volume de laves - basalte, trachyandésite, phonolite, rhyolite - et produits pyroclastiques, de nature principalement rhyolitique ou trachytique, accumulées est estimé à 200 km³.

Il est recouvert par la chaîne des Puys au Nord et l'ensemble du Pavin au Sud, et culmine au Puy du Sancy à 1885m.

 

Le_mont_dore_vu_du_puy_gros---Fabien-1309.jpg                               Les Monts Dore, vus du Puy Gros - photo Fafien1309

 

massif_centra.htm_txt_volcfrbonperspectiv3.gif     Massif central Français- localisation respective des différents massifs volcaniques - carte BRGM

 

Evolution du Massif :

 

1. Les premiers signes d'activité volcanique dans cette région voient la mise en place de basaltes dispersés et peu importants à partir de 15 Ma et jusqu'à 3 Ma.

Entre les basaltes, des coulées et retombées de ponces trachytiques vont s’intercaler. Des extrusions de rhyolite et phonolite se mettent en place dans la région centrale.

 

2. Il y a 3,1 Ma, une période d’activité majeure se déclenche avec une coulée de ponces rhyolitiques porphyriques.

post-231-1255937434_thumb.jpg

 

 

Ensuite, la " Grande nappe " de ponces rhyolitiques fibreuses est émise : son volume est estimé à 9 km³. Elle affleure à la carrière de Rochefort-Montagne.

 

Ponce rhyolitique (Rochefort-Montagne) / Y & C. Lemeur - via Geoforum.

 

La-grande-nappe-de-ponce-Rochefort-montagne----college-de-.jpg"la Grande Nappe" de ponces affleurant à la carrière de Rochefort-Montagne - photo Collège de Rochefort-Montagne.


A la fin de cet épisode plinien cataclysmique, le toit de la chambre magmatique vidée s’effondre pour former la caldeira de la Haute-Dordogne : superficie 20 km² - profondeur dépassant 250 mètres.

 

Dossier-43-9634.JPG                  Doc. in Guide des volcans d'Europe ... / Krafft et de Larouzière


3. Une troisième période est caractérisée par la sortie de nombreux pointements trachytiques, phonolitiques et rhyolitiques, localisés en pourtour de la caldeira. De cette période datent le dôme de Luscade (2,6 Ma), les roches Tuilières et Sanadoire (2,7 – 2 Ma), et diverses coulées.

Il y a 2 Ma, l’effondrement de l’Aiguiller engendre une énorme avalanche de débris qui recouvre un tiers du massif.

 

Roches_tuiliere_et_sanadoire---Thierry-46.jpg                                    Les Roches Tuilière et Sanadoire- photo Thierry46

 

4. Entre 2 et 1,5 Ma, un volcanisme trachyandésitique forme des dômes, des coulées et brèches aux environs de l’Aiguiller et du lac de Guéry. C’est la fin de l’édification du massif de la Banne d’Ordanche. Puis suit une période d’accalmie de plusieurs centaines de milliers d’années.

 

Banne_d-Ordanche_ouest---Jmp48.jpg                                 La Banne d'Ordanche côté ouest - photo jmp48

 

5. Entre 1,1 Ma et 250.000 ans, l’activité construit le stratovolcan du Sancy, composé d’une alternance de brèches pyroclastiques, de coulées trachyandésitiques – sancyites et doréites – et ponces trachytiques.

Le Sancy primitif se déstabilise il y a environ 1 Ma ; cet effondrement produit une avalanche de débris, connue sous le nom de " lahar de Fonteville ".

Les évènements pyroclastiques sont suivis par la mise en place de dômes, de coulées et de dykes (Dent de la Rancune). Des dépôts d'avalanche de débris d'environ 100 m d'épaisseur, ont été mis en évidence à la sortie de la vallée de Chaudefour, entre les sources Sainte Anne et la cascade de Peyrouse (P. Lavina, 1999) et posent là aussi le problème de l'importance de cet événement dans l'évolution du stratovolcan. Leur âge est inférieur à 450 000 ans BP.

 

Puy-de-Sancy.jpg                                           Le Puy de Sancy - photo site du Sancy

 

6. Une phase tardive a lieu au dans l’Est, il y a moins de 50.000 ans : elle est rattachée au volcanisme de la Chaîne des Puys ( puy de Vivanson, d’Ebert, de Tartaret, volcan de Montchal et Montcineyre, maars du Pavin et d’Estivadou.

 

Massif-du-Sancy---Rando-Auvergne.jpg                         Table d'orientation - Massif du Sancy - doc. Rando Auvergne

 

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et F. de Larouzière -éd. Delachaux & Niestlé

- BRGM – volcans Monts Dore – Sancy  - link 

- Les volcans du Massif Central – BRGM – P. Nehlig & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 Depuis plusieurs années, des scientifiques analysent les effets du fer contenu dans les cendres volcaniques sur la croissance du phytoplancton.

 

Anatahan-2003---Oceanexplorer-NOAA.jpg             Anatahan Volcano eruption, May 11, 2003. Image courtesy ofDr. Allan Sauter, SCRIPPS.


La réponse bio-géo-chimique des océans a été analysé après l’éruption du volcan Anatahan, situé dans les îles Marianes, en mai 2003. Dans la semaine suivant l’éruption, les senseurs Modis du satellite Aqua de la Nasa ont révélé la présence d’une tache ressemblant à une fleur à la surface marine. L’analyse a montré que cette tache correspondait à une mixture de particules volcaniques et de phytoplancton en suspension, avec un ratio d’augmentation de l’activité biologique de 2 à 5 fois au cours de la semaine suivant l’éruption. Les altimètres ont prouvé que ce fleurissement (bloom) concordait avec la précipitation des nutriments, et non à une remontée de ceux-ci.

 

phytoplancton_volcan-Kasatochi---R.Hamme-Un.-Victoria.jpg

 

A gauche,images satellites montrant le fleurissement soudain suivant l'éruption du volcan Kasatochi (triangle)

A droite, image satellite des dépôts de cendres volcaniques en août 2008

Doc. Hamme & al. / Geophysical Research Letters.

 

Hamme_VolcanoBloom_LaymanSummary2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kasatochi-08.2008.jpg               Aléoutiennes - panache éruptif du Kasatochi - 08.08.2008 - Nasa Terra Modis

  

L’éruption du 7 août 2008 du stratovolcan Kasatochi dans les îles Aléoutiennes, concordant avec une tempête, a envoyé à plus de 11.000 mètres des cendres riches en fer et des gaz sulfureux. D’habitude, les cendres expulsées par une éruption volcanique se dispersent sous l’effet des vents dans une direction et une zone relativement étroite … mais la tempête a fait tourbillonner celles-ci et augmenter fortement la zone de dépôt. L’océanographe Roberta Hamme, de l’Université de Victoria, et son équipe, ont montré que la concentration océanique en chlorophylle s’est accrue de 150 % dans la zone concernée, signe d’un fleurissement phytoplanctonique.

 

phytoplankton-on-European---fin-mai-2010-Terra-Modis.jpg                        Bloom planctonique sur l'Europe - fin mai 2010 - Nasa Terra Modis


Un phénomène identique a été observe après l’éruption de l’Eyjafjallajökull, en Islande en 2010. Les cendres, contenant 8 à 12 % d’oxyde de fer (Nordic volcanological center / Icelandic univ.), ont permis au plancton de prolonger son fleurissement estival.

 

17.04.2010 - Brynjar Gauti AP            Le panache de cendres de l'Eyjafjallajökull  - Photo Brynjar Gauti / AP - 17.04.2010


Fer et phytoplancton :

Le phytoplancton est formé de micro-organismes vivant en milieu aqueux salé et frais ; il est composé de bactéries, dont les cyanobactéries, de diatomées, de dinoflagellés, d’algues vertes, et autres coccolithophores.

 

phytoplankton_types---Nasa-Eos-project-science-office.jpg

                                            Types de phytoplancton - doc. Nasa E.O.

 

Comme les plantes, il utilise la chlorophylle pour capter la lumière solaire et la photosynthèse pour la transformation énergétique. Leur croissance dépend de la disponibilité en dioxyde de carbone, en nutriments minéraux (dont le fer) et en UV. Elle est influencée par la température de l’eau, la salinité, la profondeur, le vent et les prédateurs.

La croissance du phytoplancton dans les zones subpolaires est limitée par la disponibilité en fer … il fleurit en général au printemps, puis meurt en été. Le fleurissement estival dans la région bordant les Aléoutiennes et la Canada, soit deux millions de km², a surpris les scientifiques, qui d’autre part possédaient des données sur le " bloom du plancton " sur un demi-siècle. En quelques jours, la concentration en chlorophylle y a augmenté de 150 %, et les analyses d’eau et d’air ont montré une augmentation des sels de fer dissous d’un facteur 5 à 10. Les scientifiques ont fait la liaison avec l’éruption du Kasatochi des 7-8 août pour expliquer ce bloom planctonique.


Phytoplancton et chaîne alimentaire :

Le phytoplancton est la base de la vie océanique, le premier maillon de la chaîne alimentaire … et d’une importance vitale pour les prédateurs, dont nous faisons partie.

 

chaine_alim_marine.png

L’éruption du Kasatochi de 2008 a bousté le fleurissement de diatomées en fin d’été et dopé la source alimentaire pour les jeunes saumons rouges, peu après leur migration de la rivière Fraser vers leur habitat océanique. Cela a constitué un facteur de survie important et un retour record des saumons vers les sites de ponte en 2010 : 34 millions, comparé au ratio de 1,7 million l’année précédente, et 6 millions l’année suivante. (T. Parsons & Fr. Whitney  -Institute of Ocean Sciences, Fisheries and Oceans Canada)

 

Phytoplancton et CO2 :

Ce qui n’a par contre pas été validé, malgré l’importance du fleurissement planctonique, c’est une capture massive de CO2. Seuls 20 % de carbone supplémentaire ont été " séquestrés biologiquement ".


Les espoirs fondés sur une fertilisation des eaux avec du fer pour stimuler ces micro-organismes transformateurs de CO2 en oxygène faits en laboratoire n’ont pas été concordant avec l’expérience du terrain. Selon les études de Hamme, et les données sur les quantités de dioxyde de carbone dans l’eau avant, pendant et après l’évènement de 2008, le phytoplancton aurait retiré 0,01 Petagramme (1015 gr) de carbone de l’atmosphère … pour préciser ce chiffre, la combustion de carburants fossiles relâche annuellement 6,5 Pg de carbone, dont 2 Pg sont absorbés naturellement par les océans.

 

Sources :

- Sciene AAAS - How volcanoes feed plankton - link

- Smithsonian / Nasa ads - Iron fertilisation of the ocean through major volcanic eruptions. A case study of the Kasatochi eruption 2008 - link

- USGS / AVO - Kasatochi volcano

- Nasa Earth Observatory - What are phytoplankton ? - link

- WHOI - Fertilizing the ocean with iron - Should we add iron to the sea to help reduce greenhouse gases in the air ? - link

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog