Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

Je souhaite à toutes et tous de

 

Dossier-32 0650

 

Pour les puristes : Oeuf en obsidienne de Vulcano / Iles éoliennes sur flou de jonquilles du jardin - © Bernard Duyck

 


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

2013.03.30---28-Eventos_HIERRO_2D.jpg

                 El Hierro - 455 séismes entre le 28.03.2013 et le 30.03.2013 à 14h15 - doc. IGN

                                      Localisation spatiale et magnitude des séismes

 

Depuis le 18 mars, une crise sismique secoue El hierro dans les îles Canaries, liée à une intrusion magmatique.

Les hypocentres restent situés entre 10 et 22 km.Depuis le 29, la magnitude des séismes est en augmentation (max. de M4,7 le 29.03) et certains séismes ont été ressentis sur d'autres îles de l'archîpel Canarien.

 

2013.03.30--17-histograma_HIERRO_20130317.jpg                         El Hierro - nombre de séismes entre le 16.03 et le 30.03.2013 - doc. IGN

 

2013.03.27--sismo-13-14h.jpg                         El Hierro - les sismos s'affolent le 27.03.2013 entre 13 et 14 h. - doc. IGN

 

2013.03.30-21-histograma_HIERRO_ultimos_10.jpgEl Hierro - nombre et classe de magnitude des séismes entre le 21 et le 30.03.2013 - à notez,en violet, l'augmentation des séismes de magnitude supérieure à 3 - Doc. IGN

 

Les hypocentres restent éloignés d'El Hierro, ce qui réduit leur impact ... 2013.03.27-bull-22h-Avcan---copie.jpgcependant, la déformation, tant verticale que vers l'Est, provoque de petits glissements de terrain dans la partie ouest, ce qui a décidé le PEVOLCA a élevé le niveau d'alerte à jaune pour cette partie de l'île, et à fermer certaines routes et tunnels.

Nemesio Perez signale une déformation verticale de 11 cm. à la Punta de Orchilla. (ElMundo.es)

 

El Hierro - zone ouest concernée par l'élévation du niveau d'alerte / bulletin du gouvernement via Involcan.


Involcan signale une forte augmentation des émissions de dioxyde de carbone (environ 1684 tonnes/jour), avec des niveaux avoisinants ceux de l'éruption sous-marine de 2011.

 

2013.03.28-11-cm-vertical-au-faro-de-orchilla.jpg                      El Hierro - déformation au 28.03.2013 au Faro de Orchilla - doc. Involcan

 

Reste à voir comment va se solder cette intrusion magmatique ... le magma trouvera-t-il une route vers la surface ? A suivre !

 

Sources :

- Involcan - IGN Instituto Geografico Nacional - Pevolca - Gobierno de Canarias

- El Mundo - "El Hierro se deplaza hacia el este por la presion del magma - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

Voici 50 ans débutait une importante éruption au Volcan Irazu, situé dans la Cordillera central au Costa Rica.

 

14.03.1963---OAR-SNT.jpg          Irazu - éruption débutante le 14.03.1963 - photo "photo shop" / OAR SNT

 

L’éruption du volcan Irazu débute le 13 mars 1963, avec une série de costa-Rica-295-copie---BD.jpggrandes explosions et l’émission de quantités de cendres, blocs et bombes, sans coulées de lave ; les explosions se succèdent à une cadence rapide, avec des panaches montant à des centaines de mètres de hauteur, parcourus d’éclairs … puis l’activité retombe avec des périodes d’éruptions explosives alternant avec d’autres, plus calmes, d’émission de vapeur.

       L'ancienne rambarde témoigne du bombardement de 1963 - photo © Bernard Duyck 2008


Les cendres se sont déposées principalement le long d’une zone s’étendant du sommet de l’édifice, vers l’ouest et la ville de San José, à 24 km. Ces chutes prolongées vont endommager sévèrement les cultures et plantations de café, et perturber la vie des habitants dans la zone touchée.

 

Irazu 01.1964 - 5 - Los Angeles times

 

Irazu-01.1964---3--Los-Angeles-times.jpg                         Irazu - l'éruption en janvier 1964 - photos Los Angeles Times


Le climax de l’éruption s’est produit de décembre 1963 à janvier1964, caractérisé par l’émission de grandes quantités de scories incandescentes et de cendres, un panache montant à 8.000 mètres en 4 minutes et la montée de magma jusqu’à 100 mètres de la lèvre du cratère.

Pour l’anecdote, les dernières éruptions importantes eurent lieu en mars 63, lors de la visite du président J.F.Kennedy à San José, la capitale.

Entre mai et septembre 1964, des mesures de l’Institut géographique montre une amplitude de l’inflation - déflation de 11 cm.

 

63---wix.cim-dessin.jpgIrazu éruption 1963-65 - cette éruption fut suivie par de nombreuses personnes - dessin d'après photo d'époque / wix.cim.dessin

 

Des quantités substantielles de roches de la paroi du cratère sont repérées dans les cendres, mêlés aux scories et ponces de composition andésitique à olivine. Le creusement progressif des parois de l’évent vont l’élargir de 200 à 525 mètres de diamètre ; la chute de roches dans le magma en explosion stoppe pour un jour ou deux l’éruption, en bouchant l’évent.

 

Cette éruption se prolonge jusqu'au 13.02.1965 et est classée de VEI 3, selon le GVP ; elle produit une succession de pluies de cendres ininterrompues, obligeant les habitants de la vallée à sortir munis d'un parapluie, à déblayer leurs toits pour ne pas qu'il s'effondrent sous le poids de ces cendres.

Les dépôts de cendres furent importants ; mesurés en juin 1964 à 800 m. de l’évent, ils révèlent une épaisseur de près de deux mètres.

A la saison des pluies, les cendres mobilisées par les eaux causèrent des glissements de terrain, des lahars et des coulées de boue. Cartago étant sous la menace permanente de ces lahars, ceci permit aussi à Haroun Tazieff, appelé en consultation, de "croiser le fer" avec les politiques locaux qui refusaient son idée de construire "un barrage anti-lahars" pour protéger la ville. Les cendres emportées par les pluies, en s'accumulant dans le lit du Reventazon,  le firent déborder; cette inondation détruisit des usines et près de 400 maisons.

 

Les dépôts visibles sont stratifiés et on y distingue trois niveaux de ponces correspondant au climax éruptif ; ils permettent de différencier les dépôts faits en saison des pluies de ceux de la saison sèche.

 

Sommet-du-cratere-Irazu--DirkvdM.jpg                         Sommet du cratère actif de l'Irazu - dépôts divers - photo DirkvdM

 

z---costa-Rica-298-copie.jpgIrazu - le cratère actif et son lac acide par un jour brumeux - notez les Gunnera attaqués par les émanations gazeuses - photo © Bernard Duyck 2008.

 

La dernière éruption de l’Irazu date de décembre 1994 (éruption sur le flanc NO de VEI 2).

Le lac acide de l'Irazu est sujet à fluctuations ces dernières années, et à effondrement partiel des parois comme en 2011.

 

29.10.2011-Collapsus-Irazu---F.Chavarria-Kopper.jpgIrazu 29.10.2011 - les trois cratères ( Diego de la Haya et Playa Hermosa à l'arrière-plan) et le collapsus dans le cratère actif - photo F. Chavaria-Kopper

 

Sources :

- Global volcanism Program - Irazú

- The Smithsonian - Nasa Ads - The 1963-65 eruption of Irazu volcano, Costa Rica - by K.J.Murata &al.

- Costa Rica nature.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

  L’an 1990 est marqué par l’activité strombolienne à la Bocca Nuova. Les mois de juillet-août 1991 voient ce type d’activité caractériser le cratère sud-est.

 

Coulees-d-eruptions-laterales-1991-1993.jpg                    Etna -  Coulées dans la Valle del Bove - 1991 à 1993 - carte INGV Catania

 

Du 14 décembre 1991 au 30 mars 1993, l’activité se développe aux dépens de fissures sur le côté sud-ouest de la Valle del Bove, entre 3000 et 2100 m.

Des coulées de lave menacent la ville de Zafferana Etnea et une barrière est érigée en janvier 1992 à l’extrémité Est du Val Callana, longue de 250 m. et dépassant de 20 m. le plancher. Elle est rompue le 7 avril par l’avancée des laves. Les autres efforts se concentrent sur la réduction de l’apport en lave à la coulée, en obstruant le tunnel principal à proximité de l’évent et perturbant la production de lave aux évents éphémères.

 

Un détournement de la coulée du tube principal est tenté à un site situé 500 m. plus bas que l’évent primitif.

1992.05.27 L.VillariL’opération se déroule en 4 phases :  Croquis L. Villari 27.05.1992

- création d’un canal artificiel d’évacuation ;

- coupes de la paroi latérale du tunnel de lave pour l’affiner et permettre son percement  par une explosion ultérieure ;

- pulvérisation aux explosifs la paroi latérale affinée ;

- blocage du cours naturel du tunnel de lave pour rediriger le contenu vers la canal artificiel.

Le 27 mai 1992, on opère la dérivation et 80% de la lave est dirigée vers le canal artificiel ; le 29 mai, les bulls obstruent le tunnel avec des blocs de lave. Les laves s’écoulent dans la partie sud de la Valle del Bove jusqu’au 30 mai. Le ratio d’effusion de la fissure décroît fortement le 31 mai, ce qui confine le front actif dans la Valle del Bove.

 

De fin juillet 1995 à mi-juillet 2001 , les cratères sommitaux sont secoués de façon pratiquement continue par des éruptions explosives accompagnées de coulées de lave, entrecoupées d’activité strombolienne. La quantité de laves et de matériaux pyroclastiques produits dépasse les 100 millions de m³.

 

Etna-bocca-nuova-1.11.1999-J.Alean.jpg                      Etna - la Bocca Nuova le 01.11.1999 - photo J.Alean / Stromboli on line

 

Coulees-d-eruptions-sommitales-1995-1999.jpg                   Etna - Coulées des éruptions sommitales de 1995 à 1999 - carte INGV Catania

 

1-s2.0-S0377027312000479-gr10.jpgEtna - Schéma d'activité des cratères sommitaux entre 1995 et juin 2001 - BN : Bocca Nuova - VOR : Voragine - NEC :  cratère Nord-Est  - SEC : (ancien) cratère Sud-Est

 

2001.07.21-23---JC.Tanguy.jpg                   Etna flanc sud - climax éruptif du 23.07.2001 - photo J.C. Tanguy / GVP

 

Du 17 juillet au 9 août 2001, une éruption fissurale complexe et destructrice se développe au départ d’un total de 7 fissures localisées entre le cratère sud-est et la quote 2100 sur le flanc sud d’une part, et la quote 2600 sur le flanc nord-est dans la Valle del Leone, d'autre part.

Une forte activité phréatomagmatique sur l’une des fissure éruptive va générer des émissions et chutes de cendres, forçant à la fermeture répétée de l’aéroport de Catania. Vingt-cinq millions de m³ de lave et 5 à 10 Mm³ de téphra sont émis.

 

Le développement des coulées et la chronologie des émissions sont documentées sur le carte ci-dessous.

 

Coulees-d-eruptions-sommitale-2001.jpg    Etna - éruption 2001 - chronologie, origine et étendue des coulées de lave - carte INGV Catania.

 

Paroxysme-2001---14.jpg

               Etna  19-20.07.2001 - "paroxysme au Levantino"  photo Thorsten Boeckel

 

2001.07.24-ee-fiss.-cono-del-lago---T.Pfeiffer.jpgEtna éruption 2001 - Fontaine de lave émergeant d'un cratère de 150 m. de large formé le long d'une fissure à 2500 m. altitude, près du "Cono del Lago" - photo Tom Pfeiffer 24.07.2001

 

2001.08.02-cone-Piano-del-lago---INGV.jpg

              Etna - le 02.08.2001 - le cône de scories près de Cono del Lago - photo INGV


La partie supérieure du téléphérique est détruite, et la zone Sapienza est affectée … la construction de barrages de terre va permettre de minimiser les dégâts dans cette zone.


Une faible activité strombolienne marque la Bocca Nuova et le cratère nord-est de juin à septembre 2002 … elle s’arrête brutalement après qu’un séisme sur la faille Pernicana ne marque la mise en place d’un glissement de terrain sur le flanc Est du volcan et ouvre probablement la voie à une intrusion magmatique dans le rift NE, qui sera le site d’une éruption 5 semaines plus tard.

 

Coulées d'éruptions latérales 10.2002-01.2003jpgDu 27 octobre 2002 au 28janvier 2003 : une activité simultanée marque le flanc NE, entre 2500 et 1850 m, et le flanc sud, entre 2750 et 2600 m.

 

Situation des coulées 2002-2003 - carte INGV

 

Au nord-est , les coulés de lave atteignent le 28 octobre le complexe touristique et la station de ski de Piano Provenzana et détruisent complètement 3 hôtels, 5 restaurants et toutes les boutiques de souvenirs. Une portion de la forêt de pin "Ragabo" part en fumée. Les coulées poursuivent ensuite en direction de Linguaglossa.

L’activité sur le flanc NE prend fin le 5 novembre.

 

Etna-2002--ISS----11.000-feet--feux-forets-.jpgEtna - éruption vue de la Station spatiale internationale, le 30.10.2002 d'une altitude de 400 km. - Image ISS005-E-19024 -  Courtesy of Earth Sciences and Image Analysis, NASA-Johnson Space Center

(Le nord est en bas, dans le coin gauche de la photo)

Le panache foncé au centre provient du flanc supérieur sud; devant lui, le petit panache clair correspond à la décharge des cratères sommitaux -- les deux panaches au centre-gauche sont issus du rift NE -- Les fumées les plus à gauche correspondent aux feux de forêt.

 

 

2003.01.05---Ristorante-La-Provenzana---fotosicilia.jpg         Etna - Piano Provenzana - le restaurant Provenzana détruit - 05.01.2003 - fotosicilia

 

Au sud, une forte activité explosive, phréatomagmatique, marque la "boutonnière nord", construisant un grand cône pyroclastique. Elle va se poursuivre juqu’au 13 novembre. Des coulées de lave débutent le 13 sur les flancs sud et sud-ouest.

Du 25 novembre au 10 décembre, l’activité explosive migre 200 m. plus haut, construisant un nouveau cône, puis elle retourne vers le premier.

Le refuge Sapienza est menacé fin novembre, puis en milieu décembre …trois bâtiments sont détruits.

 

etna-eruption-lat.-2002--s55.jpg             Etna - fontaines de lave sur le flanc sud  30.10.2002 - Photo Stromboli on line / M. Fulle

 

Sflank09Nov2002_05.jpg                                     Etna flanc sud - 09.11.2002 - auteur non référencé

 

16.12.2002-refuge-Sapienza---bataille-perdued09.jpg Etna - le Refuge Sapienza atteint par les coulées de lave le 16.12.2002 -photo Stromboli on line / M.Fulle.

 

Les volumes de laves émis sont de 10-11 Mm³ pour le flanc NE, de 25 Mm³ pour le flanc sud ; le volume de téphra avoisine les 50 Mm³, seule fois où l’Etna produit plus de téphra que de laves.

Les retombées de cendres force la fermeture répétée de l’aéroport de Catania, et provoque une baisse du tourisme massive.

 

Sicile-08-cratere-2002-03-BD.jpg                Etna - un des cratères de l'éruption 2002-2003 - photo © Bernard Duyck (2008)

 

Ceci clôture, avec l’année 2003, un bref tour d’horizon - non exhaustif - des éruptions historiques de l'Etna, et de leur influence sur sa morphologie, et sur ses infrastructures … l’activité au cours de la dernière décade étant décrite en divers articles sur ce blog et dans le Global Volcanism Program.

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Etna

- Italy's volcanoes - The cradle of volcanology - eruptions since 1900 - par Boris Behncke - archives

- Etna volcan sicilien - l'éruption de 2002 - par Charles Rivière - link

- Stromboli on line  - Etna 2001 - the great lateral eruption - link

                              - Etna 2002 - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

 

L’Etna est responsable d’importantes émissions de lave en 1978 :

Du 29 avril au 5 mai, une éruption au niveau du cratère sud-est et des fissures  dans la Valle del Bove à 3000-2575 m d’altitude émettent un volume de lave de 26 Mm³.

Du 24 au 30 août une éruption du cratères SE et des fractures en direction ENE dans la Valle del Leone, entre 3000 et 2300 m d’altitude émettent 3 Mm³ de laves. Du 18 au 29 novembre, une autre éruption, aux mêmes endroits qu’en août, émet 5 Mm³ de laves.

 

Coulees-d-eruptions-laterales-1971-1979.jpg                     Etna - coulées 1978-1979 - doc. INGV Catania


La seconde moitié de 1979 est marquée par de l’activité explosive-effusive intermittente à la Bocca Nuova et la Voragine.

Du 16 juillet au 9 août 1979, on enregistre de l’activité au lac de lave dans la Voragine, et de l’activité strombolienne au cratère sud-est., suivie de fountaining vigoureux et d’émissions de cendres, le 3 août, qui contraignent la fermeture de l’aéroport de Catania.

Des laves sont émises au niveau de nombreuses fissures dans la Valle del Bove …une coulée menace le village de Fornazzo. Entre 7,5 et 10 Mm³ de laves sont émises.

Le 19 septembre, une explosion phréatique à la Bocca Nuova tue 9 touristes et en blesse plus de 20 autres … les excursions au sommet sont interdites !

 

Coulees-d-eruptions-laterales-1981.jpgL’année 1981 est marquée par de fortes éruptions sur le flanc nord-nord-ouest, entre 2250 et 1120 m, après des siècles de calme dans ce secteur ; les coulées rapides, et caractérisées par un ratio d’effusion élevé de plus de 100m³/sec. coupent les routes et le chemin de fer, menaçant la ville de Randazzo. Dix-huit millions de mètres-cubes de lave sont émis.

 

Etna - coulées sur le flanc NNO en 1981 - doc. INGV Catania.

 

Eruption latérale du 28.03 – 06.08.1983 

L’éruption est précédée par une crise sismique (250 séismes en 30 heures) débutant le 27 mars à 0h.


Le 28 mars, une fracture éruptive s’ouvre sur le flanc sud de l’Etna, colonisé par les résidences secondaires et les infrastructures touristiques, détruisant partiellement le Piccolo Rifugio. Elle se situe entre 2900 et 2350 m. d’altitude. De son extrémité, jaillit une coulée de lave qui balaye 8 pylônes de la station de téléphérique, la Casa Cantoniera et touche le restaurant Corsaro. Un diverticule menace le Rifugio Sapienza situé à faible distance. Dans le même laps de temps, une série d’hornitos établis sur la fracture dégazent intensément.

 

1983---Sapienza---Delcampe.net.jpg       Etna 1983 - le Rifugio Sapienza cerné par les coulées de lave - carte postale site Delcamp.net

 

1983--Romolo-Romano.jpgEtna - 1983 - envahissement de la zone touristique par les coulées de lave - Photo by Romolo Romano, 1983 (IIV-CNR, Catania, Italy)./ GVP.


Le 1 avril, la lave envahit le restaurant Corsaro, et dans les jours qui suivent, le désolidarise de ses bases et le transporte sur une longue distance avant de l’engloutir.

 

ristorante-cartolina-lava-bar-inciendiato-83--Corsaro-hotel.jpgEtna 1983 - zone Sapienza : les laves encerclent le restaurant Corsaro; incendie du bar - doc. Hotel Corsaro.


Le 8 avril, une nouvelle vague de lave s’adosse au refuge Sapienza, en détruit une partie ; un bras envahit la zone forestière de Monte Vetore. Elle progresse les jours suivants en direction de la vieille ferme Casa del Bosco qu’elle détruit, ainsi que quelques villas et le restaurant La Quercia, à Piano Bottaro.

 

Coulees-d-eruptions-laterales-1983.jpg           Etna - coulées de l'éruption 1983 - en bleu: les barrages de terre - carte INGV Catania

 

1983.04---Etna----Romolo-Romano.jpgEtna 1983 - Les coulées de lave descendent le flanc sud de l'etna, et coupent les routes menant à la zone Sapienza pour former un champ de lave large de 1.000 mètres - on distingue les Monti Silvestri à droite de la photo, et la fissure éruptive, située à 4 km. au sud du cratère central enneigé. -
Photo by Romolo Romano, 1983 (IIV-CNR, Catania, Italy)./ GVP.

 

1983.06.05-Sapienza---J.Lockwood-USGS.jpg              Etna - zone Sapienza - le 05.06.1983 - photo John Lockwood / USGS / Oregonstate.


Les 60 premiers jours d’éruption sont caractérisés par une succession de coulées qui s’avancent et se recouvrent partiellement. La surface recouverte par une épaisseur moyenne de 10 m. de laves donne un débit de 6-6,5 m³/sec au cours de la première semaine d’effusion … durant les 60 jours suivants, la lave se met en place dans une zone de 3 km. autour des bouches effusives. La grosse partie de l’activité a consisté en une effusion au départ de bouches éphémères, alimentée par un tunnel de lave principal dans une zone comprise entre 1900 et 1600 m. d’altitude.

 

1983---Ferdinando-Scianna-Magnum.jpg                          Etna - coulée 1983 - photo Ferdinano Scianna / Magnum

 

1983---03.28---Romolo-Romano-IIV-CNR-Catania.jpgEtna 1983 - constitution des digues/barrages de terre le long des coulées fumantes (le bulldozer jaune donne l'échelle) - Photo by Romolo Romano, 1983 (IIV-CNR, Catania, Italy)./ GVP.

 

Diverses mesures ont été prises par la Protection civile, ainsi que des travaux visant à détourner la coulée, dans un climat de polémique entre les scientifiques, les administrateurs locaux et les écologistes. Haroun Tazieff, rappelé pour la circonstance, les détaille : " Trois chantiers avaient été ouverts : les deux premiers se trouvaient entre 2200 et 2100 m d’altitude , le troisième vers 1800m. Le premier préparait le dynamitage de la berge droite de la coulée, phase active de l’intervention. Les deux autres, en contrebas, en constituaient la phase passive : canalisation des laves une fois celles-ci déviées et confinement, ensuite, de ces laves derrière une digue de terre pour protéger, quatre cents mètres plus bas, Serra la Nave, son observatoire météo, le Grand-Albergo Etna et des résidences secondaires construites en ces dernières années ". 

Après des travaux difficiles remis deux fois en cause par le débordement de la coulée, les artificiers dynamitent la digue le 14 mai à 4h04. La brèche est large … et une partie du flot de lave s’avance dans la direction voulue. Avec le recul, Tazieff fait le bilan de l’opération : " finalement, environ 80% du débit – qui était en moyenne de 15 m³/sec. – se trouvèrent déviés vers le lit artificiel ménagé au pied du Monte Castellazzo, à l’ouest de la coulée, et 20% vers l’est. Rien, plus rien ne descendit plus vers les fronts qui menaçaient Ragalna, Nicolosi et Belpasso et qui furent définitivement stoppés dès le 15 mai. "

 

Du 8 mars au 13 juillet 1985, une éruption majeure marque de nouveau le flanc sud : accompagnée au début de fontaines de lave et d’une coulée émises par le cratère SE, la fracture éruptive coupant le Piccolo rifugio émettra des coulées moins longues qu’en 83. Le volume de laves émis est estimé à 30 Mm³.

 

Du 30 octobre 1986 au 27 février 1987, une éruption fissurale dans la Valle del Bove, entre 2900 et 2200 m, ,accompagnée au début de fountaining au cratère SE, émet un vol. de laves de 40 Mm³.

Le 17 avril 1987, une explosion phréatique tue deux touristes et en blesse 7 autres au cratère SE.

 

Coulées 1989 - INGV GVP                        Etna - coulées de sept.-octob. 1989 - doc GVP

En pointillés, la propagation de la fracture (25.09 - 03.10) - Flèches fines : coulées du cratère SE, et d'évents sur les fractures SE et NE (11-22.09) - flèches épaisses : avancée des coulées dans la Valle del Bove (jusqu'au 06.10) - Doc . GVP / équipes scientifiques coordonnées par le National Volcanic Group.

 

Entre le 11 septembre et e 9octobre 1989, de fortes fontaines de lave, et de l’effusion au cratère SE sont suivies d’une éruption de flanc dans la Valle del Leone, avec des volumes respectifs de 12 Mm³ et 26 Mm³.

La décennie se termine avec des fontaines de lave et de l’effusion au cratère SE.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Etna

- Sur l'Etna - par Haroun Tazieff - éd. L'Odyssée / Flammarion

- Italy's volcanoes - The cradle of volcanology - eruptions since 1900 - par Boris Behncke

- Etna Walk - archives etna 1983 / texte Salv. Caffo - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Equateur - Tungurahua

A partir du 16 mars, le Tungurahua a présenté une augmentation d’activité superficielle et sismique. Les vigiles du volcan ont signalé des coulées pyroclastiques dans les quebradas des flancs NO et O.

Vers 17h55 locale, le 16.03, une colonne éruptive chargée en cendres s’est élevée à 4.000 mètres au dessus du cratère, avant de se disperser vers le SO. Des fontaines de lave montant à 200-300 mètres au dessus du cratère ont été observées. Des chutes de cendres sont rapportées sur El Manzano, Palitagua, y Chogluntus.

 

2013.03.16-Tungu----IGEPN.jpg

Le niveau d’alerte du volcan est passé de jaune à orange, selon une information du Secrétariat National de gestion des risques. La station thermale d’El Salado a été fermée par mesure de sécurité ainsi que l’accès aux touristes et curieux dans les endroits sujets aux coulées pyroclastiques tels que Los Pájaros, La Pampa et leurs environs.

 

2013.03.17-tungu---Marina-Karlova-involcan.jpg

Tungurahua - 17.03.2013 -  intense activité strombolienne - photo Marina Karlova via Involcan


Sicile – Etna

Suite au paroxysme court mais intense du 16.03, des chutes de matériaux pyroclastiques, cendres et lapilli centimétriques, sont remarquées sur les villes et routes situées au sud-est de l’Etna … Zafferana, Santa Venerina et Acireale sont couvertes de 10 cm., et de nombreux pare-brises ont été brisés ; la conduite sur ces routes est dangereuses et assimilable à la conduite sur neige … de plus le passage des voitures pulvérise les scories, les transformant en poussières susceptibles d’être inhalées. Ces éruptions à répétition vont avoir un impact économique non négligeable.

 

2013.03.17-lapilli----Ant.-Vanadia.jpg                         Etna - lapilli du 8° paroxysme 17.03.2013 - photo Antonio Vanadia


Kamchatka – 6 volcans en alerte.

Quatre volacns sont en alerte aviation orange : le Tolbachik, le Sheveluch, le Karymsky et le Kizimen. Les données satellite révèlent une croissance de l’extrusion au sommet du Kizimen, accompagnée d’incandescence et d’avalanches pyroclastiques sur les flancs ouest et est, ainsi que d’un fort dégazage.

Le Bezymianny, le Gorely et Klyuchevskoy sont en alerte jaune.

 

2013.03.17-07h22-Tolba.jpg                               Tolbachik - 17.03.2013 / 7h22 - photo Volkstat.ru


Costa Rica – Turrilaba

L’Ovsicori fat parvenir des images des bouches fumerolliennes 2010 et 2012 situées au cratère ouest du Turrialba , où l’on peut voir de l’incandescence. La température des bouches 2012 et 2010 sont respectivement de 790°C et 600°C , considérées comme stables. Les roches à la sortie de la bouche 2012 sont noircies par les gaz de haute température.

 

 2013.03.11-Ovsicori.jpg

Imágenes visibles e infrarrojas FLIR SC-660 del 11 marzo 2013: Dr. Geoffroy Avard.
Fotografía áerea del Cráter Oeste del Turrialba del 19 de febrero del 2013: Dr. Marino Protti.


Chili – Laguna del Maule

L’OVDAS/ Sernageomin a élevé le niveau du volcan à Amarillo, suite à une activité sismique continue et superficielle (< 5 km) , du trémor, et un processus de déformation en hausse.

Cette augmentation de sismicité concerne le volcan Descabezado Grande, situé au centre du complexe Laguna del Maule. Ce stratovolcan andésitique à rhyodacitique possède un cratère de 1400 m. de large, empli par la glace, et un cratère latéral formé sur son son flanc NNE en 1932.

Ce complexe volcanique comprend de petits stratovolcans, des dômes de lave et des cônes de cendres, ainsi que des coulées de lave , dont certaines entrent dans le lac, situé au nord de la caldeira (15 km. sur 25)

 

maule_ast_2003.04.09-Terra-aster.jpg             Chili - Complexe volcanique et laguna del Maule - Nasa Terra Aster en fausses couleurs 2003

 

Laguna-del-Maule---Descabezado-grande-volcano---H.Gaudru.jpg

          Chili - volcan Descabezado Grande / caldeira Laguna del Maule - photo Henti Gaudru Sveurop


Indonésie – Plateau de Dieng

Le 13 mars, le niveau d’alerte de la zone Dieng est passée à 2 / Waspada, suite à l’augmentation des émissions de SO2, CO2 et vapeur d’eau. Une forte odeur de soufre a été détectée ainsi que la présence d’animaux morts à proximité du cratère. Une zone d’interdiction de 500 m. a été mise en place autour du cratère Timbang (Sveurop / CVGHM)

 

                            Cette liste n'est pas exhaustive.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Je vous annonce la parution du Webzine n°7 d'Eric Reiter, avec au sommaire:

 

- les orgues volcaniques

- le Piton de la Fournaise, sur l'île de La Réunion

- les risques volcaniques.

 

480331_10200405366150065_412765647_n.jpg

 

Pour lire le webzine, cliquez sur ce lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

Après la naissance de la Voragine en fin octobre 1945, l’activité sommitale se fait au cratère nord-est, entre février et octobre 1946, et sur ces deux cratères en janvier février 1947.

 

On relève d’importants volume de lave – 7 Mm³ - lors des éruptions de février-mars 1947 sur le flanc NE au départ de différents évents situés respectivement à 3050, 2350, 2300 et 2225 mètres d’altitude.

Du 2 au 4 décembre 1949, l’éruption se divise entre le sommet et les fissures des flancs sud et nord-ouest ; 4 Mm³ de lave sont émis.

 

annees-50---F.Cannizzo.jpg            L'Etna depuis Catania dans les années 1950 - doc. "Collezione privata Cannizzo"


Du 25 novembre 1950 au 2 décembre 1951, une fissure sur le flanc ENE du volcan,dans la Valle del Bove entre 2820 et 2250 mètres d’altitude émet d’énormes quantités de lave – 124 Mm³ - qui vont endommager des cultures et quelques habitations isolées.

 

Etna 1955 56 smlEntre avril 1955 et avril 1956, l'activité du cratère NE construit un cône pyroclastique et produit des coulées de lave.

En septembre 1955, un grand cône pyroclastique croit à la Voragine, dans le cratère central, et au centre du même cratère en février-avril 1956. Des fractures dans la partie supérieure de la Valle del Bove produisent de faibles effusions laviques en début 56. - Carte INGV Catania

 

 

Entre octobre 1959 et décembre 1964, des épisodes éruptifs violents marquent les cratères central et nord-est, remodelant un "nouveau sommet".

 

1960.07.17---Antonio-Cavallaro.jpg                                   Etna - éruption du 17.07.1960 - photo Antonio Cavallaro

 

NEC1962Stuclr.jpg                                      Etna - cratère NE 1962 - photo Studr

 

L’activité se fait ensuite au sommet, au cratères NE et central … épinglons la période janvier 1966 à avril 1971, avec une activité persistante et des débordements au cratère nord-est, accompagnés de fractures dans la Valle del Bove en liaison avec le cratère NE.


Au printemps 1968, formation de la Bocca Nuova, un petit puit d’effondrement situé sur le flanc nord-ouest du cône 1955-1964 du cratère central. La Bocca nuova va progressivement s’élargir par effondrements.

 

1955_71.jpg                     Etna - coulées des éruptions sommitales entre 1955 et 1971 - doc. INGV Catania

 

 L'éruption de 1971 :

 

1971-04.07 - Haroun tazieff GVP                 Etna - les prémices de l'éruption le 7 avril 1971 - photo Haroun Tazieff / GVP

La première phase est subterminale : du 5 avril au 7 mai, l'activité se fait au départ de 4 fissures radiales situées à la base sud-est du cône central.

L’éruption débute avec une phase explosive le long de fissures, où vont se former la bocca di Vulcarolo (3050-3000 m) et la bocca dell’Osservatorio (2985-2975 m). L'accumulation de scories incandescentes forme des cônes de projections (spatter cones) de la base desquels commencent à sortir des coulées de lave.

 

1971---vulcaniefenomeninaturali.jpg                      Etna 1971 - la bocca dell' Osservatorio - photo vulcaniephenomeninaturali

 

1971-observatoire-StuBW_10.jpg             Etna - 1971 - les premières coulées de lave entourent l'Osservatorio - StuBW10

 

Haroun Tazieff, sur l’Etna à ce moment, relate la destruction de l’ancien Osservatorio Etneo, situé à la Torre del Filosofo, dans son phrasé typique :


"...  Dès le début de cette éruption, en mars, ses premières coulées avaient buté contre le puissant édifice qu’était l’observatoire. Il avait sereinement supporté cette attaque et nous avions continué à l’habiter, malgré les bouches éruptives qui sifflaient, grommelaient, éructaient ou hurlaient à cent mètres delà. L’habitude aidant, nous n’éprouvions guère d’inquiétudes. Sauf, par moments, François Le Guern, jeune encore en ce métier. (…)

Il sortit voir et rentra aussitôt, la voix pleine d’alerte. Le temps de nous rechausser, d’attraper nos sacs à dos, de nous précipiter au dehors, d’aller nous jucher sur un bloc haut de trois mètres, et nous eûmes le privilège de contempler la large coulée, que Fanfan avait vue venir de l’amont, embrasser la base du bâtiment, l’encercler et ensuite poursuivre, imperturbable, son chemin vers l’aval à la vitesse, modeste sans doute mais rétrospectivement effrayante, d’un homme qui marche. (…) Peu après une nouvelle coulée vint de l’amont, identique à la première qu’elle recouvrait comme une monstrueuse chenille pourpre. Une troisième, puis une quatrième, puis une cinquième… notre refuge familier disparaissait à mesure que ces coulées s’empilaient autour de lui. En quelques heures cet empilement atteignit le toit. Ce toit disparut et, finalement,la coupole astronomique qui le surmontait.

Les coulées continuèrent à se superposer et désormais l’observatoire se trouve enfoui sous dix mètres de roche basaltique. Tout comme la gare terminale du téléphérique, abomination de béton et ferrailles qui se dressait à une centaine de mètres en aval. La disparition du télé consola mon cœur, qu’avait attristé celle du vieil observatoire. "

 

1971.04.24 Scarpinati giuseppe - INGV            Etna 24.04.1971 - la lave cerne l'Osservatorio Etneo - photo Giuseppe Scarpinati / INGV

 

La deuxième phase ; éruption de flanc du 7-8 mai au 11 juin.

 

Coulees-d-eruptions-1971.jpg       Etna - Carte des coulées de l'éruption de 1971 - les deux phases - doc. INGV Catania

 

Etna_SEC-14.05.1971---INGV--C.Sturiale.jpgEtna - 14.05.1971 - Naissance du cratère sud-est : ouverture d'une bouche à la base du cône central - photo Carmelo Sturiale prise de l'intérieur du Refuge Torre del Filosofo  / INGV
 


Les coulées se développent à partir de différentes fissures et le 13 mai, le front de lave haut de 10 m. et large de 150 m. coupe la route de Citelli.

Le 14 mai, une bouche s'ouvre à la base du cône central ... c'est la naissance du cratère sud-est.

Le 22 mai, après avoir détruit deux ponts et de nombreuses vignes, le flux s’avance vers Fornazzo et San Alfio … heureusement, il passera entre les deux, pour s’arrêter le 28 mai, à 1 km. à l’est de Fornazzo. Le volcan cesse d’émettre complètement le 11 juin.

 

Vidéo sur l'avancée de la lave près de San Alfio - 1971


 

 

 

Depuis septembre 1971, la Voragine présente des périodes intermittentes d’activité … en mai 1980, elle sera complètement remplie par la lave.

 

Entre le 30 janvier et le 29 mars 1974, une éruption sur le flanc ouest, la première sur ce côté depuis 1843, va former les Monti de Fiore et quelques coulées de lave.

 

Coulees-d-eruptions-1974---2-.jpgEtna - Situation du site éruptif de 1974 - Monti De Fiore , et des coulées et cônes préexistants - doc. INGV Catania

 

Sources:

- Sur l'Etna - par Haroun Tazieff - éd. l'Odyssée / flammarion

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft & de Larouzière - éd Delachaux & Niestlé

- Italy's volcanoes - The cradle of volcanology - eruptions since 1900 - bu Boris Behncke.

- INGV - Osservatorio Etneo - Aprile-giugno 1971 : l'eruzione che segno l'inizio di una nuova fase di attivita del Vulcano - link

- Rapid morphological changes at the summit of an active volcano : reappraisal of the poorly documented 1964 eruption of Mount etna - by B. Behncke, M. Neri, G. Sturiale

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

2013.03.16-18h00-Emov0360.jpg

         Etna - sud-est 16.03.2013 / 18h locale - 19h GMT - le 8° paroxysme - doc. webcam INGV Catania


Le vendredi 15 mars, au cours de l’après-midi, l’activité strombolienne a repris au cratère sud-est.

Cette activité s’est progressivement intensifiée au cours de la nuit, obscurcie par le mauvais temps. Le 16 au matin, les explosions, bruyantes, projettent des matériaux incandescents à plusieurs centaines de mètres au dessus du bord du cratère.

Le trémor montre une augmentation lente et progressive dans l’après-midi.

 

2013.03.16-17h30.jpg     Etna sud-est - début du fountaining vers 17h30 locale - 18h30 GMT - webcam INGV Catania

 

2013.03.16-17h36Emov0352.jpg2013.03.16-17h36-Emot0352.jpgEtna sud-est - webcams INGV

17h36 locale - 18h36 GMT

 

Entre 18h18 et 18h30, l’activité strombolienne a évolué en fontaines de lave, inaugurant le 8° paroxysme depuis le 19 février, au cône de scories à l’est du cratère sud-est.

Ce bref évènement a propulsé la lave à une hauteur de 1.000 mètres environ.

 

2013.03.16-17h45Emov0355.jpg

 

2013.03.16-17h51-Emov0357.jpg

 

2013.03.16-18h09-Emov0363.jpg

         Etna sud-est - les fontaines de lave à 18h45, 18h51 et 19h09 GMT - webcam INGV Catania

 

Les retombées de matériaux pyroclastiques ont été impressionnantes sur les flanc sud-est du volcan, accompagnées de coulées de lave dans la Valle del Bove.

L’activité a baissé brusquement vers 19h20, pour cesser, après une " belle pétée " à 19h27, un peu avant 19h30.

 

2013.03.16-18h21-Emov0367.jpg2013.0316-18h27-Emov0369.jpg

 

 

 

 

Etna sud-est

Baisse d'activité ves 19h20 GMT

et explosion à 19h27 GMT

 

 

 

 

2013.03.16-tremor-ESVO_HHZ_IT.0004-copie-1.gif

                      Etna sismo ESOV - Déroulement du paroxysme - doc INGV Catania

 

2013.03.17-ETFI_hhz.jpg           Etna  paroxysme du 16.03.2013 - Diagramme de trémor / ETFI - doc. INGV Catania

 

2013.03.16-tremorETFIZ.gifEtna  paroxysme du 16.03.2013 - Diagramme de trémor / ETFIZ - doc. INGV Catania - via Piero Giuffrida

A noter que ce type de diagramme est plus lisible pour le commun des volcanophiles ... en espérant son retour prochain.

 

Il est à noter que seules les webcams de l’INGV – nouvelle mouture ont assuré le show cette fois, rien n’étant visible sur les webcams de RadioStudio7 et L.A.V.E.

 


drapeau-anglais.jpg    Friday, March 15, during the afternoon, Strombolian activity resumed in the south-east crater.
This activity has gradually increased during the night, obscured by bad weather conditions. On 16 morning, explosions, loud, eject incandescent material hundreds of meters above the crater rim.
The tremor shows a slow and gradual increase in the afternoon.
Between 6:18 p.m. and 6:30 p.m. the strombolian activity has evolved into lava fountains, inaugurating the 8th climax since February 19, at the cinder cone est of the southeast crater.
This brief events propelled the lava at a height of 1000 meters.

The impact of pyroclastic materials have been impressive on the southeast flank of the volcano, accompanied by lava flows in the Valle del Bove.
Activity declined sharply to 7:20 p.m. to stop, after a "beautiful shot" to 7:27 p.m., a little before 7:30 p.m..

It should be noted that only the INGV webcams - new version ensured the show, nothing is visible on the webcams RadioStudio7 and
L.A.V.E.

 

Source : INGV Catania

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

 

La morphologie du sommet de l'Etna était différente au début du 20° siècle, comme en témoignent les quelques photos ci-dessous.

 

1908---Strada-Rocca-Bella---F.Cannizzo.jpg                       L'Etna vu de Taormine en 1908 - doc. "Collezione privata Cannizzo"

 

1900-.-Etna---Franz-Cannizzo.jpg                     Etna - le cratère central dans les années 1920 - doc. "Collezione privata Cannizzo"

 

1924-Etna---Sergi-Giuseppe.jpg                              Etna - le sommet en 1924 - photo Sergi Giuseppe.

 

L'éruption latérale de 1928 :


Mascali est en 1928 un bourg d’ un peu plus de 8.000 habitants situé sur le route de Giarre à Piedimonte ; les habitants se préparent en cette saison à la fête du saint patron, San Leonardo.


Mais vers 16h30, le 2 novembre, un panache de cendres monte brusquement du sommet de l’Etna à 1.000 mètres de hauteur, accompagné d’un tremblement. Pendant une heure, les explosions se succèdent au rythme d’une à deux minutes., puis une fissure s’ouvre, à 2600 m. d’altitude, éjectant des cendres et des fragments de lave.

Le lendemain, une nouvelle fissure s’ouvre à une altitude comprise entre 2500 et 1900 m. d’où s’épanche une coulée de lave. Dans l’après-midi, du Cratère Central et du cratère Nord-Est (les seuls cratères de l’époque) s’échappent d’imposants panaches de vapeur et de cendres.

 Dans la nuit du 3 au 4 novembre, dans le secteur de Pizzo Lineri près de Monte Frumento (versant Nord-Oriental), des fissures s’ouvrent à 1650 m et des coulées de lave enflamment rapidement les bois de la Cerrita et la pinède de la Cubania.

 

La-rippe-delle-naca---cataniagiovani.jpg          Etna - éruption de 1928 - Cascades de lave près de Rippe della Naca  - photo Cataniagiovani

                 Deux personnes donnent l'échelle (tache bleue)


Dans la nuit du 5, à 1 150 m, dans la contrée de Giarrita, près de Rippe della Naca, une nouvelle bouche s‘ouvre avec l’émission d’une coulée de lave qui avance de 500 m à l’heure. Elle cascade et se déverse dans le lit du torrent Pietrafucile, qui débouche 5 km plus loin et traverse le village de Mascali.

 

Peinture_Etna_1928_procession---Santo-scalia---A.Catte.jpg

Mascali - fresques dans l'église de San Alfio - photo Santo Scalia / site d'Alain Catté - Peintures et représentations de volcans

 

Le 6 novembre, fête de San Leonardo, la statue du saint est portée en procession face au front de coulée, d’une douzaine de mètres de hauteur, qui a atteint les premières maison. En vain … la coulée avance et défonce les murs des habitations, ne laissant que ruines. En deux jours, Mascali est submergée par la lave. Le 10 novembre, la coulée traverse la ligne de chemin de fer Catania-Messina.

 

Mascali.jpg       Etna éruption de 1928 - Mascali prise dans les torrents de feu le 07.11.1928- Catania spacepa.it

 

1928.11.07-Le-jour-ou-Mascali-mourrut_6.jpg                       Etna - éruption de 1928- " le jour où Mescali mourut ..." - Wikipedia

 

1928.11---Mascali---arch.-Giancarlo-Leone---Cannizzo.jpg Etna éruption de 1928 - la destruction de Mascali - Archives Giancarlo Leone / in doc. "Collezione privata Cannizzo"

 

Mascali---La-domenica-del-corriere1928-copie.jpgMascali-1928---archives-Delcampe.net.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, la une de La Domenica del Corriere 1928

A droite, la destruction des habitations de Mascali en 1928 - Delcampe.net

 

 

 Mascai---Gaetano-Ponte-INGV.jpg  Etna éruption de 1928 - Mascali -  les coulées atteignent la voie ferrée - photo Gaetano Ponte / INGV


L’émission de lave est continue jusqu’au 20 novembre, accompagnée, les 19 et 20, par de nouvelles explosions au niveau du cratère nord-est.

Le 3 décembre, l’éruption est terminée ; le volume de lave émis est de 70 -72 millions de m³.

 

1928.jpg  Etna - Carte des coulées de 1928 - remarquez l'implantation nouvelle de Mascali - carte INGV Catania

 

1937---F.Cannizzo.jpg                       L'Etna vu de Catania en 1937 - doc. "Collezione privata Cannizzo"

 

Durant les premières années du second conflit mondial, l'activité se fait intermittente. D'importantes fontaines de lave animent le cratère central, dont la plus violente, le 16 mars 1940, arrose de cendres et scories le versant nord de l'Etna.

 

1940-Catania---Cannizzo.jpg            1940 - Avions de combat sur l'aéroport de Catania - doc. "Collezione privata Cannizzo"

 

1942---Etna---Cannizzo-F-jpg                 L'Etna enneigé, vu de Catania en 1942 - doc. "Collezione privata Cannizzo"


En juin 1942, le cratère central est rempli par la lave. Du 30 juin au 5 juillet, trois millions de m³de lave s'écoulent sur le flanc sud-ouest. Le 5 juillet, un paroxysme caractérisé par des fontaines de lave laisse une épaisseur de lave d'une dizaine de mètres au fond du cratère.

 

De septembre 1942 à septembre 1944, puis de juin à octobre 1945, le cratère nord-est est actif.

En fin octobre 1945, la Voragine nait d'un effondrement non-éruptif dans la partie NE du cratère central, à l'endroit où un grand cône pyroclastique avait grandi de 1916 à 1922, puis de 1939 à 1942.

 

sommet-en-1947---BB-Neri.jpgLes cratères sommitaux de l'Etna - en fond, le cratère NE avec un puit central - en avant-plan, le cratère central et la Voragine, entourée d'un anneau de matériaux pyroclastiques récents ; du cône actif en 1942 ne reste qu'un croissant( en bas à gauche). 

Photo de M. Taffara 03.1947 - in "Rapid morphological changes at the summit of an active volcano: reappraisal of the poorly documented 1964 eruption of Mount Etna (Italy)"- B.Bencke -M.Neri & al. 

 

etna-sommet-1947-BB-Neri.jpg

Les cratères sommitaux en 1949. (B.Bencke, Neri & al.) :

le cratère central contient les reliquats de l'évent de 1942 et la Voragine. - l'encadré "a" correspond à la photo ci-dessus.

 

 

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et de Larouzière, éd. Delachaux & Niestlé

- Rapid morphological changes at the summit of an active volcano: reappraisal of the poorly documented 1964 eruption of Mount Etna (Italy) - par Boris Behncke, Marco Néri et Giovanni Sturiale.

Lire la suite

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog