Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

20013.03.06-de-Huambalo---Tungu---JLEN-copie.jpg                   Tungurahua - 06.03.2013 de Huambalo - photo © José Luis Espinosa Naranjo

 

L'IGEPN signale, dans son bulletin du 12 mars, une activité en hausse au niveau du volcan Tungurahua.

A dater du 2 mars, un nombre élevé de séismes liés à la mobilisation de fluides sont enregistrés. Parmi les valeurs les plus grandes, épinglons le 3 mars avec 157 signaux de trémor de haute fréquence et énergie modérée, et le 6 mars, avec 233 épisodes LPs.

 

2013.03.06-18h44-IG.jpgTungurahua - 06.03.2013 - 18h44 - on aperçoit le panache malgré la couverture nuageuse - webcam IGEPN


Cette hausse de la sismicité est associée à des émissions de vapeur, gaz et cendres, ainsi qu'à une activité strombolienne nocturne, et l'expulsion de blocs incandescents qui descendent les flancs du volcan sur 500 mètres sous le bord du cratère. De faibles chutes de cendres ont été enregistrées sur El Manzano, Choglontús et Pillate.

Les volumes de SO2 émis sont considérés comme modérés à élevés, avec une tendance à la hausse par rapport aux 10 derniers jours, cohérente avec l'ascension d'un volume de nouveau magma, encore profond et restreint (pas de tendance à l'inflation)

 

2013.03.08---Tungu---JLEN.jpg    Tungurahua - 08.03.2013 - un panache chargé en cendres - photo © José Luis Espinosa Naranjo

    20013.03.09-Tungu---JLEN.jpg        Tungurahua - 09.03.2013 - activité strombolienne - photo © José Luis Espinosa Naranjo

 

20013.03.11-Tungu-JELNIMG_0808---copia.jpg                           Tungurahua - 11.03.2013 - photo © José Luis Espinosa Naranjo

 

2013.03.11-Tungu---JELN-IMG_0827---copia.jpg

Tungurahua - 11.03.2013 / 18h30 - activité strombolienne et panache de gaz et cendres - photo © José Luis Espinosa Naranjo

 

2013.03.11-18h57-JELN.jpg         Tungurahua - 11.03.2013 - activité strombolienne - photo © José Luis Espinosa Naranjo

 

Sources :

- Photos de mon ami José Luis Espinosa Naranjo

- Rapports de l'IGEPN

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

Grâce à diverses sources d'archives, voici quelques vues de l'Etna en activité au début des années 1800.

 

1800-1900 de Catania - F.Cannizzo

                 Etna et panorama de Catania  - années 1800 - doc. "Collezione privata Cannizzo"

 

1800-.---Etna-de-Taormina---F.Cannizzo.jpg

           Eruption de l'Etna vue de Taormina - années 1800 - doc. "Collezione privata Cannizzo"

 

Etna fin 1800 - Sunday times - Cannizzo   L'Etna vu de la campagne autour de Catania - fin années 1800 -  doc. "Collezione privata Cannizzo"

 

Eruzione di cenere 1891 - Römmler & jonas               Etna - éruption cendreuse du 20.02.1891 - doc. Römmler & Jonas / Goethezeitportal.de

 

L’éruption la plus marquante du 19° siècle est celle qui a formé les Monti Silvestri.


Une éruption fissurale de flanc, entre 1800 et 2000 mètres, entre les cônes de la Montagnola au nord et Gemmelaro au sud, va produire d’importantes coulées de lave qui vont s’épancher jusqu’aux portes de Nicolosi, et construire les Monti Silvestri, qui doivent leur nom à un pionnier de la volcanologie Italienne.

 

1892 - 2 - Cannizzo

                      Etna - éruption 1892 - doc. "Collezione privata Cannizzo"


1892.07.06. - Etna - F.Cannizzo        Etna - éruption 1892 - cônes de scories le 6 juillet 1892 -   doc. "Collezione privata Cannizzo"

 

Etna 1892 - lcweb2.loc.gov                          Etna - éruption 1892 - "cratère central" - photo lcweb 2.loc.gov

 

Eruzione dell Etna 1892 - artistica-Crupi Taormina - goethe          Etna- les Monti Silvestri - 1892 - Fotografia Artistica-Crupi, Taormina - goethezeitportal.de

 


On distingue le Monte Silvestri superiore, un cône de scorie asymétrique à deux cratères situé à 2064 mètes et le Monte Silvestri inferiore, plus au sud, à 1912 mètres. Ce dernier possède un grand cratère central, doublé d’un second plus petit, sur le bord nord-est. Ils sont séparés aujourd’hui par la route provinciale 92 qui mène au complexe touristique du Rifugio Sapienza.

Le complexe Silvestri comprend aussi le Monte Nero (1880 m) et d’autres anonymes.

 

Monti silvestri - ref.Sapienza - INGVEtna - vue aérienne des MontiSilvestri et de la zone touristique du Rifugio Sapienza - en haut à droite, les coulées de lave grisâtre de 1892 - en bas à droite, coulées noires de 1983 - longeant à l'ouest les Monti Silvestri, coulée fumante de l'éruption fissurale F4 / quote 2100 m. en 2001.

Foto aerea, collezione d’immagini digitali dell’INGV-Catania

 

 

Etna - Monti Silvestri           Etna - Monte silvestri inferiore et la route vers le Rifugio Sapienza - photo Geositi.net

 

Sources:

- Archives privées de Franz Cannizzo

- Archives Goethezeitportal.de / Der Ätna, ansichten auf alten postkarten und reisebeschreibungen

- INGV Catania

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

Catania-av.1669---F.Cannizzo---torre-del-Vescovo-et-lago-di.jpg

Catania - avant l'éruption de 1669 - la Torre de Vescovo et la lago di Nicito - document "Collezione privata Cannizzo"


L’éruption de l’Etna en 1669 est particulière à plus d’un titre : c’est une éruption excentrique, avec effusion magmatique ; elle a généré la plus longue coulée de l’Etna : 15 km. C’est aussi un premier cas d’essai de détournement des coulées de lave.


Le 8 mars, la terre tremble près de Nicolosi. Le 11 mars, une fissure radiale longue de plusieurs kilomètres s’ouvre … six bouches vont s’édifier sur la fissure ! Dans la nuit suivante, de grande quantité de lave sont émises en partie basse. En environ 20 heures, la coulée noie la ville de Malpasso … heureusement, les 8.000 habitants l’ont fui à temps.

 Le 12 mars, sept autres bouches s’ouvrent pour ensuite devenir coalescentes et former un cratère qui présente une très forte activité explosive. Le vent va porter les cendres jusqu’à la pointe sud de la Sicile. Peu à peu, les plus grands cônes adventifs de l’Etna s’édifient : les Monti Rossi.

 

Monti-rossi---volcanspro.free.jpg                                  Etna - les Monti Rossi - 1669 - photo Volcanspro.free.fr


 La lave continue à jaillir de l’ensemble et les coulées, réparties en trois bras, détruisent une douzaine de localités. Le 15 avril, une coulée atteint les murs de Catania, et contourne la ville et arrive le 23 à la mer ... elle s'y avance de 1500 mètres.

 

 

1381_1669.jpg                        Etna flanc SE - Carte des coulées de 1381 et 1669 - carte INGV Catania

 

etna-1669.jpg      Etna - éruption de 1669 - doc. Giovani Alfonso Borelli, 1608-1679 / Today in history / Blogspot

     Notez la réaction entre les coulées et l'eau de mer, face aux murailles de Catania.


Le 30 avril, une brèche s’ouvre dans la muraille de la ville, la lave s’y engouffre … Une déviation est tentée par un groupe d’une cinquantaine d’hommes, dirigés par Diego Pappalardo. Couverts de peaux de bêtes trempées d'eau au préalable, ils ouvrent, à l’aide de piques et pioches, une brèche dans la paroi latérale solidifiée de la coulée … la lave s’y écoule et interrompt sa progression vers Catania, mais se dirige vers Paterno, dont les habitants, furieux, chassent les hommes de Pappalardo. La brèche se referme et la lave reprend sa progression vers la ville, où les maisons s'effondrent les unes après les autres, et leurs décombres sont entraînées par un irrésistible courant.

 

Etna_eruzione_1669_platania.jpgCatania, atteinte par les coulées de lave de l'éruption de l'Etna en 1669 - fresque du Duomo -
Giacinto Platania, Catania raggiunta dalle colate laviche dell'eruzione dell'Etna del 1669. Affresco nel Duomo di Catania. - G.Dallorto

 

Castello_Ursino---wikimedia.jpgCatania - Castello Ursino (on le situe en bordure de coulée sur la fresque ci-dessus) - photo wikimedia

 

La lave va submerger dans les jours suivants la partie ouest de la ville ... les gens tentent de s'opposer à cette invasion de lave, construisent des barrages dérisoires, essaient d'enfermer le fleuve dans des impasses. Mais une autre partie des remparts cède et la lave entoure le Castel Ursino, situé à cette époque sur une falaise en bordure de mer. Il sera relégué à un kilomètre dans les terres, ses douves emplies par la lave.


L’éruption s’arrête en juillet 1669. Au total, l’Etna aura émis un volume de cendres et laves estimé à 1,5 milliards de mètres cubes.

A noter qu’après cette éruption, la loi Italienne va interdire, jusqu’en 1983, le détournement artificiel des coulées de lave.


L’éruption excentrique diffère d’une éruption latérale par le mode d’alimentation. Le magma vient directement de la profondeur sans être relié avec la cheminée principale. Elle est caractérisée aussi par le calme du cratère central durant toute l’éruption : dans le cas de l’épisode 1669, le cratère central reste calme durant la majeure partie de l’éruption. Le 25 mai, 74 jours après le début du paroxysme, le sommet de l’Etna s’effondre, phénomène accompagné de nombreux séismes.

 

EtnaPlumbing-syst.-Behncke---Neri-2003.jpgEtna - le système de plomberie du volcan et trois types d'éruption : éruption excentrique, éruption sommitale, et éruption latérale. - doc. Boris Behncke & Neri 2003.


L’éruption de 1669 a vraisemblablement vidé un réservoir magmatique superficiel, présent depuis des décades, comme en témoigne la présence d’abondants cristaux centimétriques de plagioclase, retrouvés dans les laves entre 1600 et 1669. On appelle ces laves "cicirara ", traduisible par "poix chiches", à cause de l’aspect des cristaux. L’Etna ne produira plus de  "cicirara" après 1669. (Corsaro & al. 1996)

De plus, le fréquence et la taille des éruptions de flanc va diminuer fortement pour environ 100 ans, avec seulement trois évènements mineurs en 1689, 1702 et 1755. Il semble que le réservoir magmatique nourricier de l’activité intense du 17° siècle ait disparu, et que ce système d’alimentation ait été perturbé.

 

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et de Larouzière - éd. Delachaux & Niestlé

- Etna vulcanologia : L'erruzione del 1669 - par Dr Salvatore Caffo - link

- Sur l'Etna - par Haroun Tazieff - éd. L'Odyssée / Flammarion - chapitre huitième.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Sicile - Etna :

A la Voragine, l'activité strombolienne, initiée les 26 et 27 février, se poursuit sans beaucoup de changements, avec des explosions expulsant des matériaux incandescents à une centaine de mètres au dessus du bord du cratère. La bouche active est situé à proximité des restes du diaphragme séparant la Voragine de la Bocca Nuova. De l'incandescence est toujours remarquée les 4 et 5 mars durant la nuit.

 

Le nouveau cratère sud-est a été l'objet du 7° épisode de fontaines de lave cette année, juste après minuit le 6 mars.

Après une reprise de l'activité strombolienne vers 19h15 locale, au niveau de la bouche située dans la selle entre l'ancien et le nouveau cratère sud-est, les explosions sont devenues progressivement plus intenses ... pour déboucher sur des fontaines de lave pulsatiles à 23h54 locale.

Une fine couche nuageuse dérivant devant le cratère a permis de visualiser de fortes variations dans l'intensité et la hauteur du fountaining.

Une coulée de lave a vu son débit s'accélérer et elle a progressé en longeant la base du cône en éruption, rejointe vers 0h34 locale par une seconde issue de l'échancrure, toutes deux en direction de la Valle del Bove.

Le paroxysme s'est arrêté vers , de même que l'alimentation des coulées.

 

2013.03.05-21h01.jpg

2013.03.05-22h36.jpg

 

Activité au niveau de la Voragine et du NSEC
Webcam radioStudio7.
2013.03.05-23h42.jpg                 Etna NSEC - Fontaines de lave le 05.03.2013 - 23h 42 locale - webcam INGV Catania

Kamchatka :

Au Tolbachik, l'éruption se poursuit de façon habituelle, avec une légère tendance décroissante : activité strombolienne au niveau du cône et coulées de lave canalisées ou sous tunnels partiels.

Le niveau d'alerte est cependant maintenu à l'orange.

Activolcans signale la sécurisation du site : les autorités ont décidé de créer des installations plus confortables (bois de chauffage, eau potable et toilettes) ainsi qu'une zone de camping.

 

2013.02.25-Tolba---Y.Demyanchuk-copie-1.jpg                        Tolbachik - coulée de lave canalisée - 25.02.2013 - photo Y. Demyanchuk

 

Tolba---echantilonnage----Y.Demyanchuk.jpgTolbachik - échantillonnage de lave par un volcanologue - photo Y. Demyanchuk / Volkstat.ru

 

Le Shiveluch a connu le 6 mars entre 5 et 6h30 une phase de déstabilisation du dôme actif, caractérisée par 3-4 effondrements et écoulements pyroclastiques, dont un de 4.000 mètres de longueur. La progression des coulées pyroclastiques sur la neige et la glace ont donné des phénomènes phréatomagmatiques.


 

Guatemala - Fuego :

Le 3 mars, le Fuego a été le siège d'une faible activité éruptive : des explosions stromboliennes animent le sommet ... prises en vidéo par Aaren Martinez, lors d'une procession à Jocotenango. L'activité effusive alimente une courte coulée en direction de la ravine Trinidad.

Puis le niveau d'activité a augmenté, avec ds fontaines de lave de 300 mètres de hauteur, et l'alimentation de deux coulées, l'une vers la ravine Trinitad , l'autre vers la ravine Taniluya.

La phase active intense s'est terminée le 4 au soir, après 52 heures d'émission continue de lave.

Dans son rapport du 05.03, l'Insivumeh rapporte de faibles fumerolles blanches montant à 50 mètres et dérivant vers l'est; quelques 11 émissions pulsatiles de matériaux incandescents montant à 100 mètres de hauteur sont signalées, accompagnées de cendres grises et de faibles avalanches en direction de Tanilyua.

 

2013.03.04-12h20---2-.jpg              Fuego - activité strombolienne et coulées du 04.03.2013 - photo los mochileros.net

 

Sismicite-fuego-31.01---07.03.2013---CONRED.png                               Fuego - activité sismique du volcan au 05.03.2013 - doc. CONRED

 

 

 

 

Equateur - Tungurahua :

L'IGEPN signale de nouveaux signes de réveil du Tungurahua, le 2 mars : grondements, activité explosive et chutes de cendres noires (magma juvénile), sismicité en hausse et trémor.

 

2013.03.01-Tungu-OVT-IGEPN.jpg   Tungurahua -  petits panaches, contenant de la cendre, le 01.03.2013 - photo  J. Ordoñez, OVT-IGEPN

 

 

Japon - volcan Hakone

Le JMA indique des modifications inquiétantes à l'Hakone depuis le 11 janvier 2013. Une hausse de la sismicité et de l'inflation sont mesurées près du dôme Komagatake, situé dans la caldeira.

L'Hakone ne se trouve qu'à 80 km de Tokyo, et encore plus proche de la localité qui porte son nom, destination touristique en raison des phénomènes géothermaux. Sa dernière éruption remonte à 2900 ans, caractérisée par une coulée pyroclastique et une explosion de la zone sommitale qui en ont changé l'aspect.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
puydedome2c-superbesse.jpg                Le Puy de Dôme dans la chaîne des Puys - photo Superbesses

L’Europe occidentale est traversée par une grande déchirure de l’écorce terrestre : le rift ouest-Européen.
Ce rift est particulièrement visible au niveau de l’ensemble tectono-volcanique de la faille de La Limagne et de la Chaîne des Puys, en France.
 
Ces sublimes paysages ont été sélectionnés par le gouvernement Français pour être présentés en 2013-2014 au comité du Patrimoine Mondial de l’Unesco. C’est une procédure longue et complexe qui vit cette année des étapes décisives.
 
Cet ensemble volcanique jeune à l’échelle géologique, formé entre 95.000 et 8.400 ans pour sa partie centrale, se place dans un contexte beaucoup plus ancien, daté de plus de 350 millions d’années.

Mise-en-page-1---CG63-UNESCO-Plaquette-Grand-Public4-copie-.jpg                                              1°étape de formation : l'orogenèse alpine

Mise-en-page-1---CG63-UNESCO-Plaquette-Grand-Public9-copie.jpg
                                          2°étape : rifting - faille et graben de La Limagne

Mise-en-page-1---CG63-UNESCO-Plaquette-Grand-Public10-copie.jpg                                          3° étape : volcanisme de la chaîne des Puys.

Mise-en-page-1---CG63-UNESCO-Plaquette-Grand-Public4.jpg                                          Ligne du temps et étapes géologiques marquantes
Documents : Histoire géologique de l'Auvergne / B.Van Wyk de Vries - Laboratoire Magmas et Volcans - Clermont-Ferrand.

L’ensemble tectono-volcanique de la Chaîne des Puys et de la faille de Limagne a historiquement permis l’émergence de la volcanologie au 18° siècle et, grâce à une compréhension exhaustive des formes et des processus terrestres, permis des avancées scientifiques substantielles.

 

Quelques_puys-depuis-le-P.deDome.jpg                        La chaîne des Puys, vue du sommet du Puy de Dôme.


Il comprend :

- l’épaulement de rift qui détache le plateau des Dômes, substratum de la Chaîne des Puys, de la plaine de Limagne entre la ville de Volvic au nord et Chanonat au Sud,

- les quelque 80 volcans monogéniques formant l’alignement nord-sud de la Chaîne des Puys ;

- les cinq grandes coulées de la Chaîne des Puys, dont trois se sont épanchées en direction de la vallée de la Sioule à l’ouest, et deux en direction de la Limagne à l’est,

- le relief inversé de la Montagne de la Serre, témoin du travail de dénudation de l’érosion autour d’une coulée volcanique du Pliocène et son corollaire, la vallée de la Veyre ,

- les lacs de barrage d’Aydat et la Cassière, montrant l’impact du volcanisme sur la topographie préexistante.

 

Mise-en-page-1---CG63-UNESCO-Plaquette-Grand-Public2.jpgCarte des zones proposées, avec les zones tampons (hachurées) - doc. Plaquette grand public Unesco.


Pour rester informé de l'avance du processus, une adresse :

http://www.chainedespuys-failledelimagne.com

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L’ Etna, et plus particulièrement son nouveau cratère sud-est, a commis en 2012 et en février 2013 de grandes fontaines de lave.

Son dernier paroxysme en date est crédité de fontaines montant à 600-800 mètres de hauteur … deux fois la hauteur de la Tour Eifel ou plus !

Bien que ce type d’éruption soit spectaculaire et photogénique, nous sommes loin d’un record en matière de hauteur.


2013.02.23 MDM Etna Walk      Etna  -  Fontaines de lave du 5° paroxysme 2013 - photo Marci di Marco / Etna Walk 23.02.2013

 

La hauteur des fontaines de lave dépend de nombreux facteurs :

- l’approvisionnement en magma  

- la teneur du magma en gaz : plus la teneur en gaz est élevée, plus l’éruption sera explosive 

- la géométrie du cratère.

 

La plus haute fontaine observée au cours des temps historiques est attribuée à l’éruption de l’Izu-Oshima en 1986, localisé sur l’arc volcanique Izu-Bonin au sud de Tokyo.

Map_IzuIslandsShuttle.jpgLe stratovolcan Oshima forme, avec ses prédécesseurs, la plus nordique des îles Izu. Il est coiffé par une caldeira de 4 km. de large, contenant un grand cône central, le Mihara-yama, et de cônes parasites.  - Carte de l'arc volcanique Izu

L’éruption a débuté le 15 novembre 1986 à 17h25, accompagnée de fontaines de lave et de la formation d’un lac de lave dans le cratère.

Son débordement donne naissance à des coulées le 18 novembre qui se sont répandues sur le plancher de la caldeira. L’activité du cratère central a décliné ensuite jusqu’au 20 novembre … pour reprendre soudainement par le biais d’une éruption fissurale le 21 novembre à 16h15.

 

Isu-Oshima---21.11.1996---Katsuyuki-Abe-VSJ.jpg

Eruption du 21.11.1986 du Mihara-yama/ Izu-Oshima  -  photo Katsuyuki Abe / Volcanological Survey of Japan


De spectaculaires fontaines de lave sont montées d’une fissure, atteignant 1.000 m. de longueur, sur le flanc nord du Mihara-yama,  et se sont élevées jusqu’à 1.600 mètres.

Elles ont nourri une colonne éruptive sub-plinienne montant à 16.000 mètres. De grandes quantités de scories se sont déposées sur toute l’île.

Les coulées de lave du Mihara-yama  ont duré quatre jours , puis suivant l’éruption fissurale, le cratère central s’est réactivé. Une éruption a eu lieu hors caldeira. Une coulée importante est descendue en direction de la ville pour s’arrêter avant de toucher les zones résidentielles. L’activité a commencé à décliner le 23 novembre.

Le GVP renseigne des volumes de lave émis de 22 millions de m³ et de téphra de 25 Mm³, pour une éruption de VEI 3.


L’éruption en Nouvelle-Zélande du volcan Tarawera en 1886 a produit des fontaines de lave estimées d’une hauteur de 2.000 mètres (sur base des récits de l’époque … et acceptable au vu des ratios d’éruption et du contenu en gaz des basaltes du volcan)

 

Tarawera-1886.jpg                           Eruption du Tarawera en 1886 - photo Roturoa museum .nz


La fissure éruptive a coupé les dômes de lave de l’éruption Kaharoa ; les roches rouges et noires de l’éruption de 1886, de 20 à 30 m. d’épaisseur, surmontent les roches pyroclastiques blanches de l’éruption Kaharoa. La fissure en échelon est longue de 8 km.


tarawara---geologu-.sdu.edu.jpg                     Tarawera - la fissure éruptive de 1886 - photo geologue.sdu.edu

 

Tarawera-AVE-1.jpg        Tarawera - strates et couleurs des différents dépôts éruptifs - photo antony Van Eeten

 


Toujours plus haut, les fontaines de lave de l’éruption du Vésuve en 1779 seraient montées à 3.000 mètres.

Sir Hamilton, l’un des premiers volcanologues, la relate dans sa correspondance :

Vésuve 1779 Pietro Fabris " Le jet de dimanche était si formidable que la simple relation paraît une fable. A une heure et demi de nuit les jets commencèrent et augmentèrent si fort que je vous jure à mon oeil et à ceux de plusieurs Anglais avec moi, à Pausillipe, d’où je l’ai vu, la matière liquide et enflammée allait trois fois plus haut que la montagne même et en conséquence plus de 11 000 pieds ( >3.000 mètres), et comme la matière tombait (encore liquide et rouge) sur le mont de Somma et sur tout le cône du Vésuve, la colonne de feu ne pouvait être moins de deux milles et demi de largeur, des bouffées de fumées noires comme de l’encre ressortaient en même temps et formèrent un rideau noir derrière cette colonne de feu vif, cette nuée noire s’étendait à chaque moment et elle était remplie de feux électriques formant des éclairs en zigzag d’un bleu argenté, lesquels ne sortaient pas du nuage mais retournaient à la colonne de feu ; cette scène dura un peu moins d’une demie heure et finit tout d’un coup, le Vésuve paraissait un cône de charbons ardents et le Somma toute enflammé, la matière ayant mis le feu aux broussailles qui le couvrent. "

 

Pietro Fabris, La grande éruption du Vésuve en 1779, le soir
William Hamilton, Campi Phlegraei ou Observations sur les volcans des Deux Siciles,
Naples, 1776-1779, planche II du Supplément

 

Alessandro-d-Anna---l-er.-du-8-aout-1779--vue-de-Santa-Luc.jpg

                L'éruption du Vésuve du 8 août 1779, vue de Santa Lucia - par Alessandro d'Anna

ERUZIONE DEL VESUVIO ACCADUTA IL DI 8.AGOSTO 1779- CIRCA L'ORA 1:DI NOTTE VEDUTA DA SANTA LUCIA A MARE' - gouache  325 x 252 mm.

 

Sources :

- Blog Eruptions - stunning lava fountains from Italy's Etna - link

- Global Volcanism Program - Oshima

- Satellite thermal analysis of the 1986 Izu-Oshima lava flows - link 

- Global Volcanism Program - Okataina (Tarawera)

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

2013.02.28-Marco-Restivo.jpg

Etna - le panache éruptif du 6° paroxysme au cratère sud-est  - photo Marco Restivo / EtnaWalk via Facebook

 

Justifiant l’interdiction d’accès des touristes au sommet, l’Etna nous a gratifié ces 27-28 février d’un étonnant spectacle : la réactivation de la Bocca nuoava et de la Voragine a été suivie d’un 6° paroxysme au nouveau cratère sud-est, qui a débuté le 28.02 vers 9h45, doublé de l’ouverture d’une bouche sur l’ancien cratère SE. (Marco di Marco / Etna Walk signale un diamètre de 100-150 m.)

 

2013.02.28-sismo.jpg                                Etna - sismo ECPN 28.02.2013 / 8h-12h - doc. INGV

 

2013.02.28-10h00---11h-Etna05.jpg2013.02.28-10h18---11h18.jpg

 

Webcam thermique INGV

heures locales = GMT-1.

 

 

2013.02.28-11h40.jpg

                                  Etna - 28.02.2013 / 11h40 - webcam RadioStudio7

 

2012.02.28-16h-coulee-belvedere.jpgCette dernière alimente une coulée de lave, sortant de la selle entre les deux cratères sud-est, qui avance en direction de la station de monitoring "Belvédère", embarquant le sismographe EBEL (à 2.900m) puis en direction de la Valle del Bove.

 

 

Etna - coulée Belvédère - webcam RadioStudio7 


Un panache chargé en cendres est responsable de chutes de cendres et lapilli sur l’est du volcan, dans une zone comprise entre Milo et Fornazzo sur les flancs de l'Etna, et Giarre et Riposto sur la côte ionienne.

 

2013.02.28-lapilli-sur-Giarre---Angela-Coco-Meteoweb.jpg                       Pluie de lapilli et cendres sur Giarre - photo Angela Coco / Meteoweb

 

2013.02.28-Protezioe-civile-Giarre.jpgGiarre - sous le nuage et les retombées de cendres de l'etna - 28.02.2013 / 11h52 - doc. Protection Civile Communale

 

Vers 13 heures, tout semble terminé, comme l'attestent le diagramme de trémor et la webcam thermique de l'INGV.

 

2013.02.28--3-EBELZ.gif                              Etna - diagramme du trémor EBELZ - doc. INGV Catania

2013.02.28-11h42---12h42.gifEtna - 28.02.2013 / 12h42 UTC - on distingue les "zones chaudes " du NSEC et de l'ensellement entre les deux cônes sud-est.

 

2013.02.28-18h02.jpgEtna - à la tombée de la nuit, incandescence au niveau de deux points de sortie de la lave et coulée rougoyante à l'avant-plan - Webcam RadioStudio7

 

... et vers 18h50, c'est reparti !!!

 

2013.02.28-18h51.jpg        Etna - l'effusion continue et de l'incandescence est visible au NSEC - Webcam RadioStudio7

 

 

 

 

 

Sources :

- INGV Catania - ndlr : il est à regretter que le site soit aussi régulièrement overbooké dès la moindre éruption !

- EtnaWalk / Radiostudio7 / Meteoweb

Lire la suite

<< < 1 2

Articles récents

Hébergé par Overblog