Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Un retour vers les estampes japonaises d’Hokusaï qui font l’objet d’une exposition organisées aux Musées d’Extrême-Orient à Bruxelles, du 27 mars au 9 juin 2013.

 

Musee-d-extreme-orient-2-BRx.jpg           Le Musée d'Extrême-Orient, dans le Domaine Royal de Laeken à Bruxelles - photo du site.

 

expo-Hokusai.jpg                       Affiche de l'exposition aux Musées d'Extrême-Orient -  avec le "Fuji rouge"

 

Parmi les quelques 7.500 estampes de la riche collection des Musées royaux d’Art et d’Histoire, l’exposition met en valeur une cinquantaine d’œuvres d’Hokusaï et quelques travaux de ses élèves. Il faut noter que les estampes les plus fragiles seront changées à dater du 30 avril.

 

Parmi les représentations célèbres du Mont Fuji, il faut épingler " Vent frais par matin clair ", plus connu sous le nom de " Fuji rouge " (voir l'affiche ci-dessus), et " Dans le creux d’une vague au large de Kanagawa " … LA vague ! toutes deux extraites des Trente-six vues du mont Fuji, (Hokusaï, 1830-32).

 

800px-The Great Wave off Kanagawa

Hokusai - Dans le creux d’une vague au large de Kanagawa - estampe extraite des 36 vues du Mont Fuji - 

25 x 37 cm. - Metropolitan Museum of art, New York

voir l'article sur cette estampe.

 

Fort du succès de cette série, Hokusaï en fera d’autres dont les Cinquante-Trois relais de Tokaido. Cette route, reliant la capitale du shōgun, Edo, à la capitale impériale, Kyoto, est l'axe principal du Japon de l'époque.

Très différent des représentations précédentes, " le Fuji vu depuis le relais de Kanaya sur le Tokaido " présente une traversée du fleuve au niveau de deux relais qui se font face … scène colorée où des porteurs font passer hommes et marchandises sur fond de volcan coiffé de neiges.

 

The_Fuji_from_Kanaya_on_the_Tokaido---Hokusai-copie.jpgHokusai - " le Fuji vu depuis le relais de Kanaya sur le Tokaido " - extrait des Cinquante-trois relais de Tokaido.

 

Présenté pour la première fois, : le " Livre illustré de la Sumida – les deux rives en un seul coup d’œil " (Ehon Sumidagawa - Ryôgan ichiran) : il dessine une vue panoramique en continu de la rivière Sumida, depuis la baie d’Edo jusque dans la capitale, au fil des saisons.

Réalisé en 1803, l’album a gardé des couleurs vives et bien préservées. Il a fait l’objet d’une édition récente ( Editions Hazan- Hokusai / Coup d'oeil sur les deux rives de la rivière Sumida suivi de la rivière Yodo - Matthi Forrer- Collection : Beaux Arts - Code EAN : 9782754106498 )

 

 De la terrasse supérieure du " Pavillon Sazai du temple des cinq cents arhats ", but de pèlerinage ou de promenade, la vue sur Edo est magnifique. Plusieurs personnages se sont accoudés à la rambarde en bois pour la contempler ; deux autres se reposent, assis près de leurs paquets.

 

Pavillon-sazai-du-temple-des-500-arhats---Hokusai.jpg      Hokusai - " Pavillon Sazai du temple des cinq cents arhats" - extrait du Livre illustré de la Sumida

 

A voir dans le même domaine de Laeken, la "Tour Japonaise" et le "Pavillon Chinois" construits au début du 20° siècle sous le Roi Léopold II.

 

Tour-Japonaise-Brx-jpg

Domaine Royal de Laeken à Bruxelles - La tour Japonaise - photo du site Musées d'Extrême-Orient.

 

Sources :

Musées d'Extrême-Orient - 44, Av. van Praet Bruxelles - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le massif volcanique de Zemplén – Tokaj , situé au confins nord-est de la Hongrie se confond avec une grande région vinicole : Tokaj-hegyalja.


 Suite de montagnes basses (altitude moyenne, 500 m), la Dorsale hongroise traverse la Hongrie de part en part, de la région du lac Balaton, au sud-ouest, à la frontière russe, au nord-ouest ; elle sépare de ce fait la plaine Pannonique en deux parties, Kisalföld au nord-ouest et Nagyalföld au sud-est. Le Danube, en prenant la direction du sud dans la région de Budapest, décrit le "coude du Danube", divisant la Dorsale en deux ensembles : la Dorsale de Transdanubie et la Dorsale septentrionale.

La Dorsale de Transdanubie est une succession de horsts calcaires et dolomitiques, bien individualisés par de larges fossés tectoniques. Le massif mésozoïque s'est fracturé lors du soulèvement des Carpates, mais il doit son allure actuelle aux mouvements répétés (Pliocène, Quaternaire) du grand accident tectonique qui limite l'affaissement de la plaine Pannonique. Les fossés tectoniques de Mor et de Tata séparent le massif en trois unités : Bakony (704 m), Vértes et l'ensemble Budai-Pilis-Gerecse.

La Dorsale septentrionale fait partie de la ceinture volcanique interne des Carpates. Elle comporte des restes des stratovolcans tertiaires et des blocs mésozoïques soulevés par les mouvements affectant le socle.

 

furmint---Tokaj.jpg                        Hongrie nord-est - le massif volcanique Zemplén-Tokaj

 

Tokaj_-_Hegyalja---Civertan.jpg           Le mont Tokaj, un ancien volcan aux flancs couverts de vignobles - photo civertan

 


Tokaj : "le vin des Rois et le roi des vins"

La minéralité du sol volcanique, couplée à des cépages inconnus ailleurs, le Furmint et le Harslevelü, vont permettre de créer un vin d’exception.

 Les vignobles habillent les pentes sud et ouest du massif volcanique Zemplén et les pentes du volcan Tokaj. Les côteaux longent les zones humides des rivières Tisza et Bodrog, d’où s’élève dès l’automne un brouillard épais qui noie l’horizon.


-Botrytis_riesling---T.O.M-jpg                    Grains de raisin touchés par le Botrytis cinerea, la "pourriture noble".


Ce brouillard est à l’origine du Botrytis cinerea, un fin duvet gris cendré, une "pourriture noble" dont la présence concentre les sucres des grains de raisin. Le chaleur venue des plaines aride au sud, la Puszta, crée un microclimat favorable à une seconde concentration, appelée passerillage, qui va confire les grains, et exhaler des arômes de chocolat, de pruneaux et de champignons … Cette combinaison providentielle de pourriture et de sécheresse donnent ainsi naissance au grain aszú.

Gorgé de sucre et de parfums, il est la matière première du grand vin liquoreux hongrois : le Tokaji Aszú !

Les grains aszú sont tellement secs et recroquevillés qu’on ne peut les presser tels quels. On les porte donc d’abord dans des cuves dont le fond est percé de trous munis de robinets. Au fil des heures, un jus s’exprime alors lentement, par le seul poids du raisin. Cette quintessence de grains nobles n’est autre que l’Eszencia, tellement riche en sucre (jusqu’à 900 grammes par litre !) que la fermentation alcoolique ne se fait pas.

Cette pâte de grains aszú est ajoutée au moût de raisins Furmint, Harslevelü et Muscat en quantité variable, selon le nombre de hottes, ou puttonyos, utilisées. Après fermentation et filtrage , l’assemblage va vieillir durant tokaj-caves---gonomad.jpgminimum trois ans en fûts de chênes dans des caves creusées dans le tuff ou le roc, où règne une température constante de l’ordre de 10°C.


Entrées de caves - région viticole du Tokaj / photo gonomad


L’air y est recyclé naturellement par des prises d’air nommées trous de l’âme. Le présence d’une moisissure qui tapisse les parois, le cladosporium cellare, joue un rôle de filtre. Ces caves sont mentionnées dans des documents du 12° siècle.

 

Ce n’est qu’à l’époque Ottomane que le Tokaji Aszú fut produit pour la première fois … selon la légende, la crainte des raids turcs retarda la récolte. Les raisins flétrirent et la pourriture noble s’installa ; le vin fut néanmoins produit et présenté aux seigneurs du domaine. La méthode de fabrication a été décrite en 1571. Ce vin fit ensuite la conquête de l’europe, grâce au prince Rákóczi, qui fut son ambassadeur auprès des cours royales et impériales. Louis XIV l’a baptisé " le vin des rois et le roi des vins ".

 

Vignobles-de-Tokaj---Joris-Hoefnagel-16-.jpg                         Le vignoble de Tokaj - gravure de Joris Hoefnagel / 16° siècle


Tokay-essence-1811-bottled-1940.pngCe nectar était tellement convoité, qu’au 19e siècle, les tsars de Russie le faisaient escorter jusqu’à Saint-Pétersbourg par un régiment de Cosaques !

François-Marie Arouet, dit Voltaire, en parle en ces termes : " L'aszü de Tokaj est un breuvage ambré aux couleurs éclatantes qui tisse les fils d'or de l'esprit et fait scintiller les mots les plus spirituels. "

 

Tokay Essence 1811

"Bottled about 1840. Formerly the property of the Princely Family of Bretzenheim, which became extinct in 1863" - Sold by Berry Bros in the 1920's. The nec plus ultra of Tokaji, and one of the greatest of all 19th century wines. - photo Tokaji on line.

 

Les guerres mondiales, suivies d’une collectivisation synonyme de perte de qualité, ont coupé son essort.

Il a fallu ensuite attendre la chute du mur et les années 1990 pour assister à la renaissance du Tokaj-hegyalja.

Tokaj-hegyalja, mot à mot Tokaj-piémont, désigne la région d'Appellation d'Origine Contrôlée, d'une surface encépée de 6500 ha à ce jour.

 

Ce vignoble se présente sous la forme d'un triangle au sud duquel se trouve le village de Tokaj, où est situé le Domaine Impérial Hétszölö.


-Several_bottles_of_Tokaji---takato-marui.jpg" Tokay Renaissance ", des bouteilles primées aux Vinalies internationales de Paris. - photo Takato Marui 

   

oremus-1972-etiquette.jpg

disznoko---1992-etiquette.jpg

 

Etiquettes de Tokaji Aszu

Oremus de 1972 / 6 puttonyos

et Disznokö 1992 / 5 puttonyos

photo Tokaji on line.

 

Le vin a une robe opale, des parfums d’abricot, de miel et d’épices, une texture soyeuse, qui le font considérer comme le plus grand vin liquoreux du monde … Tout ce qui entre dans la composition du Tokaji  hongrois est original et particulier : sols, raisins, vinification, caves, jusqu’à la forme de la bouteille !  


Sources :

- Le paysage culturel viticole de la région de Tokaj (Hongrie) - par Zsuzsa Cros Kárpáti, architecte paysagiste - Chercheur associé, UMR LADYSS CNRS, France
- Tokaji on line - link

            " Les régions et pays viticoles sont toujours idylliques " - Hamvas Béla

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Heviz---installations-thermales---HTME.jpg

                 Hongrie - Héviz : le lac et une des installations hydrothermales - photo HTME

 

Grâce à la fine épaisseur de la croute terrestre formant le bassin des Carpates, la nature a doté la Hongrie de plus de 2.000 sources thermales et médicinales naturelles, riches en matières minérales.

 A l’Antiquité, sur le territoire de la province de Pannonie, située en grande partie dans la partie ouest de la Hongrie actuelle, les Romains jouissent déjà d’une culture balnéaire très développée. Centres à la fois de la vie culturelle, des loisirs et des soins d’hygiène, les thermes constituent des équipements indispensables du mode de vie des Romains. Sur le territoire de l’ancienne ville romaine d’Aquincum, située sur l’emplacement de l’actuelle ville de Budapest, les archéologues ont identifié les vestiges de 11 bains thermaux.

La culture thermale a repris vie lors de l'occupation turque, lorsque pour utiliser l'eau des sources thermales de nombreuses maisons de bains ont été construites, dont certaines sont toujours opérationnelles de nos jours.

Au 19ème siècle, grâce au développement du forage en profondeur et de la science médicale, la culture des bains a connu un nouvel élan.


Héviz, situé à l’ouest du Balaton, abrite le plus grand lac d’eau chaude européen (49.000 m²), protégé par une forêt. Les eaux sulfureuses et légèrement radioactives ont une température de 30-35°C en été, et ne descendent pas sous les 22°C en hiver, chauffées par géothermie. Leurs vertus thérapeutiques, pour les soins  des rhumatismes et des articulations enflammées, sont connues depuis plus de 2.000 ans.

 

Medicinal_Bath_Heviz---Civertan-Grafikai-studio.jpgHongrie / Balaton - le lac d'Héviz et les installations hydrothermales - photo Civertan Grafikai Studio

 

Ce lac s’est formé à la même époque que le lac Balaton, il y a 20-22.000 ans, suite à des mouvements tectoniques. Le niveau plus élevé des eaux à cette époque les faisait couler dans le Balaton. Les changements climatiques ont ensuite fait baisser le niveau des eaux, et de la tourbe s’est accumulée au fond du lac de Héviz.


L’exploration par plongée dans le lac, dans les années 1950, a révélé une forme en demi-entonnoir dissymétrique. Une dizaine de sources alimentent le lac, au départ d’une grotte dont l’entrée se trouve à presque 40 m. de profondeur. Leur débit abondant (440 litres par seconde) permettent un renouvellement de l'eau en 48 heures.

 

Heviz---coupe---cern.ch.jpg              Hongrie - lac d'Héviz - coupe du "cratère" et de la grotte - doc. CERN.ch

 

Divers taxons bactériens caractérisent ces eaux chaudes : des cyanobactéries et autres thermophiles endémiques y côtoient des algues vertes, deux espèces de nématodes et des crustacés primitifs.

 

Sources :

 - Large hydrovolcanic filed in the Pannonian basin : general characteristics of the Bakony-Balaton Hihland volcanic field, Hungary – by K.Németh & U.Martin

 - Hydro- und Umweltgeologie Mitteleuropas - Balaton und Héviz, Ungarn – by Anja Bretzler.

- CERN scuba club Geneve - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 Le 10° épisode d’activité éruptive de l’Etna de 2013, débuté le 8 avril, a connu son apothéose ce vendredi 12.

 

2013.04.12.jpg                   Etna - éruption printanière le  12.04.2013 - photo © Etna Walk - www.etnawalk.it


Comme le signalent le directeur de l’observatoire de l’INGV à Catania, Domenico Patanè, et le volcanologue Boris Behncke, on ne se trouve pas en présence d’un paroxysme proprement dit, mais bien d’une véritable éruption sommitale durable. L’activité est plus faible que celle remarquée au cours des derniers paroxysmes, mais plus longue : débutée le 8 avril avec une explosion et une émission de cendres, elle est passée au stade des explosions stromboliennes le 10.

Cette activité a progressivement augmenté dans la journée du 11, pour devenir pratiquement continue en soirée, avec de fortes et bruyantes explosions et l’émission de deux petites coulées de lave. L’une d’elle provenait du bord sud-et du cratère, l’autre de l’ensellement situé entre les deux cônes du cratère sud-est.

A noter que l’aéroport de Catania a été fermé depuis le 11 à 21 heures jusqu’au 12 à 6h.30, d’après la presse locale.

 

2013.04.12 2h 462013.04.12-6h03-webcam2-lave.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etna SEC - 12.04 2h46 : webcam RadioStudio7-6h03 : webcam LAVE

 

2013.04.12---10h52.jpg

                      Etna - 12.04.2013 / 10h.52 - webcam Valle del Bove RadioStudio7


2013.04.12-12h-36Emov0212.jpg2013.04.12-12h39-etna2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etna 12.04 - à gauche, 12h36 GMT - webcam INGV - à droite, 12h39 - webcam RadioStudio7

 

2013.04-13h12.jpg                             Etna - 12.04.2013 / 13h12 GMT - webcams INGV Catania


Le 12, l’activité s’est maintenue jusque vers 13 heures, moment où de volumineux panaches de cendres et une coulée de lave se sont échappés du NSEC … alors que le niveau de trémor baissait un peu.

 

2013.04.12-13h30.jpg                        Etna SEC - 12.04.2013 / 13h30 GMT - webcam INGV Catania


Entre 13 et 14 heures, de petites fontaines de lave non soutenues sont montées à maximum 200 mètres. Seule une petite quantité de matériaux pyroclastique est retombée, et l’activité est restée cantonnée aux bouches éruptives situées dans le cratère.


Vers 14h.10, une coulée pyroclastique sur le flanc nord-est du NSEC a accompagnée l’ouverture d’une fissure, tandis que la coulée de lave était toujours alimentée.

 

2013.04.12 14h10                              Etna SEC - 12.04.2013 / 14h10 - webcam RadioStudio7

 

2013.04.12-14h11-2-Etna-trekk.-copie.jpg                     Etna SEC - 12.04.2013 / 14h11 - webcam Etna Trekking


 L'activité explosive a cessé vers 15 heures, et vers 16 heures, avec une baisse brutale du trémor, la dixième éruption de l’année semblait terminée …

une activité effusive faible se maintenant en soirée.

 

2013.04.12-tremor-en-chute-ETFI_hhz.jpg            Etna ETFI - diagramme du trémor éruption du 08 au 12.04.2013 - doc. INGV Catania

 

2013.04.12-14h54.jpg2013.04.12-15h-Emot0260.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etna SEC - 12.04 - Fin de l'éruption - Webcams INGV Catania

NB : tout ceci est vu de "très loin", grâce aux webcams et ne saurait avoir la précision d'observations de terrain, irremplaçables ... 

 

Sources:

- Webcams INGV, LAVE, Etna trekking et RadioStudio7

- Photos de EtnaWalk et Turi Caggegi dans la Republica

- Interview du directeur de l'INGV par Terremoto al sud Italia - Calcoli allarmanti

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Après les explosions cendreuses du 8 avril, la fréquence de celles-ci a augmenté, passant d'un à deux épisodes horaires à 6-7 le 9 avril.

Ci dessous, une vidéo de deux explosions respectivement à 13h.23 et 17h.04, filmés par Marco Restivo et Marco di Marco pour EtnaWalk.

 

 

 

L'activité explosive strombolienne s'est poursuivie durant les journées du 10 et 11 avril, pour s'intensifier en fin de matinée et atteindre un nouveau palier au cours de la nuit du 11 au 12. 

 

2013.04.09-11h33.jpg2013.04.09---16h39.jpg

 

 

 

Etna SEC - 09.04.2013 explosions à 11h33 et 16h39

webcams RadioStudio7 et LAVE.

 

2013.04.10-10h48.jpg                 Etna SEC - 10.04.2013 - 8h48 loc / 10h48 GMT - webcams INGV Catania

 

2013.04.11---Marco-Restivo.jpgEtna SEC - 11.04.2013 - Intense activité strombolienne et retombées ballistiques sur les flancs du cône - photo Marco Restivo pour EtnaWalk

 

2013.04.10-20h28.jpg                                   Etna SEC - 10.04.2013 / 20h28 - webcam Radiostudio7

 

2013.04.12-tremor-ETFI_hhz.jpg    Etna - ETFI - diagramme d'évolution du trémor entre les 9 et 12.04.2013 / 10h.00 - doc. INGV


Une coulée de lave a débuté vers 20 h. le 11.04

 

2013.04.11-19h58.jpg  Etna SEC - 11.04.2013 / 19h58 : activité strombolienne et début de coulée - webcam RadioStudio7

 

2013.04.11-20h15-etna2.jpg2013.04.11-20h33.jpg

Etna SEC 11.04

maintien d'une activité forte au cours de la nuit - webcams RS7

 

2013.04.12-2h-46.jpg

Etna SEC - 12.04.2013 / 02h46 - on apercoit une coulée de par et d'autre du jaillissement strombolien. webcam RS7

 

 

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le champ volcanique des hauteurs de Bacony-Balaton localisé au nord du lac Balaton comprend  une centaine de structures volcaniques, dont des boucliers, des anneaux de tuff et des maars.

 

Badacsony de Szigliget - Pilise Gabor               Hongrie - le Mont Badacsony, vu de Szigliget - photo Pilise Gabor

 

Dans les zones où une épaisse couche de grès Pannonian constitue la strate Monogenic-VF-of-western-Pannonian-basin14.jpgpré-volcanique, des centres volcaniques de type « maar normal » sont trouvés, remplis par une épaisse couche magmatique.

A d’autres endroits, où seule une faible couche de grès Pannonian surmonte des roches du Mésozoïque au Paléozoïque, caractérisées par des fractures contrôlant l’aquifère, on retrouve des maars de grandeur inhabituelle, dit maars de type Tihany ; ils sont remplis habituellement par d’épais dépôts lacustres, formant des séquences de type Gilbert.


Coupes théoriques d'un complexe de maars volcaniques, sur base des roches pyroclastiques préservées, de leurs textures et répartitions. -

in "An Overview of the Monogenetic Volcanic
Fields of the Western Pannonian Basin" by K.Nemeth.

sur la carte ci-dessous : Pula (25) - Hajagos (14) - Sag-hegy


Au nord du champ volcanique, dans une zone de moindre interaction avec les eaux de surface ou souterraines, se trouvent des volcans-boucliers et de grands cônes de scories.


 

Monogenic-VF-of-western-Pannonian-basin08.jpg                     Carte du champ volcanique des hauteurs de Balcony-Balaton - by K.Nemeth

 

Balaton.jpeg          Hongrie - le lac Balaton et environs - photo Landsat 2000, en fausses couleurs / Nasa

 

Le complexe de maars de Tihany (n°33 sur la carte), une péninsule qui presqu-ile-de-tihany.jpgs’avance dans le lac Balaton, représente la plus ancienne manifestation volcanique du BBHVF.

Ce complexe de maars, daté de 7,56 Ma (fin du Miocène), a été formé par des éruptions phréatomagmatiques dues à l’interaction entre le magma et les eaux souterraines contenues dans les sables au début. Ensuite,les blasts ont excavés les calcaires et mis au contact les eaux karstiques et le magma, puis d’autres grès et schistes et les eaux fissurales. Ces explosions ont laissé en surface des tuffs bréchiques et au moins trois maars et un cône de scories strombolien.

La composition des verres volcaniques des unités pyroclastiques phréatomagmatiques de ce complexe va de la téphrite à la phonotéphrite, en contraste avec les verres volcaniques des dépôts stromboliens de composition basaltique à trachybasaltique.

 

TihanyCarte géologique simplifiée de Tihany - contours possible de trois cratères - et la localisation des lacs Belso et Kulso - doc. K. Nemeth


Aujourd’hui, ne persistent de façon visible que deux lacs privés d’écoulement, et situés à un niveau plus élevé que la lac Balaton ; l’un est apprécié par les pêcheurs, l’autre constitue un paradis pour les oiseaux aquatiques.

Des sources thermales ont formé une centaines de cônes de geysérite sur la péninsule.

 

mini-Tihany--20-.JPG                            Hongrie - presqu'île de tihany : le lac (marécage) Kulso

 

Badacsony (n°1 sur la carte) est l’une des plus grandes buttes du BBHVF, formée par une épaisse couche (>50 m.) de basanite foncée, couvrant un tuff Badacsony - B.Paul - Bericht Balaton endversion - Balaton Ajaunâtre de lapilli, le tout fortement érodé au Quaternaire.

Haute de 437 mètres (au dessus du niveau marin), cette butte a une forme allongée N-S sur 1.000 mètres. Aucn cratère n’est visible, enfoui sous les laves.

 

Hongrie - entablements basaltiques de Badacsony - photo B.Paul


Les buttes de Badacsony, Szentgyörgy–hagy (n°2 sur la carte)ou encore Halap (n°4 sur la carte), présentent cette élongation, à mettre en rapport avec un système d’évents fissuraux.

 Sur ces parois basaltiques où se sont formées d’étonnantes orgues et plaques basaltiques, s’épanouissent plusieurs cépages de réputation internationale et millénaire (moine gris de Badacsony, muscadet ou riesling). On accède à ces vignes, par une route pavée, bordée de caves à vins … dégustation(s) de rigueur !

 

Balaton Mt Badacsony - Tomas Orth                      Hongrie - le Mont Badacsony, vu du lac Balaton - photo Thomas Orth

 

A Hegyestű (n°28 sur la carte), dans le bassin de Kali, on peut voir une paroi -hegyestu---Szabo-Sando.jpgd’orgues basaltiques qui a échappé à l’exploitation carrière ; on peut y voir la forme conique primitive de la structure.

 

Hongrie - un des cônes volcaniques d'Hegyestű découpé par l'exploitation carrière - photo Szabo Sando.

 

Hegyest-_Geologiai_Bemutatohely_-5--Balaton.jpg                     Hongrie - les orgues basaltiques d'Hegyestű - photo Bakony-Balaton Geopark 


   Sources :

- Large hydrovolcanic filed in the Pannonian basin : general characteristics of the Bakony-Balaton Hihland volcanic field, Hungary – by K. Németh & U. Martin - link

- An Overview of the Monogenetic Volcanic Fields of the Western Pannonian Basin: Their Field Characteristics and Outlook for Future Research from a Global Perspective - by Károly Németh

- Bakony-Balaton geopark - link

-  Hydro- und Umweltgeologie Mitteleuropas - Balaton und Héviz, Ungarn – by Anja Bretzler.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Inclus dans les champs volcaniques du bassin de Pannonie (*) en Europe centrale, des champs monogéniques caractérisent l’ouest de l’actuelle Hongrie.

 

Badacsony_Region-JPGHongrie - Le lac Balaton et une partie du champ volcanique des hauteurs de Bakony-Balaton, avec la mesa du Mont Badacsony sur la droite.


Durant une période étalée sur six millions d’années, le volcanisme intra-continental a été responsable de la formation de champs volcaniques tels que le BBHVF – Bakony-Balaton Highland volcanic field  et le LHPVF – Little Hungarian Plain volcanic field, caractérisés par un flux magmatique faible largement contrôlé tectoniquement.

 

Monogenic-VF-of-western-Pannonian-basin03.jpgSituation des champs volcaniques monogéniques datant du Miocène/Pléistocène du bassin de Pannonie - et   les grandes unités géologiques de la région carpatho-pannonienne. (unités cénozoïques ; nappes de flysch des Carpates externes ; affleurements de roches mésozoïques ou plus anciennes.)  

 1 – BBHVF : Bakony-Balaton Highland Volcanic Field; 2 - LHPVF : Little Hungarian Plain Volcanic Field;

3 – Burgenland; 4 - Styria Basin; 5 - Northern Slovenian Volcanic Field; 6 – Nógrád – Gemer Volcanic Field;

7- Persanyi Mts; and 8 - Bánát. - doc. by Károly Németh (réf. en sources).

 

La reconstitution du paysage, en tenant compte de l’érosion, permet de fixer le volume de produits volcaniques émis à un peu moins de 5 km³, pour les champs volcaniques Hongrois pour la période du Miocène au Pléistocène.


Les champs volcaniques monogéniques du bassin Pannonian ouest sont constitués de restes érosionnels formant des buttes et des mesas (**), généralement composés de roches pyroclastiques recouvertes de laves.

Les parties centrales des buttes volcaniques sont composées de tuff bréchique riche en fragments lithiques du sous-bassement. La majorité des roches pyroclastiques est constituée de tuff à lapilli, riche en échardes de verre volcanique.

Ces champs monogéniques peuvent être considérés comme des champs typiquement phréatomagmatiques, révélant une interaction entre l’eau (sables fluvio-lacustres saturés en eau) et le magma au moins au niveau des périodes initiales de l’éruption.

Avec la poursuite des éruptions, les cratères ont eu une croissance tant verticale que latérale ; les blasts phréatomagmatiques successifs ont fracturé le substrat en profondeur et permit un contact entre les nappes phréatiques et le magma basaltique montant.

L’abondance de roches locales dans les successions pyroclastiques est signe que la fragmentation du magma a eu lieu en sub-surface ;

en résultent un volume significatif de roches du sous-bassement excavé, la formation d’un déficit de masse menant à un effondrement graduel, et la formation de diatrème, conduit volcanique rempli de débris.

 

G15-formation-de-Maar072-3.jpgSchéma de maar-diatrème - différentes parties à gauhe - à droite : diamètre de l'anneau de tuff formé en fonction de la profondeur du diatrème. - doc. Volker Lorenz

 

On y retrouve les restes érosionnels de maar-diatrèmes, des anneaux de tuff, des cônes de scories, des volcans-boucliers et des champs de lave. (Nemeth & al. 1999)


Monogenic-VF-of-western-Pannonian-basin04.jpg                                     Les champs volcaniques de l'ouest de la Hongrie

BBHVF – Bakony-Balaton Highland Volcanic Field, et LHPVF - Little Hungarian Plain Volcanic Field.

Les zones de roches volcaniques sont en couleur vert foncé - les références en marge tous les 10 km

doc. by Károly Németh (réf. en sources) 

 

Le lac Balaton, au sud de ces deux champs volcaniques, est le plus grand lac d'eau douce d'europe centrale; cette "mer intérieure" est fort apprécié des allemands durant la période estivale.

Ce lac est d'origine tectonique, liée à une faible subsidence : c'est un fossé d'effondrement très léger dû au jeu de nombreuses failles. La présence de reliefs volcaniques (le mont Badacsony, le Szent György et la presqu'île de Tihany, présentant des phénomènes hydrothermaux) témoigne d'anciennes remontées de lave à la faveur des failles.

 

Balaton_Hungary_Landscape---txd-flickr.jpg                                Hongrie - paysage du lac Balaton - photo tdx / Flickr

 

Lexique :

(*) La Pannonie (en latin Pannonia) est une ancienne région de l'Europe centrale, limitée au Nord par le Danube et située à l'emplacement de l'actuelle Hongrie, et partiellement de la Croatie, de la Serbie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Slovénie, de l'Autriche et de la Slovaquie.

(**) Une mesa (mot espagnol et portugais pour table) désigne en géomorphologie une élévation de terre dont le dessus est plat et les côtés constitués de versants. 

 

Sources :

- An Overview of the Monogenetic Volcanic Fields of the Western Pannonian Basin: Their Field Characteristics and Outlook for Future Research from a Global Perspective - by Károly Németh (Massey University New Zealand)

- Maar-Diatreme Volcanoes, their Formation, and their Setting in Hard-rock or Soft-rock Environments - by Volker Lorenz, Institut für Geologie, Universität Würzburg, Pleicherwall 1, D-97070 Würzburg, Germany.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le 8 avril, le NSEC a été le siège d’une série d’explosions, au rythme lent d’une à deux par heure.

Deux épisodes explosifs furent accompagnés d’émissions de cendres : le premier à 15h53, avec des cendres émises à plusieurs dizaines de mètres au dessus de la lèvre du cratère avant de se disperser sur la Valle del Bove; le second, plus énenergétique, à 17h 21, caractérisé par un champignon de matériaux pyroclastiques montant à environ 200 mètres avant d’être dispersé vers l’est.

 

2013.04.08-17h21--M.Di-Marco.jpg            Etna - émission de cendres et panache de 17h 21 - photo Marci Di Marco / Etna Walk


2013.04.08-20h27.jpg

 

 

 

Au cours de la nuit du 8 au 9, aux environs de minuit, plusieurs explosions intenses sont repérées par les webcams.

 

Etna - NSEC - 08.04.20013 / 20h27 - webcam RadioStudio7

 

 

 

2013.04.08-20h52.jpg                      Etna - NSEC - 08.04.2013 / 22h52 GMT - webcam INGV Catania 

2013.04.08-23h36-Lave.jpg2013.04.09 0h50 Lave

 Etna - NSEC

08.04.2013 / 23h36

09.04.2013 / 0h50

webcams LAVE


  Le 9 avril au matin, de petites explosions ont toujours lieu. Boris Behncke signale de nombreux épisodes de dégazage et une anomalie thermique persistante sur le côté NE du cône.

 

2013.04.08-09--ETFI_hhz.jpgDiagramme de trémor ETFI - INGV Catania : leparoxysme des 03-04.04.13 et l'activité des 08-09.04.13

 

2013.04.09-9h45-RS7.jpg       Etna - 09.04.2013 / 9h 45 - un petit panache de cendres pointe au sommet - webcam Radiostudio7

 

Aurons-nous droit à un autre paroxysme aujourd'hui ???

 

Sources :

Photo et rapport Etna Walk

Webcams LAVE - INGV Catania - RadioStudio7

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Après la récente découverte d’une nouvelle espèce de hibou (Otus jolandae) sur le Rinjani, volcan situé sur l’île de Lombok, la présence d’une nouvelle espèce de chouette effraie – genre Tyto - a été révélée dans la zone Wallace, sur l’île de Seram dans l’archipel des Moluques.


Une expédition mixte du Museum d’histoire naturelle de Danemark et de l’Indonesian Institute of Science a capturé cette chouette dans le parc national de Manusela, en zone forestière. Elle a été baptisée effraie d’Alma (ou de Seram) – Tyto almae, d’après Alma Jønsson, la fille de Knud A. Jønsson, l’auteur de sa description.

 

effraie-d-Alma-ou-de-Seram---ornithomedia.jpg  L'effraie d'Alma (ou de Seram) - Tyto almae - photo ornithomédia / Knud Andreas Jønsson 02.2012

 

Seram fait partie de la Wallacea, une zone biogéographique de transition entre les faunes asiatique et australasienne. Elle comprend les petites îles de la Sonde, Timor, Sulawesi (Célèbes) et les Moluques.

 

 

La tectonique de la région est complexe et implique plusieurs micro-plaques dont celle de Halmahera, de Sangihe, de Bird's Head et des Moluques.

La mer des Moluques constitue le seul exemple actuel de fermeture d’un bassin océanique par subduction de lithosphères océaniques dans deux directions opposées, avec comme résultat la création de l’arc Sangihe à l’ouest et de l’arc Halmahera à l’est.

 

Halmahera---Molluques.jpg

Les arcs volcaniques Sangihe et Halmahera - les plaques Sangihe, Halmahera et de la mer des Moluques - Doc. What on Earth / Olelog.

 

La plaque océanique des Moluques faisait originellement partie de la plaque Philippines, il y a 13 Ma, à une époque où la plaque australienne était plus au sud. La fosse Sangihe était active en ce temps là, avec une subduction datant de l’Oligocène, et plus ancienne que celle d’Halmahera. La profondeur de la dalle descendante de la zone de subduction Sangihe est plus grande que celle qui caractérise la zone de subduction Halmahera. Les deux plaques, Sangihe et Halmahera, chevauchent la plaque de la mer des Moluques … qui disparaîtra à terme.

 

 

La parenté de l'Effraie d'Alma avec l'Effraie masquée (Tyto novaehollandiae) constitue une illustration supplémentaire de la proximité de l'avifaune de ces îles avec celles d'Australie et de nouvelle-Guinée.


RD Wallacea 3                   La Wallacea / zonz Wallace délimitée par laes lignes Wallace et Lydekker

 
Sept espèces (et plusieurs sous-espèces) d'effraies ont été reconnues jusqu'à présent sur les îles de Wallacea et dans la zone australasienne (Tyto rosenbergii sur Sulawesi, T. nigrobrunnea sur Taliabu, T. nigrobrunnea sur Buru et Tanimbar, T. sororcula dans les Moluques, T. novaehollandiae en Australie et en Nouvelle-Guinée, T. manusi sur l'île de Manus et T. aurantia en Nouvelle-Bretagne).


Cette nouvelle espèce a été déterminée suite à l’analyse de l’ADN mitochondrial du cytochrome-b., ainsi que par des subtiles différences morphologiques et de plumage. C’est ainsi que son bec est 10% plus grand que celui de Tyto sororcula, reflétant une alimentation différente. Tyto almae aurait divergé du complexe Tyto novaehollandiae /sororcula/manusi il y  a environ 1,7 million d'années.


Il  n'est pas improbable que de nouvelles espèces soient reconnues dans l'avenir. Rappelons que le nombre d'espèces de chouettes et de hiboux décrites dans le monde est passé de 146 en 1975 à 250 en 2008 !

 

Sources :

- Double subduction - by Jennifer Bromley / Univ. Maine 2006 - link

- The Molucca sea - J.Bromley / Univ. Maine 2006 - link

- L.A.V.E. - Contexte géodynamique de l'île de Sulawesi - par A. Melchior - link

- Ornithomédia : description d'une nouvelle espèce de chouette en Indonésie, l'effraie d'Alma (de Seram) - link

- Oiseaux.net - Effraie masquée - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Parmi les méthodes de surveillance des volcans, de nouveaux outils sont de plus en plus utilisés, complémentairement à ceux existants depuis longtemps : les drones  et les rovers.


Définitions :

Un drone, faux-bourdon en anglais, appelé aussi UAV – Unmanned Aerial Vehicle – est un aéronef commandé à distance et emportant une charge utile, destiné à des missions de surveillance, de renseignement, de transport ou de combat.

Un rover désigne un véhicule, disposant d’une certaine autonomie, conçu pour l’exploration d’un endroit difficilement accessible ou lointain (planète ou corps céleste).


L’utilisation civile de drones dans le domaine de la volcanologie allie à la fois une facilité d’accès aux cratères aux stades pré- éruptif ou éruptif, mais aussi une sécurité accrue pour la surveillance lors de l’examen de volcans explosifs dangereux.

 

MSH04 silver fox drone from above 11-04-04 copie

  Le drone Silver Fox, en cours d'installation sur sa rampe de lancement - Mt St Helens 2004 - photo CVO / USGS.


Un Silver Fox (de Northrop Grumman) a été utilisé au Mt. St. Helens lors de l’éruption en 2004. Equipé de caméras vidéo et infra-rouges, il a permis une surveillance rapprochée du dôme actif en croissance. Une option de collecte de cendres a été imagninée par Advanced Ceramic Research, en équipant les ailes du drone de bandes adhésives.

 

MSH04_crater_eruption_image_1216PDT_10-01-04.jpg       St Helens - éruption en 2004 en bordure du dôme de lave intracratérique - photo CVO / USGS


En octobre 2011, deux types différents d’UAV ont été utilisés par l’Université du Costa Rica : l’un équipé pour analyser la composition des panaches volcaniques (cendres, roches et gaz) , l’autre étant un hélicoptère quadri-rotors susceptible de reueillir des données dans les cratères et les zones touchés par des catastrophes natuelles autour des volcans. (Ticotimes)

 

Asc-Tec-Pelican-helicopter----Dr-J.Bonatti.jpg                   Le Dr. Bonatti présente l'Asc Tec Pelikan helicopter  - photo Ticotimes

 

En 2013, les Volcanofiles, un groupe d’étudiants en volcanologie, ont utilisé un quadcopter équipé de caméra vidéo au Villarica, au Chili. L’équipe a été rejointe par Aaron Curtis, PhD student au New Mexico Tech, qui a testé le volcanocopter dans de difficiles conditions à l’Erebus, en antarctique.

Cet appareil fera partie des instruments de la campagne de monitoring du Villarica et de son lac de lave,  en collaboration avec l’OVDAS, avant d’être utilisé au volcan Turrialba, au Costa Rica.

 

Volcanocopter.jpg               Le volcanocopter en vol au dessus du cratère - photo Volcanofiles

 

 

 

En mars 2013, les ingénieurs de la Nasa ont déployé des drônes autour du Volcan Turrialba, au Costa Rica, pour tester les gaz volcaniques émis et calibrer les données émises par les satellites.

 

Turrialba---Dragon-eye----Nasa.jpg

NASA researchers modified three repurposed Aerovironment RQ-14 Dragon Eye unmanned aerial vehicles acquired from the United States Marine Corps to study the sulfur dioxide plume of Costa Rica's Turrialba volcano. The project is designed to improve the remote sensing capability of satellites and computer models of volcanic activity. Image credit: Google/NASA/Matthew Fladeland


Quant au(x) rover(s), ces petits robots 4x4 qui sont utilisés dans l’exploration planétaire, l’un d’entre eux , nommé Yeti, équipé d’un GPR – Ground Penetrating Radar – va être utilisé sur l’Erebus pour cartographier les structures caverneuses creusées par les flatulences du volcan et réparties sur ses pentes. Ces crevasses constituent un danger pour les scientifiques sur place, et il est utile de les localiser et d’en surveiller leurs changements au fil des années. Cette localisation sera employée par les biologistes pour contrôler la vie microbienne dans cet environnement spécial, plus chaud et plus humide que la surface glaciale battue par les vents.

 

ooerebus-yeti-becca.jpg                 Le Yeti, muni du GPR, sur les flancss de l'Erebus - Photo Credit: Peter Rejcek

NSF-funded research in this story: Philip Kyle and Clive Oppenheimer, New Mexico Tech, Award No. 1142083. Yeti was developed with funding from NASA's Jet Propulsion Laboratory.

 

Sources :

- Volcanofiles - link

- Spaceref - Robot scans ice caves on Antartica's Erebus volcano

- Upi. com - Robot can help in polar expeditions

- NASA Flies Dragon Eye Unmanned Aircraft Into Volcanic Plume

Lire la suite

<< < 1 2 3 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog