Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les Islas Revillagigedo (ou archipel Revillagigedo),  forment un groupe de quatre îles volcaniques, localisées dans le Pacifique entre 750 et 970 km. à l’ouest de Manzanillo au Mexique et 390 km au sud-ouest de la pointe sud de la péninsule de Basse Californie.

Ces îles sont reconnues pour leur écosystème unique, présentant un endémisme fort, lié à leur nature volcanique et leur situation par rapport au continent.

 

Mapa_de_Archipielago.png

Le draguage des fonds marins et la photographie sous-marine de la région de Revillagigedo révèlent que les roches exposées dominantes de la partie sous-marine des îles volcans Roca Partida et San Benedicto sont des laves basaltiques alcalines en coussins ; des roches plus siliceuses sont exposées dans les parties plus hautes, subaériennes des volcans.

Les basaltes dragués au niveau de petits volcans sous-marins (seamounts) situés sur la zone de fracture Clarion au sud des îles Revillagigedo sont des pillow basaltes tholéiitiques. Ces derniers sont plus vésiculaires que les pillows tholéiitiques Hawaiien collectés à une profondeur identique, et reflète probablement une teneur plus élevée en éléments volatiles.

 

San-Benedicto-isla--Panoramio--2-.jpgIsla San Benedicto - à l'avant-plan, le Monticulo Cineritico - suit le Barcena, et le Delta Lavico sur sa droite - au fond, les dômes de trachyte - photo Panoramio

 

San Benedicto, appelé anciennement Santo Tomás, est une île inhabitée d’une surface de 10 km² (4,8 / 2,4 km.) . Le côté nord de l’île porte une série de dômes de lave trachytique, datés du Pleistocène. Côté sud, le sommet le plus élevé, le Bárcena, culmine à 332 mètres, coincé entre les restes de deux anciens cratères, le cratère Herrera, vestige d’un grand volcan pyroclastique érodé par l’océan, et le Monticulo Cineritico, au sud-ouest.

Le cône de cendres Bárcena possède une base de 700 mètres de diamètre. Il a été le siège de la première éruption ponceuse enregistrée historiquement dans le Pacifique est, en 1952/1953.

 

Barcena_tuff_cone---A.Richards-1955.jpgVolcan Barcena - au centre du cratère, le dôme de lave noir - Le Delta Lavico  et son point de sortie en partie inférieure du cinder cone - photo A.Richards 1955


L’histoire du Bárcena commence le 1 août 1952 à l’évent El Boquerón. L’éruption débute avec de vigoureuses explosions vulcaniennes qui créent des base surges (*), enregistrés depuis un bateau de pêche, le M/V Challenger. De grandes quantités de cendres et ponces emplissent la vallée entre les cratères Herrera et Montículo Cinerítico, et bâtissent rapidement un cinder cone, qui atteint 300 mètres le 14 août.

 

San-Benedicto-isla.---Barcena-er.---GVP.jpg

     San Benedicto - début de l'éruption explosive du 1° août 1952 - photo GVPby Robert Petrie, 1952 (U.S. Navy; courtesy of Sherman Neuschel, U.S. Geological Survey).

 

barcena---1952.08.01---Submarine-basalt-from-the-Revillagig.jpg

                   San Benedicto - 1°août 1952 - développement du base surges - photo A.Richards

 

Après quelques mois de plus faible activité, une seconde série d’explosions débute le 1° novembre. L’extrusion d’un dôme de lave visqueuse commence dans le cratère.

Le 8 décembre, une coulée sort de la base sud-est du cône et commence à couler dans la mer … cette activité continue jusqu’au 24 février 1953, et forme un delta de lave hémi-circulaire, "le Delta Lavico". Au 9 mars 53, seules subsistent des fumerolles dans le cratère et à la base de la coulée durcie, mais toujours chaude.

 

barcena--1952.12.11.jpg Eruption du Barcena - la fissure sur le flanc du cône et le Delta Lavico, le 11.12.1952 - photo A.Richards

A steaming lava flow issuing from a fissure on the SE flank of Barcena volcano, in the Revillagigedo Islands west of Mexico, forms a peninsula about 300 m wide that extends about 230 m out to sea. This photo from the SE on December 11, 1952 was taken only 3 days after the beginning of lava effusion. By the time the eruption ended in February 1953 the lava delta had extended the shoreline by 700 m.

 

Barcena-volc.-lavas-----Carlo-Ottaviano-Casana.jpg                  Barcena - close up sur les laves  - photo Carlos Ottaviano Casana


L’éruption fut étudiée par Adrian Richards, de l’Université de Californie : Des calculs indiquent que 300 millions de m³ de tephra et lave furent émis durant la brève vie du volcan Bárcena. Des ponces du Bárcena, suffisamment différentes pour être identifiées avec certitudes, furent retrouvées, véhiculées sous forme de radeau de ponce, à Hawaii (4.800 km), Johnston island (6.100 km) et aux îles Marshall (8.700 km en 560 jours).

 

(*) Surge basal :

un surge pyroclastique est une masse fluide de gaz turbulent et fragments de roches éjectés au cours d'une éruptions volcanique. Similaire à une coulée pyroclastique, il en diffère par une moindre densité, ou une plus grande proportion de gaz par rapport aux roches. On donne le nom de surge basal à ce phénomène depuis 1965, suite à une observation faite par un volcanologue de l'USGS et la reconnaissance d'une ressemblance avec le "base surge" se produisant lors d'une explosion atomique.

 

Demain, les autres îles de cet archipel.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Barcena

- Transpacific distribution of floating pumice from Isla San Benedicto, Mexico - by Adrian F. Richards / University of California Scripps Institution of Oceanography, La Jolla, California, USA

- Submarine basalt from the Revillagigedo islands region, Mexico - by James G. Moore / USGS.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Parmi les nombreux volcans que compte le Mexique, on relève trois groupes d’îles volcaniques situées dans l’océan Pacifique, hors du plateau continental : les îles Revillagigedo,  l’île Guadalupe et Rocas Alijos.

 

San-Benedicto-isla----map.jpg                Situation de Guadalupe island au NO, et des îles Revillagigedo au sud de la carte.

 

La tectonique de cette zone est complexe et liée, pour les îles Revillagigedo au moins, à la zone de fracture Clarion, située à l’ouest du point de rencontre entre les plaques Pacifique, Ribera et Cocos.

La zone de fracture Clarion fut découverte en 1949 par les équipes du navire de  l’U.S. Navy Serrano ; elle s’étend sur 5.200 km., depuis son extrémité ouest, proche d’un groupe de seamounts situés au sud d’Hawaii jusqu’à la base du talus continental au large de Puerto Vallarta au Mexique. Les données de variations magnétiques actuelles, toujours incomplètes, suggèrent que le plancher le long de cette fracture est produit par une expansion des fonds océanique, depuis 80 Ma au moins, et qui est toujours en cours.

 

Clarion-fracture-zone.jpgLes zones de fractures depuis le nord-ouest des Etats-Unis jusqu'au Mexique - les restes de la plaque Farallon sont colorés en chamois - le trait de côte est une fine ligne peu visible.

Doc. The San Andreas fault system - USGS / William P. Irwin


La zone de fracture Clarion fait partie des nombreuses zones de fractures s’étendant du nord du continent américain jusqu’au Mexique, et qui reflètent une même histoire tectonique : elles furent toutes formées par le système d’expansion Pacifique-Farallon au Crétacé, et forment des groupes adaptés aux changements de direction des plaques en mouvements.

 

Guadalupe_Island-cote-SE---Captain-Albert-E.-Theberge--NOA.jpg                     Guadalupe island - photo Captain Albert E.Theberge / NOAA Corps

 

L’île Guadalupe, située à  241 km des côtes de la péninsule de Basse-Californie, Guadalupe - evs-islandsest composée de volcans-boucliers océaniques se recouvrant, qui se sont formés sur une dorsale éteinte. Les roches volcaniques consistent en basalte à olivine et trachyte.

L’île mesure 35 km de long pour 9,5 km de large ; la chaîne volcanique atteint au nord , au Mont Augusta le plus jeune volcan, une hauteur de 1.298 mètres. A la pointe sud, se dresse El Picacho, culminant à 975 mètres.

La partie nord comporte des vallées fertiles et est arborée, tandis que la partie sud est stérile ; la côte est formée de falaises rocheuses et de blocs détachés qui lui font face. Deux îlets proéminents sont situés à 3 km au sud-ouest de Guadalupe, séparés par un espace appelé Tuna Alley.


Photo sat. Guadalupe island - doc. evs-islands

 

 

Rocas Alijos, ou Escollos Alijos, désigne un groupe d’îlets, rocheux et abrupts, situés à 300 km. à l’ouest du continent, aux coordonnées 24°57 N. – 115°44 O. Les trois principaux îlets sont appelés  - South rock, 34 mètres de haut et 14 mètres de diamètre – Middle rock, 18 mètres de haut et 10 mètres de diamètre – North rock, 22 mètres de haut et 12 mètres de diamètre. Les autres rochers sont soit submergés, soit si bas que seuls les creux de vagues les révèlent.

 

Rocas-Alijos----South-and-Middle-Rocks--view-from-the-East-.jpg                    Rocas Alijos - South et Middle rocks - photo Lt. Deborah Barr / NOAA Corps


Ils sont repris sur les cartes depuis 1598 ; la première description en fut faite en 1704 par le pirate John Clipperton.

 

Rocas_Alijos-map---from--THE-MARINE-BIRDS-OF-ALIJOS-ROCKS--.pngRocas Alijos map - from  THE MARINE BIRDS OF ALIJOS ROCKS, MEXICO ROBERT L. PITMAN, National Marine Fisheries Service

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Barcena

- USGS - The San Andreas fault system - by William P. Irwin / USGS

- photos NOAA Corps.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4

Articles récents

Hébergé par Overblog