Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

La péninsule de Banks est située sur la côte est de South island / Nouvelle Zélande. Sa surface avoisine les 1.150 km² et compte de nombreuses baies et deux grands ports.


new-zealand-map.jpg

                                                      NZ - la péninsule de Banks sur South Island.

 

christchurch-banks-peninsula-banner.jpg

A gauche : La péninsule de Banks et ses deux grandes baies, correspondant aux cratères des volcans éteints, Lyttelton au nord et Akaroa au sud - à droite, maquette de la péninsule de Banks et ses deux volcans -  Bannière du site officiel.

 

christchurch---Banks----Landsat-7-satellite-on-September-25.jpgLa péninsule de Banks, avec l'agglomération de Christchurch au nord et à l'ouest, le lac Ellesmere (Waihora) - photo Nasa Landsat 7 / 09.2001

Selon les volcanologues et  la Nasa, cette péninsule, qui porte le nom du botaniste de l’expédition Cook, est faite de deux volcans éteints qui se recouvrent : le volcan Lyttelton et le volcan Akaroa.


Depuis leur dernière activité, qui date de quelques six millions d’années, ces volcans ont été fortement érodés, et leur hauteur est passée de 1.500 à 500 mètres. Des ruptures dans les parois des cratères ont ouvert la porte, il y a 15.000 ans durant la période post-glaciaire, à des entrées marines et formé des baies abritant les ports de Lyttelton et Akaroa. L’île originelle est devenue une péninsule reliée à la plaine de Canterbury, lorsqu’au cours de son histoire géologique, elle a été rejointe par la croissance de la plaine alluviale.

 

Akaroa-Harbour-was-created-when-the-crater-flooded-as-the-v.jpg             Péninsule de Banks - Akaroa harbour, le cratère du volcan Akaroa  - photo Steephill tv


A environ 10 km sous la plaine de Canterbury, git un grand plateau océanique basaltique, appelé plateau Hikurangi, dont plus de la moitié fut poussée par subduction sous North island et le Chatham Rise ; le plateau Hikurangi fut formé, il y a 122 millions d’années, lors de l’inondation basaltique dite du "Grand Ontong Java".

 

547px-Zealandia-Continent_map_en.svg.pngLe sud du continent Néo-Zélandais - localisation du plateau Hikurangi et des deux îles Néo-Zélandaises principales - doc. Alexander Karnstedt / Te Ara.

 

Christchurch---Landslide-blog-AGU.jpg               Dégâts occasionnés par le séisme de Christchurch - photo Landslide blog / AGU

 

Christ-church-NZ-1---the-Herald.jpgDéformations et liquéfaction consécutives aux séismes - région de Christchurch - photo NZ Herald tribune


L’analyse des ondes sismiques de plus de 11.500 répliques consécutives au séisme de 2010 qui a atteint la région de Christchurch , au nord de la péninsule de Banks, et celles liées aux séismes de 2011, ont permis une cartographie 3D des roches sous-jacentes à la plaine de Canterbury.

Sous la surface brisée par les séismes, les scientifiques ont découvert une région considérablement " plus faible ", suggérant une fissuration étendue (sur 5 km) des grauwackes * autour de la faille. Ceci dénote par rapport à l’étendue habituelle de la fissuration pour des séismes de cette magnitude, qui est de l’ordre de quelques centaines de mètres. (GNS science / Martin Reyners / Nature geosciences 24.11.2013)… et suggère que de tels séismes peut conduire à un affaiblissement généralisé de la croûte terrestre.

 

new-zealand-earthquakes.jpgCarte des séismes de la séquence Canterbury, aux environs de Christchurch NZ - Credit: Reyners, et al., Nature Geoscience.

les étoiles positionnent les évènements les plus importants, et les répliques associées dans la même couleur. - en rouge : séisme du 03.09.2010 M7,1 et répliques - en noir : séisme du 22.02.2011 M6,3 et répliques - en bleu : séisme du 13.06.2011 M6,0 et répliques - en vert : séismes du 23.12.2011 M5,8 & 5,9 et répliques.

Les rectangles jaunes soulignent les plans de failles.

 

Christchurcheqs-600x426.jpg
Carte des séismes de la séquence Canterbury, aux environs de Christchurch NZ - doc. GNS Science


* : Grauwacke :  (n.f. vieux terme de mineur allemand) Roche sédimentaire détritique généralement de teinte sombre, à ciment relativement abondant (env. 20 %). C'est une arénite. Elle est riche en chlorites, en minéraux argileux, avec 30 % ou plus de débris de roches, elle contient également des grains de quartz, de feldspath, un peu de micas.

 

A suivre: les volcans de la péninsule de Banks.


Sources :

- GNS – the geology of New Zealand - link 

- Ower amazing planet - Deadly New Zealand Earthquakes Weakened Earth's Crust – by C .Q .Choi - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Pour le plaisir des yeux ... le "Mongibello" , la montagne des montagnes !

L'hiver sur l'Etna : un univers glacé sous un ciel intensément bleu ... et le rouge de sa lave qui s'ajoute à la froide hostilité de la montagne.

 

Une vidéo de Giuseppe Distefano tournée en mars 2013

 

 

 

Source : Etna Walk

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Au Sinabung / Sumatra, les émissions de cendres, abondantes et continues jusqu’au 6 décembre, ont fait place aux mauvaises conditions atmosphériques liées au début de la saison des pluies. La sismicité reste intense et des déformations dans la zone sommitale sont enregistrées. Des bruits d’éboulement ont été perçus et attribués à la croissance d’un dôme au sommet.

 

2013.12.17---4----Sinabung.jpg      Sinabung - belle aiguille de lave sur le sommet du volcan -  17.12.2013 photo Cispro Multimédia

 

2013.12.17-aiguille-Martin-Ledanto-Sinulingga.jpg              Sinabung - dégazage actif à  l'aiguille de lave - 2013.12.17 photo  Martin Ledanto Sinulingga

 

La situation des évacués (plus de 18.000 au dernier recensement le 17.12) reste précaire : un manque d’eau et d’hygiène, et des maladies respiratoires, constituant un danger létal pour les enfants, caractérisent la vie dans les camps (LEARN – Local Emergency Assessment Response Network)

 

1491340_583575208363449_1844564306_o.jpgType de rapport fourni par le LEARN avec le nom des villages évacués , le nombre de déplacés, et les refuges temporaires - doc. LEARN

 

En Colombie, le Galeras présente des phases de dégazage alternant avec des émissions de cendres. La sismicité reste faible à modérée.  

 

2013.12.13-Galeras-18h12_bruma.jpg          Galeras - explosion cendreuse le 13.12.2013 - nouvelle webcam Ingeominas / Galeras.


Le Nevado del Ruiz émet quant à lui d'importantes quantités de gaz et vapeur d'eau, formant un panache qui monte à 1700 m. au dessus du sommet, de temps à autre un peu chargé en cendres. L'alerte demeure au niveau 3 /amarillo.

 

2013.12.19_084455M-NdRuiz.jpg                      Nevado del Ruiz - 19.12.2013 / 8h44 - photo SGC Manizales

 

Au Guatemala, le Santiaguito a présenté le 18.12.2013 des explosions modérées propulsant un panache de cendres à 3.300 m asl., se dispersant vers le SO. Avec des retombées de cendres sur les zones montagneuses de Monte Claro.

L'Insivumeh indique une nouvelle hausse de l'activité au Fuego. Des explosions stromboliennes et une augmentation du débit de la coulée de lave, débordant du sommet sur le versant SO, vers la ravine Ceniza, sont enregistrées.

 

2013.12.18-Santiaguito.jpg                                Santiaguito - 18.12.2013 / 6h25 - photo Insivumeh

 

2013.12.15-Fuego.jpg                                           Fuego - 15.12.2013 - photo Insivumeh


Au Chili, le NOAA rapporte un nuage de cendres dérivant NNE au départ de la zone de rift du Cordon Caulle, le 14.12 à partir de 8h. Comme aucune autre évidence de reprise d’activité n’a été détectée, il s’agit vraisemblablement de remobilisation de cendres par les vents.

 

2013.12.14-puyehue--Nasa-Terra-Modis.jpg        Panache de cendres au Puyehue-Cordon Caulle le 24.12.2013 / 15h05 - image sat. Terra Modis

 

Au Kamchatka, trois volcans restent en alerte niveau orange : le Shiveluch, le Klyuchevskoy et le Karymsky.

Au Shiveluch, l’extrusion d’un dôme, localisé au NO de l’ancien dôme de lave, se poursuit, accompagnée d’éboulements incandescents, et d’explosions cendreuses modérées.

 

Un anniversaire signalé dans les archives de l'AVO : il y a 24 ans, la Une de l'Anchorage Daily News rapporte l'incident du Boeing 747 en approche de l'aéroport d'Anchorage le 15 décembre 1989. Ses réacteurs se sont arrêtés après son passage dans le nuage de cendres de l'éruption en cours au Redoubt ... pour se rallumer après une chute de plusieurs milliers de mètres, et lui permettre un atterrissage "normal".

 

993809_561544720606714_675107994_n.jpg                                 Image courtesy of the Anchorage Daily News / AVO

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

A l’approche de la fête de la Nativité, il est bon de revenir sur trois naissances cette année parmi les îles volcaniques .

 

Dans l’arc volcanique Izu-Bonin, le nouvelle île Niijima est toujours en croissance sur le flanc du Nishino-shima, dans l’archipel Ogasawara. Après l’apparition à la surface du nouveau cône entre le 21 et le 25 novembre, l’activité volcanique subaérienne, caractérisée par des explosions stromboliennes sporadiques et des effusions de lave, a continué de développer l’île.

Deux delta de lave se sont formés entre fin novembre et le 10 décembre, et entre les 10 et 13 décembre. Ses mesures avoisinent les 400 m. (E-O) sur 300 m. (N-S).

 

2103.12.13.-Nijima---JCG.jpg                                 Niijima - photo Japan Coast Guards / 13.12.2013

 

new nishinoshima ryaku131213

Niijima - contours de l'agrandissement : en jaune, le 25.11.2013 - en rouge: situation le 13.12.2013, avec l'ajout de deltas de lave de part et d'autre. - doc. Japan Coast Guards.

new_nishinoshima_thermal131213.png   Niijima - image thermique ciblant les dernières coulées de lave - docs. 17.12.2013 Japan Coast Guards

 

En Mer Rouge, une éruption sous-marine dans le groupe volcanique Jebel Zubair a donné naissance à une nouvelle île le 28 septembre 2013. L’activité y a repris le 6 novembre, pour se poursuivre au moins jusqu’au 20 novembre. La vision par les satellites a ensuite été occultée quelques jours, et une image Landsat 8 prise le 24.11 ne laisse plus voir d’activité.

 

jebel-zubair-24nov13---Volcanodiscovery.jpgJebel Zubair - à gauche, image Google avant l'éruption - à droite, photo Landsat prise le 24 novembre 2013 - doc. Volcanodiscovery

 

New-Island-Red-Sea---Capitalerythrea.jpg             Contexte géotectonique de la région et position de la nouvelle île - doc. capitale erythrea

 

Après le fort séisme de M 7,7 qui a touché le Pakistan le 24 septembre, une nouvelle île a émergé au large de Gwadar. Appelée Zalzala Jazeera (earthquake island), elle mesure 152 m. sur 182 m., et dépasse le niveau marin de 15-20 mètres (Nasa EO-1). La surface de cette île est principalement boueuse et sa croûte est couverte de larges rochers. Du gaz méthane émane en divers points de cette île, selon les experts de l’Institut national océanographique, suggérant une montée de boue et roches vers la surface sous la pression du gaz libéré par le séisme.

 

PAKISTAN-ISLAND-EARTHQUAKE-2013 - 2                                 Zalzala Jazeera  - 25.09.2013 - photo Getty images

Selon les sismologues, ce monticule est provisoire et est appelé à se désagréger rapidement, sous l’effet conjugué de l’érosion marine et d’une réduction de pression des gaz, avant de disparaître sous la surface de l'océan.

Une récente exploration de la zone par le WWF Pakistanais révèle une riche biodiversité, appréciée par les pêcheurs locaux. Quatre espèces de coraux branchus ont aussi été identifiés.

 

8-sia-600x400.jpg

                                 Zalzala Jazeera - vue aérienne - Nasa Earth Observatory

 

 

5248dbd63fafd.jpgAcabaria delicatula - corail branchu trouvé sur Zalzala Jazeera - photo WWF's Abdul Rahim 22.11.2013


Sources :

- Niijima / sur ce blog : link

- Jebel Zubair / sur ce blog : link

- Zalzala Jazeera / sur ce blog : link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Situé sur Big island, dans la "Mauna Kea Ice Age Natural Area Reserve", le lac Waiau est sous surveillance rapprochée depuis 2010.

 

800px-Mauna_Kea_from_Mauna_Loa_Observatory-_Hawaii_-_-Nula-.jpg         Hawaii - Big Island - le Mauna Kea, vu depuis l'observatoire du Mauna Loa - Photo Nula666


Ce petit lac, situé sous le sommet du volcan Mauna Kea, est le seul lac alpin d’Hawaii. En dépit de sa taille restreinte, il joue un important rôle dans l’écologie et la culture locale.

 

Lake-Waiau--Mauna-Kea--Hawai-i.-The-outlet-stream--Photo-t.jpg     Hawaii - Mauna Kea : le lac Waiauet son chenal d'évacuation, en mai 2005 - photo Karl Magnacca.

 

Le professeur de Géographie, Donna Delparte, précédemment affecté à l’Université de Hawaii, à Hilo, et actuellement à l’Université d’Idaho, a enregistré les récents changements grâce aux techniques modernes de scanning laser et photogrammétrie. Avant 2010,  la surface du lac Waiau fluctuait entre 5.000 et 7.000 m², avec une variabilité dépendant d’une recharge par les précipitations hivernales et de pertes par évaporation.

 

waiau_1-2012-Credit-Office-of-Mauna-Kea-Management.jpg  Hawaii - Mauna Kea : le lac Waiau en janvier 2012 - Credit photo : Office of Mauna Kea Management

 

USGS-Photo--looking-north--at-what-remained-of-Lake-Waiau-o.jpg

       Hawaii - Mauna Kea : les restes du lac Waiau le 26 septembre 2013 - photo USGS / HVO  

L'échelle est donné par les personnages, au bord du lac - Notez la proximité entre le lac et les implantations astronomiques.


Au début 2010, sa surface a commencé à diminuer pour ne plus atteindre que 115 m² en septembre 2013. Sa profondeur maximale était de 3 mètres environ en 2010, elle n’est plus que de 30 cm. aujourd’hui … ce qui signifie que son volume courant est inférieur à 1% de sa valeur normale.

L’examen de photos historiques prises sur les 100 dernières années ne donne aucune indication sur une réduction de taille telle qu’on l’observe aujourd’hui.


Quels sont les facteurs permettant d’expliquer ces changements sans précédents ?

La sécheresse sur Hawaii qui a débuté en 2008 et qui s’est intensifié en 2010 peut intervenir dans cette baisse de niveau, les apports saisonniers étant moins importants.

La situation de "lac perché" du Waiau (à plus de 4.000 mètres) est particulière : les eaux sont retenues dans une dépression par un substrat imperméable, constitué de couches d’argile limoneuse interstratifiées avec des couches de cendres. Un pergélisol est suspecté de sous-tendre le lac, et de l’entourer, en offrant un bassin versant qui dirige les eaux vers le lac.

Il est encore difficile d’étayer l’une ou l’autre hypothèse : baisse des précipitations, ou changements dans le pergélisol … à moins que ces variations ne soient liées à l’activité du volcan.

 

waiau 11-2013 Credit Office of Mauna Kea Management

  Hawaii - Mauna Kea : les restes du lac Waiau en novembre 2013 - photo : Office of Mauna Kea Management


Certains hawaiiens de souche, fréquentant le Mauna Kea et sentant reliés spirituellement à la montagne sacrée, ont demandé si la diminution de niveau du lac n’était pas un signe de péril imminent pour ce lieu. Beaucoup de pratiquants sont en effet opposés au développement des installations astronomiques sur le sommet du volcan.

 

Herb-Kane---Poliahu-Snow-Goddess

      Poli`ahu, déesse glacée du Mauna Kea ... Pelé est bien vivante en arrière-plan - dessin Herb Kane


Dans la mythologie Hawaiienne, Poli`ahu, dont le nom signifie "sein masqué", est une fille légendaire de Wakea, ancêtre des Hawaiien. En tant que déesse de la neige, elle est l’antithèse de sa rivale, la déesse Pelé.

Waiau, sœur de Poli`ahu, gardienne du lac qui porte son nom, a pour mission de la baigner, et de la rafraichir de son eau douce, qu’elle peut aller chercher grâce à sa forme d’oiseau.

 

-Puu_o_Kukahauula_Autel_Hawaiien_Borne-USGS---Denys.JPGAutel hawaiien sur le Puʻu o Kukahauʻula, sommet du Mauna Kea. On peut apercevoir devant l'autel sur la gauche, (et en médaillon) la borne géodésique de l'USGS. - photo Denys

 

 

Sources:
- HVO / Volcano watch – Lake Waiau is shrinking fast - link

- Global Volcanism Program - Mauna Kea

- USGS - The geology and petrology of Mauna Kea Volcano, Hawaii; a study of postshield volcanism - 1997, Wolfe, Edward W & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Il y a 30 millions d’années, bien avant l’installation de toute activité volcanique, la région du Mt Gambier était couverte d’un océan chaud et peu LimestoneCoastMap-zoom.gifprofond.

Les fossiles divers, les coquilles de crustacés et les arêtes de poissons tombés sur le plancher océanique ont formé au cours du temps une épaisse couche de calcaire qui forme le sous-bassement de la région, qui en tire son nom : la Limestone coast.

 


La karstification de cette couche s’est faite par dissolution du calcaire par l’acide carbonique et l’écoulement souterrain des eaux ; l’érosion a formé dans le sous-sol des grottes interconnectées.

 

Karst - geowiki                                        Paysage karstique type - doc. Geowiki


Engelbrecht cave forme un complexe de grottes calcaires sous le Mt Gambier et la cité du même nom. L’exploration par des spéléo et le nettoyage des grottes offrent aujourd’hui 600 mètres de promenade accessible à tous, où se succèdent des lacs et passages  … d’autres chambres font le bonheur des plongeurs qui peuvent y nager sous la ville.

 

weblarge_P1090636---RAA-tourism.jpeg                                      Mt Gambier - Engelbrecht cave - photo RAA Tourism

 

Fossils-cave---Cave-divers-asso.-of-australia.jpg              Plongée dans une grotte - photo Cave Divers Association of Australia - CDAA

 

Engelbrecht-caves---vimeo.jpg                Mt Gambier - Engelbrecht cave -  un clic sur la photo vous mène à la vidéo / viméo


Des grottes dont le toit s’est effondré et tombé sur le plancher en créant des terrasses - des dolines - ont trouvé une autre fonction, après avoir servi de citerne d’eau potable aux premiers habitants du Mt. Gambier.

 

Au centre de la cité, Les Cave gardens, qui comportent deux trous d’effondrements et une cascade de drainage, ont été restaurés en 2001 dans l’esprit des glorieuses années 20. A la tombée de la nuit, un son et lumière y relate les histoires des aborigènes.

 

Plus ancienne, une autre grotte au toit effondrée... une doline, Umpherston Sinkhole, ainsi nommée en l’honneur de son propriétaire, James Umpherston, abrite umpherston-sinkhole-1887.jpgaussi un superbe jardin.

Il y a créé en 1884 un jardin Victorien, fréquenté par les habitants du Mt.Gambier, qui venaient cannoter sur le petit lac couvrant le tiers de la doline.

 

Umpherston Sinkhole - photo archives / via blog adonline


Après sa mort en 1900, le jardin faillit disparaitre, avant d’être restauré en 1976 par le département des eaux et forêts.

 

umpherson sinkhole - Gambier - staticflickr                       Mt. Gambier - Umpherston Sinkhole - photo Statiflickr

 

umpherson-sinkhole-2---Gambier---loma2010.blogspot.JPG                               Mt. Gambier -   Umpherston Sinkhole - photo loma2010.blogspot


Repeuplé d’Hydrangea macrophylla, de trois Dicksonia antarctica, fougères arborescentes autochtones,  et de lierre qui cascade sur ses parois, ce jardin s’anime à la tombée de la nuit, lorsque les opossums viennent s’y nourrir.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Newer Volcanics Province

- Office of minerals and energy resources South Australia - Volcanoes of the Mount Gambier area - link

- Split shots in Engelbrecht's cave - by Liz Rogers Photography - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Après une belle activité strombolienne dans la soirée et la nuit du 14-15 décembre, le trémor et la sismicité de l’Etna sont de nouveau à la hausse ce Dimanche après-midi.

La fissure éruptive ouverte sur le flanc sud-est du cône sud-est continue à émettre, et la lave progresse, en trois bras, en direction de la Valle del Bove.

 

2013.12.15-12h15.jpg            Etna SEC - émission de cendres le 16.12.2013 à 12h19 - webcam Etnatrekking schiena


Des explosions stromboliennes, bruyantes et audibles jusqu’au piémont du volcan, expulsent des matériaux incandescents à 100-150 mètres au-dessus du cratère et produisent des panaches de cendres. Des retombées sont signalées sur Trecastagni et Zafferana. Le trémor continue à faire du yo-yo !

 

2013.12.15-21h24.jpg

 

2013.12.15-22h51.jpg  Etna - activité strombolienne le 15.12.2013, à 21h24 et 22h51 GMT - webcam INGV Catania


L’aéroport de Catania a été fermé, avec annulation de 22 vols et redirection de 26 autres. L’aéroport de Comiso a été fermé également.


2103.12.16-9h09-Emot0163.jpg2013.12.16-10h39-Emot0193.jpgEtna SEC - 16.12.2013, à

9h09 et 10h39 GMT - webcam therm. INGV

 

 

 

 

 

 

Ce lundi matin, le trémor et la sismicité demeurent élevés, et le cratère sud-est est toujours l’objet d’activité strombolienne. La coulée de lave est visible de Catania et Taormina.

 

Turi-Caggegi.jpg

 

Turi-caggegi---La-Republica.jpg                                   Etna Sec  - deux photos de Turi Caggegi ce 16.12.2013

 

2013.12.16-Piero-Romano---EtnaFB.jpgEtna SEC - superbe image de l'activité en cours ce 16.12 - à gauche de la photo, on aperçoit au moins deux coulées qui progressent dans la Valle del Bove, tandis que l'activité strombolienne se poursuit au cratère SE, alimentant un nuage de cendres. - photo Piero Romano / via Etna Facebook

 

2013.12.16-10h41-tremor-ECPN_hhz.jpg              Etna  - le tracé du trémor continue à faire le "yo-yo" - doc INGV 16.12.2013 / à 10h41

 

2013.12.16-rond-de-fumee-Etna-trekking.jpg                   L'Etna nous gratifie d'un rond de fumée ce 16.12 - webcam Etnatrekking

 

En dernière minute, deux panaches distincts à 11h48 !


2013.12.16---11h48-2-events.jpg                                        Etna - webcam Etnatrekking 16.12.2013 / 11h48

 

Sources :

- Webcams Etna trekking, INGV Catania

- photos Turi Caggegi et Piero Romano

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

En décembre, un article tenant de la volcano-fiction, de plus …ou de trop, nous parle d’une éruption possible dans le sud australien … Sans nous intéresser à ces prévisions à la datation fantaisiste, on peut néanmoins faire un tour au complexe de maars du Mt Gambier, associé à la Newer Volcanics Province au sud de l’Australie.

 

NVPVolcanicCentresGeoparkBoundaryweb---kanawinka-geopark.jpg                       Newer Volcanics Province - les centres volcaniques


La volumineuse Newer Volcanics Province couvre 15.000 km² dans le sud-est Australien et compte près de 400 petits boucliers et évents d’explosion datés du Tertiaire à l’Holocène. Les éruptions de la fin du Pleistocène à l’holocène ont formé une série de cônes de scories, de maars, de tuff rings et de coulées de lave qui ont comblé les vallées. Les dernières éruptions concernent le Mt. Gambier et le Mt. Schank, il y a quelques 5.000 ans, lorsque l’activité explosive a laissé des maars et les coulées de lave associées.

 

Le complexe du Mont Gambier est formé de quatre maars comblés par des lacs appelés, Valley lake, Leg of Mutton lake, Brownes lake et Blue lake.

Le complexe présente d'intéressants évents, représentant des points de décherge de gaz. Le plus connu est le Devil's Punchbowl, situé en ville à quelque distance des évents volcaniques.

L’activité volcanique explosive du complexe est associée au panache mantellique, l’East Australia hotspot, situé actuellement offshore.

 

mountGambierMountSchankVolcanoComplex3.jpgMt. Gambier - plan des cratères et lacs - situation des blowholes - coupe géologique A-A' - doc. Office of minerals and energy resources South Australia - Volcanoes of the Mount Gambier area

 

Gambier-mt.-blue-lake---yvonneclaireadams.jpg  Complexe du Mt. Gambier - le blue lake, au centre, et Valley lake, à gauche ; ils sont englobés dans l'agglomération du Mt. Gambier - photo Yvonne Claire Adams


L’un de ces maars, le Blue lake, profond de 70 mètres, contient un lac, servant de réserve d’eau potable (36Mm³) pour l’agglomération limitrophe ; il change de couleur selon la saison : de gris en hiver, il passe au bleu cobalt en été, ce qui lui a valu son nom.

 

Mt-Gambier-blue-lake---iprimus.jpgMt. Gambier - coupe dans les terrains avoisinant le Blue lake et son alimentation par l'aquifère - doc. iprimus.


Deux raisons à ce changement de couleur : l’incidence de l’éclairage solaire et la température des eaux.

En été, la position haute du soleil apporte plus de lumière … une augmentation de la couleur dans les bleus, qui est diffusée en retour par de petites particules ( CaCO3 ) dans les eaux.

La température des eaux du lac qui augmente au printemps favorise la libération dans l’air du dioxyde de carbone dissous, augmente le pH. Les eaux deviennent sursaturées en calcite qui précipite en capturant les matières organiques, ce qui clarifie les eaux. Chaque année, une nouvelle couche de calcite et de matéraiux organiques, de 4 mm, se dépose sur le fond du lac.

 

Mt-Schank--Kanawinka-geopark.jpg                       Mont Schank - le cratère principal - photo Kanawinka geopark


La région abrite aussi le plus jeune volcan du complexe, le Mont Schank.

Il est daté de 2.930 ± 540 ans avant JC (thermoluminescence * sur sables sous-jacents 1987).

Le groupe du Mont Schank est formé d’un cratère principal au nord, de 300 mètres de diamètre et 100 mètres de profondeur, et de deux petits cratères subsidiaires adjacents. Le vieux cratère sud est partiellement recouvert par le cratère principal. La base des cratères n’atteint pas le niveau de la nappe aquifère, de telle sorte qu’ils ne sont pas occupé par des lacs comme au Mt Gambier.

 

mount_schank_volcano_mount_gambier_south_austr_fly-copie-1.jpg

                                        Mt Schank - overlapping craters - photo Zazzle

 

La légende de Craitbul :

 

Le peuple aborigène local, les Bunganditj, ont pu voir ces éruptions.

L’ histoire de la création de ces paysages, transmise jusqu'alors oralement, a été enregistrée par Christina Smith en 1880.

La légende de Craitbul nous livre l’histoire d’un géant cherchant un endroit pour y vivre avec sa famille. Il campa sur le Mont Muirhead … en y entendant la voix de l’esprit-oiseau Bullin, il fut averti des mauvaises intentions de l’esprit-démon Tennateona et s’enfuit pour construire un nouveau camp (s ur le Mont Schank). De nouveau averti de la menace de l’esprit du mal, il déménagea vers Berrin , où il se construit un nouveau foyer (Mont Gambier). Un jour, l’eau arriva et le feu s’éteint. Il construisit de nouveaux foyers, mais à chaque fois l’eau les éteignit. Cela arriva quatre fois (la formation des quatre lacs). Finalement Craitbul et sa famille s’établirent dans une grotte sur les flancs du pic Berrin (Mt. Gambier)

 

mountGambierMountSchankVolcanoComplex2.jpgCette légende nous parle de camp et de foyer, terme qui doit être compris en tant que "lieu de vie", mais aussi "endroit du feu ... tant volcanique que domestique" . Elle relate sous forme imagée les différentes éruptions du Mt. Muirhead, au Pléistocène, et puis des Mts. Gambier et Schank, ainsi que la formation des lacs de cratère.

 

Les phases d'activité volcanique et la période d'occupation par les aborigènes - Doc. Office of minerals and energy resources South Australia - Volcanoes of the Mount Gambier area

 

Les volcans en question sont des édifices monogéniques, et ne sont pas concernés par une activité future, qui pourrait par contre se produire dans la région proche.

 

On retrouve à proximité de nombreuses structures karstiques, dont des cavernes inondées et des gouffres, dont le Umpherston Sinkhole, qui feront l’objet d’un autre article.

 


* Lexique :

La thermoluminescence est un phénomène physique lié à la capacité de certains cristaux d'accumuler l'énergie cédée par les rayonnements ionisants issus de la radioactivité et de restituer cette énergie sous forme de lumière lorsqu'ils sont chauffés. Ce phénomène permet de mesurer le temps écoulé depuis que le sédiment a été enterré par un volcan.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Newer Volcanics Province

- Office of minerals and energy resources South Australia - Volcanoes of the Mount Gambier area - link

- Geological Survey of Western Australia - Alkaline intraplate volcanism in eastern Australia - by Dr. Franco Pirajno - link

- Kanawinka Geopark - link

- News.com.au - Modelling shows what could happen if Mount Gambier volcanic chain erupts - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

2013.12.14-9h24-Etnawalk.jpg

Etna cratère sud-est -  émission de cendres consécutive à l'explosion du 14.12.2013 / 9h24 - photo EtnaWalk


Le 14 décembre à 9h24, une forte explosion strombolienne a secoué le cratère sud-est de l’Etna, au départ d’une bouche située sur le bord nord-est du cône.  Elle a produit un champignon de cendres, dispersé ensuite vers l’est. Puis d’autres émissions de cendres se sont succédé durant environ une heure, et l’activité est passée vers le secteur central du cratère.

 

2013.12.14-10h13-Etna-tekk.jpg          Etna sud-est - nouvelle émission de cendres le 14.12.2013 / 10h13 - webcam etnatrekking

 

Les explosions ont ensuite continué avec éjection de matériaux incandescents à 50-60 m. de hauteur. Le niveau du trémor est en hausse modérée depuis 13h40.

 

2013.12.14-14h-00-ECPN_hhz.jpgEtna - courbe du trémor le 14.12.2013 à 14h - légère augmentation du trémor vers 13h40 - doc. INGV Catania


Vers 17h, on remarque une augmentation des manifestations stromboliennes, corroborée par une augmentation du trémor et de la sismicité.

 

2013.12.14-17h08.jpg2013.12.14-18h30-Etna.jpg2013.12.14-18h47etna9.jpgEtna sud-est - activité strombolienne respectivement à 17h08, 18h29, et 18h47 - webcams RadioStudio7

 

2013.12.14-18h34-EBCN_hhz.jpg            Etna - le trémor en hausse accompagne l'activité strombolinne - 14.12.2013 à 18h34

                                      doc. INGV Catania


Vers 23h le 14 décembre, une coulée de lave déborde au niveau sud-est du cratère, pour se déverser jusqu’à la base du cône. L’activité strombolienne n’a pas développé cette fois de fontaines de lave.

 

2013.12.14-23h11-etna2.jpg2013.12.14-23h37.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2013.12.15-0h09.jpgEtna sud-est - activité strombolienne soutenue et coulée de lave - 14-15.12.2013 / entre 23h10 et 00h09 - webcams RadioStudio7


La sismicité a fortement baissé vers 5h15 ce matin, et vers 7h l’activité strombolienne a cessé au niveau du centre du cratère, laissant place à une émission passive de cendres au niveau de la bouche située sur le bord NE du cône.

 

2013.12.15-7h-04.jpgLever de soliel magique sur le sommet et le cône sud-est, le 15.12.2013 / 7h04 - on remarque une coulée de lave en direction de la Valle del Bove , et une émission de cendres continue - webcam Etnatrekking

 

2013.12.15-7h53-etna2.jpg                   Etna Sud-est- à 7h53, l'émission de cendres se poursuit - webcam RadioStudio7

 

EBCN_hhz.jpg                Etna  - chute du trémor en début de journée le 15.12.2013 - doc. INGV Catania

 

Plus de renseignement dès réception des rapports des observateurs sur le terrain ...

Grosse activité strombolienne, ne débouchant pas sur des fontaines de lave ... il faudra attendre le bon vouloir du volcan pour le prochain paroxysme.

 

drapeau-anglais.jpg :
December 14 at 9:24 , a strong strombolian explosion rocked the southeast crater of Etna , starting from a mouth located on the northeast edge of the cone. She produced a fungus ash , then scattered to the east. Then other ash emissions have followed for about an hour , and the activity is passed to the central area of the crater. The explosions then continued to eject incandescent material to 50-60 m. height . The level of tremor was moderately up since 1:40 p.m. .
To 17h , there was an increase of Strombolian events, supported by an increase in tremor and seismicity.
Around 23h, 14 December, a lava flow overflows the southeastern crater to dump to the base of the cone. The strombolian activity has not developed this time lava fountains .
Seismicity has dropped to 5:15 this morning. Around 7am , the Strombolian activity ceased at the center of the crater, leaving a passive emission of ash at the mouth located on the NE edge of the cone .

 

Sources :

- photo EtnaWalk

- Webcams INGV, Etna trekking et RadioStudio7

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Un professeur de l’UCLA / Earth and space sciences a découvert un phénomène géologique sur la planète Mars, impliquant le mouvement de grandes plaques de croûte sous la surface de la planète.

D’après An Yin, " Mars est à un stade primitif de tectonique des plaques. Cela nous donne un aperçu de l’aspect primitif de la Terre, et peut nous aider à comprendre comment a débuté la tectonique des plaques sur notre Terre " .


Il se base sur l’analyse de centaines d’images satellites prises par Themis – Thermal Emission Imaging System – embarqué à bord du vaisseau Mars Odyssey, et la caméra à haute résolution du Mars Orbiter.

En comparaison avec ses recherches dans l’Himalaya, au Tibet, où se rencontrent deux grandes plaques tectoniques, et en Californie, il semble que les images révèlent la présence de système de failles identique.

 

molaglobes---topographie-divergente---Nasa-MOLA-science-tea.jpgMars - deux globes vus par les équipes du MOLA Science Team de la Nasa montrant une topographie totalement différente. Valles Marineris, Tharsis Montes, et Olympus Mons sont visible sur le globe de gauche, de droite à gauche. - image MOLA Science Team / Nasa.

 

MArs - MOLA science teamCarte topographique globale (projection Mercator) de Mars - image Mars Orbiter Laser Altimeter (MOLA)

 

Mars possède le plus long et profond système de canyons du système solaire, connu sous le nom de Valles Marineris (dénommé d’après la sonde Mariner 9 qui a permis sa découverte en 71-72). Elle est longue de près de 4.000 km, soit neuf fois celle du Grand Canyon aux USA.

 

Mars_Plate_Tectonics--Valles-Marineris---Google-Mars-MOLA-s.jpgMars - vue du segment central de Valles Marineris - un ancien bassin circulaire, créé par un impact, est coupé sur 150 km. par le déplacement d'une faille - en pointillé blanc, la ligne de faille principale séparant les blocs nord et sud. -  Image from Google Mars created by MOLA Science Team

 

Quel phénomène a pu produire cette fracture géante sur Mars ?

 Ce professeur a vu une paroi de canyon avec un côté plat, pouvant être Mars Plate Tectonics - Valles Marineris - Mars Reconnaissangénéré par une faille, et de même une falaise abrupte, comparable aux falaises de la Death Valley en Californie, également générées par une faille.

 

Mars - Valles Marineris - intérieur de la faille : les lignes blanches incurvées au centre de la vallée sont des couches de sédiments dérangées suite à la déformation induite par le déplacement de la faille proche - photo HRContext camera à bord de Mars Reconnaissance Orbiter / Nasa

Il interprète le canyon de Valles Marineris comme étant une limite de plaque, avec un déplacement horizontal … semblable au système de failles de la Mer Morte. Les deux plaques supposées pour l’instant ont été nommées Valles Marineris nord et sud.


Cette hypothèse ne rend cependant pas compte de la raison qui a fait se mouvoir ces plaques sur une telle distance, ni de leur vitesse de déplacement, beaucoup plus faible que sur Terre.


Une hypothèse à suivre et qui demande confirmation.

 

Sources :

- UCLA - UCLA scientist discovers plate tectonics on Mars - link

- Nasa - MOLA science team - link

 

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog