Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Avec un jour de retard sur la fête du 14, pour cause d'éruption au Kelud, voici le "Coeur de l'Atacama" proposé par l'ESA - European Space Agency.

 

Miscanti-lake-and-smaller-Miniques-lake---Jaxa-ESA-ALOS-30.jpgLes lacs Miscanti et Miniques, entourés de volcans - photo ESA / ALOS - Advanced Land Observation Satellite / 30.05.2010 

  

Cette photo satellite nous fait découvrir le lac Miscanti, en forme de coeur, et son petit voisin, le lac Miñiques. Ces lacs salés d'altitude sont situés au sud-ouest du désert d'Atacama, qui s'étend en bordure de la côte ouest du Chili.


Différents volcans les encadrent :

- au sud, le Miñiques, un complexe basalto-andésitique à dacitique, constitué d'un stratovolcan et de dômes de lave imbriqués. Son sommet est constitué de trois cratères et culmine à 5.910 mètres. La date de sa dernière activité n'est pas connue, mais une coulée de lave proéminente s'étend du sommet sur ses flancs et sépare les deux lacs.

 

Miniques-2009---Gerard-Prins--2-.jpg                     Le complexe volcanique Miniques - photo Gerard Prins 2009


- à l'est, le massif volcanique Cordón de Puntas Negras couvre 500 km². Il est composé de 25 bouches éruptives, représentées par des stratovolcans, des cônes pyroclastiques, des dômes de lave et des maars.

 

Puntas_negras_volcanic_complex_chile_ii_regio---Gerard-Prin.jpg

   Le massif volcanique Cordón de Puntas Negras, vu de la laguna Miscanti - photo Gerard Prins 2009


- au nord-nord-est, les Cerro Miscanti et le Chiliques. Ce dernier est un stratovolcan, haut de 5.778 mètres, surmonté d'un cratère de 500 mètres. Différentes coulées habillent ses flancs, la plus étendue sur le flanc nord atteint plus de 10 km. de longueur. Bien que considéré comme dormant, la Nasa a repéré en 2002 grâce à Aster quelques spots chauds dans le cratère sommital et les flancs supérieurs.

 

Chiliques volcano du lac Miscanti - 2009 - Gerard Prins                     Le Chiliques, vu du lac Miscanti - photo Gerard Prins 2009

 

Sources :

- ESA - Space in images - link

- Global Volcanism Program - Miniques

- Global Volcanism Program - Chiliques

- Global Volcanism Program - Cordón de Puntas Negras

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

2014.02.13---Kekud--.jpg

                    Gunung Kelud - le panache éruptif à 0h30 locale - photo Hilmi Dzi

 

Selon l’agence Associeted Press, l’explosion du Kelud Jeudi soir, audible à 200 km, a pulvérisé tout le dôme ((ou une partie) et envoyé des millions de mètres cubes de poussières et de téphras dans l’atmosphère. Une couche de cendres de plus de 2,5 cm. a recouvert Surabaya, à l’est ; les cendres ont atteint aussi Jogjakarta à l’ouest, où les véhicules ont dus allumer leurs phares en plein jour.

Les aéroports de Jogjakarta, Solo et Surabaya ont été fermé en raison des dangers et du manque de visibilité causé par les cendres.

 

volcan-Kelud-13-fevrier-2014-02--MTSat-Aqua-Modis-13.02.201.png
Le panache du Kelut vu par MTSAT-2 / Aqua Modis le 13.02.2014 (en violet).  Image: NOAA/CIMSS

Voir l"animation MTSAT temperature data sur : http://tinyurl.com/npjexl6.

Notice also that the temperature of the cloud above the vent suffers and inversion (becomes warmer after reaching really cold temperatures), suggesting that the cloud pierced through the tropopause and into the stratosphere.

 

Volcanic ash advisory 14-15.02.2014 IDD65295Suite à l'éruption, le code aviation est au rouge - tableau prévisionnel de position du nuage de cendres les 14 et 15.02.2014 par le VAAC Darwin


Le bilan humain semble se limiter, pour le moment, à deux personnes tuées dans l’effondrement d’une partie de leur maison sous le poids des cendres accumulées, dans le village de Pandisari.

 

25f30f32570dc3064b0f6a7067008610-AP.jpg Dégâts provoqués aux maisons, dont des parties s'effondrent sous le poids des cendres - photo AP

 

RSOE-EDIS.jpg                  Nettoyage des cendres et tephra importants le 14.02.2014 - photo via RSOE


Bien que du trémor soit toujours perçu, le danger d’une autre éruption majeure ne semble pas à craindre. Le volcan continue d’émettre au matin du 14 février u panache de cendres et gaz important.

 

2014.02.14-Kelud-via-Kevin-Maillet.jpg                   Panache de cendres et gaz du Kelud le 14.02.2014 - via Kevin Maillet


L’agence de prévention des risques signale que nombre d’évacués tentent déjà de retourner chez eux dans la zone des 10 km, pour nettoyer leurs maisons et prendre soin de leurs animaux.

 

 

 

 

Nous n’avons plus d’images de la webcam du Kelud, vraisemblablement détruite par l’éruption. Ci-dessous, la dernière image du dôme avant l'éruption :


2014.02.13-17h50-Kelud--avant---VSI-webcam.jpg

             Le dôme du Kelud - dernière image de la webcam le 13.02.2014 / 17h50 - webcam VSI

 

Sources :

- agences de presse AP / AFP / Reuters et journaux locaux

- VSI Badan Geologi

- Vaac Darwin

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Lorsque de la lave est émise à une viscosité trop élevée pour pouvoir s’écouler sur une grande distance, elle s’accumule sur place en constituant un dôme. Ces dômes peuvent présenter des aspects variés, en fonction des propriétés physico-chimiques de la lave et du substratum.

On distingue quatre grands types de dômes : les cryptodômes (ou bouchons soulevés), les dômes peléen, les dômes surbaissés, et les dômes-coulées.

Ces derniers constituent une sorte de transition entre les dômes surbaissés et les coulées de lave.

 

LavaDomeTypes.jpgLes grands types de dômes : a. cryptodôme, b. dôme peléen, c. dôme surbaissé, d. dôme-coulée - doc. Oregonstate University.

 

Un des meilleurs exemples de dôme-coulée, et l’un des plus grands de ce type au monde, est le Cerro Chao dans le nord du Chili. Il occupe un ensellement entre les volcans Paniri et Léon.

 

chacodacite_oli_2013134.jpgCerro Chao - le dôme-coulée et ses diverses entités, dans la selle séparant les volcans Paniri et Cerro del Leon - Les dépôts de coulée pyroclastique, à gauche, sont de la phase Chao I -

photo Nasa Landsat 8 / Oli -13.05.2013

 

Ce dôme-coulée est long de 14,5 km., pour un volume total émis de 26 km³ de lave, et un front de coulée de 350-400 mètres de hauteur. Il est caractérisé par des crêtes d’écoulement (flow ridges) proéminentes de 30 mètres de hauteur, résultant de pliage durant la mise en place des couches de surface de différentes propriétés mécaniques, fonctions du refroidissement différentiel de la lave. C’est la coulée la plus importante d’un groupe de laves dacitiques émises lors d’un épisode magmatique relativement récent, daté de moins de 100.000 ans, qui a marqué le complexe Altiplano-Puna.

 

Chao_coulee_l.gif                                 Cerro Chao - le dôme-coulée - photo Peter Francis

 

L’éruption du Cerro Chao s’est produite en trois phases :

- la première phase a été explosive et a produit environ 1 km³ de dépôts de ponces dacitiques non soudées, et ensuite des coulées de blocs et cendres, qui forment un tablier frontal par rapport au corps de lave principal

– la seconde phase fut effusive et est caractérisée par l’émission de 22,5 km³ de magma, sous forme d’une coulée composite, avec un front de 400 mètres de haut, qui a recouvert 53 km², et d’un petit cône. Des crêtes d’écoulement forment des figures proéminentes à la surface ; elles atteignent 30 mètres de hauteur.

– le troisième phase a produit, au départ d’un dôme effondré, une coulée de 6 km de long et 3 km de large, avec des crêtes d’écoulement modérées. Elle se caractérise par des laves plus vitreuses que celles des autres phases.


La taille anormale du dôme-coulée du Cerro Chao est à la fois fonction de la pente locale, comprise entre 3 et 25°, et du volume de magma disponible.

La durée de mise en place du Chao semble avoir été de 100 à 150 ans, avec un ratio d’effusion maximum de 25 m³/s sur de courtes périodes.

 

Sources :

- Oregonstate Univ. - Chao - link

- Journal of Geophysical Research - Effusive silicic volcanism in the central Andes : the Chao dacite and other young lavas of the Altiplano-Puna Volcanic Complex - by S.L.de Silva & al. - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

En complément de l'article de ce matin, le PVMBG a relevé l'alerte du Gunung Kelud à IV / awas , ce 13.03.2014 à 21h15 locale, assortie d'une zone d'interdiction de 10 km. de rayon autour du cratère.

 

Vivanews vient d'annoncer que le Kelud est entré en éruption ce 13.02, à 22h50 locale; le panache de cendres et gaz atteindrait 3.000 mètres d'altitude. Dans un entretien avec l'AFP, Surono certifie que les équipes d'observations ont quitté leur poste situé à 7,5 km. du volcan.


Une photo sur Twitter illustre cette éruption :


2014.02.13-Kelud---Kiriman-foto-dr--RagaRikardhanu-kondisi-.jpgEruption du Kelud, ce 13.02.2014 - éclairs dans le panache - photo Kiriman foto dr @RagaRikardhanu kondisi Gunung kelud malam ini @e100ss semoga tidak ada korban. AMin.

 

Sources:

-Vivanews - Gunung Kelud meletus - link

- Twitter : Kiriman foto dr @RagaRikardhanu kondisi Gunung kelud malam ini @e100ss semoga tidak ada korban. AMin.  

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 Le stratovolcan Kelud, situé sur l’île de Java, a vu son niveau d’alerte passer du niveau II / Waspada (alerte) au niveau III/ Siaga (veille) , le 10 février.


En attente d’une évolution de ce statut, je n’ai pas commenté jusqu’à aujourd’hui la nouvelle.

 

Un rappel des faits depuis 2007  :

Après une éruption effusive les 3-4 novembre 2007, et la production d’un dôme de lave dans le lac de cratère, toujours actif en décembre de la même année, le niveau du Kelud avait été ramené à I / Normal en juin 2009, tout en gardant des recommandations de se tenir à l’écart du dôme, en raison de son instabilité, de sa température potentiellement élevée et des gaz toxiques en émanant.  


La sismicité du Kelud était en augmentation depuis janvier 2014, avec un nombre de séismes volcaniques peu profonds – entre 2 et 8 km. sous le volcan - et des pics de sismicité les 15-16 janvier, 28 janvier et 2 février. La température du lac de cratère avait également augmenté de 5,5°C depuis le mois de septembre 2013. A la suite de quoi, le PVMBG avait fait passer l’alerte au niveau II (sur une échelle de IV) le 2 février.

Depuis, l’élévation de la sismicité, la présence d’une inflation, en particulier dans sa composante radiale, et l’augmentation de température de l’eau de 4°C entre le 23 janvier et le 9 février, suivie d’une baisse relative le 10.02, ont porté le PVMBG à suspecter une intrusion magmatique et à modifier le niveau d’alerte.


L'évolution du volcan est à suivre !

 

 

2014.02.10---2013.01.01-kelud0214_1.jpg

   L'évolution de la sismicité entre le 1 janvier et le 10 février - une aide décisionnelle - doc. VSI

 

2014.02.08-05-kelud-hypocentres.jpgKelud - essaim sismique entre le 5 et le 8 février 2014 - les hypocentres(foyers sismiques) sont situés à 1,5 -3,5 km sous le sommet. - Doc. VSI

Le Kelud ou les tribulations d’un lac de cratère :

Le Kelud occupe une place particulière parmi les volcans indonésiens. Malgré une certaine confidentialité, 30 éruptions ont été enregistrées depuis l’an 1000.

 

letusan-kelud.jpg               Les éruptions du Kelud et leur indice d'explosivité, depuis l'an 1000 - doc. GVP

 

Le danger présenté par ce volcan est lié à la présence d’un important lac de cratère, d’un volume allant jusqu’à 40 millions de mètres cubes, qui est expulsé lors de phases initiales éruptives, souvent de type plinien.

En 1919, 5.160 personnes furent tués par les lahars engendrés par l’éruption et l’éjection de 38.000 m³ d’eau du lac ; les lahars se sont écoulés jusqu’à 37 km. du cratère, et recouvert 131 km², inondant ainsi 104 villages.

 

COLLECTIE_TROPENMUSEUM_Solfataren_in_de_krater_van_de_vulka.jpg                        Solfatare dans le cratère du Kelud en avril 1919 - doc. Tropenmuseum


Le VSI fit creuser des tunnels dans les parois du Kelud pour drainer le lac et maintenir son volume à environ 2 millions de m³. Le niveau du lac a baissé d’une cinquantaine de mètres suite à cette action, mais en 1951, une nouvelle éruption a approfondi le cratère de 70 mètres, laissant un volume de 50 millions de m³ d’eau, après réparation des tunnles endommagés. Après la perte de plus de 200 vies suite à l’éruption de 1966, un nouveau tunnel fut construit, et le volume du lac ramené à seulement un million de mètres cubes.

 

Kelud---1980-Dan-Dzurisin-UGS.jpg                             Le cratère du Kelud et son lac en 1980 - photo Dan Dzurisin / USGS

 

L’éruption de 2007 a changé la donne : le dôme de lave qui s’est installé dans le lac en a fait s’évaporer la quasi-totalité, minimisant les risques d'interaction entre le magma, la lave et l'eau.

Une analyse détaillé du lac du Kelud est accessible sur le site du Professeur Bernard / Université Libre de Bruxelles - link

 

09.11.2007-A.Bernard.jpgImages vidéo et thermiques (thermacam FLIRP25) du Kelud le 9 novembre 2007, faites par Solikhin & Segy / VSI - Doc ULB / Prof. Bernard / Commission des lacs volcaniques.

 

new-dome-2----30.11.2007-T.P.jpg

                Kelud - le dôme de lave et ses écroulements le 30.11.2007 - photo Tom Pfeiffer

 

Kelud-dome-26.11.2010---2-AVE.jpg Kelud - le dôme de lave a envahi tout l'espace de l'ancien lac de cratère et fume toujours le 26.11.2010 (on en voit un reliquat en bas à gauche) - photo Antony Van Eeten.

 

Sources :

- Badan Geologi - statut éruptif du Kelud 10.02.2014 - link

- U.L.B. / Université Libre de Bruxelles -  Growing lava dome observed in the lake of Kelud volcano, Indonesia - par le Prof. A.Bernard. - link

- Global Volcanism Program - Kelut

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’activité du volcan Tungurahua demeure importante ces jours-ci, caractérisée par du trémor harmonique et diverses explosions.


Le 8 février, la nébulosité a empêché les observations visuelles ; des chutes de cendres sont rapportées sur Palictahua, au sud du volcan.

 

2014.02.08-nuit---Tungu---Carlos-Larrea---Un.-Andina-Simon-.jpg   Tungurahua, nuit du 8.02.2014 - photo Carlos Larrea Maldonado / Univer. Andina Simon Bolivar


Le 9 en fin de journée, le Tungurahua présente un style d’éruption modifié : les explosions violentes cédent le pas à une émission continue de cendres et gaz, montant en moyenne à 500 m. au-dessus du cratère, mais atteignent 4.000 mètres par moment. Le dégazage est important.

Dans la nuit du 9 au 10, l’activité strombolienne a expulsé des blocs incandescents qui ont dévalé les pentes sur plus d’un kilomètre.

 

2014.02.09---Tungurahua----JLEN.jpg

                                          Tungurahua 09.02.2014 -  photo Jose Luis Espinosa-Naranjo

2014.02.09---Tungu---JLEN.jpg

                                   Tungurahua 09.02.2014  - photo Jose Luis Espinosa-Naranjo

2014.02.09-20h45-Tungu---JLEN.jpgTungurahua 09.02.2014 / 20h45 - activité strombolienne, panache de cendres et chutes de blocs - photo Jose Luis Espinosa-Naranjo

 

2014.02.09-22h-30-Tungu.jpg                       Tungurahua 09.02.2014 / 22h30 - photo Jose Luis Espinosa-Naranjo


Le 10, les nuages ont caché la vue du volcan, ne laissant qu’apparaitre par intermittence un panache montant à 500 mètres au dessus du cratère, avant de se disperser vers le NO. Des chutes de cendres sont observées sur Quero et Mocha, au nord-ouest.

 

2014.02.10-Tungu---IG--1024x576-.jpg              Tungurahua - panache de cendres le 10.02.2014 / 23h37 UTC - webcam IG / OVT


Le 11.02, toujours une nébulosité importante et pas de bonnes images des webcams.

 

2014.02.11-15h33---Tungu-Pillate----IG.jpg                     Le Tungurahua sous les nuages - 11.02.2014 / 15h33 - webcam IG / Pillate

 

Dommage collatéral : selon Global News / Associeted Press, les éruptions du Tungurahua ont endommagé des hectares de cultures et seraient cause de pénurie alimentaire pour le bétail. Pour minimiser les pertes, les fermiers ont commencé à récolter les tomates et les pommes de terre avant qu'elles n'aient atteint leur maturité. A Guayaquil, le prix des oignons, du ma¨s et des pommes de terre a augmenté de 10%.

 

 

Sources :

- IGEPN - rapports journaliers et webcams

- Merci à mon ami Jose Luis Espinosa-Naranjo pour son partage de photos.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

L'activité strombolienne se poursuit au nouveau cratère sud-est de l'Etna. elle s'accompagne d'émissions périodiques et modestes de cendres, et d'effusion de lave au départ des bouches situées à la base du cône.

 

2014.02.10-6h56-Etna.jpg                                   Etna - 10.02.2014 / 6h 56 - webcam Etna trekking


Le 10 février, en matinée, une nouvelle bouche effusive s'est ouverte au dessus de celle alimentant la coulée.

 

2014.02.10-21h36--INGV.jpg                     Etna - 10.02.2014 / 20h36 LT - webcam therm. Monte Cagliato / INGV


Le 11 février, à 6h07 GMT, une abondante quantité de cendres de couleur rousse a été émise de la zone des bouches effusives, et a formé un flux dense et chaud qui a rapidement atteint la base de la paroi ouest de la Valle del Bove. Ce flux est visible sur la webcam thermique de Monte Cagliato.

 

2014.02.11-07h09-Etna-Flusso-termica-Emct.jpg

Des cendres de couleur marron-roux ont continué à être émises de la zone des bouches effusives, tandis que l'activité se maintenait au cratère sud-est.

 

2014.02.11-9h15-etnatrekking.jpg                          Etna NSEC - 11.02.2014 / 9h15 - webcam Etnatrekking


Le trémor des dernières 24 heures s'est maintenu à un niveau supérieur à la normale, avec des fluctuations répétées.

 

2014.02.11-a-17h52-tremor-ECPN_hhz.jpg                         Etna - Courbe de trémor à 17h52 le 11.02.2014 - Doc. INGV Catania

 

Sources: INGV Catania

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Thomas Moran a fait partie de l’expédition Hayden en 1871, qui explora le nord-ouest du Wyoming, zone qui sera connue plus tard en tant que Parc National du Yellowstone. Il a accompagné les membres de cette expédition, grâce à son propre financement, aidé en partie par les propriétaires du Northern Pacific Railroad.

 

Thomas_Moran_-_Grand_Canyon_of_the_Yellowstone_-_Smithsonia.jpg"Le Grand Canyon du Yellowstone" - une des oeuvres de Thomas Moran sur ce sujet - oeuvre conservée au Smithsonian museum of Art.


En quarante jours passé dans ces décors naturels grandioses, Moran a documenté plus de trente sites différents. Ses croquis et les photos de William H. Jackson ont attiré l’attention sur cette région et lié pour toujours ce peintre au Yellowstone, au point d’être appelé Thomas "Yellowstone " Moran.

 

 Comme il le décrit lui même : "Je ne place aucune valeur dans la transcription littérale de la nature. Ma vision n'est pas réaliste ; tout me porte à l’idéalisation. … La topographie dans l’art est sans valeur.

Mon incitation à peindre mon "Grand Canyon du Yellowstone " vient de la superbe palette de couleur qui m’a impressionné. Aucun décor au monde ne présente probablement une telle combinaison. Les formes sont extrêmement merveilleuses et picturales, et lorsque je veux parler réllement de nature, je ne souhaite pas retranscrire littéralement la scène, mais la préserver et transmettre une impression réelle."

 

Thomas_Moran_Two.jpgJackson_1872---membre-USGS-exploration-du-G.Teton.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thomas Moran peignant son "Grand Canyon du Yellowstone", à gauche - à droite, W.H. Jackson en 1872.


Lors de la présentation par Hayden et ses collègues, leurs œuvres et photos ont joué un rôle déterminant pour convaincre le Congrès d’adopter la législation créant le premier parc national des Etats-Unis en 1872.

Peu après le Congrès s’est approprié le " Grand Canyon du Yellowstone " pour 10.000 $ … cette œuvre, qui a véritablement lancé sa carrière, offre une vue sur les chutes et les parois de rhyolite jaune du canyon. A l’avant-plan, figurent F.V. Hayden et Th. Moran., ou selon d'autres sources, Moran et Jackson.

 

The-Grand-Canyon-Of-The-Yellowstone---2 (428x478)

     "Le Grand Canyon du Yellowstone" - 2 / détail - doc. from The Complete works / Thomas Moran

 

Lower-Falls-of-Yellowstone--YELL-8518--Thomas-Moran--No-dat.jpg                           " Lower Falls of Yellowstone" - doc. NPS / "Moran and the art"

 

Moran est né à Bolton, en Angleterre en 1837. En 1844, sa famille émigre aux Etats-Unis et se fixe à Philadelphie. Aux environs de sa seizième année, Thomas Moran commence son apprentissage artistique comme apprenti dans une boutique de graveur sur bois, où il reste deux ans.

A l’instar de beaucoup d’artistes américains, Moran étudie en Europe, où J.W. Turner , peintre paysagiste, va l’influencer. Il poursuit ensuite sa propre carrière de peintre, graveur et illustrateur. Il travaille pour diverses publications, dont le magazine Scribner.

 

Castle-Geyser--Upper-Geyser-Basin--Thomas-Moran--No-date---.jpg               "Castle geyser, Upper geyser basin " - Thomas Moran / non datée - doc. NPS


Le parc National du Yellowstone fit l’acquisition en 1978 du Journal de Moran, de quelques effets personnels et de peintures originales pour ses collections. On peut voir certaines aquarelles au Visitor center à Mammoth Hot Springs.

 

ThomasMoran-JupiterTerraceYellowstone---Own-a-painting.jpg  "Jupiter terraces" ( Mammoth Hot springs - Yellowstone N.P.) - Thomas Moran - doc. Own a painting

 

Shoshone_Falls_Idaho_Thomas_Moran-1875---Chrysler-museum-o.jpeg          " Shoshone Falls " - Idaho / Snake river - Thomas Moran 1875 - Chrysler Museum of Art

 

Sources :

- National Park Service - Moran, painter of Yellowstone N.P. - link

- Thomas Moran - the Complete Works - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le MARN – Ministerio de medio Ambiente y Recursos Naturales – indique dans son rapport du 8 février qu’au vu du comportement actuel du volcan San Miguel / Chaparrastique, une autre éruption reste possible.

 

Chaparrastique-epicentres-seismes--27.01---07.02-2014--MA.jpg    Chaparrastique - épicentres des séismes entre le 27 janvier et 7 février 2014 - doc. MARN


Depuis le 27 janvier, 67 séismes ont marqué le flanc nord du Chaparrastique, dont trois les 05 et 06.02. Le trémor volcanique se maintient à un niveau élevé, avec 297 à 356 unités horaire, à la station sismique de San Miguel, le 6 février. Ces secousses reflètent la fracturation des roches consécutive à la pression interne et un mouvement constant des fluides (gaz, eau,magma) à l’intérieur de la structure.

Le 6 février, un panache de gaz gris clair n’a pas dépassé 150 mètres au-dessus du volcan, et les valeurs de SO2 sont comprises entre 0,009 et 0,208 ppm.


On soupçonne qu’une prochaine éruption pourrait se caractériser par de petites explosions et /ou une émanation de lave, suffisamment visqueuse pour permettre aux personnes menacées d’échapper à ces coulées.

 

2013.12.29---San-Miguel---RSOE.jpg                       Chaparrastique - panache éruptif du 29.12.2013 - photo RSOE


Depuis le 29 janvier, date à laquelle une explosion a marqué le Chaparrastique, les volcanologues ont commencé à augmenter la surveillance en installant du matériel supplémentaire (9 GPS, 5 stations sismiques, des capteurs acoustiques) partiellement fournis par l'INGV Italien. Par ailleurs un recensement fin de la population et des installations dans les zones à risque est en cours.

 

2014.01.01-SMiguel---4----MARN.jpg                                Chaparrastique - survol le 01.01.2014 - photo MARN


La vigilance reste de mise.

 

Le Chaparrastique / San Miguel est l'un des volcans le plus actif du Salvador. Ce stratovolcan basalto-andésitique culmine à 2.130 mètres, chapeauté par un large et profond cratère. Des fissures radiales sur ses flancs ont canalisé les coulées de lave historiques, dont certaines ont atteint les bases Nord et Estdu volcan aux 17-19° siècles

 

 

images-stories-2013-noticias-chaparrastique-informe-especia.pngEruptions du San Miguel et leur fréquence, comparée à celle des autres volcans Salvadoriens voisins, depuis 1900 - doc. MARN

 

Sources :

- MARN - rapports et informations techniques sur l'éruption du Chaparrastique - link 1 - link2

- Global Volcanism Program - San Miguel

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

2014.02.04 soirée - Etna - B.Behncke

              l'Etna vu de Tremestieri Etneo, le 04.02.2014 en soirée - photo Boris Behncke

 

Vers 12h le 4 février, une émission modeste mais continue de cendres est remarquée au Nouveau cratère sud-est, ainsi que l’émission d’une coulée de lave au départ d’une des bouches située à la base Est du cône NSEC. La coulée a parcouru environ 1.000 mètres sur la paroi Est de la Valle del Bove.

En début de soirée, la fréquence des bouffées de cendres est de 5-10 par heure séparées par des émissions passives de vapeur. Elles sont accompagnées de matériaux incandescents. Ces bouffées s’arrêtent vers 19h GMT, tandis que la coulée de lave se poursuit.

 

2014.02.05-14h18---Etna-NSEC.jpg

                    Etna NSEC - bouffée de cendres le 05.02.2014 / 14h18 GMT - webcam INGV


Le 5 février, une intermittence d’émissions de cendres et de matériaux pyroclastiques incandescents s’accompagne de l’émission constante de lave au départ de la bouche à la base du NSEC .

 

2014.02.05-23h29-webcam2_30.jpg        Etna - Coulée en provenance de la base du cône NSEC, le 05.02.2014 / 23h29  - webcam LAVE


Le 6 février, les émissions de cendres cessent à la première heure. L’activité éruptive se caractérise par de petites explosions stromboliennes, expulsant des matériaux pyroclastiques incandescents à 50-100 m. au-dessus du bord du cratère, et l’émission de lave au départ de deux bouches à la base du NSEC. La coulée de lave s’avance maintenant sur une portion plus plate à la base de la paroi Est de la Valle del Bove, au nord des Monte Centenari.

Durant ces trois jours, l’amplitude moyenne du trémor s’est maintenue à un niveau bas, sans grandes variations.

 

2014.02.07 - Turri Caggegi DSC 1894          Etna - coulées en direction de la Valle del Bove, le 07.02.2014 - photo Turi Caggegi / iEtna


Le 7 février, les explosions stromboliennes se succèdent plus rapidement en matinée, avec les émissions de lave aux deux bouches situées à la base du cône. A remarquer : l’amplitude moyenne du trémor est en hausse légère depuis le début de la journée.

 

2014.02.08--a-10h18-ECPN_hhz.jpgEtna - courbe de trémor - hausse plus importante le 07.02 et le 08.02 - doc. INGV Catania, du 08.02.2014 à 10h18.

 

2014.02.07-14h32-rond-de-fumee.jpgEtna 07.02.2014 - 14h32 - petit rond de fumée  au dessus du NSEC et des coulées de lave sur les parois de la Valle del Bove - webcam Etna trekking

 

2014.02.07-17h36-Emct0332.jpgEtna - 07.02.2014 / 17h36 GMT- activité strombolienne sommitale et coulées originaire de la base du cône - webcam thermique INGV

 

2014.02.07-18h28-webcam2_44.jpgEtna - 07.02.2014 / 18h28 - activité strombolienne sommitale et coulées originaire de la base du cône - webcam LAVE


Vers 20h, les explosions se succèdent au rythme de 10.-12 à la minute, avec des expulsions incandescentes à un maximum de 150 mètres de hauteur au-dessus du bord du cratère et quelques bombes retombant sur les flancs du cône. La coulée de lave atteint la cote 2300.

 

Le 8 février, en après-midi, le trémor monte encore, et les explosions de cendres se multiplient ... l'Etna "fait le train", avec une succession de bouffées.

 

2014.02.08-17h21-Emov0327.jpg       Etna NSEC - 08.02.2014 / 17h21 GMT - émissions successives de cendres - webcam INGV

 

Sources :

- INGV Catania

- EtnaWalk

- iEtna

Lire la suite

<< < 1 2 3 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog