Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Io-Torishima Volcano as seen from SE.- Io-dake is on the top right of the photo - the Gusuku in the center, and the Mae-dake forming the tip of the island to the left - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Io-Torishima Volcano as seen from SE.- Io-dake is on the top right of the photo - the Gusuku in the center, and the Mae-dake forming the tip of the island to the left - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Io-Torishima (Iwo Torishima) is a tiny island, the southernmost of the group of Nansei islands uninhabited, of  2,700 m by 1000 m.

Not to be confused with other, Torishima, or Bird Island, is a name commonly used to refer to Japanese islands offshore (as in the Izu arc, further north-east), it is better to call Okinawa-Torishima.

Io-Torishima - left, bathymetric map / JCG - right, geological map / doc. GSJ - S.Nakano -  one click to enlarge Io-Torishima - left, bathymetric map / JCG - right, geological map / doc. GSJ - S.Nakano -  one click to enlarge

Io-Torishima - left, bathymetric map / JCG - right, geological map / doc. GSJ - S.Nakano - one click to enlarge

It consists of two or three according to sources, andesitic volcanoes that overlap.

The Io-dake (Iwo-dake, Sulfur peak) forms the northwest side of the island; it contains a small lake, sulfur springs and sulfur deposits exploited in the past.
The Gusuku, a lava dome occupies the center of two broods sommas, south-east.  the highest point, Mae-dake, is located at the SE point of the island.

Io-Torishima - the Io-dake crater seen from the south - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - the Io-dake crater seen from the south - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - the Io-dake crater: its acid lake and fumarolic activity - photo S.Nakano 2007 / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - the Io-dake crater: its acid lake and fumarolic activity - photo S.Nakano 2007 / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - fumerolian sulfur vent in the crater Io-dake - photo S.Nakano / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - fumerolian sulfur vent in the crater Io-dake - photo S.Nakano / Geological Survey of Japan

  Io-Tori-shima - right, the Mae-dake -  left, a vertical dyke that helped to channel the pyroclastic flows from the volcano Gusuku, heavily eroded in the background. - Photo by GSJ S.Nakano 2007.

Io-Tori-shima - right, the Mae-dake - left, a vertical dyke that helped to channel the pyroclastic flows from the volcano Gusuku, heavily eroded in the background. - Photo by GSJ S.Nakano 2007.

The activity after 1664 is described as "middle to moderate explosive activity" by the GVP; major eruptions occurred in 1664, 1796, 1829, 1855, 1868, 1903, 1959, 1967 and 1968, the last official activity. (dates highlighted were of VEI 2).

A possible small eruption was reported July 7, 2013 by a pilot to VAAC Tokyo, which has not detected against ash plume on satellite images.

Io-Torishima - the "old" Mae-dake saw the pint south of the island - photo S.Nakano 2007 / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - the "old" Mae-dake saw the pint south of the island - photo S.Nakano 2007 / Geological Survey of Japan

Sources :

- Geological Survey of Japan - Io-Tori-shima

- Global Volcanism Program - Io-Torishima

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Io-Torishima Volcano, vue du SE.- l'Io-dake en haut à droite de la photo - le Gusuku au centre, et la Mae-dake formant la pointe de l'île à gauche - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Io-Torishima Volcano, vue du SE.- l'Io-dake en haut à droite de la photo - le Gusuku au centre, et la Mae-dake formant la pointe de l'île à gauche - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Io-Torishima (Iwo Torishima) est une minuscule île, la plus au sud du groupe des îles Nansei, inhabitée de 2.700 m sur 1.000.

Pour ne pas la confondre avec d’autres, Torishima, ou île aux oiseaux, étant un nom communément utilisé pour désigner des îles japonaises au large (comme dans l’arc Izu, plus au nord-est), il vaut mieux l’appeler Okinawa-Torishima.

Io-Torishima - à gauche, carte bathymétrique / JCG - à droite, carte géologique / doc. GSJ - S.Nakano - un clic pour agrandirIo-Torishima - à gauche, carte bathymétrique / JCG - à droite, carte géologique / doc. GSJ - S.Nakano - un clic pour agrandir

Io-Torishima - à gauche, carte bathymétrique / JCG - à droite, carte géologique / doc. GSJ - S.Nakano - un clic pour agrandir

Elle est formée de deux, ou trois selon les sources, volcans andésitiques qui se recouvrent.

L’Io-dake (Iwo-dake, Sulfur peak) forme le côté nord-ouest de l’île ; il contient un petit lac, des solfatares et des dépôts soufrés exploités dans le passé.

Le Gusuku, un dôme de lave occupe le centre de deux sommas nichées, côté sud-est, dont le point haut, Mae-dake, est situé à la pointe SE de l’île.

Io-Torishima - le crater Io-dake vu du sud - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - le crater Io-dake vu du sud - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - le crater Io-dake : son lac acide et l'activité fumerollienne - photo S.Nakano 2007 / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - le crater Io-dake : son lac acide et l'activité fumerollienne - photo S.Nakano 2007 / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - évent fumerollien soufré dans le cratère Io-dake - photo S.Nakano / Geological Survey of Japan

Io-Torishima - évent fumerollien soufré dans le cratère Io-dake - photo S.Nakano / Geological Survey of Japan

Io-Tori-shima  -  à droite, le Mae-dake, à gauche, un dyke vertical qui a aidé à canaliser les flux pyroclastiques du volcan Gusuku, fortement érodé en arrière-plan. - photo GSJ  by S.Nakano 2007.

Io-Tori-shima - à droite, le Mae-dake, à gauche, un dyke vertical qui a aidé à canaliser les flux pyroclastiques du volcan Gusuku, fortement érodé en arrière-plan. - photo GSJ by S.Nakano 2007.

L'activité postérieure à 1664 est qualifiée "d'activité explosive moyenne à modérée" par le GVP; les éruptions principales eurent lieu en 1664, 1796, 1829, 1855, 1868, 1903, 1959, 1967, et 1968, année de la dernière activité officielle. (les dates soulignées furent de VEI 2).

Une possible petite éruption a été signalée le 7 juillet 2013 par un pilote au VAAC Tokyo, qui n’a par contre pas détecté de panache de cendres sur les images satellites.

Io-torishima - le "vieux" Mae-dake vu de la pinte sud de l'île  - photo S.Nakano 2007 / Geological Survey of Japan

Io-torishima - le "vieux" Mae-dake vu de la pinte sud de l'île - photo S.Nakano 2007 / Geological Survey of Japan

Sources :

- Geological Survey of Japan - Io-Tori-shima

- Global Volcanism Program - Io-Torishima

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le niveau d’alerte du Gunung Slamet vient d’être relevé à Siaga / 3, le 12 août 2014, par le VSI, en raison d’une augmentation significative du nombre de panaches exhalés par le volcan depuis le mois de mai, et l’observation d’incandescence nocturne.

Le Gunung Slamet - le 11.08.2014 - Photo Gunung Slamet Facebook

Le Gunung Slamet - le 11.08.2014 - Photo Gunung Slamet Facebook

En mai, de l’incandescence a été observée 14 fois, accompagnées d’éruptions de cendres montant de 150 à 1.500 m au-dessus du sommet. Entre le 15 et le 30 juin, on dénombre 14 éruptions modérées de cendres montant entre 500 et 1500 m au-dessus du sommet.

Une accélération du rythme des émissions se remarque les 1 et 2 juillet, avec 17 panaches modérés. Le niveau d’alerte 2 est alors maintenu, et une zone interdite d’un rayon de 2 km. autour du cratère est instaurée.

Le 15 juillet, le VAAC Darwin Renseigne, sur base des images satellites un panache mintant à 4500 mètres au-dessus du niveau de la mer, soit environ 1.100 m au-dessus du sommet, avant de dériver sur 83 km vers l’ouest et le nord.

Le relèvement du niveau d’alerte se produit au moment où de nombreux amateurs projetaient de gravir les pentes du volcan pour célébrer le 69° anniversaire de l’Indépendance. Il faut rappeler que la dernière éruption du Gunung Slamet confirmée par le GVP date de la période 8 mars 2014 à 6 mai 2014 (VEI 2) - voir photo ci-dessous.

Paramètres d'activité du Slamet entre le 1° janvier et le 11 août 2014 - graphique VSI Badan Geologi

Paramètres d'activité du Slamet entre le 1° janvier et le 11 août 2014 - graphique VSI Badan Geologi

Le Gunung Slamet est situé dans le centre de l’île de Java, et se compose de deux édifices qui se recouvrent, un ancien volcan basalto-andésitique à andésitique à l’ouest, et un volcan basaltique à basalto-andésitique, plus jeune, à l’est. Trois douzaines de cinder cones ponctuant ses bas flancs est, et un seul le flanc ouest. Quatre cratères occupent le sommet du Slamet, avec un site d’activité migrant au cours du temps en direction du SO. Les éruptions historiques sont originaires, depuis le 18° siècle, un cratère sur la partie ouest du sommet, caractérisées par des explosions ne durant que quelque jours à quelques semaines.

Gunung Slamet - 14 mars 2014 - photo Andi / Guide Volcanodiscovery

Gunung Slamet - 14 mars 2014 - photo Andi / Guide Volcanodiscovery

Gunung Slamet - cratère actif - photo R. Woodall

Gunung Slamet - cratère actif - photo R. Woodall

Sources :

- Antara news

- VSI Badan Geologi - Peningkatan Tingkat Aktivitas G. Slamet Dari Waspada (level Ii) Ke Siaga (level III) - 12.08.2014 - link

- Global Volcanism Program  - Slamet

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Suwanose-jima , vue du NE - à gauche de la photo, la caldeira Sakuchi (au centre de l'île) - à droite, le volcan Tondashidake - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

Suwanose-jima , vue du NE - à gauche de la photo, la caldeira Sakuchi (au centre de l'île) - à droite, le volcan Tondashidake - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

Suwanose-jima  est en fait constitué de la coalescence de quatre corps volcaniques, souvent considérés et référés comme volcans : Tondashi-dake, Suzaki, O-take et Negami-dake, orientés selon un axe NE-SO . Ils forment  une île longue de 9 km sur son plus grand axe, culminant à 799 mètres.

Malgré le fait qu'il soit méconnu du grand public, il s'agit de l'un des volcans les plus actifs du Japon, à l'instar de son voisin, le Sakura-jima.

Suwanos-jima, vue du sud - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

Suwanos-jima, vue du sud - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

Au sud de l’île, une séquence expose un dépôt de ponce rhyolitique de 3 m d’épaisseur, et un dépôt pyroclastique, d’une hauteur de 15 mètres, tous deux ayant une source insulaire. Ils ont plus de 23.000 ans, car ils sont recouverts par les " cendres AT " de l’éruption de la caldeira Aira, située bien au nord (et englobant le moderne Sakurajima).

Ces éruptions anciennes ont une magnitude supérieures à celle des temps historiques, caractérisées par des éruptions de scories fréquentes, mais modérées. Elles concernent des laves de nature basalto-andésitiques à andésitiques.

Suwanos-jima - à gauche, carte simplifiée des entités volcaniques / Photovolcanica - à droite, carte topographique avec les différents cratères, dont l'Otake (Oc) et la caldeira Sakuchi - doc Taketo Shimano 2008 - un clic pour agrandirSuwanos-jima - à gauche, carte simplifiée des entités volcaniques / Photovolcanica - à droite, carte topographique avec les différents cratères, dont l'Otake (Oc) et la caldeira Sakuchi - doc Taketo Shimano 2008 - un clic pour agrandir

Suwanos-jima - à gauche, carte simplifiée des entités volcaniques / Photovolcanica - à droite, carte topographique avec les différents cratères, dont l'Otake (Oc) et la caldeira Sakuchi - doc Taketo Shimano 2008 - un clic pour agrandir

En 1813-1814, l’éruption " Bunka ", de VEI 4, est caractérisée par d’importants dépôts de téphra sur toute l’île, l’émission de deux coulées andésitiques au départ du cratère SO, qui se sont écoulées jusqu’à la côte ouest. A la fin de l’éruption, un effondrement sectoriel a emporté le cratère sommital NE " Otake ", créé une énorme avalanche de débris et formé la caldeira en fer-à- cheval Sakuchi, qui s’étend jusqu’à la côte Est. Après cette éruption, l’île fut désertée durant 70 ans.

L’éruption de 1884-85fut moins puissante, résultant en une effusion de lave, connu sous le nom de coulée Meiji, qui a atteint la côte Est.

Suwanose-jima : la caldeira Sakuchi et le cratère Otake en 2005 -  photo H. Seo / Geological Survey of Japan

Suwanose-jima : la caldeira Sakuchi et le cratère Otake en 2005 - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

Depuis 1985, les éruptions ont pour siège le cratère sommital nord-est, l’O-take, et sont de type strombolien à vulcanien. Les dernières datent de 2001-2003 et 2004-2014 … le JMA rapporte des explosions en juin 2014.

L’accès au sommet du Suwanose-jima est réglementé par l’administration du parc, et souvent interdit en raison des risques liés à des projections balistiques et de décharges électrostatiques. Un placard marque l’entrée de la zone interdite. Le sentier d’accès , abandonné, est sévèrement érodé par places et recouvert de végétation.

Suwanose-jima - éruption et panache du 05.07.2009 - doc. Nasa Aqua Modis

Suwanose-jima - éruption et panache du 05.07.2009 - doc. Nasa Aqua Modis

Suwanose-jima - le 5 novembre 2009 - phot N. Geshi / Geological Survey of Japan

Suwanose-jima - le 5 novembre 2009 - phot N. Geshi / Geological Survey of Japan

Suwanose-jima : le cratère Otake et les bords de la caldeira Sakuchi, recouverts de cendres le 14.11.2008 - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Suwanose-jima : le cratère Otake et les bords de la caldeira Sakuchi, recouverts de cendres le 14.11.2008 - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Suwanose-jima - activité strombolienne - photo Thorsten Boeckel / décembre 2009-janvier 2010

Suwanose-jima - activité strombolienne - photo Thorsten Boeckel / décembre 2009-janvier 2010

Sources :

- Geological survey of Japan – Suwanose-jima

- Global Volcanism Program – Suwanosejima

- Photovolcanica - Suwanosejima

- Thorsten Boeckel – Japan : Kyushu and Tokara islands 25.12.2009/09.01.2010 - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Aube sur Nakanoshima - phot 名古屋太郎

Aube sur Nakanoshima - phot 名古屋太郎

Plus au sud dans les îles Tokara se trouve Nakano-shima, une île volcanique de 9 km sur 5, entourée de récifs de corail.

 L’ancien volcan Sakiwaridake, au sud de lîle, est séparé par un plateau étroit, d’une élévation de 200 mètres, du cône andésitique actif On-take, qui forme la moitié nord de Nakanoshima.

Nakanoshima et le volcan On-take, chapeauté de nuages - en arrière-plan, Kuchinoshima - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

Nakanoshima et le volcan On-take, chapeauté de nuages - en arrière-plan, Kuchinoshima - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

Les roches composant Nakanoshima consistent en andésites Serikazi au SE (datées de 1,75 +/- 0,22 Ma), en andésites Nanatsuyama à l’E, en andésites Sakiwaridake et Shiizaki au SO, en andésites Nigoriura (datées de 0,14 +/-0,06 Ma) et Negamidake et formations de l’ancien et jeune volcan Otake. La datation des roches fait donc remonter le début de l’activité au Pléistocène.

Nakanoshima - le volcan On-take - photo H.Seo / Geological Survey of Japan 2005

Nakanoshima - le volcan On-take - photo H.Seo / Geological Survey of Japan 2005

Nakanoshima - le cratère sommital du volcan On-take - photo H.Seo / Geological Survey of Japan 2005

Nakanoshima - le cratère sommital du volcan On-take - photo H.Seo / Geological Survey of Japan 2005

Le stratovolcan On-take possède un cratère sommital, large de 500 mètres, qui se remplit partiellement d’eau à la saison des pluies.

Seule éruption signalée au cours de la période historique, une petite éruption phréatique a marqué le cratère sommital en janvier 1914.Un panache de cendres est signalé, sous réserve, en octobre 1949.

Des solfatares sont présentes au sommet et dans la cratère d’explosion sur le flanc ENE. Des dépôts de soufre ont été exploités jusqu’en fin 1944.

Des sources chaudes sourdent en trois endroits à Funakura.

Le cratère du volcan Otake de Nakanoshima -  photo 名古屋太郎

Le cratère du volcan Otake de Nakanoshima - photo 名古屋太郎

Nakanoshima - solfatare sur le flanc E de l'On-take - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Nakanoshima - solfatare sur le flanc E de l'On-take - photo H.Seo / Geological Survey of Japan

Nakanoshima - Des émissions de bulles au large de l'île témoignent de son activité volcanique - photo Geoff H / Scubaboard

Nakanoshima - Des émissions de bulles au large de l'île témoignent de son activité volcanique - photo Geoff H / Scubaboard

Sources :

- Geological Survey of Japan – Nakanoshima

- Global Volcanism Program – Nakanoshima

- Journal of Geoscience – Osaka University – Volcanic geology and rocks of nakanoshima, Tojara islands – by Masahiro Daishi.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
L'arc volcanique et la fosse de Ryuku - doc. Google earth annoté

L'arc volcanique et la fosse de Ryuku - doc. Google earth annoté

Kuchino-shima est situé au nord de la ligne d’îles constituant l’arc volcanique des Ryuku, entre  Nakano-shima et Kuchinoerabu-shima.

La faible population est concentrée dans le nord de cette minuscule terre de 3 km. sur 7, dans les villages de Nishinohama et Kuchinoshima.

Kuchino-shima - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

Kuchino-shima - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

Deux stratovolcans andésitiques et une chaîne de dômes de lave, orientée NO-SE la caractérisent. Le dôme composite Maedake, point culminant avec 628 mètres, s’est établi à l’est du sommet du stratovolcan Yokodake à toit plat,haut de 501m.

Le Global Volcanism Program ne signale que quatre éruptions, en 6.750 avant JC, en 900 avant JC, en 750 et la dernière en 1.190. En 2.001, une décoloration de l’océan indique toujours une activité volcanique.

Kuchino-shima - Maedake Lava Dome vu del'E (Toshiri-Kaigan). - photo S.Nakano / GSJ

Kuchino-shima - Maedake Lava Dome vu del'E (Toshiri-Kaigan). - photo S.Nakano / GSJ

Kuchino-shima  - Maedake Lava Dome vu du N. au centre, le stratovolcan Yokodake sur la droite - photo S.Nakano 2005 / GSJ

Kuchino-shima - Maedake Lava Dome vu du N. au centre, le stratovolcan Yokodake sur la droite - photo S.Nakano 2005 / GSJ

Parmi les nombreux dômes, le dôme Moedake présente un cratère d’explosion émettant encore des fumerolles.

Kuchino-shima - le cratère d'explosion du dôme Moedake vu du N - photo H. Seo / GSJ

Kuchino-shima - le cratère d'explosion du dôme Moedake vu du N - photo H. Seo / GSJ

Kuchino-shima - Activité fumerollienne dans le cratère d'explosion du dôme Moedake - photo S. Nakano / GSJ

Kuchino-shima - Activité fumerollienne dans le cratère d'explosion du dôme Moedake - photo S. Nakano / GSJ

L’île abrite des bovins indigènes, en nombre minime, ayant conservé les caractéristiques des races anciennes du Japon décrites, les Kuchinoshima Ushi. Ils sont maigres (300-400 kg), de faible grandeur, avec une large poitrine et une taille de guêpe.

Sources :

- Geological Survey of Japan - Quaternary volcanoes - Kuchino-shima

- Global Volcanism Program - Kuchinoshima

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’émission effusive de lave, au départ d’une bouche ouverte le 7 août au matin sur le versant nord de la zone cratérique nord du Stromboli, a parcouru la terrasse avant de se diviser en plusieurs bras dans la Sciara del Fuoco et d’atteindre la mer. L’entrée de la lave en mer a généré des explosions, des projections de cendres et blocs à plusieurs dizaines de mètres de hauteur et de fortes émissions de vapeur blanche.

Stromboli - Arrivée des coulées en mer à la base de la Sciara del Fuoco - photo You reporter 07.08.2014

Stromboli - Arrivée des coulées en mer à la base de la Sciara del Fuoco - photo You reporter 07.08.2014

Stromboli - interaction explosive entre la lave et l'eau - photo Boris Behncke 08.08.2014

Stromboli - interaction explosive entre la lave et l'eau - photo Boris Behncke 08.08.2014

Dans la nuit du 7 et 8 août, l’effusion de lave a diminué.

Au matin du 8 août, une seule coulée  large de 5 à 10 mètres entrait en mer, alors que de petites coulées marquaient le haut de la Sciara del Fuoco, puis se fragmentait sur la pente en blocs incandescents. Au cours de la nuit, la coulée en mer a cessé.

Stromboli - coulée de lave dans la Sciara del Fuoco, le 08.08.2014 - photo Marco Tomasello

Stromboli - coulée de lave dans la Sciara del Fuoco, le 08.08.2014 - photo Marco Tomasello

Stromboli - coulée de lave dans la Sciara del Fuoco, le 08.08.2014 - photo Volcanodiscovery news

Stromboli - coulée de lave dans la Sciara del Fuoco, le 08.08.2014 - photo Volcanodiscovery news

Stromboli - arrivée en mer d'une coulée unique - photo INGV Catania

Stromboli - arrivée en mer d'une coulée unique - photo INGV Catania

Dans la matinée du 9 août, l’émission effusive de lave s’est poursuivie, générant une coulée de lave dont le front  actif s’est arrêté dans la Sciara del Fuoco, sans atteindre le trait de côte.

La position de l’évent effusif à un niveau inférieur à celui des évents sommitaux explique l’absence d’explosions au niveau de ces cratères, suite au drainage différent de la lave.

L’activité explosive et effusive sont en forte baisse aujourd'hui, tandis que les bouches sommitales continuent de dégazer avec intensité.

Sources :

- INGV Catania

- Volcanodiscovery news

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Retour sur le sud de l’archipel Nippon et l'archipel Tokara, en commençant par l’île de Kuchinoerabu-jima, qui s’est illustrée le 3 août dernier par une brève et violente éruption.

Le site de l’éruption était le cratère Shin-dake. L’éruption a duré une dizaine de minutes, caractérisée par un panache de cendres montant à 1500 mètres et une coulée pyroclastique sur le flanc ouest du volcan, caractérisée par des gaz chauds et de la vapeur qui ont brûlé la végétation … indice d’une éruption vraisemblablement de nature phréatique. La sismicité volcanique et le trémor ont commencé à baisser le 5 août, ne laissant qu’un petit panache de vapeur au-dessus du bord du cratère. (JMA)

Eruption du Kuchinoerabu-jima le 03.08.2014 - le nuage pyroclastique est surmonté sur la gauche, par le panache éruptif -  photo Kuchi-erabu.org

Eruption du Kuchinoerabu-jima le 03.08.2014 - le nuage pyroclastique est surmonté sur la gauche, par le panache éruptif - photo Kuchi-erabu.org

Kuchinoerabu-jima - en haut,la trace de la coulée pyroclastique est visible sur la gauche, entre le sommet et la mer - Elle recoupe une route circulaire -  sur le cliché du bas, zone de végétation  brûlée - photos Japan Coast Guard 06.08.2014s
Kuchinoerabu-jima - en haut,la trace de la coulée pyroclastique est visible sur la gauche, entre le sommet et la mer - Elle recoupe une route circulaire -  sur le cliché du bas, zone de végétation  brûlée - photos Japan Coast Guard 06.08.2014s

Kuchinoerabu-jima - en haut,la trace de la coulée pyroclastique est visible sur la gauche, entre le sommet et la mer - Elle recoupe une route circulaire - sur le cliché du bas, zone de végétation brûlée - photos Japan Coast Guard 06.08.2014s

Kuchinoerabu-jima - le cratère le 06.08.2014 lors d'une inspection aérienne par le Japan Coast Guards

Kuchinoerabu-jima - le cratère le 06.08.2014 lors d'une inspection aérienne par le Japan Coast Guards

L’éruption a ouvert une crevasse sur le sommet du Shin-dake, observée le 6 août lors d’un survol par les volcanologues japonais.

Kuchinoerabu-jima - les photos de survol, en haut, le 06.08.2014 et en bas, le 19.12.2011, montrent l'ouverture d'une crevasse sommitale  - doc. Japan Coast guards

Kuchinoerabu-jima - les photos de survol, en haut, le 06.08.2014 et en bas, le 19.12.2011, montrent l'ouverture d'une crevasse sommitale - doc. Japan Coast guards

Kuchinoerabu-jima - photo Geological Survey of Japan

Kuchinoerabu-jima - photo Geological Survey of Japan

L’île de Kuchinoerabu est formée de différents édifices d’âges étalés.

Bien que le début de l’activité éruptive soit inconnu , le premier édifice est le volcan Gokyo qui a émergé il y a 580.000 ans. Le volcan Jogahana, contemporain du Gokyo, est exposé sur la côte nord de l’île., tandis que le Ban’yagamine, daté de 200.000 ans environ, en forme le nord-ouest. Ensuite, les autres volcans plus récents ont formé la partie centre-est de Kuchinoerabu : ils se nomment Takadomori (100.000 ans), Kashimine , Noike, Hachikubo, Furudake et Shindake. Deux grandes éruptions pyroclastiques sont impliquées dans la formation des volcans Noike et Furudake entre 15.000 et 11.000 ans.

Les trois derniers cités sont responsables de l’activité volcanique à l’Holocène ; le Shindake concentre l’activité historique.

Kuchinoerabu-jima - localisation des différents volcans - doc.Geological Survey of Japan

Kuchinoerabu-jima - localisation des différents volcans - doc.Geological Survey of Japan

Kuchinoerabu-jima - les cratères les plus récents et leurs coulées - doc.Geological Survey of Japan

Kuchinoerabu-jima - les cratères les plus récents et leurs coulées - doc.Geological Survey of Japan

Le Shindake :

Le Shindake a commencé à s’édifier dans l’escarpement d’effondrement partiel du Furudake datant de plusieurs milliers d’années. Le volcan est composé de groupes de laves éruptées au cours des 9° et 11° siècles, et d’un cône pyroclastique sommital de brèches d’explosion, produits d’activité vulcanienne et phréatique à phréatomagmatique au niveau du cratère sommital.

Le cratère central  est entouré de quelques cratères satellites, dont certains se sont ouverts lors de l’éruption de 1930. En 1931 et 1933-34, de violentes éruptions ont été accompagnées de lahars répartis le long de la rivière Mukaehama. Une fissure de 500 m de long orientée N-S s’est ouverte sur les pentes Est du Shindake, et a été le siège des éruptions de 1945 et 1980.

Evolution des volcans Furudake et Shindake entre 13.000 ans BP et aujourd'hui - doc.Geological Survey of Japan / AIST

Evolution des volcans Furudake et Shindake entre 13.000 ans BP et aujourd'hui - doc.Geological Survey of Japan / AIST

Kuchinoerabu-jima - le cratère du Shindake et la fissure de l'éruption 1980. - doc.JMA

Kuchinoerabu-jima - le cratère du Shindake et la fissure de l'éruption 1980. - doc.JMA

Kuchinoerabu-jima - Eruption fisssurale du Shindake - photo 10.10.1980 / doc.JMA

Kuchinoerabu-jima - Eruption fisssurale du Shindake - photo 10.10.1980 / doc.JMA

En septembre 1980, une explosion brève et peu puissante a produit un petit panache et des chutes de cendres, principalement en mer ; elle fut suivie d’émissions de vapeurs blanches durant quelques jours.

Depuis 1980, une augmentation de l’activité sismique et thermale autour du cratère sommital fut renforcée par l’ascension de fluides hydrothermaux à partir d’un réservoir situé à 500 mètres sous le sommet.

Des essaims sismiques et une inflation  ont été observés en janvier 2005 ; la source inflatoire est située à plusieurs centaines de mètres sous le cratère. L’activité fumerollienne est en augmentation depuis.

 

Sources :

- Geological Survey of Japan / Active volcanoes of Japan - Kuchinoerabu-jima

- Global Volcanism Program -  Kuchinoerabujima  

- JMA - Kuchinoerabujima

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Suite à une activité explosive de niveau élevé au niveau des cratères NE et No, et un fort dégazage des cratères centraux du Stromboli, la Protection civile a fermé l’accès au sommet le 5 août.

Entre 9h13 et 17h23, le 5 août, une déformation des flancs externes du cratère nord-est a été détectée … la localisation est importante pour la suite des évènements.

Stromboli - coulée de lave du 06.08.2014 - photo Dolcevitagroup / pic.twitter.com-SfOpQ2w7gl

Stromboli - coulée de lave du 06.08.2014 - photo Dolcevitagroup / pic.twitter.com-SfOpQ2w7gl

Le 6 août, une nouvelle coulée de lave a débuté par un débordement entre les évents N1 et N2 / cratère nord-est. Le début de la coulée coïncide avec des effondrements entre 14h06 et 14h51. L'émission de lave s'est faite de manière pulsatille, en plusieurs coulées successives, qui ont rejoint la ligne de côte. L'activité effusive s'est poursuivie durant la nuit juqu'aux premières heures le 7 août.

 

 

Stromboli - sismicité e,tre 4h et 7h loc. marquée par une hausse vers 5h15 - Doc INGV

Stromboli - sismicité e,tre 4h et 7h loc. marquée par une hausse vers 5h15 - Doc INGV

Le 7 août, un effondrement significatif a accompagné l’ouverture d’une nouvelle bouche effusive, à 5h 18, à la base nord du cratère NE. Une montée du trémor confirme l’horaire (ci-dessus).

Stromboli - anomalie thermique entre 5h30 et 5h36 loc - doc Webcam therm. INGV / via VolcanodiscoveryStromboli - anomalie thermique entre 5h30 et 5h36 loc - doc Webcam therm. INGV / via Volcanodiscovery

Stromboli - anomalie thermique entre 5h30 et 5h36 loc - doc Webcam therm. INGV / via Volcanodiscovery

Stromboli - 07.08.2014 / 6h23 locale - trois coulées entrent en mer et d'autres vont y arriver  -Doc. INGV Catania - camera SCT

Stromboli - 07.08.2014 / 6h23 locale - trois coulées entrent en mer et d'autres vont y arriver -Doc. INGV Catania - camera SCT

Une anomalie thermique importante a marqué la pente au pied du cratère NE, indiquant un nouveau débordement de lave. Celle-ci a dû traverser le replat, créé en 2002-2003, qui sépare le cône du rempart nord de la Sciara del Fuoco, puis a plongé vers la mer. Le ratio d’effusion est élevé, et beaucoup plus important que ceux caractérisant les débordements des années précédentes ; en peu de temps, le déversement s'est séparé en divers bras de lave, accompagnés de glissements de terrain. L'arrivée des coulées en mer a généré d'importants panaches de vapeur.

L’anomalie thermique était toujours bien visible sur la webcam thermique à 16h locale.

 

 

Stromboli - Time-lapse vidéo de la coulée des 6 et 7 août - doc. Volcanodiscovery

Stromboli - coulée de lave et blocs dans la Sciara del Fuoco, atteignant la mer, le 07.08.2014 - photo Mike Schüler

Stromboli - coulée de lave et blocs dans la Sciara del Fuoco, atteignant la mer, le 07.08.2014 - photo Mike Schüler

Stromboli - 07.08.2014 - les nombreuses entrées de la lave en mer génèrent des panaches de vapeur - photo site Meteoweb

Stromboli - 07.08.2014 - les nombreuses entrées de la lave en mer génèrent des panaches de vapeur - photo site Meteoweb

 Stromboli - anomalie thermique à 6h36 et 13h48 - doc. webcam therm. INGV Stromboli - anomalie thermique à 6h36 et 13h48 - doc. webcam therm. INGV

Stromboli - anomalie thermique à 6h36 et 13h48 - doc. webcam therm. INGV

Sources :

- INGV Catania

- Volcanodiscovery news

- You reporter.it

 

A l’Etna, l’éruption de type subterminal qui marque le cratère NE continue un mois après son début.

Boris Behncke décrit l’activité lors d’une visite de terrain le 6 août : elle varie entre puissantes explosions stromboliennes, des " flashing arcs "  et des émissions " presque silencieuses " de cendres et de bombes.

Etna - explosion au cratère Nord-est le 06.08.2014 - photo EtnaWalk

Etna - explosion au cratère Nord-est le 06.08.2014 - photo EtnaWalk

Etna - coulée de lave en provenance de l'activité au NEC le 06.08.2014 - photo Boris Behncke

Etna - coulée de lave en provenance de l'activité au NEC le 06.08.2014 - photo Boris Behncke

Etna - anneau de fumée incurvé, le 06.08.2014 - photo turi Caggegi / iEtna

Etna - anneau de fumée incurvé, le 06.08.2014 - photo turi Caggegi / iEtna

Sources :

- Boris Behncke / Facebook & You Tube

- EtnaWalk / Facebook

- Turi Caggegi / iEtna

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Tungurahua - le 06.08.2014 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua - le 06.08.2014 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Le 5 août, l’activité du Tungurahua se caractérise par une légère diminution par rapport aux jours précédents. Les explosions sont largement accompagnées par  un léger trémor  continu. Suite aux pluies, des coulées de boue sont détéctée dans certains drainages.

Le 6 août, le trémor a été enregistré en continu, ainsi qu’une explosion bruyante en matinée. La couverture nuageuse importante n'a pas permis d'observation suivie.

Les photos de notre ami José Luis montrent de belles chutes de blocs sur les pentes supérieures du volcan.

Tungurahua - le 06.08.2014 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua - le 06.08.2014 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua - le 06.08.2014, prise du Canton Quero, montrant le flanc sud-est du volcan - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua - le 06.08.2014, prise du Canton Quero, montrant le flanc sud-est du volcan - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Sources :

- Merci à José Luis Espinosa-Naranjo pour son partage de photos.

- IGEPN - rapports des 5 et 6 août.

 

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog