Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

En 1969, on nota pour la première fois des volcans sur Io, un des satellites de Jupiter. Les télescopes terrestres ont montré par la suite que des éruptions et des fontaines de lave étaient monnaie courante, mais les éruptions importantes ont été beaucoup plus rares.

Io est la planète / ou lune la plus active au niveau volcanologique de notre système solaire. C’est aussi le seul corps céleste dont les volcans émettent une lave  extrêmement chaude, semblable à celle qu’on a pu voir sur terre. En raison de la faible gravité qui règne sur Io, ces grandes éruptions volcaniques produisent une ombrelle de débris qui jaillissent dans l’espace.

Une éruption sur Io - doc Nasa 05.2011

Une éruption sur Io - doc Nasa 05.2011

En août 2013, trois éruptions volcaniques massives ont marqué ce satellite de Jupiter, en une quinzaine de jours … conduisant à l’hypothèse que ces phénomènes considérés comme rares, sont en fait beaucoup plus commun qu’on ne le pensait.

Une étude, faite par Imke de Pater et son équipe, de l’Université Californienne de Berkeley, révèle que ces trois éruptions, y compris la dernière de la série, la plus énergétique, sont vraisemblablement caractérisées par des " rideaux de feu ", et des émissions fissurales de lave ... sur plus de 20 kilomètres.

Images des éruptions entre le 15 et le 29 août sur Io / Images of Io obtained at different infrared wavelengths (in microns, μm, or millionths of a meter) with the W. M. Keck Observatory’s 10-meter Keck II telescope on Aug. 15, 2013 (a-c) and the Gemini North telescope on Aug. 29, 2013 (d). The bar on the right of each image indicates the intensity of the infrared emission. Note that emissions from the large volcanic outbursts on Aug. 15 at Rarog and Heno Paterae have substantially faded by Aug. 29. A second bright spot is visible to the north of the Rarog and Heno eruptions in c and to the west of the outburst in d. This hot spot was identified as Loki Patera, a lava lake that appeared to be particularly active at the same time. Image by Imke de Pater and Katherine de Kleer, UC Berkeley.

Images des éruptions entre le 15 et le 29 août sur Io / Images of Io obtained at different infrared wavelengths (in microns, μm, or millionths of a meter) with the W. M. Keck Observatory’s 10-meter Keck II telescope on Aug. 15, 2013 (a-c) and the Gemini North telescope on Aug. 29, 2013 (d). The bar on the right of each image indicates the intensity of the infrared emission. Note that emissions from the large volcanic outbursts on Aug. 15 at Rarog and Heno Paterae have substantially faded by Aug. 29. A second bright spot is visible to the north of the Rarog and Heno eruptions in c and to the west of the outburst in d. This hot spot was identified as Loki Patera, a lava lake that appeared to be particularly active at the same time. Image by Imke de Pater and Katherine de Kleer, UC Berkeley.

Les deux premières éruptions, découvertes par de Pater, grâce à une caméra infra-rouge couplée à un télescope de l’Observatoire Keck à Hawaii, concernent l’hémisphère sud d’Io.  L’une, dans la caldeira nommée Rarog patera, a produit une coulée épaisse sur 80 km², l’autre , proche de Heno patera, a donné des coulées couvrant plus de 190 km².

Io - image infrarouge de l'évènement du 29.08.2013 / The Aug. 29, 2013, outburst on Io was among the largest ever observed on the most volcanically active body in the solar system. Infrared image taken by Gemini North telescope, courtesy of Katherine de Kleer, UC Berkeley.

Io - image infrarouge de l'évènement du 29.08.2013 / The Aug. 29, 2013, outburst on Io was among the largest ever observed on the most volcanically active body in the solar system. Infrared image taken by Gemini North telescope, courtesy of Katherine de Kleer, UC Berkeley.

La troisième éruption, beaucoup plus grande, a eu lieu le 29 août 2013. Elle fut découverte grâce aux instruments (Gemini et IRTF) placés sur le volcan Mauna Kea. Les températures relevées lors de l’éruption sont beaucoup plus élevées que celles enregistrées lors d’éruptions terrestres actuelles, indiquant une composition magmatique qu’on n’a rencontrée sur Terre que lors des années de formation de notre planète. L’énergie émise  est de l’ordre de 20 Terawatts , et le volume de lave expulsé de plusieurs kilomètres cubes.

Ces éruptions observées sur Io vont permettre de comprendre comment les grandes plaines de lave terrestres se sont établies, et de compléter l’histoire des anciennes éruptions sur notre planète.

 

Davies said he is beginning to be able to draw conclusions about Earth’s ancient lava eruption history, based on some of the eruptions being observed on Io. The Earth has “vast plains of lava,” but what scientists can see today is only the end result, Davies said. “Nobody really knows how these things were erupted in the first place. Io is starting to shine a very bright light on how the eruptions behaved.” - See more at: http://hawaiitribune-herald.com/news/local-news/hawaii-telescopes-capture-volcanic-eruptions-io#sthash.m5nM1Uvo.dpuf
Davies said he is beginning to be able to draw conclusions about Earth’s ancient lava eruption history, based on some of the eruptions being observed on Io. The Earth has “vast plains of lava,” but what scientists can see today is only the end result, Davies said. “Nobody really knows how these things were erupted in the first place. Io is starting to shine a very bright light on how the eruptions behaved.” - See more at: http://hawaiitribune-herald.com/news/local-news/hawaii-telescopes-capture-volcanic-eruptions-io#sthash.m5nM1Uvo.dpuf

Sources :

- U.C. Berkeley news center – A hellacious two weeks on Jupiter’s moon Io – link

- Science Codex  - extreme volcanism : image captures one of the brighest volcanoes in the solar system - link

- Hawaii Tribune Herals  - Hawaii telescopes capture volcanic eruption on Io

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Tungurahua 03.08.2014 / 18h - photo José Luis Espinosa-Naranjo
Tungurahua 03.08.2014 / 18h - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua 03.08.2014 / 18h - photo José Luis Espinosa-Naranjo

L’activité se poursuit au Tungurahua, accompagnées de panaches de cendres, visibles le 3 Août de façon intermittente, étant donné la couverture nuageuse du sommet.

Tungurahua 03.08.2014 / 20h - incandescence et chute de blocs sur le sommet - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua 03.08.2014 / 20h - incandescence et chute de blocs sur le sommet - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Le 4 août au matin, on peut apercevoir un panache de cendres et gaz, accompagné de "bramidos", montant entre 1.000 et 3.000 mètres au-dessus du cratère, puis se dirigeant sur un grand secteur nord, ouest et est.

Des explosions sont audibles et de l’incandescence perçue dans le cratère. Des chutes de cendres sont rapportées sur les secteurs de Choglontus,  Manzano, Bilbao, Quero, Rumipamba, Yanayacu, Pinchicoto, et Tizaleo.

 

Tungurahua - 04.08.2014 / 16h43 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua - 04.08.2014 / 16h43 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Sources :

- IGEPN rapport du 04.08.2014

- photos de José Luis Espinosa-Naranjo

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Piton de La Fournaise - installation des capteurs du projet VolcArray en juin - photo IS Terre

Piton de La Fournaise - installation des capteurs du projet VolcArray en juin - photo IS Terre

Le projet VolcArray, coordonné par les chercheurs de l’Institut des Sciences de le Terre de Grenoble  (IS Terre), sous la direction de Florent Brenguier, en collaboration avec l’Observatoire Volcanologique du Piton de La Fournaise, vise à sonder le cœur actif du volcan grâce au déploiement temporaire de 300 capteurs sur le massif de La Fournaise.

 

La Fournaise - acheminement des capteurs - photo Eric Larose / IS Terre

La Fournaise - acheminement des capteurs - photo Eric Larose / IS Terre

La Fournaise - une équipe d'installation motivée sous la pluie et le brouillard  - photo photo Eric Larose / IS Terre 12.07.2014

La Fournaise - une équipe d'installation motivée sous la pluie et le brouillard - photo photo Eric Larose / IS Terre 12.07.2014

La Fournaise - déploiement pédestre des capteurs, en mauvaide conditions atmosphériques en juillet - photo Eric Larose / IS Terre

La Fournaise - déploiement pédestre des capteurs, en mauvaide conditions atmosphériques en juillet - photo Eric Larose / IS Terre

Ce grand nombre de capteurs de haute technologie, d’un poids unitaire de 2,5 kg, utilisés d’habitude dans le domaine pétrolier pour la recherche d’hydrocarbures (Compagnie Fairfield / Houston), a été installé sur trois antennes carrées, tournées vers l’intérieur du volcan, durant les mois de juin et juillet 2014, parfois dans des conditions difficiles.

Ils vont enregistrer durant un mois le bruit de fond sismique et tenter de visualiser une zone située à 3.000 mètres sous la volcan, juste au-dessus du niveau marin et pouvant contenir de la lave. Sept cent cinquante kilos de matériels ont été acheminés par la voie des airs, mais aussi à dos d’hommes, quand les conditions de transport aérien n’étaient pas réunies.

La Fournaise - phase 4 ; rangement des capteurs pour le rapatriement - photo Eric Larose / IS Terre

La Fournaise - phase 4 ; rangement des capteurs pour le rapatriement - photo Eric Larose / IS Terre

La Fournaise - phase 4 : rapatriement des capteurs par hélico - photo Eric Larose / IS Terre

La Fournaise - phase 4 : rapatriement des capteurs par hélico - photo Eric Larose / IS Terre

La phase 4 du projet VolcArray vient de se clôturer avec la désinstallation des capteurs et héliportage vers le laboratoire, en toute fin juillet. Cette opération va permettre de démanteler aussi des installations obsolètes … et d’évacuer des déchets.

La phase d'analyse et de compilation des résultats est en cours.

A suivre !

 

Sources :

- IS Terre Grenoble - link

- Musée de La Réunion - VolcArray : le piton de la fournaise sous la loupe - link

- INSU / CNRS - L'analyse du bruit sismique pourrait servir à la localisation des futures éruptions volcaniques -  link

- Journal of geophysical research - Imaging preeruptive and coeruptive structural and mechanical changes of a volcano with ambient seismic noise A; Obermann & al. 12.2013- link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Etna northeast cone and eruptive fissure - photo Joseph Nasi

Etna northeast cone and eruptive fissure - photo Joseph Nasi

The subterminal eruption marking the northeast crater of Etna,ongoing since July 5,  continues.

On 1 August, late morning, dilute ash emissions were noted at the outset of a point on the west side of the small cone that has formed around the vent of 25 July. This vent still produced an intense strombolian activity without significant changes and began to emit a small lava flow toward the Valle del Leone. (INGV)

 

 Etna 08/02/2014 - strombolian activity on both conetto, in alternance - photo Turi Caggegi / iEtna

Etna 08/02/2014 - strombolian activity on both conetto, in alternance - photo Turi Caggegi / iEtna

The eruptive fissure, opened at the base of the cone northeast, progressing up on its side.

An excellent map was published by Giorgio Costa on his website 
Etna il Vulcano

Etna - progression of the eruptive fissure vents, with position on 5 and 25 July, and the new mouth - photo Francesco Mangiaglia / annotation via iEtna

Etna - progression of the eruptive fissure vents, with position on 5 and 25 July, and the new mouth - photo Francesco Mangiaglia / annotation via iEtna

Etna NEC - 08/02/2014 - photo Gio Giusa

Etna NEC - 08/02/2014 - photo Gio Giusa

Etna NEC : on the eruptive fissure at 3150 m altitude, the 08/02/2014 -. photo Gio Giusa

Etna NEC : on the eruptive fissure at 3150 m altitude, the 08/02/2014 -. photo Gio Giusa

On August 3, loud explosions are heard and succeed at a high rate.

This type of subterminal activity took place in the past : in 1956, in February 1964, in the spring 1968, and between 1975 and 1977 in the area of ​​Pinta Lucia, for nine months in 1999 and recently in 2006 (Source: Giorgio Costa /  Etna il Vulcano)

 

Etna NEC - 08/02/2014 - Creation of a "smoke ring"? - Photo Gio Giusa

Etna NEC - 08/02/2014 - Creation of a "smoke ring"? - Photo Gio Giusa

Etna NEC 08.03.2014 - a beautiful explosion - photo Turi Caggegi / iEtna

Etna NEC 08.03.2014 - a beautiful explosion - photo Turi Caggegi / iEtna

Etna - curve tremor at midday 08/03/2014 - doc. INGV Catania

Etna - curve tremor at midday 08/03/2014 - doc. INGV Catania

Sources :

- INGV Catania

- Etna il Vukcano / Giorgio Costa - link

- iEtna / Turi Caggegi - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Etna cône nord-est et la fissure éruptive - photo Joseph Nasi

Etna cône nord-est et la fissure éruptive - photo Joseph Nasi

L’éruption subterminale marquant le cratère nord-est de l’Etna en cours depuis le 5 juillet dernier se poursuit.

Le 1°août, en fin de matinée, des émissions de cendres diluées ont été remarquées au départ d’un point situé sur la partie ouest du petit cône qui s’est formé autour de l’évent du 25 juillet. Cet évent continue à produite une activité strombolienne intense, sans changements importants et a recommencé à émettre une petite coulée de lave en direction de la Valle del Leone. (INGV)

Etna 02.08.2014 - activité strombolienne sur les deux conetto en alternance - photo Turi Caggegi / iEtna

Etna 02.08.2014 - activité strombolienne sur les deux conetto en alternance - photo Turi Caggegi / iEtna

La fissure éruptive, ouverte au pied du cône nord-est, progresse en remontant sur son flanc.

Un excellente carte a été publiée par Giorgio Costa sur son site Etna il Vulcano

Etna - progression de la fissure éruptive, avec position des évents des 5 et 25 juillet et de la nouvelle bouche - photo Francesco Mangiaglia / annotation via iEtna

Etna - progression de la fissure éruptive, avec position des évents des 5 et 25 juillet et de la nouvelle bouche - photo Francesco Mangiaglia / annotation via iEtna

Etna NEC - 08.02.2014 - photo Gio Giusa

Etna NEC - 08.02.2014 - photo Gio Giusa

Etna NEC sur la fissure éruptive à l'altitude 3150 m, le 02.08.2014.- photo Gio Giusa

Etna NEC sur la fissure éruptive à l'altitude 3150 m, le 02.08.2014.- photo Gio Giusa

Le 3 août, de fortes explosions restent audibles et se succèdent à un rythme élevé.

Ce type d’activité subterminale a eu lieu dans le passé : en 1956, en février 1964, au printemps 1968, puis entre 1975 et 1977 dans la zone de Pinta Lucia, durant neuf mois en 1999, et récemment en 2006 ( Source : Giorgio Costa / Etna il Vulcano)

Etna NEC - 08.02.2014 - Formation d'un "anneau de fumée" ? -  photo Gio Giusa

Etna NEC - 08.02.2014 - Formation d'un "anneau de fumée" ? - photo Gio Giusa

Etna NEC 03.08.2014 - une belle explosion - photo Turi Caggegi / iEtna

Etna NEC 03.08.2014 - une belle explosion - photo Turi Caggegi / iEtna

Etna - courbe du trémor au 03.08.2014 mi-journée - doc. INGV Catania

Etna - courbe du trémor au 03.08.2014 mi-journée - doc. INGV Catania

Sources :

- INGV Catania

- Etna il Vukcano / Giorgio Costa - link

- iEtna / Turi Caggegi - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le Shin-take est entré en éruption aujourd’hui sur l’île de Kuchinoerabu-jima, dans le groupe d’îles Satsunan, situé au sud de Kyushu au Japon.

Cette île, de 6 km. sur 13, est peu peuplée, mais les villages sont proches du cratère actif. Il semble que des évacuations soient en cours … aucun blessé n’est à déplorer pour l’instant, mais la situation pourrait se compliquer en cette saison de typhons.

Eruption du Shin-take sur l’île de Kuchinoerabu-jima, ce 03.08.2014 - photo Sekiguchi / Kerabu blog

Eruption du Shin-take sur l’île de Kuchinoerabu-jima, ce 03.08.2014 - photo Sekiguchi / Kerabu blog

L’île de Kuchinoerabu-jima est formée de jeunes stratovolcans de moins de 15.000 ans, sur une base du volcan Gokyo, qui a émergé voici 500.000 ans environ (Geological survey of Japan) : les Furu-take, Shin-take et Noike, alignés sud-nord, forment un cône composite parallèle à l’axe des îles Ryuku. L’île est entourée de falaises abruptes, ne laissant que quelques plages de surface limitée.

Le Furu-take culmine à 657 mètres au-dessus du niveau marin, soit 1.200mètres au dessus du plancher environnant.

Le Shin-take, plus jeune, s’est établi sur le flanc NO du Furutake. Il est à l’origine de toutes les éruptions historiques. Depuis 1840, de nombreuses éruptions explosives se sont produites, la plus importante datée de 1933 (VEI 4). La dernière éruption date de septembre 1980, localisée sur une fissure sur le flanc Est du Shin-take.

Carte géologique de Kuchinoerabu-jima, en haut - doc Geological Survey of Japan - en bas, topographie de l'île Kuchinoerabu-jima.
Carte géologique de Kuchinoerabu-jima, en haut - doc Geological Survey of Japan - en bas, topographie de l'île Kuchinoerabu-jima.

Carte géologique de Kuchinoerabu-jima, en haut - doc Geological Survey of Japan - en bas, topographie de l'île Kuchinoerabu-jima.

Source :

Kerabu blog - link , via Shérine France. - Merci à tous deux pour cette information

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Au Tungurahua, l’activité continue, qualifiée par l’OVT de " modérée avec une tendance ascendante ".

Tungurahua - panache éruptif du 01.08.2014 / 18h49 - photo José Luis Espinosa Naranjo

Tungurahua - panache éruptif du 01.08.2014 / 18h49 - photo José Luis Espinosa Naranjo

Tungurahua - panache éruptif du 01.08.2014 / 18h55 - photo José Luis Espinosa Naranjo

Tungurahua - panache éruptif du 01.08.2014 / 18h55 - photo José Luis Espinosa Naranjo

Le 2 août, 131 séismes LP, une explosion et 78 épisodes de trémor lié aux émissions ont été enregistrés. Au cours de la nuit, et en début de matinée, de l’incandescence  était observée en bordure du cratère, ainsi que des chutes de blocs sur 500 mètres.

Le sommet du Tungurahua s’est ensuite couvert de nuages, laissant entrevoir momentanément un panache de vapeur et de cendres, montant à 2 km. Des chutes de cendres sont enregistrées sur les secteurs de Pondola, Sua, Choglontus, El  Manzano, Tisaleo, Cevallos et Motilones. Les pluies sont susceptibles de remobiliser des cendres et d’engendrer des lahars … la prudence est recommandée dans les zones de drainage concernées.

Le 3 août, la couverture nuageuse persiste, rendant l’observation par les webcams impossible en journée.

Tungurahua - panache éruptif du 03.08.2014 / 8h20, vu de Ficoa - photo José Luis Espinosa Naranjo

Tungurahua - panache éruptif du 03.08.2014 / 8h20, vu de Ficoa - photo José Luis Espinosa Naranjo

Sources :

- IGEPN / OVT rapport 02.08.2014

- photos de José Luis Espinosa-Naranjo.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Il y a suffisamment de similitudes entre la planète Mars et le champ volcanique de King’s Bowl pour que la Nasa investissent 500.000$  avec l’Idaho State University / ISU pour approfondir les études  de la zone à l’aide de GPS travaillant à l’échelle centimétrique.

Le volcanologue Shannon Kobs-Nawotniak et son équipe se concentrent sur King’s Bowl et sa topographie à micro-échelle : Une activité volcanique extensive a marqué le Grand rift et la zone de Crater of the Moon / Wapi volcanic field au moment où le point chaud du Yellowstone se trouvait sous la croûte à cet endroit avant que la plaque nord-américaine ne se déplace plus vers l’ouest.

Le tracé du Grand Rift en Idaho et le site de King's Bowl / King's Bowl lava field - photo Susan Sakimoto in GVP (NASA, courtesy of Scott Hughes, Idaho State University).

Le tracé du Grand Rift en Idaho et le site de King's Bowl / King's Bowl lava field - photo Susan Sakimoto in GVP (NASA, courtesy of Scott Hughes, Idaho State University).

A gauche, localisation du site de King's Bowl - à droite, les structures ignées du sud-Idaho, avec King's Bowl lava field- doc.Kuntz et al., 1982. / in Digital Geology of Idaho - un clic pour agrandir.A gauche, localisation du site de King's Bowl - à droite, les structures ignées du sud-Idaho, avec King's Bowl lava field- doc.Kuntz et al., 1982. / in Digital Geology of Idaho - un clic pour agrandir.

A gauche, localisation du site de King's Bowl - à droite, les structures ignées du sud-Idaho, avec King's Bowl lava field- doc.Kuntz et al., 1982. / in Digital Geology of Idaho - un clic pour agrandir.

L’étude vise la zone de King’s Bowl, située au nord du champ volcanique Wapi, formée par la remontée magmatique, il y a 2.130 ans, le long d’un dyke basaltique et une explosion phréatique qui a créé ce cratère d’explosion, long de 80 mètres, large et profond de 30 mètres. Elle vise à utiliser les nouvelles mesures  pour mieux comprendre les variations de texture causées par l’éruption et combien l’eau a interagi pour provoquer l’explosion.

King's Bowl / Idaho - photo Oregonstate

King's Bowl / Idaho - photo Oregonstate

 King's Bowl / Idaho- regards dans le cratère d'explosion - photo Caedus328 / Panoramio

King's Bowl / Idaho- regards dans le cratère d'explosion - photo Caedus328 / Panoramio

King's Bowl -  Schéma d'alimentation par feeder-dike et rift avec les deux types de fissures - croquis in Thruitt thesis

King's Bowl - Schéma d'alimentation par feeder-dike et rift avec les deux types de fissures - croquis in Thruitt thesis

Pour alimenter leur banque de données, les chercheurs vont examiner la vésiculation, soit le degré de bouillonnement qui s’est produit, dans des échantillons ( dont certains blocs de lave d’une taille de 40 mètres), pour se faire une idée d’ensemble.

Les techniques et les équipements utilisés par l’ISU lors de l’étude ont une connection avec le projet FINESSE de la Nasa . FINESSE, pour Fast Infrared Exoplanet Spectroscopy Survey Explorer, est consacré e.a. à la compréhension de la formation, l’évolution et les architectures des systèmes exoplanétaires.

Le travail de terrain achevé, les données seront analysées par les super-ordinateurs de l’ISU et les résultats présentés en décembre à la conférence de l’AGU / American Geological Union à San Francisco.

King's Bowl / Idaho - photo Crater of the Moon Shoshone Field Office USRD

King's Bowl / Idaho - photo Crater of the Moon Shoshone Field Office USRD

Sources :

- Komo news - Mars secrets unlocked at Craters of the Moon monument – link

- Global Volcanism Program – Wapi lava field

- Digital Geology of Idaho - Neogene Snake River Plain-Yellowstone Volcanic Province – link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Tungurahua - panache du 01.08.2014 - photo OVT - IGEPN

Tungurahua - panache du 01.08.2014 - photo OVT - IGEPN

Depuis le 28 juillet, l’activité du Tungurahua est en hausse. Le 29, le volcan émettait de façon constante de la vapeur d’eau au niveau du cratère.

Le 1° août, à partir de 10 h30, trois petits panaches modérément chargés en cendres montent à deux kilomètres de hauteur … suivis à 14h50 locale, d’une émission importante de cendres qui a formé un panache de 4.000 mètres avant de se diriger vers l’ONO.

Les émissions de SO2 sont en hausse, avec les 30 et 31 juillet, 2.966 tonnes/ jour et 1963 t/j respectivement, en relation avec la présence de magma frais dans les conduits supérieurs du volcan.

Le niveau de sismicité en hausse lui aussi , avec du trémor depuis deux jours et le 1° août, un séisme volcano-tectonique de magnitude1,9 à une profondeur de 5 km. , vraisemblablement lié à une fracturation de roches.

L’OVT signale une haute probabilité d’une explosion importante à court terme, accompagnée probablement de coulées pyroclastiques dans les drainages, pouvant atteindre des zones habitées et d’importantes chutes de cendres.

Tungurahua - 01.08.2014 / 18h40 - photo José Luis Espinosa Naranjo

Tungurahua - 01.08.2014 / 18h40 - photo José Luis Espinosa Naranjo

Tungurahua - 01.08.2014 - photo webcam IGEPN

Tungurahua - 01.08.2014 - photo webcam IGEPN

Source : IGEPN rapport spécial 01.08.2014

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Les habitants du village de Telina, dans la lagon de Marovo dans l’archipel des Salomon, vivent dans la crainte de voir leur paradis envahi par des débris d’une éruption du volcan sous-marin Kavachi.

Archipel des Salomon - le lagon de Marovo - photo Magnificent destibation Besttourism

Archipel des Salomon - le lagon de Marovo - photo Magnificent destibation Besttourism

Archipel des Salomon - l'île Vangunu et le lagon Marovo - doc. Nasa

Archipel des Salomon - l'île Vangunu et le lagon Marovo - doc. Nasa

Le Global Volcanism Program rapporte qu’un satellite de la Nasa a repéré le 29 janvier 2014 un panache d’eau décolorée à l’Est du Kavachi, sans doute formé par des gaz dissous et des fragments de lave.

Le mois passé, des eaux troubles et tourbillonnantes signalant l’emplacement du seamount ont été remarquées, et quelques fragments provenant du volcan se sont échoués sur des îles dans la lagon... ces signes augmentent les craintes des locaux de voir se déplacer la zone d’activité.

Les villageois ont demandé aux autorités responsables, qui minimisent pour l’instant les évènements, de visiter Marovo et d’enquêter sur la situation.

Kavachy éruption avril 2007 - photo ToDay images

Kavachy éruption avril 2007 - photo ToDay images

Kavachi - éruption janvier 2014 - doc. Nasa EO-1 Ali  29.01.2014

Kavachi - éruption janvier 2014 - doc. Nasa EO-1 Ali 29.01.2014

Le seamont Kavachi, encore appelé " Rejo te Kvachi "/ " le four de Kavachi " , est localisé au sud de l’île Vangunu, à seulement 30 km. au nord du site de subduction de la plaque Indo-Australienne sous la plaque Pacifique.

Ce volcan sous-marin basaltique à andésitique a produit, depuis sa première éruption enregistrée en 1939, au cours de différentes éruptions subaérienne et explosions phréatomagmatiques, pas moins de huit îles éphémères.

Au 21° siècle, on relève quatre éruptions : 1999 à août 2003, mars 2004, avril 2007 et janvier 2014 (GVP)

Le CSIRO Australien / Commonwealth Scientific and Industrial Research Organization a décrit en 2000, puis en 2002, un relief de forme conique d’un diamètre basal de 8.000 mètres, se dressant sur 1.000 à 1.200 m depuis les profondeurs côté nord et bien plus côté sud. Le sommet du Kavachi  est repéré entre 60 mètres sous le niveau marin et la surface en fonction de l’activité.

A gauche, carte du lagon Marovo - à droite, bathymétris du seamont Kavachi / Csiro - GVP - un clic pour agrandir.A gauche, carte du lagon Marovo - à droite, bathymétris du seamont Kavachi / Csiro - GVP - un clic pour agrandir.

A gauche, carte du lagon Marovo - à droite, bathymétris du seamont Kavachi / Csiro - GVP - un clic pour agrandir.

Affaire à suivre ... le Kavachi étant considéré comme un des volcans sous-marins parmi les plus actifs, dans le sud-ouest du Pacifique
 

Sources :

- Solomon Star news – Villagers live in fear of volcano – link  

- Global Volcanism Program - Kavachi

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog