Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Des "volcans de boue" - photo MeteoWeb

Des "volcans de boue" - photo MeteoWeb

Le décès dramatique de deux enfants survenu lors d’une visite dans le Parco del Maccalube, près d’Agrigente en Sicile le 27 septembre, nous rappelle que les volcans de boue sont dangereux, bien qu’étant des phénomènes secondaires en regard du péril engendré par les éruptions volcaniques.

Maccalube di Aragona - les secours mobilisés par l'incident du 27.09.2014 - photo MeteWeb

Maccalube di Aragona - les secours mobilisés par l'incident du 27.09.2014 - photo MeteWeb

Vue générale de la zone de Maccalube di Aragona - doc. Google 2014

Vue générale de la zone de Maccalube di Aragona - doc. Google 2014

Un article de l’INGV – Palermo explique le phénomène de formation des volcans de boue, résultants de l’émission intermittente de gaz, d’eau et de sédiments.

Le volcanisme sédimentaire est un phénomène géologique typique des bassins sédimentaires, caractérisés par une tectonique compressive, exprimée en surface par les volcans de boue.

Dans le centre et l’ouest de la Sicile, particulièrement à Caltanissetta et Aragona ; on remarque un dégazage de fluides mantelliques, malgré l’absence de système volcanique proche.

Ces dernières années, une activité explosive intense et soudaine est marquée par l’émission de grands volumes de boue. Les chercheurs ont mis en évidence une corrélation entre l’activité explosive et l’activité sismique à l’échelle locale, nécessitant des études interdisciplinaires plus approfondies (dans les domaines de la géologie structurelle, la géochimie, la sismologie).

Maccalube di Aragona - "Vulcanelli" -  photo ASSI / via Geovol

Maccalube di Aragona - "Vulcanelli" - photo ASSI / via Geovol

Le mécanisme qui régit le volcanisme sédimentaire est en lien avec des remontées mécaniques périodiques de gaz, dont le méthane, et d’eau vers la surface. Au cours de la percolation, les fluides rencontrent des niveaux argileux, qui ont tendance à se liquéfier et à ressortir avec les gaz et l’eau. Les niveaux argileux peuvent constituer un " bouchon imperméable " temporaire, qui va céder soudain sous l’augmentation progressive de la pression, menant à une explosion, accompagnée d’une colonne de liquide et gaz pouvant atteindre 10 à 25 mètres de haut.

 

Dans le Maccalube di Aragona, les sorties de boue peuvent s’effectuer simplement au niveau de fissures centimétriques, ou se produire dans des bassins de taille métrique, ou encore constituer de petits cônes de boue concentrés sur une petite colline … d’où leur dénominantion " Vulcanelli " / petits volcans.

Les volumes de boue émis peuvent atteindre le millier de mètres-cubes.

Le dernier évènement paroxystique a eu lieu le 5 mai 2012, vers 2h du matin, où la colline du Maccalube a été brutalement transformée par l’explosion de boue mêlée aux gaz et l’eau salée, qui a détruit les cônes présents. A diverses occasions, ces manifestations paroxistiques s’accompagnent de l’inflammation du gaz , donnant des fontaines ardentes alimentées en continu par le flux de gaz émis lors de paroxysmes.

Evolution du Maccalube di Aragona entre 2003 et 2013 - Crédit image Franco Ortolani (www.geologi.it) / MeteoWeb

Evolution du Maccalube di Aragona entre 2003 et 2013 - Crédit image Franco Ortolani (www.geologi.it) / MeteoWeb

Sources :

- Meteoweb - Tragica eruzione di fango in Sicilia: era già successo negli anni scorsi, ecco le prove - link

- INGV News – Il vulcanismo sedimentari della Maccalube - link / http://193.206.213.9/intranet/gest_news/uploads/4250Articolo_Macalube_rivisto_con_figure.pdf

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’éruption de l’Ontakesan semble être selon le volcanologue Shigeo Aramaki, une éruption de type phréatique, sans écarter la possibilité d’un phénomène phréatomagmatique tant que l’analyse des cendres n’est pas terminée. L’explosion relativement violente, limitée dans le temps, et la couleur blanche et noire du panache sur les dernières photos sont des éléments en faveur du type phréatique, habituel sur ce volcan depuis des milliers d’années.

Ontale - éruption du 27.09.2014 - d'impressionnants panaches s'élèvent au dessus du volcan - photo AP / Kyodo news

Ontale - éruption du 27.09.2014 - d'impressionnants panaches s'élèvent au dessus du volcan - photo AP / Kyodo news

Ontake - éruption du 27.09.2014 - le nuage de cendres engloutit les pentes du volcan encore partiellement aux couleurs d'automne - photo d'un anonyme / via Kyodo news

Ontake - éruption du 27.09.2014 - le nuage de cendres engloutit les pentes du volcan encore partiellement aux couleurs d'automne - photo d'un anonyme / via Kyodo news

Ontake 27.09.2014 - panaches turbulents blancs et noirs émis au niveau de l'évent éruptif - photo AP / Kyodo news

Ontake 27.09.2014 - panaches turbulents blancs et noirs émis au niveau de l'évent éruptif - photo AP / Kyodo news

La vidéo mise en ligne hier montre des randonneurs qui fuient devant l’éruption avant de se faire englober dans le nuage de poussières, qui les a plongé dans le noir total durant plusieurs minutes. Un journaliste de NHK, M.Oguro, raconte que lui et son équipe ont du faire usage de leur lampe frontale pour retrouver le lodge.

Le propriétaire de ce lodge de montagne proche du sommet rapporte que la couche de cendres atteignait 50 cm. Des retombées de cendres sont signalées sur les préfectures de Nagano, Gifu et Yamanashi.

Ontake - les bâtiments proches du sommet sont recouverts par une épaisse couche de cendres - photo AP / Kyodo news

Ontake - les bâtiments proches du sommet sont recouverts par une épaisse couche de cendres - photo AP / Kyodo news

Aux dernières nouvelles, l’éruption a causé la mort d’une femme, fait une trentaine de blessés sérieux, 16 personnes inconscientes.

Plus d’une quarantaine de personnes attendent d’être évacuées par l’armée, alors que 200 randonneurs ont entamé la descente de l’Ontake dans les cendres laissées par l’éruption, par leurs propres moyens.

Le bilan s'est sérieusement alourdi ce matin : selon Associeted Press, ce 28.09.2014 / 2h27, plus de trente corps ont été retrouvés inconscients, et considérés comme morts, près du sommet du volcan. Ils ont été décrits comme ne respirant pas et le coeur arrêté, en attente d'autopsie confirmant les causes de leur décès.

Descente dans les cendres de la majorité des randonneurs dans la journée de samedi - à gauche, photo www.toledoblade.com pic.twitter.com-cbY57gqkBP - à droite, photo AP / Kyodo news - un clic pour agrandir.Descente dans les cendres de la majorité des randonneurs dans la journée de samedi - à gauche, photo www.toledoblade.com pic.twitter.com-cbY57gqkBP - à droite, photo AP / Kyodo news - un clic pour agrandir.

Descente dans les cendres de la majorité des randonneurs dans la journée de samedi - à gauche, photo www.toledoblade.com pic.twitter.com-cbY57gqkBP - à droite, photo AP / Kyodo news - un clic pour agrandir.

L'éruption de 1979-1980 présente de nombreuses similitudes.

La première éruption historique répertoriée a débuté le 28 octobre1979, après seulement un épisode de trémor de longue durée et sans explosion initiale enregistrée.

Des émissions de cendres se sont succédées jusqu’à 14h , heure à laquelle un panache de cendres est monté à 1.000 mètres. Un dépôtde cendres d’1,5 mètres est enregistré près du sommet, alors que les flancs ne sont recouverts que de quelques dizaines de centimètres. L’activité a décliné ensuite avec des émissions de vapeur le 29.10, et d’autres émissions d’intensité variable jusqu’en mi-novembre.

De nombreux évents firent actifs au cours de l’éruption, dans une zone de 500 mètres de long  axée NO-SE proche du sommet. Jusqu’à 10 petits cratères ont été repérés lors d’une inspection aérienne. Aucune fumerolles n’étaient présentes dans cette zone de nouveaux évents avant l’éruption.

1979  - une intense activité fumerolienne marque la partie supérieure de la Jigoku-dani (valley) - phot Chubu color

1979 - une intense activité fumerolienne marque la partie supérieure de la Jigoku-dani (valley) - phot Chubu color

1979 – Vue aérienne d e la partie supérieure de la Jigoku-dani , prise du sud – le panache gris contient de la cendre – photo Chubu color

1979 – Vue aérienne d e la partie supérieure de la Jigoku-dani , prise du sud – le panache gris contient de la cendre – photo Chubu color

Sources:

- Médias locaux, dont Japan Times - Kyodo news

- Volcanoes of Japan - Quaternary volcanoes - Ontake san

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le Mont Ontake, situé à environ 200 km à l’ouest de Tokyo , est entré en éruption ce 27 septembre 2014 vers 11h53 locale. Le JMA a relevé le niveau d’alerte à 3 (sur une échelle de 5)

Cette éruption, toujours en cours, s’est accompagnée de l’émission d’un panache de cendres important montant à 3 - 4.000 mètres,  forçant un avion à se dérouter pour l’éviter, et de coulées pyroclastiques..

La préfecture de Nagano rapporte que sept personnes furent légèrement blessées et une autre plus sérieusement suite à l’éruption. L’ascension de ce volcan fait partie des pèlerinages religieux importants du Japon central, et ses pentes sont fréquentées par de nombreux touristes, qui cette fois l’ont échappé belle.

 Les randonneurs fuient l'éruption de l'Ontake ce 27.09.2014 - cliché Twitter  00 @ogog1202
 Les randonneurs fuient l'éruption de l'Ontake ce 27.09.2014 - cliché Twitter  00 @ogog1202

Les randonneurs fuient l'éruption de l'Ontake ce 27.09.2014 - cliché Twitter 00 @ogog1202

Cette vidéo de Kuroda Terutoshi, un peu chahutée, témoigne en direct de l'éruption. - 27.09.2014.

Ce grand stratovolcan s’est édifié à l’intérieur d’une caldeira de 4 km sur 5, au sud de la zone volcanique Norikura. L’ancien complexe volcanique comprend au moins 4 stratovolcans qui se sont construit entre il y a 680.000 et 420.000 ans, période après laquelle l’Ontakesan resta inactif pendant plus de 300.000 ans.

Sa première éruption historique date de 1979-80.(de VEI 1)

Le volcan Ontake - photo JMA

Le volcan Ontake - photo JMA

Sources:

- Agence Reuters - link

- BueeFeed News - link

- Global Volcanism Program - Ontakesan

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques
St. Helens - explosion dans le cratère le 1°octobre 2004 / 12h16 PDT. - photo John Pallister / USGS

St. Helens - explosion dans le cratère le 1°octobre 2004 / 12h16 PDT. - photo John Pallister / USGS

Fin septembre marque un anniversaire au St. Helens : celui de la reprise de l’activité volcanique après la crise éruptive de 1980-1986.

Le 23 septembre 2004, après quatre années de " tranquillité sismique ", un essaim de séismes de faible magnitude à faible profondeur débute sous le dôme de lave qui s’est formé.

La sismicité va augmenter jusqu’à déboucher le 1 octobre 2004 sur une série d’explosions associées de panaches de cendres au départ d’un évent situé sur le bord SO de l'ancien dôme. Une phase plus calme suit ensuite.

Fissures dans le Crater Glacier du S. Helens le 2.10.2004 suite à l'inflation consécutive à la nouvelle activité  - photo Mike Poland / USGS

Fissures dans le Crater Glacier du S. Helens le 2.10.2004 suite à l'inflation consécutive à la nouvelle activité - photo Mike Poland / USGS

Carte photogéologique du cratère du St. Helens le 29.11.2004 - les différents nouveaux dômes en fin novembre et leur position relative par rapport au dôme de 1980-86. On remarque que le nouveau dôme coupe en deux le Crater Glacier, dénommé désormais East et West Glacier - Doc John Pallister / USGS

Carte photogéologique du cratère du St. Helens le 29.11.2004 - les différents nouveaux dômes en fin novembre et leur position relative par rapport au dôme de 1980-86. On remarque que le nouveau dôme coupe en deux le Crater Glacier, dénommé désormais East et West Glacier - Doc John Pallister / USGS

Le 11 octobre, une nouvelle phase de construction de dôme commence, avec des aiguilles de lave chaude et durcie qui ponctuent la  surface du glacier. Ces aiguilles successives vont s’accumuler durant trois ans pour former le nouveau dôme d’une hauteur de 460 mètres.

Les aiguilles de lave caractérisent les dômes de type péléens,surmontés par des protusions ou "spines". (classification de Blake 1990 / in Bardintzeff 1998)

Entre 2004 et 2008, la croissance du dôme s’effectue, non par effusion, mais par une extrusion continue d’aiguilles de lave qui dégazent fortement.

Le volume de lave extrudé sur le plancher du cratère est estimé à près de 92 millions de mètres cubes.

Cratère du St. Helens - aiguille le 27.10.2004 - photo USGS

Cratère du St. Helens - aiguille le 27.10.2004 - photo USGS

Cratère du St. Helens - le nouveau dôme et l'aiguille (à l'avant-plan) le 27.05.2005 - photo J.H.Scurlock / USGS

Cratère du St. Helens - le nouveau dôme et l'aiguille (à l'avant-plan) le 27.05.2005 - photo J.H.Scurlock / USGS

Les dômes dans le cratère du St.Helens vus du nord le 10.08.2005 - photo USGS

Les dômes dans le cratère du St.Helens vus du nord le 10.08.2005 - photo USGS

St. Helens - panoramique fait du bord sud du cratère le 27.07.2006 - photo et annotations Willie Scott / USGS

St. Helens - panoramique fait du bord sud du cratère le 27.07.2006 - photo et annotations Willie Scott / USGS

 St. Helens -le nouveau dôme, et son aiguille, coupe le Crater Glacier en deux - le 05.10.2006 - photo USGS

St. Helens -le nouveau dôme, et son aiguille, coupe le Crater Glacier en deux - le 05.10.2006 - photo USGS

St.Helens  - le nouveau dôme vu du nord le 30.05.2008 - photo USGS

St.Helens - le nouveau dôme vu du nord le 30.05.2008 - photo USGS

La période 2004-2008 n’est marquée que par deux explosions significatives, la première le 16 janvier 2005, sans signes précurseurs notables. La seconde se produit le 8 mars 2005, après un accroissement " subtil " de la sismicité dans les heures précédentes.

 

Panache de l'explosion du 8 mars 2005 - photo USGS

Panache de l'explosion du 8 mars 2005 - photo USGS

Sources :

- USGS Volcano hazards program : St Helens 2004-2008 renewed volcanic activity

- photos d'archives USGS / Cascade volcano observatory.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

A Holuhraun, l’éruption se poursuit au même rythme que les jours précédents. Le champ de lave continue à grandir et atteint une superficie de 38 km² (estimation au 21.09), alimenté par un débit élevé de 250 à 350 m³/seconde. Le volume de lave total émis avoisine les 500 millions de m³.

Le 22 septembre, l’Université d’Islande publiait une photo montrant une rupture du bord nord du champ de lave, sous le poids de la lave.

Holuhraun - coulée de lave le 20.09.2014, vue par le satellite EO-1 / Ali de la Nasa

Holuhraun - coulée de lave le 20.09.2014, vue par le satellite EO-1 / Ali de la Nasa

Holuhraun - rupture du bord nord de la coulée de lave le 22.09.2014 - photo IES

Holuhraun - rupture du bord nord de la coulée de lave le 22.09.2014 - photo IES

Carte de l'évolution des coulées avec indications de surface le 23.09.2014 - doc. IES

Carte de l'évolution des coulées avec indications de surface le 23.09.2014 - doc. IES

Nouveaux embranchements apparus sur la coulée le 22.09.2014 - photo IES

Nouveaux embranchements apparus sur la coulée le 22.09.2014 - photo IES

La subsidence qui marque la caldeira du Bárðarbunga continue au même rythme également, et la dépression atteint depuis son début une profondeur de 27-28 mètres, pour un volume estimé le 23.09 à 0,6 km³. (le volume de lave émis est de 0,5 km³)

Dix séismes ont été enregistrés le 25.09 entre minuit et 7h., le plus important le 25.09 à 8h14 de magnitude 5,2.

La subsidence qui marque la caldeira du Bárðarbunga au 25.09.2014

La subsidence qui marque la caldeira du Bárðarbunga au 25.09.2014

Les mesures GPS révèlent des mouvements de surface similaires à ceux des deux dernières semaines.

Déplacements des stations GPS sur Holuhraun /  Bárðarbunga au 25.09.2014 - doc IMO

Déplacements des stations GPS sur Holuhraun / Bárðarbunga au 25.09.2014 - doc IMO

La pollution par le SO2 et les particules fines est localement attendue le 25.09 vers le nord de l’Islande, demain par contre vers l'est et le sud*est.

Les indices mesurés ces derniers jours étaient pour le SO2 de 200-600 kg/sec. et le CO2 de 250-700 kg/sec.Le total des gaz émis est estimé à minimum 10 à 20.000 tonnes / jour, selon Þorsteinn Jóhannsson de l' Icelandic Environmental Agency.

La toxicité nécessite le port de masques sous le vent, dans la zone de l'éruption, où des oiseaux ont été retrouvés morts.

Les indices de qualité de l’air sur la Bretagne indiquent un taux de particules important pour mercredi et jeudi, en liaison avec les rejets de l’éruption dans l’atmosphère, confirmé par la direction d’Air Breizh. L’indice ATMO utilisé pour ces évaluations est déterminé sur base de 4 polluants : le SO2, le NO2, l’ozone et les particules en suspension inférieures à 10 µ (PM10) / émises aussi par d’autres sources que volcaniques … le 25.09, il était de 8 sur une échelle de 10 pour Brest, St Brieuc, Rennes, Vannes et Lorient.

Simulation du déplacement des particules fines le 22.09.2014 sur les Iles Britanniques, la Hollande, la Belgique, le nord de la France et l'Allemagne - carte Der Spiegel on line

Simulation du déplacement des particules fines le 22.09.2014 sur les Iles Britanniques, la Hollande, la Belgique, le nord de la France et l'Allemagne - carte Der Spiegel on line

Rétroprojection des particules fines le 24.09.2014, avec impact sur la Bretagne - carte Air Breizh

Rétroprojection des particules fines le 24.09.2014, avec impact sur la Bretagne - carte Air Breizh

Quelques photos intéressantes de la fissure, partie active et inactive, avec un cône photogénique ... et sur les coulée de lave dans Jökulsá á fjöllum.

Les cratères au sud de la fissure d’Holuhraun et en arrière-plan, le panache blanc du cratère Baugur en éruption  -  Photo: Vedurstofa Islands  24.09.2014

Les cratères au sud de la fissure d’Holuhraun et en arrière-plan, le panache blanc du cratère Baugur en éruption - Photo: Vedurstofa Islands 24.09.2014

les coulée de lave dans Jökulsá á fjöllum. - photo 24.09.02014 IMO

les coulée de lave dans Jökulsá á fjöllum. - photo 24.09.02014 IMO

Sources :

- IMO, IES, Iceland Review

- Der Spiegel, Air Breizh et médias Français.

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Shiveluch - éruption du 24.09.2014 - photo Yu. Demyanchuk / via Olga Girina - the Institute of Volcanology and Seismology FED RAS

Shiveluch - éruption du 24.09.2014 - photo Yu. Demyanchuk / via Olga Girina - the Institute of Volcanology and Seismology FED RAS

Le Shiveluch est entré violemment en éruption ce 24.09.2014, à 12h 41 locale . Le panache de cendres est monté selon le KSCNET à une altitude de plus de 11 km. avant de s’étendre vers le nord du volcan. L’alerte aviation Rouge a été déclenchée. – rapport du 24.09.14 / 01h09 UTC.

Shiveluch - éruption du 24.09.2014 - photo Yu. Demyanchuk / Volkstat.ru

Shiveluch - éruption du 24.09.2014 - photo Yu. Demyanchuk / Volkstat.ru

Shiveluch - éruption du 24.09.2014 - le panache et l'extension du nuage éruptif - photo Yu. Demyanchuk / via Olga Girina - the Institute of Volcanology and Seismology FED RAS

Shiveluch - éruption du 24.09.2014 - le panache et l'extension du nuage éruptif - photo Yu. Demyanchuk / via Olga Girina - the Institute of Volcanology and Seismology FED RAS

Une vidéo de l’éruption mise en ligne par Culture volcan permet de voir plusieurs coulées pyroclastiques sur le versant externe de la caldeira d’avalanche du Jeune Shiveluch.

Le dôme actif s’est établi depuis le début des années 80 dans la cicatrice en fer-à-cheval ouverte vers le sud, formée en 1964.

Vue aérienne claire du Shiveluch - photo Fyodor Yurchikhin

Vue aérienne claire du Shiveluch - photo Fyodor Yurchikhin

Shiveluch - Vidéo de l'éruption du 24.09 - via Canal Volcan / La Culture Volcan

Vers 4h21 UTC, le panache s’étendait vers le NNE jusqu’à 150 km. – détection satellitaire NOAA. A cette heure, l’éruption se poursuit.

Le KSCNET signale la fin de l’activité explosive à 6h13 UTC. Le nuage de cendres continue à s’étendre vers le NNE et mesure 144 km sur 89. Une partie importante de ce nuage, de 90 km. sur 26, de déplace à une hauteur de 9 km. à 71 km au NE du Shiveluch. Le Code aviation a été réduit à Orange.

 

Sources:

- KVERT - Shiveluch

- Olga Girina - the Institute of Volcanology and Seismology FED RAS

- KSCNET - Shiveluch

- Culture Volcan - très grosse explosion sur le volcan Shiveluch ce matin - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Mayon - le dôme-coulée au sommet du volcan le 23.09.2014 - photo Dost Pagasa

Mayon - le dôme-coulée au sommet du volcan le 23.09.2014 - photo Dost Pagasa

Mayon - autre vue sur le dôme-coulée et le léger panache de vapeur le 23.09.2014 - photo Dost Pagasa

Mayon - autre vue sur le dôme-coulée et le léger panache de vapeur le 23.09.2014 - photo Dost Pagasa

La situation évolue lentement au Mayon, situé sur l’île de Luzon dans l’archipel Philippin.

Depuis deux mois, le volcan a présenté de courtes phases inflatoires, suggérant des  montées pulsatiles de magma. En août, les niveaux de SO2 ont été mesurés en hausse … faisant augmenter le niveau d’alerte à 2 par le Phivolcs, accompagné d’une zone d’exclusion de 6 km.

L’alerte est passée au niveau 3 (sur 5) le 15 septembre, suite à l’augmentation de la sismicité et des chutes de roches incandescentes sur les flancs supérieurs sud-est. La présence de  séismes de basse fréquence indique la montée de magma dans le volcan, l’observation récente d’un dôme de lave et son effondrement partiel générant des chutes de roches incandescentes visibles de nuit.

Incandescence nocturne au Mayon, le2014.09.16 / 3h 19 am - photo J.Manzanilla / Legazpy city

Incandescence nocturne au Mayon, le2014.09.16 / 3h 19 am - photo J.Manzanilla / Legazpy city

Mayon, le 23.09.2014 - photo en lumière naturelle versus image thermique du dôme-coulée - photo  Mahar Lagmay /  pic.twitter.com/khpMqRyTN5

Mayon, le 23.09.2014 - photo en lumière naturelle versus image thermique du dôme-coulée - photo Mahar Lagmay / pic.twitter.com/khpMqRyTN5

La zone d’exclusion est de 6 km autour du sommet, et  étendue à 7 km sur le secteur sud-est le plus exposé aux possibles coulées pyroclastiques.

L’évacuation des habitants de la zone dangereuse est en cours … elle vise les 10.000 familles qui y vivent.

Carte des zones d'exclusion éditée par le Phivolcs - zone de 6 km périphérique , étendue par précaution à 7 km au  SE du volcan - coulées de s éruptions de 1993 - doc in GVP

Carte des zones d'exclusion éditée par le Phivolcs - zone de 6 km périphérique , étendue par précaution à 7 km au SE du volcan - coulées de s éruptions de 1993 - doc in GVP

Zones de danger en cas de coulées pyroclastiques - doc. Phivolcs 04.2003

Zones de danger en cas de coulées pyroclastiques - doc. Phivolcs 04.2003

Carte topographique en 3D -  map  2011 courtesy of United Nations Institute for Training and Research's (UNITAR's) Operational Satellite Applications Programme (UNOSAT).

Carte topographique en 3D - map 2011 courtesy of United Nations Institute for Training and Research's (UNITAR's) Operational Satellite Applications Programme (UNOSAT).

Evacuation des populations de la zone d'exclusion par camions militaires le 18.09.2014 - photo AFP

Evacuation des populations de la zone d'exclusion par camions militaires le 18.09.2014 - photo AFP

Sources :

- Global Volcanism Program - Mayon

- Phivolcs - rapports - link

- Ambassade US / Philippines - Increased activity at the Mayon volcano - link

 

Vous pouvez, en plus des articles journaliers, retrouver des nouvelles brèves sur les volcans via Twitter - ou Facebook / groupes Volcanoes

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
2014.09.21 - survol de la laguna caliente du Rincon de la Vieja - photo RSN / Raúl Mora-Amador .

2014.09.21 - survol de la laguna caliente du Rincon de la Vieja - photo RSN / Raúl Mora-Amador .

L’Ovsicori  a signalé des signaux sismiques accompagnant une éruption phréatique au Rincon de La Vieja, le 17 septembre à 12h37 de faible magnitude, suivie d’une autre à 20h48, d’une durée de plus de 3 minutes. Les retombées de ces éruptions n’ont pas dépassé les bords du lac acide. D’autres éruptions phréatiques ont eu lieu le 19.09 à 18h25, le 20.09 à 3h04, 4h39 et 6h34.

Survol du Rinco de la Vieja le 20.09.2014 - activité fumeroliennne en bord de cratère - photo OVSICORI - Geoffroy Avrad

Survol du Rinco de la Vieja le 20.09.2014 - activité fumeroliennne en bord de cratère - photo OVSICORI - Geoffroy Avrad

Survol du Rinco de la Vieja le 20.09.2014 - prise de température à la caméra thermique - photo OVSICORI - Geoffroy Avrad

Survol du Rinco de la Vieja le 20.09.2014 - prise de température à la caméra thermique - photo OVSICORI - Geoffroy Avrad

Un survol de contrôle a été effectué les 20 et 21 septembre.

La Laguna Caliente, le lac acide, a pris une coloration grise, animée de cellules de convection et marquée par du soufre élément flottant à la surface.Les mesures effectuées à la caméra thermique indiquent une température de 45°C environ, ce qui est une augmentation importante en comparaison des 30°C, mesurés en avril 2014.

Ce genre d’évènement est fréquent au Rincon de la Vieja, où des épisodes ont été relevés le 8 novembre 1997, en septembre 2011 et janvier 2012.

Sources:

- rapports de l'OVSICORI

- Red Sismologica Nacional / Costa Rica

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Mythes et légendes.

Les légendes nordiques  :

" Il y eu trois ans d’hiver ! Le premier hiver fut appelé hiver des vents …les tempêtes ont soufflées, la neige est tombée en abondance et le gel fut puissant. Le deuxième hiver fut appelé Hiver de l’Epée : les hommes, laissés en vie par l’hiver précédent, volèrent et tuèrent à l’arme blanche pour se nourrir de ce qui restait. Le troisième hiver fut appelé Hiver du Monde : L’ancienne sorcière qui vivait dans le bois de Fer a nourri le loup Managarm avec les hommes laissés sans sépulture. Les héros du Valhalla virent leur siège éclaboussé par le sang jaillissant des mâchoires de Managarm … signe pour les dieux que la bataille finale approchait."

 

Ce texte de la mythologie nordique fait référence à Ragnarök, la fin du monde prophétique comprenant trois hivers sans soleil, Fimbulvetr, suivis d’une bataille gigantesque dans la plaine de Vigrid. Presque tous les dieux, les géants et la quasi totalité des hommes périrent … le monde fut submergé par les flammes et submergé par les flots.

Vue d'artiste de Ragnarök, le combat final - photo Norse mythology.

Vue d'artiste de Ragnarök, le combat final - photo Norse mythology.

Ragnarök est à la fois l’effondrement de l’ancien ordre mondial, et l’émergence d’un monde nouveau. Les dieux restants vont rencontrer le seul couple d’humains qui a survécu, en se cachant lors de la destruction dans une forêt, se sustentant de la rosée matinale pour se maintenir en vie. Ce couple va repeupler le monde nouveau.

Le thème de Ragnarök est relaté par un clerc Islandais dans la Völuspá, une section de  l’Edda poétique, après l’an mil, et dans d’autres textes qui s’en inspirent.

L’étymologie du terme Ragnarök est controversée : diverses significations émergent, toutes cataclysmiques !  … " Destin final des dieux", "crépuscule des dieux", "renouvellement de la puissance divine", "destruction du monde"  …

Sujet de nombreuses études et objet de controverses, ces textes font références selon les uns à l’Apocalypse, et d’autres récits bibliques, pour d’autres à des influences païennes extérieures, réinterprétées et déformées par les auteurs suivants. Ils pourraient aussi puiser leur source dans l’observation des catastrophes naturelles qui ont marqué l’Islande.

Ragnarök, le combat final  - doc.by Johannes Gehrts / lastwordonnothing.

Ragnarök, le combat final - doc.by Johannes Gehrts / lastwordonnothing.

Le portail nord du XIe siècle de la Stavkirke d'Urnes a été interprété comme comportant des scènes de serpents et de dragons qui représentent le Ragnarök - photo Nina-no.

Le portail nord du XIe siècle de la Stavkirke d'Urnes a été interprété comme comportant des scènes de serpents et de dragons qui représentent le Ragnarök - photo Nina-no.

Légende et volcanisme responsable :

Les trois hivers rigoureux et la submersion par les flammes laissent penser d’une part à un "hiver volcanique" lié à une éruption de grande ampleur, les flammes également.

Le géologue et historienne Jelle Zeillinger de Boer, de l’Université Wesleyan du Connecticut, estime qu’on peut lier le mythe à une éruption catastrophique qui a marqué les esprits au cours du 9°siècle. Elle aurait été suivie de conséquences climatiques, de séquelles psychologiques, de bouleversements politiques et socio-économiques.

 Système volcanique du  Bárðarbunga : la ligne de cratère appelée Vatnaöldur - photo Rajan Parrikar.

Système volcanique du Bárðarbunga : la ligne de cratère appelée Vatnaöldur - photo Rajan Parrikar.

Une éruption massive aurait eu lieu vers 870, période à laquelle les Vikings se sont établis en Islande. Les archéologues ont appelé la couche de cendre de cette éruption la "couche de l’établissement", et l’utilise pour fixer la frontière avant et après l’occupation de l’Islande par les humains.

De nombreuses éruptions se sont passées au sud-ouest du glacier Vatnajökull, dans le système volcanique du Bárðarbunga, au niveau d’une ligne de cratère appelée Vatnaöldur, avant de migrer vers la ligne de cratère Veiðivötn, située dans une zone lacustre. Des explosions particulièrement explosives ont produit des basaltes tholéiitiques d’un volume estimé à 5-10 km³. Ces éruptions ont un VEI de 4.

Volcans sous et aux environs du Vatnajökull - les cratères Vatnaöldur et Veiðivötn au SO du glacier- carte Einarsson

Volcans sous et aux environs du Vatnajökull - les cratères Vatnaöldur et Veiðivötn au SO du glacier- carte Einarsson

Au dessus, la "couche de l'établissement" plus foncée / vers 870 - Photograph by Irpsit / Volcano Café

Au dessus, la "couche de l'établissement" plus foncée / vers 870 - Photograph by Irpsit / Volcano Café

Veiðivötn - photo bigfoot.over-blog.

Veiðivötn - photo bigfoot.over-blog.

Sources :

- Holocene eruption history and magmatic evolution of the subglacial volcanoes, Grímsvötn, Bárdarbunga and Kverkfjöll beneath Vatnajökull, Iceland  - by  Bergrún Arna Óladóttir - link

- Volcano Café  - The (ash) history of Iceland, in my backyard – Part II - link

- Of fire and water – the old Norse mythical worldview in an eco-mythological perspective - link

- Bárðarbunga and the Winters of Winds, of the Sword, of the World - link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Panache de gaz au dessus de la fissure éruptive d'Holuhraun le 19.09.2014 - photo Gro Pedersen / IMO

Panache de gaz au dessus de la fissure éruptive d'Holuhraun le 19.09.2014 - photo Gro Pedersen / IMO

Une trentaine de séismes environ ont été détecté dans le NO du Vatnajökull ce 20.09 depuis minuit, dont une dizaine sur le bord de la caldeira du Bárðarbunga, le plus important de M5,1 à 1h10 et 15 à l’extrémité nord de l’intrusion. Une subsidence de 20-30 cm.de la caldeira a été enregistré en même temps que la grosse secousse.

La pollution par le dioxyde de soufre est attendu aujourd’hui sur le nord de l’Islande.

Le dernier rapport du Département de la protection civile signale des irrégularités dans les mouvements de la croûte au cours des derniers jours, pouvant indiquer un changement dans les mouvements magmatiques sous le Bárðarbunga.

GPS Displacements since yesterday and for the last three days - The dates of measurements (yyyymmdd) can be seen above the mm legend, below left. For example, 20140826-20140827 represents displacements measured on August 26th 2014. This map is updated daily. To view the change with time, see all maps and click on "keyra".

GPS Displacements since yesterday and for the last three days - The dates of measurements (yyyymmdd) can be seen above the mm legend, below left. For example, 20140826-20140827 represents displacements measured on August 26th 2014. This map is updated daily. To view the change with time, see all maps and click on "keyra".

2014.09 - SO2 pollution à Fáskrúðsfjörður, East Iceland. Photo Zoë Robert.

2014.09 - SO2 pollution à Fáskrúðsfjörður, East Iceland. Photo Zoë Robert.

Pour permettre au spécialistes de s'y retrouver dans leur rapport, de nouveaux noms ont été attribués aux spatter cones formés sur la fissure : le cône principal s'appelle toujours Baugur / l'anneau, mais les cônes latéraux portent maintenant les noms de Krakkinn / le fils et Heimasaetan / la fille.

 

2014.09.18 - les cônes sur la fissure Holuhraun  -  photo Ármann Höskuldsson.

2014.09.18 - les cônes sur la fissure Holuhraun - photo Ármann Höskuldsson.

Sources :

- IMO

- Iceland Review

- Institute of Earth Sciences

Lire la suite

1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog