Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Selon le rapport du comité scientifique de la Protection Civile du 10 octobre, au cours de la semaine passée, l’éruption  d’Holuhraun  se poursuit avec une intensité similaire et les mêmes coulées de lave que la semaine précédente. La sismicité est faible dans la partie nord du dyke et sur le site éruptif.

Le champ de lave atteint maintenant plus de 50 km². Une image radar faite par le satellite Terra SAR-X le 7 octobre nous donne une image précise de ce champ de lave, compris entre le nord-est du Vatnajökull et la caldeira de l’Askja. La coulée apparait claire, du fait de sa structure rugueuse, et le chenal actif plus sombre, parce que plus lisse.

Image radar du champ de lave d'Holuhraun, prise le 7 octobre par le satellite Terra SAR-X - la caldeira Askja dans le coin supérieur gauche - doc. (c) DLR/ Fjarkönnun ehf./IsViews 10/2014. / via IMO.

Image radar du champ de lave d'Holuhraun, prise le 7 octobre par le satellite Terra SAR-X - la caldeira Askja dans le coin supérieur gauche - doc. (c) DLR/ Fjarkönnun ehf./IsViews 10/2014. / via IMO.

Le même jour, carte du champ de lave, basée sur des observations de terrain antérieures et une image Modis du07.10 -doc. IES

Le même jour, carte du champ de lave, basée sur des observations de terrain antérieures et une image Modis du07.10 -doc. IES

La pollution de l’air par le dioxyde de soufre a affecté le sud-ouest de l’Islande du 7 au 9 octobre. Elle est attendu sur la même zone samedi. Une carte interactive est disponible sur le site du Met Office.

Outre les mesures effectuées sur le site éruptif par les scientifiques, e.a dans le cadre du projet FutureVolc, des stations automatiques font des relevés qui montrent une hausse forte entre Reykjavik et le site éruptif le 10 octobre,avec un pic à 2400µg/m³  vers 16h15.

Les consignes données restent identiques : " en cas d’incomfort, il est conseillé de rester à l’intérieur, avec les portes et fenêtres fermées, en coupant l’air conditionné et en chauffant plus fortement, de façon à créer une différence de pression favorable. Ventiler la maison lors de périodes de bonne qualité de l’air. En cas de malaises, contacter les centres de santé "

2014.10.10 - Ciel de pollution au SO2 - photo Lukas Gawenda / Der Spiegel

2014.10.10 - Ciel de pollution au SO2 - photo Lukas Gawenda / Der Spiegel

Carte de pollution sur le sud-ouest de l'Islande le 10.10.2014 / 13h - doc IMO

Carte de pollution sur le sud-ouest de l'Islande le 10.10.2014 / 13h - doc IMO

2014.10.10 - hausse des taux de SO2 sur Þjórsárdálur au SE de l'éruption à partir de 11h, avec un pic vers 16h15 - doc.

2014.10.10 - hausse des taux de SO2 sur Þjórsárdálur au SE de l'éruption à partir de 11h, avec un pic vers 16h15 - doc.

2014.10.09 - "Soleil rouge sur Reykjavik", du à la présence de gaz soufrés dans l'atmosphère  - photo © mbl.is - Golli

2014.10.09 - "Soleil rouge sur Reykjavik", du à la présence de gaz soufrés dans l'atmosphère - photo © mbl.is - Golli

Au Bárðarbunga, la subsidence de la caldeira continue au même rythme.

Treize séismes de magnitude supérieure à 3.0 ont été enregistré depuis mercredi minuit dans et autour de la caldeira, les plus importants à 15h24 mercredi et à 21h22 le 9 octobre.

Subsidence de la caldeira Bárðarbunga entre le 8 et le 10.10.2014 / magnitude des séismes sur la même période - doc. IES

Subsidence de la caldeira Bárðarbunga entre le 8 et le 10.10.2014 / magnitude des séismes sur la même période - doc. IES

Sources:

- Icelandic Met Office / IMO

- University of Iceland / IES

- Iceland Review

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’éruption du Gunung  Sinabung, qui est en cours depuis septembre 2013, semble se réactiver en ce mois d’octobre.

Le BNPB rapporte quatre épisodes éruptifs, accompagnés de coulées pyroclastiques le 5 octobre. Le premier à 1h46, avec une coulée longue de 4.500 mètres  et un panache co-pyroclastique atteignant 2.000 mètres. Les trois autres, respectivement à 6h38,7h36 et 7h53, ont généré des coulées pyroclastiques d’une longueur entre 2500 et 4.500 mètres, et des panaches montant à 3.000 m. La presse mentionne deux autres épisodes à 9h et 12h.

2014.10.05 / 12h33 - Sinabung - photo Mbah Lëwå

2014.10.05 / 12h33 - Sinabung - photo Mbah Lëwå

Le Jakarta MVO note un panache atteignant 5.200 mètres et dérivant vers le sud, le 7 octobre.

Le couloir emprunté par les coulées pyroclastiques se situe un peu plus à l’ouest de la précédente coulée de lave ; la topographie est différente à cet endroit … le pente raide permettant une accélération importante des coulées, vraisemblablement alimentées par du magma plus riche en gaz. La zone affectée s’étend plus au sud-ouest, menaçant le village de Payung, à la limite de la zone des 5 km.

La presse signale des évacuations consécutive à ces coulées pyroclastiques .

La webcam du VSI  et Twitter offre régulièrement des images des coulées du 8 et du 9 octobre.

Carte des zones à risques de 2013 pour le Sinabung - en rouge: zone impactable par les coulées pyroclastiques (en extension) - en rose : zone touchable par les retombées de cendres - en jaune : zones à risques de lahars. - doc. BNPB

Carte des zones à risques de 2013 pour le Sinabung - en rouge: zone impactable par les coulées pyroclastiques (en extension) - en rose : zone touchable par les retombées de cendres - en jaune : zones à risques de lahars. - doc. BNPB

Coulée pyroclatique du Sinabung le 07.10.2014 / 14h08 -  photo Mbah Lëwå

Coulée pyroclatique du Sinabung le 07.10.2014 / 14h08 - photo Mbah Lëwå

Sinabung - la population locale semble indifférente à l'activité du volcan - photo 2014.10.08 Martin Ledanto Sinulingga‎

Sinabung - la population locale semble indifférente à l'activité du volcan - photo 2014.10.08 Martin Ledanto Sinulingga‎

Sinabung le 8 octobre 2014.  - Photo REUTERS - YT Haryono

Sinabung le 8 octobre 2014. - Photo REUTERS - YT Haryono

Sinabung, le 08.10.2014 / 22h44 - départ de la coulée et formation du panache co-pyroclastique - photo Mbah Lëwå

Sinabung, le 08.10.2014 / 22h44 - départ de la coulée et formation du panache co-pyroclastique - photo Mbah Lëwå

Sinabung, le 08.10.2014 / 22h47 - chaleur et turbulences de la coulée pyroclastique -  photo Mbah Lëwå

Sinabung, le 08.10.2014 / 22h47 - chaleur et turbulences de la coulée pyroclastique - photo Mbah Lëwå

Sinabung - deux images de la webcam du 09.10.2014, respectivement à 6h38 et 10h24 - un clic pour agrandir - doc. VSISinabung - deux images de la webcam du 09.10.2014, respectivement à 6h38 et 10h24 - un clic pour agrandir - doc. VSI

Sinabung - deux images de la webcam du 09.10.2014, respectivement à 6h38 et 10h24 - un clic pour agrandir - doc. VSI

Coulée pyroclastique du Sinabung le 2014.10.09 /11h05 , vue de Payung ... cela se rapproche dangeureusement ! - photo Yudhi - volcano observatory staff / via Twitter.

Coulée pyroclastique du Sinabung le 2014.10.09 /11h05 , vue de Payung ... cela se rapproche dangeureusement ! - photo Yudhi - volcano observatory staff / via Twitter.

Des retombées de cendres perturbent la cité de Berastagi, située à 23 km du volcan. L’économie rurale est paralysée et de nombreux marchands ont fermé leurs échoppes de peur de voir leur marchandises et fruits/légumes couverte par ces cendres. L’administration et les écoles continuent de fonctionner, employés et étudiants portant des masques.

Les compagnies aériennes MAS, AirAsia et Firefly de Médan ont annulé des vols ce 09.10., à cause des poussières émises par le volcan.

Le niveau d’alerte est maintenu à 3, malgré cette hausse de l’activité. Selon Mr Putra, chef de poste d’observation au Sinabung,  le passage au niveau supérieur entrainerait des évacuations forcées.

 

 

Sources :

- Badan Nasional Penanggulangan Bencana  - BNPB – link

- Global Volcanism Program - Sinabung / weekly report - link

- médias : Jakarta Post / Jakarta Globe 

- réseaux sociaux : Twitter et Facebook

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Jocelyn Lardy nous présente sa dernière toile volcanique, qu’il a intitulé " Dans le chaudron du Diable ".

"Dans le chaudron du diable" -  huile sur toile (120cmx90cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

"Dans le chaudron du diable" - huile sur toile (120cmx90cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

Jocelyn pratique l’ostéopathie, et la peinture, dans le sud-est de la France.

Il développe dans ses ouvres des sujets aussi différents que le sport, particulièrement le sport automobile, la nature, ou l’aviation.

Une autre de ses passions, les volcans  … Il est fasciné depuis sa jeunesse par les films d’Haroun Tazieff, puis les documentaires de Maurice et Katia Krafft. Grâce à Aventure et Volcans, il a pu concrétiser ses rêves en parcourant au printemps l’Etna, le Stromboli et Vulcano, et projette de voir d’autres volcans actifs.

Il s’est attelé à ses premières représentations sur "Les grands volcanologues".

" La colère d’un gris " - huile sur toile (120cmx100cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

" La colère d’un gris " - huile sur toile (120cmx100cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

Dans " La colère d’un gris ", une huile sur toile, il rend hommage à Katia Krafft lors de l’éruption du Mont St. Helens en 1980.

" Dans le Chaudron du Diable ", il dépeint le couple de volcanologues au Kilauea en 1984. A cette époque, une éruption fissurale du Kilauea dans la zone de rift Est, qui a débuté en janvier 1983, a édifié un cône de cendres et de projections, le Pu’u O’o.  Cette période est caractérisée par de spectaculaires fontaines de lave, qui ont alimenté d’importantes coulées de lave.

"Dans le chaudron du diable" - détail (le cône du Pu'u O'o) -  huile sur toile (120cmx90cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

"Dans le chaudron du diable" - détail (le cône du Pu'u O'o) - huile sur toile (120cmx90cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

Comme il le dit : " les photos volcaniques sont tellement belles de nos jours, que j’essaie d’aborder le sujet un peu différemment ".

Son œuvre demande du temps … il travaille " à l’ancienne ", en plusieurs couches successives avec glacis.

Il s’explique ainsi : " la peinture, c'est un peu comme l'ostéopathie, car il faut garder une vue d'ensemble à tout instant, et chaque détail est important car il peut perturber l'équilibre général. Pour le peintre aussi, le mouvement et les changements de rythme du pinceau qui court sur la toile sont un peu comme la main de l'ostéopathe suivant le mouvement des tissus du corps ; et parfois le langage se rejoint ... en ostéopathie, on entre progressivement dans les couches de tissus et en peinture, on ajoute progressivement les couches les unes sur les autres ".

Merci à Jocelyn Lardy de nous faire partager ses émotions volcaniques.

Le cône du Pu'u O'o au début de l'éruption en septembre 1983 - Photograph by J.D. Griggs on 06.09.1983 / HVO-USGS

Le cône du Pu'u O'o au début de l'éruption en septembre 1983 - Photograph by J.D. Griggs on 06.09.1983 / HVO-USGS

Sources :

- Galeries de Jocelyn Lardy sur son site : http://sjlardy.free.fr/

- "Le feu de la Terre" - par Katia et Maurice Krafft - aux Ed. de La Martinière-  récit d'André Demaison, dit M'Toto : L'éruption du Pu'u O'o (page 119-121)

- Hawaiian Volcano Observatory / USGS - Kīlauea's East Rift Zone (Puʻu ʻŌʻō) Eruption
1983 to present - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Pour la première fois, une corrélation a été établie entre des téphras retrouvés dans le nord de l’Allemagne – le tephra "AD860B" – et en Amérique du Nord – "The white River ash".

Ces tephras avaient été identifiés auparavant au Groenland, en Norvège, Ecosse et Irlande lors d'autres études.

Le Mont Bona-Churchill, dans les St.Elias mountains en Alaska - photo Skimountaineer.

Le Mont Bona-Churchill, dans les St.Elias mountains en Alaska - photo Skimountaineer.

Les volcans et glaciers du groupe Wrangell / St.Elias en Alaska

Les volcans et glaciers du groupe Wrangell / St.Elias en Alaska

Les cendres de la White River :

Les cendres, reconnues comme appartenant à un même éruption, font référence à celle du Mt Bona-Churchill, situé dans les Monts Saint Elias en Alaska , et datée de l’an 843.

Les dépôts de cendres, bilobés, de la White River couvrent plus de 340.000 km² en Alaska et au Canada (Yukon et Nord-ouest). Ces dépôts rhyodacitiques correspondent à deux éruptions pliniennes différentes, sous l’influence de vents forts unidirectionnels, datées  par le GVp de l’an 60 +/- 200 ans et de l’an 800 +/- 100 ans.

Ces deux éruptions sont qualifiées d’un index d’explosivité 6. La dernière, en cause ici, est plus importante au regard du volume de tephra émis : 30km³ pour le lobe Est, émis en période hivernale et vents dominants direction Est . Le lobe nord est estimé correspondre à un volume de tephra de 20 km³, émis en période estivale, où domine des vents vers le nord (d’après West, K.D. & Donaldson, J.D. -2000).

Source et emplacements des dépôts de ponce de la "White river ash" - doc. Yukon Geological Survey -  Encart du haut : les deux lobes correspondant aux deux éruptions pliniennes - encart du bas : emplacement des zones de ponces proximales et des terrasses en bordure du glacier Klutlan.

Source et emplacements des dépôts de ponce de la "White river ash" - doc. Yukon Geological Survey - Encart du haut : les deux lobes correspondant aux deux éruptions pliniennes - encart du bas : emplacement des zones de ponces proximales et des terrasses en bordure du glacier Klutlan.

  White river ash eastern lobe - tectonique - doc. Natural Resources Canada / Blast from the past

White river ash eastern lobe - tectonique - doc. Natural Resources Canada / Blast from the past

 White river ash eastern lobe / Yukon :  à gauche, particule de poussière très vésiculée (gross. 1200 x) allongée par la violence des conditions au moment de l'éruption de l'an 800 - doc. Yukon Geological Survey - à droite, talus routier exposant une couche claire de 10 cm. d'épaisseur de la White river ash -  Un clic pour agrandir - photo P. Sinclair / Natural Resources Canada.  White river ash eastern lobe / Yukon :  à gauche, particule de poussière très vésiculée (gross. 1200 x) allongée par la violence des conditions au moment de l'éruption de l'an 800 - doc. Yukon Geological Survey - à droite, talus routier exposant une couche claire de 10 cm. d'épaisseur de la White river ash -  Un clic pour agrandir - photo P. Sinclair / Natural Resources Canada.

White river ash eastern lobe / Yukon : à gauche, particule de poussière très vésiculée (gross. 1200 x) allongée par la violence des conditions au moment de l'éruption de l'an 800 - doc. Yukon Geological Survey - à droite, talus routier exposant une couche claire de 10 cm. d'épaisseur de la White river ash - Un clic pour agrandir - photo P. Sinclair / Natural Resources Canada.

L’étude de Britta Jensen, une géologue de la Queen’s University à Belfast, et son équipe, (dans GEOLOGY 2014.07- Transatlantic distribution of the Alaskan White River Ash) démontre que les cendres provenant d’une éruption de VEI 6 seulement sont capables d'être dispersées sur plus de 7.000 km., selon des enregistrements et analyses faits en milieu marin, terrestre et dans les glaces.

De telles " petites éruptions " peuvent donc avoir un impact considérable sur notre société technologique, et perturber fortement les liaisons aériennes transatlantiques … alors qu’une telle distribution des cendres était jusqu’à présent considérée comme exceptionnelle et en liaison avec des superéruptions.

Carte des endroits de prélèvements, analysés en 2014 (étoiles) et dans d’autres études antérieures (cercles)  -  Crawfish Inlet (Alaska; Addison et al., 2010), Nordan’s Pond Bog (Newfoundland; Pyne-O’Donnell et al., 2012), and sites S1 and S2, two examples of a more comprehensive list of sites in Europe from Lawson et al. (2012). Est.—estimate; NGRIP—North Greenland Ice Core Project; NEEM—North Greenland Eemian Ice Drilling; QUB—Queen’s University Belfast; JAM—Jardelunder Moor; DOM—Dosenmoor. The lack of sites between proximal samples and eastern Canada reflects the absence of cryptotephra studies in this region.  / doc. in Jensen B.& oth.

Carte des endroits de prélèvements, analysés en 2014 (étoiles) et dans d’autres études antérieures (cercles) - Crawfish Inlet (Alaska; Addison et al., 2010), Nordan’s Pond Bog (Newfoundland; Pyne-O’Donnell et al., 2012), and sites S1 and S2, two examples of a more comprehensive list of sites in Europe from Lawson et al. (2012). Est.—estimate; NGRIP—North Greenland Ice Core Project; NEEM—North Greenland Eemian Ice Drilling; QUB—Queen’s University Belfast; JAM—Jardelunder Moor; DOM—Dosenmoor. The lack of sites between proximal samples and eastern Canada reflects the absence of cryptotephra studies in this region. / doc. in Jensen B.& oth.

Sources :

- Geology - Transatlantic distribution of the Alaskan White River Ash - by Britta Jensen & others - link

- Global Volcanism Program - Churchill

- AVO-USGS - Mt. Churchill

- Mt. Churchill, Alaska : source of the late holocene white River Ash - by D.H. Richter & al.

- Evidence for winter eruption of the White River Ash (eastern lobe) Yukon territory Canada - by K.D. West & J.D. Donaldson

- Natural Resources Canada - Blast from the past 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
2014.10.07 - Holuhraun  - photo nocturne prise par un drone -  Photo Ragnar Th. Sigurðsson / Artic images

2014.10.07 - Holuhraun - photo nocturne prise par un drone - Photo Ragnar Th. Sigurðsson / Artic images

Peu de changements concernant l’éruption fissurale à Holuhraun ces 6 et 7 octobre.

L’activité sismique demeure faible au niveau du dyke intrusif, les mesures étant  possiblement affectées par les conditions tempétueuses au Vatnajökull.

Une trentaine de séismes ont marqué le Bárðarbunga entre le 6.10 à 19h et ce matin 7h, dont trois de magnitude supérieure à 4.

Localisation et magnitude des séismes sur le Nord du Vatnajökull ce 07.10.2014 - 15h15 - doc IMO
Localisation et magnitude des séismes sur le Nord du Vatnajökull ce 07.10.2014 - 15h15 - doc IMO

Localisation et magnitude des séismes sur le Nord du Vatnajökull ce 07.10.2014 - 15h15 - doc IMO

2014.10.06 - Holuhraun - le nuage pollué dirigé vers l'ouest de l'Islande  - photo Rafn Sigurbjörnsson

2014.10.06 - Holuhraun - le nuage pollué dirigé vers l'ouest de l'Islande - photo Rafn Sigurbjörnsson

La pollution par les gaz soufrés, principalement du SO2, est localisée ce 7 octobre sur l’ouest et le sud-ouest de l’Islande, y inclus la capitale Reykjavik.

Les taux attendus sont de l’ordre de 800 mµ/m³, similaires à ceux mesurés hier à Hvalfjörður, au nord de la capitale. A des niveaux supérieurs à 600 mµ/m³, les activités physiques extérieures sont déconseillées. Pour mémoire, les taux les plus hauts ont été mesurés au lac Myvatn et dans les fjords de l’Est la semaine passée, avec près de 6.000 mµ/m³.

Carte de pollution au dioxyde de soufre du07.10.2014 / 15h00 - doc. IMO / The images show a calculation of atmospheric concentration of SO2 at ground level. The plume is re-initialized at the beginning of each calculation (see date top right) and hence some SO2 from previous days is likely to be in the atmosphere.  The strength of SO2 emissions at the volcano is estimated using ground based remote sensing and the dispersion of SO2 is based on a wind forecast. Both factors lead to an uncertainty in the modeled plume.

Carte de pollution au dioxyde de soufre du07.10.2014 / 15h00 - doc. IMO / The images show a calculation of atmospheric concentration of SO2 at ground level. The plume is re-initialized at the beginning of each calculation (see date top right) and hence some SO2 from previous days is likely to be in the atmosphere. The strength of SO2 emissions at the volcano is estimated using ground based remote sensing and the dispersion of SO2 is based on a wind forecast. Both factors lead to an uncertainty in the modeled plume.

Un exemple d'attaque par la pollution soufrée sur les essuies-glaces des voitures

Un exemple d'attaque par la pollution soufrée sur les essuies-glaces des voitures

Extension du champ de lave d'Holuhraun ce 07.10.2014 - sur base d'observations de terrain antérieures et d'une image thermique Modis de ce matin (3h27)  - Doc IMO / IES

Extension du champ de lave d'Holuhraun ce 07.10.2014 - sur base d'observations de terrain antérieures et d'une image thermique Modis de ce matin (3h27) - Doc IMO / IES

Sources :

- Icelandic Met Office

- Institute of earth sciences

- Iceland Review

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Dans le cadre de la semaine de l'archéologue hawaiienne, les empreintes de pieds du désert de Ka`ū feront aussi l'objet de visites spécialement guidées.

Ces empreintes fossilisées furent découvertes fortuitement en 1919 par un géologue, Ruy H. Finch, travaillant à l’Observatoire Volcanologique d’Hawaii, dans le désert de cendres de Ka`ū.

La zone fut nominée au Régistre National des Endroits Historiques en 1974 : ces traces ne se retrouvent nulle part ailleurs sur Hawaii, et sont associées à un évènement unique dans l’histoire humaine et volcanologique de l’île.

Les empreintes de pieds du désert de Ka`ū - photo USGS

Les empreintes de pieds du désert de Ka`ū - photo USGS

Les évidences géologiques :

La cendre volcanique et le sable qui recouvrent les coulées de lave appartiennent à la formation géologique appelée Cendres Keanakāko`i, en hawaiien "les chutes de sable", dans une zone proche du Kilauea.

Initialement reliée à un évènement ponctuel daté de 1790, il apparait aujourd‘hui que cette formation a débuté à partir des années 1500, avec un dernier évènement majeur en 1790. Les Cendres Keanakāko`i sont définies de façon plus correcte comme des couches de matériaux pyroclastiques déposées entre 1500 et 1790.

Ces cendres proviennent d’un temps où le cratère sommital était très très profond, au point que le niveau de son plancher était sous le niveau de la nappe phréatique. Les eaux ont filtré dans le cratère, où elles ont formé un lac. Les éruptions ultérieures ont été de nature phréatomagmatique,  la fragmentation du magma par l’explosion a été maximale, et un surge pyroclastique a tout balayé à une vitesse supérieure à 150 km/h. recouvrant les victimes, vraisemblablement mortes par suffocation dans un ouragan de gaz chauds, et soufrés plutôt qu’à cause des chutes de cendres. Les lapilli accrétionnés retrouvés témoignent de conditions tempétueuses lors des éruptions.

Les empreintes sont communément qualifiées de « fossilisées », mais elles ne sont pas assez vieilles pour constituer des fossiles véritables. La poussière fine a tournée en une boue épaisse sous la pluie sévissant lors de l’éruption. Solidifiées sous le soleil tropical, puis préservées par un climat désertique aride, les empreintes se sont conservées jusqu’au aujourd’hui.

Le désert de Ka`ū  : Les blocs de lave expulsés lors d’une série explosive en 1924 recouvrent les dépôts de cendres Keanakako`i émis entre 1500 et 1790. Le bloc en bas à gauche mesure 50 cm. de diamètre – photo S.R.Brantley  / 08.1998

Le désert de Ka`ū : Les blocs de lave expulsés lors d’une série explosive en 1924 recouvrent les dépôts de cendres Keanakako`i émis entre 1500 et 1790. Le bloc en bas à gauche mesure 50 cm. de diamètre – photo S.R.Brantley / 08.1998

Les empreintes de pieds du désert de Ka`ū - ces traces sont fragiles et ne doivent pas être piétinées - photo NPS / Volcanoes NP

Les empreintes de pieds du désert de Ka`ū - ces traces sont fragiles et ne doivent pas être piétinées - photo NPS / Volcanoes NP

Epreuve d'artiste relatant l'hypothèse des guerriers tués par le surge pyroclastique en 1790 - doc. NPS

Epreuve d'artiste relatant l'hypothèse des guerriers tués par le surge pyroclastique en 1790 - doc. NPS

L’histoire humaine :

Les empreintes laissées dans les cendres, furent attribuées dans un premier temps à une partie des guerriers en retraite après une bataille, par Thomas Jaggar en 1921.

Des recherches récentes attribuent ces empreintes à des activités humaines dans la région au cours du cycle d’activité volcanique 1500-1790. Une datation au radiocarbone, et la découverte de nombreux sites d’habitations, ainsi que des chemins, vont dans le sens d’une occupation humaine, dont la récolte d’éclats pour confectionner des outils. En 2008, il a été prouvé que la plupart des empreintes de pas appartiennent à des femmes et des enfants, et pas à des hommes adultes / des guerriers.

 

Sources :

- National Park Service  - Hawaii NP -  Keonehelelei - The Story of the Footprints Area - link

- Hawai`i Volcanoes National Park / Cultural Resources – Archeology / Keonehelelei -  “The Falling Sands” - link1 - link 2

- Pacific islands - link

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Cette semaine, du 3 au 12 octobre, le Parc National des Volcans d’Hawaii est en fête ! Des cérémonies et visites sont prévues au cours de cette semaine de l’archéologie hawaiienne. 

Deux sites sont particulièrement mis en avant, contenant d’une part des pétroglyphes, d’autre part des empreintes vieilles de plus de deux cent ans.

Les pétroglyphes de Pu’u Loa - photo Love big Island

Les pétroglyphes de Pu’u Loa - photo Love big Island

Les pétroglyphes de Pu’u Loa :

Pu’u Loa, signifiant en hawaiien " la longue colline " ou " la colline de longue vie ", est un endroit sacré, situé sur le flanc sud du volcan Kilauea,  qui compte plus de 23.000 pétroglyphes. Les Hawaiiens qualifient cet art rupestre de " Ki’i pohaku ", soit image de pierre … ce qui correspond bien à l’origine étymologique grecque du nom pétroglyphe, petros /ou petra pour pierre, et glyphein, pour gravure.

Ils sont mentionnés pour la première fois en 1823 par le Révérend William Ellis, un missionnaire. Ils seront analysés en 1914 par l’anthropologue Martha Beckwith.

 Les pétroglyphes de Pu’u Loa , figures antropomorphes - photo Staecker

Les pétroglyphes de Pu’u Loa , figures antropomorphes - photo Staecker

 Les pétroglyphes de Pu’u Loa. -

Les pétroglyphes de Pu’u Loa. -

Le centre de Pu’u Loa est en fait un dôme volcanique, entouré de champ de lave pahoehoe, datés d’entre 1.200 et 1.450.

Quelle que soit l’interprétation qu’on leur donne, ces pétroglyphes n’ont pas une fonction uniquement esthétique, mais aussi ésotérique. Ils pourraient être interprétés comme l’enregistrement d’un périple autour d’Hawaii, comme l’expression du bien-être et de la longévité humaine, comme moyen de communication des évènements passés ou courants, ou encore comme marques de délimitation de territoires ou chemins.

Les motifs des pétroglyphes sont constitués majoritairement de motifs contenant des trous ou des cupules. Les autres formes sont géométriques, motifs en cercles, ou dessin cryptés, ou représentent des voiles de pirogues, des coiffes recouvertes parfois de plumes, ou des formes anthropomorphes.

Des cupules sont présentes en nombre: selon les scientifiques, on y plaçait le cordon ombilical des nouveaux-nés, puis on le recouvrait d'une pierre ... ceci afin d'assurer une longue vie à l'enfant.

 

Le trail vers les pétroglyphes de Pu'u Loa passe dans les champs de lave pahoehoe. - Photograph by Christopher Elliott - Nat Geo

Le trail vers les pétroglyphes de Pu'u Loa passe dans les champs de lave pahoehoe. - Photograph by Christopher Elliott - Nat Geo

Pétroglyphes de Pu'u Loa - cercles, trous alignés et autres figures - photo National volcanoes Park of Hawaii

Pétroglyphes de Pu'u Loa - cercles, trous alignés et autres figures - photo National volcanoes Park of Hawaii

D'autres sites contenant des pétroglyphes sont visitables sur Big Island :Waikola petroglyph preserve et Pukao petroglyph field.

L’administration du Parc National a protégé les pétroglyphes en construisant des pontons surélevés, et en n’utilisant plus que des techniques modernes de reproduction, d’illustration et de mesures, dans intervention directe sur le terrain, minimisant ainsi les contacts qui ne pourraient qu’exacerber les phénomène érosifs.

Demain, Les empreintes de pieds du désert de Ka`ū .

 

Sources :

- Pacific islands parks - Hawai‘i Volcanoes National Park Events Celebrate Archeology & Hawaiian Culture - link

- National Park Services - Hawaii volcanoes / Pu'u Loa petroglyphs - link

- Love Big Ismand - the Pu' Loa petroglyphs - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Près de sept mois après la disparition inexpliquée du vol MH370 de Malaysia Airlines, de nouvelles recherches sous-marines vont être engagées début octobre dans l’océan Indien où l’avion se serait abîmé. Le Boeing 777-200 de la compagnie malaisienne a disparu le 8 mars peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin. Il transportait 239 passagers et membres d’équipage.

Une reconstitution de sa trajectoire présumée jusqu’à sa probable chute en mer a été faite suite aux "accroches" de ses systèmes de communication par les satellites. Après une première phase de recherches en mars-avril 2014, d’autres recherches vont être entreprises en début octobre.

Carte des zones de recherches passée et future - mise en ligne par Geoscience Australia le 01.10.2014

Carte des zones de recherches passée et future - mise en ligne par Geoscience Australia le 01.10.2014

Les fonds marins ont été scannés sur près de 110.000 km² par les navires d’étude chinois, le Zhu Kezhzn et australien, Fugro Equator.

L’institut Geoscience Australia a dressé une carte 3D à partir de ces données bathymétriques, qui révèle un relief accidenté autour du plateau de Broken Ridge, situé à l’ouest du continent Australien.

Ces nouvelles structures sont formées de seamounts, restes de volcans sous-marins, des crêtes de plus de 300 mètres de hauteur et des fosses, profondes de plus de 1.400 mètres par rapport au plancher marin avoisinant.

Seamonts dans la zone proche de Broken Ridge - bathymétris 3D / Geoscience Australia / 26.09.2014

Seamonts dans la zone proche de Broken Ridge - bathymétris 3D / Geoscience Australia / 26.09.2014

Broken ridge est un plateau océanique, situé au NE de la dorsale sud-est Indienne, jadis attaché au plateau océanique des îles Kerguelen-Heard.

Ce plateau est constitué d’épanchements de laves basaltiques,  appelé LIP’S – Large igneous Province, produites par le panache des Kerguelen. La lave est largement recouverte de sédiments appelés vase foraminifère, constituée de plancton mort compacté sous l’effet de l’énorme pression de la colonne d’eau qui les surmonte.

Localisation de Broken ridge et du plateau des Kerguelen - carottages effectués par l'ODP correspondant à la carte  - un clic pour agrandir - doc. odp.tamu.eduLocalisation de Broken ridge et du plateau des Kerguelen - carottages effectués par l'ODP correspondant à la carte  - un clic pour agrandir - doc. odp.tamu.edu

Localisation de Broken ridge et du plateau des Kerguelen - carottages effectués par l'ODP correspondant à la carte - un clic pour agrandir - doc. odp.tamu.edu

Séparation des plateaux océaniques des Kerguelen et Broken Ridge / dorsales en rouge ; dorsale ouest-indienneà gauche, de Carlsberg au centreet est-Indienne à droite.

Séparation des plateaux océaniques des Kerguelen et Broken Ridge / dorsales en rouge ; dorsale ouest-indienneà gauche, de Carlsberg au centreet est-Indienne à droite.

Bien que ce ne soit pas l’objectif de cette nouvelle campagne de recherche, gageons que les données récoltées par les trois navires engagés rapporteront de précieux renseignements sur cette zone encore peu explorée.

Sources:

- Australian government / Geoscience Autralia - Vol MH370 - cartes bathymétriques 3D - link

- L'express - Vol MH 370 : Trois navires entament de nouvelles recherches  - link

- Mantle sources and the highly variable role of continental lithosphere in basalt petrogenesis of the Kerguelen plateau and Broken ridge L.I.P. - by C.R. Neal, J.J. Mahoney and W.Chazey.

- L’Archipel de Kerguelen : les plus vieilles îles dans le plus jeune océan
par André Giret, Dominique Weis & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Un peu de légèreté après ce mois fertile en éruptions … avec deux peintures sur soie figurant le Mont Fuji.

Elles font partie d’un groupe de paysages peints sur soie par Harumitsu, dans les années 1950.

Sur quelques œuvres, il est mentionné le texte suivant : " Cette peinture a été faite par Mr. Harumitsu Utagawa, qui est le seul survivant des sept descendants de Toyokuni Utagawa, le fameux artiste mondialement connu des temps anciens, avec Hiroshige, Hokusai et Utamaro ".

Utagawa Toyokuni , 1769-1825, fut élève de Utagawa Toyoharu, le fondateur de l’école Utagawa.

"Paysage du Mont Fuji avec lac" - d'HARUMITSU  UTAGAWA - Encre et couleur sur soie ( 285 x 430 mm).

"Paysage du Mont Fuji avec lac" - d'HARUMITSU UTAGAWA - Encre et couleur sur soie ( 285 x 430 mm).

Ces artistes ont créé ou font partie des principales écoles Ukiyo-e, une forme picturale japonaise qui s’étend du 17° au 20° siècle.

Ces écoles, fondées par un maître, et poursuivies par son élève le plus talentueux et ses successeurs, ont cohabitées, ou se sont succédées, en apportant chacune leur touche personnelle au style ou à la technique. Elles ont produit des peintures et des estampes.

"Payasage du Mont Fuji avec torrent" d’HARUMITSU  UTAGAWA – encre et couleur sur soie (285 x 430 mm).

"Payasage du Mont Fuji avec torrent" d’HARUMITSU UTAGAWA – encre et couleur sur soie (285 x 430 mm).

La complexité des noms d’artistes Ukiyo-e :

Les artistes Ukiyo-e portent en premier le nom de leur école, jusqu’au moment de fonder la leur. Ils s’identifient par leur nom personnel d’artiste,  le (?) en japonais , qui suit le nom de l’école. Pour encore compliquer la chose, les artistes de l’Ukiyo-e utilisent plusieurs noms différents au cours de leur carrière … ainsi l’un des exemples les plus connus nous est donné par Hokusai, qui a utilisé plus de 55 noms différents au long de sa vie, en changeant  de nom d’artiste à chaque nouvelle œuvre importante.

Le cas d’Hiroshige illustre également cette particularité : Utagawa Hiroshige est le nom qui lui est donné en 1812, un an après avoir rejoint comme élève Utagawa Toyohiro. Son nom d’artiste, Hiroshige, passera à la postérité … il est formé du second caractère du nom de son maître, hiro, suivi de la lecture alternative du premier caractère de son prénom. La prise du second caractère du nom du maître, et non pas du premier, reflète l’humilité de l’élève face à celui-ci.

 

Sources:

- Mattia Jona, Master Drawings and Prints, Japanese Prints - Piazzetta Guastalla 5, 20122 Milano

- Utagawa Toyokuni - wikipedia

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Selon les médias , dont Japan Times et CNN, le bilan humain de l’éruption de l’Ontake le 27 septembre dernier s’est encore alourdi. Les services de secours viennent de retrouver 12 corpsde plus, portant le nombre de victimes à 48.

Bien que l’examen de la plupart des victimes soit toujours en cours, la cause officielle de la mort de ces dernières est enregistrée comme " blessures provenant d’impact direct par des cendres (bombes) volcaniques ".

2014.10.02 des secouristes du groupe de pompiersde Tokyo descendent des blessés du volcan Ontake ce dimanche - photo Tokyo fire dept. / Japan News.

2014.10.02 des secouristes du groupe de pompiersde Tokyo descendent des blessés du volcan Ontake ce dimanche - photo Tokyo fire dept. / Japan News.

On constate qu’au cours de la brusque éruption de samedi, les randonneurs qui ont réussi à rejoindre un abri dans les lodges proches du sommet ont survécus !

Un rescapé raconte : " j'étais occupé à faire une pause, en compagnie de 18 autres randonneurs, auprès du lac Ninoike, côté nord du sommet quand l’éruption s’est produite. nous nous sommes précipités vers un chalet distant d’une vingtaine de mètres. Au moment où les membres du groupe ont atteint l’abri, les roches ont commencé à pleuvoir sur le toit, et nous avons vu nombres d’éclaboussures dans la lac Ninoike (impacts de bombes) … Si nous n’avions pas eu cet endroit pour nous abriter, nous aurions pu être touché par des rochers et perdre notre vie ".

Sur le Mont Ontake, on dénombre 16 refuges de montagne, et d’abris sans noms, utilisés habituellement comme abris lors de tempêtes de neiges ou mauvais temps … mais la plupart sont faits de bois, incapables de supporter le poids des cendres en cas d’éruption. Le lodge proche du sommet a vu son toit percé  par les bombes et ses vitres brisées, ce qui a permis aux cendres de s’y engouffrer.

Aucun abri en béton renforcé n’existe sur le volcan Ontake, et des officiels  le regrette : "aucun blessé n’a été déploré lors de précédentes éruptions, nous n’avons donc pas jugé nécessaire de construire de tels abris. Nous avons équipé les refuges de casques et walkie-talkies en cas d’éruption soudaine. Cependant, il aurait été possible de réduire le nombre de blessés si nous avions renforcé ces abris" (traduit d'une interview dans le Japn News / The Yomiuri Shimbun)

Dégâts causés aux refuges au sommet de l'Ontake par les cendres et chute de roches (bombes) - photos Japan Times.
Dégâts causés aux refuges au sommet de l'Ontake par les cendres et chute de roches (bombes) - photos Japan Times.

Dégâts causés aux refuges au sommet de l'Ontake par les cendres et chute de roches (bombes) - photos Japan Times.

Le Japan News déplore l’absence de tels abris sur nombre de volcans japonais pourtant visiter par de nombreux randonneurs et touristes.

Sur les 47 volcans sous monotoring du J.M.A. , seuls douze sont équipés d’abris anti-retombées. Le Mont Fuji, qui a été fréquenté par 280.000 randonneurs cet été, ne comporte aucun abri de ce type.

Au Mont Aso, où trois touristes furent tués en 1979, 14 abris anti-retombées sont construits à proximité de l’évent.

Sur l’Asama, où des éruptions se sont produites en 2004 et 2009, trois arches semi-circulaires sont présents à moins de 500 mètres du cratère, et un autre à mi-chemin de la montée.Ens emble, ils peuvent accueillir un total de 300 personnes en cas d’éruption soudaine.

Bunkers au sommet de l'Aso - photo Von Tasha

Bunkers au sommet de l'Aso - photo Von Tasha

Asama - abris construits à 500 m. du cratère - Courtesy of Komoro municipal government in Nagano Prefecture / The Japan News

Asama - abris construits à 500 m. du cratère - Courtesy of Komoro municipal government in Nagano Prefecture / The Japan News

Mr. Tadahide Ui, du Crisis and Environment Management Policy Institute, précise qu’i faut tenir compte pour  la construction de tels abris de leur orientation, et de tout facteur pouvant protéger les personnes des roches, des cendres et de leurs dépôts. Il est important également d’équiper ces abris de casques et matériels de survie. Une information concernant les risques volcaniques doit être étoffée et distribuée largement aux populations proches et aux randonneurs, ou autres visiteurs.

 

Sources :

- The Japan News - Volcanoes nationwide lack livesaving shelters - link

- The Japan news - Raining rocks killed Mt.Ontake climbers - link

- Japan Times - Rescue teams suspend search on Mount Ontake as tremors worsen

Lire la suite

<< < 1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog