Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Le panache de l'éruption de l'Aso, le 26.11.2014 - photo Kyodo news / AP

Le panache de l'éruption de l'Aso, le 26.11.2014 - photo Kyodo news / AP

L’éruption de l’Aso s’est poursuivie le 26 et 27 novembre, perturbant la circulation aérienne. De nombreux vols ont été annulés à l’aéroport de Kumamoto ce jeudi, l’agence locale Jiji news en rapporte une cinquantaine.

Les médias relatent des chutes de cendres sur Bungo-Ono et Gokase, à 40 km. du volcan Aso.

Depuis le 27, vers midi, seul un dégazage marque le cratère, d’après la webcam de l’université Kamamoto. Mais le JMA rapporte que, le 28.11, le volcan Aso a éjecté des débris de lave et un panache de cendres montant à environ 1.000 mètres. L’observatoire n’attend pas une augmentation du niveau de l’éruption.(Physorg)

Le panache de l'éruption de l'Aso, le 26.11.2014 - photo Associeted Press

Le panache de l'éruption de l'Aso, le 26.11.2014 - photo Associeted Press

Le niveau d’alerte du volcan est maintenu à 2, la zone d’exclusion de 1.000 mètres devant suffire à éviter des chutes de roches problématiques.

Ce relèvement de niveau remonte à fin août, date à laquelle le JMA signale une élévation de la température du lac du cratère Nakadake et des séismes volcaniques, suivis le 30 août, d’une éruption émettant un panache gris-blanc d’une hauteur indéterminée, suite à la couverture nuageuse. Le VAAC Tokyo signale un panache de cendres montant à 1,5-2,1 km. les 30.08 et 01.09, dérivant vers le nord et le nord-est.

Entre le 1° et le 4 septembre, le JMA comptabilise de 18 à 92 séismes volcaniques journaliers et du trémor. Le 6 septembre, une petite éruption s’accompagne d’un panache montant à 600 mètres au-dessus du bord du cratère. Entre le 5 et le 15 septembre, des séismes volcaniques et du trémor sont toujours détectés. Fin septembre, de l’incandescence marque la cratère Nakadake.

Début octobre, et mi-novembre, un panache blanc orne le cratère.

A suivre donc !

Sources :

- JMA

- Asahi Shimbun - Mount Aso eruptions disrupt flights - link

- Physorg - Volcano in south Japan erupts, disrupting flights - link

- Global Volcanism Program - Asosan

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Fogo 27.11.2014 - impressionnante coulée de lave menaçant les habitations - photo Grenn Studio

Fogo 27.11.2014 - impressionnante coulée de lave menaçant les habitations - photo Grenn Studio

Fogo News signale qu’une troisième voie d’approvisionnement et d’évacuation de Portela / Boca Fonte, avec sortie par Cova Tina (par le sud-ouest de Chã das Caldeiras - voir carte projection Google / INET ci-dessous) est prête. Elle va permettre l’évacuation des habitants et de leurs maigres biens via des dizaines de camions mobilisés à cet effet.

De nombreuses maisons et bungalows, source de revenus touristiques, ont été détruits par les coulées de lave, ainsi que des dizaines d’hectares de terres dévastés. Les réserves de vins, tous au moins pour les bouteilles de la cave Vino Chã, doivent être transférées en lieu sûr ; les grands barrils de 8.000 litres ne peuvent malheureusement pas être transportés, ce qui hypothèque cette ressource à terme.

Fogo - carte des coulées le 25.11.2014 / 16h - doc. INET

Fogo - carte des coulées le 25.11.2014 / 16h - doc. INET

Fogo - travaux de désenclavement - photo Green Studio / Fogo News

Fogo - travaux de désenclavement - photo Green Studio / Fogo News

Fogo - Bungalow détruit par la coulée de lave  - Photo Green Studio / Fogo News

Fogo - Bungalow détruit par la coulée de lave - Photo Green Studio / Fogo News

Erupção Vulcão do Fogo - Muzika TV

L’éruption en cours a de profondes répercussions sur la population locale …  les problèmes d’évacuation en cas d’éruption par la seule route vers le sud, susceptible d’être coupée par une éruption, a été pointé par une étude publiée en septembre 2014. Ceci vient s’ajouter à la marginalisation sociale de la communauté, et au manque d’équipements publics : pas d’électricité, ni d’eau courante, absence de soins de santé.

Des facteurs culturels peuvent expliquer l’attachement de la population à cette terre  … le sol volcanique est fertile, les conditions climatiques sont meilleures dans la caldeira que dans les plaines, et le volcan est devenu depuis 1995 source de revenus supplémentaires avec le développement du géo-tourisme.

Le risque volcanique n’est pas une priorité pour la communauté, plus concernée par les difficultés quotidiennes, la sécheresse et le manque d’eau, et diverses restrictions administratives.

Fogo - la route vers le sud coupée par la coulée de lave - photo Marcos Rocha via Fogo News

Fogo - la route vers le sud coupée par la coulée de lave - photo Marcos Rocha via Fogo News

Sources :

- Fogo News - articles journaliers - link

- Muzika TV livestream - Erupção Vulcão do Fogo - link

-Nat. Hazards Earth Syst. Sci., 14, 2347–2358, 2014 - Reducing volcanic risk on Fogo Volcano, Cape Verde, through a participatory approach: which outcome? – by P. Texier-Teixeira, F. Chouraqui, A. Perrillat-Collomb, F. Lavigne, J. R. Cadag, and D. Grancher - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’activité au cratère Nakadake du volcan Aso s’est intensifiée le 25 novembre 2014. Des émissions de cendres, dont un panache s’élevant à 2.400 mètres, ainsi que de l’incandescence nocturne ont été observées. Une légère chute de cendres est rapportée au village de Namino, à 11 km. au nord-est du volcan.

Aso 25.11.2014

Incandescence à l'Aso le 26.11.2014 / 2h37 - Webcam Aso / JMA

Incandescence à l'Aso le 26.11.2014 / 2h37 - Webcam Aso / JMA

Le volcan Aso montre des signes d’instabilité depuis 2013, avec de petites explosions de type phréatique.

Au cours de l’année 2013, le lac de cratère acide a graduellement diminué, puis disparu en juin, résultat d’une hausse de température et modifications du système hydrothermal. Ce phénomène a déjà été observé en 2011.(GVP)

Le JMA / Japan Meteorological Agency avait augmenté le niveau d’alerte à 2 le 30 août 2014, et signalé une petite inflation dans son dernier bulletin … en rapport avec l’hypothèse d’une intrusion magmatique. La zone d’exclusion de 1 km. autour du volcan est effective.

Evolution du lac acide entre janvier et juin 2013 - photo Excite webtl / via Culture Volcans.
Evolution du lac acide entre janvier et juin 2013 - photo Excite webtl / via Culture Volcans.

Evolution du lac acide entre janvier et juin 2013 - photo Excite webtl / via Culture Volcans.

Sources :

- Volcanodiscovery - Aso volcano, increasing activity - link

- Global Volcanism Program - Asosan

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Le Fogo en éruption le 24.11.2014 - photo Marcos Rochas / Fogo news

Le Fogo en éruption le 24.11.2014 - photo Marcos Rochas / Fogo news

Un peu décalé suite à une coupure du réseau internet, j’ai raté l’entrée en éruption du Volcan Fogo dans l’archipel du Cap Vert.

INVOLCAN et l’Université du Cap Vert ont enregistré depuis plusieurs mois des émissions diffuses de dioxyde de carbone anormales … elles ont précédé l’éruption qui a débuté le Dimanche 23 novembre 2014.

Le site Volcanodiscovery signale qu’une forte activité sismique est enregistrée depuis le 23, ce qui a poussé les habitants à dormir à la belle étoile. Environ 1.000 personnes ont été évacuées de la caldeira de Chà. L’armée, la Protection Civile et le Croix-Rouge ont été mobilisés.

 Fogo - activité explosive au départ de différents évents - photo MuzikaTV

Fogo - activité explosive au départ de différents évents - photo MuzikaTV

Fogo - la fissure éruptive - photo Fogo News

Fogo - la fissure éruptive - photo Fogo News

Le site éruptif comprend deux évents situés sur une fissure, proches des évents de l’éruption de 1995.

L’évent supérieur produit un panache de cendres, l’évent inférieur est le siège d’une activité strombolienne intense alimentant des fontaines de lave visibles en plein jour, et des coulées de lave ‘a’a. L’une de ces coulées a rapidement coupé la route principale dans la caldeira, et quelques bâtiments.

Le panache de cendres est visible depuis Paraia, la capitale du Cap Vert située sur une île voisine. Le niveau d’alerte est au rouge, et l’aéroport local fermé.

Selon la BBC, l’éruption en cours dépasse en intensité celle qui s’est produite il y a une vingtaine d’année ; l’éruption de 1995 avait débuté le 2 avril pour se terminer fin mai, détruisant un village dans la caldeira et provoquant l’évacuation de plus de 5.000 personnes.

L'île de Fogo et le volcan en éruption le 25.11.2014 - les différents fronts de lave - images LANDSAT-8 RGB of Bands 432, 30 m resolution - via Peter Webley et son report sur Google Earth view LANDSAT-8 RGB of Bands 765, 30 m resolution
L'île de Fogo et le volcan en éruption le 25.11.2014 - les différents fronts de lave - images LANDSAT-8 RGB of Bands 432, 30 m resolution - via Peter Webley et son report sur Google Earth view LANDSAT-8 RGB of Bands 765, 30 m resolution

L'île de Fogo et le volcan en éruption le 25.11.2014 - les différents fronts de lave - images LANDSAT-8 RGB of Bands 432, 30 m resolution - via Peter Webley et son report sur Google Earth view LANDSAT-8 RGB of Bands 765, 30 m resolution

Le 25 novembre, la branche nord de la coulée est entrée dans le village de Portela, et a endommagé divers bâtiments, dont le quartier général du Parc Naturel de Fogo.

Portela risque d’être isolé par la coupure de la route par la coulée de lave, et de dépendre pour son évacuation d’un passage difficile et plus long au nord-est via Monte Velha.

Les nouvelles restent contradictoires : selon un géologue accordant une interview à la Televisão de Cabo Verde (TCV), l’intensité de l’éruption commencerait à décroître ; l’avancée de la branche nord des coulées est passée de 30-40 mètres par heure le 24, à 25 mètres par heure le 25. Cependant des sources locales suggèrent que l’activité au niveau des divers évents reste violente et accompagnée d’émissions significatives de gaz et cendres.
 

Les évacuations deviennent difficiles sur Fogo / caldera de Chà - photos Nicolau Centeio / Fogo newsLes évacuations deviennent difficiles sur Fogo / caldera de Chà - photos Nicolau Centeio / Fogo news

Les évacuations deviennent difficiles sur Fogo / caldera de Chà - photos Nicolau Centeio / Fogo news

Sources :

- Volcanodiscovery news - link

- Fogo News / Facebook & link

- Involcan noticias - link

- Peter Webley

- Global Volcanism Program - Fogo

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Une publication dans le Journal of African Earth Sciences, par les scientifiques d’Involcan (Instituto volcanologico de Canarias) et de l’Université de La Laguna, revient sur l’analyse des fragments volcaniques flottants, récupérés au cours des premières phases de l’éruption sous-marine 2011-2012 au sud de l’île d’El Hierro / Canaries.

El Hierro - "Restingolitas" flottant en surface au large de La Restingua - photo 07.01.2012 Involcan / Guardia Civil

El Hierro - "Restingolitas" flottant en surface au large de La Restingua - photo 07.01.2012 Involcan / Guardia Civil

Echantillon de matériau éruptif flottant le 18.10.2011 au large d'El Hierro - Courtesy of Instituto Geográfico Nacional (IGN).

Echantillon de matériau éruptif flottant le 18.10.2011 au large d'El Hierro - Courtesy of Instituto Geográfico Nacional (IGN).

Ces fragments, repêchés au large du port de La Restingua, ont été appelés "restingolitas". Ils ont subi une première détermination par le PEVOLCA en 2011, qui pointait une composition mixte basaltique / trachyto-rhyolitique dans un rapport 10/1, ainsi que le mélange de magmas au moment de l’éruption.

Les restingolitas étaient composée de matériau blanc vacuolaire à l’intérieur, entouré d’une fine croûte noire moins vacuolaire. La gangue noire scelle la surface, emprisonnant le matériau blanc, spongieux, et confère à l’ensemble une haute flottabilité, lui permettant d’arriver en surface et de dériver avec le courant marin. L’étude séparée des deux composants confirme que le matériau blanc provient de sédiments ou d’anciennes roches volcaniques recyclées, suite à une fusion à haute température par le magma basaltique.

Restingolita, exposée au musée d'El Hierro - photo Maria Vila /MCNB

Restingolita, exposée au musée d'El Hierro - photo Maria Vila /MCNB

Schéma explicatif de l’interaction magma-sédiments sous le volcan d’El Hierro responsable de la formation spécifique des restingolitas, proposé in Carracedo & others / 2012 / GVP

Schéma explicatif de l’interaction magma-sédiments sous le volcan d’El Hierro responsable de la formation spécifique des restingolitas, proposé in Carracedo & others / 2012 / GVP

L’analyse met en lumière une caractéristique particulière de la partie blanche des restingolitas : sa teneur relativement élevée en uranium. Elle atteint 30 à 40 grammes par tonne, valeur la plus élevée en uranium de toutes les roches volcaniques connues dans l’archipel des Canaries.

La haute concentration en uranium dans la partie trachyto-rhyolitique pourrait trouver son origine dans le processus de transfert sélectif d’éléments-traces par l’intermédiaire des fluides hydrothermaux circulant au sein de la croûte océanique et à la base de l’île volcanique d’El Hierro.

Restingolitas au large du port de La Restinga / El Hierro - photo IGN / Gobierno de Canarias

Restingolitas au large du port de La Restinga / El Hierro - photo IGN / Gobierno de Canarias

Sources :

- Science Direct / Elsevier - Petrological and geochemical Highlights in the floating fragments of the October 2011 submarine eruption offshore El Hierro (Canary Islands): Relevance of submarine hydrothermal processes – by Jose A.Rodriguez-Losada & al. - link

- IGN / Gobierno de Espana / CSIC : Informe petrologico de la erupcion de la isla de El Hierro – 2011

- Global Volcanism Program – Hierro           

http://www.volcano.si.edu/volcano.cfm?vn=383020

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

L’éruption de 2013-2014 (en cours).

Sur base d’images satellite, le VAAC Tokyo signale le 20 novembre 2013 / 7h17 UTC une éruption surtseyenne démarre (d’une profondeur estimée à -50 mètres), alimentant un panache d’une hauteur de 600 mètres, émergeant à environ 500 mètres au sud de Nishino-shima.

Le 21 novembre, le Japan Coast Guards / JCG et le Japan Meteorological Agency / JMA note que la " nouvelle île " fait 200 mètres de diamètre. Des photos montrent le panache et les cendres et rocs expulsés avec force du cratère.

Panache cypressoïde et vapeurs d'eau au large de Nishino-shima le 20.11.2013 - phase hydromagmatique de l'éruption surtseyenne - photoGetty images

Panache cypressoïde et vapeurs d'eau au large de Nishino-shima le 20.11.2013 - phase hydromagmatique de l'éruption surtseyenne - photoGetty images

Nishino-shima et le site de l'éruption le 20 novembre 2013 - photo Japan Coast Guards

Nishino-shima et le site de l'éruption le 20 novembre 2013 - photo Japan Coast Guards

Nishino-shima, le 21.11.2013 - formation d'un cône de tuff /scories - projections de bombes et panache de gaz et vapeur - photo Japan Coast Guards via Japan Daily Press

Nishino-shima, le 21.11.2013 - formation d'un cône de tuff /scories - projections de bombes et panache de gaz et vapeur - photo Japan Coast Guards via Japan Daily Press

Dès le 24 novembre, les garde-côtes signalent que de la lave sort du cratère.

L’île continue à s’édifier en décembre au point que le 24.12, seul un petit chenal sépare le nouvelle Niijima de Nishino-shima, empli d’une eau décolorée en orange. Sur la carte d’expansion des JCG, on peut voir comment l’île a progressé entre le 13 et 24 décembre 2013.

Nishino-shima - Le 24.11.2013, phase aérienne de l'éruption : l'activité explosive strombolienne, accompagnée d'un panache de cendres et de coulée de lave - photo Japan Coast Guards

Nishino-shima - Le 24.11.2013, phase aérienne de l'éruption : l'activité explosive strombolienne, accompagnée d'un panache de cendres et de coulée de lave - photo Japan Coast Guards

Vues 3D de Nishino-shima - la partie émergée du volcan est en vert bronze - doc MLIT - un clic pour agrandirVues 3D de Nishino-shima - la partie émergée du volcan est en vert bronze - doc MLIT - un clic pour agrandir

Vues 3D de Nishino-shima - la partie émergée du volcan est en vert bronze - doc MLIT - un clic pour agrandir

Progression de l'île nouvelle entre novembre et le 21.12.2013 - photo Kyodo / AP

Progression de l'île nouvelle entre novembre et le 21.12.2013 - photo Kyodo / AP

Nishino-shima, à gauche, séparée de Niijima, à droite, par un étroit chenal - La fusion territoriale est proche, et l'appelation "volcan" pourrait bien être changée en "cône adventif" - 24.12.2013 / JCG.

Nishino-shima, à gauche, séparée de Niijima, à droite, par un étroit chenal - La fusion territoriale est proche, et l'appelation "volcan" pourrait bien être changée en "cône adventif" - 24.12.2013 / JCG.

Carte de la progression des coulées de lave et l'extension de la nouvelle île entre le 20 novembre et le 26 décembre 2013 - doc JCG

Carte de la progression des coulées de lave et l'extension de la nouvelle île entre le 20 novembre et le 26 décembre 2013 - doc JCG

Le 26 décembre 2013, le Japan Coast Guards confirme que les deux îles se sont rejointes. La fermeture par coalescence des coulées a laissé un petit lac, d’existence temporaire, qui disparaitra à terme par évaporation. Comme la nouvelle île a fusionné avec l’ancienne, elle portera de nouveau  le nom de Nishinoshima.

Le 26 décembre 2013, Niijima a rejoint Nishino-shima - photo JCG

Le 26 décembre 2013, Niijima a rejoint Nishino-shima - photo JCG

Une inspection aérienne par le Geological Survey of Japan le 28 février 2014 montre des émissions de gaz et vapeur au niveau des deux cônes de la dernière éruption (voir vidéo). Des coulées en tous sens atteignent la mer à l’est, au sud-sud-est et à l’ouest-nord-ouest.

Situation au 16 février 2014, et écoulement des coulées de lave en tous sens - doc. Japan Coast Guards

Situation au 16 février 2014, et écoulement des coulées de lave en tous sens - doc. Japan Coast Guards

Nishino-shima : Inspection le 28.02.2014 par le Geological Survey of Japan

Nishino-shima : Inspection le 28.02.2014 par le Geological Survey of Japan

Nishino-shima : Inspection le 28.02.2014 par le Geological Survey of Japan - les deux cônes dégazent et un petit lac emprisonné par la jonction des coulées est en cours d'évaporation.

Nishino-shima : Inspection le 28.02.2014 par le Geological Survey of Japan - les deux cônes dégazent et un petit lac emprisonné par la jonction des coulées est en cours d'évaporation.

Après une période d’écoulement de la lave en tous sens, les cratères actifs, au nombre de trois en août, continue de cracher la lave au rythme de 200.000 m³ chaque jour … et la lave s’accumule essentiellement vers l’est.

Nishino-shima le 03.06.2014 - photo JCG / AIST

Nishino-shima le 03.06.2014 - photo JCG / AIST

Evolution entre le 4 décembre 2013 et le 4 juillet 2014 - Doc Arukazan.jp

Evolution entre le 4 décembre 2013 et le 4 juillet 2014 - Doc Arukazan.jp

Nishino-shima le 26.08.2014 - photo JCG

Nishino-shima le 26.08.2014 - photo JCG

Carte de l'extension des coulées entre le 22 novembre 2013 et le 12 août 2014 - doc. JCG

Carte de l'extension des coulées entre le 22 novembre 2013 et le 12 août 2014 - doc. JCG

Des incertitudes sont émises par les scientifiques quant à la stabilité de l’édifice, et le risque d’effondrement de flanc, courant sur les îles volcaniques est craint.

Nishinoshima - évolution et répartition des coulées de lave - la coupe permet de voir une accumulation des coulées vers l'est (côté droit du schéma) - doc eri.u-tokyo

Nishinoshima - évolution et répartition des coulées de lave - la coupe permet de voir une accumulation des coulées vers l'est (côté droit du schéma) - doc eri.u-tokyo

Les coulées vont s’orienter ensuite vers le nord-est, puis en septembre vers le nord et l’ouest … phagocytant l’ancienne île dont il ne reste qu’une mince parcelle.

Les garde-côtes ont mesuré (sur des photos aériennes) la surface de l’île, qui atteignait 1,89 km² le 16 octobre dernier, soit près de neuf fois la taille qu’avait le volcan la première fois qu’il a été vu.

Pour le professeur Setsuya Nakada, vulcanologue auprès de l’Institut de Recherches Sismiques de l’Université de Tōkyō, " l’éruption devrait durer encore quelques années ".
 

Nishino-shima : le 16.10.2014, les coulées ont presqu'entièrement recouvert l'ancienne île -

Nishino-shima : le 16.10.2014, les coulées ont presqu'entièrement recouvert l'ancienne île -

Nishino-shima : le reste de l'ancienne île et le cône actif, le 15.11.2014 - photo Mainichi

Nishino-shima : le reste de l'ancienne île et le cône actif, le 15.11.2014 - photo Mainichi

Sources :

- Japan Coast Guards

- Geological Survey of Japan

- Médias japonais

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

L’évolution d’une île volcanique est soumise au double phénomène de construction, par apport de matériaux d’origine volcanique, et de destruction par l’érosion, essentiellement marine.

Nishino-shima, une île volcanique faisant partie de l’arc Izu-Bonin, localisée à 940 km au sud de Tokyo, en est un exemple parfait.

Nishinoshima - localisation de l'île - Carte GVP d'après Kodaira and others (2007).

Nishinoshima - localisation de l'île - Carte GVP d'après Kodaira and others (2007).

Le premier agrandissement de l’île primordiale est lié à une éruption volcanique sous-marine le 30 mai 1973 vers 11h., repérée par un bateau de pêche.

Les éruptions, de type surtseyn d’abord, ont permis l’émergence d’un cône de scories et cendres, qui atteint en fin septembre 120 mètres de diamètre, avec un cratère de 70 mètres de diamètre. Il se situe à 600 mètres au sud-est de Nishino-shima.

Une chaîne de cinder cones, orientée SO-NE se forme ensuite et le type d’éruption évolue vers le domaine supra-marin. En janvier 1974, l’île mesure 700 m sur 250, avec une hauteur de 40 m environ au-dessus du niveau de la mer.

Nishino-shima : éruption surtseyenne en 1973 - photos GSJ

Nishino-shima : éruption surtseyenne en 1973 - photos GSJ

Nishino-shima - formation du cinder cone - 09.1973 - photo GSJ

Nishino-shima - formation du cinder cone - 09.1973 - photo GSJ

Evolution de l'île entre septembre 1973 et juillet 1974 - Cartes GSJ

Evolution de l'île entre septembre 1973 et juillet 1974 - Cartes GSJ

Nishino-shima  et évolution de la chaîne de cinder cones entre le 31 mai et le 9 octobre 1973 - doc.J.Ossaka 1974 / GSJ

Nishino-shima et évolution de la chaîne de cinder cones entre le 31 mai et le 9 octobre 1973 - doc.J.Ossaka 1974 / GSJ

En mars1974, une inspection par un navire de recherche observe l’évolution de l’île, appelée Nishino-shima-Shinto. Elle se compose de cinq cinder cones, avec une activité volcanique localisée dans la partie Est.

Le 1°mai 1974, un survol confirme l’extension d’une coulée de lave importante vers l’ouest de la nouvelle île, et une absence d’activité des cratères sommitaux. La nouvelle île est trois fois plus grande que l’ancienne.

La confluence des coulées ultérieures va conférer à l’île une forme de "croissant".

Entre la fin des années 70 et 1990, on assiste à une érosion progressive (voir les photos aériennes ci-dessous) qui lui donnera sa forme en "poire".

Vue aérienne plus rasante de Nishino-shima-Shinto - photo via platetectonic.Narod.ru

Vue aérienne plus rasante de Nishino-shima-Shinto - photo via platetectonic.Narod.ru

Evolution des contours de l'île, à gauche entre 1973 et 1978; à droite, de 1981 à 1990 - phots GSJ - un clic pour agrandirEvolution des contours de l'île, à gauche entre 1973 et 1978; à droite, de 1981 à 1990 - phots GSJ - un clic pour agrandir

Evolution des contours de l'île, à gauche entre 1973 et 1978; à droite, de 1981 à 1990 - phots GSJ - un clic pour agrandir

Coupe de Nishino-shima : en gris clair, le volcan sous-marin, et sa petite partie émergeante avant 1973 - en gris foncé, produits sous-marins et terrestre de l'éruption de 1973 - en rouge, émergenge d'un nouveau cinder cone en 2013 - Coupe via Asahi Shimbun

Coupe de Nishino-shima : en gris clair, le volcan sous-marin, et sa petite partie émergeante avant 1973 - en gris foncé, produits sous-marins et terrestre de l'éruption de 1973 - en rouge, émergenge d'un nouveau cinder cone en 2013 - Coupe via Asahi Shimbun

Nishino-shima - évolution entre 1976 et 1990 - Cartes GSJ

Nishino-shima - évolution entre 1976 et 1990 - Cartes GSJ

Bathymétries de Nishino-shima en 1911 (avant l'éruption de 1973-74) - et 1992 - Bathymetric map after the eruption is based on 1:50,000 basic map of the sea "Nishino-shima" (documented in 1992; Japan Coast Guard, 1993) while that prior to the eruption is based on mapping in 1911 (Ossaka, 1973).

Bathymétries de Nishino-shima en 1911 (avant l'éruption de 1973-74) - et 1992 - Bathymetric map after the eruption is based on 1:50,000 basic map of the sea "Nishino-shima" (documented in 1992; Japan Coast Guard, 1993) while that prior to the eruption is based on mapping in 1911 (Ossaka, 1973).

Une deuxième vague d’extension va débuter de la même façon en novembre 2013, développée dans l’article suivant.

Le 20 novembre 2013, après l'apparition d'une zone d'eau décolorée, une éruption surtseyenne fait émergerun nouveau cinder cone près de Nishino-shima - photo Japan Coast Guards

Le 20 novembre 2013, après l'apparition d'une zone d'eau décolorée, une éruption surtseyenne fait émergerun nouveau cinder cone près de Nishino-shima - photo Japan Coast Guards

Sources :

- Global Volcanism Program - Nishinoshima

- Geological Survey of Japan / GSJ - Nishinoshima volcano

- Japan Coast Guards / JCG -

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Holuhraun  - le lac de lave bouillonne fortement - photo Mylifeasahelicopterpilot 13.11.2014

Holuhraun - le lac de lave bouillonne fortement - photo Mylifeasahelicopterpilot 13.11.2014

 Holuhraun -  le lac de lave dans ses remparts - photo Jón Örn Guðbjartsson

Holuhraun - le lac de lave dans ses remparts - photo Jón Örn Guðbjartsson

Au Bardarbunga, l’activité sismique de forte intensité diminue dans l’ensemble.

Après un séisme de M 5,4 marquant le bord sud du volcan le 15 novembre à 11h25, suivi de deux autres de M 4,1 et 4,5, l’activité a considérablement diminué … pour augmenter à l’extrémité nord de l’intrusion. Ce transfert de localisation a été observé auparavant : la sismicité a augmenté pour quelques heures suivant d’importants séismes au niveau de la caldeira.

Le 16 novembre, un séisme de M 5,3 est rapporté, au même endroit que la veille,  un autre de M 4,8, et 7 de magnitude supérieure à 4..

Le 17, l’activité sismique est considérée comme stable.

Un total de 160 séismes a été atteint entre le 14 et le 17 novembre au Bardarbunga.

 La subsidence de la caldeira se poursuit, en liaison avec l’émission de grandes quantités de lave.

Sismicité dans la zone du Vatnajökull le 17.11.2014 / 19h30 - doc. IMO
Sismicité dans la zone du Vatnajökull le 17.11.2014 / 19h30 - doc. IMO

Sismicité dans la zone du Vatnajökull le 17.11.2014 / 19h30 - doc. IMO

Au niveau de la fissure, le lac de lave d'Holuhraun,  contenu dans ses remparts de scories, continue de bouillonner sous un apport important, et alimente la coulée. Le champ de lave atteint le 17 une surface de 72 km², après trois mois d’éruption. Le volume de lave extrudé dépasse le kilomètre-cube.

La pollution au dioxyde de soufre continue … des taux de SO2 plus élevés que la normale ont été enregistrés en divers endroits, dépendant de la direction du vent.  

Le dyke et le site éruptif ont été le siège d’environ 50 séismes, tous de magnitude inférieure à 1,6.

Une superbe vidéo est à visionner sur le site RUV : http://www.ruv.is/frett/holuhraun-eruption-fresh-video

 

Le champ de lave d'Holuhraun - carte du dessus: 14.11.2014 / IMO - image du dessous : 16.11.2014 / Nasa Landsat 8 / Nasa-USGS
Le champ de lave d'Holuhraun - carte du dessus: 14.11.2014 / IMO - image du dessous : 16.11.2014 / Nasa Landsat 8 / Nasa-USGS

Le champ de lave d'Holuhraun - carte du dessus: 14.11.2014 / IMO - image du dessous : 16.11.2014 / Nasa Landsat 8 / Nasa-USGS

Sources :

- Rapports du IMO - link

- Vidéo de RUV -  link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le parc National du Yellowstone est remarquable … en hiver, il devient tout simplement magique !

Contraste entre la terre gelée, couverte de neige et les geysers, les sources chaudes et chaudrons de boue bouillonnants et fumants. L’hiver révèle plus facilement les animaux sauvages qui peuplent le parc : renards et coyotes chassent dans la neige profonde, les bisons fréquentent les zones géothermales les plus chaudes pour trouver leur pitance ; les loups sortent en meutes sous la lune.

Un clic sur les photos pour agrandir.

Mammoth Hot Springs sous le soleil hivernal - photo Yellowstone National Park 2014

Mammoth Hot Springs sous le soleil hivernal - photo Yellowstone National Park 2014

Dans la zone des volcans de boue, des formes géométriques brillent dans les" runoff " - photo Yellowstone National Park 2014

Dans la zone des volcans de boue, des formes géométriques brillent dans les" runoff " - photo Yellowstone National Park 2014

Mammoth Hot Springs sous la neige et la givre - photo Yellowstone National Park 2014

Mammoth Hot Springs sous la neige et la givre - photo Yellowstone National Park 2014

A Canary springs, les thermophiles restent colorés - photo Yellowstone National Park 2014

A Canary springs, les thermophiles restent colorés - photo Yellowstone National Park 2014

La Lamar Valley survolée par des grues du Cananda (Grus canadensis) -  photo Yellowstone National Park 2014

La Lamar Valley survolée par des grues du Cananda (Grus canadensis) - photo Yellowstone National Park 2014

Le Washburn Range ,vu depuis Hayden Valley -  photo Yellowstone National Park 2014

Le Washburn Range ,vu depuis Hayden Valley - photo Yellowstone National Park 2014

Le long de la Gardner river, des wapitis recherchent une herbe maigre -  photo Yellowstone National Park 2014

Le long de la Gardner river, des wapitis recherchent une herbe maigre - photo Yellowstone National Park 2014

Norris Geyser basin  -  photo Yellowstone National Park 2014

Norris Geyser basin - photo Yellowstone National Park 2014

Quelques précautions à prendre en hiver (YNP) :

Une grande partie du parc est située au-dessus de 2.250 mètres. Une acclimatation est nécessaire, et il faut veiller à s’hydrater en suffisance, l’air plus sec en altitude peut être cause de déshydratation.

Un équipement adapté est nécessaire pour rester au sec, et à bonne température. Une visite médicale avant les efforts hivernaux n’est pas superflue.

Ne pas voyager seul et avertir de l’endroit visité au cours de la journée s’avèrent des précautions élémentaires.

Soyez attentifs aux signes de présence des ours … ils peuvent rester actifs durant toute l’année.

Source :

Yellowstone National Park

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’éruption du Pavlof, débutée le 12 novembre, s’est intensifiée le 14 novembre, faisant passer le code aviation à rouge et l’alerte volcanique à Warning.

Pavlof : Une image Modis montrant l’extension du nuage sur plus de 400 km à une altitude estimée à  au moins 10.600 mètres. - image Daveschneider / AVO-USGS

Pavlof : Une image Modis montrant l’extension du nuage sur plus de 400 km à une altitude estimée à au moins 10.600 mètres. - image Daveschneider / AVO-USGS

Le trémor demeure à un niveau élevé. Le panache de cendres monte à environ 9.000 mètres d’après le rapport de pilotes (14.11.2014 / 12h30) avant de se déplacer vers le nord-ouest au-dessus de la mer de Behring. Une image Modis montre l’extension du nuage sur plus de 400 km à une altitude estimée à  au moins 10.600 mètres. Le nuage de cendres s’éloigne des zones peuplées, et aucune chute de cendres n’est signalée par les habitants.

Pavlof - diagramme du trémor le 15.11.2014 - doc. AVO-USGS

Pavlof - diagramme du trémor le 15.11.2014 - doc. AVO-USGS

Pavlof - déplacement du nuage de cendres le 16.11.2014 / 5h32 UTC - doc. NOAA / National weather service

Pavlof - déplacement du nuage de cendres le 16.11.2014 / 5h32 UTC - doc. NOAA / National weather service

Sources :

Alaska Volcano Observatory

Lire la suite

1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog