Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
La Terre et 55 Cancri e comparée sur cette épreuve d'artiste - doc.55 Cnc e / Nasa exoplanet archive

La Terre et 55 Cancri e comparée sur cette épreuve d'artiste - doc.55 Cnc e / Nasa exoplanet archive

55 Cancri e est une "super-terre", une exoplanète rocheuse en orbite autour de l’étoile 55 Cancri A, une naine jaune située à environ 40 années-lumière du soleil, dans la Constellation du Cancer. Découverte en 2004, elle possède une masse de 10,8 MT (soit plus de 10 fois la masse terrestre) ; sa gravité de surface serait trois fois plus intense que sur Terre. Elle est si proche de son étoile que son année ne dure que 18 heures.

Les premières observations de 55 Cancri e pointent une composition riche en carbone, ce qui lui a valu son surnom de "planète-diamant". Les variations observées depuis, et jamais vus ailleurs, nous laissent dubitatifs.

Transits sur le soleil et 55 Cancri A / passages respectifs de la Terre et Jupiter vs. celui de 55 Cancri e - Credit : Jason Rowe / NASA Ames and SETI Institute and Jaymie Matthews /UBC

Transits sur le soleil et 55 Cancri A / passages respectifs de la Terre et Jupiter vs. celui de 55 Cancri e - Credit : Jason Rowe / NASA Ames and SETI Institute and Jaymie Matthews /UBC

Distances orbitales et grandeur relatives des 4 planètes les plus internes orbitant autour de l’étoile 55 Cancri A (dessous) par rapport à 3 planètes de notre système solaire et son étoile (dessus) – doc. astrobio.net

Distances orbitales et grandeur relatives des 4 planètes les plus internes orbitant autour de l’étoile 55 Cancri A (dessous) par rapport à 3 planètes de notre système solaire et son étoile (dessus) – doc. astrobio.net

" La route vers l'exoplanète 55 Cancri e " - carte Stellarium and Prof. Jaymie Matthews / UBC

" La route vers l'exoplanète 55 Cancri e " - carte Stellarium and Prof. Jaymie Matthews / UBC

Des chercheurs de l’Institut d’Astronomie de l’Université de Cambridge ont observé, en utilisant le télescope spatial Spitzer de la Nasa, les émissions thermiques en provenance de la planète, et noté des différences sur le côté jour de celle-ci allant de 1.000 à 2.700 °C.

Bien que l’interprétation de ces données n’en soit qu’à ses débuts, les chercheurs croient que la variabilité de température pourrait être due à des panaches de gaz et poussières qui couvrent sa surface, pouvant être partiellement en fusion. Ces panaches pourraient être causés par une forte activité volcanique soumise à des interactions de marées, bien plus fortes que celle observée sur Io, une des lunes de Jupiter.

Vues d’artiste de 55Cancri e, montrant une surface chaude et partiellement en fusion de l’exoplanète, avant et après une possible activité volcanique sur son côté jour – images R.Hunt

Vues d’artiste de 55Cancri e, montrant une surface chaude et partiellement en fusion de l’exoplanète, avant et après une possible activité volcanique sur son côté jour – images R.Hunt

Qu’elle soit ou non composée de diamants, 55 Cancri e reste une mine de futures intéressantes découvertes … à suivre.

 

Sources :

- Astronomers find first evidence of changing conditions on a super Earth - link

- Variability in the super-Earth 55 Cnc e / Monthly Notices of the Royal Astronomical Society / by B-O Demory,M.Gillon, N.Madhusudhan, D.Queloz - link

- Volcanic Activity on Super Earth 55 Cancri e - link

- 55 Cnc e / Nasa exoplanet archive - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Turrialba  - éruption du 04.05.2015 - photo Paul Lachner / via RSN

Turrialba - éruption du 04.05.2015 - photo Paul Lachner / via RSN

Le Turrialba a connu hier, 04.05.2015, une forte éruption, débutant à 15h24 qui a généré un panache de cendres montant verticalement à 2500 mètres au-dessus du cratère, selon l’OVSICORI. L’épisode a duré 23 minutes.

L’éruption s’est accompagnée de trémor et d’expulsion de bombes de 3 à 4 kg. Jusqu’à un kilomètres du cratère.

Turrialba - 04.05.2015 / 15h24 - les flèches indiquent la présence de bombes éjectées à grande vitesse  - doc. Ovsicori

Turrialba - 04.05.2015 / 15h24 - les flèches indiquent la présence de bombes éjectées à grande vitesse - doc. Ovsicori

L’Institut météorologique informe du déplacement des cendres vers le sud-ouest  du volcsn, la Valle Central et le Pacifique.

Turrialba - le panache éruptif vu de la webcam Irazu , à15h25  & 15h38 - doc. Ovsicori - un clic pour agrandir.Turrialba - le panache éruptif vu de la webcam Irazu , à15h25  & 15h38 - doc. Ovsicori - un clic pour agrandir.

Turrialba - le panache éruptif vu de la webcam Irazu , à15h25 & 15h38 - doc. Ovsicori - un clic pour agrandir.

Turrialba - carte regroupant les témoignages concernant les chutes de cendres le 04.05.2015 - doc. Ovsicori

Turrialba - carte regroupant les témoignages concernant les chutes de cendres le 04.05.2015 - doc. Ovsicori

Sources :

- OVSICORI

- RSN - Red Sismologica Nacional

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Overlook crater - un effondrement provoque une explosion dans le lac de lave le 3 mai vers 13h20 - photo HVO

Overlook crater - un effondrement provoque une explosion dans le lac de lave le 3 mai vers 13h20 - photo HVO

Le cratère Overlook a vu le niveau de son lac de lave monter depuis le 21 avril 2015. Son niveau, après avoir débordé sur le plancher de l’Halema’uma’u, dépassait le niveau de ce dernier, suite à l’édification de murailles par refroidissement. Le 3 mai au matin, le niveau du lac de lave se trouvait à quelques mètres sous le niveau du bord.

Des effondrements sont fréquents au cratère Overlook (la dernière date du 28 avril), et agrandissent celui-ci au cours du temps. Une portion de la paroi de l’Halema’uma’u  s’est effondrée le 3 mai 2015, à 13h20 : son impact dans le lac de lave a provoqué une explosion de spatter et un panache  chargé de particules.

Une séquence d’images prises en seulement six secondes par la webcam détaille la réaction explosive du lac de lave à cette " intrusion " - photos webcam HVO - USGS.

Une séquence d’images prises en seulement six secondes par la webcam détaille la réaction explosive du lac de lave à cette " intrusion " - photos webcam HVO - USGS.

Débordement du lac de lave de l'Overlook crater sur le plancher de l'Halema'uma'u le 29.04.2015, et formation de "levees" - photo HVO

Débordement du lac de lave de l'Overlook crater sur le plancher de l'Halema'uma'u le 29.04.2015, et formation de "levees" - photo HVO

Source : HVO

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les paysages volcaniques de l’Oregon et de la chaîne des Cascades sont caractérisés par des structures particulières, parmi lesquelles des trous qui drainent des lacs.

L’un d’entre eux, le bien nommé Lost Lake est situé près de la Highway 20, à proximité de la station de sport d’hiver de Hoodoo, dans la fôrêt de Willamette. (N.B.: différents lacs portent aux Etats-Unis le nom de Lost Lake)

Lost Lake hole - Oregon - photo dela vidéo de Bend Bulletin

Lost Lake hole - Oregon - photo dela vidéo de Bend Bulletin

Chaque hiver, ce lac se remplit alimenté par les eaux de fonte et de petites rivières, avant de se vider lentement dans un trou, de sécher avant de faire place à une prairie. Tout est question d’équilibre entre l’alimentation et le drainage : il se remplit lorsque l’apport dépasse l’élimination, et vice-versa.

On ne sait pas si les eaux de déversant dans le trou sont véhiculées vers un point de sortie, ou si elles s’infiltrent en milieu poreux sous la surface, pour aller recharger la grande nappe phréatique qui alimente les sources situées de chaque côté des Cascades.

Ce trou est là depuis toujours, d’après le porte-parole du Willamette National Forest …  c’est en fait le skylight d’un tunnel de lave.

A proximité de Hoodoo, diverses formations volcaniques pourraient être responsables de l’une de ces coulées de lave canalisées :

- Hodoo butte, un cinder cone qui recouvre le bord ouest de Hayrick butte.

- Hayrick butte est un tuya ou volcan sous-glaciaire, adjacent au premier nommé. Il est caractérisé par un plateau sommital plat, triangulaire de 800 mètres de longueur maximale, et des parois quasi verticales de 210 mètres.

Hoodoo Butte, après un feu de forêt en septembre - photo Rvannatta

Hoodoo Butte, après un feu de forêt en septembre - photo Rvannatta

Hayrick Butte, un bel exemple de tuya / Oregon - photo Jsayre64

Hayrick Butte, un bel exemple de tuya / Oregon - photo Jsayre64

A plusieurs kilomètres à l’ouest du Lost lake, des trous de drainages similaires existent au Fish Lake, à la jonction entre la Highway 20 et la Highway 126.

Le Fish Lake connait lui aussi des cycles saisonniers. Il est situé entre deux volcans : le Mont McLoughlin au nord, et Brown Mountain au sud.

Brown Mountain - Pacific Crest Trail - photo Michael  McCullough  / Flickr

Brown Mountain - Pacific Crest Trail - photo Michael McCullough / Flickr

Le Mont McLoughlin, depuis le Willow Lake  / Oregon - photo Little Mountain 5

Le Mont McLoughlin, depuis le Willow Lake / Oregon - photo Little Mountain 5

Brown Mountain est responsable de coulées de lave basalto-andésitiques, anciennes de 2.000 ans, qui entourent le rive sud de Fish Lake.

Le Mont McLoughlin est un cône aux parois abruptes construit au sommet d’un volcan-bouclier. Le volcan apparaît il y a moins de 700 000 ans. Trois étapes caractérisent son activité éruptive. La première se distingue par une période explosive qui forme un cône volcanique dont la hauteur remarquable approche les 900 mètres. La présence d'un volcan bouclier ancestral sous ce cône pourrait expliquer cette anomalie. Au cours de la deuxième étape, vers 200 000 ans BP, des coulées de lave andésitique sont émises depuis le sommet du cône et l'ensevelissent. La troisième étape se caractérise par des émissions d'andésitique visqueuse depuis les abords du sommet, comme en témoignent les anciennes bouches éruptives de North et South Squaw Tip sur le versant occidental, et de laves plus fluides depuis la base du volcan, essentiellement au sud. Les coulées de lave les plus récentes ont entre 25 et 30 000 ans ; elles sont contemporaines de la dernière glaciation.

 

Sources :

- Treehugger science - Oregon's Lost Lake is disappearing through a strange hole - link

- The Bulletin  - Lost Lake shrinking down a hole / Lava tube drains lake on Santiam Pass - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L' INGV / Institut National de géophysique et de vulcanologie, Observatoire de l'Etna, a communiqué que les réseaux de surveillance ont enregistré ce 3 mai 2015, à 6h50 une soudaine variation des paramètres. Au cours de la nuit, une augmentation du trémor volcanique est notée, dépassant le premier seuil d’alerte.(via Parco dell'Etna)

Ce matin, Boris Behncke signale des émissions pulsatilles  de la part de la Voragine, accompagnées d’une augmentation du trémor.

A suivre …

Etna vers 7h ce 03.05.2015 - émissions pulsatilles de la Voragine (pas de cendres) - photo Boris Behncke / Twitter

Etna vers 7h ce 03.05.2015 - émissions pulsatilles de la Voragine (pas de cendres) - photo Boris Behncke / Twitter

Etna en matinée du 3 mai - fort dégazage et qq. explosions- photo Turi Caggegi / iEtna

Etna en matinée du 3 mai - fort dégazage et qq. explosions- photo Turi Caggegi / iEtna

Etna - Augmentation du trémor 03.05.2015 / 10h01 - doc. INGV Catania

Etna - Augmentation du trémor 03.05.2015 / 10h01 - doc. INGV Catania

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’Axial seamount, un volcan sous-marin actif situé à 300 miles des côtes de l’Oregon et de Washington  à l’ouest des Etats-Unis, semble être entré en éruption fin avril … suivant la prédiction faite en septembre dernier par le géologues Bill Chadwick / Oregon State University – OSU, et Scott Nooner / North Carolina Wilmington University.

Axial seamont - bathymétrie (exagérée) du volcan sous-marin - doc. NOAA

Axial seamont - bathymétrie (exagérée) du volcan sous-marin - doc. NOAA

Localisation de l'Axial seamont sur la dorsale Juan de Fuca - Doc. NOAA & GVPLocalisation de l'Axial seamont sur la dorsale Juan de Fuca - Doc. NOAA & GVP

Localisation de l'Axial seamont sur la dorsale Juan de Fuca - Doc. NOAA & GVP

Ils ont basé leur prédiction sur le modèle d’inflation du plancher océanique avant, pendant et après l’éruption depuis 1998. Depuis vendredi dernier, un essaim de séismes marque le seamount, signe de mouvements magmatiques vers la surface; ces séismes, et la baisse de niveau de 2,4 mètres du plancher océanique, signe que du magma était retiré du réservoir magmatique sous le sommet, laissent supposer une activité.

D’après Chadwick, " on ne sait pas encore si les séismes et la déflation de l’Axial seamount  sont liés à une éruption à part entière, ou s’il s’agit d’une grande intrusion magmatique qui n’a pas encore atteint la surface … des indices laissent penser à une éruption, mais nous ne serons certains qu’en allant voir sur place ". Une expédition est prévue pour le mois d’août … elle sera peut-être avancée en mai.

Event éruptif de l'Axial seamont - photo Bill Chadwick / OSU / 2011

Event éruptif de l'Axial seamont - photo Bill Chadwick / OSU / 2011

L’Axial seamount  constitue un laboratoire idéal pour les scientifiques, en raison de sa proximité avec la côte NO des Etats-Unis, et de sa structure unique.

Situé sur une portion fine de croûte océanique, son système de plomberie est plus simple que la plupart des volcans terrestres. Dès 2006, Chadwick et Nooner avaient déclaré qu’une éruption pouvait s’y produire avant 2014 … ce fut en 2011 ! Depuis cette dernière éruption, ils ont affiné leurs prévisions et annoncé une éruption pour 2015, sur base d’une hausse du ratio d’inflation de 400% depuis ce moment. 

Nous avons appris que le ratio d’apport magmatique a une influence sur le laps de temps séparant les éruptions "  déclare Nooner, "  lorsque le ratio d’apport magmatique est faible,  un espace de treize ans sépare deux éruptions ; Mais aujourd’hui que la ratio est élevé, cela ne prend que quatre années ".

Séries de phénomènes inflatoires et déflatoires marquant  le centre de la caldeira de l'Axial seamount ayant servi de base à la prévision des scientifiques - Plot of the long-term time-series of inflation/deflation at the center of Axial Caldera on which the 2015 forecast was based, updated with the 2015 eruption in orange (using OOI Cabled Array data). - doc. NOAA / PMEL

Séries de phénomènes inflatoires et déflatoires marquant le centre de la caldeira de l'Axial seamount ayant servi de base à la prévision des scientifiques - Plot of the long-term time-series of inflation/deflation at the center of Axial Caldera on which the 2015 forecast was based, updated with the 2015 eruption in orange (using OOI Cabled Array data). - doc. NOAA / PMEL

Sources :

- OSU / 30.04.2015 - Researchers think Axial Seamount off Northwest coast is erupting – right on schedule - link

- NOAA  / PMEL - Successful forecast of the 24 April 2015 eruption at Axial Seamount - link

- OSU / 2011 - Scientists find eruption at undersea volcano - after forecasting the event

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
La troisème éruption explosive du Calbuco le 30.04.2015 - photo Mario Ruiz / EPA

La troisème éruption explosive du Calbuco le 30.04.2015 - photo Mario Ruiz / EPA

Après quelques jours plus paisibles er démissions de petits panaches de gaz et cendres, le Calbuco a connu sa troisième éruption explosive significative, le 30.04.2015 à 13h08 locale (16h08 GMT), précédée 10-15 minutes avant par un pic de trémor.  Elle fut moins vigoureuse que les deux précédentes, mais accompagnée quand même d’un panache gris chargé en cendres de 3 à 5.000 mètres de hauteur, se dispersant vers le sud-est.

De possibles coulées pyroclastiques sont à l’origine de petits  lahars dans le Rio Blanco sud. Les matériaux pyroclastiques accumulés sur les parties hautes du volcan pourraient être remobilisées par les pluies et donner naissance à des lahars secondaires.

Le panache de cendres du Calbuco et Puerto Montt  - photo Francesco Negroni / AP 30.04.2015

Le panache de cendres du Calbuco et Puerto Montt - photo Francesco Negroni / AP 30.04.2015

Nuage de cendres du Calbuco sur Cochamó le 30.04.2015 - photo Meteorologica / Twitter

Nuage de cendres du Calbuco sur Cochamó le 30.04.2015 - photo Meteorologica / Twitter

La Nasa a fourni une compilation des données concernant le dioxyde de soufre émis entre le 23 et le 29 avril, traduit per une image montrant la dérive du panache de gaz en direction du nord-est puis de l’est.

Eruption du Calbuco - Déplacement des émisions de dioxyde de soufre entre le 23 et le 29 avril 2015 - doc. Compilation of AIRS sulfur dioxide data from April 23-29, 2015, showing the Calbuco plume spreading eastward. NASA

Eruption du Calbuco - Déplacement des émisions de dioxyde de soufre entre le 23 et le 29 avril 2015 - doc. Compilation of AIRS sulfur dioxide data from April 23-29, 2015, showing the Calbuco plume spreading eastward. NASA

Sources :

- SERNAGEOMIN - rapport du 30.04.2015

- Nasa doc. AIRS dispersion du SO2

Lire la suite

<< < 1 2 3 4

Articles récents

Hébergé par Overblog