Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’IGEPN rapporte que l’activité de surface du volcan a diminué ces dernières semaines, caractérisée par l’émission de panaches de gaz peu chargés en cendres, et montant entre 1.000 et 2.500 mètres au-dessus du cratère.

Cotopaxi - 21.09.2015 - photo Benjamin Bernard  / IGEPN

Cotopaxi - 21.09.2015 - photo Benjamin Bernard / IGEPN

Les caractéristiques sismiques se sont par contre modifiées : le nombre de séismes LP / longue période  associés à des mouvements de fluides, et le trémor d’émission ont  diminué ; le nombre de séismes VT a de son côté rapidement augmenté, avec un total de 221 séismes VT/ 24 h. le 21 septembre. Ces séismes de faible ampleur sont liés à des ruptures au sein de l’édifice ; ils sont situés à moins de 12 km de profondeur sous le cratère. De plus des infrasons et de petits évènements sismiques s’y sont ajoutés.

Les glaciers qui chapeautent le Cotopaxi sont affectés par l’activité éruptive, et un petit lahar  en relation avec la fonte glaciaire a pu être observé dans la quebrada  Agualongo, sur le flanc ouest.

Depuis début septembre, les inclinomètres indiquent des variations importantes, coïncidant avec l’augmentation du nombre de séismes VT.

Cotopaxi - à gauche, nombre de séismes journaliers - à droite, profondeur des différents séismes, classés par genre - doc. IGEPN - un clic pour agrandirCotopaxi - à gauche, nombre de séismes journaliers - à droite, profondeur des différents séismes, classés par genre - doc. IGEPN - un clic pour agrandir

Cotopaxi - à gauche, nombre de séismes journaliers - à droite, profondeur des différents séismes, classés par genre - doc. IGEPN - un clic pour agrandir

Cotopaxi - anomalies thermiques sur les parties hautes du volcan et émissions de gaz au NO - photo & image  IGEPN /  P. Ramón/S. Vallejo

Cotopaxi - anomalies thermiques sur les parties hautes du volcan et émissions de gaz au NO - photo & image IGEPN / P. Ramón/S. Vallejo

Cotopaxi - dépôts de lahar dans la quebrada Agualongo du 20 septiembre 2015  - photo S. Arrais, IGEPN

Cotopaxi - dépôts de lahar dans la quebrada Agualongo du 20 septiembre 2015 - photo S. Arrais, IGEPN

L’IGEPN conclue à un épuisement  de l’énergie de l’intrusion magmatique  en relation avec l’activité de surface observée, et à une possible mobilisation du magma et une augmentation de la pression en profondeur.

De nouvelles explosions pourraient annoncer l’arrivée en surface de magma frais, en plus ou moins grand volume.

 

Source : Actualizacion de la actividad eruptiva – volcan Cotopaxi n°17 / 2015.09.23 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Explosion and ashes / gas plume from Telica - 09.23.2015 - photo Omar Alvarado / La Prensa

Explosion and ashes / gas plume from Telica - 09.23.2015 - photo Omar Alvarado / La Prensa

The Telica volcano presented this Wednesday, September 23 from 8:15 about several ashes explosions. The first lasted after 20 minutes, followed by two shorter, before a return to calm.

The explosions were accompanied by a large plume of ashes and gas rising from 400 to 500 meters depending on the source. According to INETER, the explosions could have been caused by the obstruction of the volcano's crater, following the eruptive activity of
may.

Ash fallout are reported on the northeastern and western of Nicaragua's volcano. Advice was given to the people by the COMUPRED /
Comité Municipal para la Prevención de Desastres, recalling the precautions to be taken by ash fall.
 

Telica - 09.23.2015 - photo Omar Alvarado / La Prensa

Telica - 09.23.2015 - photo Omar Alvarado / La Prensa

 Télica- ash fallout after the explosion 09/23/2015 - photo 19 El Tv

Télica- ash fallout after the explosion 09/23/2015 - photo 19 El Tv

Sources :

Médias locaux : La Prensa, Canal15 Nicaragua, El 19 Tv, Ultimas Noticias

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Explosion et panache de cendrres et gaz au Télica - 23.09.2015 - photo Omar Alvarado / La Prensa

Explosion et panache de cendrres et gaz au Télica - 23.09.2015 - photo Omar Alvarado / La Prensa

Le volcan Télica a présenté ce mercredi 23 septembre à partir de 8h15 environ plusieurs explosions de cendres. La première a duré 20 minutes, suivie de deux autres plus brèves, avant un retour au calme.

Les explosions se sont accompagnées d’un important panache de cendres et gaz montant entre 400 et 500 mètres selon les sources. Selon l’INETER, ces explosions pourraient avoir été causées par l’obstruction du cratère du volcan, suite à l’activité éruptive du mois de mai.

Des retombées de cendres sont signalées sur le nord-est et l’ouest du Nicaragua. Des conseils ont été donné à la population par le COMUPRED / Comité Municipal para la Prevención de Desastres, rappelant les précautions à prendre vis-à-vis des retombées de cendres.

Télica - 23.09.2015 - photo Omar Alvarado / La Prensa

Télica - 23.09.2015 - photo Omar Alvarado / La Prensa

Télica- retombées de cendres après les explosions du 23.09.2015 - photo El 19 Tv

Télica- retombées de cendres après les explosions du 23.09.2015 - photo El 19 Tv

Sources :

Médias locaux : La Prensa, Canal15 Nicaragua, El 19 Tv, Ultimas Noticias

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Chimborazo, from El Santuario - photo José Luis Espinosa-Naranjo 2015

Chimborazo, from El Santuario - photo José Luis Espinosa-Naranjo 2015

Naia Morueta-Holme, a researcher at the University of California, Berkeley after a thesis at the University of Arhus in Denmark, and lead author of a study entitled " Strong upslope shifts in Chimborazo's vegetation over two centuries since Humboldt ",  analyzed the changes in vegetation on the upper slopes of the volcano Chimborazo in Ecuador.

The comparative study between the publications of Alexander von Humboldt in 1802 and scientific surveys on the same slopes 210 years after, can account for the influence of climate change on the spatial distribution of plant and animal species in this tropical region.

Plate of von Humboldt: "Geography of equinoctial plants" / from his "Essay on the Geography of Plants" - 1802

Plate of von Humboldt: "Geography of equinoctial plants" / from his "Essay on the Geography of Plants" - 1802

A. von Humboldt had detailed precisely, in his "Essai sur la Géographie des plantes", the distribution of wild and cultivated plant species during his ascent of the volcano, as well as the external conditions, temperature, humidity, atmospheric pressure, and the lower limit of the glaciers that cover it.

Two centuries later, scientists traveled like Humboldt on the south and eastern flanks of Chimborazo, with modern tools available today, cameras, computers, GPS, and compared their observations.

 

Illustration in the style of " Tableau physique des Andes et Pays voisins " of von Humboldt showing the difference in situation of Chimborazo between 1802 and 2012 - Doc. Morueta-Holme et al.

Illustration in the style of " Tableau physique des Andes et Pays voisins " of von Humboldt showing the difference in situation of Chimborazo between 1802 and 2012 - Doc. Morueta-Holme et al.

Glacier retreat has performed an average of two meters per year : they appeared at 4814 meters in 1802 and start to 5270 meters in 2012.

The plant growth limit has increased by approximately 500 meters to the top; a plant of the family of gentians, of Espeletia y Chuquiraga kind, are growing between 2,000 and 4,100 m according to von Humboldt, is left with a limit to 4,600 m. A grass, known as pajonal and quoted in 1802 at an altitude of 4,600 m, is now found to 5.100 m.

Official documents of the Ecuadorian Republic, and global data allow to estimate that Chimborazo's temperature rise to 2 ° C since 1802.

An average ratio of temperature change of 6 ° C per 1000 meters, reinforced by other mountain climate studies, allow to calculate a maximum increase of plant growth altitude of 410 meters since the visit of Humboldt. Despite a slight delay with the forecasts, we can establish a relationship between climate change and the limits of plant growth in the tropics ... von Humboldt data being prior to the Industrial Revolution and global warming linked, they allow an analysis of changes in that ecosystem in 200 years.

However, other factors are not completely rule: first, the ash emitted by the neighbor volcano Tungurahua, again active since 1999, may have also influenced the glacial melt (black body on the ice). On the other hand, the change of the population and agro-pastoral habits could also alter the migration of vegetation: cultures formerly limited to 3,600 meters above sea level are meeting today to 3,800 meters, and meadows areas were also more extensive.


 

A. von Humboldt and A. Bonpland in Chimborazo - painting from Friedrich Georg Weitsch 1810

A. von Humboldt and A. Bonpland in Chimborazo - painting from Friedrich Georg Weitsch 1810

The quality of these works - and it must be emphasized scrupulous note taking by von Humboldt - shows that major changes have already taken place, " even, as Morueta-Holme concludes, if the temperature rise was below forecasts for the end of the century, we can expect more changes in the future. "

 

Sources :

- El Pais - Un dibujo de Humboldt de hace 200 años prueba el cambio climático - link

- El Comercio / Planeta  - Un estudio alerta sobre cambios en el Chimborazo - link

The summit of Chimborazo in 2010 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

The summit of Chimborazo in 2010 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Le sommet du Chimborazo en 2010 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Le sommet du Chimborazo en 2010 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Naia Morueta-Holme, chercheur à l’Université de Californie à Berkeley après une thèse à l’Université d’Arhus au Danemark, et auteur principal d’une étude intitulée " Strong upslope shifts in Chimborazo’s vegetation over two centuries since Humboldt ", a analysé les changements de végétation sur les pentes supérieures du volcan Chimborazo en Equateur.

L’étude comparative, entre les publications d’Alexander von Humboldt en 1802 et les relevés scientifiques effectués sur les mêmes pentes 210 ans après, permet de rendre compte de l’influence du réchauffement climatique sur la distribution spatiale des espèces végétales et animales dans cette région tropicale.

Planche de von Humboldt : "Géographie des plantes équinoxiales" / de son "Essai sur la Géographie des plantes"- 1802

Planche de von Humboldt : "Géographie des plantes équinoxiales" / de son "Essai sur la Géographie des plantes"- 1802

A.von Humboldt avait détaillé très précisément, dans son "Essai sur la Géographie des plantes", la distribution des espèces végétales sauvages et cultivées lors de son ascension du volcan, de même que les conditions extérieures, température, humidité, pression atmosphérique, ainsi que la limite inférieure des glaciers qui le recouvrent.

Deux siècles plus tard, les scientifiques ont parcouru comme Humboldt les flancs sud et est du Chimborazo, avec les outils modernes à leur disposition aujourd’hui, caméras, ordinateurs, GPS, et comparé leurs observations.

Illustration dans le style du " Tableau physique des Andes et Pays voisins " de von Humboldt montrant la différence de situation du Chimborazo entre 1802 et 2012 – doc. Morueta-Holme & al.

Illustration dans le style du " Tableau physique des Andes et Pays voisins " de von Humboldt montrant la différence de situation du Chimborazo entre 1802 et 2012 – doc. Morueta-Holme & al.

Le recul des glaciers s’est effectué à une moyenne de deux mètres par an : ils apparaissaient à 4.814 mètres en 1802 et commencent à 5.270 mètres en 2012.

La limite de croissance des plantes a augmentée d’environ 500 mètres vers le haut ; une plante de la famille des gentianes du genre Espeletia y Chuquiraga, croissant entre 2.000 et 4.100 m selon von Humboldt, se retrouve avec une limite à 4.600 m. Une graminée, connue comme pajonal et citée en 1802 à une altitude de 4.600 m, est aujourd’hui trouvée jusqu’à 5.100 m.

Les documents officiels de la République Equatorienne, et les données globales permettent d’estimer une élévation de température du Chimborazo à 2°C depuis 1802.

Un ratio moyen de variation de température de 6°C par 1.000 m d’altitude, conforté par d’autres études du climat de montagne permettent de calculer une augmentation maximum de l’altitude de croissance des plantes de 410 mètres depuis la visite d’Humboldt. Malgré un léger décalage avec les prévisions, on peut établir une relation entre le changement climatique et les limites de croissance des plantes en zone tropicale … les données de von Humboldt étant antérieures à la Révolution industrielle et au réchauffement climatique lié, elles autorisent une analyse des changements dans cet écosystème sur 200 ans.

Toutefois d’autres facteurs ne sont pas à exclure totalement : d’une part, les cendres émises par le volcan voisin Tungurahua, de nouveau actif depuis 1999, peuvent avoir influencé aussi la fonte glaciaire (corps noir sur la glace). D’autre part, la modification de la population et des habitudes agro-pastorales ont pu aussi modifier la migration de la végétation : les cultures autrefois limitées à 3.600 mètres d’altitude se rencontrent aujourd’hui jusqu’à 3.800 mètres, et les zones de prairies se sont également plus étendues.

A. von Humboldt et A. Bonpland au Chimborazo - tableau de Friedrich Georg Weitsch 1810

A. von Humboldt et A. Bonpland au Chimborazo - tableau de Friedrich Georg Weitsch 1810

La qualité de ces travaux - et il faut encore souligner la prise scrupuleuse de notes par von Humboldt – montre que des changements majeurs ont déjà eu lieu, " même , comme le conclut Morueta-Holme, si l’augmentation de température a été inférieure aux prévisions pour la fin du siècle, nous pouvons attendre plus de changements dans l’avenir ".

 

Sources :

- El Pais - Un dibujo de Humboldt de hace 200 años prueba el cambio climático - link

- El Comercio / Planeta  - Un estudio alerta sobre cambios en el Chimborazo - link

Le Chimborazo, depuis El Santuario - photo José Luis Espinosa-Naranjo 2015

Le Chimborazo, depuis El Santuario - photo José Luis Espinosa-Naranjo 2015

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Ubinas / Peru - 09.21.2015 / 9:14 - photo Fredy Apaza / INGEMMET

Ubinas / Peru - 09.21.2015 / 9:14 - photo Fredy Apaza / INGEMMET

The Ubinas, near Arequipa, in Peru, issued twice significant amounts of ash, yesterday September 21, 2015, at 9:14 and 10:17 a.m. respectively. The plumes are mounted at 1500 and 1400 meters above the crater before spreading over 10 km towards S-SE. Ash fallout are reported on Querapi, Ubinas, Tonohaya, Sacohaya, Anascapa and San Miguel.

The INGEMMET had expected an explosion and emission of ash in view of thermal and seismic parameters, suggesting an obstruction of the volcanic conduit.

Source: OVI / INGEMMET

Piton de la Fournaise - photo Fournaise-info 09/19/2015

Piton de la Fournaise - photo Fournaise-info 09/19/2015

The situation at the Piton de la Fournaise is stable, with all indicators at high levels, as indicated in the deferred bulletin issued by OVPF:

" On the site eruptive:
- Fountains are much less frequent and less high
- The eruptive cone reaches 25-30 meters high
- The level of the lava lake sank quickly into the night of Thursday 17 to Friday 18
- Many ephemeral mouths are open and are still open on the length of / tunnel (s) close (50m) and away (500 to 700m) of assets vent. In the night of Thursday (17) to Friday (18) a long arm of flow was set up towards the wall at about 500 m east of the one that was formed on August 24.
- From the eruptive vent, escape:
* (I) a large amount of SO2 in a plume which rotates with the wind and sometimes rises beyond 3,000 m;
* (Ii) a thick white plume. It is located at the location of one of two wells which formed the eruptive cone. This closes gradually by edifying. The white color of this characteristic plume of water vapor;
* (Iii) sometimes much darker plume. The cone in formation is high and relatively unstable in its upper part. The wall collapses are not uncommon. It is they that cause these dark plumes. "

Source: OVPF / IPGP

The Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS) on NASA’s Aqua satellite acquired this natural-color image of the plume on September 20, 2015. Red outlines indicate hot spots where the sensor detected unusually warm surface temperatures - doc. NASA EO

The Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS) on NASA’s Aqua satellite acquired this natural-color image of the plume on September 20, 2015. Red outlines indicate hot spots where the sensor detected unusually warm surface temperatures - doc. NASA EO

False alarm at Mount Meru where ash plume was spotted by satellites and passenger airliners.
The origin of the plume was confirmed as being connected to a fire, in the absence of seismic activity and detecting SO2 in the plume, and since the eccentric position.

Sources :

- Nasa Earth Observatory

- KTN News Kenya – Mt. Meru in Tanzania on fire

- Eruptions / blog d'E.Klemetti

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Ubinas / Pérou - 21.09.2015 / 9h14 - photo Fredy Apaza / Ingemmet

Ubinas / Pérou - 21.09.2015 / 9h14 - photo Fredy Apaza / Ingemmet

L’Ubinas, proche d’Arequipa au Pérou, a émis par deux fois d’importantes quantités de cendres, hier 21 septembre 2015, respectivement à 9h14 et 10h17. Les panaches sont montés à 1500 et 1400 mètres au-dessus du cratère avant de se disperser sur plus de 10 km en direction S-SE. Des retombées de cendres sont signalées sur Querapi, Ubinas, Tonohaya, Sacohaya, Anascapa et San Miguel.

L’Ingemmet avait prévu une explosion et une émission de cendres au vu des paramètres thermiques et sismiques suggérant une obstruction du conduit volcanique.

Source : OVI / INGEMMET

Piton de La Fournaise - photo Fournaise-info 19.09.2015

Piton de La Fournaise - photo Fournaise-info 19.09.2015

La situation au Piton de La Fournaise reste stable, avec l’ensemble des indicateurs à des niveaux élevés, comme précisé dans le bulletin différé émis par l’OVPF :

" Sur le site éruptif :
-    les fontaines sont beaucoup moins fréquentes et moins hautes
-    le cône éruptif atteint 25 à 30 mètres de haut
-    le niveau du lac de lave est descendu rapidement dans la nuit de jeudi 17 à vendredi 18
-    de nombreuses bouches éphémères se sont ouvertes et s’ouvrent encore sur toute la longueur du/des tunnel(s) à proximité (50m) et loin (500 à 700m) de l’évent actif. Dans la nuit de jeudi (17) à vendredi (18) un long bras de coulée s’est mis en place en direction du rempart à environ 500 m plus à l’est de celui qui s’était formé le 24 août.
-    depuis l’évent éruptif, s’échappent :

* (i) une grande quantité de SO2 dans un panache qui tourne avec le vent et s’élève parfois au-delà de 3000 m d’altitude ;

* (ii) un panache blanc épais. Il est localisé à l’emplacement d’un des deux puits qui formait le cône éruptif. Ce dernier se referme peu à peu en s’édifiant. La couleur blanche de ce panache caractéristique de la vapeur d’eau ;

* (iii) parfois un panache beaucoup plus sombre. Le cône en formation est haut et relativement instable dans sa partie haute. Les effondrements de parois ne sont pas rares. Ce sont eux qui entrainent ces panaches sombres."

Source : OVPF / IPGP

Région du Mt Méru - panache détécté par le satellite Aqua MODIS en couleurs naturelles ; les points chauds sont indiqués en rouge - doc Nasa Earth Observatory

Région du Mt Méru - panache détécté par le satellite Aqua MODIS en couleurs naturelles ; les points chauds sont indiqués en rouge - doc Nasa Earth Observatory

Fausse alerte au Mont Méru où un panache de cendres avait été repéré par les satellites et les passagers d’avions de ligne.

On a pu confirmer l’origine du panache comme étant liée à un incendie, en absence d’activité sismique et de détection de SO2 dans la panache, et étant donné la position excentrique de son origine .

Sources :

- Nasa Earth Observatory

- KTN News Kenya – Mt. Meru in Tanzania on fire

- Eruptions / blog d'E.Klemetti

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Piton de la Fournaise - 09.21.2015 / 4:45 - webcam Piton Bert / OVPF

Piton de la Fournaise - 09.21.2015 / 4:45 - webcam Piton Bert / OVPF

The eruption continues at Piton de la Fournaise ... and as Imazpress said, "the volcano smokes" Since Friday night, a thick plume indicates the presence of water in the system; after Nicolas Villeneuve, " the water is coming from rain or atmosphere. We have a cooling phenomena in the downstream part of the cone. In such cases, there is an overpressure and a very low explosive phenomena ... on the site, observers indicate that the activity has weakened, since there is a confinement of the cone. We still have a lot of small flows that will spread from ephemeral vents that open to the lava tunnel by overpressure ".
 

Piton de la Fournaise, the active cone on 09/19/2015 - photo Fournaise-info

Piton de la Fournaise, the active cone on 09/19/2015 - photo Fournaise-info

Piton de la Fournaise, the lava flow on 09/19/2015 - photo Fournaise-info

Piton de la Fournaise, the lava flow on 09/19/2015 - photo Fournaise-info

Access to Enclos remains prohibited, and hikers have been fined after being escorted by the police to the Pas de Bellecombe ... Safety first: the Enclos will not reopen until a drop in activity will not permit to trace a path and develop a platform.

An interesting table on the site Furnace-info, recaps the eruptions of the Piton de la Fournaise since 1977:
http://fournaise.info/eruptions_tableau.php

Année

Dates de l'éruption

Durée en jours

Remarques

1977
5 avril / 16 avril
11 jours
Les habitants de Bois-Blanc sont évacués, une douzaine de cases sont détruites, la lave épargne l'église de Piton Ste Rose avant de se jeter dans l'océan.
1979
28-mai
24 heures
 
 
13-juil
5 heures
 
1981
février
  3 phases éruptives jusqu'au mois d'avril
1984
4 décembre 83 / 18 février 84
  Très belles fontaines de lave, éruption spectaculaire.
1985
14 juin / 10 octobre
 
 
1986
20 mars / 29 mars
10 jours
La lave se jette dans l'océan, la Réunion gagne 24 hectares sur la mer.
1987
De 1987 à 1992,
l'activité du volcan est très régulière (une éruption par année sauf en 1989).
La dernière survient en 1992, avant que la Fournaise n'entame une longue période de sommeil de 6 ans.
1988
1990
1991
1992
1998
9 mars / 21 septembre
196 jours
L'éruption du siècle après 6 ans de silence
2000
14 février / 4 mars
18 jours
Formation du Piton Célimène
 
23 juin / 30 juillet
37 jours
Formation du Piton Pérvédi
 
12 octobre / 13 novembre
30 jours
Formation du Piton Morgabim
2001
27 mars / 4 avril
8 jours
Formation du Piton Tourkal
 
11 juin / 7 juillet
26 jours
Formation du Piton Madoré
2002
4 janvier / 16 janvier
12 jours
Très belle éruption qui se jette également dans l'océan
 
16 novembre / 3 décembre
18 jours
Spectacle grandiose avec de très nombreuses rivières de lave qui dévalent les pentes jusqu'à  l'océan
2003
21 juin / 5 juillet
15 jours
 
 
22 août / 27 août
6 jours
 
 
1er octobre / 2 octobre
13 heures
 
2004
7 janvier / 10 janvier
4 jours
 
2004
2 mai / 18 mai
17 jours
Eruption descendue à  1,8 km de la RN 2. Belles projections spectaculaires dans l'enclos.
2004
13 août / 9 septembre
27 jours
Eruption exceptionnelle : 3 cratères apparaissent au bord de l'océan sur un platier de 9 ha.
2005
17 février / 4 mars
16 jours
 
2005
4 octobre / 17 octobre
14 jours
 
2005
29/30 novembre
2 jours
 
2005
2006
26 déc / 18 janvier
24 jours
 
2006
20 juillet / 14août
25 jours
 
2006
30 août / 1 janvier 2007
125 jours
Formation des Pitons Wouandzani et Moinama.
2007
18 / 19 février 2007
10 h
 
2007
30 / 31 mars 2007
9 h
 
2007
2 avril / 1 mai 2007
30 jours
Eruption exceptionnelle : effondrement spectaculaire du Dolomieu, le village du Tremblet isolé pendant plusieurs semaines.
2008
2009
15 décembre/ 4 février
52 jours
Petite éruption confinée dans le Dolomieu (non visible par le grand public)
2010
2 janvier/12 janvier
11 jours
Petite éruption, également dans le cratère Dolomieu
2010
14 octobre /31 octobre
18 jours
Eruption tranquille dans le secteur du Chateau-Fort. Petites fontaines de lave le long de la fissure éruptive.
2010
9 / 10 décembre
15 h
Petite éruption en face du Pas de Bellecombe.
2014
21 juin
20 h
Eruption à proximité du sommet, à près de 2500 mètres d’altitude, sur le flanc sud-est du volcan.
2015
4 février / 15 février
12 jours
Eruption vers le cratère Rivals. Fontaines et rivières de lave assez abondantes le premier jour, diminution rapide du trémor, puis coulées régulières avec petites projections pendant 10 jours.
2015
17 mai / 31 mai
14 jours
Belle éruption soutenue et spectaculaire dans la partie sud de l'enclos. Diminution progressive de l'activité les 5 derniers jours
2015
31 juillet
50 h
Eruption visible depuis le Pas de Bellecombe.

Sources :

 - OVPF

- Local medias : Imazpress, Fournais-info, Clicanoo, l'Info.re

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Piton de La Fournaise - le 21.09.2015 / 4h45 - webcam Piton de Bert / OVPF

Piton de La Fournaise - le 21.09.2015 / 4h45 - webcam Piton de Bert / OVPF

L’éruption continue au Piton de La Fournaise … et comme le dit Imazpress, "le volcan s’enfume" : depuis vendredi soir, un épais panache témoigne de la présence d’eau dans le système ; d’après Nicolas Villeneuve, " c’est de l’eau venue des pluies ou de l’atmosphère. On a des phénomènes de refroidissement rapide dans la partie aval du cône. Dans ce genre de cas, il y a surpression et un phénomène explosif très faible… sur le site, les observateurs indiquent que l’activité s’est affaiblie, puisqu’il y a un renfermement du cône. On a encore beaucoup de petites coulées qui s’épanchent depuis des bouches éphémères qui s’ouvrent sur le tunnel de lave par surpression".

Piton de La Fournaise , le cône actif le 19.09.2015 - photo Fournaise-info

Piton de La Fournaise , le cône actif le 19.09.2015 - photo Fournaise-info

Piton de La Fournaise , la coulée de lave le 19.09.2015 - photo Fournaise-info

Piton de La Fournaise , la coulée de lave le 19.09.2015 - photo Fournaise-info

L’accès à l’Enclos reste interdit, et des randonneurs ont été verbalisés après avoir été escorté par les gendarmes vers le Pas de Bellecombe … Sécurité avant tout : l’Enclos ne rouvrira pas tant qu’une baisse d’activité ne permettra pas de tracer un sentier et d’aménager une plateforme.

Un intéressant  tableau, sur le site de Fournaise-info, récapitule les éruptions du Piton de La Fournaise depuis 1977 : http://fournaise.info/eruptions_tableau.php

Année

Dates de l'éruption

Durée en jours

Remarques

1977
5 avril / 16 avril
11 jours
Les habitants de Bois-Blanc sont évacués, une douzaine de cases sont détruites, la lave épargne l'église de Piton Ste Rose avant de se jeter dans l'océan.
1979
28-mai
24 heures
 
 
13-juil
5 heures
 
1981
février
  3 phases éruptives jusqu'au mois d'avril
1984
4 décembre 83 / 18 février 84
  Très belles fontaines de lave, éruption spectaculaire.
1985
14 juin / 10 octobre
 
 
1986
20 mars / 29 mars
10 jours
La lave se jette dans l'océan, la Réunion gagne 24 hectares sur la mer.
1987
De 1987 à 1992,
l'activité du volcan est très régulière (une éruption par année sauf en 1989).
La dernière survient en 1992, avant que la Fournaise n'entame une longue période de sommeil de 6 ans.
1988
1990
1991
1992
1998
9 mars / 21 septembre
196 jours
L'éruption du siècle après 6 ans de silence
2000
14 février / 4 mars
18 jours
Formation du Piton Célimène
 
23 juin / 30 juillet
37 jours
Formation du Piton Pérvédi
 
12 octobre / 13 novembre
30 jours
Formation du Piton Morgabim
2001
27 mars / 4 avril
8 jours
Formation du Piton Tourkal
 
11 juin / 7 juillet
26 jours
Formation du Piton Madoré
2002
4 janvier / 16 janvier
12 jours
Très belle éruption qui se jette également dans l'océan
 
16 novembre / 3 décembre
18 jours
Spectacle grandiose avec de très nombreuses rivières de lave qui dévalent les pentes jusqu'à  l'océan
2003
21 juin / 5 juillet
15 jours
 
 
22 août / 27 août
6 jours
 
 
1er octobre / 2 octobre
13 heures
 
2004
7 janvier / 10 janvier
4 jours
 
2004
2 mai / 18 mai
17 jours
Eruption descendue à  1,8 km de la RN 2. Belles projections spectaculaires dans l'enclos.
2004
13 août / 9 septembre
27 jours
Eruption exceptionnelle : 3 cratères apparaissent au bord de l'océan sur un platier de 9 ha.
2005
17 février / 4 mars
16 jours
 
2005
4 octobre / 17 octobre
14 jours
 
2005
29/30 novembre
2 jours
 
2005
2006
26 déc / 18 janvier
24 jours
 
2006
20 juillet / 14août
25 jours
 
2006
30 août / 1 janvier 2007
125 jours
Formation des Pitons Wouandzani et Moinama.
2007
18 / 19 février 2007
10 h
 
2007
30 / 31 mars 2007
9 h
 
2007
2 avril / 1 mai 2007
30 jours
Eruption exceptionnelle : effondrement spectaculaire du Dolomieu, le village du Tremblet isolé pendant plusieurs semaines.
2008
2009
15 décembre/ 4 février
52 jours
Petite éruption confinée dans le Dolomieu (non visible par le grand public)
2010
2 janvier/12 janvier
11 jours
Petite éruption, également dans le cratère Dolomieu
2010
14 octobre /31 octobre
18 jours
Eruption tranquille dans le secteur du Chateau-Fort. Petites fontaines de lave le long de la fissure éruptive.
2010
9 / 10 décembre
15 h
Petite éruption en face du Pas de Bellecombe.
2014
21 juin
20 h
Eruption à proximité du sommet, à près de 2500 mètres d’altitude, sur le flanc sud-est du volcan.
2015
4 février / 15 février
12 jours
Eruption vers le cratère Rivals. Fontaines et rivières de lave assez abondantes le premier jour, diminution rapide du trémor, puis coulées régulières avec petites projections pendant 10 jours.
2015
17 mai / 31 mai
14 jours
Belle éruption soutenue et spectaculaire dans la partie sud de l'enclos. Diminution progressive de l'activité les 5 derniers jours
2015
31 juillet
50 h
Eruption visible depuis le Pas de Bellecombe.

Sources :

- OVPF

- Médias locaux : Imazpress, Clicanoo, Fournaise-info, L'info.re

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Sismologie

Details concerning the mechanism of the earthquake in Chile on September 16 just been made by Marianne METOIS, from the Geology Laboratory of Lyon, on the CNRS website:

"The first analyzes of the mechanism to the home indicate that this is a subduction "classic" earthquake. The rupture occurred at the interface between the Nazca and South America plates, with a hypocenter depth which has was estimated between 11 and 25 km. This type of mechanism (known as reverse fault) positioned on the subduction trench explains the tsunami suffered on the coast of Chile near La Serena / Coquimbo with an amplitude of the waves (height crests) of 4 to 5m, and further south in Valparaiso with an amplitude of wave 1 to 2m
Page tsunami du NOAA / PTWC, http://www.ioc-sealevelmonitoring.org/

French teams of the ENS Geology Laboratory (CNRS, ENS Paris, Paris Sciences & lettres) and the Earth Physics Institute in Paris (CNRS, Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité) working in the area of ​​Coquimbo since 2004 proceeding to geodetic measurements of ground movement, as part of a Franco Chilean cooperation with the University of Chile in Santiago (International Associated Laboratory Montessus Ballore).

The today earthquake was preceded by an intraplate earthquake, that is to say, in the descending plate in 1997 (Punitaqui Earthquake Mw 7.1), roughly at the same latitude but more to the East. Specialists note that the inter-plate earthquakes of Iquique in 2014 and of Maule in 2010 had also been preceded by intra-plaque ruptures ( Tarapaca 2005 and  Chillian 1937 respectively).

During this earthquake to Illapel, the break seems to have spread both north and south from the hypocenter (bi-lateral spread), with the first analyzes of the source indicating a shift more important in the North than to the South. The earthquake take again the rupture of 1943, but with a higher magnitude (8.4 instead of 7.9 to 8.2 according the estimations), probably due to the extension to the south, or to a stronger slip between the plates.
The tsunami also more powerful than in 1943, suggesting a more intense break and / or more superficial. "

 

Earthquake Coquimbo / Chile - blocking Degree and slip distribution - Source: Original figure of Marianne METOIS Geology Laboratory of Lyon-Earth Environment (CNRS, Université Claude Bernard, Lyon ENS)

Earthquake Coquimbo / Chile - blocking Degree and slip distribution - Source: Original figure of Marianne METOIS Geology Laboratory of Lyon-Earth Environment (CNRS, Université Claude Bernard, Lyon ENS)

The Cidvc / investigation Centro y difusion of Volcanes de Chile states:

"The area affected by the recent earthquake registered a seismic deficit since 1943. After 72 years, an earthquake of M 8.3 (Usgs, last updated) affected the region. Reports indicate that it was perceived from Araucanía up from Tarapacá (about a distance of 3000 km). "

 

Seismic zone deficit since 1943 and area affected by the earthquake of 16.09 and its aftershocks - photo: LUN.COM

Seismic zone deficit since 1943 and area affected by the earthquake of 16.09 and its aftershocks - photo: LUN.COM

As part of the European Union Copernicus program, the Sentinel-1 stallite helped to generate interferometric images of the affected area (images of 245 in August and 17 September); their analysis will clarify the displacements following the earthquakes.
 

Earthquake of Coquimbo / 09.16.2015 - interferometric image InSARap / Google earth

Earthquake of Coquimbo / 09.16.2015 - interferometric image InSARap / Google earth

The ERCC / respone Emergency Coordination Center issued a map relative to the location of earthquakes and different heights of tsunami waves, listed on the north and south of the epicenter of the earthquake of 09/16/2015
 

Earthquakes and tsunami - Doc. ERCC / Daily Echo map 09/17/2015

Earthquakes and tsunami - Doc. ERCC / Daily Echo map 09/17/2015

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog