Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Colima 10.16.2015 / 7:55 a.m. - photo Tapiro foto / Mirador del Volcan

Colima 10.16.2015 / 7:55 a.m. - photo Tapiro foto / Mirador del Volcan

The Colima / Mexico present yesterday several explosions, one at 7:55 on the 16th, with a rising loaded ash plume at 2,000 meters above the crater.

A recent overview allows us to see changes in the summit crater.

 Summit Colima comparison between February 27 and October 11 - photo Hernando Rivera

Summit Colima comparison between February 27 and October 11 - photo Hernando Rivera

After the report of a plume of ash on 11 October, and glow in the crater of Copahue by the National Service of Geology and Mining of Chile,  the SERNAGEOMIN said in the newspaper Soy Chile that the event corresponds to a degassing process and causes no change in the alert level, which remains in Amarilla, seismicity remains at an intermediate level.

A volcano overflow on October 11 showed the disappearance of the acid crater lake El Agrio, replaced by deposits of falling material. Thermal images reveal a temperature of 500 ° C max. in the emission center.

On October 16, new ash emissions can be seen on the webcam Cavihue of SERNAGEOMIN, and photographed from Argentina.

Around 19:30, a tweet from SERNAGEOMIN indicates that the presence of a more superficial magmatic body has disrupted the hydrothermal system, leading to a rise in temperature, emissions of ash and gas and a permanent incandescence. The SERNAGEOMIN reiterates its recommendation to establish an exclusion zone of 2.5 km around the crater El Agrio.

 

The plume of  Copahueseen from Argentina - photo 10.16.2015 - photo J.Ovalle / Twitter

The plume of Copahueseen from Argentina - photo 10.16.2015 - photo J.Ovalle / Twitter

To the Piton de la Fournaise, an intensification of the eruption results in a high boiling lava inside the cone, accompanied by regular ground shaking in an area of ​​100-200 m. around the crater, is described by Franck Grondin. The crater appears to have cracked and we talk about threat of collapse.
 

Activity in Colima, Copahue, Piton de la Fournaise and Hawaii.
Anomalie thermique au Piton de La Fournaise - doc. MIROVA 16.10.2015 / MODIS

Anomalie thermique au Piton de La Fournaise - doc. MIROVA 16.10.2015 / MODIS

The OVPF  report on 17.10 that geophysical and geochemical indicators show abrupt changes around October 12:
- Tremor: surge
- Gas: strong increase
- Deformation: strong deflation
On the eruptive site:
The site and activity have changed in recent days. Cone still grows. Its footprint exceeds 100 m in diameter and its height is estimated at 40 m. The increased flow of SO2 released to the vent creates very large bubbles that "splash" the external walls by large "packets" of lava. Compared with observations October 12 bubble size, the size of "shreds" and projected distance reached by the projections are no common measures. (Note the change of vocabulary) The whole is more important including frequent outbursts.


 

Projections at Piton de la Fournaise - Doc. in OVPF 10/17/2015 report

Projections at Piton de la Fournaise - Doc. in OVPF 10/17/2015 report

Piton de la Fournaise - left, RSAM (seismic intensity) recorded by the Station Rivals since the beginning of the eruption.- right, Evolution of the average flow rate (average Time Discharge Rate) since 24 août.- Doc. OVPF / IPGP - one click to  enlargePiton de la Fournaise - left, RSAM (seismic intensity) recorded by the Station Rivals since the beginning of the eruption.- right, Evolution of the average flow rate (average Time Discharge Rate) since 24 août.- Doc. OVPF / IPGP - one click to  enlarge

Piton de la Fournaise - left, RSAM (seismic intensity) recorded by the Station Rivals since the beginning of the eruption.- right, Evolution of the average flow rate (average Time Discharge Rate) since 24 août.- Doc. OVPF / IPGP - one click to enlarge

In Hawaii, many lava breakouts occur on the said June 27 lava flow between 2.2 and 6.3 kilometers northeast of Pu'u O'o.

A beautiful video of Paradise Helicopters / Bruce Omori explains us what they call "nosebleeds".

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Colima 16.10.2015 / 7h55 - photo Tapiro foto / Mirador del Volcan

Colima 16.10.2015 / 7h55 - photo Tapiro foto / Mirador del Volcan

Le Colima / Mexique a présente hier plusieurs explosions, dont une vers 7h55 le 16, avec un panache chargé en cendres montant à 2.000 mètres au-dessus du cratère.

Un récent survol nous permet de constater les changements du cratère sommital.

Sommet du Colima comparaison entre le 27 février et le 11 octobre - photo Hernando Rivera

Sommet du Colima comparaison entre le 27 février et le 11 octobre - photo Hernando Rivera

Après le rapport d’un panache de cendres le 11 octobre, et d’incandescence dans le cratère du Copahue par le Service National de Géologie et des Mines du Chili, le Sernageomin a précisé dans le quotidien Soy Chile que l’évènement correspond à un processus de dégazage et ne cause pas de changement du niveau d’alerte, qui reste à Amarilla, la sismicité restant à un niveau intermédiaire.

Un survol du volcan le 11 octobre a permis de constater la disparition du lac acide du cratère Agrio, remplacé par des dépôts de matériaux de chute. Les images thermiques révèlent une température de 500°C max. au centre d’émission.

Le 16 octobre, de nouvelles émissions de cendres sont visibles sur la webcam Cavihue du Sernageomin, et photographiées depuis l’Argentine. Vers 19h30, un tweet de Sernageomin signale que la présence d’un corps magmatique plus superficiel a perturbé le système hydrothermal, induisant une hausse de température, les émissions de cendres et gaz et une incandescence permanente. Le Sernageomin réitère sa recommandation d’établir une zone d’exclusion de 2,5 km autour du cratère El Agrio.

Le panache du Copahue vu de l'Argentine - photo 16.10.2015 - photo J.Ovalle / Twitter

Le panache du Copahue vu de l'Argentine - photo 16.10.2015 - photo J.Ovalle / Twitter

Au Piton de La Fournaise, une intensification de l’éruption se traduit par un fort bouillonnement de la lave à l’intérieur du cône, accompagné d’un tremblement régulier du sol dans un périmètre de 100-200 m. autour du cratère, est décrit par Franck Grondin. Le cratère semble s’être fissuré et on parle de menace d’effondrement

Cône actif du Piton de La Fournaise - photo  Franck Dontenwill  /  Fournaise.info / 16.10.2015

Cône actif du Piton de La Fournaise - photo Franck Dontenwill / Fournaise.info / 16.10.2015

L’OVPF signale dans son rapport du 17.10 que les indicateurs géophysiques et géochimiques montrent des changements brutaux autour du 12 octobre :
-    Trémor : augmentation forte
-    Gaz : augmentation forte
-    Déformation : déflation forte
Sur le site éruptif :
Le site et l’activité ont beaucoup changé ces derniers jours. Le cône a encore grossit. Son emprise au sol dépasse 100 m de diamètre et sa hauteur est estimée à 40 m. L’augmentation du flux de SO2 libéré à l’évent engendre de très grosses bulles qui " éclaboussent " les parois externes par de gros " paquets " de lave. En comparaison avec les observations réalisées le 12 octobre la taille des bulles, la taille des " lambeaux " projetés et la distance atteinte par les projections sont sans communes mesures. (Notez lz changement de vocabulaire) L’ensemble est bien plus important avec notamment débordements fréquents.

Projections au Piton de La Fournaise - doc. in rapport OVPF 17.10.2015

Projections au Piton de La Fournaise - doc. in rapport OVPF 17.10.2015

Piton de La Fournaise - à gauche, RSAM (intensité sismique) enregistré par la station Rivals depuis le début de l’éruption.- à droite, Evolution du débit moyen (Time average Discharge Rate) depuis le 24 août.- Doc. OVPF / IPGP - un clic pour agrandirPiton de La Fournaise - à gauche, RSAM (intensité sismique) enregistré par la station Rivals depuis le début de l’éruption.- à droite, Evolution du débit moyen (Time average Discharge Rate) depuis le 24 août.- Doc. OVPF / IPGP - un clic pour agrandir

Piton de La Fournaise - à gauche, RSAM (intensité sismique) enregistré par la station Rivals depuis le début de l’éruption.- à droite, Evolution du débit moyen (Time average Discharge Rate) depuis le 24 août.- Doc. OVPF / IPGP - un clic pour agrandir

A Hawaii, de nombreux épanchements de lave se produisent sur la coulée dite du 27 juin entre 2,2 et 6,3 km au nord-est du Pu’u O’o.

Une belle vidéo de Paradise helicopters / Bruce Omori nous détaille ce qu’ils appellent " des saignements de nez ".

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck

The last eruption of Papandayan in 2002: VEI 2, it concern the craters Kawah Baru and Kawah Nangklak and changing from phreatic to phreatomagmatic type (GVP)
 

Following a period of intense seismic activity, an phreatic eruption begins on November 11, 2002 at 15:30, at the Kawah Baru, one of its craters.

Ninety minutes later, part of its internal wall collapses and forms a debris avalanche rushing into the valley Cibeureum Gede; it will turn into lahar.

Papandayan - image Aster VNIR bands Nasa / doc. from thesis ofAgnes Mazot / ULB / Ref. in sources

Papandayan - image Aster VNIR bands Nasa / doc. from thesis ofAgnes Mazot / ULB / Ref. in sources

The phreatic phase will give way to a phreatomagmatic eruption until November 14; during this period, there are seven eruptive vents in the Kawah Baru, four responsible of the phreatomagmatic activity, three other make ash-producing eruptions.

On 14 November, between 0:17 and 11:50, it totals 17 phreatomagmatic eruptions, which produce gray ash plumes reaching between 500 and 1,000 meters above the vents.
On November 15, at 6:30 am, a powerful plume rises to 5,000 meters above the volcano.

Explosions of  average magnitudes will succeed at Baru crater until late November.

Papandayan - eruption of November 14, 2002 - doc VSI / GVP - New Papandayan crater formed on 11.11.2002; it is no longer active from 08.12.2002 and fills with water. Its diameter is about 300 m. - Doc. VSI - a click to enlargePapandayan - eruption of November 14, 2002 - doc VSI / GVP - New Papandayan crater formed on 11.11.2002; it is no longer active from 08.12.2002 and fills with water. Its diameter is about 300 m. - Doc. VSI - a click to enlarge

Papandayan - eruption of November 14, 2002 - doc VSI / GVP - New Papandayan crater formed on 11.11.2002; it is no longer active from 08.12.2002 and fills with water. Its diameter is about 300 m. - Doc. VSI - a click to enlarge

Meanwhile on 20 November, an eruption produced by the Kawah Nangklak propels his gray ash at 1,500 m; they will drift to a broad northern sector, and allow more than 2 cm. ash to 2 km. north-west. A visit by the volcanologists will see the effects of a lateral blast, which swept all the trees present inside the crater to the northeast, and left blocks, bread crust bombs and between 4 and 8 cm of wet ash.

On 21 and 22 November, explosions and gas emissions form gray to white plumes following the  ash content, mainly above the Kawah Baru, of high between 200 and 600 meters.

From November 23 to 25, the activity is dominated by ash explosions to Nangklak, while six other craters emit white gas plumes.

In the first half of December, a gray-white plume is emitted continuously at the Baru crater top 150-400 meters, then replaced by a white gas plume until December 22.

The Global Volcanism Program considers the eruption as completed between 19 and 22 December 2002; the alert level is lowered to 2 sometime in the second week of January 2003.

 

West Java -  Papandayan part 2

The evolution of the crater and the lake formed by the eruption of 2002 in pictures:
 

Papandayan - top, left in 2006 / Photo © M.Rietze - right, in July 2011 / photo © Devy Syahbana  - a click to enlarge / Downstairs, in 2005 / Photo © Jean-Michel MestdaghPapandayan - top, left in 2006 / Photo © M.Rietze - right, in July 2011 / photo © Devy Syahbana  - a click to enlarge / Downstairs, in 2005 / Photo © Jean-Michel Mestdagh
Papandayan - top, left in 2006 / Photo © M.Rietze - right, in July 2011 / photo © Devy Syahbana  - a click to enlarge / Downstairs, in 2005 / Photo © Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - top, left in 2006 / Photo © M.Rietze - right, in July 2011 / photo © Devy Syahbana - a click to enlarge / Downstairs, in 2005 / Photo © Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Crater lake of Papandayan in 2006 - Photo © M.Rietze

Crater lake of Papandayan in 2006 - Photo © M.Rietze

Papandayan - active fumaroles zone near the edges of the crater lake - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - active fumaroles zone near the edges of the crater lake - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - active fumaroles zone near the edges of the crater lake, close up - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - active fumaroles zone near the edges of the crater lake, close up - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Sources :

- Global Volcanism Program - Papandayan

- L'éruption du volcan Papandayan (Indonésie) en novembre 2002: aléas directs et induits – par Franck Lavigne & al. - link

- Activité hydrothermale des volcans Kelud et Papandayan et évaluation des flux de gaz carbonique – thèse de doctorat d’Agnès Mazot /U.L.B. - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La dernière éruption du Papandayan en 2002 : de VEI 2, elle concerne les cratères Kawah Baru et Kawah Nangklak, et évolue du type phréatique au type phréatomagmatique ( GVP)

 

Faisant suite à une période d’intense activité sismique, une éruption de type phréatique débute le 11 novembre 2002 à 15h30, au niveau du Kawah Baru, un de ses cratères.

Quatre-vingt minutes plus tard, une partie de sa paroi interne d’effondre et forme une avalanche de débris qui s’engouffre dans la vallée Cibeureum Gede ; elle se transformera en lahar.

Papandayan - Image Aster, bandes VNIR Nasa / in thèse de doctorat d’Agnès Mazot / U.L.B. / réf en sources

Papandayan - Image Aster, bandes VNIR Nasa / in thèse de doctorat d’Agnès Mazot / U.L.B. / réf en sources

La phase phréatique va céder la place à une éruption phréatomagmatique jusqu’au 14 novembre ; durant cette période, on compte sept évents éruptifs dans le Kawah Baru, dont quatre responsables de l’activité phréatomagmatique, les trois autres produisant des éruptions de cendres.

Le 14 novembre, entre 0h17 et 11h50, on totalise 17 éruptions phréatomagmatiques, qui produisent des panaches de cendres grises atteignant entre 500 et 1.000 mètres au-dessus des évents.

Le 15 novembre, à 6h30, un puissant panache s’élève jusqu’à 5.000 mètres au-dessus du volcan.

Des explosions d’ampleurs moyennes vont se succéder au cratère Baru jusque fin novembre.

Papandayan - éruption du 14 novembre 2002 - doc VSI / GVP - & Le nouveau cratère du Papandayan formé le 11.11.2002 ; il n’est plus actif à partir du 08.12.2002 et se remplit d’eau. Son diamètre est d’environ 300 m. – doc . VSI - un clic pour agrandir Papandayan - éruption du 14 novembre 2002 - doc VSI / GVP - & Le nouveau cratère du Papandayan formé le 11.11.2002 ; il n’est plus actif à partir du 08.12.2002 et se remplit d’eau. Son diamètre est d’environ 300 m. – doc . VSI - un clic pour agrandir

Papandayan - éruption du 14 novembre 2002 - doc VSI / GVP - & Le nouveau cratère du Papandayan formé le 11.11.2002 ; il n’est plus actif à partir du 08.12.2002 et se remplit d’eau. Son diamètre est d’environ 300 m. – doc . VSI - un clic pour agrandir

Entretemps le 20 novembre, une éruption produite par le Kawah Nangklak propulse ses cendres grises à 1.500 m ; elles vont dériver vers un large secteur nord, et laisser plus de 2 cm. de cendres sur 2 km. vers le nord-ouest. Une visite des volcanologues va constater les effets d’un blast latéral, qui a balayé tous les arbres présents à l’intérieur du cratère vers le nord-est, et laissé des blocs, des bombes en croûte de pain et entre 4 et 8 cm de cendres humides.

Les 21 et 22 novembre, des explosions et des émissions de gaz forment des panaches gris à blancs selon leur teneur en cendres, principalement au-dessus du Kawah Baru, hauts entre 200 et 600 mètres.

Du 23 au 25 novembre, l’activité est dominée par des explosions de cendres au Nangklak, tandis que six autres cratères émettent des panaches de gaz blancs.

Dans la première moitié de décembre, un panache gris-blanc est émis en continu au niveau du cratère Baru, haut de 150 à 400 mètres, puis remplacé par un panache de gaz blanc jusqu’au 22 décembre.

Le Global Volcanism Program considère l’éruption comme terminée entre le 19 et le 22 décembre 2002 ; le niveau d’alerte est rabaissé à 2  dans le courant de la seconde semaine de janvier 2003.

Papandayan – les évents actifs le 21 novembre 2002 : à gauche, le cratère Baru avec trois panaches blancset à droite, le cratère Nangklak avec un panache gris plus important – photo Igan S. Sutawidjaja (VSI).

Papandayan – les évents actifs le 21 novembre 2002 : à gauche, le cratère Baru avec trois panaches blancset à droite, le cratère Nangklak avec un panache gris plus important – photo Igan S. Sutawidjaja (VSI).

L'évolution des cratères et du lac formé par l'éruption de 2002 en images :

Papandayan - en haut, à gauche en 2006 / photo © M.Rietze - à droite, en juillet 2011  / photo © Devy Syahbana - un clic pour agrandir - En bas, en 2005 / Photo © Jean-Michel MestdaghPapandayan - en haut, à gauche en 2006 / photo © M.Rietze - à droite, en juillet 2011  / photo © Devy Syahbana - un clic pour agrandir - En bas, en 2005 / Photo © Jean-Michel Mestdagh
Papandayan - en haut, à gauche en 2006 / photo © M.Rietze - à droite, en juillet 2011  / photo © Devy Syahbana - un clic pour agrandir - En bas, en 2005 / Photo © Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - en haut, à gauche en 2006 / photo © M.Rietze - à droite, en juillet 2011 / photo © Devy Syahbana - un clic pour agrandir - En bas, en 2005 / Photo © Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Le lac du Papandayan en 2006 - photo © M.Rietze

Le lac du Papandayan en 2006 - photo © M.Rietze

Papandayan - zone de fumerolles active près des bords du lac - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - zone de fumerolles active près des bords du lac - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - zone de fumerolles active près des bords du lac - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - zone de fumerolles active près des bords du lac - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Sources :

- Global Volcanism Program - Papandayan

- L'éruption du volcan Papandayan (Indonésie) en novembre 2002: aléas directs et induits – par Franck Lavigne & al. - link

- Activité hydrothermale des volcans Kelud et Papandayan et évaluation des flux de gaz carbonique – thèse de doctorat d’Agnès Mazot /U.L.B. - link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Piton de La Fournaise - le cône actif et le champ de lave - photo Fournaise.infos

Piton de La Fournaise - le cône actif et le champ de lave - photo Fournaise.infos

L'éruption se poursuit au 53° jour, avec une belle intensité  décrite dans le rapport de l'Observatoire du 15 octobre :

 

Bulletin d'activité du jeudi 15 octobre 2015 à 07h00 (Heure locale) / OVPF - IPGP


Depuis le 12 octobre nous constatons une très forte augmentation de l’intensité du tremor éruptif sur l’ensemble de nos stations. Nous avons atteint au sommet et sur la station Rivals des valeurs égales voire supérieures à celles enregistrées lors des premières heures d’éruption.

 

En parallèle les mesures de SO2 réalisées à l’aide des station DOAS de notre réseau enregistrent une forte augmentation : à titre d'exemple, le 2 oct nous enregistrions 205 T/J (tone par jour) et  le 12 oct 1990 T/J. Cela est également observé par le capteur OMI embarqué sur le satellite AURA. Ces données nous permettent de calculer qu’un panache de SO2 (d’une masse égale à 1138 T) était présent entre le sommet et 300 km à l’ouest de l’île le 13 oct à 14 heure locale. Cette valeur est deux fois supérieure au maximum observé depuis le 24 août. (Pour information la différence entre les données DOAS et les données satellitaires est liée à la résolution des capteurs embarqués)

 

A l’aide des deux satellites MODIS (Terra et Aqua), l’Université de Turin nous informe que le débit de lave émis par l'éruption a atteint le 14 octobre 12 m3s-1 (+- 4 m3s-1). Ce qui est  cohérent avec les modèles appliqués aux données enregistrées par nos instruments. Ces derniers nous donnent des valeurs de 8.9 à 13.5 m3s-1 .

 

Seules les mesures de déformation montrent une tendance inverse c'est à dire une déflation tant en zone sommitale, qu'à la base de l’édifice ou même à l'extérieur de l'enclos.

 

Sur le site éruptif, de très nombreux écoulements de lave issus de petites bouches éphémères sont visibles. Ces bouches éphémères se mettent en place sur l’ensemble du champ de lave. Ces phénomènes sont particulièrement bien visibles au pied de Piton de Bert.

 

Un hornito (voir explication dans la suite du paragraphe) s’est constitué au sud-ouest du cône. Ce type de morphologie se forme à la suite d’une surpression importante appliquée par la lave sur le toit du tunnel depuis l’intérieur de celui-ci. Le processus est le même que celui qui met en place les bouches éphémères mais, dans ce cas,  la pression est plus importante et les écoulements qui s’en suivent également. Nous avons même pu constater durant la nuit du 13 au 14 octobre la présence de projections au niveau de cet hornito, témoignage d'une pression très importante.

Piton de La Fournaise, le cône actif - Denis shoot PixL / 05.10.2015

Piton de La Fournaise, le cône actif - Denis shoot PixL / 05.10.2015

La taille du cône éruptif  atteint 35 mètres de hauteur, une taille suffisamment importante pour "pouvoir durer" et "servir de repère aux marcheurs" … ce qui va lui valoir d’être bientôt baptisé !

C’est la première fois depuis 2007 qu’un piton sera nommé : le protocole valable jusqu’il y a peu de temps voulait que ce soit le directeur de l’Observatoire qui soit en charge de cette nomination.

Depuis 2010, son rôle se limite à arrêter une liste de noms à transmettre au Parc National, comme le font le Département, et la Cité du volcan. Le Parc National devrait statuer le 30 octobre.

Sources :

- OVPF - IPGP

- Fournaise.infos & Zinfos.974

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
 Papandayan, under a leaden sky - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan, under a leaden sky - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

"Word to readers" takes us to the west of the island of Java and the volcanoes located southeast of Bandung, thanks to photos of our friend Jean-Michel.

First the Papandayan, a complex stratovolcano with four wide summit craters and which culminates at 2665 meters.

Its building goes back to holocène, there are more than 12,000 years, with the accumulation of andesite to basaltic lava flows, pyroclastic deposits and ash flows; all strongly altered by hydrothermal activity that caused debris avalanches.


 

Papandayan -  arrival on the fumarolian field - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - arrival on the fumarolian field - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Kawah Mas crater and fumaroles - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Kawah Mas crater and fumaroles - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - torrent crossing the crater - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - torrent crossing the crater - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - pool of hot mud and sulfur - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - pool of hot mud and sulfur - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

His first historical eruption was in 1772 : a phreatic eruption caused a collapse in the northeast part of Papandayan and given a horseshoe shaped to the crater Kawah Mas, the gold crater. During this eruption, pyroclastic flows and debris avalanches destroyed 40 villages, causing 2957 casualties.

Then, there are only a few small phreatic eruptions (in 1772, 1923,1925).

Between 1920 and 1940, the Papandayan is cited as responsible for several fatal accidents due to emissions of carbon dioxide in the "Death Valley", located east of the active crater.

In November 2002, a larger phreatic explosive eruption force thousands of people to flee their villages. (see details in the next article)

Map of Papandayan, with its summits and its main structures (faults) - according to A.Mazot / ref. in sources

Map of Papandayan, with its summits and its main structures (faults) - according to A.Mazot / ref. in sources

These phreatic eruptions and fumerolian fields show the presence of a large hydrothermal system.

All the subtleties on this hydrothermal system are developed for specialists in the thesis of Agnes Mazot / Free University of Brussels, by following this link:

http://www.ulb.ac.be/sciences/dste/volcano/AM/Mazot_these.pdf

Papandayan - solfatare of Kawah Mas - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - solfatare of Kawah Mas - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Detail of a sulfur vent in the "Golden Crater" - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Detail of a sulfur vent in the "Golden Crater" - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - a changing world, where the water can make blood hues - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - a changing world, where the water can make blood hues - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

In 2015, four warnings after swarms of earthquakes and volcanic white plumes amount between 30 and 50 meters above the crater justified maintaining the alert level II / Waspada, established since 06.06.2013.

Papandayan - fragile needles of sulfur - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - fragile needles of sulfur - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

To follow: the eruption of 2002 in details, then Gallungung.

 

Sources :

- " Parole aux lecteurs " , avec les photos Jean-Michel Mestdagh, que je remercie

- Activité hydrothermale des volcans Kelud et Papandayan et évaluation des flux de gaz carbonique – thèse de doctorat d’Agnès Mazot /U.L.B. - link

- Global Volcanism Program - Papandayan

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Papandayan, sous un ciel plombé - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan, sous un ciel plombé - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

" Parole aux lecteurs " nous emmène vers l’ouest de l’île de Java et les volcans situés au sud-est de Bandung, grâce aux photos de notre ami Jean-Michel.

 

Place au Papandayan, un stratovolcan complexe équipé de quatre large cratères sommitaux et qui culmine à 2.665 mètres.

Son édification remonte à l’holocène, il y a plus de 12.000 ans, avec l’accumulation de coulées andésitiques à basaltiques, de coulées pyroclastiques et dépôts de cendres ; le tout fortement altéré par l’activité hydrothermale qui a provoqué des avalanches de débris.

Papandayan - arrivée sur le champ fumerolien - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - arrivée sur le champ fumerolien - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - cratère Kawah Mas et ses fumerolles - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - cratère Kawah Mas et ses fumerolles - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - torrent traversant le cratère - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - torrent traversant le cratère - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - mare de boue soufrée et chaude - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - mare de boue soufrée et chaude - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Sa première éruption historique remonte à 1772 : une éruption phréatique a provoqué un effondrement de la partie nord-est du Papandayan et donné une forme en fer à cheval au cratère Kawah Mas, le cratère d’or. Lors de cette éruption, des coulées pyroclastiques et des avalanches de débris ont détruit 40 villages, faisant 2.957 victimes.

Ensuite, on ne dénombre que quelques petites éruptions phréatiques (1772, 1923,1925).

Entre 1920 et 1940, le Papandayan est cité comme responsable de plusieurs accidents mortels dus à des émanations de dioxyde de carbone dans la Vallée de la mort, située à l’est du cratère actif.

En novembre 2002, une éruption explosive phréatique plus importante force des milliers de personnes à fuir leurs villages. (voir détails dans le prochain article)

Carte du Papandayan, avec ses différents sommets et ses principales structures (failles) - d'après A.Mazot / réf. en sources

Carte du Papandayan, avec ses différents sommets et ses principales structures (failles) - d'après A.Mazot / réf. en sources

Ces éruptions phréatiques et les champs fumeroliens attestent de la présence d’un important système hydrothermal.

Toutes les subtilités concernant ce système hydrothermal sont développées pour les spécialistes dans la thèse d'Agnès Mazot / Université Libre de Bruxelles, en suivant ce lien : http://www.ulb.ac.be/sciences/dste/volcano/AM/Mazot_these.pdf

Papandayan - solfatare du Kawah Mas - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - solfatare du Kawah Mas - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - Détail d'un évént soufré dans le "Golden crater" - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - Détail d'un évént soufré dans le "Golden crater" - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - un univers changeant, où les eaux peuvent prendre des teintes sanguines - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - un univers changeant, où les eaux peuvent prendre des teintes sanguines - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

En 2015, quatre alertes suite à des essaims de séismes volcaniques et de panaches blancs montant entre 30 et 50 mètres au-dessus du cratère ont justifié le maintien de l’alerte de niveau II / Waspada, établie depuis le 06.06.2013.

Papandayan - aiguilles fragiles de soufre - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - aiguilles fragiles de soufre - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

A suivre : l'éruption de 2002 en détails, puis le Gallungung.

 

Sources :

- " Parole aux lecteurs " , avec les photos Jean-Michel Mestdagh, que je remercie

- Activité hydrothermale des volcans Kelud et Papandayan et évaluation des flux de gaz carbonique – thèse de doctorat d’Agnès Mazot /U.L.B. - link

- Global Volcanism Program - Papandayan

 

 

 

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Pompeii - casts in situ in the ruins of the city - doc.personnel

Pompeii - casts in situ in the ruins of the city - doc.personnel

The restoration of the moldings corresponding to the locations of charred bodies of the inhabitants of Pompeii after the eruption of Vesuvius in the year 79, was this year the subject of further investigations by CAT scan.

The technique of plaster molding, developed during excavations carried out between 1863 and 1875 by the archaeologist Giuseppe Fiorelli, has not only revealed
  the appearance of humans and animals surprised by the eruption, including their facial expression and their clothes. The flesh did not resist, but some bones remained in place in the plaster matrix.

Pompeii - human and animal castings using the technique developed by Fiorelli - a click to open photos.Pompeii - human and animal castings using the technique developed by Fiorelli - a click to open photos.

Pompeii - human and animal castings using the technique developed by Fiorelli - a click to open photos.

Video link: https://www.youtube.com/watch?t=3&v=fnBwgJQzbgQ

CAT scan provided by the press organ of the Archaeological Superintendent of Pompeii - photo Cesara Abbate EPA

CAT scan provided by the press organ of the Archaeological Superintendent of Pompeii - photo Cesara Abbate EPA

CAT scan provided by the press organ of the Archaeological Superintendent of Pompeii - photo Cesara Abbate EPA
CAT scan provided by the press organ of the Archaeological Superintendent of Pompeii - photo Cesara Abbate EPA

CAT scan provided by the press organ of the Archaeological Superintendent of Pompeii - photo Cesara Abbate EPA

Analysis of teeth has allowed doctors, orthodontists and archaeologists to ascertain the state of health of the victims before they died, and the first conclusion is that " they are dead healthy !"

The first results of the study, still ongoing, helps to know that their diet was healthy, contained little sugar and lots of fruits and vegetables. They also allow to note that high levels of fluoride were in the air and water near the volcano.

According to Massimo Osanna, Archaeological Superintendent of Pompeii, " it will tell us a lot about the victims: their age, sex, what they ate, what illnesses they suffered and which social class they belonged. It will be a big step. our knowledge of antiquity ".

Pyroclastic flows from Vesuvius and perseverance have enabled archaeologists and still allow, thanks to increasingly sophisticated investigative techniques to advance the historical knowledge.

The Vesuvius and the ruins of Pompeii.

The Vesuvius and the ruins of Pompeii.

Sources :

- Avax News  - Peering Inside Pompeii's Victims

- The Local - Scans show Pompeii victims 'in good health' - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Fuego / Guatemala - 10/11/2015 - photo Insivumeh / Conred

Fuego / Guatemala - 10/11/2015 - photo Insivumeh / Conred

The Fuego, in Guatemala, continued its explosive activity on 10 October, characterized by successive expulsions of incandescent material at 150-200 m above the crater, accompanied by a locomotive noise. These blocks have gone 900 meters into the ravine Santa Teresa, and 1,000 meters in the barranca Trinidad. An increase in activity is expected this week.


Sources: Insivumeh & Conred
 

Tungurahua - ash plume 10.11.2015 / 5:38 p.m. - photo Jose Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua - ash plume 10.11.2015 / 5:38 p.m. - photo Jose Luis Espinosa-Naranjo

After an increase of its internal activity during the last week, characterized by many earthquakes LP / circulation of fluids, the Tungurahua presented on October 11th from 1:40 p.m. an episode of moderate tremor, which is accompanied by a rising ash plume up to 2,000 meters above the crater, before heading west. Ash fallout are reported on Mocha, Pillate, Choglontus and various parts of the canton of Penipe.
By early evening, the strombolian activity was accompanied by projections of incandescent blocks to a hundred meters above the crater before falling on the upper parts of the cone, visible from Ambato. To 8:16 p.m., a moderate explosion, do however the windows vibrate.

Source : IGEPN

 Tungurahua - strombolian activity 10.11.2015 / 7:09 p.m. LT - photo IGEPN

Tungurahua - strombolian activity 10.11.2015 / 7:09 p.m. LT - photo IGEPN

 Tungurahua - evening of 10/11/2015 - photo Roberto Bonifaz / Twitter

Tungurahua - evening of 10/11/2015 - photo Roberto Bonifaz / Twitter

In Chile, two volcanoes are active:
- ash emissions continue at Copahue this Oct. 11 / 4:45 p.m.; amarilla the alert remains in force.
- Villarica also present this Sunday, glow, and small ash emissions.


Source: SERNAGEOMIN
 

Copahue / Chile - 10/11/2015 - photo Sismologia Mundial

Copahue / Chile - 10/11/2015 - photo Sismologia Mundial

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Fuego / Guatemala - 11.10.2015 - photo Insivumeh / Conred

Fuego / Guatemala - 11.10.2015 - photo Insivumeh / Conred

Le Fuego, au Guatemala, a poursuivi son activité explosive le 10 octobre, caractérisée par des expulsions successives de matériaux incandescents à 150-200 mètres au-dessus du cratère, accompagné par des bruits de locomotive. Ces blocs ont parcouru 900 mètres dans la barranca Santa Teresa, et 1.000 mètres dans la barranca Trinidad. Une augmentation de l’activité est attendue cette semaine.

Sources : Insivumeh & Conred

Tungurahua - panache de cendres du 11.10.2015 / 17h38 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Tungurahua - panache de cendres du 11.10.2015 / 17h38 - photo José Luis Espinosa-Naranjo

Après une augmentation de son activité interne durant la semaine dernière, caractérisée par de nombreux séismes LP / circulation de fluides, le Tungurahua a présenté le 11 octobre à partir de 13h40 un épisode de trémor d’émission modéré, qui s’est accompagné d’un panache de cendres montant jusqu’à 2.000 mètres au-dessus du cratère, avant de se diriger vers l’ouest. Des retombées de cendres sont signalées sur Mocha, Pillate, Choglontus et diverses parties du canton de Penipe.

En début de soirée, l’activité strombolienne s’est accompagnée de projections de blocs incandescents à une centaine de mètres au-dessus du cratère avant de retomber sur les parties hautes du cône, visibles d’Ambato. Vers 20h16, une explosion modérée a cependant fait vibrer les vitres.

Source : IGEPN

Tungurahua - activité strombolienne du 11.10.2015 / 19h09 LT - photo IGEPN

Tungurahua - activité strombolienne du 11.10.2015 / 19h09 LT - photo IGEPN

Tungurahua - soirée du 11.10.2015 - photo Roberto Bonifaz / Twitter

Tungurahua - soirée du 11.10.2015 - photo Roberto Bonifaz / Twitter

Au Chili, deux volcans sont actifs :

les émissions de cendres continuent au Copahue ce 11 octobre / 16h45 ; l’alerte amarilla reste en vigueur.

Le Villarica a présente également ce dimanche, de l’incandescence, et de petites émissions de cendres.

Source : Sernageomin

Copahue / Chili - 11.10.2015 - photo Sismologia Mundial

Copahue / Chili - 11.10.2015 - photo Sismologia Mundial

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog