Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

The fourth eruption of the year at Fuego is maintened with the same energy, constant explosions that generate plumes of ash rising to about 5 to 6,000 meters asl, which move and affect a large area west and south on about fifty kilometers. Particularly affected areas are San Pedro Yepocapa, Sangre de Cristo, and Panimache I & II.

Volcanic activity of 05.05.2017 / 4th eruption of the year at Fuego - photo Sacatepéquez Starnews / Twitter

Volcanic activity of 05.05.2017 / 4th eruption of the year at Fuego - photo Sacatepéquez Starnews / Twitter

Fuego - 05.05.2017 - Pyroclastic flows seen from Yepocapa.- Photo John Charuc via Clima Guatemala (2)

Fuego - 05.05.2017 - Pyroclastic flows seen from Yepocapa.- Photo John Charuc via Clima Guatemala (2)

Pyroclastic flows are reported in the main drainages:  Trindad, Las Lajas, Ceniza and Santa Teresa barrancas, where large amounts of material accumulate, which can cause lahars and floods.


This eruption is the highest recorded since 2012; The orange level alert was declared and the Emergency Operations Center activated. It forced the evacuation of 300 people to Panimache I, and the village of Sangre de Cristo on the western flank. The classes were suspended in 10 schools located in Aldeas San Ándres Ozuna, Ceylán, La Rochela, Chuchu, Belice, Campamento, El Rodeo, Trinidad, Guadalupe and Don Pancho. The media disseminate caution to drivers because of a high loss of visibility.


Sources: Insivumeh & Conred

Fuego - the biggest eruption since 2012 - photo Gustavo Chigna via Clima Guatemala

Fuego - the biggest eruption since 2012 - photo Gustavo Chigna via Clima Guatemala

Zones and axes of dispersal of the ashes of the Fuego eruption 05.05.2017 / 11h local - Doc. INSIVUMEH

Zones and axes of dispersal of the ashes of the Fuego eruption 05.05.2017 / 11h local - Doc. INSIVUMEH

Dispersion of the ashes of the Fuego - 05.05.2017 - pictures Conred - a click to enlargeDispersion of the ashes of the Fuego - 05.05.2017 - pictures Conred - a click to enlarge

Dispersion of the ashes of the Fuego - 05.05.2017 - pictures Conred - a click to enlarge

Fuego - 05.05.2017 - another pyroclastic flow - photo Conred

Fuego - 05.05.2017 - another pyroclastic flow - photo Conred

On May 3rd, between 9:55 and 10:00 local time, the lava delta formed by the 61 g episode in Kamokuna, set up since the end of March, collapsed. This is not surprising, as cracks had appeared there and the delta was showing signs of potential collapse ... what is different is the rapidity with which almost the entire delta has disappeared.

Kilauea - Kamokuna sea entrance 03.05.2017 - the lava delta at 7:50 local before the collapse - photo HVO / USGS

Kilauea - Kamokuna sea entrance 03.05.2017 - the lava delta at 7:50 local before the collapse - photo HVO / USGS

A large plume of steam first appeared in the middle of the delta in the crack zone, between 9:35 and 9:40; 25 minutes later, the plume weakened and between 9:55 am and 10:00 am, almost the entire delta collapsed, down to the cliff, leaving the ocean troubled by turbulence. During the following hours, small remaining parts disappeared.
On the morning of the 4th of May, the entrance of the lava into the sea was concealed by a thick plume of steam at the base of the cliff. According to a geologist from the USGS, there is no indication of the return of the fantastic lava jet in activity for months, while lava is visible at the base of the cliff.

Kilauea - Kamokuna entry to sea 03.05.2017 - collapse of the delta between 9h55 and 10am; Sea water is brown and turbulent - photo HVO / USGS

Kilauea - Kamokuna entry to sea 03.05.2017 - collapse of the delta between 9h55 and 10am; Sea water is brown and turbulent - photo HVO / USGS

Kilauea - Kamokuna entry into the sea 04.05.2017 - this morning, a thick plume of steam cahe the entrance of lava at sea, at the base of the cliff - photo HVO / USGS

Kilauea - Kamokuna entry into the sea 04.05.2017 - this morning, a thick plume of steam cahe the entrance of lava at sea, at the base of the cliff - photo HVO / USGS

The collapse of the lava delta at Kamokuna explained by a geologist on 05.05.2017 - Matt Patrick / HVO / USGS via Big Islands video news

Sources: HVO & Big Island video news

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

La quatrième éruption de l'année au Fuego semaintient avec la même énergie, de constantes explosions qui génèrent des panaches de cendres montant à environ 5 à 6.000 mètres asl, qui se déplacent et affectent un grand secteur ouest et sud sur une cinquantaine de kilomètres. Les zones particulièrement touchées sont San Pedro Yepocapa, Sangre de Cristo, et Panimache I & II.

Activité volcanique du 05.05.2017 / 4° éruption de l'année au Fuego - photo Sacatepéquez Starnews / Twitter

Activité volcanique du 05.05.2017 / 4° éruption de l'année au Fuego - photo Sacatepéquez Starnews / Twitter

Fuego - 05.05.2017 - Coulées pyroclastiques depuis Yepocapa.- Photo John Charuc via Clima Guatemala (2)

Fuego - 05.05.2017 - Coulées pyroclastiques depuis Yepocapa.- Photo John Charuc via Clima Guatemala (2)

Des coulées pyroclastiques sont signalées dans les principaux drainages : les barrancas Trindad, Las Lajas, Ceniza et Santa Teresa, où s'accumulent de grandes quantités de matériaux, susceptibles de causer des lahars et des inondations.

Cette éruption est la plus forte enregistrée depuis 2012 ; l'alerte de niveau orange a été déclarée et le Centre des Opérations d'Urgence activé. Elle a forcé l'évacuation de 300 persones à Panimache I, et du village de Sangre de Cristo sur le flanc ouest. Les classes ont été suspendues dans 10 établissements scolaires situés à Aldeas San Ándres Ozuna, Ceylán, La Rochela, Chuchu, Belice, Campamento, El Rodeo, Trinidad, Guadalupe, y Don Pancho. Les médias diffusent des conseils de prudence aux conducteurs en raison d'une forte perte de visibilité.

Sources : Insivumeh & Conred

Fuego - la plus forte éruption depuis 2012 - photo Gustavo Chigna via Clima Guatemala

Fuego - la plus forte éruption depuis 2012 - photo Gustavo Chigna via Clima Guatemala

Zones et axes de dispersion des cendres de l'éruption du Fuego ce 05.05.2017 / 11h locale - Doc. Insivumeh

Zones et axes de dispersion des cendres de l'éruption du Fuego ce 05.05.2017 / 11h locale - Doc. Insivumeh

Dispersion des cendres du Fuego - 05.05.2017 - photos Conred - un clic pour agrandirDispersion des cendres du Fuego - 05.05.2017 - photos Conred - un clic pour agrandir

Dispersion des cendres du Fuego - 05.05.2017 - photos Conred - un clic pour agrandir

Fuego - 05.05.2017 - une autre coulée pyroclastique - photo Conred

Fuego - 05.05.2017 - une autre coulée pyroclastique - photo Conred

Le 3 mai, entre 9h55 et 10h locale, le delta de lave formé par l'épisode 61 g à Kamokuna , mis en place depuis fin mars, s'est effondré. Ceci n'est pas surprenant, car des fissures y étaient apparues et le delta donnait des signes d'effondrement potentiel... ce qui est différent, c'est la rapidité avec laquelle presque l'entièreté du delta a disparue.

Kilauea - Kamokuna entrée en mer 03.05.2017 - le delta de lave à 7h50 locale, avant l'effondrement - photo HVO / USGS

Kilauea - Kamokuna entrée en mer 03.05.2017 - le delta de lave à 7h50 locale, avant l'effondrement - photo HVO / USGS

Un grand panache de vapeur est d'abord apparu au milieu du delta dans la zone des fissures, entre 9h35 et 9h40 ; 25 minutes plus tard, le panache a faibli et entre 9h55 et 10h, presque l'entièreté du delta s'est effondré, jusqu'à la falaise, laissant l'océan troublé de turbulences. Au cours des heures suivantes, de petites parties restantes ont disparue.

Au matin du 4 mai, l'entrée de la lave en mer etéit cachée par un épais panache de vapeur à la base de la falaise. D'après un géologue de l'USGS, il n'y a pas d'indication du retour du fantastique jet de lave en activité depuis des mois, par contre de la lave est visible à la base de la falaise.

Kilauea - Kamokuna entrée en mer 03.05.2017 - effondrement du delta entre 9h55 et 10h; l'eau de mer est brune et turbulente - photo HVO / USGS

Kilauea - Kamokuna entrée en mer 03.05.2017 - effondrement du delta entre 9h55 et 10h; l'eau de mer est brune et turbulente - photo HVO / USGS

Kilauea - Kamokuna entrée en mer 04.05.2017 - ce matin, un épais panache de vapeur cahe l'entrée de la lave en mer, à la base de la falaise - photo HVO / USGS

Kilauea - Kamokuna entrée en mer 04.05.2017 - ce matin, un épais panache de vapeur cahe l'entrée de la lave en mer, à la base de la falaise - photo HVO / USGS

L'effondrement du delta de lave à Kamokuna expliqué par un géologue le 05.05.2017 - Matt Patrick / HVO / USGS via Big Islands video news

Sources : HVO & Big Island video news

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Fuego - 04.05.2017 / 21h30 - photo Insivumeh

Fuego - 04.05.2017 / 21h30 - photo Insivumeh

The activity of the Fuego is busy changing of eruptive pattern ... it could lead to the 4th paroxysm of the year if the trend of increase is confirmed.
At about 12: 00 on 4 May, the Insivumeh reported a lava flow in the Santa Teresa barranca, reaching 300 meters in length, associated with explosions at a rate of 5 to 7 per hour and a plume rising to 4,900 meters asl.
In its report of 4 May at 21.30, the observatory reported that the lava flow into the Santa Teresa barranca had reached 1,000 meters in length, and continued its advance. Another stream, 2,000 meters long, has been added in the barranca Las Lajas. The activity is accompanied by shock waves and locomotive sounds.
Ash falls are reported on Morella, Santa Sofia, Panimache, El Porvenir and San Pedro Yepocapa.
The risks of lahars are great given the current weather conditions in Guatemala.


Sources: Insivumeh & Conred

Fuego - visual and RSAM - Insivumeh report 04.05.2017 / 21h30

Fuego - visual and RSAM - Insivumeh report 04.05.2017 / 21h30

Poas seismicity is characterized by a series of discrete LP and VT seismic events that have intervened in a low to moderate tremor. Small phreatic eruptions have been seen on the webcam, but with poor visibility.
The plume dispatches this 4th of May mainly towards the west.
Under current conditions, Ovsicori expects more eruptions in a short time.


Sources: Ovsicori & RSN

Samples of juvenile materials from the last eruption of 22.04.2017, harvested this 4th of May by the volcanologist of the RSN, Gerardo Soto. Photo of the top: impact of bomb in the vicinity of the mirador of laguna Botos - photodu below : rock recovered near the mirador - these samples will be analyzed at the petrology lab of the RSN.
Samples of juvenile materials from the last eruption of 22.04.2017, harvested this 4th of May by the volcanologist of the RSN, Gerardo Soto. Photo of the top: impact of bomb in the vicinity of the mirador of laguna Botos - photodu below : rock recovered near the mirador - these samples will be analyzed at the petrology lab of the RSN.

Samples of juvenile materials from the last eruption of 22.04.2017, harvested this 4th of May by the volcanologist of the RSN, Gerardo Soto. Photo of the top: impact of bomb in the vicinity of the mirador of laguna Botos - photodu below : rock recovered near the mirador - these samples will be analyzed at the petrology lab of the RSN.

A moderate activity continues in the Klyuchevskoy, with a plume of gas and steam, little loaded with ashes, rising to 5,000 meters asl, then drifting east for 82 km.
 
Source: KVERT

Klyuchevskoy - plume and lenticular cloud - photo KVERT 24.04.2017

Klyuchevskoy - plume and lenticular cloud - photo KVERT 24.04.2017

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Fuego - 04.05.2017 / 21h30 - photo Insivumeh

Fuego - 04.05.2017 / 21h30 - photo Insivumeh

L'activité du Fuego est occupé de changer de schéma éruptif ... il pourrait déboucher sur le 4° paroxysme de l'année si la tendance à l'augmentation se confirme.

Vers 12h le 4 mai, l'Insivumeh signalait une coulée de lave dans la barranca Santa Teresa atteignant 300 mètres de long, associée à des explosions au rythme de 5 à 7 par heure et d'un panache montant à 4.900 mètres asl.

Dans son rapport du 4 mai à 21h30 , l'observatoire signalait que la coulée dans la barranca Santa Teresa avait atteint 1.000 mètres de longueur, et poursuivait son avance. Une autre coulée, longue de 2.000 mètres, s'est adjointe dans la barranca Las Lajas. L'activité s'accopagne d'ondes de choc et de sons de locomotive.

Des retombées de cendres sont signalées sur Morella, Santa sofia, panimache , El Porvenir et San Pedro Yepocapa.

Les risques de lahars sont grands étant donné les conditions météorologiques actuelles sur le Guatémala.

Sources : Insivumeh & Conred

Fuego - visuel et RSAM - rapport Insivumeh 04.05.2017 / 21h30

Fuego - visuel et RSAM - rapport Insivumeh 04.05.2017 / 21h30

La sismicité du Poas se caractérise par une série de séismes LP et VT discrets qui s'est intercalée dans un trémor bas à modéré. De petites éruptions phréatiques ont été vue sur la webcam, mais avec une mauvaise visibilité.

Le panache se disperse ce 4 mai principalement vers l'ouest.

D'après les conditions actuelles, l'Ovsicori s'attend à plus d'éruptions à courte échéance.

Sources : Ovsicori & RSN

Echantillons de matériaux juvénile de la dernière éruption du 22.04.2017, récoltés ce 4 mai par le volcanologue de la RSN, Gerardo Soto. Photo du dessus : impact de bombe dans les environs du mirador de la laguna Botos – photodu dessous : roche récupérée près du mirador – ces échantillons seront analysés au labo de pétrologie de la RSN.
Echantillons de matériaux juvénile de la dernière éruption du 22.04.2017, récoltés ce 4 mai par le volcanologue de la RSN, Gerardo Soto. Photo du dessus : impact de bombe dans les environs du mirador de la laguna Botos – photodu dessous : roche récupérée près du mirador – ces échantillons seront analysés au labo de pétrologie de la RSN.

Echantillons de matériaux juvénile de la dernière éruption du 22.04.2017, récoltés ce 4 mai par le volcanologue de la RSN, Gerardo Soto. Photo du dessus : impact de bombe dans les environs du mirador de la laguna Botos – photodu dessous : roche récupérée près du mirador – ces échantillons seront analysés au labo de pétrologie de la RSN.

Une activité modérée continue au Klyuchevskoy, avec un panache de gaz et vapeur peu chargé en cendres montant à 5.000 mètres asl , puis dérivant vers l'est sur 82 km.
 

Source : KVERT

Klyuchevskoy - panache et nuage lenticulaire - photo KVERT 24.04.2017

Klyuchevskoy - panache et nuage lenticulaire - photo KVERT 24.04.2017

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Destabilization of the flanks of volcanoes on Reunion Island - Doc.Oehler069

Destabilization of the flanks of volcanoes on Reunion Island - Doc.Oehler069

Le Piton de La Fournaise under all its facets.


A large-scale electric tomography mission will take place on Piton de la Fournaise between May 2 and 21, 2017, with the aim of imaging the surface structure of the building up to 900 meters deep to understand the risks associated with a potential slip.
This is the first time that the protocol will be tested in France: it has been tested once only on Etna, in Sicily, during the year 2015. A real challenge according to Aline Peltier, director of the Volcanological Observatory. .. it will be necessary to extend on the ground cables to allow 2D imaging, via electrodes spaced 60 meters apart. It will inject current that will be recovered, testifying to the resistance of the rock.
Following successive intrusions, the eastern part of the volcano is destabilized and tends to slip by two centimeters per year. Is this slippage linked to a profound destabilization of the structure?
"It's important to understand the risks associated with potential slippage, as happened in the past, 4,500 years ago," recalls the director in an interview with Imazpress. A risk that would often be "ignored" in a context of "island volcanism", as is the case on the island.


Source: Imazpress

Piton de la Fournaise - the eruptive site on 22.02.2017 - photo OVPF

Piton de la Fournaise - the eruptive site on 22.02.2017 - photo OVPF

The name of the cone formed during the last eruption.


This cone was named Piton Timize on April 30th ... in reference to the name given by the inhabitants of Grand Bassin to Bourbon black petrel, or Fouquet noir / Pseudobulweria aterrima, whose breeding grounds have recently been updated, and classified as Critically Endangered.

The symbolism is important, the eruption being completed at the time of the flight of the game, black petrels leaving the breeding colonies to venture out to sea.


Provided by: Clicanoo

Bourbon black petrel - photo Fabien JAN -SEOR / FabKacau / CC BY-SA 3.0

Bourbon black petrel - photo Fabien JAN -SEOR / FabKacau / CC BY-SA 3.0

OVPF Monthly Bulletin / 02.05.2017


Seismicity
In April 2017, the OVPF registered a total of:
- 32 superficial volcano-tectonic earthquakes (0-2 km deep) under the summit craters;
- 4 deep earthquakes (> 2 km deep);
- 343 collapses (in the Crater Dolomieu and at the level of the ramparts of the Enclosed Fences);
- 22 local earthquakes (under the island, Piton des Neiges side);
- 2 regional earthquakes (in the Indian Ocean area).


Deformation
Following the lull observed in March, inflation (swelling) of the building resumed in April, but at a lower rate than those observed in 2015-2016 and early 2017 (elongation of 0.1-0.2 mm Per day between stations in the summit zone, compared with 0.5-1 mm during previous inflation periods.


Gas Geochemistry
At the level of the summit zone, excesses with respect to the CO2, H2S and SO2 atmosphere remain globally low.
The CO2 concentrations in the soil measured at the remote stations of the Plaine des Cafres and at the level of the Gîte du volcan show an increase since 28 March.

Note: While concentrations of sulfur species (H2S, SO2) at the top of the volcano remain very low, there has been a marked increase in CO2 concentrations diffused by the soil since the end of March 2017. The increase is detected at the same time In the distal sector (Plaine des Cafres) and near (Gîte du volcan). It should be noted that following the eruption of February 2017, concentrations in the distal sector returned to baseline levels, which was not the case for concentrations in the near sector.

Piton de La Fournaise - Illustration of the distortion during the last twelve months (eruptions of 26-27 May, 11-18 September 2016 and 31 January-27 February 2017 are shown in yellow). Here is shown a baseline (distance between two GPS receivers) crossing the Dolomieu crater from north to south (in black the raw data, in blue the smoothed data over a week). A rise is synonymous with elongation and therefore swelling of the volcano; Conversely, a decrease is synonymous with contraction and therefore with deflation of the volcano. (© OVPF / IPGP)

Piton de La Fournaise - Illustration of the distortion during the last twelve months (eruptions of 26-27 May, 11-18 September 2016 and 31 January-27 February 2017 are shown in yellow). Here is shown a baseline (distance between two GPS receivers) crossing the Dolomieu crater from north to south (in black the raw data, in blue the smoothed data over a week). A rise is synonymous with elongation and therefore swelling of the volcano; Conversely, a decrease is synonymous with contraction and therefore with deflation of the volcano. (© OVPF / IPGP)

Piton de La Fournaise - Concentration of CO2 in the soil at the level of the volcano deposit between April 2016 and April 2017 (eruptions of 26-27 May, 11-18 September 2016 and 31 January-27 February 2017 are shown in red ). In blue the raw data, in red the corrected data of the effects of temperature. Values are normalized to the maximum value. (© OVPF / IPGP)

Piton de La Fournaise - Concentration of CO2 in the soil at the level of the volcano deposit between April 2016 and April 2017 (eruptions of 26-27 May, 11-18 September 2016 and 31 January-27 February 2017 are shown in red ). In blue the raw data, in red the corrected data of the effects of temperature. Values are normalized to the maximum value. (© OVPF / IPGP)

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Déstabilisations de flanc des volcans ile de la Réunion  - Doc.Oehler069

Déstabilisations de flanc des volcans ile de la Réunion - Doc.Oehler069

Le Piton de La Fournaise sous toutes ses coutures

Une mission d'envergure de tomographie électrique prendra ses quartiers sur le Piton de la Fournaise, entre le 2 et le 21 mai 2017, avec pour objectif de mettre en images la structure superficielle de l'édifice jusqu'à 900 mètres de profondeur pour mieux comprendre les risques associés à un potentiel glissement.

C'est la première fois que le protocole sera testé en France : il a été expérimenté une seule fois auparavant sur l'Etna, en Sicile, durant l'année 2015. Un vrai challenge selon Aline Peltier, directrice de l'Observatoire volcanologique ... il faudra étendre sur le terrain des câbles pour permettre une imagerie 2D, via des électrodes espacées de 60 mètres. On y injectera du courant qui sera récupéré, en témoignant de la résistance de la roche.

Suite aux intrusions successives, la partie orientale du volcan est déstabilisée et a tendance à glisser de deux centimètres par an. Ce glissement est-il lié à une déstabilisation profonde de la structure ?

"C'est de première importe pour comprendre les risques associé à un potentiel glissement, comme cela s'est déjà produit par le passé, il y a 4500 ans" rappelle la directrice dans une interview à Imazpress. Un risque qui serait bien souvent "ignoré" dans un contexte de "volcanisme insulaire", comme c'est le cas sur l'île.

Source : Imazpress

Piton de la Fournaise - le site éruptif le 22.02.2017  -  photo OVPF

Piton de la Fournaise - le site éruptif le 22.02.2017 - photo OVPF

Le nom du cône formé lors de la dernière éruption.

Ce cône a été baptisé Piton Timize le 30 avril ...en référence au nom donné par les habitants de Grand Bassin au Pétrel noir de Bourbon, ou Fouquet noir / Pseudobulweria aterrima, dont les terriers de reproduction ont récemment été mis à jour, et classé en danger critique d'extinction. La symbolique est importante, l'éruption s'étant achevée au moment de l'envol des jeu,es pétrels noirs quittant les colonies de reproduction pour s'aventurer en mer.

Source : Clicanoo

Pétrel noir de Bourbon -  photo Fabien JAN -SEOR  / FabKacau / CC BY-SA 3.0

Pétrel noir de Bourbon - photo Fabien JAN -SEOR / FabKacau / CC BY-SA 3.0

Bulletin mensuel de l'OVPF / 02.05.2017

Sismicité

Au mois d’Avril 2017, l’OVPF a enregistré au total :

  • 32 séismes volcano-tectoniques superficiels (0 à 2 km de profondeur) sous les cratères sommitaux ;

  • 4 séismes profonds (> à 2 km de profondeur) ;

  • 343 effondrements (dans le Cratère Dolomieu et au niveau du rempart de l’Enclos Fouqué) ;

  • 22 séismes locaux (sous l’île, côté Piton des Neiges) ;

  • 2 séismes régionaux (dans la zone océan indien).

Déformation

Suite à l’accalmie observée en Mars, l’inflation (gonflement) de l’édifice a repris au mois d’Avril, mais à un taux plus faible que ceux observés en 2015-2016 et début 2017 (élongation de 0.1-0.2 mm par jour entre les stations de la zone sommitale, contre 0.5-1 mm lors des périodes d’inflation précédentes

Géochimie des gaz

  • Au niveau de la zone sommitale, les excès par rapport à l’atmosphère de CO2, H2S et SO2 restent globalement faibles.

  • Les concentrations en CO2 dans le sol mesurées au niveau des stations distantes de la Plaine des Cafres et au niveau du Gîte du volcan montrent une augmentation depuis le 28 Mars.

    Remarque : Si les concentrations d’espèces soufrées (H2S, SO2) au niveau du sommet du volcan restent très faibles, on remarque une nette augmentation des concentrations de CO2 diffus par le sol depuis fin mars 2017. L’augmentation est détectée à la fois dans le secteur distal (Plaine des Cafres) et proche (Gîte du volcan). A noter que suite à l'éruption de Février 2017, les concentrations au niveau du secteur distal étaient revenues à des niveaux de base, ce qui ne fut pas le cas des concentrations enregistrées en secteur proche.

Piton de La Fournaise - Illustration de la déformation au cours des douze derniers mois (les éruptions du 26-27 Mai, du 11-18 Septembre 2016 et du 31 Janvier-27 Février 2017 sont représentées en jaune). Est ici représentée une ligne de base (distance entre deux récepteurs GPS) traversant le cratère Dolomieu du nord au sud (en noir les données brutes, en bleu les données lissées sur une semaine). Une hausse est synonyme d’élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. (©OVPF/IPGP)

Piton de La Fournaise - Illustration de la déformation au cours des douze derniers mois (les éruptions du 26-27 Mai, du 11-18 Septembre 2016 et du 31 Janvier-27 Février 2017 sont représentées en jaune). Est ici représentée une ligne de base (distance entre deux récepteurs GPS) traversant le cratère Dolomieu du nord au sud (en noir les données brutes, en bleu les données lissées sur une semaine). Une hausse est synonyme d’élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. (©OVPF/IPGP)

Piton de La Fournaise - Concentration en CO2 dans le sol au niveau du gîte du volcan entre Avril 2016 et Avril 2017 (les éruptions du 26-27 Mai, du 11-18 Septembre 2016 et du 31 Janvier-27 Février 2017 sont représentées en rouge). En bleu les données brutes, en rouge les données corrigées des effets de température. Les valeurs sont normalisées par rapport à la valeur maximale. (©OVPF/IPGP)

Piton de La Fournaise - Concentration en CO2 dans le sol au niveau du gîte du volcan entre Avril 2016 et Avril 2017 (les éruptions du 26-27 Mai, du 11-18 Septembre 2016 et du 31 Janvier-27 Février 2017 sont représentées en rouge). En bleu les données brutes, en rouge les données corrigées des effets de température. Les valeurs sont normalisées par rapport à la valeur maximale. (©OVPF/IPGP)

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #"Parole aux lecteurs"

Thomas Delano sends us news from San Francisco, already on the way to Central America.


Let us return to the third stage of his world tour of active volcanoes: the volcanic archipelago of Vanuatu in the Pacific, where it passed through the island of Tanna, and the Yasur, by the island of Ambrym, with the lakes Lava of Benbow and Marum, finally by the island of Ambae and the acid crater lake Voui.

Video TH.Delano

Yasur, an almost circular pyroclastic stratoconum surmounted by a summit crater 400 meters wide, is contained in the small caldeira Yenkahe. This young volcano is in Strombolian to vulcanian activity since its first observation by Captain Cook in 1774.

Yasur - satellite Spot map  03.1990

Yasur - satellite Spot map 03.1990

The Ambrym volcano island is made up of a large volcano rising to 1,800 meters above the surrounding seabed. Its main cone is truncated with a caldera 12 km in diameter, dated around 2,000 years. The post-caldeira volcanic activity developed at Marum, 1270 m. and the Benbow, 1160 m. 


The last major eruptions occurred in 1986 and 1988-89. The lava lake, which is variable in volume but present almost permanently in the Mbuelesu-Marum crater, periodically flushes out in the form of basaltic flows on the caldera floor (which can overflow the caldera during major eruptions as in 1913-1914), while that of the Benbow is drained outside the caldera by the axial fissures of the western part of the island. The magma is also ejected as ashes, lapilli and slag, which partly fall in the caldera, partly on the NW flank of the island. Extra caldera flows often emanate from areas of west and east axial cracks, and strong explosive manifestations frequently occur at the western and eastern ends of the island (as well as at sea, in their extension) through interaction between sea water and magma.


During the last two centuries, Ambrym had at least eight major eruptions with extra caldera flows and sometimes severe destruction occurred as in 1820, 1894, 1913 and 1929. For 50 years, no extra caldera lava flow is produced. In normal times, the impact of the activity of the volcano is limited to the caldera, the flank of the island located at the NW of the cones and the coast between Craig Cove and Ranon. However, when the wind is turning, other flanks and coast may be affected. During a major eruption, ash falls can affect the entire island, except perhaps its northern end.

Benbow and its active lava lake in April 2017 - photo Thomas Delano

Benbow and its active lava lake in April 2017 - photo Thomas Delano

The island of Aoba (1496 m) corresponds to the emergent part of the voluminous volcanoes of the archipelago (3900 m high from the ocean floor and about 2500 km³ in volume, making it an all-inclusive volcano - exceptional). Two concentric calderas crown it, the innermost one including three lakes, of which the lake Voui (2,1 km in diameter) installed in the present crater of the volcano.
 

Recent volcanic activity includes the formation, about 4 centuries ago, of cones surrounding the explosive craters of Voui and Manaro Ngoro. It also includes the emission of basalt flows from N'dui N'dui from cracks on the flanks about 300 years ago. Lahars (mudslides carrying blocks and trunks of trees that occur when large deposits of ash, unstable, are picked up by the torrential rains usually accompanying eruptions) probably destroyed villages on the SE side of the river, Island, some 120 years ago, causing several victims. Numerous deposits of lahars, thick and probably not older than 100-300 years, have been observed on all the coasts of the central part of the island. An eruption would have occurred in 1914 with ash emission and descent of lahars (12 deaths). Finally, a small cone of ash formed in 1966 inside the caldera.
Three bubbling zones with enormous bubbles (10 m in diameter) and a general russeting of the shore forest were observed at Lake Voui on 13 July 1991 by a Vanair pilot. It was the first time he had observed such a phenomenon, which could only be recent, as the forest was still intact in May of the same year. On July 24, 1991, aerial reconnaissance showed only three areas of whitish waters in the middle of the lake and a vegetation burned by acid gases to the lip of the crater, 120 m above the water. An abnormally strong release of SO2 between May and July 1991 is probably the cause of the phenomena observed.
 
Sources:
- photos & video Thomas Delano
- Vanuatu Geohazards Observatory - link
- Global volcanism Program - Yasur - Ambrym - Ambae / Aoba

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #"Parole aux lecteurs"

Thomas Delano nous envoie des nouvelles de San Francisco, en route déjà pour l'Amérique centrale.

Revenons à sa troisième étape de son tour du monde des volcans actifs : l'archipel volcanique du Vanuatu dans le Pacifique, où il est passé par l'île de Tanna, et le Yasur, par l'île d'Ambrym, avec les lacs de lave du Benbow et du Marum, enfin par l'île d'Ambae et le lac de cratère acide Voui.

Vidéo TH.Delano

Yasur, un stratocône pyroclastique presque circulaire surmonté par un cratère sommital large de 400 mètres, est contenu dans la petite caldeira Yenkahe. Ce jeune volcan est en activité strombolienne à vulcanienne depuis sa première observation par le Capitaine Cook en 1774.

Yasur - carte Spot 03.1990

Yasur - carte Spot 03.1990

L'île-volcan d'Ambrym est constituée d'un grand volcan s'élevant à 1.800 mçtres au dessus des fonds marins environnants. Son cône principal est tronqué d'une caldeira de 12 km de diamètre, datée de 2.000 ans environ. L'activité volcanique post-caldeira s'est développée au Marum, 1270 m. et au Benbow, 1160 m.

 

Les dernières éruptions importantes se sont produites en 1986 et 1988-89. Le lac de lave, de volume variable, mais présent de manière quasi permanente dans le cratère du Mbuelesu-Marum se vidange périodiquement sous forme de coulées basaltiques sur le plancher de la caldeira (qui peuvent déborder de la caldéra lors d’éruptions importantes comme en 1913- 1914), tandis que celui du Benbow se vidange plutôt à l’extérieur de cette caldeira, par les fissures axiales de la partie ouest de l’île. Le magma est aussi éjecté sous forme de cendres, lapilli et scories, qui retombent en partie dans la caldeira, en partie sur le flanc NW de l’île. Des coulées extra-caldeira émanent souvent des zones de fissures axiales ouest et est, et des manifestations explosives fortes se produisent fréquemment aux extrémités ouest et est de l’île (ainsi qu’en mer, dans leur prolongement) par interaction entre l’eau de mer et le magma.

Durant les deux derniers siècles, Ambrym a eu au-moins 8 éruptions majeures avec coulées extra-caldeira et quelquefois d’importantes destructions ont eu lieu comme en 1820, 1894, 1913 et 1929. Depuis 50 ans, aucune coulée extra-caldeira ne s’est produite. En période normale, l’impact de l’activité du volcan est limité à la caldeira, au flanc de l’île situé au NW des cônes et à la côte entre Craig Cove et Ranon. Toutefois, lorsque le vent tourne, il arrive que d’autres flancs et côtes soient affectés. Lors d’une éruption majeure, les chutes de cendres peuvent affecter l’ensemble de l’île, excepté peut-être son extrémité nord.

Benbow et son lac de lave actif en avril 2017 - photo Thomas Delano

Benbow et son lac de lave actif en avril 2017 - photo Thomas Delano

L’île d’Aoba (1496 m) correspond à la partie émergée du plus volumineux des volcans actifs de l’archipel (3900 m de hauteur depuis le fond océanique et environ 2500 km3 de volume, ce qui en fait un volcan tout-à-fait exceptionnel). Deux caldeiras (cratères géants) concentriques la couronnent, la plus interne incluant trois lacs, dont le lac Voui (2, l km de diamètre) installé dans le cratère actuel du volcan.

L’activité volcanique récente comprend la formation, il y a environ 4 siècles, des cônes entourant les cratères d’explosion du Voui et du Manaro Ngoro. Elle comprend également l’émission des coulées de basalte de N’dui N’dui à partir de fissures sur les flancs, il y a environ 300 ans. Des lahars (coulées de boues transportant des blocs et troncs d’arbres qui se produisent lorsque d’importants dépôts de cendres, instables, sont repris par les pluies torrentielles accompagnant généralement les éruptions) ont probablement détruit des villages sur le flanc SE de l’île, il y a quelque 120 ans, occasionnant plusieurs victimes. De nombreux dépôts de lahars, épais et probablement pas plus anciens que 100-300 ans, ont d’ailleurs été observés sur l’ensemble des côtes de la partie centrale de l’île. Une éruption se serait produite en 1914 avec émission de cendres et descente de lahars (12 morts). Enfin, un petit cône de cendre s’est formé en 1966 à l’intérieur de la caldéra.

Trois zones bouillonnantes avec formation de bulles énormes (10 m de diamètre) et un roussissement général de la forêt des rives ont été observés au lac Voui le 13 juillet 1991 par un pilote de Vanair. C’était la première fois qu’il observait un tel phénomène, qui ne pouvait être que récent, puisque la forêt était encore intacte en mai de la : même année. Le 24 Juillet 1991, une reconnaissance aérienne montrait seulement trois zones d’eaux blanchâtres au milieu du lac et une végétation brûlée par des gaz acides jusqu’à la lèvre du cratère, 120 m au-dessus de l’eau. Un dégagement de SO2 anormalement fort, entre Mai et juillet 1991, est probablement à l’origine des phénomènes observés.

 

Sources :

- photos & vidéo Thomas Delano

- Vanuatu Geohazards Observatory - link

- Global volcanism Program – YasurAmbrym - Ambae / Aoba

 

 

Ambae / Aoba et son lac acide - photo 04.2017 Thomas Delano

Ambae / Aoba et son lac acide - photo 04.2017 Thomas Delano

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Sakurajima - eruptive activity of this 02.05.2017 / 03h20 - source: Asahi

Sakurajima - eruptive activity of this 02.05.2017 / 03h20 - source: Asahi

The Kagoshima Regional Weather Observatory reports a strong eruption at the Sakurajima / Aira caldera Showa crater, on May 2 at 3:20 am. It was accompanied by a plume of ashes up to 4,000 meters above the crater. The near town of Kagoshima is in the front line for ash fallout, and wearing the mask is recommended.
 
Source: Asahi and JMA / Japan Meteorological Agency

Sakurajima - ash fall predictions for 02.05.2017 - Doc. JMA

Sakurajima - ash fall predictions for 02.05.2017 - Doc. JMA

In Peru, explosions accompanied by ash and gas plumes continue at Sabancaya, where the OVI observed a plume rising 2,000 meters above the summit on 1 May 2017.
 
Source: OVI- Ingemmet

Sabancaya - 01.05.2017 / 10h28 - webcam OVI-Ingemmet

Sabancaya - 01.05.2017 / 10h28 - webcam OVI-Ingemmet

In the Caribbean, the National Agency for Disaster Management has increased the warning level of Kick 'em Jenny to yellow, along with a 5 km maritime exclusion zone around the volcano due to possible floatability problems , On 29 April 2017.
This follows a UWI / SRC recording of a high amplitude seismic signal for 25 sec. At one of the seismic stations of Grenada, also recorded by a station located on the island of Montserrat.
Recent measures indicate that the top of Kick 'em Jenny is currently too deep under the surface for a possible tsunami to occur following an eruption.
 
Source: University of the West Indies - link

 

Bathymetric image of Kick 'em Jenny - Doc. NOAA 2003

Bathymetric image of Kick 'em Jenny - Doc. NOAA 2003

 Location of the submarine volcano Kick 'em Jenny in the Caribbean arc - Doc. UWI

Location of the submarine volcano Kick 'em Jenny in the Caribbean arc - Doc. UWI

The night was restless at the Sinabung with ballistic projections at a significant height and a panache accompanying the activity.


Provided by: Endro Lewa

 Sinabung - 01.05.2017 / 20h45 - photo Endro Lewa

Sinabung - 01.05.2017 / 20h45 - photo Endro Lewa

Sinabung - 02.05.2017 / 01h58 - photo endro Lewa

Sinabung - 02.05.2017 / 01h58 - photo endro Lewa

An assembly gathering around a hundred speleologists with the objective of protecting the karst of Sorbas, in Almeria, to discover other cavities and to diffuse their findings by publications, found an interesting formation, not known to date: a cone of clay, in the form of a regular volcano.


Source: Toposorbas 17 / Twitter.

Karst de sorbas, Almeria - "volcano of clay" - photo Esc de Espeleologia / Twitter

Karst de sorbas, Almeria - "volcano of clay" - photo Esc de Espeleologia / Twitter

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Sakurajima - activité éruptive de ce 02.05.2017 / 03h20 - source : Asahi

Sakurajima - activité éruptive de ce 02.05.2017 / 03h20 - source : Asahi

L'Observatoire météo régional de Kagoshima rapporte une forte éruption au cratère Showa du Sakurajima / caldera Aira, ce 2 mai à 3h20. Elle s'est accompagnée d'un panache de cendres atteignant 4.000 mètres au dessus du cratère. La ville proche de Kagoshima se trouve en première ligne pour les retombées de cendres, et le port du masque est recommandé.

 

Source : Asahi et JMA / Japan Meteorological Agency

Sakurajima - prévisons de chutes de cendres pour le 02.05.2017 - Doc. JMA

Sakurajima - prévisons de chutes de cendres pour le 02.05.2017 - Doc. JMA

Au Pérou, les explosions accompagnées d'émissions de panaches de cendres et gaz se poursuivent au Sabancaya, où l'OVI a observé un panache montant à 2.000 mètres au dessus du sommet ce 1° mai 2017.

 

Source : OVI- Ingemmet

Sabancaya - 01.05.2017 / 10h28 - webcam OVI-Ingemmet

Sabancaya - 01.05.2017 / 10h28 - webcam OVI-Ingemmet

Dans les Caraïbes, l'Agence Nationale pour la Gestion des Catastrophes a augmenté le niveau d'alerte du Kick 'em Jenny à jaune, assorti d'une zone d'exclusion maritime de 5 km autour du volcan en raison de possible problèmes de flotabilité, ce 29 avril 2017.

Ceci fait suite à l'enregistrement par l'UWI/SRC d'un signal sismique de forte amplitude, durant 25 sec. à une des stations sismiques de Grenada, enregistré également par une station situé sur l'île de Montserrat.

Des mesures récentes indiquent que le sommet du Kick 'em Jenny est situé actuellement trop profondément sous la surface pour qu'une éventuelle éruption provoque un tsunami.

 

Source : University of the West Indies - link

 

Image bathymétrique du Kick 'em Jenny - Doc. NOAA 2003

Image bathymétrique du Kick 'em Jenny - Doc. NOAA 2003

Localisation du volcan sous-marin Kick 'em Jenny dans l'arc des Caraïbes

Localisation du volcan sous-marin Kick 'em Jenny dans l'arc des Caraïbes

La nuit a été agitée au Sinabung avec des projections ballistiques à une hauteur importante et un panache accompagnant l'activité.

Source : Endro Lewa

Sinabung - 01.05.2017 / 20h45 - photo Endro Lewa

Sinabung - 01.05.2017 / 20h45 - photo Endro Lewa

Sinabung - 02.05.2017 / 01h58 - photo endro Lewa

Sinabung - 02.05.2017 / 01h58 - photo endro Lewa

Une assemblée rassemblant une centaine de spéléologues avec objectif de protéger le karst de Sorbas, à Almeria, d'y découvrir d'autres cavités et de diffuser leurs trouvailles par des publications, a trouvé une formation intéressante, non connue à ce jour : un cône d'argile en forme de volcan régulier.

Source : Toposorbas 17 / Twitter.

Karst de sorbas , Almeria - "volcan d'argile" - photo Esc de Espeleologia / Twitter

Karst de sorbas , Almeria - "volcan d'argile" - photo Esc de Espeleologia / Twitter

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5

Articles récents

Hébergé par Overblog