Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

In Vanuatu, on Ambae, a brief eruptive episode marked, this 4th of January, the cone of Lake Voui, where a new crater would have opened in the lava field at the foot of the cone (radar images Sentinel 1 / via Culture volcano) -

A new phase of activity is observed on the webcam on January 27 around 11 pm, as well as a thermal anomaly.

The Vanuatu Geohazard Observatory reports a change of style of activity characterized by audible explosions in the vicinity and vapor plumes, containing little ashes. Nighttime glow is observed ... an activity of the type found at Yasur on the island of Tanna.

At the same time, he recalls that the forbidden zone of 2km radius around the vent remains in force due to projectiles and possible gas emission.
 

Ambae - Thermal Anomalies of January 2018 - Doc. Mirova Modis

Ambae - Thermal Anomalies of January 2018 - Doc. Mirova Modis

On Vanua Lava, alert level 1 since May 27, 2016, recent observations indicate signs of instability; it is recommended not to approach the volcano and the Sufur river, areas where volcanic gases are likely to be emitted.

The Suretamatai Volcano forms the largest part of Vanua Lava Island, one of the largest of Vanuatu's Banks Islands. The young lavas of Suretamatai (921 m high, also known as Soritimeat) cover a number of small, aged stratovolcans that form the island. Unlike other large volcanoes in Vanuatu, the predominantly basaltic to andesitic Suretamatai does not contain a young top in a caldera. A chain of small stratovolcanoes, oriented along a NNE-SSW line, gives the low inclination volcano an irregular profile. The youngest cone, near the northern end of the range, is the largest and contains a lake of varying depth in its crater 900 m wide, at the top, with 100 m depth. Historical activity, beginning during the 19th century, was limited to moderate explosive eruptions.

Sources: Vanuatu Geohazards Observatory, Watchers, Mirova & Culture Volcano.

partial view of Vanua Lava taken from the ISS - the active volcano Suretamatai is located under the clouds at the top of the image - NASA Space Shuttle image ISS006-E-40035, 2003

partial view of Vanua Lava taken from the ISS - the active volcano Suretamatai is located under the clouds at the top of the image - NASA Space Shuttle image ISS006-E-40035, 2003

In Kusatsu-Shirane, after the eruption of 23 January, the alert is maintained at level 3 by the JMA, accompanied by a prohibited area of ​​2 km radius around the Kagamiike.

Numerous volcanic earthquakes have been recorded since, including two on January 28 at around 3 pm, and four episodes of tremor on January 24, and two on January 25.

Source: Japan Times

Kusatsu - one of the craters spotted by the satellite 26 - photo Kyodo / Japan times

Kusatsu - one of the craters spotted by the satellite 26 - photo Kyodo / Japan times

After the observation of volcanic tremor on January 28 at 19h and January 30 before 01h, then between 5:18 and 5:49 UTC, in connection with the movement of fluids, and a small inflation, the JMA raised the alert of Zaozan, on the main island of Honshu, to 2 / do not approach the crater on January 30 at 14:38 JST.

Volcanic gas discharges are observed at the Umanose caldera.

The authorities have warned the nearby ski resort to remain alert, especially after the appearance of a controversy reproaching them a late warning to Kusatsu.

Zaosan forms the central group of a stratovolcano complex; it is surmounted by several lava domes and the Goshikidake tuff cone, which contains the Okama crater, active and filled with a strongly acid colored lake. Its historical eruptions date back to the 8th century; the last date of May 18, 1940.

Sources: NHK & Global Volcanism Program / Zaozan

The Okama crater of Zaozan - Kyodo photo

The Okama crater of Zaozan - Kyodo photo

In the Mayon, two collapses caused pyroclastic flows on January 30: the first at 11:51, in the Miisi drainage, was accompanied by a cloud of ash rising to 1,250 meters drifting southwest; two other flows followed in the Basud darinages and lasted until 12:09, with a cloud of ash drifting to the southwest.

Whitish to light gray plumes were then continuously emitted; Sporadic ash emissions began at 17:11, followed by a slow lava effusion and continued in the evening and early morning, feeding the lava flows in the Miisi and Bonga drainages.

Lava fountains, intermittent and of short duration, were observed during the night.

Mayon - pyroclastic flow of 30.01.2018 and ash cloud - photo Phivolcs

Mayon - pyroclastic flow of 30.01.2018 and ash cloud - photo Phivolcs

The change in behavior with previous eruptions, with plumes clearer and lower, is reported by the observatory of Mayon and justified an investigative flight.

Sources: Phivolcs & Rappler

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Au Vanuatu, sur Ambae, un bref épisode éruptif a marqué ce 4 janvier le cône du lac Voui, où un nouveau cratère se serait ouvert dans le champ de coulées au pied du cône ( images radar Sentinel 1 / via Culture volcan) -

Une nouvelle phase d'activité est observée sur la webcam le 27 janvier vers 23 h, ainsi qu'une anomalie thermique.

Le Vanuatu Geohazard Observatory signale un changement de style d'activité caractérisé par des explosions audibles dans les environs et des panaches de vapeur, contenant peu de cendres. De l'incandescence nocturne est observée .. ; soit une activité de type rencontrée au Yasur sur lîle de Tanna.

Il rappelle par le même occasion que la zone interdite de 2km de rayon autour de l'évent reste en vigueur en raison de projectiles et d'émission de gaz possibles.

Ambae - Anomaliess thermiques de janvier 2018 - doc. Mirova Modis

Ambae - Anomaliess thermiques de janvier 2018 - doc. Mirova Modis

Sur Vanua Lava, en alerte niveau 1 depuis le 27 mai 2016, des observations récentes indiquent des signes d'instabilité ; il est recommandé de ne pas s'approcher du volcan et de la Sufur river, zones où des gaz volcaniques sont susceptibles d'être émis.

Le volcan Suretamatai forme la plus grande partie de Vanua Lava Island , une des plus grandes des îles Banks du Vanuatu . Les jeunes laves du Suretamatai (921 m de haut , également connu sous le nom Soritimeat) recouvrent un certain nombre de petits stratovolcans âgés qui forment l’île. Contrairement à d’autres grands volcans du Vanuatu, le Suretamatai , à dominante basaltique à andésitique , ne contient pas un sommet jeune dans une caldeira . Une chaîne de petits stratovolcans, orientée selon une ligne NNE-SSW, donne au volcan à faible inclinaison un profil irrégulier. Le plus jeune cône, près de l’extrémité nord de la chaîne, est le plus grand et contient un lac de profondeur variable dans son cratère de 900 m de large, au sommet , avec 100 m de profondeur. L’ activité historique, commençant au cours du 19ème siècle, a été limitée à de modérées éruptions explosives.

Sources : Vanuatu Geohazards Observatory , the Watchers, Mirova & Culture Volcan.

vue partielle de Vanua Lava prise de l'ISS - le volcan actif Suretamatai est situé sous les nuages en haut de l'image -. Photo NASA

vue partielle de Vanua Lava prise de l'ISS - le volcan actif Suretamatai est situé sous les nuages en haut de l'image -. Photo NASA

Au Kusatsu-Shirane, après l'éruption du 23 janvier, l'alerte est maintenue au niveau 3 par le JMA, assortie d'une zone interdite de 2 km de rayon autour du Kagamiike.

De nombreux séismes volcaniques ont été enregistrés depuis dont deux le 28 janvier vers 15h., et quatre épisodes de trémor le 24.01 et deux le 25.01.

Source : Japan Times

Kusatsu - un des cratères repérés par satellite le 26 - photo Kyodo / Japan times

Kusatsu - un des cratères repérés par satellite le 26 - photo Kyodo / Japan times

Après l'observation de trémor volcanique le 28 janvier vers 19h et le 30 janvier avant 01h, puis entre 5h18 et 5h49 UTC, en rapport avec le mouvements de fluides, et une petite inflation, le JMA a élevé l'alerte du Zaozan, sur l'île principale de Honshu, à 2 / ne pas approcher du cratère ce 30 janvier à 14h38 JST.

Des décharges de gaz volcaniques sont observées à la caldeira Umanose.

Les autorités ont averti la station de ski proche de rester en alerte, surtout après l'apparition d'une polémique leur reprochant une alerte tardive au Kusatsu.

Le Zaosan forme le groupe central d'un complexe de stratovolcans ; il est surmonté de plusieurs dômes de lave et du cône de tuff Goshikidake, qui contient le cratère Okama, actif et rempli d'un lac coloré fortement acide. Ses éruptions historiques remontent au 8° siècle ; la dernière date du 18 mai 1940.

Sources : NHK & Global Volcanism Program / Zaozan

Le cratère Okama du Zaozan - photo Kyodo

Le cratère Okama du Zaozan - photo Kyodo

Au Mayon, deux effondrements ont provoqué ce 30 janvier des coulées pyroclastiques : la première à 11h51, dans le drainage Miisi, s'est accompagnée d'un nuage de cendres montant à 1.250 mètres dérivant vers le sud-ouest ; deux autres coulées ont suivi dans les darinages Basud et ont duré jusqu'à 12h09, avec un nuage de cendres dérivant vers le sud-ouest.

Des panaches blanchâtres à gris clair ont ensuite été émis en continu ; des émissions sporadiques de cendres ont commencé à 17h11, suivi d'une effusion de lave lente et continue en soirée et début de matinée, alimentant les coulées de lave dans les drainages Miisi et Bonga.

Des fontaines de lave, intermittentes et de courte durée, ont été observées en cours de nuit.

Mayon - coulée pyroclastique du 30.01.2018 et nuage de cendres - photo Phivolcs

Mayon - coulée pyroclastique du 30.01.2018 et nuage de cendres - photo Phivolcs

Le changement de comportement avec les éruptions précédentes, avec des panaches plus clairs et moins élevés, est signalé par l'observatoire du Mayon et a justifié un vol d'investigation.

Sources : Phivolcs & Rappler

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Des volcans et des hommes.

The inhabitants of Vestmannaeyjar, on the Icelandic island of Heimaey, were all fast asleep when the eruption began at 1:55 am GMT on 23 January 1973 on the eastern slope of Helgafell, "the sacred mountain".

The eruption was a surprise, the scientists did not notice any harbinger (with the means of the time).

The lava flows to the east, emitted by a fissure of about 1,600 meters in length.

As indicated by a cable received by the Smithsonian, the eruption was preceded by a seismic swarm beginning January 21 at 21h GMT; some 200 tremors of low magnitude are recorded until January 23, the largest of M about 2.7.

The fissure eruption on the eastern flank of Helgafell in 1973 - Eldheimar museum doc

The fissure eruption on the eastern flank of Helgafell in 1973 - Eldheimar museum doc

The eyewitnesses initially thought that all the houses in the eastern part of the city had caught fire, but they soon realized that the earth had just opened up and vomited lava at tens of meters high.

Sirens are triggered to warn the population, and very quickly, under the threat of the advance of lava and emission of gas, the inhabitants reach the port where fishing boats begin the evacuation to Iceland. The sick and the elderly are evacuated by planes. Almost all residents are evacuated on the first day, and only 150 people remain on Heimaey, joined by the ICE-SAR volunteers.
 

Heimaey - the third day of the eruption - photo Digo

Heimaey - the third day of the eruption - photo Digo

Heimaey 1973 - photo Valdís Óskarsdóttir / Reykjavík Museum of Photography

Heimaey 1973 - photo Valdís Óskarsdóttir / Reykjavík Museum of Photography

The eruptive fissure has between 30 and 40 vents and extends along the east coast of the island. The lava comes out fountains from a height of up to 600 meters, and bombs are catapulted to more than 2,500 meters in the air.

The eruption concentrates quickly in the center of the fisssure, and lava and tephra of the central crater erect a cone that will become the Eldfell, "the mountain of fire".

Heimaey, its volcanoes, and the progression of surfaces covered by lava flows in 1973 - USGS map

Heimaey, its volcanoes, and the progression of surfaces covered by lava flows in 1973 - USGS map

From the beginning of the eruption, houses close to the rift disappear under the lava and the tephra. A few days later, the winds turn to the west, and ashes fall on the city, burying quickly the buildings.

Lava fountains seen from the port of Vestmannaeyjar, on the island of Heimaey, January 25, 1973 - photo Bettmann archives

Lava fountains seen from the port of Vestmannaeyjar, on the island of Heimaey, January 25, 1973 - photo Bettmann archives

The houses of Vestmannaeyjar, buried under the ashes, after the eruption of 1973 - photo Owen Franken / Corbis in The Atlantic

The houses of Vestmannaeyjar, buried under the ashes, after the eruption of 1973 - photo Owen Franken / Corbis in The Atlantic

The lava flows enlarge the island: on January 30, the lavas cover 1 km² and the volume of ash poured on the city is estiimé to 2 million m³.

Middle of February, the lavas covers 3 km ², and its volume reaches 110 million m³. The flows threaten to close the entrance to the port, and cut the freshwater pipeline with the mainland ... which would mean the economic death of the city, fishing being its main resource.

Heimaey 1973 - Will the entrance to the harbor be blocked by lava flows ?

Heimaey 1973 - Will the entrance to the harbor be blocked by lava flows ?

The Icelanders then decided to dump large amounts of seawater on the front of lava, at a rate of 20 tons of water per hour. At the beginning of March, the Sandey boat projects 12,000 tons of water per hour on the lava flows. Then high-power pumps are provided by the United States.

All this watering down the temperature of the flows to about 200 ° C and solidifies the lava, which are immediately attacked by the bulldozers, while rollers compress tons of ashes dumped in dams.

The entrance to Heimaey Harbor and the watering of the flows with sea water - picture Comptoir d'Irlande

The entrance to Heimaey Harbor and the watering of the flows with sea water - picture Comptoir d'Irlande

Heimaey - the watering of lava flows forms a curtain of steam - photo Will Perry / Reykjavik Museum of Photography

Heimaey - the watering of lava flows forms a curtain of steam - photo Will Perry / Reykjavik Museum of Photography

The man once again knew how to control "a little bit"  the destructive force of the volcano.

In July 1973, the pumping stops, and the amount of seawater pumped is estimated at more than 6 million cubic meters. The first families return to the island, and a fish processing plant is restarted.

In the following year, all the inhabitants returned to the city, which is now heated by the volcano.

 

In 2005, the city council decided to clear 10 houses buried since 1973, and to build a memorial museum, the Eldheimar museum.

Heimaey - one of the houses cleared from the ashes of the 1973 eruption - Photo Eldheimar museum

Heimaey - one of the houses cleared from the ashes of the 1973 eruption - Photo Eldheimar museum

Eldheimar museum - photo Ljósm. Rúnar Þórarinsson

Eldheimar museum - photo Ljósm. Rúnar Þórarinsson

Sources:

- Iceland Mag - The Westman Islands are the Pompeii of the North

- Iceland Mag - When the residents of Vestmannaeyjar woke up to discover a volcano erupting on the outskirts of town

- Global Volcanism Program - Vestmannaeyjar

- Guide to the volcanoes of Europe and the Canaries - by M.Krafft and F.D.de Larouzière - Ed. Delachaux and Niestlé

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques, #Des volcans et des hommes.

Les habitants de Vestmannaeyjar, sur l'île islandaise d'Heimaey, étaient tous profondément endormis lorsque l'éruption a commencé à 1h55 GMTdu matin le 23 janvier 1973 sur le versant est de l'Helgafell, " la montagne sacrée ".

L'éruption a été une surprise, les scientifiques n'ayant remarqué aucun signe avant-coureur (avec les moyens de l'époque). 

La lave s'écoule vers l'est , émise par une fissure d'environ 1.600 mètres de longueur.

Comme l'indique un câble reçu par le Smithsonian, l'éruption a été précédée d'un essaim sismique débuté le 21 janvier à 21h GMT ; quelques 200 secousses de faible magnitude sont enregistrées jusqu'au 23 janvier, les plus importantes de M2,7 environ.

L'éruption fissurale sur le flanc est de l'Helgafell en 1973 - doc. Eldheimar museum

L'éruption fissurale sur le flanc est de l'Helgafell en 1973 - doc. Eldheimar museum

Les témoins oculaires ont d'abord pensé que toutes les maisons de la partie orientale de la ville avaient pris feu, mais ils ont vite réalisé que la terre venait de s'ouvrir et vomissait de la lave à des dizaines de mètres de hauteur.

Des sirènes sont déclenchées pour avertir la population, et très vite, sous la menace de l'avancée de la lave et les émanations de gaz, les habitants gagnent le port où des bateaux de pêche commencent l'évacuation vers l'Islande. Les malades et les personnes âgées sont évacuées par des avions. Presque tous les habitants sont évacués le premier jour, et seuls 150 personnes restant sur Heimaey, rejoints par le volontaires du ICE-SAR.

Heimaey - au troisième jour de l'éruption - photo Digo

Heimaey - au troisième jour de l'éruption - photo Digo

Heimaey 1973 - photo Valdís Óskarsdóttir  / Reykjavík Museum of Photography

Heimaey 1973 - photo Valdís Óskarsdóttir / Reykjavík Museum of Photography

La fissure éruptive compte entre 30 et 40 évents et s'étend le long de la côte est de l'île. La lave sort en fontaines d'une hauteur allant jusqu'à 600 mètres, et des bombes sont catapultées à plus de 2.500 mètres dans les airs.

L'éruption se concentre vite au centre de la fissure, et laves et tephra du cratère central édifient un cône qui deviendra l'Eldfell, " la montagne de feu ".

Heimaey, ses volcans, et la progression des surfaces recouvertes par les coulées de lave en 1973 - carte USGS

Heimaey, ses volcans, et la progression des surfaces recouvertes par les coulées de lave en 1973 - carte USGS

Dès le début de l'éruption, les habitations proches du rift disparaissent sous la lave et les tephra. Quelques jours plus tard, les vents tournent à l'ouest, et des cendres retombent sur la ville, ensevelissant vite les maisons.

Les fontaines de lave vues du port de Vestmannaeyjar, sur l'île d'Heimaey, le 25 janvier 1973 – photo Bettmann archives

Les fontaines de lave vues du port de Vestmannaeyjar, sur l'île d'Heimaey, le 25 janvier 1973 – photo Bettmann archives

Les maisons de Vestmannaeyjar, ensevelies sous les cendres, après l'éruption de 1973 – photo Owen Franken / Corbis in The Atlantic

Les maisons de Vestmannaeyjar, ensevelies sous les cendres, après l'éruption de 1973 – photo Owen Franken / Corbis in The Atlantic

Les coulées de lave agrandissent l'île : le 30 janvier, les laves couvrent 1 km² et le volume de cendres retombées sur la ville est estimé à 2 millions de m³.

Milieu février, la lave recouvre 3 km², et son volume atteint 110 millions de m³. Les coulées menacent de boucher l'entrée du port, et coupent la canalisation d'eau douce avec le continent ... ce qui signifierait la mort économique de la ville, la pêche étant sa principale ressource.

Heimaey 1973 - l'entrée du port sera-t-elle bouchée par les coulées de lave ?

Heimaey 1973 - l'entrée du port sera-t-elle bouchée par les coulées de lave ?

Les islandais décident alors de déverser de grandes quantités d'eau de mer sur le front de lave, à raison de 20 tonnes d'eau par heure. Début mars, le bateau Sandey projette 12.000 tonnes d'eau par heure sur les coulées de lave. Puis des pompes de grande puissance sont fournies par les Etats-Unis.

Tous ces arrosages font descendre la température de la coulée à environ 200°C et solidifie les laves, qui à peine refroidies sont entamées aussitôt par les bulldozers, tandis que des rouleaux compressent des tonnes de cendres déversées en barrages. 

L'entrée du port d'Heimaey et l'arrosage des coulées avec de l'eau de mer - photo Comptoir d'Islande

L'entrée du port d'Heimaey et l'arrosage des coulées avec de l'eau de mer - photo Comptoir d'Islande

Heimaey - l'arrosage des coulées de lave forme un rideau de vapeur - photo Will Perry / Reykjavík Museum of Photography

Heimaey - l'arrosage des coulées de lave forme un rideau de vapeur - photo Will Perry / Reykjavík Museum of Photography

L'homme a une nouvelle fois su maîtriser "un peu" la force destructrice du volcan.

En juillet 1973, le pompage s'arrête, et la quantité d'eau de mer pompée est estimée à plus de 6 millions de m³. Les premières familles reviennent sur l'île, et une usine de traitement du poisson est remise en marche.

Dans l'année qui suit, tous les habitants ont regagné la ville, qui est désormais chauffée par le volcan.

 

En 2005, le Conseil de la ville décide de dégager 10 maisons ensevelies depuis 1973, et de construire un musée commémoratif, l'Eldheimar museum.

Heimaey - une des maisons dégagée des cendres de l'éruption de 1973 - Photo Eldheimar museum

Heimaey - une des maisons dégagée des cendres de l'éruption de 1973 - Photo Eldheimar museum

Eldheimar museum  -  photo Ljósm. Rúnar Þórarinsson

Eldheimar museum - photo Ljósm. Rúnar Þórarinsson

Sources :

- Iceland Mag - The Westman Islands are the Pompeii of the North

- Iceland Mag - When the residents of Vestmannaeyjar woke up to discover a volcano erupting on the outskirts of town

- Global Volcanism Program – Vestmannaeyjar

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M.Krafft et F.D.de Larouzière - Ed. Delachaux et Niestlé

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques, #Des volcans et des hommes.

At various times, and often unsuccessfully, the man attacked the lava flows that threatened him.

Whether at Eldfell in Iceland, at Etna in Sicily, or at Mauna Loa on Hawaii, tenacity paid off.

Kodachrome movie archive: eruption of Mauna Loa in late 1935 - probablyy spun by H.Stearns USGS

The eruption of Mauna Loa in 1935 :

On November 21, 1935, an eruption begins in the summit caldera of Mauna Loa, on Big Island / Hawaii. Soon she will migrate to the Northeast Rift Zone.

On November 27, a new vent opens on the northern flank of the volcano, well outside the rift zone; it produces pahoehoe lava flows in the saddle separating Mauna Loa from Mauna Kea.

The lava flows will then head east and the city of Hilo, progressing a mile a day ... the city is threatened, and will be reached mid-January if nothing is done !

Fissural eruption (1933) in the Moku'āweoweo crater at the top of Mauna Loa, illustrating the eruptive site - Doc. USGS / Naval Air Service

Fissural eruption (1933) in the Moku'āweoweo crater at the top of Mauna Loa, illustrating the eruptive site - Doc. USGS / Naval Air Service

Hawaii / big island - situation of volcanoes and rift zones

Hawaii / big island - situation of volcanoes and rift zones

On December 23, 1935, fearing that the lava flow would reach the headwaters of the Wailuku River, which supplies water to the town of Hilo, Thomas Jaggar, Director of the Hawaiian Volcanological Observatory, called the services of the Army of the air based on O'ahu Island.

Front of a flow of Mauna Loa in the forest - photo H.T.Stearns 27.12.1935

He asks the army to bomb the lava flow because he hopes to destroy the lava tunnels or the supply channels of the lava; Lieutenant-Colonel George S. Patton (the future famous General Patton during the Second World War) is responsible for overseeing this operation.

On Dec. 26, six Keystone B-3A bombers and four LB-6 light bombers, from 23rd and 72nd US Air Force bombers, based in Pearl Harbor, were deployed from Luke Field to Hilo.

During a first flight, three Keystone B-3A bombers and two LB-6 light bombers take off. A second flight was planned for the afternoon. They will drop twenty bombs of 300 kilos on the targets this December 27th.

Five of the 20 dropped bombs hit the molten lava directly, most of the others impact solidified lava along the channeled flow, making craters 6 meters in diameter and 2 meters deep on average. Colonel W.C.Capp, a pilot who bombarded the lower target, reported direct impacts on the flow channel, and the observation of a "red molten rock sheet" projected at an altitude of 200 meters, and debris having made small holes in the lower wing (of its biplane).

Several bombs collapsed the thin roof of the lava tunnels, although under no circumstances were there sufficient roof breakage materials to cause tunnel blockage, according to other pilots.

Exactly six days later, the eruption stops ... Jaggar is convinced that the operation is a success, and airmen are considered heroes.
 

A USAF Keystone B-3A bomber - the cockpit of a Keystone LB-6  & the HighFlight VolcanoBombing badge - The 23rd bomb squadron patch, in memory of this bombing - a click to enlarge
A USAF Keystone B-3A bomber - the cockpit of a Keystone LB-6  & the HighFlight VolcanoBombing badge - The 23rd bomb squadron patch, in memory of this bombing - a click to enlargeA USAF Keystone B-3A bomber - the cockpit of a Keystone LB-6  & the HighFlight VolcanoBombing badge - The 23rd bomb squadron patch, in memory of this bombing - a click to enlarge

A USAF Keystone B-3A bomber - the cockpit of a Keystone LB-6 & the HighFlight VolcanoBombing badge - The 23rd bomb squadron patch, in memory of this bombing - a click to enlarge

Detonation of a bomb at Mauno Loa during the bombardment of the source of the lava flow on December 27, 1935 (located at a height of 2,590 m) - Photo by Army Air Corps, 11th Photo Section. PC: USGS

Detonation of a bomb at Mauno Loa during the bombardment of the source of the lava flow on December 27, 1935 (located at a height of 2,590 m) - Photo by Army Air Corps, 11th Photo Section. PC: USGS

The controversy and the legend:

The pilots were honored for saving Hilo, but were found cursed for deceiving the goddess Pelé.

Two of the bombers crash on landing at Luke Field. The pilots will survive the incident. A month later, on January 24, 1936, two planes exploded over O'ahu, following a collision in flight. Six of the eight airmen were killed. They are identified as pilots of the volcano bombing mission. Hawaiians are convinced that they have been angered by the goddess Pelé.

 

The success of the bombing mission is denied by USGS geologist Harold Stearns, who is responsible for mapping and water resources for the Maui volcanoes. Having learned about the Mauna Loa bombing project, he wanted to fly with the army.

He then questions Jaggar about the effectiveness of the operation: according to him, the lava is located too low, and there would have been no effect following the bombing. The possibility of stemming seems effective, but the target too small.

Jaggar replies that the examination of the source of the flow shows that the canal was broken by the bombing, and the flow of the lava deviated ; the movement of the lava front slowed, advancing only about 300 meters per day during the five days following the bombing.

 

Whether it is Jaggar who is right, or the other hypothesis prevails, is it not important that Hilo has been spared ? ... and that Pele's will be done.

Can we stop a lava flow ? - 1 - The eruption of Mauna Loa in 1935

Sources :

- HVO / Big Island now : Hawai‘i Volcano Watch: Did Aerial Bombing Stop the 1935 Mauna Loa Lava Flow?

- Bulletin of Volcanology - Diversion of lava flows by aerial bombing — lessons from Mauna Loa volcano, Hawaii – J.P.Lockwood & F.A.Torgerson

- Historic wings – volcano bombing

- This day in aviation : aerial-bombardment of 17 décember 1935

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Colima - interior of the crater during the last flight in January 2018, and its morphological changes - Photo Unidad Estatal de Protección Civil y Bomberos Jalisco.

Colima - interior of the crater during the last flight in January 2018, and its morphological changes - Photo Unidad Estatal de Protección Civil y Bomberos Jalisco.

An inspection flyover of the Fuego de Colima volcano has just been executed by the Jalisco State Civil Protection and Fire Department and UNAM.

After the destruction of the dome between December 2016 and January 2017, there are morphological changes: the west terrace has decreased by 4.000 m².

The presence of sulfur deposits, which replaced the smoking activity, indicates a "cold crater".

The bottom of the crater is slowly deformed, probably due to the rise of new magmatic materials.

Colima - sulfur deposits indicate a "cold crater" - Photo Unidad Estatal de Protección Civil y Bomberos Jalisco.

Colima - sulfur deposits indicate a "cold crater" - Photo Unidad Estatal de Protección Civil y Bomberos Jalisco.

The University of Colima has indeed recorded 20 to 26 January 2018, 20 volcanotectonic earthquakes, 8 LP episodes related to exhalations, and the tremor in relation to the internal movements of fluids; 3 landslides left traces.

No other phenomena related to volcanic activity, only a low vapor emission is sporadically observed: passive degassing.

Source: RESCO-CUEIV University of Colima

Colima - intermittent passive degassing - photo Unidad Estatal de Protección Civil y Bomberos Jalisco.

Colima - intermittent passive degassing - photo Unidad Estatal de Protección Civil y Bomberos Jalisco.

On 28 January, Ineter reports treasure troves at San Miguel / Chaparrastique; the micro-seismicity is high, in connection with an intense internal circulation of gas and water, and possibly of magma. Seismic vibrations exceed 150 RSAM units.

Degassing continues sporadically.

Sources: Ineter & MARN
 

 Chaparrastique - 28.01.2018 / 9:15 - photo MARN --- RSAM diagram from 20 to 26 January 2018 - Doc. MARN
 Chaparrastique - 28.01.2018 / 9:15 - photo MARN --- RSAM diagram from 20 to 26 January 2018 - Doc. MARN

 Chaparrastique - 28.01.2018 / 9:15 - photo MARN --- RSAM diagram from 20 to 26 January 2018 - Doc. MARN

The Phivolcs informs two episodes of fountaining at Mayon between 4:22 pm yesterday and 1:40 am on January 28, 2018, a duration of respectively 23 and 55 minutes. They fed the lava flows in the Miisi and Bonga drainages, as well as the rock falls, and sprayed the areas near the vent with spatters.

The flow of SO2 was measured at 1,916 tonnes / day on 25.01.18.

Mayon - lava fountains January 27-28 in the night - photo Phivolcs

Mayon - lava fountains January 27-28 in the night - photo Phivolcs

Heavy rains in the Province of Albay increase the risk of syn-eruptive lahars in the many Mayon drainages.

The volume of deposits of pyroclastic flows is about 9 million m³, and the total volume of ash falls on the western sector of 1.5 million m³ ... all these materials can be remobilized by the rains and generate lahars, by incorporating existing eroded materials into the borrowed drainages.

Source: Phivolcs

Mayon - Fountaining and lava flows on 27.01.2018

Mayon - Fountaining and lava flows on 27.01.2018

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques, #Des volcans et des hommes.

A diverses reprises, et souvent infructueusement, l'homme s'est attaqué aux coulées de lave qui le menaçaient.

Que ce soit à l'Eldfell en Islande, à l'Etna en Sicile, ou au Mauna Loa sur Hawaii, la ténacité a été payante.

Archives Kodachrome movie film : éruption du Mauna Loa en fin 1935 - probablementy filée par H.Stearns USGS

L'éruption du Mauna Loa en 1935 :

Le 21 novembre 1935, une éruption débute dans la caldeira sommitale du Mauna Loa, sur Big Island / Hawaii. Rapidement, elle va migrer vers la zone de rift nord-est.

Le 27 novembre, un nouvel évent s'ouvre sur le flanc nord du volcan, bien en dehors de la zone de rift ; elle produit des flots de lave pahoehoe dans la selle séparant le Mauna Loa du Mauna Kea.

Les coulées de lave vont se diriger ensuite vers l'est et la ville d'Hilo, en progressant d'un mile par jour ... la ville est menacée, et sera atteinte mi-janvier si rien n'est fait !

Eruption fissurale (1933) dans le cratère Moku‘āweoweo au sommet du Mauna Loa, illustrant le site éruptif – doc. USGS / Naval Air Service

Eruption fissurale (1933) dans le cratère Moku‘āweoweo au sommet du Mauna Loa, illustrant le site éruptif – doc. USGS / Naval Air Service

Hawaii / big island - situation des volcans et des rift zones

Hawaii / big island - situation des volcans et des rift zones

Front d'une coulée a'a du Mauna Loa dans la forêt - photo H.T.Stearns 27.12.1935

Le 23 décembre 1935, craignant que la coulée de lave n'atteigne le cours supérieur de la rivière Wailuku, qui alimente en eau la ville de Hilo, Thomas Jaggar, Directeur de l'observatoire volcanologique Hawaiien,appelle les services de l'armée de l'air basé sur l'île d'O'ahu.

Il demande à l'armée de bombarder la coulée de lave, car il espère détruire les tunnels de lave ou les canaux d'alimentation de celle-ci ; c'est le lieutenant-colonel George S.Patton (le futur célèbre Général Patton durant le deuxième guerre mondiale) qui est chargé de superviser cette opération.

Le 26 décembre, six bombardiers Keystone B-3A et quatre bombardiers légers LB-6, des 23° et 72° excadrons de l'US Air Force, basés à Pearl Harbor, sont déployés de Luke Field vers Hilo.

Au cours d'un premier vol, trois bombardiers Keystone B-3A et deux bombardiers légers LB-6 décollent. Un second vol a été planifié pour l'après-midi. Ils vont lâcher vingt bombes de 300 kilos sur les cibles ce 27 décembre.

Cinq des 20 bombes lâchées touchent de la lave en fusion directement, la plupart des autres impactent de la lave solidifiée le long de la coulée canalisée, en y faisant des cratères de 6 mètres de diamètre et 2 mètres de profondeur en moyenne. Le colonel W.C.Capp, un pilote qui a bombardé la cible inférieure, rapporte des impacts directs sur le chenal d'écoulement, et l'observation d'une " feuille de roche fondue, rouge", projetée à une altitude de 200 mètres, et de débris ayant fait de petits trous dans l'aile inférieure (de son biplan).

Plusieurs bombes ont fait s'effondrer le mince toit des tunnels de lave, bien qu'en aucun cas, il n'y eu suffisamment de matériaux de la casse de ce toit pour causer le blocage du tunnel, selon d'autres pilotes.

Exactement six jours après, l'éruption s'arrête ... Jaggar est persuadé que l'opération est un succès, et les aviateurs sont considérés comme des héros.

Un bombardier Keystone B-3A de l'USAF  - & l'insigne du HighFlight VolcanoBombing- The 23rd bomb squadron patch , en souvenir de ce bombardement - un clic pour agrandir.
Un bombardier Keystone B-3A de l'USAF  - & l'insigne du HighFlight VolcanoBombing- The 23rd bomb squadron patch , en souvenir de ce bombardement - un clic pour agrandir.

Un bombardier Keystone B-3A de l'USAF - & l'insigne du HighFlight VolcanoBombing- The 23rd bomb squadron patch , en souvenir de ce bombardement - un clic pour agrandir.

Détonation d'une bombe au Mauno Loa lors du bombardement de la source de la coulée de lave le 27 décembre 1935 (située à une hauteur de 2.590 m) - Photo by Army Air Corps, 11th Photo Section. PC: USGS

Détonation d'une bombe au Mauno Loa lors du bombardement de la source de la coulée de lave le 27 décembre 1935 (située à une hauteur de 2.590 m) - Photo by Army Air Corps, 11th Photo Section. PC: USGS

La polémique et la légende :

Les pilotes ont été honorés pour avoir sauvé Hilo, mais jugés maudits pour avoir trompé la déesse Pelé.

Deux des bombardiers s'écrasent à l'atterrissage à Luke field. Les pilotes survivront à l'incident. Un mois plus tard, le 24 janvier 1936, deux avions explosent au dessus d'O'ahu, suite à une collision en vol.Six des huits aviateurs sont tués. Ils sont identifiés comme pilotes de la mission de bombardement du volcan. Les hawaiiens sont convaincus qu'ils ont subi la colère de la déesse Pelé.

 

Le succès de la mission de bombardement est démenti par le géologue de l'USGS, Harold Stearns, chargé de la cartographie et des ressources en eau des volcans de Maui. Ayant appris le projet de bombardement de la coulée au Mauna Loa, il a voulu voler avec l'armée.

Il questionne ensuite Jaggar sur l'efficacité de l'opération : selon lui, la lave est située trop bas, et il n'y aurait eu aucun effet suite au bombardement. La possibilité d'endiguer semble efficace, mais la cible trop petite. Jaggar lui répond que l'examen de la source du flux montre que la canal a été brisé par les bombardements, et l'écoulement de la lave dévié ; le mouvement du front de lave a ralenti, ne progressant que de 300 mètres par jour environ au cours des cinq jours qui ont suivi le bombardement.

 

Que ce soit Jaggar qui ait raison, ou que l'autre hypothèse prévale, l'important n'est-il pas qu'Hilo ait été épargnée ? ... que la volonté de Pelé soit faite.

 

Peut-on stopper une coulée de lave ?  - 1 – L'éruption du Mauna Loa en 1935

Sources :

- HVO / Big Island now : Hawai‘i Volcano Watch: Did Aerial Bombing Stop the 1935 Mauna Loa Lava Flow?

- Bulletin of Volcanology - Diversion of lava flows by aerial bombing — lessons from Mauna Loa volcano, Hawaii – J.P.Lockwood & F.A.Torgerson

- Historic wings – volcano bombing

- This day in aviation : aerial-bombardment of 17 décember 1935

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Colima - intérieur du cratère lors du dernier survol effectué en janvier 2018, et ses modifications morphologiques  - photo  Unidad Estatal de Protección Civil  y Bomberos Jalisco.

Colima - intérieur du cratère lors du dernier survol effectué en janvier 2018, et ses modifications morphologiques - photo Unidad Estatal de Protección Civil y Bomberos Jalisco.

Un survol d'inspection du volcan Fuego de Colima vient d'être exécuté par le Jalisco State Civil Protection et Fire Department et l'UNAM .

Après le destruction du dôme entre décembre 2016 et janvier 2017, on constate des changements morphologiques : la terrasse ouest a diminué de 4.000 m².

La présence de dépôts de soufre, qui ont remplacé l'activité fumerolienne, indique un "cratère froid".

Le fond du cratère se déforme lentement, probablement sous l'effet de montée de nouveaux matériaux magmatiques.

Colima - les dépôts soufrés indiquent un "cratère froid" -  photo  Unidad Estatal de Protección Civil  y Bomberos Jalisco.

Colima - les dépôts soufrés indiquent un "cratère froid" - photo Unidad Estatal de Protección Civil y Bomberos Jalisco.

L'Université de Colima a en effet enregistré, du 20 au 26 janvier 2018, 20 séismes volcanotectoniques, 8 épisodes LP liés aux exhalaisons, et du trémor en relation avec les mouvements internes de fluides ; 3 glissements de terrain ont laissé des traces.

Pas d'autres phénomènes liés à l'activité volcanique, seul une faible émission de vapeur est sporadiquement observée : du dégazage passif.

 

Source : RESCO-CUEIV Université de Colima

Colima - dégazage passif intermittent  -  photo  Unidad Estatal de Protección Civil  y Bomberos Jalisco.

Colima - dégazage passif intermittent - photo Unidad Estatal de Protección Civil y Bomberos Jalisco.

Ce 28 janvier, l'Ineter rapporte des trémors au San Miguel / Chaparrastique ; la micro-sismicité est haute, en liaison avec une circulation interne intense de gaz et d'eau, et possiblement de magma. Les vibrations sismiques dépassent les 150 unités RSAM.

Un dégazage se poursuit sporadiquement.

Sources : Ineter & MARN

 Chaparrastique - 28.01.2018 / 9h15 - photo MARN --- Diagramme RSAM du 20 au 26 janvier 2018 - Doc. MARN
 Chaparrastique - 28.01.2018 / 9h15 - photo MARN --- Diagramme RSAM du 20 au 26 janvier 2018 - Doc. MARN

Chaparrastique - 28.01.2018 / 9h15 - photo MARN --- Diagramme RSAM du 20 au 26 janvier 2018 - Doc. MARN

Le Phivolcs renseigne deux épisodes de fountaining au Mayon entre 16h22 hier et 01h40 ce 28 janvier 2018, d'une durée respective de 23 et 55 minutes. Ils ont alimenté les coulées de lave dans les drainages Miisi et Bonga, ainsi que les chutes de roches, et arrosé de spatters les zones proches de l'évent .

Le flux de SO2 était mesuré à 1.916 tonnes/jour le 25.01.18.

Mayon - fontaines de lave les 27-28 janvier en nuit - photo Phivolcs

Mayon - fontaines de lave les 27-28 janvier en nuit - photo Phivolcs

Les fortes pluies sur la Province d'Albay font augmenter le risque de lahars syn-éruptifs dans les nombreux drainages du Mayon.

Le volume de dépôts de coulées pyroclastiques est d'environ 9 millions de m³, et le volume total des chutes de cendres sur le secteur ouest de 1,5 millions de m³ ... tous ces matériaux peuvent être remobilisés par les pluies et générer des lahars,en incorporant des matériaux érodés existants dans les drainages empruntés.

Source : Phivolcs

Mayon - Fountaining et coulées de lave le 27.01.2018

Mayon - Fountaining et coulées de lave le 27.01.2018

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Mayon - Lava Flow and Blocks in Bonga Drainage 26.01.2018 at 20:09 PST - Phivolcs photos from the observatory.
Mayon - Lava Flow and Blocks in Bonga Drainage 26.01.2018 at 20:09 PST - Phivolcs photos from the observatory.

Mayon - Lava Flow and Blocks in Bonga Drainage 26.01.2018 at 20:09 PST - Phivolcs photos from the observatory.

Mayon's activity remains in the canvas of previous days - see Phivolcs for details.

A dispatch from AFP, however, reveals the nightmarish atmosphere in which some refugees must live; more than 77,000 people crowded into crowded shelters, when they do not have to build themselves a makeshift shelter ... and in deplorable hygienic conditions, and probably for whole months.

Sources: Phivolcs & LaLibre.be

Karymsky - photo archives Volcanological Institute of Petropavlovsk / Y.Doubik

Karymsky - photo archives Volcanological Institute of Petropavlovsk / Y.Doubik

In Kamchatka, Karymsky, in orange aviation code, experienced a moderate ash explosion on January 27, accompanied by an ash plume of more than 5,000 meters, drifting for 80 km to the northeast.

Sources: KVERT & VAAC Tokyo

New craters possible at Kusatsu - imge sat Airbus / Pasco via NHK World

New craters possible at Kusatsu - imge sat Airbus / Pasco via NHK World

The analysis of Kusatsu-Shiranesan's satellite imagery by the Pasco Company reveals a line of about 200 meters of multiple holes of 10-15 meters in diameter on Motoshirane Peak, near Lake Kagamiike, the site of the recent eruption.

These holes, not visible on previously taken pictures, suggest the formation of new craters.

Another possible crater is pointed 300 meters further east, just a hundred meters from the lift system.

The professor from Tokyo University, Toshitsugu Fujii, said that a surveillance of this area is necessary, because according to him, these new craters could result from different eruptive mechanisms.

Source: NHK

Nevados of Chillan - state of the lava dome on 23.01.2018 - Sernageomin photos
Nevados of Chillan - state of the lava dome on 23.01.2018 - Sernageomin photos

Nevados of Chillan - state of the lava dome on 23.01.2018 - Sernageomin photos

Photos from Sernageomin show that the Nevados de Chillan lava dome is stable; and has discrete outputs of gas and vapor in the crack zone.

Alert level remains in Amarilla

Source: Sernageomin

Erta Ale - 06.01.2018 - the lava river and the glowing holes at the bottom of the southern crater - & the lava river that falls into a well - photos Fotografie mit Seele / Facebook
Erta Ale - 06.01.2018 - the lava river and the glowing holes at the bottom of the southern crater - & the lava river that falls into a well - photos Fotografie mit Seele / Facebook

Erta Ale - 06.01.2018 - the lava river and the glowing holes at the bottom of the southern crater - & the lava river that falls into a well - photos Fotografie mit Seele / Facebook

Some rare news from Erta Ale: it is provided by a German photographer on Facebook.

Having been able to approach the pir crater south on January 6, 2018, he tells us that at a depth of 100 meters, there is no longer a lava lake, but rather a kind of lava river coming out of a tunnel in the right-side wall that disappears at high speed in another tunnel virtually vertically opposite coast.

In the collapsing area of ​​the crater walls, glowing holes are growing day by day, and seem to consume old materials; by five of them, he could see lava, as well as spattering at the level of some hornitos.

Source: Fotografie mit Seele
 

Erta ale - thermal anomalies identified by Mirova / Modis on 26.01.2018

Erta ale - thermal anomalies identified by Mirova / Modis on 26.01.2018

In Poas, the new acidic lake has been increasing in volume since mid-January, following a combination of a reduction in magmatic activity and the emission of gases, and heavy rainfall since August 2017.

It has a milky gray color, a temperature of 60 ° C, an acid pH of about 0.6.

Detailed data by Ovsicori:

-Poás ex-domo lake (Boca A o Boca Roja) Muestra 16571 No. 14 -23 enero 2018
Acid o pH = 0.65,
ORP (potencial oxidación-reducción) of 336 +/- 2 mV,
electrical conductivity 62.9 +/- 2 mS / cm y
Temperatura: 59 - 60 degrees Celsius

- Poás lago Boca B (or Boca Azufrada) Muestra 16572 No. 15 - 23 enero 2018
Acid o pH = 0.64,
ORP (potencial oxidación-reducción) of 347 +/- 2 mV,
electrical conductivity 61.5 +/- 2 mS / cm y
Temperatura: 59 - 60 degrees Celsius

 

Poas - 26.01.2018 / 11h12 - the new hot acid lake - Ovsicori webcam

Poas - 26.01.2018 / 11h12 - the new hot acid lake - Ovsicori webcam

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Mayon - Coulée de lave et blocs dans le drainage Bonga le 26,01,2018 à 20h09 PST – photos Phivolcs depuis l'observatoire.
Mayon - Coulée de lave et blocs dans le drainage Bonga le 26,01,2018 à 20h09 PST – photos Phivolcs depuis l'observatoire.

Mayon - Coulée de lave et blocs dans le drainage Bonga le 26,01,2018 à 20h09 PST – photos Phivolcs depuis l'observatoire.

L'activité du Mayon reste dans le canevas des jours précédents – voir Phivolcs pour les détails.

Une dépêche de l'AFP révèle par contre l'ambiance cauchemardesque dans laquelle doivent vivre certains réfugiés ; plus de 77.000 personnes s'entassent dans des abris bondés, quand ils ne doivent pas se construire eux-mêmes un abri de fortune ... et dans des conditions d'hygiène déplorables, et vraisemblablement pour des mois entiers.

Sources : Phivolcs & LaLibre.be

Karymsky - photo archives Institut volcanologique de Petropavlovsk / Y.Doubik

Karymsky - photo archives Institut volcanologique de Petropavlovsk / Y.Doubik

Au Kamchatka, le Karymsky, en code aviation orange, a connu ce 27 janvier une explosion de cendres modérée, accompagnée d'un panache de cendres de plus de 5.000 mètres, dérivant ensuite sur 80 km vers le nord-est.

Sources : KVERT & VAAC Tokyo

Nouveaux cratères possibles au Kusatsu - imge sat Airbus/Pasco via NHK World

Nouveaux cratères possibles au Kusatsu - imge sat Airbus/Pasco via NHK World

L'analyse des images satellites du Kusatsu-Shiranesan par la société Pasco laisse découvrir une ligne longue d'environ 200 mètres de trous multiples de 10-15 mètres de diamètre sur le pic Motoshirane, près du lac Kagamiike, siège de la récente éruption.

Ces trous, non visible sur des photos prises antérieurement, suggère la formation de nouveaux cratères.

Un autre cratère possible est pointé à 300 mètres plus à l'est, à seulement une centaine de mètres du système de remonte-pentes.

Le professeur de l'Université de Tokyo Toshitsugu Fujii qu'une surveillance de cette zone est nécessaire, car d'après lui, ces nouveaux cratères pourraient résulter de différents mécanismes éruptifs.

Source : NHK

Nevados de Chillan - état du dôme de lave le 23.01.2018 - photos Sernageomin
Nevados de Chillan - état du dôme de lave le 23.01.2018 - photos Sernageomin

Nevados de Chillan - état du dôme de lave le 23.01.2018 - photos Sernageomin

Des photos du Sernageomin montre que le dôme de lave du Nevados de Chillan est stable ; et présente des sorties discrètes de gaz et vapeur dans la zone de la fissure.

Le niveau d'alerte reste à Amarilla

Source : Sernageomin

Erta Ale - 06.01.2018 - la rivière de lave et les trous incandescents au fond du pit crater sud - & la sortie de la rivière de lave qui tombe dans un puit - photos Fotografie mit Seele / Facebook
Erta Ale - 06.01.2018 - la rivière de lave et les trous incandescents au fond du pit crater sud - & la sortie de la rivière de lave qui tombe dans un puit - photos Fotografie mit Seele / Facebook

Erta Ale - 06.01.2018 - la rivière de lave et les trous incandescents au fond du pit crater sud - & la sortie de la rivière de lave qui tombe dans un puit - photos Fotografie mit Seele / Facebook

Quelques rares nouvelles du Erta Ale : elle nous sont fournies par un photographe allemand sur Facebook.

Ayant pu approcher le pir crater sud le 6 janvier 2018, il nous dit qu'à une profondeur de 100 mètres, il n'y a plus un lac de lave, mais bien une sorte de rivière de lave sortant d'un tunnel dans la paroi côté droit qui disparaît à grande vitesse dans un autre tunnel pratiquement à la verticale côte opposé.

Dans la zone d'effondrement des parois du cratère, des trous incandescents s'agrandissent de jour en jour, et semblent consumer les anciens matériaux ; par cinq d'entre eux, il a pu voir de la lave, ainsi que du spattering au niveau de certains hornitos.

Source : Fotografie mit Seele 

Erta ale - anomalies thermique repérées par Mirova / Modis au 26.01.2018

Erta ale - anomalies thermique repérées par Mirova / Modis au 26.01.2018

Au Poas, le nouveau lac acide augmente garduellement de volume depuis mi-janvier, suite à la combinaison d'une réduction de l'activité magmatique et de l'émission des gaz, et des fortes précipitations depuis août 2017.

Il présente une couleur gris laiteuse, une température de 60°C, un pH acide d'environ 0,6.

Données détaillées par l'Ovsicori : 

-Poás lago ex-domo (Boca A o Boca Roja) Muestra 16571 No. 14 -23 enero 2018 
Acidez o pH=0.65,
ORP (potencial oxidación-reducción) de 336 +/-2 mV, 
conductividad eléctrica 62.9 +/-2 mS/cm y
Temperatura: 59 - 60 grados Celsius

- Poás lago Boca B (o Boca Azufrada) Muestra 16572 No. 15 - 23 enero 2018
Acidez o pH=0.64,
ORP (potencial oxidación-reducción) de 347 +/-2 mV, 
conductividad eléctrica 61.5 +/-2 mS/cm y
Temperatura: 59 - 60 grados Celsius

 

 Poas - 26.01.2018 / 11h12 - le nouveau lac acide chaud - webcam Ovsicori

Poas - 26.01.2018 / 11h12 - le nouveau lac acide chaud - webcam Ovsicori

Lire la suite

1 2 3 4 5 6 7 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog