Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Nevados de Chillan, active dome - thermal camera / Sernageomin 31.01.2018
Nevados de Chillan, active dome - thermal camera / Sernageomin 31.01.2018

Nevados de Chillan, active dome - thermal camera / Sernageomin 31.01.2018

In the context of recurring explosive activity, a strong explosion stands out at the Nevados de Chillan complex on February 2 at 12:02 local time. It was accompanied by a plume of white and gray coloring, reaching a height of 2,500 meters.

According to Sernageomin, it is likely that part of the Gil-Cruz dome, located in the active crater Nicanor has been affected.

The sound wave of the explosion was heard in Las Trancas, 10 km from the eruptive center, and Gran Hotel Termas de Chillan, 5 km away, as well as the infrasonic system.

The technical alert remains at amarillo.

An overview of January 31, 2018 showed that the dome growth process was continuous, and that its temperature was high, around 500 ° C according to the thermal camera. The gas emissions sometimes took on a greyish color highlighting the presence of particles.

Source: Sernageomin
 

Nevados of Chillan - explosion on 02.02.2018 / 12h02 - photo Sernageomin

Nevados of Chillan - explosion on 02.02.2018 / 12h02 - photo Sernageomin

In Mayon, the day of February 2 was marked by a low and sporadic fountaining, and degassing; this activity produced small white to slightly gray plumes, with the exception of an episode at 9:18, during which the gray ash plume reached a height of 1,000 meters.

During the night, the effusion fed the lava flows into the Miisi, Bonga-Buyuan and nearby drainages; the flows now reach 3,200 and 4,300 meters in length from the crater.

Seismicity is characterized by 17 volcanic earthquakes, and 10 tremor episodes. Sulfur dioxide emissions have averaged 1.583 tonnes per day, and inflation is continuous.

Source: Phivolcs
 

Mayon - updated map of lahar risk areas - Doc.Phivolcs

Mayon - updated map of lahar risk areas - Doc.Phivolcs

The GSJ has released the latest Nishinoshima elevation data, and a 3D view of the topographic changes due to the 2017 eruption.

Source: Fumihiko Ikegami / UTAS PhD Student

3D model of Nishinoshima on 03.07.2016 / Before eruption 2017 - 3Dmodel by F. Ikegami - GSJ data

3D model of Nishinoshima on 03.07.2016 / Before eruption 2017 - 3Dmodel by F. Ikegami - GSJ data

3D model of Nishinoshima in January 2018 / After eruption 2017 - 3Dmodel by F. Ikegami - GSJ data

3D model of Nishinoshima in January 2018 / After eruption 2017 - 3Dmodel by F. Ikegami - GSJ data

Nishinoshima - photo GSJ of 17.01.2018 and the eruption of 25.05.2017 by Nasa Earth explorer - a click to enlargeNishinoshimaNishinoshima - photo GSJ of 17.01.2018 and the eruption of 25.05.2017 by Nasa Earth explorer - a click to enlargeNishinoshima

Nishinoshima - photo GSJ of 17.01.2018 and the eruption of 25.05.2017 by Nasa Earth explorer - a click to enlargeNishinoshima

VAAC Tokyo issues an ash dispersion advisory for Karymsky / Kamchatka in connection with a possible eruption on February 3 at 6:10 am and the extension of a cloud toward the north * west.

No confirmation by KVERT for now.

Source: VAAC Tokyo
 

Karymsky - Volcanic Ash Advisory 030.02.2017 - VAAC Tokyo

Karymsky - Volcanic Ash Advisory 030.02.2017 - VAAC Tokyo

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Nevados de Chillan, dôme actif - caméra thermique / sernageomin
Nevados de Chillan, dôme actif - caméra thermique / sernageomin

Nevados de Chillan, dôme actif - caméra thermique / sernageomin

Dans le contexte d'activité explosive récurrent, une forte explosion se détache du lot au complexe Nevados de Chillan ce 2 février à 12h02 locale. Elle s'est accompagnée d'un panache de coloration blanche et grise, atteignant une hauteur de 2.500 mètres.

Selon le Sernageomin, il est probable qu'une partie du dôme Gil-Cruz, situé dans le cratère actif Nicanor ait été affecté.

L'onde sonore de l'explosion a été perçue à Las Trancas, à 10 km du centre éruptif, et au Gran Hotel Termas de Chillan, à 5 km., ainsi que par le système infrasonique.

L'alerte technique reste à amarillo.

Un survol du 31 janvier 2018 montrait que le processus de croissance du dôme était continu, et que sa température était élevée, autour de 500°C selon la caméra thermique. Les émissions de gaz prenaient par moment une coloration grisâtre mettant en évidence la présence de particules.

Source : Sernageomin

Nevados de Chillan  - explosion le 02.02.2018 / 12h02 - photo Sernageomin

Nevados de Chillan - explosion le 02.02.2018 / 12h02 - photo Sernageomin

Au Mayon, la journée du 2 février a été marquée par un fountaining faible et sporadique, et du dégazage ; cette activité a produit de petits panaches blancs à légèrement gris, à l'exception d'un épisode à 9h18, durant lequel le panache de cendres gris a atteint une hauteur de 1.000 mètres.

Au cours de la nuit, l'effusion a alimenté les coulées de lave dans les drainages Miisi, Bonga-Buyuan et avoisinants ; les coulées atteignent maintenant 3.200 et 4,300 mètres de longueur depuis le cratère.

La sismicité est caractérisée par 17 séismes volcaniques, et 10 épisodes de trémor. Les émissions de dioxyde de soufre ont été mesuré en moyenne à 1.583 tonnes par jour, et l'inflation est continue.

Source : Phivolcs

Mayon - carte actualisée des zones à risques de lahar - Doc.Phivolcs

Mayon - carte actualisée des zones à risques de lahar - Doc.Phivolcs

Le GSJ a publié les dernières données d'élévation du Nishinoshima, et une vue 3D des changements topographiques dus à l'éruption de 2017.

Dernières mesures de Nishinoshima au 17 janvier 2018 qui a une superficie de 2,95 kilomètres carrés, la plus haute altitude est de 160 mètres, le volume éjecté est de 9,992 millions de mètres cubes

Source : Fumihiko Ikegami / UTAS PhD student

Modèle 3D de Nishinoshima le 03.07.2016 / Avant l'éruption 2017 -  3Dmodel by F. Ikegami - données GSJ

Modèle 3D de Nishinoshima le 03.07.2016 / Avant l'éruption 2017 - 3Dmodel by F. Ikegami - données GSJ

Modèle 3D de Nishinoshima en janvier 2018 / Après l'éruption 2017 -  3Dmodel by F. Ikegami - données GSJ

Modèle 3D de Nishinoshima en janvier 2018 / Après l'éruption 2017 - 3Dmodel by F. Ikegami - données GSJ

Nishinoshima - photo GSJ du 17.01.2018 et l'éruption du 25.05.2017 par Nasa Earth explorer - un clic pour agrandirNishinoshima - photo GSJ du 17.01.2018 et l'éruption du 25.05.2017 par Nasa Earth explorer - un clic pour agrandir

Nishinoshima - photo GSJ du 17.01.2018 et l'éruption du 25.05.2017 par Nasa Earth explorer - un clic pour agrandir

Le VAAC Tokyo émet un avis de dispersion de cendres pour le Karymsky / Kamchatka en lien avec une éruption possible ce 3 février à 6h10 Z et l'extension d'un nuage vers le nord*ouest.

Pas de confirmation par le KVERT pour l'instant.

Source : VAAC Tokyo

Karymsky - Volcanic Ash Advisory 030.02.2017 - VAAC Tokyo

Karymsky - Volcanic Ash Advisory 030.02.2017 - VAAC Tokyo

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Kadovar, its plumes and lava dome - photo 01.02.2018 via BJG productions / Twitter

Kadovar, its plumes and lava dome - photo 01.02.2018 via BJG productions / Twitter

On Kadovar, Papua New Guinea, the eruption continues, with thick vapor emissions to the main crater, rising to a hundred meters above the summit, and a continuous steam plume at the coastal lava dome , rising a hundred meters above the island, dissipated to the southeast.

The lava flow continues to grow; a distinct lobe has traveled 20-30 m. from the nose of the flow towards the open sea, seeming channeled between "levées" developed on its sides.

At 18:30 LT, on February 1, a collapse of the side of the flow, facing the island of Blup Blup, generated a plume of gray ash; the vigorous degassing then continued, shining brightly enough during the night.

The main body of the flow swelled upwards, with a distinct valley now visible between the bulge and the flank of the island.

The lava dome continues to grow on the southeast coast

At the seismicity level, high frequency episodes are recorded, mixed with the signals of strong winds and waves.

A detailed map of the new topography would be welcome.

Source: Rabaul volcano Observatory - report 18 / 02,02,2018

Topographic evolution of the Kadovar island-volcano between 2.09.2017 and 24.01.2018 - satellite images ALOs-2 and Terra SAR-X - AIT Geology Document Center - Sentinel ASIA - Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, Increment Corp, GEBCO, USGS, FAO

Topographic evolution of the Kadovar island-volcano between 2.09.2017 and 24.01.2018 - satellite images ALOs-2 and Terra SAR-X - AIT Geology Document Center - Sentinel ASIA - Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, Increment Corp, GEBCO, USGS, FAO

After the change of type of activity, which became vulcanienne yesterday January 1, the first major eruptive episode of 2018 Fuego ended after about twenty hours.

During this paroxysm, four lava flows were emitted, as well as a series of pyroclastic flows in the Seca, Trinidad, Las Lajas and Honda barrancas.

Fuego had not experienced such intense activity since 1974.
 

Fuego - 01.02.2018 - photo Los Bomberos in The Antigua Gt

Fuego - 01.02.2018 - photo Los Bomberos in The Antigua Gt

Fuego - one of the pyroclastic flows of 01.02.2018 - photo via Azteca noticias Twitter

Fuego - one of the pyroclastic flows of 01.02.2018 - photo via Azteca noticias Twitter

Fuego - summit incandescence and deposits of pyroclastic flows in different drainages 01.02.2018 - Landsat image 8 SWIR bands 7-6-2- Nasa via Rüdiger Escobar Wolf

Fuego - summit incandescence and deposits of pyroclastic flows in different drainages 01.02.2018 - Landsat image 8 SWIR bands 7-6-2- Nasa via Rüdiger Escobar Wolf

Fuego - ash plume extension  on 01.02.2018 - - Landsat image 8 SWIR bands 7-6-2- Nasa - via Rüdiger Escobar Wolf

Fuego - ash plume extension  on 01.02.2018 - - Landsat image 8 SWIR bands 7-6-2- Nasa - via Rüdiger Escobar Wolf

Fuego - diffusion and height of the ash plume and cloud on 02.02.2018 / 13h16 UTC -  Goes 16 sat.

Fuego - diffusion and height of the ash plume and cloud on 02.02.2018 / 13h16 UTC - Goes 16 sat.

Only a few benign explosions persist, accompanied by ash plumes at 4,700 m.asl., moving for 15 km. The lava fountains are no longer observed.

The liberated energy graph RSAM has returned to normal.

The Conred reports that the departments of Chimaltenango, Escuinta, Suchitepéquez and Sacatepéquaz, about 48,000 people, have been affected; 19 incidents are reported, as well as the evacuation of 2880 people.

Sources: Insivumeh special volcanolgic bulletins # 10 & # 11 & CONRED

 

Fuego - people affected by the eruption of Fuego - Doc.Conred 01.02.2018 / 18:15

Fuego - people affected by the eruption of Fuego - Doc.Conred 01.02.2018 / 18:15

At Mayon, a quiet effusion of lava and degassing are observed at the summit crater; lava feeds the flows in the Miisi and Bonga-Buyuan drainages, which advanced respectively 3.2 and 4 km. from the top.

The observatory reports that the land covered by the flows will not be usable for a long time, because the lava is solodified into a hard rock ... the cone of the Mayon could become an uninhabitable area.

Source: Phivolcs

Mayon - 01.02.2018 / 22h30 loc. - lava flows in the Miisi and Bonga drainages - Arnolf Lorcha's Photo

Mayon - 01.02.2018 / 22h30 loc. - lava flows in the Miisi and Bonga drainages - Arnolf Lorcha's Photo

The monthly OVPF bulletin concerning Piton de La Fournaise has just been published:

The volcano-tectonic activity under the Piton de la Fournaise massif thus remained weak in January 2018.

Throughout the month of January 2018, far-field GPS stations (at the base of the terminal cone and out of the Enclosure) continued to record a slow, continuous inflation, witnessing the pressurization of a deep source.

The main change comes from the stations around the summit craters which recorded during the first 18 days of January a high inflation (up to 1.2 cm of elongation of the summit zone in 2.5 weeks). This effect was also felt on the stations at the base of the terminal cone (up to 1.5 cm elongation) and in the far field (excluding Enclosure) but to a lesser extent (<0.5 cm elongation).

This high inflation observed at the level of the Piton de la Fournaise summit zone could be linked to a strong hydrothermal activity following the heavy rains of January (~ 1st fortnight of the month). The large influx of water into the superficial hydrothermal system and the rise in heat associated with a deep recharge (below sea level) have led to a thermal expansion of these hydrothermal fluids, at the origin of the inflation observed during the month (~ first half of the month).

Piton de La Fournaise - Illustration of the summit deformation over 2 months. Here is shown a baseline (variation of distance between two GPS receivers) crossing the crater Dolomieu. A rise is synonymous with elongation and therefore swelling of the volcano; conversely, a decrease is synonymous with contraction and therefore deflation of the volcano. Any periods colored in light pink correspond to eruptions.

Piton de La Fournaise - Illustration of the summit deformation over 2 months. Here is shown a baseline (variation of distance between two GPS receivers) crossing the crater Dolomieu. A rise is synonymous with elongation and therefore swelling of the volcano; conversely, a decrease is synonymous with contraction and therefore deflation of the volcano. Any periods colored in light pink correspond to eruptions.

At the level of the gases:
- Top emissions from the Piton de la Fournaise: persistence of low concentrations of H2S and sometimes SO2 in the air at the top of the volcano.

- CO2 concentrations in the soil at the level of the volcano deposit: intermediate concentrations. As with the deformations, the CO2 measurements were affected by the poor weather conditions of the first half of the month. The next steps will therefore be to follow.

Balance sheet:
All these observations show for the month of January : 

- a deep re-feeding in magma (below sea level) which is maintained;

- a pressurization of the superficial magmatic reservoir which remains weak;

- a significant hydrothermal activity in the first half of the month in connection with heavy rainfall.

Source: OVPF

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques, #Des volcans et des hommes.

Une séismicité vigoureuse a précédé de plus de deux mois le début de l'activité éruptive et les séismes sont devenus particulièrement intenses le 8 mars 1669. Le dernier séisme semble avoir été accompagné par l'ouverture d'une fracture de 9 km qui s'étendait de Monte Frumento Supino (cône de scories situé à environ 2 km au sud du sommet, à 2845 m d'altitude) à Monte San Leo ( à 1200 m d'altitude). 

Reproduction d'une fresque dans la cathédrale de Catane, montrant l'éruption de l'Etna en 1669 dont la coulée de lave a causé d'importants dégâts à Catane et détruit de nombreux villages. - un clic pour agrandir -  Ce dessin montre le cratère principal de l'éruption près de Nicolosi en éruption explosive vigoureuse et les coulées de lave s'étendant de lui (en couleur rouge) à Catane. En bas à gauche, le Castello Ursino est entouré par la lave. Au nord de la ville, on peut voir également la coulée de lave encore érodée quelques siècles plus tôt (peut-être en 1381) à partir d'une fissure près du village de Mascalucia, qui est entré dans la mer à Ognina, aujourd'hui une partie densément peuplée de Catane.

Reproduction d'une fresque dans la cathédrale de Catane, montrant l'éruption de l'Etna en 1669 dont la coulée de lave a causé d'importants dégâts à Catane et détruit de nombreux villages. - un clic pour agrandir - Ce dessin montre le cratère principal de l'éruption près de Nicolosi en éruption explosive vigoureuse et les coulées de lave s'étendant de lui (en couleur rouge) à Catane. En bas à gauche, le Castello Ursino est entouré par la lave. Au nord de la ville, on peut voir également la coulée de lave encore érodée quelques siècles plus tôt (peut-être en 1381) à partir d'une fissure près du village de Mascalucia, qui est entré dans la mer à Ognina, aujourd'hui une partie densément peuplée de Catane.

Dans l'après-midi du 11 mars, probablement vers 16 heures, plusieurs évents se sont ouverts dans la zone située entre Monte Nocilla et Monte Fusara, immédiatement au nord-ouest du village condamné de Nicolosi. Ces évents produisent des explosions incessantes et puissantes, tandis qu'une énorme coulée de lave émane des évents situés plus en aval. Au cours des prochains jours, l'activité explosive; qui continue fortement dans les évents principaux, a commencé à construire un grand cône pyroclastique, qui s'appelait initialement "Monte della Rovina" (montagne de destruction) mais qui est maintenant connu sous le nom de Monti Rossi. Pendant ce temps, la lave coule en deux branches principales. Les restes de Nicolosi et des villages de Mompilieri et Malpasso ont été consumés pendant les premières 24 heures de l'éruption. Au cours des trois jours suivants, les villages de San Pietro Clarenza, Mascalucia, Camporotondo et San Giovanni Galermo ont disparu sous l'énorme fleuve de lave qui s'avançe rapidement et sans relâche vers le sud, se dirigeant vers la ville de Catane elle-même.

Carte des coulées sur le flanc SSE de l'Etna en 1331 (?) et 1669 - carte in www.italysvolcanoes.com/ ETNA1669.- Doc Boris Behncke

Carte des coulées sur le flanc SSE de l'Etna en 1331 (?) et 1669 - carte in www.italysvolcanoes.com/ ETNA1669.- Doc Boris Behncke

Une semaine après le début de l'éruption, les deux principales branches de lave se dirigent vers les principales villes de Paternò et Misterbianco, enterrant un certain nombre de petits villages sur leurs chemins, qui n'ont jamais été reconstruits et dont les emplacements ne sont pas connus. La coulée la plus à l'est a dévoré Misterbianco le 25 mars avant de s'installer dans une petite dépression à l'ouest de Catane (la "Gurna di Nicito"), qui était probablement remplie d'un lac. Une fois la dépression comblée, la lave reprend son avance en direction de Catane.

Le Lago di Nicito et le Bastione degli Infetti, avant l'éruption de 1669.

Le Lago di Nicito et le Bastione degli Infetti, avant l'éruption de 1669.

Le jour où Misterbianco a été détruit (25 mars), de violentes explosions se sont produites au sommet du cratère, annonçant l'effondrement partiel du sommet du cône. Les explosions accompagnant l'effondrement étaient probablement de type phréatomagmatique et des blocs atteignant 15 m de diamètre ont été éjectés à une distance de 1 km du cratère, tandis que des chutes de scories chaudes ont eu lieu jusqu'à 8 km du sommet (Tanguy et Patanè, 1996).La coulée de lave orientale a atteint les murs de la ville de Catane sur le côté ouest de la ville au début d'avril et a été déviée vers le sud par les murs qui initialement résisté à la pression de la rivière de la roche fondue. Le 23 avril, la lave, qui avait précédemment encerclé le Castello Ursino (une forteresse normande située sur la rive sud de Catane), est entrée dans la mer avec un front de plus de 1 km de large et a rapidement rempli le port de la ville. À peu près au même moment, le niveau de lave accumulé contre les murs de la ville dans l'ouest de Catane a progressivement augmenté jusqu'à la crête de la structure. Ce léger débordement de lave a causé peu de dommages, mais le pire était encore à venir. Le 30 avril, une partie des murs cède sous la pression de la lave, lui permettant d'entrer dans la ville par l'ouest. Deux lobes de lave entourent et détruisent partiellement des églises, des monastères et d'autres bâtiments autour de l'église de San Nicolò l'Arèna. Des murs ont été construits à la hâte le long des routes principales menant aux secteurs inférieurs de la ville afin d'arrêter l'avance de la lave dans la ville. Sur la base de documents contemporains, Pagnano (1992) décrit ces murs comme très fonctionnels et réussissant à empêcher la lave de causer des dommages plus étendus. Cependant, au cours du mois de juin, plus de coulées de lave ont atteint la zone du Castello Ursino et du littoral, faisant craindre une nouvelle invasion destructrice de Catane par la lave. Il semble, cependant, que le pire était passé, même si l'éruption a continué pendant un mois avant de se terminer le 11 juillet.

Etna éruption de 1669 - Progression des coulées de lave entre le 11 mars et le 11 juillet - doc in Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region  / S.Branca

Etna éruption de 1669 - Progression des coulées de lave entre le 11 mars et le 11 juillet - doc in Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region / S.Branca

L'Etna et Catane durant l'éruption de 1669. - Borelli, Giovani Alfonso (1608-1679). Historia, et meteorologia incendii Aetnaei anni 1669. Reggio di Calabria: Domenico Ferro, 1670.

L'Etna et Catane durant l'éruption de 1669. - Borelli, Giovani Alfonso (1608-1679). Historia, et meteorologia incendii Aetnaei anni 1669. Reggio di Calabria: Domenico Ferro, 1670.

La dévastation causée par l'éruption de 1669 a été très large. Au moins 10 villages ont été complètement détruits et beaucoup d'autres gravement endommagés par les coulées de lave et, dans une moindre mesure, par les chutes de téphra. La partie ouest de Catane a subi de lourds dégâts en raison de l'invasion de lave. Les zones à l'ouest et sud-ouest de la ville, autrefois riches en jardins fruitiers et diverses villas et plusieurs monuments de l'époque grecque et romaine, ont été transformées en terres incultes et Catania était maintenant entourée de coulées de lave de tous côtés sauf sur la mer. .

 

De Catane, seule une partie relativement petite a été détruite. Peu de temps après l'invasion de Catane par la lave, des mesures ont été prises par le vicaire Don Stefano Reggio pour protéger les zones basses de la ville: la construction de barrières de pierre dans les rues principales. "La rapidité des décisions, le bon fonctionnement et l'efficacité de l'opération doivent être admirés, compte tenu des outils disponibles à cette époque, et des dimensions du problème, ce qui représenterait d'énormes difficultés même dans un État moderne si confronté à un situation "(Pagnano, 1992).

 

Les maisons à côté du front de lave ont été démolies pour utiliser les briques pour la construction d'une grande barrière à travers la Strada del Corso, l'endroit le plus critique. La coulée de lave a en effet été stoppée par cet obstacle, et une autre barrière similaire a été construite près de l'église de la Madonna della Palma, où un autre écoulement avait percé les murs de la ville.

 

Portrait de Don Pappalardo

Le succès de ces efforts a conduit à une autre tentative, plus célèbre, de détourner la coulée de lave beaucoup plus près de sa source, afin d'arrêter l'approvisionnement des fronts de lave actifs dans la région de Catane. Cette tentative, menée par un groupe de personnes dirigé par don Diego Pappalardo de Pedara, commandeur de l'Ordre de Malte, visait à rompre le toit du tunnel de lave (ou la digue latérale du canal d'écoulement principal). De cette manière, la lave devrait être obligée de se refroidir rapidement à l'extérieur du tunnel ou du canal de protection. Il est souvent mentionné qu'après le succès de leurs efforts, des hommes armés de Paternò sont arrivés sur les lieux, parce que le nouveau flux artificiel menaçait leur ville, et a forcé Pappalardo et ses hommes à abandonner le site de détournement. En conséquence, le flux de lave aurait réoccupé l'ancien système de tubes (ou canal d'écoulement), et la lave a de nouveau coulé vers Catania.

En tout cas, la série de mesures de protection mises en œuvre à Catane et près des bouches éruptives semble avoir été largement couronnée de succès. En raison des divergences souvent citées entre les habitants de Paternò et ceux de Catane au cours du dernier effort de diversion, tout détournement de coulée de lave artificielle était interdit par la loi en Italie jusqu'en 1983.

L'Etna en éruption en 1669 et Catane - gravure ancienne

L'Etna en éruption en 1669 et Catane - gravure ancienne

Sources :

- Italy's volcanoes – The cradle of volcanology – by Boros Behncke

Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region (Eastern Sicily, Italy): An example of recovery and response of a small area to extreme events – S.Branca & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques, #Des volcans et des hommes.

A vigorous seismicity preceded the onset of eruptive activity by more than two months, and the earthquakes became particularly intense on March 8, 1669. The last earthquake seems to have been accompanied by the opening of a 9 km fracture. extended from Monte Frumento Supino (slag cone located about 2 km south of the summit, at 2845 m altitude) to Monte San Leo (at 1200 m altitude).

Reproduction of a fresco in the cathedral of Catania, showing the eruption of Etna in 1669 whose lava flow has caused extensive damage in Catania and destroyed many villages. - one click to enlarge - This drawing shows the main crater of the eruption near Nicolosi in vigorous explosive eruption and the lava flows extending from it (in red color) to Catania. In the lower left, the Castello Ursino is surrounded by lava. North of the city, one can also see the lava flow still eroded a few centuries earlier (perhaps in 1381) from a crack near the village of Mascalucia, which entered the sea in Ognina, today a densely populated part of Catania.

Reproduction of a fresco in the cathedral of Catania, showing the eruption of Etna in 1669 whose lava flow has caused extensive damage in Catania and destroyed many villages. - one click to enlarge - This drawing shows the main crater of the eruption near Nicolosi in vigorous explosive eruption and the lava flows extending from it (in red color) to Catania. In the lower left, the Castello Ursino is surrounded by lava. North of the city, one can also see the lava flow still eroded a few centuries earlier (perhaps in 1381) from a crack near the village of Mascalucia, which entered the sea in Ognina, today a densely populated part of Catania.

On the afternoon of March 11, probably around 4 pm, several vents opened in the area between Monte Nocilla and Monte Fusara, immediately northwest of the condemned Nicolosi village. These vents produce incessant and powerful explosions, while a huge lava flow emanates from vents further downstream. Over the next few days, explosive activity, which continues strongly in the main vents, began to build a large pyroclastic cone, which was originally called "Monte della Rovina" (mountain of destruction) but is now known as Monti Rossi. Meanwhile, the lava flows into two main branches. The remains of Nicolosi and the villages of Mompilieri and Malpasso were consumed during the first 24 hours of the eruption. Over the next three days, the villages of San Pietro Clarenza, Mascalucia, Camporotondo and San Giovanni Galermo disappeared under the huge river of lava, which is advancing rapidly and relentlessly towards the south, heading towards the city of Catania.

Map of the flows on the SSE side of Etna in 1331 (?) And 1669 - map in www.italysvolcanoes.com/ ETNA1669.- Doc Boris Behncke

Map of the flows on the SSE side of Etna in 1331 (?) And 1669 - map in www.italysvolcanoes.com/ ETNA1669.- Doc Boris Behncke

One week after the beginning of theeruption, the two main lava branches are heading towards the main towns of Paternò and Misterbianco, burying a number of small villages on their paths, which have never been rebuilt and whose are not known. The easternmost stream devoured Misterbianco on March 25 before settling in a small depression west of Catania (the "Gurna di Nicito"), which was probably filled with a lake. Once the depression filled, the lava resumes its lead towards Catania.

Lago di Nicito and Bastione degli Infetti, before the eruption of 1669. - go Etna

Lago di Nicito and Bastione degli Infetti, before the eruption of 1669. - go Etna

The day that Misterbianco was destroyed (March 25), violent explosions occurred at the top of the crater, announcing the partial collapse of the summit of the cone. The explosions accompanying the collapse were probably phreatomagmatic and blocks up to 15 m in diameter were ejected at a distance of 1 km from the crater, while hot slag falls occurred up to 8 km from the summit (Tanguy and Patanè, 1996) .The eastern lava flow reached the walls of the city of Catania on the west side of the city in early April and was deflected southward by the walls, which initially withstood the pressure of the river of molten rock. On April 23, the lava, which had previously encircled the Castello Ursino (a Norman fortress located on the south shore of Catania), entered the sea with a front more than 1 km wide and quickly filled the port of the city. At about the same time, the level of lava accumulated against the walls of the city in western Catania gradually increased to the crest of the structure. This slight overflow of lava caused little damage, but the worst was yet to come. On April 30, part of the walls gave way under the pressure of the lava, allowing it to enter the city from the west. Two lava lobes surround and partially destroy churches, monasteries and other buildings around the church of San Nicolò l'Arèna. Walls were hurriedly built along the main roads leading to the lower areas of the city to stop the advance of the lava in the city. On the basis of contemporary documents, Pagnano (1992) describes these walls as very functional and managing to prevent the lava from causing more extensive damage. However, during the month of June, more lava flows reached the area of ​​Castello Ursino and the coastline, raising fears of another destructive invasion of Catania by lava. It seems, however, that the worst was over, even though the eruption continued for a month before ending on July 11th.

Etna eruption of 1669 - Progression of lava flows between March 11 and July 11 - doc in Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region / S.Branca

Etna eruption of 1669 - Progression of lava flows between March 11 and July 11 - doc in Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region / S.Branca

Etna and Catania during the eruption of 1669. - Borelli, Giovani Alfonso (1608-1679). Historia, and meteorologia incendii Aetnaei anni 1669. Reggio di Calabria: Domenico Ferro, 1670.

Etna and Catania during the eruption of 1669. - Borelli, Giovani Alfonso (1608-1679). Historia, and meteorologia incendii Aetnaei anni 1669. Reggio di Calabria: Domenico Ferro, 1670.

The devastation caused by the eruption of 1669 was very wide. At least 10 villages have been completely destroyed and many more severely damaged by lava flows and, to a lesser extent, by tephra falls. The western part of Catania suffered heavy damage due to the invasion of lava. The areas to the west and southwest of the city, once rich in fruit gardens and various villas and several monuments of Greek and Roman times, were turned into wasteland and Catania was now surrounded by lava flows of all sides except on the sea.

From Catania, only a relatively small part was destroyed. Shortly after the invasion of Catania by the lava, steps were taken by the vicar Don Stefano Reggio to protect the lower areas of the city: the construction of stone barriers in the main streets. "The speed of decisions, the smooth operation and the efficiency of the operation must be admired, given the tools available at that time, and the dimensions of the problem, which would represent enormous difficulties even in a modern state if confronted to a situation "(Pagnano, 1992).

The houses next to the lava front were demolished to use the bricks for the construction of a great barrier across the Strada del Corso, the most critical place. The lava flow was indeed stopped by this obstacle, and another similar barrier was built near the church of Madonna della Palma, where another flow had pierced the walls of the city.

Portrait of Don Pappalardo

The success of these efforts led to another, more famous, attempt to divert the lava flow much closer to its source, in order to stop the supply of active lava fronts in the Catania region. This attempt, led by a group of people led by Don Diego Pappalardo de Pedara, commander of the Order of Malta, aimed to break the roof of the lava tunnel (or the lateral dyke of the main flow channel). In this way, the lava should be forced to cool rapidly outside the tunnel or protection channel. It is often mentioned that after the success of their efforts, armed men from Paternò arrived at the scene, because the new artificial flow threatened their city, and forced Pappalardo and his men to abandon the hijacking site. As a result, the lava flow would have reoccupied the old tube system (or flow channel), and the lava flowed back to Catania.

In any case, the series of protective measures implemented in Catania and near the eruptive mouths seems to have been largely successful. Because of the often cited differences between the inhabitants of Paternò and those of Catania during the last diversion effort, any diversion of artificial lava flow was prohibited by law in Italy until 1983.

Sources:

- Italy's volcanoes - The cradle of volcanology - by Boros Behncke

- Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region (Eastern Sicily, Italy): An example of recovery and response of a small area to extreme events - S.Branca & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Kadovar, ses panaches et son dôme - photo 01.02.2018 via BJG productions / Twitter

Kadovar, ses panaches et son dôme - photo 01.02.2018 via BJG productions / Twitter

Sur Kadovar, en Papouasie Nouvelle-Guinée, l'éruption se poursuit, avec des émissions de vapeur balnce épaisse au cratère principal, montant à une centaaine de mètres au dessus du sommet, et un panache de vapeur continu au niveau du dôme de lave côtier, montant à une centaine de mètres au dessus de l'île, dissipé vers le sud-est.

La coulée de lave continue de croître ; un lobe distinct a parcouru 20-30 m. du nez de la coulée en direction du large, semblant canalisé entre des levées développées sur ses côtés.

A 18h30 LT, le 1° février, un effondrement de côté de la coulée, face à lîle de Blup Blup, a généré un panache de cendres gris ; le dégazage vigoureux s'est ensuite maintenu, brillant assez fort durant la nuit.

Le corps principal de la coulée s'est gonflé vers le haut, avec une vallée distincte maintenant visible entre le renflement et le flanc de l'île.

La croissance du dôme de lave se poursuit sur la côte sud-est

Au niveau sismicité, des épisodes haute fréquence sont enregistrés, mêlés aux signaux des vents forts et des vagues.

Une carte détaillée de la nouvelle topographie serait bienvenue.

Source : Rabaul volcano Observatory – rapport 18 / 02,02,2018

 

Evolution topographique de l'île-volcan Kadovar entre le 2.09.2017 et le 24.01.2018 - images satellites ALOs-2 et Terra SAR-X - Doc Geoinformatic Center AIT - Sentinel ASIA - Sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, Increment Corp, GEBCO, USGS, FAO

Evolution topographique de l'île-volcan Kadovar entre le 2.09.2017 et le 24.01.2018 - images satellites ALOs-2 et Terra SAR-X - Doc Geoinformatic Center AIT - Sentinel ASIA - Sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, Increment Corp, GEBCO, USGS, FAO

Après le changement de type d'activité, devenue vulcanienne hier 1° janvier, le premier épisode éruptif 2018 important du Fuego s'est terminé au bout d'une vingtaine d'heures.

Au cours de ce paroxysme, quatre coulées de lave ont été émises, aisi qu'une série de coulées pyroclastiques dans les barrancas Seca, Trinidad, Las Lajas et Honda.

Le Fuego n'avait plus connu une activité aussi intense depuis 1974.

 Fuego - 01.02.2018 - photo Los Bomberos en La Antigua Gt

Fuego - 01.02.2018 - photo Los Bomberos en La Antigua Gt

Fuego - une des coulées pyroclastiques du 01.02.2018 - photo via Azteca noticias Twitter

Fuego - une des coulées pyroclastiques du 01.02.2018 - photo via Azteca noticias Twitter

Fuego - incandescence sommitale et dépôts de coulées pyroclastiques dans différents drainages le 01.02.2018 -  image  Landsat 8 SWIR bands 7-6-2- Nasa via Rüdiger Escobar Wolf

Fuego - incandescence sommitale et dépôts de coulées pyroclastiques dans différents drainages le 01.02.2018 - image Landsat 8 SWIR bands 7-6-2- Nasa via Rüdiger Escobar Wolf

Fuego - extension du panache de cendres le 01.02.2018 -  -  image  Landsat 8 SWIR bands 7-6-2- Nasa - via Rüdiger Escobar Wolf

Fuego - extension du panache de cendres le 01.02.2018 - - image Landsat 8 SWIR bands 7-6-2- Nasa - via Rüdiger Escobar Wolf

Fuego - diffusion et hauteur du panache et du nauge de cendres - 02.02.2018 / 13h16 - image satel Goes 16

Fuego - diffusion et hauteur du panache et du nauge de cendres - 02.02.2018 / 13h16 - image satel Goes 16

Seules persistent quelques explosions bénignes , accompagnées de panaches de cendres à 4.700 m.asl., se déplaçant sur 15 km. Les fontaines de lave ne sont plus observées.

Le graphique d'énergie libérée RSAM est revenu à la normale.

Le Conred signale que les départements de Chimaltenango, Escuinta , Suchitepéquez et Sacatepéquaz, soit environ 48.000 personnes, ont été affectés ; 19 incidents sont rapportés, ainsi que l'évacuation de 2880 personnes.

Sources : Insivumeh bulletins volcanolgiques spéciaux #10 & #11

Fuego - personnes affectées par l'éruption du Fuego - Doc.Conred 01.02.2018 / 18h15

Fuego - personnes affectées par l'éruption du Fuego - Doc.Conred 01.02.2018 / 18h15

Au Mayon, une effusion tranquille de lave et du dégazage sont observés au cratère sommital ; la lave alimente les coulées dans les drainages Miisi et Bonga-Buyuan , qui ont avancés respectivement de 3,2 et 4 km. depuis le sommet.

L'observatoire signale que le terrain couvert par les coulées ne sera pas utilisable avant longtemps, parce que la lave se solodifie en une roche dure... le cône du Mayon pourrait devenir une zone inhabitable.

Source : Phivolcs

Mayon - 01.02.2018 / 22h30 loc. - coulées de lave dans les drainages Miisi et Bonga -   Arnolf Lorcha's Photo

Mayon - 01.02.2018 / 22h30 loc. - coulées de lave dans les drainages Miisi et Bonga - Arnolf Lorcha's Photo

Le bulletin mensuel de l'OVPF concernant le Piton de La Fournaise vient de paraître :

L’activité volcano-tectonique sous le massif du Piton de la Fournaise est ainsi restée faible en janvier 2018.

Tout au long du mois de janvier 2018, les stations GPS en champ lointain (à la base du cône terminal et hors Enclos) ont continué à enregistrer une lente inflation continue, témoin de la mise en pression d’une source profonde.

Le principal changement provient des stations du pourtour des cratères sommitaux qui ont enregistré lors des 18 premiers jours de janvier une forte inflation (jusqu’à 1.2 cm d’élongation de la zone sommitale en 2.5 semaines, Figure 1). Cet effet s’est également fait ressentir sur les stations à la base du cône terminal (jusqu’à 1.5 cm d’élongation) et en champ lointain (hors Enclos) mais dans une moindre mesure (<0.5 cm d’élongation).

Cette forte inflation observée au niveau de la zone sommitale du Piton de la Fournaise pourrait être liée à une forte activité hydrothermale faisant suite aux fortes précipitations de janvier (~1ère quinzaine du mois). L’apport important d’eau dans le système hydrothermal superficiel et les remontées de chaleur liées à une réalimentation profonde (sous le niveau de la mer), ont pu conduire à une expansion thermique de ces fluides hydrothermaux, à l’origine de l’inflation observée au cours du mois (~1ère quinzaine du mois).

Piton de La Fournaise - Illustration de la déformation sommitale sur 2 mois. Est ici représentée une ligne de base (variation de distance entre deux récepteurs GPS) traversant le cratère Dolomieu . Une hausse est synonyme d’élongation et donc de gonflement du volcan; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. Les éventuelles périodes coloriées en rose clair correspondent aux éruptions.

Piton de La Fournaise - Illustration de la déformation sommitale sur 2 mois. Est ici représentée une ligne de base (variation de distance entre deux récepteurs GPS) traversant le cratère Dolomieu . Une hausse est synonyme d’élongation et donc de gonflement du volcan; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. Les éventuelles périodes coloriées en rose clair correspondent aux éruptions.

Au niveau des gaz :
- Emissions sommitales du Piton de la Fournaise : persistance de la présence de faibles concentrations en H2S et parfois SO2 dans l’air au niveau du sommet du volcan.

- Concentrations en CO2 dans le sol au niveau du gîte du volcan : concentrations intermédiaires. Comme pour les déformations, les mesures de CO2 ont été impactées par les mauvaises conditions météorologiques de la 1ère quinzaine du mois. Les prochaines mesures seront donc à suivre.

 

    Bilan :
    L’ensemble de ces observations montre pour le mois de janvier - une ré-alimentation profonde en magma (sous le niveau de la mer) qui se maintient ;

    - une pressurisation du réservoir magmatique superficiel qui reste faible ;

    - une activité hydrothermale superficielle importante la 1ère quinzaine du mois en lien avec les fortes précipitations.

    Source : OVPF

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Actualités volcaniques
     Fuego - Strombolian activity of 31.01.2018

    Fuego - Strombolian activity of 31.01.2018

    The Fuego's activity is on the rise, characterized by a Strombolian phase: explosions, with locomotive noises and shock waves, and

    Fuego - RSAM at 31.01.2018

    ash plumes at 4,800 m Asl. dispersing over 20 km in a southwesterly direction. Ash falls are expected on Alotenango, Ciudad Vieja, Antigua Guatemala.

    Two fountains of lava reach 500 meters above the crater, and feed lava flows in the Seca barranca, 800 meters long, and the barranca Las Lajas and Honda, 600 meters long.

    The first 2018 eruption is currently effusive, and could increase with pyroclastic flows.

    Sources: Insivumeh and Conred

    Fuego - 01.02.2018 - photo Conred

    Fuego - 01.02.2018 - photo Conred

    RSAM of Fuego to 01.02.2018 / 5h30 LT

    Update: the fine ash plume rises this morning at 5.30 am at an altitude of 5.500 m asl., And then extends for 40 km towards O - SW. The lava flows have profressed and reach 1,500 m. in the Seca barranca, 800 m. in the Honda barranca and 700 m. in the Ceniza barranca. Ash falls are reported on Santa Sofia, Morelia, Finca Palo Verde, Sangre de Christo, San Pedro Yepocapa and Panimaché.

    Update- 2 :

    Since this morning, a change of eruptive type has occurred: Strombolian activity has become Vulcanian. Pyroclastic flows descended the barrancas Seca, Trinidad, Las Lajas and Honda. The ash plume reached 7,000 meters asl.and moved to a large west sector and northeastern for more than 60 km.

    Ash distribution areas of the eruption of Fuego 01.20.2018 - Doc.Insivumeh

    Ash distribution areas of the eruption of Fuego 01.20.2018 - Doc.Insivumeh

    Fuego - the dreaded pyroclastic flows occurred this afternoon - 01.02.2018 -  photo Clima Guatemala / Twitter

    Fuego - the dreaded pyroclastic flows occurred this afternoon - 01.02.2018 - photo Clima Guatemala / Twitter

     Fuego - 30.01.2018 - image Sentinel2 strips 12-11-5 - via Rûdiger Escobar Wolf

     Fuego - 30.01.2018 - image Sentinel2 strips 12-11-5 - via Rûdiger Escobar Wolf

    Mayon - lava flows and falling rocks - photos Phivolcs
    Mayon - lava flows and falling rocks - photos Phivolcs

    Mayon - lava flows and falling rocks - photos Phivolcs

    In Mayon, sporadic lava fountains and low outgassing illustrate the activity of January 31st. Apart from five plumes of gray ash rising to 1,000 meters, the activity produced only white to slightly gray plumes.

    Four pyroclastic flows of collapses marked the drainages Miisi, Basud and Bonga.

    During the night, the effusion fed lava flows and falling rocks.

    The seismicity is marked by 273 volcanic earthquakes, mostly in connection with sporadic fountaining, 15 tremor episodes and 7 episodes related to falling rocks.

    Sulfur dioxide emissions were measured at an average of 2,299 tonnes / day on January 31, 2018. GPS measurements and tilt meters indicate continuous inflation or swelling of the building since November and October 2017, consistent with pressurization by magmatic intrusion.

    Sources: Phivolcs

     Mayon - 30.01.2018 - Sentinel image 2 tapes 12-11-5 - via Rüdiger Escobar Wolf

     Mayon - 30.01.2018 - Sentinel image 2 tapes 12-11-5 - via Rüdiger Escobar Wolf

    From yesterday until this morning, visibility allowed visual observation of the Sinabung until it was covered with fog. Small plumes ranging between 50 and 300 meters are interspersed with ash columns at 1,000-2,000 meters above the summit.

    Pyroclastic flows over 2,500 meters to the east-southeast are caused by collapses of incandescent materials.

    The dome continues to grow.

    Source: Endro Lewa & PVMBG

    Sinabung - 31.01.2018 / 15h25 - photo Endro Lewa

    Sinabung - 31.01.2018 / 15h25 - photo Endro Lewa

    Sinabung dome - 31.01.2018 / 11h46 - photo Endro Lewa

    Sinabung dome - 31.01.2018 / 11h46 - photo Endro Lewa

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Actualités volcaniques
    Fuego - activité strombolienne du 31.01.2018

    Fuego - activité strombolienne du 31.01.2018

    L'activité du Fuego est en hausse, caractérisée par une phase strombolienne : explosions, avec bruits de locomotive et ondes de choc, et panaches de cendres à 4.800 m Asl. se dispersant

    Fuego - RSAM au 31.01.2018

    sur 20 km en direction sud-ouest. Des chutes de cendres sont attendues sur Alotenango, Ciudad Vieja, Antigua Guatemala.

    Deux fontaines de lave atteignent 500 mètres au dessus du cratère, et alimentent des coulées de lave dans la barranca Seca, longue de 800 mètres, et la barranca Las Lajas et Honda, longue de 600 mètres.

    La première éruption 2018 est pour le moment effusive, et pourrait augmenter avec des coulées pyroclastiques.

    Sources : Insivumeh et Conred

    Fuego - 01.02.2018 - photo CONRED

    Fuego - 01.02.2018 - photo CONRED

    Fuego * RSAM au 01.02.2018 / 5h30 loc.

    Update : le panache de cendres fines monte ce matin à 5h30 locale à une altitude de 5.500 m asl., et s'étend ensuite sur 40 km en direction O – SO. Les coulées de lave ont profressé et atteignent 1.500 m. dans la barranca Seca, 800 m. dans la barranca Honda et 700 m. dans la barranca Ceniza. Des chutes de cendres sont rapportées sur Santa Sofia, Morelia, Finca Palo Verde, Sangre de Christo, San Pedro Yepocapa et Panimaché.

    Update -2

    Depuis ce matin, un changement de type éruptif s'est produit : l'activité de strombolienne est devenue vulcanienne. Des coulées pyroclastiques ont descendu les barrancas Seca,Trinidad, Las Lajas et Honda. Le panache de cendres a atteint 7.000 mètres asl.et s'est déplace vers un grand secteur ouest et vers le nord-est surplus de 60 km.

    Aires de répartition des cendres de l'éruption du Fuego ce 01.20.2018 - Doc.Insivumeh

    Aires de répartition des cendres de l'éruption du Fuego ce 01.20.2018 - Doc.Insivumeh

    Fuego - les coulées pyroclastiques redoutées se sont produites ce matin - photo Clima Guatemala  / Twitter

    Fuego - les coulées pyroclastiques redoutées se sont produites ce matin - photo Clima Guatemala / Twitter

     Fuego - 30.01.2018 - image Sentinel2 bandes 12-11-5 - via Rûdiger Escobar Wolf

    Fuego - 30.01.2018 - image Sentinel2 bandes 12-11-5 - via Rûdiger Escobar Wolf

    Mayon - coulées de lave et chutes de blocs  - photos Phivolcs
    Mayon - coulées de lave et chutes de blocs  - photos Phivolcs

    Mayon - coulées de lave et chutes de blocs - photos Phivolcs

    Au Mayon, des fontaines de lave sporadiques et un faible dégazage illustrent l'activité du 31 janvier. Mis à part cinq panaches de cendres gris montant à 1.000 mètres, l'activité n'a produit que des panaches blancs à légèrement gris.

    Quatre coulées pyroclastiques d'effondrements ont marqué les drainages Miisi, Basud et Bonga.

    Au cours de la nuit, l'effusion a alimenté des coulées de lave et des chutes de blocs.

    La sismicité est marquée par 273 séismes volcaniques, la plupart en liaison avec le fountaining sporadique, 15 épisodes de trémor et 7 épisodes liés aux chutes de blocs.

    Les émissions de dioxyde de soufre ont été mesurées en moyenne à 2 299 tonnes / jour le 31 janvier 2018. Les mesures GPS et des tiltmètres indiquent une inflation ou un gonflement continu de l'édifice depuis novembre et octobre 2017, compatible avec la pressurisation par intrusion magmatique.

    Sources : Phivolcs

     Mayon - 30.01.2018 - image Sentinel 2 bandes 12-11-5 - via Rüdiger Escobar Wolf

    Mayon - 30.01.2018 - image Sentinel 2 bandes 12-11-5 - via Rüdiger Escobar Wolf

    Depuis hier jusqu'à ce matin, la visibilité permettait une observation visuelle du Sinabung jusqu'à ce qu'il soit couvert de brouillard. De petits panaches montant entre 50 et 300 mètres sont entrecoupés de colonnes de cendres à 1.000-2.000 mètres au dessus du sommet.

    Des coulées pyroclastiques sur 2.500 mètres vers l'est-sud-est sont causées par des effondrements de matériaux incandescents.

    Le dôme continue sa croissance.

    Source :Endro Lewa

    Sinabung - 31.01.2018 / 15h25 - photo  Endro Lewa

    Sinabung - 31.01.2018 / 15h25 - photo Endro Lewa

    Sinabung dôme - 31.01.2018 / 11h46 - photo Endro Lewa

    Sinabung dôme - 31.01.2018 / 11h46 - photo Endro Lewa

    Lire la suite

    << < 1 2 3 4 5 6

    Archives

    Articles récents

    Hébergé par Overblog