Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Art on the way of fire

At Pompeii, at the feet of Vesuvius, discoveries succeed one another. After the graffiti specifying the month of the eruption that buried the city, a fresco was unveiled revealing the loves of Zeus and Leda.

Pompeii - the myth of Leda and the swan depicted on a newly discovered fresco - photo © AGF / SIPA

Pompeii - the myth of Leda and the swan depicted on a newly discovered fresco - photo © AGF / SIPA

This beautifully preserved illustration of the Greek myth was found in the bedroom of a Pompeian house, located in Via del Vesuvio, north of the city buried in 79 BC. This theme develops narratives about the relationship between the supreme god and humans, a complex mythology resumed by the syncretism practiced in Rome.

The fresco of Pompeii depicts the loves of the queen of Sparta Leda with Zeus who took the form of a swan. - photo Cesare Abatte / Archaeological Park of Pompeii

The fresco of Pompeii depicts the loves of the queen of Sparta Leda with Zeus who took the form of a swan. - photo Cesare Abatte / Archaeological Park of Pompeii

The myth and its implications in ancient history:

Zeus saw Leda, the wife of the king of Sparta, Tyndare, swimming in the river Euratos, and desired it.

To approach it, he discovered a ruse with the complicity of Aphrodite: he asked him to change into an eagle, and to simulate a pursuit, after having turned it into a swan. Leda took the frightened swan in his arms, and Zeus took the opportunity to unite with the queen.

Leda was fertilized by her husband the same day.

Leda gave birth to four children, two immortals, children of Zeus: Helen and Pollux, and two mortals, children of Tyndare: Clytemnestra and Castor.

Castor and Pollux, the Dioscuri - antique painted vase - Doc Master the stars

Castor and Pollux, the Dioscuri - antique painted vase - Doc Master the stars

The two boys, Castor and Pollux, known as Dioscuri (identified in the constellation Gemini, the Dioscuri are the patrons of sailors and athletes.), will know a human epic, followed by a divinity shared. Inseparable, they will be venerated by the Greeks then the Romans.

Menelaus intends to kill Helen but, struck by his beauty, he drops his sword. A flying Eros and Aphrodite, to Helene's left, look at the scene. Detail of an Attic crater with red figures, 450-440 BC J.-C., discovered in Gnathia (current Egnazia, Italy). - Louvre Museum

Menelaus intends to kill Helen but, struck by his beauty, he drops his sword. A flying Eros and Aphrodite, to Helene's left, look at the scene. Detail of an Attic crater with red figures, 450-440 BC J.-C., discovered in Gnathia (current Egnazia, Italy). - Louvre Museum

Helen, in her turn, became queen of Sparta, married to Menelaus, whom she relinquished, willingly or under duress, to marry prince Paris of Troy.

This episode triggered the Trojan War, which pitted a Greek coalition against the Trojans. The city finally falls after a long siege, thanks to a ploy: the Trojan horse that hid valiant warriors. All the protagonists of this story are taken up in the story of the Iliad.

The other girl, Clytemnestra, married the elder brother of Menelaus, Agamemnon, king of Mycenae and Greeks.

Clytemnestra had her husband murdered by her lover, Egysthe, on her return from the Trojan War. Oreste, their son, avenged his father by killing his mother.

 

How many fatalities have been gathered together, the mythological heroes and the city buried under the eruption.

 

Sources:

- France Culture - In Pompeii, discoveries in cascade

- You tube - Nuove scoperte in Pompei: the affresco di Leda e il cigno

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

A Pompéi, aux pieds du Vésuve, les découvertes se succèdent. Après le graffiti précisant le mois de l'éruption qui a enseveli la cité, une fresque a été mise au jour dévoilant les amours de Zeus et de Léda.

Pompéi – le mythe de Léda et du cygne dépeint sur une fresque nouvellement découverte – photo © AGF/SIPA

Pompéi – le mythe de Léda et du cygne dépeint sur une fresque nouvellement découverte – photo © AGF/SIPA

Cette illustration magnifiquement préservée du mythe grec a été retrouvée dans la chambre à coucher d'une maison Pompéienne, située Via del Vésuvio au nord de la ville ensevelie en 79 avant JC. Ce thème développe des récits concernant les relations entre le dieu suprême et les humains, une mythologie complexe reprise par le syncrétisme pratiqué à Rome.

La fresque de Pompéi dépeint les ébats de la reine de Sparte Léda avec Zeus qui a pris la forme d'un cygne. - photo Cesare Abatte / Parc archéologique de Pompéi

La fresque de Pompéi dépeint les ébats de la reine de Sparte Léda avec Zeus qui a pris la forme d'un cygne. - photo Cesare Abatte / Parc archéologique de Pompéi

Le mythe et ses implications dans l'histoire antique :

Zeus vit Léda, l'épouse du roi de Sparte Tyndare, se baigner dans le fleuve Euratos, et la désira.

Pour s'en approcher, in con!ut une ruse avec la complicité d'aphrodite : il lui demanda de se changer en aigle, et de simuler une poursuite, après l'avoir métamorphosé en cygne. Léda prit entre ses bras le cygne effrayé, et Zeus en profita pour s'unir à la reine.

Léda fut fécondée par son époux le même jour.

Léda donna naissance à quatre enfants, deux immortels, enfants de Zeus : Hélène et Pollux, et deux mortels, enfants de Tyndare : Clytemnestre et Castor.

Castor et Pollux, les Dioscures - vase antique peint - Doc Master the stars

Castor et Pollux, les Dioscures - vase antique peint - Doc Master the stars

Les deux garçons, Castor et Pollux, connus sous le nom de Dioscures (Identifiés à la constellation des Gémeaux, les Dioscures sont les patrons des marins et des athlètes.), vont connaître une épopée humaine, suivie d'une divinité partagée. Inséparables, ils seront vénérés par les grecs puis les romains.

Ménélas a l'intention de tuer Hélène mais, frappé par sa beauté, il lâche son épée. Un Éros volant et Aphrodite, à gauche d'Hélène, regardent la scène. Détail d'un cratère attique à figures rouges, 450-440 av. J.-C., découvert à Gnathia (actuelle Egnazia, Italie). - Musée du Louvre

Ménélas a l'intention de tuer Hélène mais, frappé par sa beauté, il lâche son épée. Un Éros volant et Aphrodite, à gauche d'Hélène, regardent la scène. Détail d'un cratère attique à figures rouges, 450-440 av. J.-C., découvert à Gnathia (actuelle Egnazia, Italie). - Musée du Louvre

Hélène devint à son tour reine de Sparte, mariée à Ménélas, qu'elle abandonna, de bon gré ou contrainte, pour épouser le prince Paris de Troie.

Cet épisode déclencha la Guerre de Troie, qui opposa une coalition grecque aux Troyens. La ville finit par tomber après un long siège, grâce à un stratagème : le cheval de Troie qui cachait de valeureux guerriers. Tous les protagonistes de cette histoire sont repris dans le récit de l'Iliade.

L'autre fille, Clytemnestre, épousa le frère aîné de Ménélas, Agamemnon, roi de Mycènes et des Grecs.

Clytemnestre fit assassiner son époux par son amant, Egysthe, à son retour de la guerre de Troie. Oreste, leur fils, vengea son père en tuant sa mère.

Que de destins funestes rassemblés, les héros mythologiques et la ville ensevelie sous l'éruption.

 

Sources :

- France Culture - A Pompéi, des découvertes en cascade

- You tube - Nuove scoperte a Pompei: l'affresco di Leda e il cigno

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques
Teneguia vu du San Antonio - les voitures, à gauche de la photo, donnent l'échelle - photo Michael Hanselmann 2012

Teneguia vu du San Antonio - les voitures, à gauche de la photo, donnent l'échelle - photo Michael Hanselmann 2012

Fin octobre- début novembre, les îles Canaries se remémorent la dernière éruption subaérienne sur l'île de La Palma, celle du Teneguia en 1971.

Après plusieurs jours d'activité sismique, une fracture longue de 300 mètres s'ouvre le 26 octobre avec des émissions de gaz et cendres, sans lave observée.
Trois bouches éruptives s'ouvrent et sont actives simultanément avec un dynamisme de type fontaine de lave et deux coulées de lave descendent rapidement vers la mer.

L'éruption du Teneguia sur La Palma en 1971.
La Palma et la situation des éruptions et coulées - l'éruption du Teneguia a affecté le sud de l'île ( les coulées sont en couleur rouge) - Doc. S. Socorro & J.C. Carracedo et al. / via Noches de volcanoes - un clic pour agrandir

La Palma et la situation des éruptions et coulées - l'éruption du Teneguia a affecté le sud de l'île ( les coulées sont en couleur rouge) - Doc. S. Socorro & J.C. Carracedo et al. / via Noches de volcanoes - un clic pour agrandir

Entre le 28 et le 30 octobre, l'évent le plus au nord éjecte lapilli et bombes jusqu'à une hauteur de 500-700 mètres, au rythme de quarante-cinq pulsations par minutes. Un spatter cone haut de 180 mètres s'édifie (Teneguia 1). L'évent sud (Teneguia 2) produit des bombes et des scories, et de la lave en blocs qui va former une nouvelle plate-forme en atteignant l'océan.

Cette activité est ininterrompue pendant plusieurs jours. Vers le 4 novembre, seule la bouche principale n°1 a encore une activité, les évents 2 et 3 dégazent seulement.

Le 6 novembre, des effondrements se produisent aux évents 1 et 2.

Eruption du Teneguia - évolution des coulées - Doc. Herandez Pacheco - NB: remplacez septembre par octobre 1971 dans les annotations des vignettes.

Eruption du Teneguia - évolution des coulées - Doc. Herandez Pacheco - NB: remplacez septembre par octobre 1971 dans les annotations des vignettes.

Le 9 novembre, une 4e bouche explosive (Teneguia 4) s'ouvre sur la fracture ; trois ouvertures projettent du gaz sous haute pression et des bombes, et pulvérisent la lave sous pression. L'activité explosive redevient importante et des spatter cones (Teneguia 5 et 6) se mettent en place le 11 novembre.

L'activité éruptive et sismique s'arrêtent le 18 novembre.

Teneguia - photo Benjamín Núñez González

Teneguia - photo Benjamín Núñez González

La température de la lave était comprise entre 950 et 1050 ° C, la vitesse de son écoulement atteignant environ 700 m / h près des points de sortie et environ 100 m / h dans une zone de pente plus plate située à 800 m.

Au total, les déchets volcaniques - 40 millions de m³ - couvrent une superficie d’environ 1,14 million de m² et 290.000 m² formés par les plates-formes de lave en mer, du 26 octobre au 18 novembre 1971. L'épaisseur moyenne de la lave est de 12 m et les cônes volcaniques les plus hauts résultant de l'éruption ont atteint une hauteur d'environ 100 m.

Une analyse détaillée des laves et gaz est disponible via un document de l'Unesco, par M.Chaigneau / CNRS – lien http://unesdoc.unesco.org/images/0000/000017/001774fb.pdf

 

Sources :

- Global Volcanism Program – La Palma 

- The magma plumbing system for the 1971 Teneguía eruption on La Palma, Canary Islands – A.K.Barker & al.

- Die Eruption des Teneguía 1971 - Rainer Olzem et Timm Reisinger

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
Fuego - moderate avalanche on 23.11.2018 - photo Franklin Reyes, Finca La Candelaria. via Conred

Fuego - moderate avalanche on 23.11.2018 - photo Franklin Reyes, Finca La Candelaria. via Conred

The Fuego shows a slight increase in activity, with explosions accompanied by an ash plume rising to 4,700-5,000 meters asl. traveling 20 km towards a western sector.

Incandescence is observed, as are weak avalanches around the crater; some projectiles reach the limit of the vegetation, in the direction of the barrancas Las Lajas, Ceniza and Seca; ashfall is reported on San Pedro Yepocapa, Panimache, El Porvenir, Morelia, Santa Sofia, Sangre de Cristo and Finca Palo Verde.

Early in the morning of November 14, stronger explosions generating significant fallout are recorded.

Sources: Insivumeh & Conred

Fuego - strong explosions early in the day on 24.11.2018 - Insivumeh seismogram

Fuego - strong explosions early in the day on 24.11.2018 - Insivumeh seismogram

Fuego - night activity (no better photo at the moment) - photo 24.11.2018 / report of 5:42 / Insivumeh

Fuego - night activity (no better photo at the moment) - photo 24.11.2018 / report of 5:42 / Insivumeh

At the Nevados de Chillan complex, whitish pulsatile emissions, dominated by water vapor, mark the crater Nicanor.

Sernageomin provides nighttime glow, small explosions and ballistic projections.

This activity remains in the standards of the technical alert Naranja, in connection with the cycles of growth and destruction of the dome nestled in the crater.

Source: Sernageomin

The Nevados de Chillan complex - Photo Sernageomin

The Nevados de Chillan complex - Photo Sernageomin

The volume of the Merapi summit lava dome was 218,000 m³ on 21 November 2018, with a growth rate of 2,600 m³ / day, a little higher than the previous week.

The seismic activity is lower than last week.

On visual and instrumental results, the lava dome is considered stable.

The activity level remains the same: 2 / waspada

Sources: PVMBG & BPPTKG

Merapi - top and dome 22.11.2018 - Doc BPPPTKG
Merapi - top and dome 22.11.2018 - Doc BPPPTKG

Merapi - top and dome 22.11.2018 - Doc BPPPTKG

Merapi - evolution of the dome between 15.11 and 21.11.2018 - Doc.PVMBG

Merapi - evolution of the dome between 15.11 and 21.11.2018 - Doc.PVMBG

The JMA has raised the alert level of Meakandake to 2 / do not approach the crater, on November 23 at 12:30 JST, following an increase in superficial volcanic earthquakes near the crater Ponmachineshiri since 20 November. (271 on 22.11, 557 on 23.1 at 3 pm local time)

However, there is no reported deformation or plume emitted.

 Meakandake - alert reported at 2 on 23.11.2018 / 12.30 pm JST - Doc.JMA

Meakandake - alert reported at 2 on 23.11.2018 / 12.30 pm JST - Doc.JMA

Akan caldera - Meakan-dake on the left, Akan Fuji in the center -  JMA photo

Akan caldera - Meakan-dake on the left, Akan Fuji in the center - JMA photo

Within the Akan volcanic complex, characterized by a 13 km by 24 caldera, only the Meakandake group has been historically active; the last activity dates back to November 2008, with a small phreatic eruption.

Sources: JMA, NHK web news, and Gloval Volcanism Program / Akan

Last activity of the Meakandake - steam emissions on 28.11.2008 from both the 96-1 crater  and the number 4 crater. - JMA  in GVP

Last activity of the Meakandake - steam emissions on 28.11.2008 from both the 96-1 crater and the number 4 crater. - JMA in GVP

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Fuego - avalanche modérée le 23.11.2018 - photo Franklin Reyes, Finca La Candelaria. via Conred

Fuego - avalanche modérée le 23.11.2018 - photo Franklin Reyes, Finca La Candelaria. via Conred

Le Fuego présente une légère augmentation d'activité, avec des explosions accompagnées d'un panache de cendres montant à 4.700-5.000 mètres asl. se déplaçant sur 20 km en direction d'un secteur ouest.

De l'incandescence est observée, de même que des avalanches faibles dans le pourtour du cratère ; certains projectiles atteignent la limite de la végétation, en direction des barrancas Las Lajas, Ceniza et Seca ; des retombées de cendres sont rapportées sur San Pedro Yepocapa, Panimache, EL Porvenir, Morelia, Santa Sofia, Sangre de Cristo et Finca Palo Verde.

Tôt au matin du 14 novembre, des explosions plus fortes générant d'importantes retombées sont enregistreés.

 

Sources : Insivumeh & Conred

Fuego - fortes explosions en début de journée le 24.11.2018 - sismogramme Insivumeh

Fuego - fortes explosions en début de journée le 24.11.2018 - sismogramme Insivumeh

Fuego - activité nocturne (pas de photo de meilleure qualité pour le moment) - photo 24.11.2018 / rapport de 5h42 / Insivumeh

Fuego - activité nocturne (pas de photo de meilleure qualité pour le moment) - photo 24.11.2018 / rapport de 5h42 / Insivumeh

Au complexe Nevados de Chillan, des émissions pulsatiles blanchâtres, où prédomine la vapeur d'eau, marque le cratère Nicanor.

Le Sernageomin renseigne de l'incandescence nocturne, de petites explosions et des projections balistiques.

Cette activité demeure dans les normes de l'alerte technique Naranja, en rapport avec les cycles de croissance et destruction du dôme niché dans le cratère.

 

Source : Sernageomin

Le complexe Nevados de Chillan - photo Sernageomin

Le complexe Nevados de Chillan - photo Sernageomin

Le volume du dôme de lave sommital du Merapi était le 21 novembre 2018 de 308.000 m³, avec un taux de croissance de 2.600 m³/jour, un peu plus élevé que la semaine précédente.

L'activité sismique est plus basse que la semaine passée.

Sur résultats visuels et instrumentaux, le dôme de lave est considéré comme stable.

Le niveau d'activité reste identique : 2 / waspada

 

Sources : PVMBG & BPPTKG

Merapi - sommet et dôme le 22.11.2018 - Doc  BPPPTKG
Merapi - sommet et dôme le 22.11.2018 - Doc  BPPPTKG

Merapi - sommet et dôme le 22.11.2018 - Doc BPPPTKG

Merapi - évolution du dôme entre le 15.11 et le 21.11.2018 - Doc.PVMBG

Merapi - évolution du dôme entre le 15.11 et le 21.11.2018 - Doc.PVMBG

Le JMA a relevé le niveau d'alerte du Meakandake à 2 / ne pas approcher du cratère ce 23 novembre à 12h30 JST, suite à une hausse des séismes volcaniques superficiels proches du cratère Ponmachineshiri depuis le 20 novembre. (271 le 22,11 ; 557 le 23,1 à 15h loc.)

Il n'y a toutefois pas de déformation signalée, ni de panache émis.

Meakandake - alerte relevée à 2 le 23.11.2018 / 12h30 JST - Doc.JMA

Meakandake - alerte relevée à 2 le 23.11.2018 / 12h30 JST - Doc.JMA

Akan caldera - Meakan-dake à gauche,  Akan Fuji au centre- photo JMA

Akan caldera - Meakan-dake à gauche, Akan Fuji au centre- photo JMA

Au sein du complexe volcanique Akan, caractérisé par une caldeira de 13 km sur 24, seul le groupe Meakandake a été actif historiquement ; la dernière activité remonte à novembre 2008, avec une petite éruption phréatique.

Sources : JMA, NHK web news, et Gloval Volcanism Program / Akan

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
Popocatépetl - dome # 80 during an overview of Cenapred / Semar teams - photo 22.11.2018

Popocatépetl - dome # 80 during an overview of Cenapred / Semar teams - photo 22.11.2018

An overflight of the Popocatépetl, carried out with the support of the Marine Secretariat / SEMAR allowed the observation of the new dome # 80 of the volcano: 250 meters in diameter, and a thickness of 30 meters, its volume reaches 1.5 million of m³.

During the last 24 hours, 46 exhalations of water vapor, gas, and a small amount of ash are recorded.

The volcanic alert remains at Amarillo Fase 2, accompanied by a 12 km safety zone.

Source: Cenapred

Popocatépetl - dome # 80 during an overview of Cenapred / Semar teams - photo 22.11.2018
Popocatépetl - dome # 80 during an overview of Cenapred / Semar teams - photo 22.11.2018

Popocatépetl - dome # 80 during an overview of Cenapred / Semar teams - photo 22.11.2018

In Fuego, constant explosions accompanied by expulsions of a dark gray plume continue.

The avalanches of blocks and ashes, accumulated during the eruption of November 18, continue in the Seca, Ceniza, El Jute, Las Lajas and Honda barracks.

This activity can continue in the coming days, it is recommended not to park in the main drainages.

Sources: Insivumeh and Conred

Fuego - avalanches on 22.11.2018 in the main drainages - photo Conred

Fuego - avalanches on 22.11.2018 in the main drainages - photo Conred

Fuego - une des explosions le 22.11.2018 - photo Insivumeh

Fuego - une des explosions le 22.11.2018 - photo Insivumeh

Three craters are still active this November 22 at the top of Mount Etna: a Strombolian activity animates the Bocca Nuova, and the "puttusiddu" of the new crater southeast. The crater northeast is also continuing its activity.

Source: Boris Behncke

Etna - 22.11.2018 / 21h13 - Activity of the Bocca Nuova on the left, and the "puttusiddu" of the NSEC on the right - the NE crater is not visible in the photo - photo Boris Behncke

Etna - 22.11.2018 / 21h13 - Activity of the Bocca Nuova on the left, and the "puttusiddu" of the NSEC on the right - the NE crater is not visible in the photo - photo Boris Behncke

Etna - 22.11.2018 / 20h59 - webcam LAVE Schiena del Asino

Etna - 22.11.2018 / 20h59 - webcam LAVE Schiena del Asino

At Kilauea, colder and wetter conditions result in the formation of a small amount of H2S, in addition to SO2.

H2S is most commonly detected during interruptions of the trade winds and at the downwind locations of Kīlauea Peak, Pu'u'Ō'ō, and the 2018 Crack System of the Lower East Rift Zone.

 Kilauea top - odorous outgassing  on 21.11.2018 - photo Big Islsnd video news

Kilauea top - odorous outgassing  on 21.11.2018 - photo Big Islsnd video news

Pu'u 'O'o - 20.11.2018 / 6h30 - intense degassing - extreme exposure photo

Pu'u 'O'o - 20.11.2018 / 6h30 - intense degassing - extreme exposure photo

The rotten egg odor of H2S is seen at lower concentrations ranging from 0.0005 to 0.3 ppm. The state of Hawaii has defined a "nuisance level" for H2S at 0.025 ppm, based on the odor threshold. Negative symptoms of H2S exposure occur only when the concentrations are well above the olfactory threshold.

According to Occupational Safety and Health Administration (OSHA) prolonged exposure to 2-5 ppm may cause headaches, eye irritation, nausea, or breathing problems in some asthmatics (https: //www.osha. gov / SLTC / hydrogensulfide / hazards, html). Concentrations measured in populated areas around Kīlauea are less than 1 ppm.

Although humans can detect H2S at very low concentrations, their sense of smell does not perceive it at high concentrations.

 

The situation is temporary, since during the next chapter of Kīlauea volcano activity, when the magma will rise to the surface, we can expect a decrease in H2S emissions and a return to the more familiar smell of SO2 and particulate dominated vog.

Source: Big Island video news

Kilauea East rift zone - 20.11.2018 / 6.30 am - fissure 8 degassing  - photo Extreme exposure

Kilauea East rift zone - 20.11.2018 / 6.30 am - fissure 8 degassing - photo Extreme exposure

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Le dôme #80 du Popocatépetl lors d'un survol des équipes du Cenapred / Semar - photo 22.11.2018

Le dôme #80 du Popocatépetl lors d'un survol des équipes du Cenapred / Semar - photo 22.11.2018

Un survol du Popocatépetl, réalisé avec l'appui du Decrétariat de la Marine / SEMAR a permis l'observation du nouveau dome #80 du volcan : de 250 mètres de diamètre, et une épaisseur de 30 mètres, son volume atteint 1,5 millions de m³.

Au cours des dernières 24 heures, 46 exhalations de vapeur d'eau, gaz, et d'une petite quantité de cendres sont enregistrées.

L'alerte volcanique reste à Amarillo Fase 2, assortie d'une zone de sécurité interdite de 12 km.

 

Source : Cenapred

Le dôme #80 du Popocatépetl lors d'un survol des équipes du Cenapred / Semar - photo 22.11.2018
Le dôme #80 du Popocatépetl lors d'un survol des équipes du Cenapred / Semar - photo 22.11.2018

Le dôme #80 du Popocatépetl lors d'un survol des équipes du Cenapred / Semar - photo 22.11.2018

Au Fuego, de constantes explosions accompagnées d'expulsions d'un panache gris foncé se poursuivent.

Les avalanches de blocs et cendres, accumulés au cours de l'éruption du 18 novembre, continuent dans les barrancas Seca, Ceniza, El Jute, Las Lajas et Honda.

Cette activité peut se poursuivre dans les prochains jours, il est recommandé de ne pas stationner dans les drainages principaux.

 

Sources : Insivumeh et Conred

Fuego - avalanches le 22.11.2018 dans les drainages principaux - photo Conred

Fuego - avalanches le 22.11.2018 dans les drainages principaux - photo Conred

Fuego - une des explosions du 22.11.2018 - photo Insivumeh

Fuego - une des explosions du 22.11.2018 - photo Insivumeh

Trois cratères sont toujours actifs ce 22 novembre au sommet de l'Etna : une activité strombolienne anime la Bocca Nuova, et le "puttusiddu" du nouveau cratère sud-est. Le cratère nord-est poursuit lui aussi son activité.

 

Source : Boris Behncke

Etna - 22.11.2018 / 21h13  - Activité de la Bocca nuova à gauche, et du "puttusiddu" du NSEC à droite - le cratère nord-est n'est pas visible sur la photo .- photo Boris Behncke

Etna - 22.11.2018 / 21h13 - Activité de la Bocca nuova à gauche, et du "puttusiddu" du NSEC à droite - le cratère nord-est n'est pas visible sur la photo .- photo Boris Behncke

Etna  - 22.11.2018 / 20h59 - webcam LAVE Schiena del Asino

Etna - 22.11.2018 / 20h59 - webcam LAVE Schiena del Asino

Au Kilauea, des conditions plus froides et plus humides entraînent la formation d'une petite quantité de H2S, en plus du SO2. Le H2S est le plus souvent détecté lors d'interruptions des conditions d'alizé et dans les lieux situés sous le vent du sommet de Kīlauea, Puʻu ʻŌʻō, et du système de fissures 2018 de la zone de rift inférieur est.

 

Kilauea sommet - émanations odorantes le 21.11.2018 - photo Big Islsnd vidéo news

Kilauea sommet - émanations odorantes le 21.11.2018 - photo Big Islsnd vidéo news

Pu‘u ‘O‘o - 20.11.2018 / 6h30 - intense dégazage - photo extreme exposure

Pu‘u ‘O‘o - 20.11.2018 / 6h30 - intense dégazage - photo extreme exposure

L'odeur d'œuf pourri de H2S est perçue à des concentrations inférieures allant de 0,0005 à 0,3 ppm. L’État de Hawaii a défini un "niveau de nuisance" pour le H2S à 0,025 ppm, sur la base du seuil olfactif. Les symptômes négatifs de l'exposition au H2S ne se manifestent que lorsque les concentrations sont bien supérieures au seuil olfactif.

Selon l'OSHA (Occupational Safety and Health Administration), une exposition prolongée à 2‒5 ppm peut provoquer des maux de tête, une irritation des yeux, des nausées ou des problèmes respiratoires chez certains asthmatiques (https://www.osha.gov/SLTC/hydrogensulfide/hazards. html). Les concentrations mesurées dans les zones peuplées autour de Kīlauea sont inférieures à 1 ppm.

Bien que l’être humain puisse détecter le H2S à de très faibles concentrations, son odorat ne le perçoit plus à des concentrations élevées.

 

La situation est provisoire, puisqu'au cours du prochain chapitre de l’activité du volcan Kīlauea, lorsque le magma remontera à la surface, nous pouvons nous attendre à une diminution des émissions de H2S et à un retour à l’odeur plus familière du SO2 et du vog à dominance particulaire.

Source : Big Island vidéo news


Pl

Kilauea zone de rift Est - 20.11.2018 / 6h30 -  dégazage de la fissure 8 - photo Extreme exposure

Kilauea zone de rift Est - 20.11.2018 / 6h30 - dégazage de la fissure 8 - photo Extreme exposure

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
 Veniaminof - 21.11.2018 / 9:59 - photo Janet Schaefer / AVO

Veniaminof - 21.11.2018 / 9:59 - photo Janet Schaefer / AVO

Veniaminof - 21.11.2018 / 12:16 AKST - Perryville camera - via Schaefer, Janet / AVO

Veniaminof - 21.11.2018 / 12:16 AKST - Perryville camera - via Schaefer, Janet / AVO

 Veniaminof - 21.11.2018 / 11:49 - the plume is about 200 km at the time of the shooting - Terra-1 Modis satellite via AVO

Veniaminof - 21.11.2018 / 11:49 - the plume is about 200 km at the time of the shooting - Terra-1 Modis satellite via AVO

During the night of 19 to 20 November, ash emissions increased significantly at Veniaminof : the plume exceeded 4,500 meters before spreading to the southeast. The situation justified the passage of the volcanic warning level to Warning and the aviation code to Red.

The emissions continued during the day, to extend over 400 km until about 14:45 AKST.

A short eruptive pulse followed, visible on the Peryville webcam at 15:26 AKST, and largely dissipated at 17:26 AKST.

Emissions of ashes were no longer visualized afterwards.

Veniaminof - RSAM from 15 to 22.11.2018 - Doc.AVO


The seismic activity continues as a continuous tremor, and ash emissions are likely to resume at any time.

Veniaminof - tephra under an electron microscope - Doc.AVO

Veniaminof - tephra under an electron microscope - Doc.AVO

An electron microscopic analysis of tephra, collected on October 26, shows grains composed of a vitreous matrix of andesite with abundant microlites of olivine, plagioclase and clinopyroxene.

Source: AVO & Planetlabs

Fuego - small explosion 21.11.2018 / 20h21 - photo William Chigna

Fuego - small explosion 21.11.2018 / 20h21 - photo William Chigna

In Fuego, after the official shutdown of the 5th eruption of the year, the activity is marked by weak to moderate explosions, accompanied by ash plumes at 4,500-4,600 meters asl, traveling 12 km to the west and southwest. Nighttime glow is observed.

Fuego - 21.11.2018 - avalanche of volcanic materials in the barranca Las Lajas. - photo Conred

Fuego - 21.11.2018 - avalanche of volcanic materials in the barranca Las Lajas. - photo Conred

Due to the existing instability in the different drainages, strong avalanches occurred in the Seca, Ceniza, El Jute, Las Lajas and Honda barrancas; blocks of 2 to 3 meters and fine particles were mobilized in a south-southwest direction.

Small pyroclastic flows are reported by Rüdiger Escobar Wolf, the largest at 16h15 UTC (camera station FH12 / see video)

This situation can happen again in the hours and days to follow.

Source: Insivumeh

Video de los flujos piroclasticos esta mañana tomado de las imagenes de la camara de vigilancia de @insivumehgt en la estacion FG12. Los flujos mas grandes empezaron aprox a las 16:15 UTC segun el reloj de la camara...

At Etna, Strombolian explosions follow the small lava flow reported yesterday at "puttusiddu", the lateral crater of the new southeastern crater (NSEC).

The activity generates a rain of lapilli falling in the inner part, which fills gradually following the various eruptions. A new small flow is observed this November 22, the first hour, inside the pit crater.

Source: Benito Morabito / Osservatorio DIRECT CIELO and Salvatore Lo Giudice

 Etna NSEC - strombolian activity from 21.11.2018 / 20h05 - photo Salvatore Lo Giudice

Etna NSEC - strombolian activity from 21.11.2018 / 20h05 - photo Salvatore Lo Giudice

Etna NSEC - small lava flow in the crater "puttusiddu" - photo 22.11.2018 / 0h58 - photo via Benito Morabito / Osservatorio DIRETTA CIELO

Etna NSEC - small lava flow in the crater "puttusiddu" - photo 22.11.2018 / 0h58 - photo via Benito Morabito / Osservatorio DIRETTA CIELO

A smell of sulfur is reported around Sólheimajökull and Jökulsá á  Sólheimasandur. The windy conditions expected over the next few days may allow gases to accumulate in low-lying areas at dangerous concentrations.

No change in hydrological, gaseous, or seismic data.

It is recommended not to stay close to the Jökulsá river in Sólheimasandur.

Source: IMO

Sólheimajökull is one of the glaciers-emissaries south of Myrdalsjökull, which recovers Katla volcano

Sólheimajökull is one of the glaciers-emissaries south of Myrdalsjökull, which recovers Katla volcano

Sólheimasandur under a typical Icelandic sky - photo © Bernard Duyck

Sólheimasandur under a typical Icelandic sky - photo © Bernard Duyck

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Veniaminof - 21.11.2018 / 9h59 - photo Janet Schaefer /  AVO

Veniaminof - 21.11.2018 / 9h59 - photo Janet Schaefer / AVO

Veniaminof - 21.11.2018 / 12h16 AKST - caméra Perryville - via Schaefer, Janet / AVO

Veniaminof - 21.11.2018 / 12h16 AKST - caméra Perryville - via Schaefer, Janet / AVO

Veniaminof - 21.11.2018 / 11h49 - le panache faisant environ 200 km au moment de la prise de vue - satellite Terra-1 Modis via AVO

Veniaminof - 21.11.2018 / 11h49 - le panache faisant environ 200 km au moment de la prise de vue - satellite Terra-1 Modis via AVO

Dans le courant de la nuit du 19 au 20 novembre, les émissions de cendres ont augmenté de façon significative au Veniaminof : le panache a dépassé les 4.500 mètres avant de s'étendre vers le sud-est. La situation a justifié le passage du niveau d'alerte volcanique à Warning et le code aviation à Rouge.

Elles se sont poursuivies en journée, pour s'étendre sur 400 km jusqu'à environ 14h45 AKST.

Une courte pulsion éruptive a suivi, visible sur la webcam de Peryville à 15h26 AKST, et largement dissipée à 17h26 AKST.

Les émissions de cendres n'ont plus été visualisées ensuite.

Veniaminof - RSAM du 15 au 22.11.2018 - Doc.AVO

L'activité sismique se poursuit sous forme d'un trémor continu, et les émissions de cendres sont susceptibles de reprendre à tout moment.

Veniaminof - tephra au microscope électronique - Doc.AVO

Veniaminof - tephra au microscope électronique - Doc.AVO

Une analyse au microscope électronique de tephra, récoltés le 26 octobre courant, montre des grains composés d'une matrice vitreuse d'andésite avec d'abondants microlites d'olivine, de plagioclase et de clinopyroxène.

 

Source : AVO & Planetlabs

Fuego - petite explosion le 21.11.2018 / 20h21 - photo William Chigna

Fuego - petite explosion le 21.11.2018 / 20h21 - photo William Chigna

Au Fuego, après l'arrêt officiel de la 5° éruption de l'année, l'activité est marquée par des explosions faibles à modérées , accompagnées de panaches de cendres à 4.500-4.600 mètres asl, se déplaçant sur 12 km vers l'ouest et le sud-ouest. De l'incandescence nocturne est observée.

 

Fuego - 21.11.2018 - avalanche de matériaux volcaniques dans la barranca Las Lajas. - photo Conred

Fuego - 21.11.2018 - avalanche de matériaux volcaniques dans la barranca Las Lajas. - photo Conred

En raison de l'instabilité existante dans les différents drainages, de fortes avalanches se sont produites dans les barrancas Seca, Ceniza, el Jute, Las Lajas et Honda ; des blocs de 2 à 3 mètres et des particules fines ont été mobilisés en direction sud-sud-ouest.

De petites coulées pyroclastiques sont signalées par Rüdiger Escobar Wolf, la plus importante à 16h15 UTC (caméra station FH12 / voir vidéo)

Cette situation peut se reproduire dans les heures et jours à suivre.

Source : Insivumeh

Video de los flujos piroclasticos esta mañana tomado de las imagenes de la camara de vigilancia de @insivumehgt en la estacion FG12. Los flujos mas grandes empezaron aprox a las 16:15 UTC segun el reloj de la camara...

A l'Etna, des explosions stromboliennes font suite à la petite coulée de lave signalée hier au "puttusiddu", le cratère latéral du nouveau cratère sud-est (NSEC).

L'activité génère une pluie de lapilli retombant dans la partie intérieure, qui se remplit progressivement suite aux diverses éruptions. Une nouvelle petite coulée est observée ce 22 novembre , à la première heure, à l'intérieur du pit crater.

 

Source : Benito Morabito / Osservatorio DIRETTA CIELO et Salvatore Lo Giudice

Etna NSEC - activité strombolienne du 21.11.2018 / 20h05 - photo Salvatore Lo Giudice

Etna NSEC - activité strombolienne du 21.11.2018 / 20h05 - photo Salvatore Lo Giudice

Etna NSEC - petite coulée de lave dans le cratère "puttusiddu"- photo 22.11.2018 / 0h58 - photo via Benito Morabito / Osservatorio DIRETTA CIELO

Etna NSEC - petite coulée de lave dans le cratère "puttusiddu"- photo 22.11.2018 / 0h58 - photo via Benito Morabito / Osservatorio DIRETTA CIELO

Une odeur de soufre est signalée autour du Sólheimajökull and Jökulsá á Sólheimasandur. Les conditions peu venteuses prévues au cours des prochains jours peuvent permettre aux gaz de s'accumuler dans les zones basses à des concentrations dangereuses.

Aucun changement dans les données hydrologiques, gazeuses, ou sismiques.

Il est recommandé de ne pas rester proche de la rivière Jökulsá á Sólheimasandur.

 

Source : IMO

Le Sólheimajökull  est un des glaciers-émissaires au sud du Myrdalsjökull, qui recovre le volcan Katla

Le Sólheimajökull est un des glaciers-émissaires au sud du Myrdalsjökull, qui recovre le volcan Katla

Le Sólheimasandur  sous un ciel typiquement islandais - photo © Bernard Duyck

Le Sólheimasandur sous un ciel typiquement islandais - photo © Bernard Duyck

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

Thanks to John Tarson / Epic Lava for sharing this summary in pictures.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog