Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
Shishaldin - lava and spatter cone in the summit crater - photo Dane Ketner / USGS - AVO 23.07.2019

Shishaldin - lava and spatter cone in the summit crater - photo Dane Ketner / USGS - AVO 23.07.2019

The Alaska Volcano Observatory raised the Shishaldin alert level to Watch and changed the aviation code to Orange on October 17th at 11:06 am AKDT.

In question, a new lava effusion, started on October 13, continues, according to the observation of continuous low level seismicity and high surface temperatures. The activity remains confined to the summit zone, without observation of ash clouds.

 

Source: AVO

 Poas - activity from 17.10.2019 / 15h38 - webcam Ovsicori

 Poas - activity from 17.10.2019 / 15h38 - webcam Ovsicori

 Poas - for comparison, the activity of 12.10.2019 / 05h38 - Ovsicori webcam

 Poas - for comparison, the activity of 12.10.2019 / 05h38 - Ovsicori webcam

In Poas, the rains of the last days have allowed a build up of water in the area of ​​Bocca A, as well as in the central sector. The activity this week was characterized by small shallow water eruptions, and bubbling in mouth A and the central area.

Steam and gas fumes continue.

The field of sulfur-rich fumaroles in the area northeast of the old lake remains active.

At the seismic level, the shallow bottom tremor is maintained (2 to 4.5 Hz), as well as earthquakes of LP type (long duration) generally of low amplitude.

 

Sources: Ovsicori & RSN

La Laguna del Volcán Río Cuarto - photo Ecosistemas de Costa Rica

La Laguna del Volcán Río Cuarto - photo Ecosistemas de Costa Rica

Currently, the Volcanological and Seismological Observatory of Costa Rica and the School of Geographical Sciences of the National University are conducting research on the Río Cuarto Lagoon. This lagoon has a depth of about 70 meters, is a crater formed by a phreatomagmatic eruption (product of the eruption of magma-water contact) about 3-4 Ma ago (Alvarado et al., 2011)


This crater has degassing with a possible accumulation of CO2 and CH4 resulting from the injection of hydrothermal gases, the microbial process and the stratification of water in three layers called epilimnion, metallimnion and hipolimnion. The first layer corresponds to surface water with higher temperature and oxygenation, the second layer is the transition between the superficial layer and the deep layer where this stratification is generated; the last layer corresponds to deeper waters with lower temperatures, lower concentrations of O2 and high concentrations of hydrothermal CO2 (Cabassi et al 2014).
There is a need for various campaigns to determine whether there is significant accumulation in the lake and at the same time to determine whether the gases being emitted are magmatic or bacterial. These accumulated gases can be very dangerous if they are suddenly released during a limnic eruption - like lake Nyos -  that can be caused by a meteorological process (eg, high winds) that cause a change in the position of the lake layers, ie that is, surface water is removed, giving way to deep waters that contain gas.

 

Source: Ovsicori

Sunrise on Cemoro Lawang - photo © Ilhan Eroglu 2015 - un clic pour agrandir

Sunrise on Cemoro Lawang - photo © Ilhan Eroglu 2015 - un clic pour agrandir

Bromo - Opening of the new Cemoro Lawang observation post by the authorities - photo PVMBG

Bromo - Opening of the new Cemoro Lawang observation post by the authorities - photo PVMBG

This Thursday, October 17, 2019, Arcandra Tahar, member of the ESDM, inaugurated a new observation post of Bromo volcano, located in the hamlet of Cemoro Lawang.

At the event, he said: "I hope that, after the addition of the new Gunung Bromo Observation Building, the use of observation posts as a means of monitoring volcanoes and providing information on disasters in the Bromo-Tengger Caldera region will be operational, and I also hope that the community will be able to help maintain the existence of this observation post and its associated monitoring equipment. "

 

Source: PVMBG

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Shishaldin - lave et spatter cone dans le cratère sommital - photo Dane Ketner / USGS - AVO 23.07.2019

Shishaldin - lave et spatter cone dans le cratère sommital - photo Dane Ketner / USGS - AVO 23.07.2019

L'Alaska Volcano Observatory a relevé le niveau d'alerte du Shishaldin à Watch et changé le code aviation à Orange ce 17 octobre à 11h06 AKDT.

En cause, une nouvelle effusion de lave, débutée le 13 octobre, se poursuit, selon l'observation d'une sismicité de bas niveau continue et des températures de surface élevées. L'activité reste confinée à la zone sommitale, sans observation de nuages de cendres.

 

Source : AVO

 Poas - activité du 17.10.2019 / 15h38 - webcam Ovsicori

Poas - activité du 17.10.2019 / 15h38 - webcam Ovsicori

 Poas - à titre de comparaison, l'activité du 12.10.2019 / 05h38 - webcam Ovsicori

Poas - à titre de comparaison, l'activité du 12.10.2019 / 05h38 - webcam Ovsicori

Au Poas, les pluies des derniers jours ont permis une accumulation de l'eau dans le secteur de Bouche A, ainsi que dans le secteur central. L'activité cette semaine, a été caractérisée par de petites éruptions phréatiques de faible hauteur, et des bouilonnements dans la bouche A et le secteur central.

Les émanations de vapeur et gaz se poursuivent.

Le champ de fumerolles riches en soufre du secteur au nord-est de l'ancien lac reste actif.

Au niveau sismique, le tremor de fond de faible profondeur est maintenu (2 à 4,5 Hz), ainsi que des séismes de type LP (longue durée) généralement de faible amplitude.

 

Sources : Ovsicori & RSN

La Lagune del Volcán Río Cuarto - photo Ecosistemas de Costa Rica

La Lagune del Volcán Río Cuarto - photo Ecosistemas de Costa Rica

Actuellement, l'Observatoire volcanologique et sismologique du Costa Rica et l'École des sciences géographiques de l'Université nationale mènent des recherches sur la lagune du volcan Río Cuarto. Ce lac a une profondeur d'environ 70 mètres, est un cratère formé par une éruption phréatomagmatique (produit de l'éruption du contact magma-eau) il y a environ 3-4 Ma (Alvarado et al. 2011)

Ce cratère présente un dégazage avec une possible accumulation de CO2 et de CH4 résultant de l'injection de gaz hydrothermaux, du processus microbiens et de la stratification de l’eau en trois couches appelées épilimnion, métallimnion et hipolimnion. La première couche correspond aux eaux de surface à température et oxygénation plus élevées, la deuxième couche est la transition entre la couche superficielle et la couche profonde où cette stratification est générée; la dernière couche correspond aux eaux profondes avec des températures plus basses, des concentrations plus faibles en O2 et de fortes concentrations de CO2  hydrothermal (Cabassi et al 2014).

Il est nécessaire de mener diverses campagnes afin de déterminer s'il existe ou non une accumulation importante dans le lac et en même temps de déterminer si les gaz émis sont magmatiques ou bactériens. Ces gaz accumulés peuvent être très dangereux s'ils sont libérés brusquement lors d'une éruption limnique - comme au lac Nyos -  pouvant être provoquée par un processus météorologique (par exemple, des vents violents) qui entraînent un changement de la position des couches du lac, c'est-à-dire que les eaux de surface sont éliminées, donnant passer aux eaux profondes qui contiennent du gaz.

 

Source : Ovsicori

Lever du jour sur Cemoro Lawang - photo  ©  Ilhan Eroglu 2015

Lever du jour sur Cemoro Lawang - photo © Ilhan Eroglu 2015

Bromo - inauguration du nouveau poste d'observation de Cemoro Lawang par les autorités - photo PVMBG

Bromo - inauguration du nouveau poste d'observation de Cemoro Lawang par les autorités - photo PVMBG

Ce Jeudi 17 octobre 2019, Arcandra Tahar, députée de l'ESDM, a inauguré un nouveau poste d'observation du volcan Bromo situé dans le hameau de Cemoro Lawang.

Lors de cette manifestation, il a déclaré : "J'espère que, après l'ajout du nouveau bâtiment d'Observation du Gunung Bromo, l'utilisation des postes d'observation comme moyen de surveillance des volcans et d'information sur les catastrophes volcaniques dans la région de Bromo-Tengger Caldera, sera opérationnelle. J'espère donc également que la communauté pourra participer au maintien de l'existence de ce poste d'observation et de son équipement de surveillance associé."

 

Source : PVMBG

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
The vapor and gas plume of the Metis Shoal eruption seen by the Sentinel-2A L1C / Copernicus satellite on 15.10.2019 - a click to enlarge

The vapor and gas plume of the Metis Shoal eruption seen by the Sentinel-2A L1C / Copernicus satellite on 15.10.2019 - a click to enlarge

 Metis Shoal volcano - images of the activity of October 10th and 15th, 2019 by Sentinel-2B / Copernicus, via GeoNet

Metis Shoal volcano - images of the activity of October 10th and 15th, 2019 by Sentinel-2B / Copernicus, via GeoNet

An eruption occurred on October 13 in Tonga archipelago.

It was reported by MV Ngutulei on 14 October at 0800 hours on the coast of Tonga; At 8:25, the Real Tonga pilot reports a 15,000-17,000-foot / 4500-5000-meter plume above the Metis Shoal submarine volcano. An orange VONA was issued by the Tonga Met Service.

The eruption is characterized only by a plume of vapor and gas; it could become explosive as in 1995 and create a danger of ballistic emissions within a radius of 5 km., or form a volcanic fog / VOG with disadvantages for the navy and aviation. (report by geologist Taaniela Kula / Tonga)

Metis Shoal - photo archives Bradley J Scott / Volcano Surveillance, Institute of Geological & Nuclear Sciences, New Zealand

Metis Shoal - photo archives Bradley J Scott / Volcano Surveillance, Institute of Geological & Nuclear Sciences, New Zealand

The submarine volcano Metis Shoal has produced a series of ephemeral islands since its first confirmed activity in the middle of the 19th century. (http://volcano.si.edu/volcano.cfm?vn=243070).

The last part of Iki Island is a lava dome that emerges at 43 m above sea level, with a 280 m diameter at the top of an underwater volcano formed during the eruption of 1995. The volcano is located halfway between the islands of Kao and Late Islands, about 44 km from Late Island and 55 km northeast of Kao Island.

 

Sources: Forbes, Matangi Tonga online, Copernicus and Global Volcanism Program

 Metis Shoal - photo 7 December 2006. Courtesy of the RNZAF and IGNS / GVP

 Metis Shoal - photo 7 December 2006. Courtesy of the RNZAF and IGNS / GVP

Etna continues to emit ash from the summit craters, particularly the northeast crater and Voragine, on 16 October from 05:30 UTC; the fine ashes are scattered to the east.

The aviation color code is orange.

The amplitude of the volcanic tremor is maintained at average values, without significant variations.

 

Sources: INGVvulcani and VAAC Toulouse

Etna - 16.10.2019 / 06:00 - INGV webcam EMOV

Etna - 16.10.2019 / 06:00 - INGV webcam EMOV

Masaya volcano expelled ashes on October 15th. Samples were collected and recorded in the municipality of Ticuantepe, which, as a result of the change in wind direction, received the ash particles from the volcano.

The winds continue to blow from south-east to north-west; it seems urgent to investigate and alert the civil defense authorities. If the volcano comes into operation under current climatic conditions, the city of Managua could be affected by gases or falls of pyroclastic material.

The breezes recorded in the early hours of the day washed most of the accumulated ashes for what went unnoticed by locals.

 

Sources: The Jornada / Nicaragua & Ineter

 Masaya - ash emission - webcam Ineter 15.10.2019 / 14:35

 Masaya - ash emission - webcam Ineter 15.10.2019 / 14:35

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Le panache de vapeur et gaz de l'éruption du Metis Shoal vu par le satellite Sentinel-2A L1C / Copernicus le 15.10.2019 - un clic pour agrandir

Le panache de vapeur et gaz de l'éruption du Metis Shoal vu par le satellite Sentinel-2A L1C / Copernicus le 15.10.2019 - un clic pour agrandir

Metis Shoal volcan - images de l'activité des 10 et 15 octobre 2019 par Sentinel-2B  / Copernicus, via GeoNet

Metis Shoal volcan - images de l'activité des 10 et 15 octobre 2019 par Sentinel-2B / Copernicus, via GeoNet

Une éruption s'est produite le 13 octobre dans les îles Tonga. Elle a été signalée par le navire MV Ngutulei le 14 octobre à 8 heures à la veille côtière de Tonga ; à 8h25, le pilote de Real Tonga signale un panache à 15000-17000 pieds / 4500-5000 mètres au dessus du volcan sous-marin Metis Shoal. Un VONA orange a été émis par le Met Service de Tonga.

L'éruption se caractérise uniquement par un panache de vapeur et gaz ; elle pourrait devenir explosive comme en 1995 et créer un danger d'émissions balistiques dans un rayon de 5 km., ou former un brouillard volcanique / un VOG avec des inconvénients pour la marine et l'aviation. (rapport de la géologue Taaniela Kula / Tonga)

Metis Shoal - photo archives Bradley J Scott / Volcano Surveillance , Institute of Geological & Nuclear Sciences, New Zealand

Metis Shoal - photo archives Bradley J Scott / Volcano Surveillance , Institute of Geological & Nuclear Sciences, New Zealand

Le volcan sous-marin Metis Shoal a produit une série d'îles éphémères depuis sa première activité confirmée au milieu du 19° siècle. (http://volcano.si.edu/volcano.cfm?vn=243070).

La dernière partie de l'île d'Iki est un dôme de lave qui émerge à 43 m au dessus du niveau de la mer, avec un diamètre de 280 m au sommet d'un volcan sous-marin formé lors de l'éruption de 1995. Le volcan est situé à mi-chemin entre les îles de Kao et de Late Islands, à environ 44 km de Late Island et à 55 km au nord-est de l'île de Kao.

 

Sources : Forbes, Matangi Tonga online, Copernicus et Global Volcanism Program

 Metis Shoal - photo 7 December 2006. Courtesy of the RNZAF and IGNS / GVP

Metis Shoal - photo 7 December 2006. Courtesy of the RNZAF and IGNS / GVP

L'Etna poursuit des émissions de cendres au niveau des cratères sommitaux, en particulier le cratère nord-est et la Voragine, le 16 octobre à partir de 05h30 UTC ; les cendres fines sont dispersées vers l'est.

Le code couleur aviation est orange.

L'amplitude du trémor volcanique se maintient à des valeurs moyennes, sans variations significatives.

 

Sources : INGVvulcani et VAAC Toulouse

Etna - 16.10.2019 / 06h00 - webcam INGV EMOV

Etna - 16.10.2019 / 06h00 - webcam INGV EMOV

Le volcan Masaya a expulsé des cendres le 15 octobre. Des échantillons ont été collectés et enregistrés dans la commune de Ticuantepe, qui, à la suite du changement de la direction des vents, a reçu les particules de cendres provenant du volcan.

Les vents continuent de souffler du Sud-est au Nord-Ouest ; il semble urgent d'enquêter et d'alerter les autorités de défense civile. Si le volcan entre en activité dans les conditions climatiques actuelles, la ville de Managua pourrait être affectée par des gaz ou des chutes de matériel pyroclastique.

Les brises enregistrées dans les premières heures de la journée ont lavé la plupart des accumulés de cendres pour ce qui est passé inaperçu de la part des habitants de l'endroit.


 

Sources : La Jornada / Nicaragua & Ineter

 Masaya - émission cendres - webcam Ineter 15.10.2019 / 14h35

Masaya - émission cendres - webcam Ineter 15.10.2019 / 14h35

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
Piton de La Fournaise - The Dolomieu examined by the teams of the OVPF - photo early September 2019

Piton de La Fournaise - The Dolomieu examined by the teams of the OVPF - photo early September 2019

Since October 11, a recovery of seismicity is observed under the Piton de la Fournaise. Thus, 36 superficial volcano-tectonic earthquakes (<2 km below the summit) were recorded under the summit zone between 11 and 15 October. More profound earthquakes are also recorded (under the summit and under the east flank).

Piton de La Fournaise - Histogram representing the number of superficial volcano-tectonic earthquakes recorded between October 1 and October 15, 2019 (© OVPF-IPGP).

Piton de La Fournaise - Histogram representing the number of superficial volcano-tectonic earthquakes recorded between October 1 and October 15, 2019 (© OVPF-IPGP).

This seismicity is accompanied by a resumption of inflation (swelling) of the base and the top of the Piton de la Fournaise building. This inflation of the building is synonymous with a pressurization of the superficial magma reservoir located about 2-2.5 km below the summit.

Piton de La Fournaise - Illustration of the deformation over the last two months. Bases are shown here (variation of distance between two GPS receivers) crossing the Piton de la Fournaise building, at the top (at the top), at the base of the terminal cone (in the middle) and in the far field (at the bottom ). A rise is synonymous with elongation and therefore swelling of the volcano; conversely, a decrease is synonymous with contraction and therefore deflation of the volcano. (© OVPF-IPGP).

Piton de La Fournaise - Illustration of the deformation over the last two months. Bases are shown here (variation of distance between two GPS receivers) crossing the Piton de la Fournaise building, at the top (at the top), at the base of the terminal cone (in the middle) and in the far field (at the bottom ). A rise is synonymous with elongation and therefore swelling of the volcano; conversely, a decrease is synonymous with contraction and therefore deflation of the volcano. (© OVPF-IPGP).

In parallel, CO2 concentrations in the soil are still decreasing in the far field (Plaine des Cafres and Plaine des Palmistes sectors) and in slight increase in the proximal zone (Gite du Volcan). These evolutions of CO2 concentrations are in agreement with a deep rise of magma from the deep zones (decrease of the concentrations in distal zone) towards the superficial reservoir (increase of the concentrations in proximal zone).
Note that this process of recharging the superficial reservoir can take several days to several weeks before the roof of the tank becomes brittle and breaks, giving rise to an injection of magma towards the surface and an eruption, but can also stop without giving rise to an eruption in the short term.

 

Source: OVPF - Find all the information related to the activity of the Piton de la Fournaise on the different media of the OVPF-IPGP:
- the website (http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/actualites-ovpf),
- the Twitter account (https://twitter.com/obsfournaise?lang=en),
- and the facebook account (https://www.facebook.com/ObsVolcanoPitonFournaise/)

Bogoslof - active muddy vents - photo 10.2019 Maggie Mooney-Seus / NOAA Fisheries via AP

Bogoslof - active muddy vents - photo 10.2019 Maggie Mooney-Seus / NOAA Fisheries via AP

The fur seal population of northern Alaska has declined sharply in the last three decades, but marine mammals are appearing in increasing numbers in an unlikely place: a tiny island that forms the tip of an undersea volcano active, Bogoslof.

Bogoslof Island vents continue to spew mud, steam, and sulfur dioxide two years after an eruption that sent ash clouds down the trajectory of jet aircraft passing through the Bering Sea. However, female fur seals find the rocky beaches of the remote island conducive to childbirth.

Bogoslof - fur seals, an adult and a group of young seals - photo 10.2019 Maggie Mooney-Seus / NOAA Fisheries
Bogoslof - fur seals, an adult and a group of young seals - photo 10.2019 Maggie Mooney-Seus / NOAA Fisheries

Bogoslof - fur seals, an adult and a group of young seals - photo 10.2019 Maggie Mooney-Seus / NOAA Fisheries

In 2015, biologists estimated the annual growth rate of just over 10% to about 28,000 babies on the island. The 2019 estimate will likely be over 36,000 small seals.
The eruptions of 2016 and 2017 flooded the landscape with rocks and killed all vegetation. They have also changed the morphology of the island.

Food in the near deep waters could be a factor in the behavior of seals. Bogoslof seals eat squid and Northern Smoothtongue, a deep-water fish that looks like smelt, found nearby and therefore reported more quickly to feed young people. Bogoslof is also closer to the winter feeding grounds south of the Aleutian Islands, probably allowing young people to reach the site with less risk in the event of a storm in the Bering Sea.

 

Bogoslof differs from many Aleutian volcanoes. A recent publication in Nature reports giant bubbles with a diameter of 440 meters - a record - spotted by low-frequency hydrophones when emitting a rumbling a few seconds before each eruption.

Sources:
- Anchorage Daily News, with indications from NOAA Fisheries
- AAAS Science - Underwater volcano belched explosive bubbles larger than a stadium

Bogoslof - bubbling fumarole - photo Chris Waythomas / AVO July 2019

Bogoslof - bubbling fumarole - photo Chris Waythomas / AVO July 2019

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Piton de La Fournaise - Le Dolomieu examiné par les équipes de l'OVPF - photo début septembre 2019

Piton de La Fournaise - Le Dolomieu examiné par les équipes de l'OVPF - photo début septembre 2019

Depuis le 11 octobre une reprise de la sismicité est observée sous le Piton de la Fournaise. Ainsi 36 séismes volcano-tectoniques superficiels (< 2 km sous le sommet) ont été enregistrés sous la zone sommitale entre le 11 et le 15 octobre. Des séismes plus profonds sont également enregistrés (sous le sommet et sous le flanc est).

Piton de La Fournaise - Histogramme représentant le nombre de séismes volcano-tectoniques superficiels enregistrés entre le 1 et le 15 octobre 2019 (© OVPF-IPGP).

Piton de La Fournaise - Histogramme représentant le nombre de séismes volcano-tectoniques superficiels enregistrés entre le 1 et le 15 octobre 2019 (© OVPF-IPGP).

Cette sismicité est accompagnée d’une reprise de l’inflation (gonflement) de la base et du sommet de l’édifice du Piton de la Fournaise. Cette inflation de l’édifice est synonyme d’une pressurisation du réservoir magmatique superficiel localisé à environ 2-2,5 km sous le sommet.

Piton de La Fournaise - Illustration de la déformation sur les derniers deux mois. Sont ici représentées des lignes de base (variation de distance entre deux récepteurs GPS) traversant l'édifice du Piton de la Fournaise, au sommet (en haut), à la base du cône terminal (au milieu) et en champ lointain (en bas). Une hausse est synonyme d'élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. (© OVPF-IPGP).

Piton de La Fournaise - Illustration de la déformation sur les derniers deux mois. Sont ici représentées des lignes de base (variation de distance entre deux récepteurs GPS) traversant l'édifice du Piton de la Fournaise, au sommet (en haut), à la base du cône terminal (au milieu) et en champ lointain (en bas). Une hausse est synonyme d'élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. (© OVPF-IPGP).

En parallèle les concentrations en CO2 dans le sol sont toujours en diminution en champ lointain (secteurs Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes) et en faible augmentation en zone proximale (Gite du Volcan). Ces évolutions de concentrations en CO2 sont en accord avec une remontée profonde de magma des zones profondes (diminution des concentrations en zone distale) vers le réservoir superficiel (augmentation des concentrations en zone proximale).
A noter que ce processus de recharge du réservoir superficiel peut durer plusieurs jours à plusieurs semaines avant que le toit du réservoir ne se fragilise et ne se rompt, donnant ainsi lieu à une injection de magma vers la surface et à une éruption, mais peut également s’arrêter sans donner lieu à brève échéance à une éruption.

 

Source : OVPF - Retrouvez l’ensemble des informations relatives à l’activité du Piton de la Fournaise sur les différents médias de l'OVPF-IPGP:
- le site internet (
http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/actualites-ovpf),
- le compte Twitter (
https://twitter.com/obsfournaise?lang=fr),
- et le compte facebook (
https://www.facebook.com/ObsVolcanoPitonFournaise/)

Bogoslof - 2vents boueux actifs - photo 10.2019 Maggie Mooney-Seus / NOAA Fisheries via AP

Bogoslof - 2vents boueux actifs - photo 10.2019 Maggie Mooney-Seus / NOAA Fisheries via AP

La population d'otaries à fourrure du nord de l'Alaska s'est fortement amenuisée depuis trois décennies, mais les mammifères marins apparaissent en nombre croissant dans un lieu improbable: une île minuscule qui forme la pointe émergée d'un volcan sous-marin actif, le Bogoslof

Des évents sur l’île Bogoslof continuent de cracher de la boue, de la vapeur et des gaz sulfureux deux ans après une éruption qui a envoyé des nuages ​​de cendres sur la trajectoire des avions à réaction passant par la mer de Béring. Pourtant, les femelles d'otaries à fourrure trouvent les plages rocheuses de l’île éloignée propices à l’accouchement.

Bogoslof - otaries à fourrure , un adulte et un groupe de jeunes - photo 10.2019 Maggie Mooney-Seus / NOAA Fisheries
Bogoslof - otaries à fourrure , un adulte et un groupe de jeunes - photo 10.2019 Maggie Mooney-Seus / NOAA Fisheries

Bogoslof - otaries à fourrure , un adulte et un groupe de jeunes - photo 10.2019 Maggie Mooney-Seus / NOAA Fisheries

En 2015, les biologistes ont estimé le taux de croissance annuel d'un peu plus de 10% à environ 28. 000 bébés sur l'île. L'estimation 2019 sera probablement plus de 36.000 petits.

Les éruptions de 2016 et 2017 ont inondé le paysage de rochers et ont tué toute la végétation. Elles ont également changé la morphologie de l'île.

La nourriture dans les eaux profondes proches pourrait être un facteur dans le comportement des phoques. Les phoques de Bogoslof mangent des calamars et du northern smoothtongue, un poisson d’eau profonde qui ressemble à un éperlan, trouvés à proximité et donc rapportés plus rapidement aux jeunes à nourrir. Bogoslof est également plus proche des aires d'alimentation hivernales au sud des îles Aléoutiennes, permettant probablement aux jeunes d'atteindre les lieux avec moins de risques en cas de tempête dans la mer de Béring.

 

Le Bogoslof se distingue de bien des volcans des Aléoutiennes. Une récente publication dans Nature fait état de bulles géantes d'un diamètres de 440 mètres – un record - , repérées par des hydrophones basse fréquence lors de l'émission d'un grondement quelques secondes avant chaque éruption.

 

Sources :

- Anchorage Daily News , reprenant des indications de NOAA Fisheries

- AAAS Science - Underwater volcano belched explosive bubbles larger than a stadium

Bogoslof - fumerolle bouillonnante - photo Chris Waythomas / AVO juillet 2019

Bogoslof - fumerolle bouillonnante - photo Chris Waythomas / AVO juillet 2019

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions and trips, #Historical eruptions

A glance at the inhabited areas, clinging to the walls of the caldera, we discover small white volumes ... which have their roots in the cliff, in the layers of rocks or pumice emitted by volcanic eruptions.

Various conditions pushed the inhabitants to build their houses in troglodytes or semi-troglodytes. The declivity of the land, the nature of the soil, and the proximity of the materials (black rock, red rock and pumice) - without much wood - and the lack of means of transport have favored this type of habitat, named Yposkafa.

Santorini - the houses of Fira hanging on the walls of the caldera - in the background, the set of domes and lava flows of Nea Kameni - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - the houses of Fira hanging on the walls of the caldera - in the background, the set of domes and lava flows of Nea Kameni - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - Oia, some mills, and its houses with flat roofs, or semi-cylindrical or semi-spherical cupolas, separated by a few alleys on stairs - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - Oia, some mills, and its houses with flat roofs, or semi-cylindrical or semi-spherical cupolas, separated by a few alleys on stairs - photo © Bernard Duyck 09.2019

They are houses all in length, with a narrow facade. The exterior volumes are covered with flat roofs, or dome of different shapes and sizes.

The homes designed by native people meet the needs and bioclimatic requirements: the walls are thick, thermally inert, and therefore cool in summer and warm in winter; the habitat is largely buried, with a volume calculated at the fairest and at minimal openings and positioned according to the prevailing winds to ensure good ventilation, ... everything contributes to thermal comfort. The white lime paint reverberates the sun's rays.

The colors are mainly white, and blue, which symbolize Santorini.

Santorini - the Yposkafas - cut in a wall of the caldera characterizing the troglodyte dwellings dug in volcanic materials - drawing © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - the Yposkafas - cut in a wall of the caldera characterizing the troglodyte dwellings dug in volcanic materials - drawing © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - House in black and red volcanic stones - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - House in black and red volcanic stones - photo © Bernard Duyck 09.2019

This habitat is found in towns that are open on the caldera, Fira, Imerovigli and Oia, but also in the small fortified towns of the interior, such as Emporio, Pyrgos Callisti, and Megalochori, where a troglodyte habitat remains under a current house.

In the cellar, the house has two small vaulted rooms, with utilitarian cavities, lit by a tiny opening and the entrance door.

Santorini - Megalochori - the two rooms of a troglodyte dwelling, excavated in cellar in the pumiceous ground under the current house - photo © Bernard Duyck 09.2019
Santorini - Megalochori - the two rooms of a troglodyte dwelling, excavated in cellar in the pumiceous ground under the current house - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - Megalochori - the two rooms of a troglodyte dwelling, excavated in cellar in the pumiceous ground under the current house - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - Pyrgos Callisti - White houses with blue doors in alleys where it is good to get lost - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - Pyrgos Callisti - White houses with blue doors in alleys where it is good to get lost - photo © Bernard Duyck 09.2019

Other typical structures complete the architecture, many small churches with colorful dome, mills, now converted into rent, and Kapetanospita, Captains' houses on the upper and more spacious neighborhoods, neoclastic 19 ° century favorable to the navy.

Santorini - Oia - ruins of a neoclassical red lava stone house, plastered on the ground floor - Photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - Oia - ruins of a neoclassical red lava stone house, plastered on the ground floor - Photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - Pyrgos - church and its cemetery, overlooking the caldera - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - Pyrgos - church and its cemetery, overlooking the caldera - photo © Bernard Duyck 09.2019

Sources:

- Petit Futé, Santorini guide

- Ankyra - Travel, architecture and other discoveries - Santorini - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyage.s, #Eruptions historiques

Un coup d’œil sur les zones habitées, agrippées aux parois de la caldeira, nous fait découvrir de petits volumes blancs ... qui ont leurs racines au sein de la falaise, dans les couches de roches ou ponces émises par les éruptions volcaniques.

Diverses conditions ont poussé les habitants à construire leurs demeures en troglodytes ou semi-troglodytes. La déclivité du terrain, la nature du sol, et la proximité des matériaux (roche noire, roche rouge et ponce) – sans beaucoup de bois – et le manque de moyens de transport ont favorisé ce type d'habitat, nommé Yposkafa.

Santorin - las maisons de Fira accrochées aux parois de la caldeira - en arrière-plan, l'ensemble de dômes et coulées de Nea Kameni - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - las maisons de Fira accrochées aux parois de la caldeira - en arrière-plan, l'ensemble de dômes et coulées de Nea Kameni - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - Oia, quelques moulins, et ses maisons aux toits plats, ou en coupoles hemi-cylindriques ou hémi-sphériques, séparées par quelques ruelles en escaliers - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - Oia, quelques moulins, et ses maisons aux toits plats, ou en coupoles hemi-cylindriques ou hémi-sphériques, séparées par quelques ruelles en escaliers - photo © Bernard Duyck 09.2019

Ce sont des maisons tout en longueur, avec une façade étroite. Les volumes extérieurs sont couverts de toitures plates, ou en dôme de différentes formes et tailles.

Les maisons imaginés par les natifs répondent aux besoins et à des exigences bioclimatiques : Les parois sont épaisses, inertes thermiquement, et donc fraîches en été et chaudes en hiver ; l'habitat en grande partie enterré, au volume calculé au plus juste et aux ouvertures minimes et positionnées en fonction des vents dominants pour assurer une bonne ventilation, ... tout contribue au confort thermique. La peinture blanche à la chaux réverbère les rayons du soleil.

Les couleurs sont principalement le blanc, et le bleu, qui symbolisent Santorin.

Santorin - les Yposkafas - coupe dans une paroi de la caldeira caractérisant les habitations troglodytes creusées dans les matériaux volcaniques - dessin © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - les Yposkafas - coupe dans une paroi de la caldeira caractérisant les habitations troglodytes creusées dans les matériaux volcaniques - dessin © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - Maison en pierres volcaniques noires et rouges - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - Maison en pierres volcaniques noires et rouges - photo © Bernard Duyck 09.2019

On rencontre cet habitat dans les villes ouvertes sur la caldeira, Fira, Imerovigli et Oia, mais aussi dans les petites bourgades fortifiées de l'intérieur, comme Emporio, Pyrgos Callisti, et Megalochori, où un habitat troglodyte subsiste sous une maison actuelle.

Creusée en cave, l'habitation comporte deux petites salles voûtées, avec des cavités utilitaires, éclairées par une ouverture minuscule et par la porte d'entrée.

Santorin - Mégalochori - les deux pièces d'une habitation troglodyte, creusée en cave dans le terrain ponçeux sous la maison actuelle - photo © Bernard Duyck 09.2019
Santorin - Mégalochori - les deux pièces d'une habitation troglodyte, creusée en cave dans le terrain ponçeux sous la maison actuelle - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - Mégalochori - les deux pièces d'une habitation troglodyte, creusée en cave dans le terrain ponçeux sous la maison actuelle - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - Pyrgos Callisti - Maisons blanches aux portes bleues dans des ruelles où il fait bon se perdre - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - Pyrgos Callisti - Maisons blanches aux portes bleues dans des ruelles où il fait bon se perdre - photo © Bernard Duyck 09.2019

D'autres structures typiques viennent compléter l'architecture, de nombreuses petites églises au dôme coloré, des moulins , aujourd'hui transformé en location, et les Kapetanospita, les maisons de Capitaines sur les quartiers en hauteur et plus spacieuses, néoclasique du 19° siècle favorable à la marine.

Santorin - Oia - ruines d'une maison néoclassique en pierres de lave rouges, enduites au rez-de-chaussée - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - Oia - ruines d'une maison néoclassique en pierres de lave rouges, enduites au rez-de-chaussée - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - Pyrgos - église et son cimetière, surplombants la caldeira - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorin - Pyrgos - église et son cimetière, surplombants la caldeira - photo © Bernard Duyck 09.2019

Sources :

- Petit Futé, guide Santorin

- Ankyra – Voyage, architecture et autres découvertes - Santorin - lien
 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
Merapi - plume of 14.10.2019 - Doc. PVMBG

Merapi - plume of 14.10.2019 - Doc. PVMBG

Merapi, the eruption seen from Pasarbubar 14.10.2019 at 16h 33 - via Volcano YT

Merapi, the eruption seen from Pasarbubar 14.10.2019 at 16h 33 - via Volcano YT

At Merapi / Java, an eruption occurred on 14 October 2019 at 16:31 WIB, accompanied by a plume at 3,000 meters above the summit, and pyroclastic flows towards the southwest. The recording on the seismogram is 270 seconds and an amplitude of 75 mm.

On the same day at 20:19 WIB, a pyroclastic flow was recorded, the amplitude on the seismogram was 30 mm, and the duration of 76 sec.

The activity level remains at 2 / waspada, with a prohibited area of ​​3 km.

 

Source: BPPTKG

Merapi - seismogram of 14.10.2019 - Doc. Magma Indonesia

Merapi - seismogram of 14.10.2019 - Doc. Magma Indonesia

Merapi - summary of the activity of 14.10.2019 - Doc.PVMBG / BPPTKG

Merapi - summary of the activity of 14.10.2019 - Doc.PVMBG / BPPTKG

The activity of Karangetang, on the island of Siau, remains high; during the night of October 13, the lava was visible, and moved for a distance reaching 1,500 meters in the drainages Kali Pangi, Nanitu and Kali Sense.

At the seismicity level, the continuous tremor of dominant amplitude at 0.25 mm, 125 erupting earthquakes, 20 blast earthquakes, and three shallow volcanic earthquakes are observed.

The activity level is 2 / siaga.

 

Source: PVMBG

Karangetang - activity of 13 and 14.10.2019 - Doc. Kompas

In Peru, IGPeru reports moderate eruptive activity at Sabancaya, characterized by an average of 36 medium-to-low explosions per day and ash and gas plumes up to 3,500 meters above the summit. .

Fifteen thermal anomalies, between 1 and 5 MW, were recorded between 7 and 13 October.

Sabancaya - activity from 7 to 13.10.2019 - Doc. IG Peru

Sabancaya - activity from 7 to 13.10.2019 - Doc. IG Peru

In Ubinas, the eruptive activity remains light, and characterized by magmatic gas emissions and steam at less than 1,000 meters above the summit.

At the seismicity level, 3533 earthquakes were recorded in relation to the eruptive process, with a predominance of VT earthquakes of M <2.1. No significant signs at the deformation level, and three small thermal anomalies are reported by Mirova.

 

Source: I.G.Peru

Ubinas - activity from 7 to 13.10.2019 - Doc. IG Peru

Ubinas - activity from 7 to 13.10.2019 - Doc. IG Peru

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Merapi - panache du 14.10.2019 - Doc. PVMBG

Merapi - panache du 14.10.2019 - Doc. PVMBG

Merapi, l'éruption vue de Pasarbubar le 14.10.2019 à 16h 33 - via  Volcano YT

Merapi, l'éruption vue de Pasarbubar le 14.10.2019 à 16h 33 - via Volcano YT

Au Merapi / sur Java, une éruption s'est produite le 14 octobre 2019 à 16h31 WIB, accompagnée d'un panache à 3.000 mètres au dessus du sommet, et de coulées pyroclastiques en direction du sud-ouest. L'enregistrement sur le sismogramme est d'une dirée de 270 secondes et d'une amplitude de 75 mm.

Le même jour à 20h19 WIB, une coulée pyroclastique a été enregistrée, l'amplitude sur le sismogramme était de 30 mm, et la durée de 76 sec.

Le niveau d'activité reste à 2 /waspada, assorti d'une zone interdite de 3 km.

 

Source : BPPTKG

Merapi - sismogramme du 14.10.2019 - Doc. Magma Indonesia

Merapi - sismogramme du 14.10.2019 - Doc. Magma Indonesia

Merapi - résumé de l'activité du 14.10.2019 - Doc.PVMBG / BPPTKG

Merapi - résumé de l'activité du 14.10.2019 - Doc.PVMBG / BPPTKG

L'activité du Karangetang, sur l'île de Siau, reste élevée ; au cours de la nuit du 13 octobre, la lave était visible, et se déplaçait sur une distance atteignent 1.500 mètres dans las drainages Kali Pangi, Nanitu et Kali Sense.

Au niveau sismicité, on relève e.a. du trémor continu d'amplitude dominant à 0,25 mm, 125 séismes d'éruption, 20 séismes de souffle trois séismes volcaniques peu profonds.

Le niveau d'activité est de 2 / siaga.

 

Source : PVMBG

Karangetang - activité des 13 et 14.10.2019 - Doc. Kompas

Au Pérou, l'IGPeru renseigne une activité éruptive qui se maintient modérée au Sabancaya, caractérisée par une moyenne de 36 explosions par jour, d'intensité moyenne à basse, et de panaches de cendres et gaz jusqu'à 3.500 mètres au dessus du sommet.

Quinze anomalies thermiques, comprises entre 1 et 5 MW ont été enregistrée entre le 7 et le 13 octobre.

Sabancaya - activité du 7 au 13.10.2019 - Doc. IG Peru

Sabancaya - activité du 7 au 13.10.2019 - Doc. IG Peru

A l'Ubinas, l'activité éruptive reste légère, et caractérisée par des émissions de gaz magmatiques et vapeur d'eau à moins de 1.000 mètres au dessus du sommet.

Au niveau sismicité, 3533 séismes ont été enregistrés en rapport avec le processus éruptif, avec une prédominance de séismes VT de M<2,1. Pas de signes significatifs au niveau déformation, et trois petites anomalies thermiques sont renseignées par Mirova.

 

Source : I.G.Peru

Ubinas -  activité du 7 au 13.10.2019 - Doc. IG Peru

Ubinas - activité du 7 au 13.10.2019 - Doc. IG Peru

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog