Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie, #Eruptions historiques
Le site éruptif de Whakaari / White Island lors du vol de surveillance du 14.12.2019 - photo GeoNet / Police NZ - un clic pour agrandir

Le site éruptif de Whakaari / White Island lors du vol de surveillance du 14.12.2019 - photo GeoNet / Police NZ - un clic pour agrandir

Un volcanologue expérimenté a pu observer la zone de l'évent actif de Whakaari / White island pendant l'opération de récupération de la police de la Nouvelle-Zélande.

La photo ci-dessus a été prise par ce volcanologue lors de ce vol de surveillance, à une distance de sécurité. On peut voir au moins un évent actif avec un fort dégazage (entouré), les températures du gaz sont élevées (au moins 200 ° C), et la teinte bleue indique que les panaches sont dominés par le dioxyde de soufre , qui provient directement du magma peu profond. Cela suggère un système volcanique à évent ouvert avec du magma pas trop loin sous la surface, peut-être seulement quelques dizaines de mètres sous celle-ci.

L'autre caractéristique qui ressort très clairement est l'ancien bassin du lac de cratère, une dépression formée par des éruptions entre 1978 et 1990. Avant l'éruption de lundi, ce bassin était partiellement rempli par un lac chaud et acide qui était à environ 16 mètres en dessous du point de débordement. Maintenant, une grande partie du bassin est remplie de débris avec de nombreux étangs isolés. Une grande partie de l'eau accumulée provient de pluies récentes qui ont réagi avec les dépôts d'éruption.

 Whakaari / White Island - RSAM au 15.12.2019 - Doc. GeoNet - un clic pour agrandir
 Whakaari / White Island - RSAM au 15.12.2019 - Doc. GeoNet - un clic pour agrandir

Whakaari / White Island - RSAM au 15.12.2019 - Doc. GeoNet - un clic pour agrandir

Depuis le 13 décembre au soir, une incandescence faible est observable par les caméras spéciales pour détecter les faibles lueurs nocturnes, qui témoigne de la température élevée des gaz.

Ce 15 décembre, un panache blanc de gaz et vapeur surmonte le volcan ; en s'éloignant vers l'est de la baie de Plenty et en refroidissant, il devient plus gris-brun , les particules de gaz étant mises en évidence âr la lumière solaire.

Les graphiques de Sismicité et le RSAM montrent une réelle baisse de l'activité. (Notions explicatives en anglais sur le RSAM et le SSAM sur :  https://www.geonet.org.nz/about/volcano/rsamssam ).

Le niveau d'alerte reste à 2.

 Whakaari / White Island  - Le volcan et son panache de gaz et vapeur le 15.12.2019 - photo GeoNet

Whakaari / White Island - Le volcan et son panache de gaz et vapeur le 15.12.2019 - photo GeoNet

Concernant le bilan de l'éruption phréatique, il a été revu à la hausse malheureusement : 18 morts, et 20 des hospitalisés en état critique.

Il faut bien se rendre compte qu'en pénétrant dans White island, on est non seulement sur un volcan potentiellement dangereux, mais de plus dans son cratère !

Il n'a jamais aussi bien porté son nom Maori : " Te Puia o Whakaari – Le volcan dramatique" .

 

Source : GeoNet – réponses aux questions par Brad Scott / 15.12.2019 / 19h locale.

Etat de White Island, séismes dans la péninsule de Reykjanes et retour sur l'éruption du Redoubt de 1989.
Etat de White Island, séismes dans la péninsule de Reykjanes et retour sur l'éruption du Redoubt de 1989.
Etat de White Island, séismes dans la péninsule de Reykjanes et retour sur l'éruption du Redoubt de 1989.

Un essaim sismique est en cours à Fagradalsfjall dans le péninsule de Reykjanes. Il a débuté ce 15 décembre avec un séisme de M3,5, et deux séismes de M3,6 à 19h57.

Plus de 900 séismes ont été détectés dans cet essaim, dont une dizaine de magnitude autour de M3, ressenti à Grindavik, Keflavik, Reykjavik et Akranes.

En juillet 2017, un essaim sismique similaire a eu lieu dans la même zone.

Les Séismes sont communs dans cette région parcourue de nombreuses failles.

 

Le mont Fagradalsfjall, la partie la plus occidentale de la crête montagneuse de la péninsule de Reykjanes, est en réalité un petit plateau. Certaines crêtes de hyaloclastite font saillie, en particulier dans la partie ouest. Son altitude la plus élevée est de 385 m. au dessus du niveau de la mer.

 

Source : IMO

Péninsule de Reykjanes - systèmes volcaniques et failles

Péninsule de Reykjanes - systèmes volcaniques et failles

Mt.Fagradalsfjall  - photo The Dabbler

Mt.Fagradalsfjall - photo The Dabbler

Petit retour sur l'éruption du volcan Redoubt, situé dans le Cook Inlet en Alaska en décembre 1989.

 Redoubt - 16.12.2019 / 12h -photo Andy Hutchinson - AVO

Redoubt - 16.12.2019 / 12h -photo Andy Hutchinson - AVO

 La Une de l'Anchorage Daily Mail du 16.12.1989  - Doc AVO - un clic pour agrandir

La Une de l'Anchorage Daily Mail du 16.12.1989 - Doc AVO - un clic pour agrandir

En plus d'avoir perturbé les installation de production et de stockage de pétrole pendant près d'un an, elle a fait des ravages dans le trafic aérien intérieur et international : le 15 décembre 1989, un Boeing 747 en route d'Amsterdam, qui a volé dans le nuage de cendres plusieurs heures après l'éruption, a subi une panne de moteur complète et évité de justesse une tragédie lorsque l'équipage a réussi à redémarrer les moteurs et permit un atterrissage en toute sécurité à Anchorage. Deux autres avions ont été endommagés par les cendres le même jour, sans panne de moteur toutefois.

 Redoubt - éruption en cours le 18.12.1989 / 12h -photo  W.M.White / AVO

Redoubt - éruption en cours le 18.12.1989 / 12h -photo W.M.White / AVO

Suite à ces incidents, l'éruption du Redoubt a marqué le début d'une surveillance systématique par l'Observatoire volcanologique de l'alaska des 54 volcans historiquement actifs de l'alaska et des Aléoutiennes, et une prise de conscience des dangers des émissions de cendres volcaniques.

 

Sources :

- AVO / Redoubt 1989/12 - link

- Global Volcanism Program, 1989. Report on Redoubt (United States). In: McClelland, L. (ed.), Scientific Event Alert Network Bulletin, 14:12. Smithsonian Institution - link 

 

Les cendres du Redoubt et l'incident avec le boeing 747 , racontés par Game McGimsey / AVO - FrontiersScientists

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Volcanisme sous-marin

Depuis août 2019, une importante accumulation de pierre ponce a dérivé dans le Pacifique Sud-Ouest vers l'Australie.

Des chercheurs du GEOMAR Helmholtz Center for Ocean Research Kiel, ainsi que leurs collègues du Canada et de l'Australie, ont maintenant identifié l'origine de ce radeau de pierre ponce. Il s'agit d'un volcan sous-marin jusqu'ici sans nom dans les eaux de l'archipel des Tonga.

Divers volcans sous-marins ont été discutés à l'époque comme source potentielle. Mais une preuve directe de l'origine exacte de la pierre ponce manquait jusqu'à présent.

 Archipel des Tonga - radeau de ponces - Sentinel 2  image 11.08.2019  via S.Carn

Archipel des Tonga - radeau de ponces - Sentinel 2 image 11.08.2019 via S.Carn

Ponces de l'éruption sous-marinedans le Pacifique  - photo Sail Surf ROAM by Liss / 20.08.2019

Ponces de l'éruption sous-marinedans le Pacifique - photo Sail Surf ROAM by Liss / 20.08.2019

Elle concerne un volcan sous-marin à seulement 50 kilomètres au nord-ouest de l'île de Vava'u dans l'arcgipel des Tonga. Dans la littérature scientifique internationale, il n'apparaît jusqu'à présent que sous le numéro 243091 ou sous le nom de Volcano "F", explique le Dr. Philipp Brandl de GEOMAR, premier auteur de l'étude.

" L'équipe a trouvé ce qu'elle cherchait sur des images satellite librement accessibles. Sur une image du satellite Copernicus Sentinel-2 de l'ESA prise le 6 août 2019, des traces claires d'une éruption sous-marine active peuvent être vues à la surface de l'eau. Étant donné que les images sont exactement géoréférencées, elles pourraient être comparées aux cartes bathymétriques correspondantes du fond marin" , récoltées en janvier par l'expédition Archimedes / navire de recherche Sonne. "Les traces d'éruption correspondent exactement au volcan F", explique le Dr Brandl.

Pour être sûr, les chercheurs ont également comparé cette position avec les informations des stations du réseau sismique mondial qui ont enregistré les signaux de l'éruption. Malgré leur faible nombre dans cette région, leurs données sont cohérentes avec le volcan "F" comme origine.

Le Volcan " F " d'après d'anciennes données bathymétriques -  Graphic Philipp Brandl -GEOMAR

Le Volcan " F " d'après d'anciennes données bathymétriques - Graphic Philipp Brandl -GEOMAR

La pierre ponce peut se former lors des éruptions volcaniques lorsque la lave visqueuse est "transformée en mousse" par des gaz volcaniques tels que la vapeur d'eau et le dioxyde de carbone. Cela crée tellement de pores dans la roche de refroidissement que sa densité est inférieure à celle de l'eau. "Lors d'une éruption sous-marine, la probabilité de générer de la pierre ponce est particulièrement élevée", explique le Dr Brandl.

Trajet et positions du radeau de ponces, reconstitué dans l'étude, entre le 8 août et le 14 août 2019 -  Graphic Philipp Brandl

Trajet et positions du radeau de ponces, reconstitué dans l'étude, entre le 8 août et le 14 août 2019 - Graphic Philipp Brandl

 Tonga volcano F -  échantillons de ponces - Schmidt ocean institute / 11.12.2019

Tonga volcano F - échantillons de ponces - Schmidt ocean institute / 11.12.2019

À l'aide d'images satellites supplémentaires, l'équipe a retracé la dérive et la dispersion du radeau de pierre ponce jusqu'à la mi-août (carte ci-dessus). Il a lentement dérivé vers l'ouest et a atteint une superficie pouvant atteindre 167 kilomètres carrés. L'équipe a également été en mesure de déterminer l'ampleur de l'éruption sous-marine. Elle correspondrait à un indice d'éruption volcanique de 2 ou 3.

Avec la direction et la vitesse actuelles, le radeau de pierre ponce devrait toucher la Grande Barrière de Corail au large de la côte est de l'Australie fin janvier ou début février. Les biologistes, en particulier, attendent avec impatience cet événement car les radeaux de pierre ponce peuvent jouer un rôle important dans la dispersion de la faune dans l'immensité de l'océan Pacifique. L'équipe de géologues de Kiel souhaite examiner des échantillons de pierre ponce afin de déterminer plus précisément la géochimie du volcan F. 

 

Sources :

 - Geomar - Vulkan „F“ ist der Ursprung der schwimmenden Steine - Forscher veröffentlichen Studie zum Bimssteinfloß im Südwestpazifik - link

- L'étude a été publiée en ligne dans la revue internationale Journal of Volcanology and Geothermal Research : The 6–8 Aug 2019 eruption of ‘Volcano F’ in the Tofua Arc, Tonga – Philipp A.Brandt & al. - link 

- Schmidt Ocean Institute – Traces of an underwater volcano – 11.12.2019 - link 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity, #Underwater volcnism

Since August 2019, a large accumulation of pumice has drifted in the Southwest Pacific to Australia.

Researchers at the GEOMAR Helmholtz Center for Ocean Research Kiel and colleagues from Canada and Australia, have now identified the origin of the pumice raft. It is a hitherto unnamed underwater volcano in the waters of the Tonga Archipelago.

Various underwater volcanoes were discussed at the time as a potential source. But direct proof of the exact origin of the pumice stone has so far been lacking.

 Tonga Archipelago - pumice raft - Sentinel 2 image 11.08.2019 via S.Carn

 Tonga Archipelago - pumice raft - Sentinel 2 image 11.08.2019 via S.Carn

Pumice from the underwater eruption in the Pacific - photo Sail Surf ROAM by Liss / 20.08.2019

Pumice from the underwater eruption in the Pacific - photo Sail Surf ROAM by Liss / 20.08.2019

It concerns an underwater volcano just 50 kilometers northwest of the island of Vava'u in the Tonga archipelago. In the international scientific literature, it appears so far only under the number 243091 or under the name of Volcano "F", explains Dr. Philipp Brandl of GEOMAR, first author of the study.

"The team found what they were looking for on freely accessible satellite images. On an image of the ESA Copernicus Sentinel-2 satellite taken on August 6, 2019, clear traces of an active underwater eruption may be Since the images are exactly georeferenced, they could be compared to the corresponding bathymetric maps of the seabed ", collected in January by the Archimedes expedition / research vessel Sonne. "The eruption traces correspond exactly to volcano F", says Dr. Brandl.

To be sure, the researchers also compared this position with information from stations in the global seismic network that recorded the eruption signals. Despite their low number in this region, their data are consistent with the "F" volcano as its origin.

Volcano "F" from old bathymetric data - Graphic Philipp Brandl -GEOMAR

Volcano "F" from old bathymetric data - Graphic Philipp Brandl -GEOMAR

Pumice can form during volcanic eruptions when viscous lava is "turned into foam" by volcanic gases such as water vapor and carbon dioxide. This creates so many pores in the cooling rock that its density is less than that of water. "During an underwater eruption, the probability of generating pumice is particularly high", says Dr. Brandl.

Path and positions of the pumice raft, reconstructed in the study, between August 8 and August 14, 2019 - Graphic Philipp Brandl

Path and positions of the pumice raft, reconstructed in the study, between August 8 and August 14, 2019 - Graphic Philipp Brandl

Tonga volcano F - pumice samples - Schmidt ocean institute / 11.12.2019

Tonga volcano F - pumice samples - Schmidt ocean institute / 11.12.2019

Using additional satellite images, the team traced the drift and dispersion of pumice raft until mid-August (map above). It slowly drifted west and reached an area of ​​up to 167 square kilometers. The team was also able to determine the extent of the underwater eruption. It would correspond to a volcanic eruption index of 2 or 3.

With the current direction and speed, pumice raft should touch the Great Barrier Reef off the east coast of Australia in late January or early February. Biologists, in particular, are eagerly awaiting this event as pumice rafts can play an important role in the dispersal of wildlife in the vastness of the Pacific Ocean. The Kiel team of geologists would like to examine pumice samples to more precisely determine the geochemistry of volcano F.

 

Sources:

 - Geomar - Vulkan „F“ ist der Ursprung der schwimmenden Steine ​​- Forscher veröffentlichen Studie zum Bimssteinfloß im Südwestpazifik - link

- The study was published online in the international journal Journal of Volcanology and Geothermal Research: The 6–8 Aug 2019 eruption of ‘Volcano F’ in the Tofua Arc, Tonga - Philipp A.Brandt & al. - link

- Schmidt Ocean Institute - Traces of an underwater volcano - 11.12.2019 - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
Bezymianny - photo archive KVERT 20.03.2019

Bezymianny - photo archive KVERT 20.03.2019

The aviation code of Bezymianny, in Kamchatka, was raised to orange this December 13 at 11:40 am.

The activity of the volcano started to increase in December, characterized by glow at the summit in dark time, a lava flow and sometimes a strong fumarolic activity.

Thermal anomalies punctuate the increasing activity.

 

Bezymianny - thermal anomalies on 14.12.2019 - Doc. Mirova


For the moment, no ash cloud is reported, but ash explosions can occur at any time, reaching 10-15 km asl.

 

Sources: KVERT & Mirova

Shishaldin - image 12.12.2019 / 22:31 UTC - Dietterich, Hannah via AVO

Shishaldin - image 12.12.2019 / 22:31 UTC - Dietterich, Hannah via AVO

In Shishaldin, eruptive activity intensified on December 13, with a possible collapse of the spatter cone and lava flows on the north and northwest flanks. The episode was accompanied by an ash cloud at 7,600 meters asl.

Surface temperatures are observed by satellite.

A plume of steam is visible at the top, as well as night glow.

On a photo from December 12, we can see pephra stretching over ten kilometers to the southeast; the pyroclastic flow deposits extend on the north side for 3.5 km, with metric blocks, and lahars extend in the northwest to the north coast of Unimak.

 

Source: AVO

Japan / Kyushu - plumes of sakurajima (bottom) and Asosan (1/3 upper) - Sentinel-2 bands image 12,11,4 dated 13.12.2019

Japan / Kyushu - plumes of sakurajima (bottom) and Asosan (1/3 upper) - Sentinel-2 bands image 12,11,4 dated 13.12.2019

In Japan, the two active volcanoes on Kyushu, the Sakurajima and the Aso continue their emissions, visible on the Sentinel-2 image of December 13.

The JMA reports for Asosan two eruptive episodes on December 14 and 15, the last at 9 am local time.

At Sakurajima, 2 to 3 daily explosions have been reported since December 9.

 

Sources: JMA and VAAC Tokyo

Sakurajima - 13.12.2019 / 9.45 am - webcam and ash dispersion viaJMA

Sakurajima - 13.12.2019 / 9.45 am - webcam and ash dispersion viaJMA

Seismic activity remains appreciably weak this week at the Poás volcano with essentially volcanic earthquakes of long period of low frequency (LP) and of very low amplitude. There are no eruptions or volcanic tremors.

The level of the new acid lake continues to rise due to the amounts of precipitation and the marked decrease in the heat flow from the interior of the volcano to the surface.

The new acid lake has a temperature of about 55 degrees Celsius, an extreme acidity (pH = 0.23), a salinity greater than 200 mS / cm and a turbidity greater than 1000 UNF. The green color of the lake indicates the prevalence of iron minerals in reduced form and fine particles of colloidal sulfur (hydrothermal conditions).

The fumaroles are mainly found under the lake. The concentration of SO2 gas measured by the MultiGAS system at the western edge of the crater fluctuates at maximum values ​​of 10 parts per million, while the CO2 / SO2 ratio shows a tendency to remain around 1.0.

The field of sulfur-rich fumaroles in the NE sector continues to operate. In mouth A, bubbling and gas emissions are observed. On December 13, a low amplitude background tremor (2 to 4.5 Hz) is maintained, as are LP low amplitude earthquakes.

 

Sources: Ovsicori and RSN

Poas - 13.12.2019 / 15:56 - Ovsicori webcam

Poas - 13.12.2019 / 15:56 - Ovsicori webcam

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Bezymianny - photo archives KVERT 20.03.2019

Bezymianny - photo archives KVERT 20.03.2019

Le code aviation du Bezymianny, au Kamchatka, a été relevé à orange ce 13 décembre à 11h40Z .

L'activité du volcan a commencé à augmenter en décembre, caractérisée par de l'incandescence au sommet par temps sombre, une coulée de lave et parfois une forte activité fumerolienne.

Des anomalies thermiques ponctuent l'activité en hausse.

Bezymianny - anomalies thermiques au 14.12.2019 - Doc. Mirova

Pour l'instant, aucun nuage de cendres n'est signalé, mais des explosions de cendres peuvent se produire à tout moment, et atteindre 10-15 km asl.

 

Sources : KVERT & Mirova

 Shishaldin  -  image 12.12.2019 / 22h31 UTC - Dietterich, Hannah via AVO

Shishaldin - image 12.12.2019 / 22h31 UTC - Dietterich, Hannah via AVO

Au Shishaldin, l'activité éruptive s'est intensifiée le13 décembre, avec un effondrement possible du spatter cone et des coulées de lave sur les flancs nord et nord-ouest. L'épisode s'est accompagné d'un nuage de cendres à 7.600 mètres asl.

Les températures de surface sont observées par satellite.

Un panache de vapeur est visible au sommet , ainsi que de l'incandescence nocturne.

 

Sur une photo du 12 décembre, on peut voir des péphra s'étendant sur une dizaine de kilomètres au sud-est ; les dépôts de coulées pyroclastiques s'étendent côté nord sur 3,5 km, avec des blocs de taille métrique, et des lahars s'étendent au nord-ouest jusqu'à la côte nord d'Unimak.

 

Source : AVO

Japon / Kyushu - panaches du sakurajima (en bas) et de l'Asosan (1/3 supérieur) - image Sentinel-2 bands 12,11,4 du 13.12.2019  - un clic pour agrandir

Japon / Kyushu - panaches du sakurajima (en bas) et de l'Asosan (1/3 supérieur) - image Sentinel-2 bands 12,11,4 du 13.12.2019 - un clic pour agrandir

Au Japon, les deux volcans en activité sur Kyushu, le Sakurajima et l'Aso poursuivent leurs émissions, visibles sur l'image Sentinel-2 du 13 décembre.

 

Le JMA signale pour l'Asosan deux épisodes éruptifs ces 14 et 15 décembre, la dernière à 9h locale.

Au Sakurajima, 2 à 3 explosions journalières sont signalées depuis le 9 décembre.

 

Sources : JMA et VAAC Tokyo

Sakurajima - 13.12.2019 / 9h45 - webcam et dispersion des cendres viaJMA

Sakurajima - 13.12.2019 / 9h45 - webcam et dispersion des cendres viaJMA

L'activité sismique reste sensiblement faible cette semaine au volcan Poás avec des tremblements de terre essentiellement volcaniques de longue période de basse fréquence (LP) et de très faible amplitude. Il n'y a pas d'éruptions ni de tremblements volcaniques.

Le niveau du nouveau lac acide continue d'augmenter en raison des quantités de précipitations et de la diminution marquée du flux de chaleur de l'intérieur du volcan vers la surface.

Le nouveau lac acide a une température d'environ 55 degrés Celsius, une acidité extrême (pH = 0,23 ), une salinité supérieure à 200 mS / cm et une turbidité supérieure à 1000 UNF. La couleur verte du lac indique la prévalence de minéraux de fer sous forme réduite et de fines particules de soufre colloïdal (conditions hydrothermales).

Les fumerolles se trouvent principalement sous l'eau du lac. La concentration de gaz SO2 mesurée par le système MultiGAS au bord ouest du cratère fluctue à des valeurs maximales de 10 parties par million, tandis que le rapport CO2 / SO2 montre une tendance à rester autour de 1,0.

Le champ de fumerolles riches en soufre du secteur NE maintient son activité. À la bouche A, on observe du bouillonnement et des émissions de gaz. Le 13 décembre, un trémor de fond de basse amplitude (2 à 4,5 Hz)se maintient, de même que sont enregistrés des séismes LP de basse amplitude.

 

Sources : Ovsicori et RSN

Poas - 13.12.2019 / 15h56 - webcam Ovsicori

Poas - 13.12.2019 / 15h56 - webcam Ovsicori

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
 Shishaldin - 12.12.2019 The eruptive activity seen from Cold Bay. Photo courtesy of Aaron Merculief / via AVO

 Shishaldin - 12.12.2019 The eruptive activity seen from Cold Bay. Photo courtesy of Aaron Merculief / via AVO

A small eruption of Shishaldin in the Aleutian Arch produced a plume of ashes reaching 6000-7600 meters asl, dispersing to the northwest.

A burst of tremor was observed on December 12 at 7:10 a.m. local (4:10 p.m. UTC) and lasted 3 minutes, as well as lightning.

A flow is visible on the satellite images and on the photos taken from Cold Bay.

The volcano remains unstable and other explosions could occur.

 

Sources: AVO & Mirova

Shishaldin - Thermal anomalies at 12.12.2019 / 2.30 p.m. - Doc. Mirova_MODIS_Latest10NTI

Shishaldin - Thermal anomalies at 12.12.2019 / 2.30 p.m. - Doc. Mirova_MODIS_Latest10NTI

The Nevados de Chillan eruptive cycle continues, with this December 12, vulcanian explosions (overpressure in the lava dome) accompanied by plumes 2,000 meters high and minor pyroclastic flows on the northern flank.

The seismicity consists of VT earthquakes, LP earthquakes (linked to the explosions) and tremor.

The situation remains under the current orange alert.

 

Source: Sernageomin

Nevados de Chillan - 12.12.2019 - explosions with pyroclastic flows, respectively at 15:33 and 18:18 - webcam Sernageomin - a click to enlarge
Nevados de Chillan - 12.12.2019 - explosions with pyroclastic flows, respectively at 15:33 and 18:18 - webcam Sernageomin - a click to enlarge

Nevados de Chillan - 12.12.2019 - explosions with pyroclastic flows, respectively at 15:33 and 18:18 - webcam Sernageomin - a click to enlarge

The modest explosive activity continues in the summit craters of Mount Etna. These images, from the night of December 11 to 12, 2019, show a strombolian activity at the crater of Voragine, two mouths of the new southeastern crater (NSEC) and the crater northeast.

A novelty was the opening of a new small vent on the eastern flank of the "saddle cone" of the NSEC, which from the end of December 11 produced intermittent and weak strombolian activity, sometimes simultaneously and sometimes alternately with the more oriental mouth of the same NSEC.

Etna - Strombolian explosion at the eastern mouth of the NSEC at 1:10 a.m. (local time) on December 12, 2019 - photo INGV OE

Etna - Strombolian explosion at the eastern mouth of the NSEC at 1:10 a.m. (local time) on December 12, 2019 - photo INGV OE

Etna - explosion at the new mouth on the "cone of the saddle", recorded by the thermal camera on the Montagnola "EMOT" at 11:11 pm (local time) on December 11th. - Doc. INGV OE

Etna - explosion at the new mouth on the "cone of the saddle", recorded by the thermal camera on the Montagnola "EMOT" at 11:11 pm (local time) on December 11th. - Doc. INGV OE

A comment by Boris Behncke, from surveillance during the night of 11 to 12.12.2019

"It should be noted that these phenomena do not represent an increase in the intensity of eruptive activity, which, on the contrary, appears to have decreased slightly over the past two days, and the magnitude of the volcanic tremor has decreased considerably. since last night. Thus, L'Etna is once again asserting that the extremely versatile and mysterious volcano ... "

 

Sources: INGVvulcani and Boris Behncke

White Island - body recovery operations by NZ Defense Forces - photo NZ Police

White Island - body recovery operations by NZ Defense Forces - photo NZ Police

The level of the volcanic tremor has dropped, but remains high at Whakaari / White Island; no eruptions have occurred since December 9, and the alert level remains at 2.

According to the BBC, a team of 8 specialists from the New Zealand Defense Forces arrived by helicopter on the volcano, well equipped with protective suits and breathing apparatus (which somewhat lengthened their reconnaissance action).

The position of six people was known, and the bodies were taken to the north island. Efforts continue to locate the other two bodies, at least one of which is in the water, where divers are in action.

 

Sources: GeoNet updated alert bulletins # 8 and 9 - BBC News - Sentinel 2

White island - significant degassing this 12.12.2019 - sentinel image-2 bands 12,11,4 - one click to enlarge

White island - significant degassing this 12.12.2019 - sentinel image-2 bands 12,11,4 - one click to enlarge

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Shishaldin - 12.12.2019 l'éruption vue de Cold Bay . Photo courtesy of Aaron Merculief / via AVO

Shishaldin - 12.12.2019 l'éruption vue de Cold Bay . Photo courtesy of Aaron Merculief / via AVO

Une petite éruption du Shishaldin, dans l'arc des Aléoutiennes, a produit un panache de cendres atteignant 6000-7600 mètres asl., se dispersant vers le nord-ouest.

Une bouffée de trémor a été observée le 12 décembre à 7h10 locale (16h10 UTC) et a duré 3 minutes, ainsi que des éclairs.

Une coulée est visible sur les images satellite et sur les photos prises de Cold Bay

Le volcan reste instable et d'autres explosions pourraient se produire.

 

Sources : AVO & Mirova

Shishaldin - Anomalies thermiques au 12.12.2019 / 14h30 - Doc. Mirova_MODIS_Latest10NTI

Shishaldin - Anomalies thermiques au 12.12.2019 / 14h30 - Doc. Mirova_MODIS_Latest10NTI

Le cycle éruptif du Nevados de Chillan se poursuit, avec ce 12 décembre des explosions vulcaniennes (surpression dans le dôme de lave) accompagnée de panaches de 2.000 mètres de hauteur et de coulées pyroclastiques mineures sur le flanc nord.

La sismicité se compose de séismes VT, de séismes LP ( en liens avec les explosions) et de trémor.

La situation reste dans le cadre de l'alerte orange en vigueur.

 

Source : Sernageomin

Nevados de Chillan - 12.12.2019 - explosions avec coulées pyroclastiques , respectivement à 15h33 et 18h18 - webcam Sernageomin - un clic pour agrandirNevados de Chillan - 12.12.2019 - explosions avec coulées pyroclastiques , respectivement à 15h33 et 18h18 - webcam Sernageomin - un clic pour agrandir

Nevados de Chillan - 12.12.2019 - explosions avec coulées pyroclastiques , respectivement à 15h33 et 18h18 - webcam Sernageomin - un clic pour agrandir

La modeste activité explosive se poursuit dans les cratères sommitaux de l'Etna. Ces images, de la nuit du 11 au 12 décembre 2019, montrent l'activité strombolienne au cratère de la Voragine, à deux bouches du nouveau cratère sud-est (NSEC) et au cratère nord-est.

Une nouveauté a été l'ouverture d'un nouveau petit évent sur le flanc Est du "cône de la selle" du NSEC, qui à partir de la fin du 11 décembre produit une activité strombolienne intermittente et faible, parfois simultanément et parfois en alternance avec le bouche plus orientale du même NSEC.

Etna - explosion strombolienne à l'embouchure est du NSEC à 1h10 (heure locale) le 12 décembre 2019 - photo INGV OE

Etna - explosion strombolienne à l'embouchure est du NSEC à 1h10 (heure locale) le 12 décembre 2019 - photo INGV OE

Etna - explosion à la nouvelle bouche sur le "cône de la selle", enregistrée par la caméra thermique sur la Montagnola "EMOT" à 23h11 (heure locale) le 11 décembre.  - Doc. INGV OE

Etna - explosion à la nouvelle bouche sur le "cône de la selle", enregistrée par la caméra thermique sur la Montagnola "EMOT" à 23h11 (heure locale) le 11 décembre. - Doc. INGV OE

Un commentaire de Boris Behncke, de surveillance durant la nuit du 11 au 12.12.2019

" Il convient de noter que ces phénomènes ne représentent pas une augmentation de l'intensité de l'activité éruptive, qui, au contraire, semble légèrement diminué au cours des deux derniers jours. De plus, l'ampleur du tremblement volcanique a considérablement diminué depuis hier soir. Ainsi, L'Etna S'affirme, une fois de plus, le volcan extrêmement polyvalent et mystérieux ...

 

Sources : INGVvulcani et Boris Behncke

White Island - opérations de récupération des corps par les forces de Défense NZ - photo NZ Police

White Island - opérations de récupération des corps par les forces de Défense NZ - photo NZ Police

Le niveau du trémor volcanique a baissé, mais reste élevé à Whakaari / White Island ; aucune éruption ne s'est produite depuis le 9 décembre, et le niveau d'alerte reste à 2.

Selon la BBC, une équipe de 8 spécialistes des Forces de Défense Néo-Zélandaises sont arrivés en hélicoptère sur le volcan, bien équipés de combinaisons protectrices et d'appareils respiratoires (ce qui a allongé quelque peu leur action de reconnaissance) .

La position de six personnes était connue, et les corps ont été emmenés sur l'île nord. Des efforts se poursuivent pour retrouver les deux autres corps, dont au moins un se trouve dans l'eau, où des plongeurs sont en action.

 

Sources : GeoNet bulletins d'alerte mises à jour # 8 et 9 – BBC News - Sentinel 2 

White island - dégazage important ce 12.12.2019 - image sentinel-2 bands 12,11,4 - un clic pour agrandir

White island - dégazage important ce 12.12.2019 - image sentinel-2 bands 12,11,4 - un clic pour agrandir

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity

Volcano Sangay, in Ecuador, maintains a semi-continuous activity from two eruptive centers: the central crater and the Ñuñurco vent (southeast).

The central crater exhibits an explosive activity which generates small clouds of gas and ash. In the past month, emissions have reached 2 km high above the crater and have often gone northeast with great variability causing small ash falls in the provinces of Chimborazo, Morona Santiago and Azuay.

On the other hand, the Ñuñurco vent presents an effusive activity which results in an almost continuous emission of lava flows which settle along the south-eastern flank of the Sangay. At the margins of the lava flows are small rock falls (pyroclastic flows) which reach the basin and the upper channel of the Volcan river.

These deposits cause small temporary dams in the Volcán river, which are remobilized by the rains forming mudslides and debris (lahars).

Sangay - ash emissions towards Azuay y Cañar, in the south of the province of Morona Santiago - photo 11,12,2019 Cpt. François Kaizin

Sangay - ash emissions towards Azuay y Cañar, in the south of the province of Morona Santiago - photo 11,12,2019 Cpt. François Kaizin

Sangay - distribution of the ashes - Goes image -17 ABI of 11.12.2019 / 12:30 pm - Doc. NOAA / CIMES

Sangay - distribution of the ashes - Goes image -17 ABI of 11.12.2019 / 12:30 pm - Doc. NOAA / CIMES

This December 11, the emissions from Sangay were significant and concerned a large southwest sector, according to data from the GOES / NOAA satellite and a photo of Capt. François Kaisin flying over the Amazon.

 

The IGEPN recommends not to approach the dangerous zones of the Sangay volcano, the cone and the drainage.

 

Sources: IGEPN & local media

Sabancaya - 11.11.2019 / 10h22 - webcam Ingemmet / OVI

Sabancaya - 11.11.2019 / 10h22 - webcam Ingemmet / OVI

The INGEMMET, through its Vulcanological Observatory (OVI) identified at Sabancaya - Arequipa volcano, today Wednesday December 11, the occurrence of up to 06 small pyroclastic flows in a south-east direction, reaching up to 1 5 km from the crater; these are the first pyroclastic flows detected since the reactivation of the volcano.

In recent days, the Sabancaya has seen a slight increase in activity, recording larger plumes. It should be noted that Ingemmet warned of the likely occurrence of pyroclastic flows almost 2 months ago.

Faced with these events, the Vulcanological Observatory of Ingemmet recommends:

"Do not approach within 12 km of the crater of the volcano. Pyroclastic flows cause serious damage and human loss.

Stay away from streams / rivers that descend from the volcano, due to the potential location of lahars and pyroclastic flows.

Consult the volcano danger map.

Avoid exposing yourself to volcanic ash, which is harmful to your health. "

 

Source: Ingemmet / OVI

White island - photo 11.12.2019 / Jeannie Curtis

White island - photo 11.12.2019 / Jeannie Curtis

The alert level of Whakaari / White island has been revised to level 2, as there has been no pursuit of eruptive activity since December 9, BUT the volcanic tremor remains very high, suggesting a possibility of around 50-60% of future eruptive activity.

(GeoNet Bulletins # 6 and 7 12,12,2019)

White island drums -on 12.12.2019 at 7:18 a.m. and 8:30 p.m. NZDT - Doc. GeoNet
White island drums -on 12.12.2019 at 7:18 a.m. and 8:30 p.m. NZDT - Doc. GeoNet

White island drums -on 12.12.2019 at 7:18 a.m. and 8:30 p.m. NZDT - Doc. GeoNet

White Island - RSAM at 12.12.2019 / 20:25 NZDT - Doc. GeoNet

White Island - RSAM at 12.12.2019 / 20:25 NZDT - Doc. GeoNet

GNS Science has published a map of the access areas: the crater and the areas facing the notch remain prohibited, due to a possible eruption, or discharge of highly toxic gases.

White Island - 12.12.2019 - GNS staff access zones

White Island - 12.12.2019 - GNS staff access zones

The A.P. released a new provisional report on the dramatic eruption of December 9: a total of 16 killed, including 2 after hospitalization and 8 missing and considered dead. Many burn victims have a vital prognosis engaged.

 

Sources: GeoNet, GNS Science and local media.

What are the volcanic alert levels in New Zealand? GNS Science monitors all active volcanoes in New Zealand. Find out more here: https://www.geonet.org.nz/about/volcano/val

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le Sangay, enÉquateur, maintient une activité semi-continue à partir de deux centres éruptifs: le cratère central et l'évent Ñuñurco (sud-est).

Le cratère central présente une activité explosive qui génère de petits nuages ​​de gaz et de cendres. Au cours du dernier mois, les émissions ont atteint 2 km de haut au-dessus du cratère et sont souvent allées au nord-est avec une grande variabilité provoquant de petites chutes de cendres dans les provinces de Chimborazo, Morona Santiago et Azuay.

D'autre part, le vent de Ñuñurco présente une activité effusive qui se traduit par une émission presque continue de coulées de lave qui se déposent le long du flanc sud-est du Sangay. Aux marges des coulées de lave se trouvent de petites chutes de pierres (coulées pyroclastiques) qui atteignent le bassin et le chenal supérieur du fleuve Volcan.

Ces dépôts provoquent de petits barrages temporaires dans le fleuve Volcán, qui sont remobilisés par les pluies formant des coulées de boue et des débris (lahars).

Sangay - émissions de cendres en direction d'Azuay y Cañar, au sud de la province de Morona Santiago – photo 11,12,2019 Cpt. François Kaizin

Sangay - émissions de cendres en direction d'Azuay y Cañar, au sud de la province de Morona Santiago – photo 11,12,2019 Cpt. François Kaizin

 Sangay  - répartition des cendres - image Goes -17 ABI  du 11.12.2019 / 12h30 - Doc. NOAA / CIMES

Sangay - répartition des cendres - image Goes -17 ABI du 11.12.2019 / 12h30 - Doc. NOAA / CIMES

Ce11 décembre, les émissions du Sangay ont été importante et ont concerné un grand secteur sud-ouest, selon les données du satellite GOES / NOAA et une photo du Capt. François Kaisin en vol au dessus de l'amazonie.

 

L'IGEPN recommande de ne pas s'approcher des zones dangereuses du volcan Sangay, le cône et les drainages.

 

Sources : IGEPN & médias locaux

Sabancaya - 11.11.2019 / 10h22 - webcam Ingemmet / OVI

Sabancaya - 11.11.2019 / 10h22 - webcam Ingemmet / OVI

L'INGEMMET, à travers son Observatoire Vulcanologique (OVI) a identifié au  volcan Sabancaya - Arequipa, aujourd'hui mercredi 11 décembre, l'occurrence de jusqu'à 06 petits écoulements pyroclastiques dans une direction sud-est, atteignant jusqu'à 1,5 km du cratère ; ce sont les premières coulées pyroclastiques détectées depuis la réactivation du volcan.

Ces derniers jours, le Sabancaya a enregistré une légère augmentation de son activité, enregistrant des panaches plus volumineux. Il convient de noter qu'Ingemmet a averti de la survenue probable d'écoulements pyroclastiques il y a près de 2 mois.

Face à ces événements, l'Observatoire Vulcanologique d'Ingemmet recommande:

" Ne vous approchez pas à moins de 12 km du cratère du volcan. Les écoulements pyroclastiques provoquent de graves dommages et des pertes humaines.

Ne vous approchez pas des ruisseaux / rivières qui descendent du volcan, en raison de l'emplacement potentiel des lahars et des coulées pyroclastiques.

Consultez la carte des dangers du volcan.

Évitez de vous exposer aux cendres volcaniques, nocives pour la santé."

 

Source : Ingemmet / OVI

White island - photo 11.12.2019 / Jeannie Curtis

White island - photo 11.12.2019 / Jeannie Curtis

Le niveau d'alerte de Whakaari / White island a été revu au niveau 2, car il n'y a pas eu de poursuite d'activité éruptive depuis le 9 décembre, MAIS le trémor volcanique reste très élevé,suggérant une possibilité de l'ordre de 50-60% de future activité éruptive.

(GeoNet bulletins d'alerte #6 et 7 12,12,2019)

White island drums -au 12.12.2019 à 7h18 et 20h30 NZDT - Doc. GeoNet
White island drums -au 12.12.2019 à 7h18 et 20h30 NZDT - Doc. GeoNet

White island drums -au 12.12.2019 à 7h18 et 20h30 NZDT - Doc. GeoNet

White Island - RSAM au 12.12.2019 / 20h25 NZDT -  Doc. GeoNet

White Island - RSAM au 12.12.2019 / 20h25 NZDT - Doc. GeoNet

Le GNS Science a publié une carte des zones d'accès : le cratère et les zones face à l'échancrure restent interdites, en raison d'une possible éruption, ou décharge de gaz hautement toxiques.

 

White Island - 12.12.2019 - GNS staff access zones

White Island - 12.12.2019 - GNS staff access zones

L'AP a diffusé un nouveau bilan provisoire de l'éruption dramatique du 9 décembre : un total 16 tués, dont 2 après hospitalisation et 8 disparus et considérés comme morts. De nombreux brûlés ont un pronostic vital engagé.

 

Sources : GeoNet, GNS Science et médias locaux.

Quels sont les niveaux d'alerte volcanique en Nouvelle-Zélande? GNS Science surveille tous les volcans actifs de la Nouvelle-Zélande. En savoir plus ici: https://www.geonet.org.nz/about/volcano/val

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity

Since about 4:00 am this December 11, the level of the volcanic tremor has increased significantly on the island of White island. This was accompanied by vigorous steam and mud thrown in several of the craters created by Monday's eruption.

GeoNet volcanologists interpret these signals as evidence of the continued high pressure of the gases inside the volcano. (GeoNet Volcanic Alert Newsletter Update # 4)

At 17:30, the level of volcanic tremor has continued to increase and is now at the highest level observed since the eruption of 2016.

All of this monitoring data to date, including yesterday's gas flight, suggests that the shallow magma inside the volcano is responsible for the tremor, gas flow, and jet activity. observed in the craters created during the eruption.

According to GeoNet experts, there is an average probability (40 to 60% chance) of a future eruption in the next 24 hours.

The volcanic alert level remains at level 3. (GeoNet Volcanic Alert Update # 5)

 

Source: GeoNet

 White Island - tremor variations between November 11 and December 11, 2019 - Doc. GeoNet

White Island - tremor variations between November 11 and December 11, 2019 - Doc. GeoNet

White island - seismicity 11.12.2019 / 08h48 NZDT - Doc. GeoNet

White island - seismicity 11.12.2019 / 08h48 NZDT - Doc. GeoNet

At Etna, four craters show activity between 2 and 8 December 2019 according to the INGV: Strombolian activity marks the Voragine, the Bocca Nuova and the new crater southeast, and the crater northeast.

From December 7, the amplitude of the tremor is on the rise.

Sulfur dioxide flows remain at a moderate level, and those of carbon dioxide in the soil have a slight tendency to increase. (INGV Weekly Etna Newsletter)

Etna - location of tremor sources - Doc. INGV bulletin 02 to 08.12.2019

Etna - location of tremor sources - Doc. INGV bulletin 02 to 08.12.2019

At NSEC level, there are small black ash puffs on December 9 and night glow, also visible at NEC and Voragine.

 

Sources: INGV OE and INGVvulcani

Etna NSEC - burst of ash on 09.12.2019 - photo INGVvulcani

Etna NSEC - burst of ash on 09.12.2019 - photo INGVvulcani

Etna - night glow at Voragine and NSEC on 09.12.2019 - photo INGVvulcani

Etna - night glow at Voragine and NSEC on 09.12.2019 - photo INGVvulcani

Etna - evening glow at Voragine and NSEC on 09.12.2019 - photo INGVvulcani
Etna - evening glow at Voragine and NSEC on 09.12.2019 - photo INGVvulcani

Etna - evening glow at Voragine and NSEC on 09.12.2019 - photo INGVvulcani

In Stromboli, the week of December 2 to 8 is characterized by explosive Strombolian activity, at an average rate of 12 hourly episodes (06.12) to 24 hourly episodes (08.12), accompanied by degassing and spattering. It is located in the north and south-central crater areas.

Seismicity and deformation do not show significant variations.

The sulfur dioxide flux remains at a medium-high level.

 

Source: INGV

Shaded relief of the Stromboli crater area obtained by image processing acquired by drone on July 9, 2019 (Collaboration with drone group GEOMAR Helmholtz Center for Ocean Research Kiel, Germany). At the top left of Stromboli Island, the black rectangle indicates the area of ​​interest, the black curved line and the red serrated line indicate, respectively, the morphological slope and the edges of the crater.

Shaded relief of the Stromboli crater area obtained by image processing acquired by drone on July 9, 2019 (Collaboration with drone group GEOMAR Helmholtz Center for Ocean Research Kiel, Germany). At the top left of Stromboli Island, the black rectangle indicates the area of ​​interest, the black curved line and the red serrated line indicate, respectively, the morphological slope and the edges of the crater.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog