Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

Profound morphological changes occurred at St. Helens following the eruption of May 18, 1980.

The debris avalanche, the lateral blast and the vertical explosion created a crater, pierced to the north, with an NS dimension of approximately 3 km and an EW dimension of approximately 1.5 km (slightly wider at the base of the breach).

The summit was destroyed. The maximum elevation of the volcano, on the edge of the crater, was about 350 m less than previously at 2,975 m. The lower end of the breach extended downward almost to the 1,500 m level.

The St. Helens before and after the 1980 eruption - Black and white copy of painting by D. Molenaar.

The St. Helens before and after the 1980 eruption - Black and white copy of painting by D. Molenaar.

End of May at Mt. St. Helens.

Many lakes north of the volcano have been affected by the trees and ashes that have fallen there. Others formed: The Coldwater leke and the Castle lake were created when the waters supplying the northern branch of the Toutle river were dammed up by the avalanche of debris.

The Spirit lake experienced all the problems being directly in the focus of the blast, debris avalanches and pyroclastic flows. It has the water temperature rise to more than 32 ° C and its level of 70 meters. It can therefore be considered a completely different lake from the one before the eruption.

 The lakes north of St. Helens affected by the eruption of May 18, 1980 - Lyn Topinka / USGS map

The lakes north of St. Helens affected by the eruption of May 18, 1980 - Lyn Topinka / USGS map

At the time of the 1980 eruption, 11 named glaciers were radiating along the sides of the volcano, as well as two small unnamed glaciers and many perennial snow fields. The largest glaciers extend about 2.5 (1.5 mi) from the ice-filled summit crater. The landslide and cataclysmic eruption of May 18, 1980 largely destroyed the glaciers that had existed on the slopes of Mount St. Helens, removing about 70% of the volcano's ice mass.

Extension of the St. Helens glaciers, before and after 18.05.1980 - USGS / Brugman and Post 1981 map

Extension of the St. Helens glaciers, before and after 18.05.1980 - USGS / Brugman and Post 1981 map

Eruptive activity decreased after May 18, 1980, and on May 21 was limited to episodic ejections from the crater, mainly vapor. Large fumaroles and secondary explosions were generated from the debris flow depot, sometimes producing columns of material up to 2 km. Between May 19 and 24, only a few earthquakes of magnitude greater than 3 were recorded, unlike the dozens of events that have occurred every day since the end of March. However, the harmonic tremor started during this period (exact date not reported).
 

Two USGS geologists, Don Swanson (in red) and his colleague Jim Moore, discover a car full of ash deposits four days after the eruption of Mount St. Helens. There they will find the corpse of photographer Reid Blackburn, trapped. - USGS photo

Two USGS geologists, Don Swanson (in red) and his colleague Jim Moore, discover a car full of ash deposits four days after the eruption of Mount St. Helens. There they will find the corpse of photographer Reid Blackburn, trapped. - USGS photo

At 2:32 a.m. on May 25, the amplitude of the harmonic tremor began to increase. Within minutes, an ash-rich eruption column was seen from a surveillance aircraft. At 2:45 a.m., Portland's NWS radar recorded the top of the plume nearly 14 km in height. A swarm of small earthquakes, centered about 8 km below the volcano, started at 2:49 am and continued at a rate of 1-2 / hour.

The density of ash in the eruption column began to decrease in 5 minutes and the height of the column decreased in the first hour. The winds were fairly variable, but much of the ash was blowing towards the W half of the compass. At 6 a.m., ash fell in the Portland-Vancouver area (80 km SW). The ash fall darkened early in the morning in the Kelso-Longview area (55 km W) and the ash cloud extended to the Olympic peninsula in northwest Washington. Heavy rains during the eruption mixed with the ashes to drop the mud over much of the affected area. Many airports have been closed and travel on the ground has been made difficult.

At 8 a.m., the amplitude of the harmonic tremors decreased and the swarm of earthquakes began to subside. However, the eruption continued for most of the day, with the altitude at the top of the column varying from 4 to 6 km. The rash subsided during the evening.

Most of the tephra ejected on May 25 is juvenile material. Certain pyroclastic flow deposits have been put in place on the northern flank.

Maurice Kraft's Explanations on the Eruption

Small glowing areas were seen on the bottom of the crater during the night of May 28-29 and several times thereafter. Careful inspection showed that the glow was caused by the heating of parts of the bottom of the crater by ventilation gases, not by the presence of magma on the surface.

The harmonic tremor continued, at variable amplitudes, until the beginning of June, but the seismic activity remained at very low levels.

 

To be continued next month

Source: CVO - USGS

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

De profonds changements morphologiques se sont produits au St. Helens suite à l'éruption du 18 mai 1980.

L 'avalanche de débris, le blast latéral et l'explosion verticale ont créé un cratère, percé vers le nord, avec une dimension N-S d'environ 3 km et une dimension E-W d'environ 1,5 km (un peu plus large à la base de la brèche).

Le sommet a été détruit. L'élévation maximale du volcan, sur le bord du cratère, était d'environ 350 m de moins que précédemment à 2 975 m. L'extrémité inférieure de la brèche s'étendait vers le bas presque jusqu'au niveau de 1 500 m.

Le St.Helens avant et après l'éruption de 1980   - Black and white copy of painting by D. Molenaar.

Le St.Helens avant et après l'éruption de 1980 - Black and white copy of painting by D. Molenaar.

Le St. Helens décapité par l'éruption - photo Visit USA

Le St. Helens décapité par l'éruption - photo Visit USA

De nombreux lacs situés au nord du volcan ont été affectés par les arbres et les cendres qui y sont tombés. D'autres se sont formés : Le Coldwater leke et le Castle lake furent créés lorsque les eaux alimentant la branche nord de la Toutle river furent endiguées par l'avalanche de débris.

Le Spirit lake a connu tous les problèmes étant directement en point de mire du blast, des avalanches de débris et des coulées pyroclastiques. Il a la température des eaux monter à plus de 32°C et son niveau de 70 mètres. Il peut être considérer de ce fait comme un lac complètement différent de celui d'avant éruption.

Les lacs au nord du St. Helens affectés par l'éruption du 18.05.1980 - carte Lyn Topinka / USGS

Les lacs au nord du St. Helens affectés par l'éruption du 18.05.1980 - carte Lyn Topinka / USGS

Le Spirit lake et les arbres fauchés - photo usaceportland

Le Spirit lake et les arbres fauchés - photo usaceportland

Au moment de l'éruption de 1980, 11 glaciers nommés rayonnaient le long des flancs du volcan, ainsi que deux petits glaciers sans nom et de nombreux champs de neige pérennes. Les plus grands glaciers s'étendent à environ 2,5 (1,5 mi) du cratère sommital rempli de glace. Le glissement de terrain et l'éruption cataclysmique du 18 mai 1980 ont en grande partie détruit les glaciers qui avaient existé sur les flancs du mont St. Helens, enlevant environ 70% de la masse glaciaire du volcan.

Extension des glaciers du St. Helens, avant et après le 18.05.1980 - Carte USGS/  Brugman et Post 1981

Extension des glaciers du St. Helens, avant et après le 18.05.1980 - Carte USGS/ Brugman et Post 1981

L'activité éruptive a diminué après le 18 mai 1980, et au 21 s'est limitée aux éjections épisodiques du cratère, principalement de vapeur. De grandes fumerolles et des explosions secondaires ont été générées à partir du dépôt de coulée de débris, produisant parfois des colonnes de matériaux atteignant 2 km. Entre le 19 et le 24 mai, seuls quelques tremblements de terre de magnitude supérieure à 3 ont été enregistrés, contrairement aux plusieurs dizaines d'événements qui se sont produits chaque jour depuis fin mars. Cependant, le tremblement harmonique a commencé pendant cette période (date exacte non rapportée).

Deux géologues de l'USGS, Don Swanson (en rouge) et son collègue Jim Moore, découvrent une voiture remplie de dépôts de cendres quatre jours après l'éruption du Mont Saint-Helens. Il y retrouveront le cadavre du photographe Reid Blackburn, pris au piège. - photo  USGS

Deux géologues de l'USGS, Don Swanson (en rouge) et son collègue Jim Moore, découvrent une voiture remplie de dépôts de cendres quatre jours après l'éruption du Mont Saint-Helens. Il y retrouveront le cadavre du photographe Reid Blackburn, pris au piège. - photo USGS

A 2 h 32 le 25 mai, l'amplitude du tremblement harmonique a commencé à augmenter. En quelques minutes, une colonne d'éruption riche en cendres a été vue d'un avion de surveillance. À 02 h 45, le radar NWS de Portland a enregistré le sommet du panache à près de 14 km de hauteur. Un essaim de petits tremblements de terre, centré à environ 8 km en dessous du volcan, a commencé à 02h49 et s'est poursuivi à un rythme de 1-2 / heure.

La densité des cendres dans la colonne d'éruption a commencé à diminuer en 5 minutes et la hauteur de la colonne a diminué au cours de la première heure. Les vents étaient assez variables, mais une grande partie des cendres soufflaient vers la moitié W de la boussole. À 6 h, des cendres tombaient dans la région de Portland-Vancouver (80 km SO). La chute des cendres s'est assombrie tôt le matin dans la région de Kelso-Longview (55 km O) et le nuage de cendres s'est étendu jusqu'à la péninsule olympique du nord-ouest de Washington. De fortes pluies pendant l'éruption se sont mélangées aux cendres pour laisser tomber la boue sur une grande partie de la région touchée. De nombreux aéroports ont été fermés et les déplacements au sol rendus difficiles.

A 8 h, l'amplitude des tremblements harmoniques a diminué et l'essaim de tremblements de terre a commencé à se calmer. Cependant, l'éruption s'est poursuivie pendant la majeure partie de la journée, l'altitude du sommet de la colonne variant de 4 à 6 km. L'éruption a diminué au cours de la soirée.

La majeure partie du téphra éjecté le 25 mai est du matériel juvénile. Certains gisements d'écoulement pyroclastique ont été mis en place sur le flanc Nord.

Les explications de Maurice Kraft sur l'éruption

De petites zones incandescentes ont été vues sur le fond du cratère dans la nuit du 28 au 29 mai et à plusieurs reprises par la suite. Une inspection minutieuse a montré que l'incandescence était causée par le chauffage de parties du fond du cratère par des gaz de ventilation, et non par la présence de magma à la surface.

Le tremblement harmonique s'est poursuivi, à des amplitudes variables, jusqu'au début de juin, mais l'activité sismique est restée à des niveaux très faibles.

 

A suivre

Source : CVO - USG

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

Au Mt St. Helens, l'USGS a commencé des mesures géodésiques quotidiennes à la périphérie du renflement du flanc Nord (bulge) le 25 avril, enregistrant un déplacement vers l'extérieur constant de 1,5-2 m / jour jusqu'au 17 mai. La direction du mouvement était presque horizontale, vers le NNO.

St Helens - renflement sur le flanc nord le 03.05.1980 - photo Tilling Robert / USGS

St Helens - renflement sur le flanc nord le 03.05.1980 - photo Tilling Robert / USGS

St. Helens - évolution du renflement entre avril et le 17 mai 1980  - Doc.USGS

St. Helens - évolution du renflement entre avril et le 17 mai 1980 - Doc.USGS

St Helens - Article du 03.05.1980dans le Columbian journal commentant la croissance du renflement  - un clic pour agrandir

St Helens - Article du 03.05.1980dans le Columbian journal commentant la croissance du renflement - un clic pour agrandir

La première quinzaine de mai est marquée par des explosions similaires à celles de début à mi-avril, et qui se poursuivent jusqu'au 14 mai.

Plusieurs dizaines de tremblements de terre par jour de M 3 ou plus ont continué d'être enregistrés jusqu'au 17 mai. La libération totale d'énergie sismique est restée relativement constante jusqu'à la fin avril, puis a légèrement diminué.

St Helens - 13.05.1980 - explosion de vapeur et de cendres (phréatique) au cratère sommital  - Doc. USGS

St Helens - 13.05.1980 - explosion de vapeur et de cendres (phréatique) au cratère sommital - Doc. USGS

Le 17 mai, David Johnston prend la garde de la station Coldwater, le temps est ensoleillé.

Le 18, à 7h 00, il transmet par radio au centre de Vancouver ses dernières observations : séismes, déformation, émission de SO2, tout est semblable à ce que l'on connaît depuis plusieurs semaines.
A 8 h. 32, un bref message, devenu célèbre depuis :

                       " Vancouver, Vancouver, ça y est ! "

... on ne retrouvera rien, ni des installations, ni de David Johnston ... le St Helens est entré en éruption !!!

St Helens - David Johnston au Cold Water II observation post le 17 mai 1980  - un jour avant l'éruption et son décès - photo Harry Glycken / USGS

St Helens - David Johnston au Cold Water II observation post le 17 mai 1980 - un jour avant l'éruption et son décès - photo Harry Glycken / USGS

A cette heure là, les sismographes enregistrent un tremblement de terre de M 5 environ (ses caractéristiques inhabituelles de vagues ont empêché un calcul simple de l'ampleur).

Une remarquable série de photographies montre que l'ensemble du renflement du flanc nord a immédiatement commencé à se séparer du volcan le long d'une fissure qui s'est ouverte sur sa section supérieure : Glissement de terrain

Des failles importantes mettent en contact le système hydrothermal avec le magma du volcan : l'eau souterraine saturant le dessus du volcan et chauffée par la magma au dessus de 100 °C ne peut bouillir étant donné le gradient de pression; lors du collapsus soudain du flanc nord, l'eau surchauffée se transforme instantanément en vapeur et au contact du magma, génère une éruption phréatomagmatique très violente : deux explosions simultanées, un panache monte dans le ciel tandis qu'est produit un gigantesque blast latéral. La vitesse d'expansion est inimaginable : 400 puis 1.100 km/h.; la température intérieure de la nuée est de 260°C; le souffle arrache les arbres sur près de 600 km² ... 30 secondes d'enfer.

St. Helens - 18.05.1980 / 8h32 - photo Gary Rosenquist

St. Helens - 18.05.1980 / 8h32 - photo Gary Rosenquist

L'avalanche de débris qui suit le blast transporte cendres, blocs de pierre, morceaux de glace, arbres abattus, au total plus de  3 km³ de débris qui viennent s'accumuler dans le Spirit Lake et la Toutle River, qui sera comblée sur 30 km.

La destruction est pratiquement totale dans une zone intérieure de près de 10 km de large, où il ne reste aucun arbre dans la zone auparavant fortement boisée. Au-delà de la zone intérieure, tous les arbres ont été projetés au sol, pointant vers l'extérieur depuis la source de l'explosion selon un motif radial presque uniforme. Dans les quelques centaines de mètres extérieurs de la zone de l'explosion, des arbres ont été brûlés mais sont restés debout.

St. Helens - un arbre débité par la force du blast (la pelle donne l'échelle)  - photo USGS / S.W.Kieffer

St. Helens - un arbre débité par la force du blast (la pelle donne l'échelle) - photo USGS / S.W.Kieffer

St Helens- engins de chantier balayé par le souffle de l'éruption du 18.05.1980 - photo AP

St Helens- engins de chantier balayé par le souffle de l'éruption du 18.05.1980 - photo AP

Presque simultanément avec l'éjection de l'explosion latérale, un gros panache vertical s'est élevé rapidement du cratère sommital préexistant à plus de 19 km au-dessus du niveau de la mer (tel que mesuré par le radar météorologique de l'aéroport de Portland), passant par une tropopause inhabituellement élevée à 13,5 -14 km . Une alimentation vigoureuse de la colonne verticale s'est poursuivie pendant plus de 9 heures - phase Plinienne - , avant de décliner progressivement en fin d'après-midi. Les nuages ​​de cendres se sont déplacés rapidement vers le nord-est et l'est.

St. Helens - panache éruptif du 18.05.1980 - photo USGS

St. Helens - panache éruptif du 18.05.1980 - photo USGS

La une de The Oregonian du 19.05.1981 - " Décapitation du Mt.St. helens - Le Spirit lake a disparu"

La une de The Oregonian du 19.05.1981 - " Décapitation du Mt.St. helens - Le Spirit lake a disparu"

Des lahars suivent, dues à la fonte de la glace et de la neige, qui transportent les cendres et la boue jusqu'à 45 km du sommet, en continuant le long de la rivière Cowlitz, où des sédiments en suspension, des billes et d'autres débris remplissent le chenal naviguable, bloquant de nombreux navires dans le port de Portland.

St Helens  - Coulée de boue dans la Toutle river le 18.05.1980 / 13h30 - photo  David Bruer

St Helens - Coulée de boue dans la Toutle river le 18.05.1980 / 13h30 - photo David Bruer

St. Helens - montée des eaux sur la Toutle river le 19.05.1980  - photo G.Stewart /  AP

St. Helens - montée des eaux sur la Toutle river le 19.05.1980 - photo G.Stewart / AP

St. Helens - dépôts de 2 mètres d'épaisseur sur la highway 504 - Doc. USGS

St. Helens - dépôts de 2 mètres d'épaisseur sur la highway 504 - Doc. USGS

St. Helens - 18.05.1980 - Les différentes étapes du début de l'éruption - Doc.USGS

St. Helens - 18.05.1980 - Les différentes étapes du début de l'éruption - Doc.USGS

Les écoulements pyroclastiques, générés à la fois par l'effondrement de la colonne verticale et l'émission directe à travers la grande brèche vers le nord produite par l'explosion dirigée (blast), ont laissé un dépôt ponce en forme d'éventail s'étendant dans le Spirit lake et la Toutle river, recouvrant les dépôts de flux de débris dans ce domaine.

St. Helens - un scientifique examine une coulée pyroclastique - Doc. USGS 30.05.1980

St. Helens - un scientifique examine une coulée pyroclastique - Doc. USGS 30.05.1980

St. Helens - panache de l'éruption du 18.05.1980 - photo Krimmel

St. Helens - panache de l'éruption du 18.05.1980 - photo Krimmel

De grandes quantités de cendres sont tombées sur une vaste zone de Washington, du nord de l'Idaho, de l'ouest et du centre du Montana. Les chutes de cendres à Ritzville, Washington, à plus de 300 km du mont. St. Helens, totalisent au moins 7 cm . À Spokane, à 500 km au NE du volcan, la visibilité a été brièvement réduite à seulement 3 m. vers 15h.. Une trace de cendres est tombée à Denver vers midi le lendemain, et les hydrologues de l'USGS ont détecté une légère chute de cendres jusque dans certaines parties de l'Oklahoma.

St. Helens- Trajet du panache de cendres du 18.05.1980 - Doc. USGS / Lyn Topinka

St. Helens- Trajet du panache de cendres du 18.05.1980 - Doc. USGS / Lyn Topinka

Les données les plus fiables citées par Blong (1984) totalisent 57 décès, tués par l'avalanche et le blast, ou se trouvant dans la zone de dévastation principale.

Les responsables de l'État de Washington ont estimé les pertes financières pour les entreprises privées et les États et les collectivités locales à au moins 2,7 milliards de dollars.

Mémorial aux victimes de l'éruption du 18.05.1980 et plaque commémorative à David Johnston - un clic pour agrandirMémorial aux victimes de l'éruption du 18.05.1980 et plaque commémorative à David Johnston - un clic pour agrandir

Mémorial aux victimes de l'éruption du 18.05.1980 et plaque commémorative à David Johnston - un clic pour agrandir

Carte des zones dévastées par l'éruption du 18.05.1980 au St Helens - Doc. USGS / Lyn Topinka

Carte des zones dévastées par l'éruption du 18.05.1980 au St Helens - Doc. USGS / Lyn Topinka

Sources :

 - Global Volcanism Program – bulletin report / St Helens – link

- USGS – Cascades Volvano observatory – Mt. St. Helens 1980 eruption – link

voir aussi :

- Fin Mars 1980 au St. Helens - link

- Avril 1980 au St. Helens - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques

At Mt St. Helens, the USGS began daily geodetic measurements at the periphery of the bulge of the northern flank on April 25, recording a constant outward movement of 1.5-2 m / day until May 17. The direction of movement was almost horizontal, toward the NNW.

St Helens - bulge on the northern flank 03.05.1980 - photo Tilling Robert / USGS

St Helens - bulge on the northern flank 03.05.1980 - photo Tilling Robert / USGS

St. Helens - evolution of the bulge between April and May 17, 1980 - Doc.USGS

St. Helens - evolution of the bulge between April and May 17, 1980 - Doc.USGS

St Helens - Article of 03.05.1980in the Columbian newspaper commenting on the growth of the bulge - one click to enlarge

St Helens - Article of 03.05.1980in the Columbian newspaper commenting on the growth of the bulge - one click to enlarge

The first half of May was marked by explosions similar to those of early mid-April, which continued until May 14.

Several dozen or more M 3 earthquakes per day continued to be recorded until May 17. The total release of seismic energy remained relatively constant until the end of April, then decreased slightly.

St Helens - 13.05.1980 - explosion of steam and ash (phreatic) at the summit crater - Doc. USGS

St Helens - 13.05.1980 - explosion of steam and ash (phreatic) at the summit crater - Doc. USGS

On May 17, David Johnston took charge of Coldwater station, the weather was sunny.

On the 18th, at 7:00 am, he transmits his latest observations by radio to the center of Vancouver: earthquakes, deformation, SO2 emission, everything is similar to what we have known for several weeks.
At 8 o'clock. 32, a brief message, which has become famous since:

                       " Vancouver, Vancouver, this is it! "

... we will find nothing, neither facilities, nor David Johnston ... the St Helens erupted !!!

St Helens - David Johnston at the Cold Water II observation post May 17, 1980 - one day before the eruption and its death - photo Harry Glycken / USGS

St Helens - David Johnston at the Cold Water II observation post May 17, 1980 - one day before the eruption and its death - photo Harry Glycken / USGS

At this time, the seismographs record an earthquake of about M 5 (its unusual wave characteristics prevented a simple calculation of the magnitude).

A remarkable series of photographs shows that the entire bulge of the northern flank immediately began to separate from the volcano along a crack that opened on its upper section: Landslide

Significant faults put the hydrothermal system in contact with the volcano's magma: the groundwater saturating the top of the volcano and heated by the magma above 100 ° C cannot boil given the pressure gradient; during the sudden collapse of the northern flank, the overheated water instantly turns into vapor and on contact with the magma, generates a very violent phreatomagmatic eruption: two simultaneous explosions, a plume rises in the sky while a gigantic lateral blast is produced. The speed of expansion is unimaginable: 400 then 1,100 km / h .; the interior temperature of the cloud is 260 ° C; the breath tears away the trees on almost 600 km² ... 30 seconds of hell.

St. Helens - 18.05.1980 / 8h32 - photo Gary Rosenquist

St. Helens - 18.05.1980 / 8h32 - photo Gary Rosenquist

The avalanche of debris that follows the blast carries ashes, blocks of stone, pieces of ice, felled trees, in total more than 3 km³ of debris which will accumulate in Spirit Lake and the Toutle River, which will be filled in 30 km.

The destruction is almost complete in an interior area almost 10 km wide, where no trees remain in the previously heavily forested area. Beyond the interior zone, all the trees were thrown to the ground, pointing outwards from the source of the explosion in an almost uniform radial pattern. In the few hundred meters outside of the explosion area, trees were burned but remained standing.

St. Helens - a tree cut by force of the blast (the shovel gives the scale) - photo USGS / S.W.Kieffer

St. Helens - a tree cut by force of the blast (the shovel gives the scale) - photo USGS / S.W.Kieffer

St Helens- construction machinery swept by the breath of the eruption of 18.05.1980 - photo AP

St Helens- construction machinery swept by the breath of the eruption of 18.05.1980 - photo AP

Almost simultaneously with the ejection of the lateral explosion, a large vertical plume rose rapidly from the preexisting summit crater more than 19 km above sea level (as measured by the airport weather radar Portland), going through an unusually high tropopause at 13.5 -14 km. Vigorous feeding of the vertical column continued for more than 9 hours - Plinian phase -, before gradually declining at the end of the afternoon. The ash clouds moved quickly to the northeast and east.

St. Helens - eruptive plume of 18.05.1980 - USGS photo

St. Helens - eruptive plume of 18.05.1980 - USGS photo

Front page of The Oregonian of 19.05.1981 - "Decapitation of the Mt.St. helens - The Spirit lake has disappeared"

Front page of The Oregonian of 19.05.1981 - "Decapitation of the Mt.St. helens - The Spirit lake has disappeared"

Lahars follow, due to the melting of ice and snow, which transport the ashes and mud up to 45 km from the summit, continuing along the Cowlitz River, where suspended sediments, logs and d '' Other debris fills the waterway, blocking many ships in the port of Portland.

St Helens - Mud flow in the Toutle river on 18.05.1980 / 1:30 p.m. - photo David Bruer

St Helens - Mud flow in the Toutle river on 18.05.1980 / 1:30 p.m. - photo David Bruer

St. Helens - rising waters on the Toutle river on 19.05.1980 - photo G.Stewart / AP

St. Helens - rising waters on the Toutle river on 19.05.1980 - photo G.Stewart / AP

St. Helens - deposits 2 meters thick on highway 504 - Doc. USGS

St. Helens - deposits 2 meters thick on highway 504 - Doc. USGS

St. Helens - 18.05.1980 - The different stages of the start of the eruption - Doc.USGS

St. Helens - 18.05.1980 - The different stages of the start of the eruption - Doc.USGS

The pyroclastic flows, generated both by the collapse of the vertical column and the direct emission through the great breach to the north produced by the directed explosion (blast), left a pumice deposit in the shape of a fan s 'extending into the Spirit lake and the Toutle river, covering deposits of debris flow in this area.
 

St. Helens - a scientist examines a pyroclastic flow - Doc. USGS 30.05.1980

St. Helens - a scientist examines a pyroclastic flow - Doc. USGS 30.05.1980

Large amounts of ash fell over a large area of ​​Washington, northern Idaho, west and central Montana. Ash Falls in Ritzville, Washington, more than 300 km from Mt. St. Helens, total at least 7 cm. At Spokane, 500 km NE of the volcano, visibility was briefly reduced to just 3 m. around 3:00 pm A trace of ash fell in Denver around noon the next day, and USGS hydrologists detected a slight fall of ash into certain parts of Oklahoma.
 

St. Helens- Path of the ash plume of 18.05.1980 - Doc. USGS / Lyn Topinka

St. Helens- Path of the ash plume of 18.05.1980 - Doc. USGS / Lyn Topinka

The most reliable data cited by Blong (1984) total 57 deaths, killed by the avalanche and the blast, or in the main devastation zone.

Washington state officials have estimated the financial losses to private businesses and state and local governments to be at least $ 2.7 billion.
 

Memorial to the victims of the eruption of 18.05.1980 and commemorative plaque to David Johnston - one click to enlarge Memorial to the victims of the eruption of 18.05.1980 and commemorative plaque to David Johnston - one click to enlarge

Memorial to the victims of the eruption of 18.05.1980 and commemorative plaque to David Johnston - one click to enlarge

Map of the areas devastated by the eruption of 18.05.1980 in St Helens - Doc. USGS / Lyn Topinka

Map of the areas devastated by the eruption of 18.05.1980 in St Helens - Doc. USGS / Lyn Topinka

Sources:

 - Global Volcanism Program - bulletin report / St Helens - link

- USGS - Cascades Volvano observatory - Mt. St. Helens 1980 eruption - link

See as well :

- End of March 1980 at St. Helens - link

- April 1980 at the St. Helens - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
 Semeru - hot spot at the top and on the lava flow on 05.15.2020 Sentinel-2 L1C image bands 12,11,4 - one click to enlarge

 Semeru - hot spot at the top and on the lava flow on 05.15.2020 Sentinel-2 L1C image bands 12,11,4 - one click to enlarge

The Semeru Volcano Observatory issued an orange VONA on May 16, 2020 at 2:49 UTC / 9:49 local time, following an eruption with ash cloud at about 4,000 meters, and perhaps more, due to poor observation conditions ((observer at ground) The ashes move west.

The eruption and the ash cloud are confirmed by the VAAC Darwin, which specifies that the eruption continues, with a notice of ash dispersion this May 16 at flight altitudes 460 moving east and alt. of flight 200, moving to the southwest. For the VAAC Darwin, the aviation code is red. On May 17, the ash plume was reported at flight altitude 140, and a hot spot was evident at the top.

At the seismicity level, the PVMBG reports for May 16:

- 51 eruption earthquakes, with an amplitude of 10-20 mm, and the duration of the earthquake 47-120 seconds.

- 5 earthquakes of collapse, with an amplitude of 3-8 mm and an earthquake duration of 45-85 seconds. The sliding distance and the direction of fall are not observed.

- 22 blast earthquakes, with an amplitude of 2 to 9 mm and an earthquake duration of 40 to 110 seconds.

- An episode of harmonic tremor, with an amplitude of 3 mm and an earthquake duration of 90 seconds.

 

Sources: Semeru Volcano Observatory / PVMBG, Magma indonesia and VAAC Darwin

Rincon de La Vieja - hydrothermal eruption of 15.05.2020 / 11.28 am - Screan Ovsicori video

Rincon de La Vieja - hydrothermal eruption of 15.05.2020 / 11.28 am - Screan Ovsicori video

At Rincon de La Vieja, the Ovsicori reports a hydrothermal eruption on May 15, 2020 at 11:27 a.m. local, accompanied by a plume of 600 meters (?) Above the crater, and lasting 1 minute.

The cloudiness prevented an accurate estimate of the height of the plume ... observers north of the volcano report a height of 1,000 meters for the vapor and gas plume, and a column of gray sediment 400 meters above the crater.

 

Source: Ovsicori and local observers.

Etna - 16.05.2020 / 02h02 - saddle cone / SEC - Therm. webcam  INGV EMOT

Etna - 16.05.2020 / 02h02 - saddle cone / SEC - Therm. webcam INGV EMOT

From 00.45 hours UTC on May 16, 2020, the surveillance cameras revealed an explosive strombolian activity in the New Crater of SE of Etna, with regard to the mouth called the "saddle". This activity quickly intensified, producing a modest cloud of ash that the winds dispersed at high altitude to the north.
From the seismic point of view, there is no significant variation in the recorded signals. The source of the volcanic tremor is located at the new SE crater, at a depth of about 2900 m above sea level.

From 6:45 h UTC, the strombolian activity at the NCSE, reported in the previous press release (n. 48) ceased.

The explosive activity remains at the Voragine crater, although it has decreased in intensity and frequency, according to the location by INGV staff on May 15.

From the seismic point of view, the signals recorded over the past few hours show conditions of substantial stability compared to the table appearing in the previous press release, without any significant variation compared to average levels.

 

Source: INGVvulcani

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Semeru  - point chaud au sommet et sur la coulée de lave le 15.05.2020 Sentinel-2 L1C image  bands 12,11,4 - un clic pour agrandir

Semeru - point chaud au sommet et sur la coulée de lave le 15.05.2020 Sentinel-2 L1C image bands 12,11,4 - un clic pour agrandir

Le Semeru Volcano Observatory a émis un VONA orange le 16 mai 2020 à 02h49 UTC / 9h49 locale, suite à une éruption avec nuage de cendres à environ 4.000 mètres, et peut-être plus, suite aux mauvaises conditions d'observation ((observateur au sol). Les cendres se déplacent vers l'ouest.

L'éruption et le nuage de cendres sont confirmés par le VAAC Darwin, qui précise que l'éruption continue, avec un avis de dispersion de cendres ce 16 mai aux altitudes de vol 460 se déplaçant vers l'est et alt. de vol 200, en déplacement vers le sud-ouest. Pour le VAAC Darwin, le code aviation est rouge. Le 17 mai, le panache de cendres est signalé à une altitude de vol 140, et un point chaud reste évident au sommet.

Au niveau sismicité, le PVMBG rapporte pour le 16 mai :

- 51 séismes d'éruption, avec une amplitude de 10-20 mm, et la durée du tremblement de terre 47-120 secondes.

- 5 séismes d'effondrement, avec une amplitude de 3-8 mm et une durée de tremblement de terre de 45-85 secondes. La distance de glissement et la direction de chute ne sont pas observées.

- 22 séismes de souffle, avec une amplitude de 2 à 9 mm et une durée de tremblement de terre de 40 à 110 secondes.

- Un épisode de trémor harmonique, avec une amplitude de 3 mm et une durée de tremblement de terre de 90 secondes.

 

Sources : Semeru Volcano Observatory / PVMBG, Magma indonesia et VAAC Darwin

Rincon de La Vieja - éruption hydrothermale du 15.05.2020 /  11h28  -  vidéo Ovsicori

Rincon de La Vieja - éruption hydrothermale du 15.05.2020 / 11h28 - vidéo Ovsicori

Au Rincon de La Vieja, l'Ovsicori renseigne une éruption hydrothermale le 15 mai 2020 à 11h27 locale, accompagnée d'u panache de 600 mètres (?) au dessus du cratère, et d'une durée de 1 minute.

La nébulosité a empêché d'estimer avec exactitude la hauteur du panache... des observateurs au nord du volcan rapportent une hauteur de 1.000 mètres pour le panache de vapeur et gaz, et une colonne de sédiments gris de 400 mètres au dessus du cratère.


 

Source : Ovsicori et observateurs locaux.

 Etna - 16.05.2020 / 02h02 - cone de la selle /  SEC - Webcam therm. INGV EMOT

Etna - 16.05.2020 / 02h02 - cone de la selle / SEC - Webcam therm. INGV EMOT

À partir de 00.45 heures UTC le 16 mai 2020, les caméras de surveillance ont mis en évidence une activité explosive strombolienne au Nouveau Cratère de SE de l'Etna, au regard de la bouche dite de la "selle". Cette activité s'est rapidement intensifiée en produisant un modeste nuage de cendres que les vents Ils dispersent en altitude vers le nord.
Du point de vue sismique, il n'y a pas de variation significative dans les signaux enregistrés. La source du tremblement volcanique est située au nouveau cratère SE, à une profondeur d'environ 2900 m au-dessus du niveau de la mer.

A partir de 6:45 h UTC, l'activité strombolienne au NCSE, signalée dans le communiqué précédent (n. 48) a cessé.

L'activité explosive reste au cratère de la Voragine, bien qu' elle ait diminué d'intensité et de fréquence, selon le repérage par le personnel de l'INGV le 15 mai.

Du point de vue sismique, les signaux enregistrés ces dernières heures montrent des conditions de stabilité substantielle par rapport au tableau figurant dans le communiqué précédent, sans aucune variation importante par rapport aux niveaux moyens.

 

Source : INGVvulcani

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity

Two rocky pinnacles in the North Pacific, 1,100 km northwest of Honolulu, the Gardner Pinnacles, are in fact the tip of a huge shield volcano, called Pūhāhonu, meaning "the turtle rising to the surface to breathe ".

Gardner Pinnacles, guano covered rocks - photo Andy Collins, NOAA Northwestern Hawaiian Islands Coral Reef Ecosystem Reserve

Gardner Pinnacles, guano covered rocks - photo Andy Collins, NOAA Northwestern Hawaiian Islands Coral Reef Ecosystem Reserve

He competes at MaunaLoa, on Big Island, for the title of the largest shield volcano in the world.

Impressive in size, because its base is 4,500 meters below the ocean surface, its mass is even more so: according to a sonar analysis made in 2004, its total volume would be 150,000 km³, causing the subsidence of the crust which supports.

New bathymetric and gravimetric maps, refined volume calculations and petrological analyzes show that the Hawaiian volcano Pūhāhonu, dated from 12.5 to 14.1 Ma, located in the northwest of the Hawaiian ridge (NWHR) has twice the size of the Mauna Loa volcano.

Location of Pūhāhonu in relation to Big Island

Location of Pūhāhonu in relation to Big Island

 Bathymetry of the Pūhāhonu volcano - Doc. Direct Science

Bathymetry of the Pūhāhonu volcano - Doc. Direct Science

Its gigantic size would be due to a warmer mantle, particularly a solitary wave in the Hawaiian mantle plume, capable of supplying large volumes of magma, consistent with the compositions of highly forsteritic olivine phenocrysts (more than 91.8% of forsterite, a magnesium silicate) and the high percentage of fusion (24% according to calculations).

 

Source: Earth and Planetary Science letters - Pūhāhonu: Earth's biggest and hottest shield volcano - M.O. Garcia & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Deux affleurements rocheux dans le Pacifique nord, à 1.100 km au nord-ouest d'Honolulu, les Gardner Pinnacles, sont en fait la partie émergée d'un énorme volcan-bouclier, baptisé Pūhāhonu, signifiant " la tortue remontant à la surface pour respirer " .

Gardner Pinnacles, des rochers couverts de guano - photo Andy Collins, NOAA Northwestern Hawaiian Islands Coral Reef Ecosystem Reserve

Gardner Pinnacles, des rochers couverts de guano - photo Andy Collins, NOAA Northwestern Hawaiian Islands Coral Reef Ecosystem Reserve

Il dispute au MaunaLoa, sur Big island, le titre de plus grand volcan-bouclier au monde.

De taille impressionnante, car sa base se trouve à 4.500 mètres sous la surface océanique, sa masse l'est encore davantage : selon une analyse au sonar faite en 2004, son volume total serait de 150.000 km³, provoquant la subsidence de la croûte qui le soutient.

De nouvelles cartographies bathymétriques et gravimétriques, des calculs de volume affinés et des analyses pétrologiques montrent que le volcan hawaïen Pūhāhonu, daté de 12,5 à 14,1 Ma, situé dans le nord-ouest de la dorsale hawaïenne (NWHR) a deux fois la taille du volcan Mauna Loa.

Localisation du Pūhāhonu par rapport à Big Island

Localisation du Pūhāhonu par rapport à Big Island

Bathymétrie du volcan Pūhāhonu - Doc. Science direct

Bathymétrie du volcan Pūhāhonu - Doc. Science direct

Sa taille gigantesque serait due à un manteau plus chaud, particulièrement à une vague solitaire dans le panache mantellique Hawaiien, capable de fournir de grands volumes de magma, cohérents avec les compositions de phénocristaux d'olivine fortement forstéritiques (plus de 91,8 % de forstérite, un silicate de magnésium) et le pourcentage élevé de fusion (24 % selon les calculs).

 

Source : Earth and Planetary Science letters - Pūhāhonu: Earth's biggest and hottest shield volcano – M.O.Garcia & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity

In Costa Rica, the acidic lake of Poas remained hidden on May 14 most of the day, except in the early morning.

The Ovsicori reports stable CO2 / SO2 and H2S / SO2 ratios, around 1.0 and 0.1, respectively.

On the morning of May 14, an SO2 peak of 29.2 ppm was recorded. On the other hand, from the point of view, maximum concentrations of SO2 greater than 2 ppm were detected. Band tremor is observed in the range of 1 to 5 Hz. The lowest frequency tends to be persistent, unlike the highest frequency.

 Poas - degassing at the acid lake on 05.15.2020 / 06:17 am - Ovsicori webcam

Poas - degassing at the acid lake on 05.15.2020 / 06:17 am - Ovsicori webcam

Poas - degassing at the acid lake on 05.15.2020 / 07.20 am - Ovsicori webcam

Poas - degassing at the acid lake on 05.15.2020 / 07.20 am - Ovsicori webcam

At Rincon de La Vieja, a tremor in bands from 0.6 to 5 Hz is observed, but with a more continuous pattern at 9:00 p.m. (UTM + 6) yesterday.

Two eruptions occurred this morning at 5:24 a.m. and 7:04 a.m. (UTM + 6). In both cases, the column rose to about 500 meters above the height of the crater, a total of 2416 m above sea level. No ash fall or lahars are reported.

 

Source: Ovsicori

 Anak Krakatau - hot spot and lava flow from the previous activity - Sentinel-2 L1C bands 12,11,4 du 14.05.2020 - one click to enlarge

 Anak Krakatau - hot spot and lava flow from the previous activity - Sentinel-2 L1C bands 12,11,4 du 14.05.2020 - one click to enlarge

At Anak Krakatau, the volcano seems calm at the seismicity level, with this May 14, two low frequency earthquakes, with an amplitude of 2-3 mm and an earthquake duration of 3-4 seconds, and four episode of continuous tremor with an amplitude of 0.5-3 mm, dominating 1 mm.

Mirova reports thermal anomalies from VRP 12 to 21 MW on May 14, 2020.

A clear satellite image by Sentinel-2 shows the extent of the lava flow generated by the previous period of activity.

 

Sources: PVMBG, Magma Indonesia, Mirova and Sentinel-2

 Anak Krakatau - Radiation power at 05/14.2020 / 6.45 p.m. - Doc. Mirova_MODIS_VRP

 Anak Krakatau - Radiation power at 05/14.2020 / 6.45 p.m. - Doc. Mirova_MODIS_VRP

As an atractive introduction, here is the trailer for the film of the last expedition of the Volcanological Society of Geneva in the crater of Nyiragongo in February 2020. - Link to video

 

Source: Thanks to Patrick Marcel for sharing.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Au Costa Rica, le lac acide du Poas est resté caché le 14 mai pratiquement toute la journée, sauf en début de matinée.

L'Ovsicori rapporte des ratios CO2 / SO2 et H2S / SO2 stables, autour de 1,0 et 0,1, respectivement.

Le 14 mai au matin, un pic de SO2 de 29,2 ppm a été enregistré. En revanche, du point de vue, des concentrations maximales de SO2 supérieures à 2 ppm ont été détectées. Un tremblement en bandes est observé dans une plage de 1 à 5 Hz. La fréquence la plus basse a tendance à être persistante, contrairement à la fréquence la plus élevée.

Poas - dégazage au lac acide le 15.05.2020 /  06h17 - webcam Ovsicori

Poas - dégazage au lac acide le 15.05.2020 / 06h17 - webcam Ovsicori

Poas - dégazage au lac acide le 15.05.2020 /  07h20 - webcam Ovsicori

Poas - dégazage au lac acide le 15.05.2020 / 07h20 - webcam Ovsicori

Au Rincon de La Vieja, Un tremblement en bandes de 0,6 à 5 Hz est observé, mais avec un schéma plus continu à 21h00 (UTM + 6) hier.

Deux éruptions se sont produites ce matin à 5h24 et 7h04 (UTM + 6). Dans les deux cas, la colonne s'est élevée à environ 500 mètres au-dessus de la hauteur du cratère, au total 2416 m d'altitude. Aucune chute de cendres ou lahars n'est signalée.

 

Source : Ovsicori

 Anak Krakatau - hot spot et coulée de lave de l'activité précédente - Sentinel-2 L1C bands 12,11,4 du 14.05.2020

Anak Krakatau - hot spot et coulée de lave de l'activité précédente - Sentinel-2 L1C bands 12,11,4 du 14.05.2020

A l'Anak Krakatau, le volcan semble calme au niveau sismicité, avec ce 14 mai, deux séismes de basse fréquence, avec une amplitude de 2-3 mm et une durée de tremblement de terre de 3-4 secondes, et quatre épisode de trémor continu avec une amplitude de 0,5-3 mm, dominant 1 mm.

Mirova signale des anomalies thermiques de VRP 12 à 21 MW ce 14 mai 2020.

Une image satellite claire par Sentinel-2 montre l'importance de la coulée de lave générée par la précédente période d'activité.

 

Sources : PVMBG, Magma Indonesia, Mirova et Sentinel-2

 Anak Krakatau - Pouvoir radiatif au 14.05.2020 / 18h45 - Doc. Mirova_MODIS_VRP

Anak Krakatau - Pouvoir radiatif au 14.05.2020 / 18h45 - Doc. Mirova_MODIS_VRP

Pour vous mettre l'eau à la bouche, voici la bande annonce du film de la dernière expédition de la Société Volcanologique de Genève dans le cratère du Nyiragongo en février 2020 . - Lien vers la vidéo 

 

Source : Merci à Patrick Marcel pour le partage.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog