Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Cette éruption a été la plus puissante du Quaternaire en Europe centrale; la dispersion des tephras émis par l'explosion du Laacher See atteignit au nord, la Suède, et au sud, le Piémont italien.

"Tous les échantillons observés montrent un taux de vésiculation assez important.
Par conséquent, l'expansion des gaz est en partie le moteur de l'éruption.
De plus, il existe un moteur externe qui est la rencontre entre le magma et l'aquifère. Cette rencontre provoque d'une part une trempe et une vésiculation du magma et d'autre part, une vaporisation et une énorme dilatation de l'aquifère. Ce processus de rencontre est le phénomène débutant de ce début d'éruption. La dilatation de l'aquifère provoque, tout au moins en partie, le débourrage du conduit volcanique. L'éruption du Laacher See est de type phréatomagmatique.



                                                 Phase de débourrage du conduit - éruption phréatomagmatique


                                                                                    Formation du maar après l'éruption.
                                                                                     Documents Vulkanpark - de

Le front de taille de la carrière du Wingerstberg est la succession la plus complète de l'éruption de ce volcan. On n'y observe aucun sol intercalé, ni figure de ravinement. On peut en conclure que l'éruption s'est faite en une seule fois, sans interruption notable. Elle doit avoir duré entre 3 et 6 jours.



Ces observations permettent de reconstituer les différentes phases de l'éruption :
- le débourrage du conduit s'est fait au moment de la rencontre du magma et de l'aquifère
- ensuite, un  panache ascendant de cendres et de gaz - de type plinien - s'est formé, montant à plus de 30 km.d'altitude.Il est à l'origine des dépôts classés dans la LLST (Lower Laacher See Tephra) et d'une partie de l'anneau de tuff présent autour du lac.
- Suivent des nuées ardentes qui sont soit des coulées pyroclastiques, soit des déferlantes...selon la concentration en éléments : elles forment les couches MLST (Médium Laacher See Tephra) et ULST (Upper Laacher See Tephra)
- les pluies qui ont suivi ont lessivé la zone, formant de nombreux lahars, ainsi qu'un grand lac sur le Rhin à la suite d'un barrage formé par la masse de pierres ponces émises. "
( références bibliographiques en fin d'article)

                      les traces de lahars sont colorées en "chocolat", dans les couches supérieures
                       Zones de dispersions des dépôts de cendres, d'ignimbrites et barrage de ponces
                                    sur le Rhin (extraite de "Volcanism" de H-U Schmincke)

La zonation chimique et minéralogique plaide pour l'existence d'une seule chambre magmatique.

On peut reconstituer le chambre magmatique AVANT l'éruption !
Ce qui a été émis en premier et constituait le dessus de la chambre magmatique se retrouve dans les dépôts les plus bas ( couches LLST).
Ce qui vient ensuite  se retrouve successivement dans les dépôts moyens et supérieurs (MLST & ULST).
L'analyse des cristaux de sanidine dans les téphras émis rend compte de l'origine spatiale de ceux-ci dans la chambre magmatique AVANT l'éruption.

                                      Document : Journal of Petrology - C.Ginibre 2004

Un excellent article de Catherine Ginibre, G.Wörner & A.Kronz dans le "Journal of Petrology" : "Structure and dynamics of the Laacher See magma chamber from major and trace element zoning in sanidine.
vol 45, number 11, pp.2197-2223.

A l'heure actuelle, la surface du lac représente la surface supérieure de l'aquifère à l'origine du phénomène phréatomagmatique
 
A deux endroits, on y rencontre des "mofettes": ces émanations de gaz - principalement du CO²et des gaz rares - d'origine mantellique, d'après les analyses effectuées, témoignent de l'activité volcanique actuelle.


Ce volcan reste sous contrôle... ce qui n'a pas empêcher les politiques de projeter de construire une centrale nucléaire dans cette zone, perturbée encore de nombreux tremblements de terre ?!

Bibliographie :
     - "Volcanism" de Hans-Ulrich Schmincke - Ed.Springer
     - "Le Laacher See: un volcan allemand" : Eric Reiter - Futura
         Sciences
     - "Journal of Petrology" : article de C.Ginibre et al. réf ci-dessus.
     - "Eruption dynamics during plinian eruptions..." : thèse de doctorat
         de N-A.Urbanski 2003
     - documents divers du "Vulkaneifel european geopark" et
         "www.vulkanpark.com" 






 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog