Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le volcan Poas fait partie de la Cordillera central, qui compte les volcans les plus élévés du pays : Poas -2708 m.-, Irazu -3432 m.-, Turrialba -3340 m.

L'accès au Poas se fait "dans un fauteuil": on y accède en effet très facilement en voiture ou en bus. La route à flancs de montagne traverse des exploitations maraîchères, horticoles et des plantations de café "arabica".
 
Le café est une plante exigeante et demande pour s'épanouir, un sol drainé, une altitude comprise entre 750 et 1050 m., une température entre 15 et 28°C et des saisons sèches et humides bien distinctes .

                   Une charette à boeufs, décorée à la main, dans les plantations de café du Poas
                                                            
        © B.Duyck

 Parking à disposition, routes et chemins d'accès asphaltés, centre d'information à l'entrée (avec maquette des caldeiras), point d'observation bien délimité et surveillé.
La sécurité ici n'est pas "improvisée" ... et c'est normal, étant donné qu'il s'agit d'un but d'excursion dominicale pour nombre de costariciens.

La promenade vers le mirador surplombant le volcan se fait dans le verdure, le chemin bordé de Gunneras : ces plantes herbacées, appelées aussi "parapluie du pauvre" sont gigantesques - plus de 2 mètres -, avec une inflorescence rouge avoisinant un mètre de haut.
N.B. : Le gunnera forme une association symbiotique avec une cyannobactérie (genre Nostoc), 
qu'il semble avoir "domestiquée".



             Il est essentiel d'arriver au mirador, tôt mle matin, avant l'envahissement du sommet par 
                 les nuages et un jour de semaine...pour ne pas profiter de l'exubérance locale.               

                                                                                
© B.Duyck

 

 

Deux caldeiras sont imbriquées l'une dans l'autre; la plus récente, d'un diamètre de 3 km. abrite trois cratères : le "von Frantzius", quasi inaccessible dans la végétation dense, le cratère actif et le "lago de Boto" avec son lac d'eau douce, situé un peu plus haut.


Le cratère principal
, d'un diamètre de 1,5km. et 300 m. de profondeur, abrite un grand lac acide. Sa formation date de moins de 40.000 ans.
La couleur caractérisant le lac acide -tout au moins dans ses phases de repos- est d'un curieux bleu-vert laiteux ; cette teinte est le reflet de la prédominance des ions ferreux sur les ions ferriques, lorsque les gaz injectés dans le fond du lac sont plus riches en H²S qu'en SO².

                                                                                                                                          © B.Duyck


La température du lac varie entre 20 et 60°C, celle des fumerolles avoisine les 95°C. Le pH varie de 0,1 à 1,4.

Une étude sur quatre années
(2004-2008) montre une relation entre la température du lac acide et son pH.
En dépit de ces caractéristiques extrêmes, le lac contient des algues (Cyanidum caldarium) et des bactéries (Thiobacillus sp.)


Le magma est présent à +/- 500 m. sous le lac, dans le conduit d'alimentation, avec des intrusions dendritiques encore plus proches de la surface ! Dans sa phase d'équilibre, le lac joue le rôle d'un tampon physique et chimique.
La preuve en est donnée par l'absurde : sa disparition en 1989 fut accompagnée d'émissions de gaz, qui ont eus un impact considérable sur l'environnement, humain y compris ( par les aérosols irritants, les pluies acides ...) Cette vidange a laissé place à une poche de soufre liquide de 2 m. de diamètre ... premier "lac" de soufre liquide observé sur terre.

L'intrusion magmatique de 1953, réactivée en 1981, a formé une excroissance en surplomb immédiat du lac (voir photo ci-dessus).
D'après un document de l'Ovsicori sur 15 années d'activité éruptive récente au Poas.
  © B.Duyck

                                    Les parois oxydées du cratère actif. -
© B.Duyck




Depuis le mirador, un chemin forestier peuplé d'espiègles écureuils endémiques au Poas, mène au
"lago de Boto" qui occupe un cratère inactif depuis 7.500 ans. Il est empli d'une eau douce, de température égale à 13 - 14°C; son diamètre est de 400 m. pour 15 m. de profondeur.

© B.Duyck


 

 

  Le volcan fut d'abord appelé "volcan de los votos" (ou "botos") en l'honneur des habitants primitifs de la région...avant d'être dénommé Poas, référence faite aux terres  situées à l'ouest du fleuve "Puas".

© B.Duyck

 

Depuis l'époque hispanique, la plus ancienne éruption répertoriée est datée de 1747. Mais c'est le 25.01.1910 que se produit la plus grande éruption connue : un geyser de cendres, de lave et de gaz monte à plus de 8.000m.
En 1952, l'activité fut phréatomagmatique; le lac disparait et une activité de type strombolien se met en oeuvre de 1953 à 1955. Depuis 1977, l'activité est essentiellement phréatique.

                            Photo de l'Ovsicori, prise après l'éruption phréatique du 13.01.2009

Documents:
     - Ovsicori : photos et publications du site
     - Imagenes tropicales : Les volcans du costa Rica
     - Global volcanism Program : fiche et weekly reports.

Commenter cet article

Nativel 18/02/2015 18:19

Bonjour,
Je suis enseignant de physique chimie et suite à un travail donné à mes élèves de troisième je suis tombé sur votre site très intéressant. Puis-je me permettre de reprendre une photographie et un graphique en notant bien entendu les références de l'auteur dans un document à destination de mes élèves. Merci.

Bernard Duyck 18/02/2015 19:22

Avec le plus grand plaisir ... mon but en écrivant ce blog, n'est que le partage de lectures et connaissances pour le progrès de la volcanophilie et l'amour de la nature ... faites-en profiter vos élèves et amusez-vous ! ;-)

Articles récents

Hébergé par Overblog