Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Dallol ... île volcanique au coeur d'un lac de sel.

A une douzaine de kilomètres de l'Erythrée, Dallol, situé - selon nos GPS - à 82 mètres sous le niveau de la Mer Rouge, est l'incroyable résultat de l'interaction entre volcanisme et hydrologie.
Dallol figure en bonne place au registre des volcans actifs : répertorié sous le matricule 0201-041 par le Global volcanism program, aux coordonées 14,24N.-40,30E., sa dernière explosion phréatique importante remonte à 1926.

                       Le triangle Afar - image Nasa tue color MODIS - 06.11.2001


Après avoir quitté Addis Abeba, capitale de l'Ethiopie et être remontés vers le nord du triangle Afar - aussi appelé dépression Danakil - le long de son côté ouest, nous avons longé le massif volcaniqque du Erta Ale (qui fera l'objet d'une autre série d'article) et pénétré dans l'immense et brûlant lac salé Karoum.



Image satellite Aster - Nasa  - on y distingue bien le site de Dallol, au centre et sur la doite, les montagnes et les ravines. Au sud, le lac de sel Karoum.

Avant de pénétrer dans l'enfer blanc du lac salé, nous faisons une halte au village d'Ahmed Ela, occupé par les travailleurs du sel. Village permanent, composé de huttes faites de bois tapissé de toiles  et de nattes, dont la base est protégée par quelques pierres, cet habitat rudimentaire s'inspire du principe du "toukoul", hutte des Afars nomades. Seules quelques maisons en dur servent de magasins.

                                                                                                                      © B.Duyck



                                                                                                                  © B.Duyck


Il y fait tellement chaud, que bien souvent le lit est placé à l'extérieur.

 C'est surtout une halte indispensable au moral : c'est le seul endroit où après plusieurs jours de "boissons chaudes" - dans l'Erta Ale - nous pourrons accéder à de l'eau ou du fanta bien frais... avant de retrouver notre "eau chaude". La buvette est branlante, il y fait étouffant mais les frigos fonctionnent                                        
© B.Duyck

Tapissant cette dépression éblouissante de blancheur, le lac de sel ceinture Dallol. A perte de vue, le sel est quadrillé d'étranges figures hexagonales : chaque année, lorsque des brèves mais violentes pluies de la fin d'été viennent détremper ce lac, il subit une métamorphose. Sa surface se ramollit, elle se transforme en une mélasse où tout s'enfonce... imposssible d'y accéder à ce moment avec des véhicules, bien souvent lourdement chargé de surcroit !
Sous l'effet de la température torride, le sel se fendille à nouveau, se rétracte rapidement verticalement et horizontalement, engendrant des plaques vaguement hexagonales séparées de petites failles.
Ces crevasses se colmatent de grains de gypse et de sable mélangés, qui durcissent comme de la pierre. Tandis que les hexagones de sel continuent de se déssécher, de se rétracter, de s'enfoncer, les crevasses qui les délimitent, constituées de matériaux plus durs, restent stables et dépassent en relief.

               © JM. Mestdagh


Pour parcourir, à la bonne saison, ces étendues immaculées, il faut "sentir le terrain" ... pas de routes, il faut passer impérativement où la croûte de sel peut supporter le poids des véhicules et le faire à la bonne vitesse.
Les traces plus foncées témoignent de l'humidité résiduelle en certains endroits; ici, il vaut mieux ne pas s'embourber ... dépanneuse inexistante !

En plus du terrain incertain, de la chaleur implacable, de l'absence de repères, des mirages viennent enjoliver le tableau; par moment, on croit voir au loin un lac, mais inutile de changer de route pour le contourner, ce n'est qu'un phénomène optique, impressionnant quand même.

                            © JM. Mestdagh


Après 70 km. dans ce désert, Dallol se dessine au loin, devant ces montagnes d'où descendent, à la saison pluvieuse, des torrents qui alimentent la liquéfaction momentanée du lac Karoum.

                            © JM. Mestdagh


                           © JM. Mestdagh


Le bivouac sera installé au pied de falaises de sel  et la journée se terminera à la lueur des frontales, en dégustant une bonne soupe et un peu de riz.

Les splendides couleurs de Dallol seront pour demain.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog