Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

Les six éléments indispensables à la vie sur terre ont toujours été : carbone, hydrogène, azote, oxygène, soufre et phosphore.

Ce dernier élément fait partie du "squelette chimique" de l'ADN et de l'ARN, autrement dit du code génétique. Le phosphore fait aussi partie de la molécule responsable du transport énergétique cellulaire, l'ATP, et entre dans la composition des phospholipides, qui forment les membranes des cellules vivantes.

 

800px-ATP_structure.svg.png800px-ATP-3D-sticks

 

 

 

   

 

L'adénosine tri-phosphate - formule chimique et configuration spatiale.

Cette façon d'envisager le vivant vient d'être battu en brèche par Felisa Wolfe-Simon, une astrobiologiste de la Nasa, travaillant actuellement à l'USGS-Californie.

L'équipe, composée de scientifiques del'U.S. Geological Survey, Arizona State University in Tempe, Ariz., Lawrence Livermore National Laboratory in Livermore, Calif., Duquesne University in Pittsburgh, Penn., and the Stanford Synchroton Radiation Lightsource in Menlo Park, Calif., au sein de laquelle elle travaille, a découvert le premier micro-organisme terrestre capable, non seulement de se nourrir d'arsenic, mais aussi de se développer et de se reproduire en utilisant ce composant et en le substituant au phosphore dans les composants de sa cellule.

 

503354main_Wolfe_Simon.jpg

Echantillonnage sur carotte de boue prélevée au Mono Lake par Felisa Wolfe-Simon.

Felisa Wolfe-Simon processing mud from Mono Lake to inoculate media to grow microbes on arsenic.  Image Credit: Henry Bortman / Nasa.


503457main_arsenic_full.jpg                    Photo d'identité de la souche GFAJ-1 / doc. Nasa

 

Le micro-organisme , appelé souche GFAJ-1, est membre des Gammaproteobactéries; son étude in vivo s'est passée sur le Mono Lake en Californie, choisi pour sa haute salinité, sa forte alcalinité et ses taux élevés d'arsenic ... cette chimie résulte d'une isolation de Mono Lake par rapport aux sources d'eau fraîche depuis 50 ans.

 

Le directeur de l'institut d'astrobiologie de la Nasa conclut : "l'idée de biochimies alternatives est commune dans la science-fiction ... alors que nous poursuivons nos efforts pour rechercher des signes de vie dans le système solaire, nous devrons penser de façon plus large, plus diversifiée et considérer d'autres formes de vie ".

 

_Mono_LAKE-reaseacharea.jpg                 La zone de recherche au Mono Lake - doc. Nasa


Le Mono Lake a fait l'objet d'un article en avril, sur ce blog.

 

Vidéo de présentation du centre de Mono Lake :

 

Sources :
- Nasa.gov
- NASA-Funded Research Discovers Life Built With Toxic Chemical
- Le site de Mono Lake baptisé Mono-logue

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog