Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

De nouvelles études, basées sur les données des satellites de la Nasa Voyager et Galileo (*) et celles de télescopes infra-rouge terrestres, ont permis de cartographier la chaleur provenant du volcanisme à la surface du satellite deJupiter, Io. (paru dans Icarus du mois de Juin)

 

(*) : La sonde Galileo fut lancée en 1989 pour analyser l’atmosphère gazeuse de Jupiter ; elle fut délibérément détruite en 2003 en la faisant s’écraser sur Jupiter, pour éviter une collision avec Europe, un autre satellite porteur de vie potentielle dans les océans sous sa surface.

 

Petit rappel historique  :

Io fut découverte le 7 janvier 1610 par Galileo Galilei, à l’aide d’une petit télescope. Depuis, 32 lunes ont été remarquées, orbitant autour de Jupiter. Les quatre plus grandes, appelées satellites galiléens, orbitent dans un plan équatorial, et sont nommées : Io, Europa, Ganymède et Callisto.

 

jupitersatellite1.jpg                                  Les satellites de Jupiter - vue d'artiste de la Nasa


Les quatre grandes lunes de Jupiter ont reçu les noms des maîtresses de Zeus, dans la complexe mythologie grecque.


Io était une prêtresse au temple d'Héra. Zeus la remarqua un jour et elle devint rapidement une de ses nombreuses maîtresses. Zeus lui donnait de fréquents rendez-vous en se changeant en nuage. 

     Jupiter et Io - peinture d'Antonio da Corregio - © Kunsthistorisches Museum, Vienna 

 

Leur relation continua antonio-da-Correggio---Io---kunsthistorische-museum-wien.jpgjusqu'à ce que Héra, l'épouse de Zeus, les eût presque surpris. Zeus parvint à échapper à cette situation en transformant Io en une belle génisse blanche. Cependant, Héra ne fut pas dupe et exigea de Zeus qu'il lui donnât la génisse comme présent. Une fois que Io fut donnée à Héra, Zeus continua tout de même à la rencontrer en cachette, de temps en temps, en se changeant en taureau. Alors Héra la confia à la garde d'Argos (Argos Panoptes, « celui qui voit tout ») pour qu'il la maintienne à l'écart de Zeus. Argos était un géant doté de cent yeux, dont cinquante dormaient à tour de rôle pendant que les autres veillaient. Zeus demanda alors à son fils Hermès de tuer Argos. Hermès alla trouver Argos et parvint à l'endormir en lui racontant une histoire très longue accompagnée du son de sa harpe. Quand Argos finit par s'endormir, Hermès lui coupa la tête. Pour honorer sa mémoire, Héra récupéra ses yeux et s'en servit pour garnir la queue de son animal favori, un paon. Et pour se venger, elle envoya sur Io un taon chargé de la piquer sans cesse. Celle-ci, affolée et rendue furieuse, s'enfuit et parcourut de nombreux pays. Elle traversa à la nage plusieurs mers d’Europe et d’Asie pour arriver finalement en Égypte aux rives du Nil où, dit-on, elle retrouva sa forme humaine. C’est elle que les Égyptiens ont vénérée sous le nom d’Isis. Dans sa fuite, elle rencontra Prométhée enchaîné sur le mont Caucase, qui lui révéla qu'un jour elle retrouverait sa forme humaine et deviendrait l'ancêtre d'un grand héros (Héraclès) auquel lui-même devrait plus tard sa propre libération. Elle laissa aussi son nom à la mer Ionienne et au détroit du Bosphore (le gué de la vache), et finit par atteindre l'Égypte où Zeus lui rendit sa forme première de jeune femme et où elle donna naissance à leur fils Épaphos. Ce fut elle qui propagea dans sa nouvelle patrie le culte de Déméter, qu'elle appelait Isis ; aussi, en Égypte, Io est-elle identifiée à Isis ou à Hathor et Épaphos à Apis.

(Mythologie.fr)

 

 

Le volcanisme d’Io :


Io est le troisième plus grand satellite de Jupiter et a une taille un peu plus grande que notre Lune. C’est aussi, avec la Terre, le seul corps céleste de notre système solaire a avoir une telle activité volcanique.

 

Iosurface_gal.jpg

               La surface d'Io colorée par le volcanisme - Doc. Nasa JPL / sonde Galiléo.


Le volcanisme de ce satellite de Jupiter est sans commune mesure avec celui de notre planète. Ses volcans principaux, Pelé, Loki , Promethée et  Haemus, nous le démontrent :

- le volcan Pelé, le plus haut d’Io, est un point très chaud, en raison de le présence probable d’un lac de lave. Ce volcan est actif avec des coulées épaisses de 50 m. s’étendant sur 10 km. de longueur.

 

Io---2ruption-de-Pele----Galileo.jpg            Eruption du volcan Pelé enregistré en 1979 par la sonde Voyager - doc. Nasa


le Loki, un des plus puissant volcan du système solaire, produit à lui seul autant que tous les volcans terrestres ensemble. Il présente une grande caldeira, souvent noyée par la lave ; une tâche sombre, en son centre, pourrait être un lac de soufre avec un radeau de soufre solide.

 

Io---caldera-du-Loki---Voyager.jpg                           Io - caldeira du volcan Loki - doc. Nasa / sonde Voyager


- le Mt. Haemus, situé près de son pôle sud, mesure 100 km. sur 200, pour une hauteur de 10 km.

 

haemus---Paul-M.-Schenk-Lunar-and-planetary-institute-Houst.gif            Le Mt. Haemus sur Io - doc. Paul M. Schenck / Lunar and  Planetary institute, Houston


- le panache de Prometheus, composé de dioxyde de soufre, a été observé par Voyager en 1979, s’étendant dans l’espace sur plus de 70 km. avant de retomber sur la surface d’Io à plus de 125 km. de l’évent.


Une carte des points chauds, classé par la quantité de chaleur émise, montre une distribution globale et une large  répartition de l’activité volcanique sur Io.

 

jupiter-moon-io-volcano-map Thermal emission from erupting volcanoes on the Jupiter's moon Io. A logarithmic scale is used to classify volcanoes on the basis of thermal emission; the larger the spot, the larger the thermal emission.
CREDIT: NASA/JPL-Caltech/Bear Fight Institute 

Des membres du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa précisent : " C’est fascinant de voir que la distribution du flux de chaleur sur Io n’est pas conforme avec le modèle admis de marées de réchauffement à faible profondeur… ce modèle de distribution de la chaleur suggère des processus complexe de réchauffement en profondeur. Ce que nous voyons indique un mélange de réchauffement profond et superficiel. "


De plus, une autre bizarrerie qui a émergé de l'étude est que l'activité volcanique ne représente que 60 pour cent de la chaleur qui émane de Io … les 40% restants demeurent un mystère et on envisage la possibilité d’impliquer de nombreux petits volcans pratiquement impossible à détecter à ce jour.

Pouvoir mettre en connection les zones de production interne de chaleur et celles d’émission thermique pourra aider à comprendre la structure du satellite Io, mais aussi celle d’Europe.

 

Sources :

- Science Daily - mapping volcanic heat of Jupiter's moon Io

- Space.com - Jupiter moon Io's volcanoes revelead in new map.

- Nasa Jet Propulsion Laboratory - Galileo data reveal magma ocean under Jupiter moon

- European Southern observatory - Io

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog