Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 Après le Lassen Peak vu la semaine dernière, nous passons à l’autre extrémité de la Chaîne des Cascades avec le Mont Baker.

 

Mount_Baker_22181.JPG

Ce stratovolcan andésitique, haut de 3285 mètres et recouvert d’une douzaine de glaciers, s’est construit sur le flanc Est du volcan Black Buttes (400.000 ans), et au sud ouest de la caldeira Kulshan (4,5 km. sur 8), un volcan rhyodacitique daté du début du Pleistocène (1,15Ma).

 

Toponymie :

Il doit son nom au troisième lieutenant de l’expédition Vancouver, le lieutenant Joseph Baker . L’explorateur George Vancouver consigna son observation en 1792 dans son journal :

"About this time a very high conspicuous craggy mountain ... presented itself, towering above the clouds: as low down as they allowed it to be visible it was covered with snow; and south of it, was a long ridge of very rugged snowy mountains, much less elevated, which seemed to stretch to a considerable distance ... the high distant land formed, as already observed, like detached islands, amongst which the lofty mountain, discovered in the afternoon by the third lieutenant, and in compliment to him called by me Mount Baker, rose a very conspicuous object ... apparently at a very remote distance."

Le nom local, donné par les indiens Nooksack, kw’eq sámit, signifie "montagne blanche" … c’est en effet un des volcans le plus recouvert de glaciers des Cascades.

 

Mount_Baker_from_Boulder_Creek-SE---Lhb1239.jpg                "La montagne blanche" ... le Mt Baker, vu de boulder Creek  - photo Lhb1239

 

Formation :

Les connaissances sur ce volcan sont limitées aux parties non recouvertes par des glaciers ou d’autres roches volcaniques émises … et les différents centres d’activité volcanique reconnus n’en représentent pas nécessairement les phases les plus significatives.

 

map-Baker.gifCarte de situation générale - carte des zones à risques de lahar, de coulées pyroclastiques et d'effondrement - doc. USGS.

 

timeline-large-Mt-Baker---USGS.gif                              Mt Baker - ligne du temps éruptive - doc. USGS

 

Les coulées de lave les plus anciennes sont attribuées à Black Buttes, restes érodés du volcan primordial, et datées d’il y a 400.000 ans.

Bien que la composition des roches soit principalement andésitique, on retrouve aussi du basalte hypersthène. (L'hypersthène est un inosilicate commun dans les roches appartenant au groupe des pyroxènes orthorhombiques)

 

Les premières éruptions qui ont marqué le présent volcan ont produit des coulées de laves fluides qui ont descendus les canyons érodés formés dans l’ancien sous-bassement rocheux. L’existence sur les flancs nord de cirques formés par les glaciers démontre que la construction du volcan était largement avancée au temps de la grande glaciation du Pléistocène, entre il y a 25.000 et 10.000 ans.

 

Les derniers 10.000 ans furent marqués, d’après les dépôts cartographiés, par une coulée pyroclastique, au moins quatre petites unités de tephra, deux coulées de lave au moins, et plus de huit coulées de boues, ce dernier phénomène étant considéré comme la risque majeur présenté par le Mt Baker.

L’activité volcanique à l’Holocène concerne le conduit central, à l’exception de la formation du cône de cendres satellite Schreibers Meadow, formé il y a 9800 ans. Ce cinder cone, haut de 100 mètres et large de 760 m., est responsable d’une coulée de lave longue de 11 km.

 

lahar-deposit---Nooksack-river.jpg                      Mt Baker - dépôts de lahar dans la Nooksack river - photo GVP


Une éruption magmatique majeure, datée d’il y a 6.600-6.500 ans, s’est accompagnée d’effondrement et de lahars consécutifs dans le drainage Nooksack. Elle concerne le cratère historiquement actif, situé juste au sud du sommet, le Sherman crater.

 

Mt-baker---Sherman-crater-D---John-Scurlock-MBVRC.jpg   Le sommet du Mt Baker, avec sur la droite, le cratère Sherman - photo John Schurlock / MBVRC

 

Le cratère Sherman, large de 450 mètres, a été le siège de "changements drastiques dans l’aire sommitale" au 18° et début du 19° siècle, d’après les légendes indiennes.

En 1843, une éruption a provoqué un grand feu de forêt, la mort massive de poissons dans la rivière Baker et couvert la région proche de cendres. D’autres éruptions sont enregistrées en 1852-53, 1854, 1859-60, 1863, 1870, 1880, 1884.

Depuis, une activité fumerollienne marque les zones sommitales de Sherman crater et le champ fumerollien Dorr, jusque dans les années 1950.

La reprise de cette activité est signalée comme modérée dans les années 60 au Sherman crater, ponctuée d’un épisode majeur de mars 1975 à début 1976.

 

Baker-from-artist-point---Bbigbbobb---Summitpost.jpg                Le Mt Baker, depuis "Artist point" - photo Summitpost / bbigbbobb.

 

sources :

- Global Volcanism Program - Baker

- CVO - Mt Baker volcano - link

- Mount Baker Volcano Research Center - link

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog