Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

L’Ovsicori  a analysé, en détail et sur plusieurs années, les dégâts causés par les pluies acides sur les zones sommitales des trois plus grands massifs volcaniques du Costa Rica : le Rincon de la Vieja, le Poas et le Turrialba.

Sous l’effet des vents dominants, les émanations gazeuses de ces volcans ont créé des zones dénudées formant des "couloirs" sans vie de plusieurs kilomètres.

 

Le phénomène des pluies acides :

Les pluies acides d’origine volcanique se forment dans la haute atmosphère par oxydation du dioxyde de soufre (SO2) et des oxydes nitreux (NOx) contenus dans les gaz émis par les volcans.

Cette oxydation sous l’effet des UV peut prendre plusieurs jours et les polluants peuvent couvrir durant cette période une grande distance … les précipitations, pluie et neige acides, peuvent ainsi affecter des zones très éloignées.

 

pluies-acides.jpgCe phénomène est perceptible dans les zones sommitales volcaniques sous le vent, où la flore et  la faune sont directement affectées par les gaz volcaniques interagissant avec l’humidité présente ; ces hauts sommets sont soit couvert par les nuages, soit arrosés fréquemment par leurs précipitations.

Les particules et les vapeurs acides se déposent de deux façons: par voie humide et par voie sèche.

Les dépôts humides sont les pluies acides, un processus où des acides dont le pH est normalement inférieur à 5,6 sont éliminés de l’atmosphère sous forme de pluie, de neige, de giboulée ou de grêle.

Les dépôts secs se forment lorsque des particules comme les cendres volantes, les sulfates, les nitrates et les gaz se déposent sur les surfaces ou y sont absorbées. Les gaz peuvent alors être transformés en acides au contact de l’eau. 

 

Le pH des eaux de pluie est compris entre 7 et 5,6 . Une acidité « normale » est due à la présence de gaz carbonique dans l’air ( CO2 + H2O --> HCO3- + H+).

On considère qu’une pluie devient « acide » si le niveau de pH descend sous 5,6.

La végétation est atteinte alors de nécrose et/ou de chlorose provoqués par l’attaque des acides formés : acide sulfurique – acide nitrique.

 

costa-Rica-307-copie-2.jpgAtteintes acides sur les gunneras qui habillent les hautes pentes des volcans costariciens - © Bernard Duyck

 

Le phénomène "naturel" des pluies acides a été intensifié ces dernières années par les activités "humaines et industrielles".

 

Le Rincon de la Vieja :

Ce large massif volcanique est chapeauté de plusieurs cratères : le crater Viejo, le crater Von Seenach et le crater activo, occupé par un lac acide.

 

Callejones-acidificacion---Rincon.jpgLes zones ouest du Rincon de la Vieja atteintes par l'acidification - photo E.Duarte / Ovsicori-Una.

A gauche, le crater activo, en haut à droite, le Von Seebach.


La zone affectée par les pluies acides couvre un couloir de 2 km. de large sur 4 km de long, à l’ouest du cratère actif. Seuls quelques lichens et mousses arrivent à s’y maintenir. Ce couloir n’est pas remarquable des pentes basses du massif ; il est bordé de part et d’autre par une zone plus verte, composée d’arbustes ligneux nains et de lianes.

 

Le Poas :

Sous les alizés soufflant des Caraïbes vers le Pacifique, la zone dévastée s’étend à l’ouest et au sud-ouest du sommet.

 

Callejones-acidificacion---Poas.jpgLes zones dénudées de la caldeira du Poas : à droite, la laguna caliente acide fumante et le dôme teinté de rouille - à gauche, dans la zone arborée, la laguna Botos et son lac d'eau douce. - photo E.Duarte / Ovsicori-Una.

 

costa-Rica-242-copie.jpgLe cratère du Poas et la laguna caliente, couverte par place par des dépôts de soufre - à l'avant-plan, les tâches de couleur crème sont des feuilles de Gunnera victimes de l'acidification - © Bernard Duyck

 

costa-Rica-237-copie.jpg                      La zone dénudée du Poas s'étend vers l'ouest - © Bernard Duyck


Les éléments entrant en jeu sont ici plus complexes : la présence de la laguna caliente (lac acide et chaud), celle du dôme et de ses apports personnels en gaz, les variations de l’activité volcanique et les conditions météorologiques.

La présence du lac acide est primordiale, car il sert de tampon aux gaz émis par le volcan qui s’y trouvent en partie piégés … lors de rares périodes où le lac disparaît, on constate des dégâts beaucoup plus importants sur la végétation, et des inconvénients notoires pour la population environnante.

En 1989-90, les émissions de gaz ont été dispersées jusqu’à 18 km. de leur source, atteignant les zones urbanisées.

En 2006, cette pollution a affecté les collectivités, le personnel, la végétation, l’agriculture (café, fleurs et légumes), l’élevage et l’industrie laitière ; le tourisme a été aussi concerné, avec la fermeture du parc durant certaines périodes.

 

Le Turrialba :

Ce volcan connaît depuis 2005 une phase de dégazage vigoureuse, accompagnée d’une atteinte conséquente dans les secteurs ouest et sud-ouest.

 

www-ovsicori-una-ac-cr_vulcanologia_turriantesdesp-htm_qypc.jpgLa différence est flagrante entre les photos de mai 2007 et de janvier 2008 : les zones supérieures de forêts et les pâturages, situés sur les pentes plus basses du Turrialba, ont été "roussis" par les émanations gazeuses et l'acidification. - photos Ovsiciri-Una.

 

 

La présence de gaz et les attaques acides liées de la végétation ont provoqué l’exode de nombreuses familles dépendant de ces secteurs pour leur subsistance. La dévastation de la forêt sur les flancs supérieurs du volcan a provoqué une intensification des effets négatifs sur les pâturages. La forêt et les zones de pâturages laissent voir, après quelques années de ce traitement chimique, des tâches sombres, renforcées par les retombées de cendres noires liées à la dernière éruption phréatomagmatique.

Parallèlement à ces effets aigus sur la végétation, un intense processus de corrosion de tous les métaux a été constaté dans la zone.

 

Lluvia-acida-volc-Turrialba.jpg               Désolation du secteur de La Silvia / pentes du Turrialba - photo Ovsicori-Una.

 

Tout n’est pas négatif, les pentes de ces volcans permettent toujours un élevage bovin et ovin, ainsi que des cultures spécialisées dans le cas du Poas, de café, de fleurs et légumes.

Mais dans les zones frappées par cette « désertification » causée par les pluies acides, on constate une perte substantielle de biodiversité.

Une adaptation des agriculteurs est aussi nécessaire : rectification du pH des sols, utilisation d'outils résistants à la corrosion (acier inoxydable) ...

 

Sources :

Ovsicori-Una, Obvservatorio Vulcanológico y Sismológico de Costa Rica.

Divers documents - link

- La lluvia acida en volcanes de Costa Rica - E.Duarte & E.Fernandez.

- Callejones de acidification en tres volcanes activos de Costa Rica - E.Duarte & E.Fernandez.

 

 
 centro.jpg
 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog