Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Situé sur la branche occidentale du Grand Rift Africain, aussi appelé rift Albert et rift Kivu, le Nyiragongo fait partie du Parc National des Volcans à cheval sur le République démocratique du Congo et le Rwanda.
La chaîne volcanique des Virunga abrite huits volcans ; le Muhavura (4127 m.), le Mgahinga (3474 m.), le Sabinyo (3634 m.), le Vishole (3711 m.), le Mikeno (4437 m.), le Karisimbi (4507 m.), le Nyamuragira (3058 m.) et le Nyiragongo - "celui qui fume" (3470 m.).



                             Situation de la branche occidentale par rapport au Grand Rift Est Africain.
                                                         
                                                             Nyiragongo 2004 - M.Buschowski - Wikipedia



Le Nyiragongo est un des plus grand stratovolcan Africain; il est l'un des rares volcans au monde dont le cratère abrite un lac de lave en fusion pendant plusieurs dizaines d'années - de 1927 à 1977.  Deux anciens stratovolcans, le Baruta et le Shaheru, ont été partiellement recouvert par le Nyiragongo.
Près d'une centaine de cônes sont localisés sur ses flancs, le long de fissures situées dans une zone s'étendant NE-SO jusqu'au lac Kivu.

En 1977, une éruption fissurale vidangea le lac : une lac extrêmement fluide, dont les coulées atteignirent 100 km/h., recouvrit une vaste zonede 20 km², causant la mort d'une centaine de personnes. Suite à cette vidange, un effondrement se produisit dans le cratère; de l'eau d'infiltration rencontra le magma et s'en suivit une violente explosion hydromagmatique. Le panache de vapeur et de cendres atteignit 11 km. de hauteur.

En 1994, l'activité se manifesta à nouveau sans observations directes, les guerres ethniques provoquant l'instabilité dans la région et l'installation de milliers de réfugiés au pied du volcan.

Entre mars et avril 1995, de grandes fontaines de lave apparurent. Un volume de lave estimé à 56 millions de m³ s'accumula entre avril et août.

                                               Schéma du GVP - mountly reports

Janvier 2002 : une forte éruption tua 147 personnes, 60.000 perdirent leur maison et selon les Nations-Unies, environ 250.000 personnes furent déplacées suite à cette éruption.
Deux flots de lave s'avancèrent à des vitesses nettement moindre qu'en 1977 - 2 à 3 m./min, soit 0,2 km/h. - l'un en direction de l'aéroport , l'autre vers Goma, touchant 13% des quartiers de la ville, pour atteindre finalement le lac Kivu. Une série de fractures métriques se forma sur les flancs du volcan et de la lave sortit de ces fractures en plusieurs endroits et différentes altitudes. De nombreus séismes furent associés à l'activité éruptive. Une subsidence allant de 5 à 50 cm. près du lac fut mesurée par J.Durieux, D.Garcin et le UN-OCHA team.




                          Le lac de lave en 2007 - avec l'aimable autorisation de Thorsten Boeckel ;
                                   un clic sur la photo vous dirige vers son site et ses photos.


                                       Cratère en juillet 2006 - avec l'aimable autorisation de Marco Fulle.
                 Un clic sur la photo vous dirige vers les siennes, sur Swisseduc.ch (Stromboli on line)




           Le lac de lave en mai 2003, sous un fort dégazage de SO² - GVO - Goma volcano Observatory.


De forts dégagement de SO² entrainent des pluies acides qui brûlent la végétation, la pollution des ressources en eau potable; des prélèvements montre des  taux de fluor de beaucoup supérieurs à la normale.

Tectonique : nouvelles récentes.

Un article de la Rochester University, intitulé "Isotopic and geochimical evidence for a heterogenous mantle plume origin of the virunga volcanics, western Rift, East Africa rift system " suggère l'existence d'une microplaque - la plaque Victoria - entre le Kenya et la branche occidentale du rift, dont le coeur serait le craton Tanzanien âgé de 2,5 à 3 milliards d'années.
Les volcans Nyiragongo et Nyamuragire, proches voisins bien souvent actifs simultanément, avec leurs magmas originaires de profondeurs différentes, suggèrent de ce fait la présence d'un point chaud hétérogène sous le craton Tanzanien.
Les laves du nyiragongo seraient formées à grande profondeur à partir d'un manteau profond, carbonaté, chargé en clinopyroxène et phlogopite, tandis que les laves du Nyamuragira seraient produite par fusion partielle du manteau à moindre profondeur, contaminé par des composants crustaux.
Le point chaud serait à l'origine de provinces volcaniques chimiquement différentes de part et d'autre du craton Tanzanien.
 
Photos : sur différents sites dont références
-
http://www.tboeckel.de/EFSF/efsf_wv/efsf_wv.htm
- http://www.swisseduc.ch/stromboli/perm/nyiragongo/index-en.htm
- http://www.decadevolcano.net/photos/nyiragongo_july06_01.htm


Video : 3,40min . http://www.youtube.com/watch?v=1M7P7X

Sources :
-"Isotopic and geochemical evidence for a heterogeneous mantle plume origin of the Virunga volcanics, Western rift, East African Rift system"
Ramananda Chakrabarti, Asish R. Basu, Alba P. Santo, Dario Tedesco and Orlando Vaselli.


- "Fledgling mantle plume may be cause of african volcano's unique lava" - 13.03.2009 Rochester University. - A.Basu.

 

autre référence pour le même sujet :http://www.geologytimes.com/research   /Fledgling_mantle_plume_may_be_cause_of_African_volcanos_unique_lava.asp


- Global volcanism Program : Nyiragongo.

- Big Pictures : photos sur la région de Goma, dont deux des volcans durant les guerres sur : http://www.boston.com    /bigpicture/2008/11/congos_crisis_worsens.html



à suivre : - le Nyamuragira
               - le lac Kivu et ses menaces

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog