Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Itinéraires : 

Il faut compter entre 6 et 10 jours pour l'aller-retour.

La voie Rongai  (trait bleu sur la carte) est peu fréquentée et demande 5 à 6 jours d'ascension pour 45 km. de marche. Les 3 premiers jours sont effectués exclusivement en camping, la seconde partie est équipée de refuges.
C'est cette voie que suivent les voyages "Aventure et Volcans".

La voie Marangu  (trait vert sur la carte) est la plus ancienne... la moins spectaculaire et la plus fréquentée. Par contre, 6 jours suffisent pour parcourir les 36 km. et il est possible de passer les nuits en refuge (réservation obligatoire) ... peu d'expérience ed de matériel sont nécessaires.


La voie Machame  (trait brun sur la carte)  est la plus spectaculaire, mais longue - 40 km. -, difficile et elle offre peu d'abris. La partie intermédiaire, plus plate, est par contre favorable à l'acclimatation.



                      Carte des itinéraires, refuges et portes (points de départ) des différentes voies.

De nombreux randonneurs (20.000 chaque année) veulent entreprendre cette ascension;
Il faut savoir, avant de se lancer dans cette aventure, qu'une excellente condition physique est nécessaire ... et si possible, un entrainement ou un séjour préalable en altitude. Si les risques sont faibles, seuls 40% des ascensions sont couronnées de succès et certains n'en reviennent pas indemnes.
Lien renseignant sur "le mal de montagne".
La meilleure période se situe de juillet à octobre, ou en janvier-février afin d'éviter les saisons des pluies.
Comme il s'agit d'un parc national et en raison du taux élevé de fréquentation, des règles strictes sont à observer: un droit d'entrée est demandé; il faut suivre les sentiers de randonnée et se cantonner aux zones autorisées pour le camping; il faut être accompagné d'un guide homologué; des porteurs et un cuisinier sont recommandés; et l'équipement adapté aux conditions extrêmes régnant au sommet.

Faune et flore du massif du Kilimandjaro :

                                  rencontrées et o = portes de départ des voies empruntées - Wikipedia.


1. Forêt pluviale :
Cette zone subit une forte pression démographique, surtout au sud et de nombreuses plantations et zones de sylviculture non respectueuse de l'environnement y sont intégrées. Des coupe à blanc y sont encore pratiquées !
Quelques exemples de sa flore initiale :
On y trouve le Genévrier d'Afrique (Juniperus procera), Olea europaea subsp. cuspidata, Olea welwitschii, Albizia schimperiana, Terminalia brownii, Ilex mitis, Ocotea usambarensis, Euclea divinorum, Prunus africana, le Bois de rempart (Agauria salicifolia), Croton macrostachyus, Croton megalocarpus, Macaranga kilimandscharica, Impatiens kilimanjari, Viola eminii, Impatiens pseudoviola ainsi que des espèces des genres Combretum, Pittosporum, Tabernaemontana ou encore Rauvolfia.


2. Forêt de brouillard et de nuage :

La forêt de brouillard est présente au sud entre 2300 et 2500 m. d'altitude; l'eau est apportée majoritairement par évaporation dela forêt pluviale, située en contrebas ... et en danger.
Elle est caractérisée par la présence de Podocarpus milanjanus et celle de plantes épiphytes qui recouvrent 80% des arbres.
La saison sèche y est courte.

La forêt de nuage est présente à l'ouest, nord et nord-est, entre 2500 et 2700 m. d'altitude.
Elle diffère de la forêt de brouillard par une longue saison sèche et son alimentation en eau par précipitations.
On y retrouve le Genévrier d'Afrique mais également Afrocarpus gracilior, Hagenia abyssinica, la Bruyère arborescente (Erica arborea, principalement dans son stade de développement jeune) et quelques mousses et lichens (Usnea fibrissima, Usnea articulata).


3. Landes et maquis :
Entre 2800 et 4000 m., cette zone est occupée par des bruyères, plantes colonisant les zones incendiées et occupées auparavant par la forêt de nuage.
On trouve aussi des protées dont une endémique.
La protection de cette zone est nécessaire, car il faut y conserver des zones où les feux sont "contrôlés", car nécessaires à la survie de certaines espèces.
De nombreux espèces de nectariniidés aux couleurs vives peuplent la limite supérieure de la forêt : Souimanga du Kilimandjaro (Nectarinia mediocris), Souimanga olivâtre (Nectarinia olivacea), Souimanga à tête verte (Nectarinia verticalis), Souimanga à gorge verte (Nectarinia rubescens), Souimanga améthyste (Nectarinia amethystina), Souimanga à poitrine rouge (Nectarinia senegalensis), Souimanga malachite (Nectarinia famosa), Souimanga de Fraser (Anthreptes fraseri), Souimanga bronzé (Nectarinia kilimensis), Souimanga tacazze (Nectarinia tacazze) et Souimanga à ailes dorées (Nectarinia reichenowi). Il en est de même pour l'Aigle huppard (Lophaetus occipitalis)[52]. Rhabdomys pumilio, aussi bien présente dans la savane, constitue une de ses proies, tout comme Lophuromys (Lophuromys) aquilus, Dendromus melanotis et le Rat-taupe nu (Heterocephalus glaber). Par ailleurs, des buffles, des lions, des léopards, des éléphants, des élands, des céphalophes et des hyènes transitent parfois à cette altitude pour relier un point à un autre de la plaine[50].


                        Souimanga malachite femelle sur une fleur de Protea caffra kilimandscharica.

4. L'étage Afro-alpin :
Ses limites sont situées entre 4.000 et 5.000 m. ; il est caractérisé par une atmosphère sèche, peu de précipitations mais d'importants écarts de température.
Les espèces qui y vivent sont adaptées à ce climat rigoureux. Certaines sont endémiques : e.a. le Lobelia deckenii, le Dendrosenecio kilimanjarii (Sénecon géant), l'immortelle du Kilimandjaro.













Lobelia deckenii, endémique de l'étage afro-alpin
du Kilimandjaro - Wikipedia








5. L'étage nival :


                          Versant occidental du Kibo avec ses glaciers et sa double caldeira centrale.
                                                  vol Kili airport vers Addis Abeba.

                          Aspect acéré caractéristique de la glace au Kilimandjaro - 08.2003 - Yosemite

La partie la plus dure du trek: marche de nuit, altitude et ses inconvénients : oxygène raréfié, froid intense (-15°C), fatigue accumulée ... pour ne stationner au sommet que quelques minutes, étant donné les conditions extrêmes, mais pour un instant sublime et la satisfaction de l'exploit accompli.

                                       Uhuru peak - 5895 m. - le sommet .   Wikipedia.

A lire :
- un récit d'ascension par la voie Machame, avec Terre
d'aventures sur :
http://www.didier-kilimandjaro.com/
- un autre, par la voie Rongai, avec Atalante sur :http://www.kilimandjaro-fr.com/dossiers/dossier_36_kilimandjaro+voie+rongai.html
- le portail sur le Kilimandjaro : http://www.kilimandjaro-fr.com/



Demain, d'autres volcans du grand rift africain.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog