Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Avant d'attaquer mon volcan fétiche, "la montagne des dieux", nous remontons pour un bref instant vers le nord du Kilimandjaro ...

Le mont Kenya, point culminant du Kenya et deuxième plus haut sommet d'Afrique, est situé au nord  nord-est de Nairobi, la capitale.

                La pointe Batian (au centre gauche), la pointe Melion (au centre droit)
                             et la pointe Slade à l'avant plan . Wikipedia.

Le mont Kenya, comme le Kilimandjaro, est situé à l'intersection de la branche continentale du rift et du linéament d'Assoua (*), zone de fracturation importante.
Né , il y a environ 3 millions d'années (3,1 à 2,6 Ma), il n'a pas l'apparence habituelle d'un stratovolcan !
Ceci est du à sa couverture durant des millénaires par une importante calotte glaciaire qui a fortement érodé ses pentes et lui a donné ce relief particulier, avec de nombreuses vallées qui descendent du sommet. il reste aujourd'hui une douzaine de petits glaciers, en retrait rapide.

                                                                                                                  Wikipedia

Les plus hautes cimes culminent à 5.199 m. à la pointe Batian, 5.188 m. à la pointe Nelion ; la pointe Lenana est mesurée à 4.985 m.
Les deux pointes les plus élevées seraient parties prenantes du bouchon de l'ancien cratère. Ils sont composés de nepheline-syenite (*).
Les roches des pentes situées plus bas sont faites d'agglomérats et de différentes laves.

Le mont Kenya fut découvert par les européens en 1849, avec Johann Ludwig Krapf. Comme dans le cas du Kilimandjaro, la communauté scientifique resta circonspecte sur la véracité de cette découverte et l'existence de neiges éternelles sous ces latitudes. La confirmation n'arriva qu'en 1883 et la première exploration en 1887; le sommet fut vaincu en 1889 par l'équipe de H.J.Mackinder.
Aujourd'hui de nombreux itinéraires et refuges permettent aux bons marcheurs d'accéder au volcan en 4 - 5 jours, mais pour atteindre les 2 pointes précitées, il faut des compétences d'alpinistes confirmés.


Flore :
Le mont Kenya présente les mêmes zonations régionales que celles décrites pour le Kilimandjaro avec une particularité : une forte extension d'une zone de bambous, située entre 2200 et 3200 m., entre les étages montagnard et subalpin. Cette zone naturelle est peuplée de Yushania alpina, espèce de bambou dépendante des précipitations et dont les sujets peuvent atteindre 9 à 15 mètres.

De nombreuses endémiques parsèment ses flancs dont le très grand Lobelia telekii qui peut mesurer 3 mètres.
(photo de gauche)

D'autres plantes nous sont plus communes car nous pouvons les trouver dans les catalogues : e.a. des graminées et Kniphofolia thomsonii  (photo de droite) qui pousse à la limite de l'étage subalpin.

Faune :
Les zones forestières sont riches en mammifères de toutes sortes; les espèces les plus rares sont le suni, le bongo et l'hylochère.
La zone de bambous est par contre pauvre en faune, mais traversée par de nombreuses pistes pratiquées par les buffles et les éléphants.
L'étage afro-alpin est dominé par 3 espèces de mammifères: le Daman du cap, l'Otomys oreste (un rongeur) et le Céphalope de Grimm un sylvicapre. Ils occupent des niches écologiques non concurrentes, hors période de disète.

(*) :
 - néphéline-syénite  - lien vers la fiche USGS très complète.
 - linéament d'Assoua :  carte du CNRS d'après Chorowicz    

 





Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog