Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La visite de la Lava-keller ("la cave de lave") de Mendig, c'est une intrusion dans le coeur d'une coulée basaltique.


Actu---3-1858-copie-jm.jpg

                                                                                                                     ©JM. Mestdagh

 

Equipés de cirés et de casques, il faut descendre 152 marches pour parvenir à 32 mètres sous la surface dans une des caves creusée dans une grande coulée de 3 km², sur laquelle repose la ville. Seule une partie est accessible, à la fois pour des raisons de sécurité, mais aussi de protection des colonies de chauve-souris qui y gîtent.

 

Actu---3-0300-copie.jpg

            Premières explications au bas de l'escalier ... impressions humides et froides.

                        © B.Duyck  

 

Actu---3-0301-copie.jpg    Notre guide nous montre un schéma des coulées du Wingertsberg ; la Lava-keller se trouve  dans la coulée au centre de la photo

© B.Duyck

La coulée de Niedermendig provient d'un cône de scories vieux de 200.000 ans, le Wingerstberg; celui-ci a produit deux grosses coulées basaltiques, la dernière recouvrant partiellement la première. C'est dans la zone la plus épaisse que la Lava-keller a été creusée, à mains nues : il a fallut pénétrer les dépôts éruptifs laissés par le Laacher See - couches de ponces, de scories, entrecoupées de loess - avant d'atteindre le basalte, qui présente en partie supérieure de petites colonnades (gloches) et plus bas, de grosses colonnades exploitables (schienen).

 

Actu---3-0441-copie.jpg

Coupe schématique du sous-sol de Mendig au niveau de la coulée basaltique. D'après un document du Lava-Dome.

 

Actu---3-0303-copie.jpgParois et piliers de soutènement basaltiques; le mur chaulé à droite date de l'exploitation brassicole.

© B.Duyck

 

 

Actu---3-0305-copie.jpgDessus d'une colonne de soutènement - hauteur 6 à 8 mètres ; au plafond, la face inférieure de l'entablement, avec des colonnes de petite dimensions - voir photo suivante. -

 

Actu---3 0302 copie

                        © B.Duyck

 

Les coulées basaltiques, qui ont détruit la région à l'époque, lui ont en revanche donné des moyens de subsistance : la matière première et son exploitation en meules à grains. Les conditions de travail étaient cependant très pénibles : 12 heures par jour, six jours sur sept, dans la pénombre, à la lueur des bougies puis de lampes dont il fallait respirer les émanations, dans une température de 6 à 9°C et une humidité forte (72% d'humidité relative) ... à ce régime, les mineurs ne vivaient pas vieux !

Ce qui n'a pas empêcher d'heureux évènements de s'y dérouler : dans un coin de la cave, une salle "sculptée" en témoigne, où se déroulaient des cérémonies de mariage.

L'accès à la cave et l'extraction des meules se faisait grâce à un système de treuils mus par la traction animale et humaine.

 

Actu---3-0309-copie.jpg

                        © B.Duyck

 

 

En fin d'exploitation carrière, les caves ont servi à la fermentation et au stockage de la production des 28 brasseries locales, au 19°siècle. La basse température et l'humidité des caves ont justifié la localisation ce stockage, un coup de pouce étant donné si nécessaire par l'apport de glace et une aération dynamique. Cette activité a cessé avec l'invention de la réfrigération par Linde. Une seule brasserie utilise encore sa propre cave à cet effet, et délivre une "Vulkan beer".

 

A l'entrée de la Lava-keller, des meules rappellent l'activité première, dont une meule commémorative de quatre expositions internationales.

 

Actu---3-0294-copie.jpg

                              © B.Duyck

 

Sources :

-explications du guide de la Lava-keller.

- Vom magma zum mühlstein, eizeitreise durch die lavaströme des Bellerberg-vulkans - Ed.Harms & F.Mangartz.


Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog