Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Une débâcle sous-glaciaire a marqué la rivière Skaftá ce 20 janvier.

 

2014.01.20---Reynir-Ragnasson---IMO-copie-1.JPG

                        La débâcle dans la rivière Skaftá, le 20.01.2014  - photo Reynir Ragnasson - IMO


"Jökulhlaup" est le terme islandais pour désigner une débâcle sous-glaciaire, littéralement une "course glaciaire".

Plusieurs types de jökulhlaups existent donc en fonction du mécanisme d'alimentation (fusion d'origine météorologique, modification du réseau hydrographique intraglaciaire, éruption volcanique sous-glaciaire) et de la position du réservoir (lac intraglaciaire, lac juxtaglaciaire, lac supraglaciaire).

Dans ce cas, la fonte du glacier sous la chaleur du volcan, forme un lac qui peut devenir suffisamment instable pour s'épancher brusquement au travers de canaux situés à la base du glacier surmontant le volcan, et créer une inondation importante.


River-Skafta-below-valley-Skaftardalur.-Skalarhei-i--A.JPG         La rivière Skaftá dans la vallée Skaftárdalur . - photo 20.01.2014 - Reynir Ragnasson - IMO


Ce Jökulhlaup dans la Skaftá river prend sa source dans deux chaudrons sous-glaciaires, formés par l’activité géothermale sous le Vatnajökull, une énorme calotte glaciaire qui surmonte plusieurs volcans .

Ils se drainent en moyenne tous les deux ans, produisant une débâcle dont le débit atteint 1.500 m³ par seconde. Et c’est le chaudron Est qui est responsable des plus grandes inondations. Son dernier drainage date de septembre 2012.

 En hiver, le débit peut être plus importants étant donné que les berges sont glacées.

Lorsque les intervalles entre deux jökulhlaups est plus court, les inondations sont moins importantes.


Divers dangers accompagnent ces inondations, et il est conseillé de ne pas s’approcher des glaciers durant ces alertes.

De l’hydrogène sulfuré est relâché par les eaux sortant de la calotte du Vatnajökull ; les concentrations de ce gaz sont particulièrement importantes à la limite du glacier, et peuvent y atteindre des taux mortels.

Des crevasses peuvent aussi se développer rapidement à proximité des chaudrons de glace, et des endroits où les eaux percent à la surface.

 

Vatnajokull-1996.10.01---Magnus-Tumi-Gu-mundsson-jpgCrevasses dans le glacier lors de l'éruption du Grimsvötn le 01.10.1996 - photo Magnús Tumi Guðmundsson - Icelandic Inst. of Earth Sciences.

 

skafta_kort_1-heilt.pngLocalisation des deux chaudrons sous le Vatnajökull et sortie dans la Skafta river au SO du glacier
Carte © ÍSOR, LMÍ, NOAA, VÍ / via Icelandic Met Office.


Quelques jökulhlaups importants:

-  en 1996, au Grimsvötn, il a atteint un pic de 45.000 m3/s. (supérieur au débit du Mississippi) sur une largeur de cinquante kilomètres et une hauteur d’eau de trois à cinq mètres à 23 h., heure du maximum de la crue.

- L'éruption de l'Eyjafjallajökull en 2010 a provoqué une importante fonte de la glace ce qui entraîne des jökulhlaups d'un débit maximal compris entre 2.000 et 3.000 m3/s.

 

14.10-Reuters-4.jpg

Le Jökulhlaup consécutif à l'éruption sous-glaciaire de l'Eyjafjallajökull, le 14.10.2010 - photo archives  Reuters

 

La débâcle dans la Skaftá river est actuellement en décroissance, et présente un flux comparable en taille avec une  décharge estivale type. Cet épisode n'a pas causé de dommages.

 

Sources:

- Icelandic Met Office.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog