Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Les îles Crozet sont situées entre les latitudes 45° 95’ et 46° 50’ Sud et les longitudes 50° 33’ et 52° 58’ Est, entre Madagascar et l'Antarctique. Le climat est sub-antarctique, très venteux - incorporé à la laimite des 40°rugissants et les 50° hurlants, les vents y dépassent les 100 km/heure  cent jours par an - , pluvieux et froid, avec une température moyenne de 5°C.

 

Structurellement, on distingue un plateau sous-marin localisé sur le flanc Est de la dorsale sud-ouest indienne, au niveau des anomalies magnétiques 30 et 31. Ce plateau, que matérialise l'isobathe des 2000 mètres, est recouvert par des dépôts de sédiments bien stratifiés identifiés grâce aux anomalies magnétiques 29 au Nord et 31-33 sur le Banc de Crozet, ce qui conférerait au plateau un âge de 54 millions d'années environ.

 

800px-Crozet Map                                  Carte de situation des îles Crozet - doc. Varp


L'archipel est divisé en deux groupes distants de 110 km. environ.

Le groupe oriental est représenté - d'Est en Ouest - par l'île de l'Est, la plus ancienne, puis l'île de la Possession.

Le plateau occidental comprend le volcan de l'île aux Cochons, le plus récent, et aussi au Nord-Est, l'alignement des récifs des Apôtres et au Sud-Est les Pingouins qui sont les deux reliques d'appareils probablement les plus anciens qui ont été démantelés dans leur quasi-totalité par l'érosion marine. Les Apôtres ont été datés entre 5,5 et 2,6 millions d'années soit le Mio-Pliocène.

 

Île ou groupe Superficie
(km²)
Point
culminant (m)
Coordonnées
Groupe occidental
Île aux Cochons 67 Mont Richard-Foy (770) 46°06′S 50°14′E
Île des Pingouins 3 Mont des Manchots (340) 46°27′S 50°23′E
Îlots des Apôtres (1) 2 Mont Pierre (289) 45°58′S 50°27′E
Groupe oriental
Île de la Possession 150 Pic du Mascarin (934) 46°24′S 51°46′E
Île de l'Est 130 Mont Marion-Dufresne (1050) 46°26′S 52°18′E
Îles Crozet 352 Mont Marion-Dufresne (1050) 45°57' à 46°29'S
50°10' à 52°19'E

(1) groupe de deux îles principales (Grande Île et Petite Île) et 20 roches de pinacle

 

 

ile-crozet- Laurent besnard TAAF                         Paysage des îles Crozet - photo Laurent Besnard / TAAF

 

La volcanologie des trois volcans principaux, l’île de l’Est, l’île de La Possession et l’île aux cochons, a été comparée tant sur le plan chronologique que sur celui de leur composition des laves. On distingue trois cycles volcaniques principaux :  

-  le premier cycle correspondrait aux phases 1 et 2 du volcanisme. Il a été identifié dans le soubassement de l'île de l'Est et dans l'Ouest de l'île de la Possession datée du Miocène (8,7 millions d'années). La phase 2 représentée par des épanchements variés de laves sub-aériennes, surmonte en discordance la phase 1 et s'est mise en place entre 5 et 2 millions d'années, soit le Pliocène.

-  le second cycle correspondrait aux phases 3 et 4 du volcanisme et est présent sur les trois îles. Ses épanchements de laves basaltiques et pyroclastites ont été évalués entre 1 et 0,5 million d'années, soit le Pléistocène.  

 

-  le troisième cycle ou phase 5, a produit les nombreux petits cones scoriacés de l'île de la Possession et des Cochons, ainsi que ceux, en nombre plus réduit, de l'île de l'Est. Leur âge est évalué entre 200.000 ans et nos jours.

 

 

L'exploration volcanologique de l'île de la Possession a été réalisée en 1981 par Luc Chevallier.

L'île est un strato-volcan qui s'est édifié au cours d'au moins 5 phases d'activité.

 

Possession - v structure geol                     Carte géologique simplifiée de l'île de La Possession  - L. Chevalier 1982

                      Les numéros et couleurs correspondent aux phases d'activité.


Son centre éruptif est actuellement localisé à l'Ouest (cap de l'Héroïne) où des panneaux faillés et redressés, travaillés par l'érosion marine sont en discordance avec le pendage général du volcan.

Cette première phase (1), la plus ancienne, est formée de hyaloclastites palagonitisés interstratifiés avec des niveaux de fossiles marins (pecten, moule) témoins d'une activité sous-aquatique.

La deuxième phase (2) est visible dans les fonds de vallées et correspond à une activité sub-aérienne d'épaisses coulées de basaltes se terminant par une activité plus explosive de pyroclastites. Des réseaux de dykes annulaires recoupent la phase 2 dans sa totalité. Cette activité se situe entre 9 et 1,3 million d'années.  

La troisième phase (3) s'est déposée après érosion de la surface des laves de la phase 2. Elle débute par un conglomérat basal suivi de pyroclastites interstratifiées de fines coulées de lave et de sills devenant plus abondants vers la fin du cycle. Ces produits ont été amenés par des séries de dykes radiaux centrés sur l'Ouest de l'île. Cette phase s'est déroulée entre 1 et 0,5 million d'année (Pléistocène).

La quatrième phase (4) constitue les entablements d'une dizaine de mètres d'épaisseur couronnant les plateaux. La lave provient de dykes regroupés en un système de rift de direction NW-SE dont les injections rapprochées d'une dizaine de mètres traduisent une extension majeure de la croûte océanique à cette époque. Cette phase a été suivie par une période glaciaire synchrone de celle de l'île de l'Est qui a façonnée notamment la vallée des Branloires.

La phase terminale (5) est représentée par des cônes de scories (mont Branca par exemple et surtout la zone du mont des Cratères) alignés selon les dykes et fractures du volcan primitif. Elle aurait moins de 100.000 ans.

Les laves correspondent à une série de basaltes alcalins et leurs dérivés émis soit sous l'eau (phases 1 et 2 partiellement) soit à l'air libre (autres phases). On note des laves provenant de cumulats d'un réservoir magmatique (ankaramites) et quelques laves de différentiation comme la phonolite du dôme du La Pérouse (début phases 3).


L'étude volcanologique de l'île aux Cochons a été effectuée en 1981 par G. Boudon.

 L'île aux Cochons est un strato-volcan de type central (comme le sont les îles Amsterdam et Saint-Paul). L'appareil s'est édifié au cours de deux phases d'activité dont les foyers se trouvaient au centre et à la verticale de l'édifice actuel.

 

Crozet - Ile aux cochons copie-copie-1                                                        L'île aux Cochons - doc. TAAF


La phase ancienne est représentée par des dépôts de 400 m d'épaisseur de brêches phréatomagmatiques intercalées de coulées de lave d'un mètre d'épaisseur. Ces formations s'observent le long de falaises de faille orientées à l'ENE-WSW au Nord de l'île (Les Cinq Géants) et au SSE-NNW au Sud de l'île (Pointe Sud).

La phase récente s'est produite après la tectonique de faille décrite ci-dessus, de telle manière qu'elle la scelle. Il s'agit de coulées laviques issues du cratère central (mont Richard-Foy) qui est une petite caldeira axiale ouverte sur le Sud. Ultérieurement, uns soixantaine de cônes de scories se sont alignés selon des fractures radiales. Certains de ces cônes adventifs ont une structure de maar avec des dépôts de hyaloclastites. Ce volcanisme récurrent à moins de 5.500 ans. Il doit être rapproché de celui de l'île de la Possession, aussi abondant, et de celui de l'île de l'Est, beaucoup moins présent.

L'importante récurrence volcanique récente de l'île aux Cochons classe cette île parmi les volcans potentiellement actifs.

 

crozet manchotière - Univ.StEtienne                                  Manchottière des îles Crozet - photo Univ. St. Etienne

 

La première reconnaissance volcanologique de l'île de l'Est a été effectuée en décembre 1975 et janvier 1976 par Jean Lameyre et Jacques Nougier, avec un support hélico Alouette II de l'Armée de l'Air. L'île de l'Est est le reliquat d'un puissant strato-volcan fortement érodé par les glaciers quaternaires.

 

Crozet - ile de l'est - JP Langer Monaco copie                                     Ile de l'Est - carte JP. Langer / TAAF


Le centre de l'appareil coïncide avec le centre de l'île. Son cœur (région du col des Rafales) est constitué par des brêches et dykes ayant subi un léger métamorphisme (épidote) injectés de roches plutoniques de type gabbro-diorite, mis en place il y a 8,75 millions d'années (Miocène).

Dessus et en discordance, reposent d'épais niveaux d'agglomérats sur plus de 1000 mètres d'épaisseur (2° et 3° phase). Ces agglomérats sont armés par un réseau dense de filons et dykes qui constituent les reliefs déchiquetés des Monts Duclesmeur et Lesquin. La phase troiss'achève il y a environ 1 million d'années (Pléistocène) par des émissions de laves basaltiques dont la composition varie de l'hawaiite à l'océanite.

L'activité terminale (phase 4) se caractérise par des cônes stromboliens (notamment au Mont Marion). Elle est évaluée à moins de 200.000 ans (certains appareils à moins de 5.500 ans) c’est-à-dire contemporaine ou postérieure à la grande glaciation de calotte qui a recouverte l'île de l'Est, comme l'est aujourd'hui l'île Bouvet dans l'Atlantique Sud.

Cette glaciation a profité du réseau de failles et de dykes, de la nature friable des agglomérats pour modeler des vallées abruptes et courtes. Les falaises qui protègent l'île de toutes parts, sauf aux débouchés des vallées glaciaires, témoignent d'une intense érosion littorale.

En regard à son histoire volcanologique récente, on peut considérer l'île de l'Est comme potentiellement active, mais à un degré moindre que peut l'être la Possession ou les Cochons.

 Les séries de laves s'échelonnent chimiquement des océanites, ankaramites aux basaltes feldspathiques et hawaiites, c’est-à-dire qu'elles correspondent au fractionnement de laves alcalines issues d'une différentiation partielle et sous faible pression du manteau océanique.

 

                              Gorfou doré - Eudyptes chrysolophus - photo S. OuachéeEudyptes chrysolophus- Gorfou doré -Macaroni penguin - ph.

Les îles Crozet abritent quatre espèces de manchots, surtout des gorfous dorés (4 millions d’individus, également appelé gorfou macaroni) et des manchots royaux (sous-espèce patagonicus). Le gorfou sauteur et le manchot papou sont également représentés.

Parmi les autres animaux vivant sur les îles Crozet, on trouve d'autres oiseaux marins : pétrels (pétrels géants, pétrels à menton blanc, petits pétrels), albatros (albatros hurleurs, albatros à tête grise, albatros à sourcils noirs, albatros à bec jaune, albatros fuligineux), skuas, goélands dominicains, et des mammifères marins : otaries, éléphants de mer, orques.

 

Sources :

- Les auteurs des articles sur la volcanologie référencés pour chaque île.

- Géologie des îles Crozet - A. Giret & al. - link

- L'archipel des Crozet - Ile de La Possession - link

- Ornitomédias - Les oiseaux de La Possession - link

Commenter cet article

BRAY 13/11/2014 15:18

Première escale pour mon fils Jean Charles!!!!

Articles récents

Hébergé par Overblog