Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

  discovery_fuji_600.jpg

                                            Le Fuji-san chapeauté  - photo Declan Murphy

 

Fuji----SE---M.Shirao-07.01.2010.JPG

                       Le Fuji-san, vu du sud-est - photo M.Shirao, le 07.01.2010.


Le mont Fuji est situé dans le centre  de l'île principale de Honshu, encadré par les Alpes japonaises au nord-ouest et l'océan Pacifique au sud-est. S'élevant à 3 776 mètres d'altitude au pic appelé Shin-Fuji , il constitue ainsi le point culminant du Japon  , visible les jours de beau temps deTokyo, situé à moins de 100 kilomètres au nord-est.

Il est bordé au nord par les cinq lacs Fujigoko : le lac Motusu, le Shoji, le lac Sai, le lac Kawaguchiet le lac Yamanaka.  À ses pieds s'étend la forêt d'Aokigahara.

La topographie est celle d'un stratovolcan : cône symétrique de trente kilomètres à la base, ses pentes régulières s'élèvent à 3.776 mètres d'altitude, conférant à ce volcan un volume impressionnant de 870 km³.

 

Fuji-crat.sommit.---S.Nakano.JPG

                      Le cratère sommital du Fuji-san  -  photo GSJ by S.Nakano.


Le cratère sommital est large de 5 à 700 mètres, pour une profondeur variant entre 100 et 250 mètres.

La seule irrégularité de ses pentes est constituée par le cratère Hôei-san, situé à 2.300 m. d'altitude.

 fuji---T.Iwaya.JPG             Topographie du Fuji-san et des cins lacs Fujigoko. Doc.GSJ.

Toponymie et étymologie :

L'origine du nom Fuji reste incertaine. Une étymologie populaire récente affirme qu'il provient de 不二 (négation + chiffre 2), signifiant « sans égal ». Une autre affirme qu'il provient de 不尽 (négation + « échappement »), signifiant « sans fin ». Un enseignant classique japonais de la période Edo, Hirata Atsutane, explique quant à lui que le nom est dérivé d'un mot ayant pour sens « une montagne s'élevant avec la forme de l'épi d'un plant de riz ». Un missionnaire britannique, John Batchelor (1854-1944) émet l'hypothèse que le nom provient du mot aïnu pour « feu » (fuchi) de la déesse Kamui Fuchi mais il est contredit par le linguiste japonais Kyōsuke Kindaichi (1882-1971) sur la base des développements phonétiques. Aussi, huchi signifie « vieille femme » et ape « feu », ape huci kamuy étant la déesse du feu. Des recherches sur la distribution des noms de localités incluant fuji suggère que l'origine du nom est yamato plutôt que aïnu. Enfin, un toponymiste japonais, Kanji Kagami, explique que le nom a la même racine que « glycine» (fuji) et « arc-en-ciel » (variante de niji) et provient de ses « longues pentes bien formées »     . Un texte du Taketori monogatari   dit que le nom vient d'« immortel » (不死, fushi) et de l'image d'abondants (富, fu) soldats (士, shi) grimpant les versants de la montagne.

 

Formation :

La forme conique régulière du Fuji-san, symbole d'une perfection toute japonaise, ne reflète pas son origine complexe.

Les études géologiques ont déterminé quatre phases d'activité volcanique distinctes dans la formation du mont Fuji. La première phase, appelée Sen-komitake, est composée d'un cœur d'andésite récemment découvert en profondeur sous la montagne. La deuxième, Komitake-Fuji, consiste en une couche de basalte probablement formée voici plusieurs centaines de milliers d'années. Il y a 100 000 ans environ, le « Vieux Fuji » se serait formé par-dessus le Komitake-Fuji.

Le stratovolcan symétrique moderne s'est construit à une époque post-glaciaire sur ce groupe de volcans qui se chevauchent.

La croissance du jeune Fuji a débuté, entre 11.000 et 8.000 ans avant JC. par de volumineuses coulées de laves, qui ont produit les 4/5 du volume du volcan.

L'activité se traduit ensuite, de 8.000 à 4.500 avant JC., par des éruptions explosives mineures, puis par des coulées de laves majeures entre 4.500 et 3.000 avant JC.

Ensuite, des éruptions explosives se succèdent par intermittence, accompagnées de coulées pyroclastiques et de lave.

Entre 3.000 et 2.000 avant JC., ce sont les éruptions sommitales qui dominent; puis l'activité se déplace vers les évents de flancs.

 

Les flux basaltiques émis par le cratère sommital et les quelques cent cônes de flanc sont bloqué les drainages côté nord, permettant la formation des "cinq lacs du Fuji".

Le mont Fuji est actuellement classé actif avec un faible risque éruptif. La dernière éruption enregistrée a commencé le 16 décembre 1707 et s'est terminée autour du 24 février 1708, durant l'époque Edo. Elle est parfois appelée « grande éruption Hôei». Pendant cet évènement, un nouveau cratère, ainsi qu'un second pic, appelé Hōei-zan, se sont formés à mi-pente  , sur le versant sud-est de la montagne. Les scientifiques prédisent une activité volcanique mineure dans les prochaines années.

 

Fuji-et-Hoei-crat.du-SE---S.Suto-2005.JPGLe cratère sommital et le cratère Hôei, vus du SE. - photo S.Suto 2005 / GSJ.

 

Les éruptions les plus importantes :

- 1350 avant JC : VEI 5 - vol.téphras émis : 1.100 Mm³

- 1030 av. JC : VEI 4+ - vol.téphras émis : 650 Mm³

- 930 av. JC : VEI 5 - vol.téphras émis : 1.300 Mm³

 

- 800 après JC : VEI 4

- 864 ap. JC : VEI 3 - vol. laves émis : 1.300 Mm³

  de la lave comble le vaste lac Senoumi, le divise en deux pour

  former les actuels lacs Sai et Shoji ; c'est "l'Aokigahara lava"

   lieu actuellement couvert par le forêt d'Aokigahara.

- 1707 ap. JC : VEI 5 - vol.téphras émis : 2.100 Mm³ - cratère Hôei

 

Le Fuji : sacré montagne et montagne sacrée.

Le mont Fuji est une montagne sacrée depuis le 7°siècle  De nombreux synonymes japonais du mont Fuji rendent eux aussi compte de son caractère religieux.

Dans le shintoïsme, la légende raconte qu'un empereur ordonna de détruire au sommet de la montagne un élixir d'immortalité qu'il détenait : la fumée qui s'en échappe parfois serait due à ce breuvage qui se consume.

fuji-2-ceb36.jpgDe plus, selon la tradition, les divinités shintô Fuji-hime et Sakuya-hime y habiteraient tout comme Kono-banasakuya-hime, « La princesse qui fait fleurir les arbres » (en particulier les cerisiers).

 


Le bouddhisme vénère quant à lui sa forme rappelant le bouton blanc et les huit pétales de la fleur de lotus.Toutes ces raisons font que son ascension est interdite aux femmes jusqu'en 1872: une chapelle appelée Nyonin-do (« refuge des femmes ») leur permet d'attendre à l'abri leurs maris, fils ou frères.

Des confréries (fuji-kô) se sont établies depuis le 17° siècle au pied du Fuji afin de vénérer la montagne et d'y organiser des pèlerinages. C'est à l'époque du décès de Jikiguô Miroku, mort en jeûnant au mont fuji,en 1733, que la foi s'est transformée en religion et que l'ascension est devenue rituelle.

 

fuji07.jpg

 

Pour ceux que l'ascension intéresse :

L'équipement "montagne-de nuit" est indispensable, la nourriture et la boisson aussi !

Actu-7-0464-copie.jpgOn peut acheter pour 1200 yen un bâton de pèlerin, muni de clochettes et d'un fanion, que l'on fera estamper à chaque refuge ... souvenir !

Les pistes (au nombre de 4) vous menant au sommet se trouvent sur la partie est du volcan. Les pistes sont divisées en 10 étapes. A chaque étape vous trouverez une infrastructure d’accueil plus ou moins sommaire.
Des bus peuvent vous conduire directement à l’étape n°5. Au-delà il vous faudra marcher. De l’étape n°5 au sommet il vous faudra environ 5 heures par la piste Kawagusgi-ko, 4h30 par la piste Subashiri, plus de 8 heures par la piste Gotenba et, environ 3h30 en utilisant la piste Fujinomiya.
Un sentier accessible par l’ensemble des pistes au niveau de l’étape n°5 permet de faire le tour du mont Fuji. Pour cette promenade il vous faudra plus d’une heure.
Les piste sont ouvertes en été (juillet - août). Le soleil peut vite devenir insupportable. Aussi nous vous conseillons de grimper de nuit et en semaine (moins de monde).
Vous assisterez ainsi au lever du soleil, un événement particulièrement apprécié des Japonais.

 

Demain, les "onzen" ...

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Fuji

- USGS photo glossary : VEI - Volcanic explosivity index

- liste des éruptions de VEI > 4, durant l'holocène sur le GVP

- fiche pratique pour la montée au fuji - lien

Commenter cet article

Bernard Duyck 23/09/2010 14:20



@patrick raous :


mea culpa, ...enfin à moitié : j'ai recherché les références en fonction des deux volcans -que je joins en annexe. ...et ils ont étiquetté des deux noms différents.


Comme je manipule un tas de pages web, je ne me suis pas rendu compte de l'erreur ; les nuages lenticulaires se forment couramment sur les stratovolcans, et le Fuji et l'Ararat ont tous deux des
lacs à proximité. Ceci dit, merci au lecteur perspicace et à l'oeil aiguisé qui me l'a signalé ... j'ai réparé mon erreur.


Cordialement, Bernard


annexe:


Ararat : http://4.bp.blogspot.com/_6dIj_ygcqqA/TCC1sLuZm_I/AAAAAAAAAGw/9WcArDNVIe0/s1600/mount_ararat_695.gif


Fuji : http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=4047



Articles récents

Hébergé par Overblog