Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu
Un retour vers deux favoris : le mont Fuji et le peintre Hokusai, unis dans une oeuvre représentant le mont sacré depuis différents lieux, au travers des saisons.

La série "Les trente-six vues du Mont Fuji" intègre dans les thèmes de la tradition japonaise des modes de représentation occidentaux, en particulier la notion de perspective.
Vers 1830, Katsushika Hokusai contacte l'éditeur Nishimuraya Yohachi pour lui soumettre son projet de graver une série de grandes estampes de paysage sur un thème unique. Dix Estampes paraissent d'abord, dont "La grande vague de Kanagawa ", "Le Fuji par temps clair " et "L'orage sous le sommet", considérées comme les trois plus célèbres ... mais d'autres sont aussi représentatives de l'ukiyo-e, la peinture dite du "monde éphémère".

Hokusai---Ushibori-dans-la-province-deHitachi-20-vue.jpg
"Ushibori dans la province de Hitachi"  (Jôshû Ushibori) - 20° vue. - 259 x 373 mm.
Réalisé entre 1829 et 1833, elle atteste d'une recherche géométrique poussée : la proue d'une grande jonque forme la diagonale de la composition, renforcée par la ligne du mât abaissé; elle sépare l'estampe en deux parties : d'une part, le mont Fuji, immobile, d'autre part, une scène de la vie quotidienne.
Elle est d'une quiétude parfaite, mais un seul bruit et un seul mouvement, celui de l'homme versant l'eau de cuisson du riz dans le marais, provoquent l'envol de deux échassiers au cou replié, des hérons.
Moment éphémère, action humaine courte mais décortiquée avec attention ... caractéristique de l'ukiyo-e.

Hokusai---Kajikazawa-dans-la-province-de-Kai.jpg
"Kajikazawa dans la province de Kai " - (Kôshu Kajikazawa) - 15° vue - 255 x 377 mm.
Cette vue marque une forte opposition entre l'immuabilité de la montagne sacrée, sortant de la nappe de brume et l'animation du premier plan, où un pêcheur s'arcboute sur un éperon rocheux pour arracher, aux flots tumultueux de la rivière, son filet qu'on devine bien chargé.
L'estampe témoigne d'un emprunt aux peintres chinois, par un avant-plan plus chargé, eaux déchainées, le rocher et les pêcheurs dans leur activité, contrastant avec une zone plus épurée, formée par le ciel et la nappe de brouillard d'où émerge la montagne.

La géométrie de la composition repose sur deux triangles imbriqués : celui du mont Fuji, et celui formé par le promontoire, le pêcheur et ses lignes.

 

Sources :

- Musée Guimet - rétrospective du fond d'art graphique - "Hokusai, l'affolé de son art"

- L'avènement de l'estampe de paysage au 19° siècle - par J.Bouquillard

- L'apparition de l'ukiyo-e à l'époque d'Edo - par J.Lambert.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog