Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Un monument à la tolérance sous Tindaya, un projet du sculpteur Chillida.

 

Tindaya----destinoactuales.jpg                            La montagne de Tindaya - photo destinoactuales

 

La naissance du projet :

Le sculpteur basque Eduardo Chillida a imaginé ce projet pharaonique en Eduardo Txillida Juantegi in Basque, (10 January 1924 – 11985, après avoir lu un vers de Cántico, et un rêve nocturne, celui d’une montagne évidée qui viendrait rappeler à l’homme sa petitesse et serait un monument à la tolérance.

 

Eduardo Txillida Juantegi, sculpteur Basque, (10 January 1924 – 19 August 2002)


Après l’élimination de différents sites au Chili, en Finlande et en Suisse, Chillida a trouvé sa montagne sacrée en 1994, et sélectionné le Mont Tindaya, sur l’île de Fuerteventura aux Canaries.

L’idée d’une chambre vide créée en creusant la montagne a évolué ensuite vers la création d’un espace caverneux , mais empli de tranquili

té, vécue par l’avancée de la lumière solaire, puis de l’éclairage de la Lune.

 

Projecto Chillida

La caverne devait consister en une pièce centrale de 49 m. sur 65, et haute de 45 m., pouvant contenir le Panthéon de Rome. La pièce et toutes ses parois devaient être plane et creusées in situ dans la montagne. La lumière est diffusée par deux puits, le petit de 20 x 20 x 65 m., le plus grand de 30 x 21 x 65 m. L’accès des visteurs se ferait par un tunnel long de 68 mètres, par lequel une vue sur la mer est conservée.

 

Arup-Engineering-schematic-of-Eduardo-Chillida-Mount-Tinday.jpgPlans du projet Tindaya - doc. Arup Engineering schematic of Eduardo Chillida Mount Tindaya Cavern


Chillida aurait déclaré : " ma sculpture voulait cette montagne, il est temps maintenant de voir si la montagne veut ma sculpture "

Voici le projet en images de synthèse :

 

 

 

Les difficultés :

Après une première évaluation technique, il apparait que la chambre ne peut excéder 40 mètres de côté et qu’il faudra aménager au préalable une structure de poutrelles et de béton pour supporter le poids de la montagne, celle-ci n’étant pas constituée de roche massive.


La volonté de l’artiste s’est ensuite heurtée à la fronde des écologistes, des archéologues et anthropologues, pour qui le projet Tindaya porterait atteinte au patrimoine naturel et culturel de l’île et de l’archipel.

Art pariétal contre art moderne, un combat qui pourrait se solder par l’endommagement des gravures podomorphes, héritage de la civilisation berbère antérieure à la colonisation espagnole.

 

Tindaya---kaarel.sikk.info.jpg                      Tindaya - pétroglyphes podomorphes - photo kaarel.sikk.info

 

Cette sculpture monumentale devant être un monument à la tolérance et une œuvre d’art destinée au peuple des Canaries, Chillida écrivit, juste avant son décès en 2002, " je ne veux pas être une source de division, ou une pierre jetée au sein de combats politiques, que je ne comprends pas, et dans lesquels je n’ai pas le désir de m’impliquer ".


Vers une solution post-mortem :

Après une paralysie à plusieurs reprises, le projet semble revivre en 2008 : une rencontre entre le gouvernement des Canaries et la famille Chillida le relance sous forme d’organisation d’un concours public pour l’attribution du projet, dont la réalisation devrait coûter  75 millions d’euros.  Les autorités veulent promouvoir un tourisme de qualité, pour briser le cercle vicieux de l’urbanisation " sun and beach ", et le remplacer par ce projet rendant une identité à cette île désertique et à ses habitants. Des discussions sont toujours actuellement en cours, les détracteurs arguant de la non-solvabilité de l’entreprise et des risques encourus par les pétroglyphes.

Le projet a finalement été stoppé en 2010.

 

Eloge-a-l-horizon---chillida-Gijon-Spain----Roberto-Suiera.jpgWind_Comb_Chillida---San-Sebastian----Wouter-Homs.jpg

Des oeuvres de Chillida - à gauche Eloge à l'horizon - à Gijon, Espagne  - photo Roberto Suieras Revuelta - à droite, Wind Comb - à San Sebastian - photo Woure Homs

 

Sources :

- Euromag - Eduardo Chillida, un tailleur de pierre et d'acier - link

- Architectuul - Montana Tindaya, by Ed. Chinchilla - link

- Hollandse Nieuwe - Gran Canaria - Vrij baan voor Chillida-hahwerk in Tindaya - link

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog