Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

 

En guise d'introduction à une série sur les volcans du Japon :


800px-Red_Fuji_southern_wind_clear_morning.jpg

"Mont Fuji par temps clair avec une brise du sud"  - Katsushika Hokusai - 1831 - Rijksmuseum Amsterdam - RP-P-1952-183

 

 

Cette oeuvre de l'artiste japonais Katsushika Hokusai porte le titre poétique de "Mont Fuji par temps clair avec une brise du sud" ; elle porte aussi la dénomination de "Red Fuji" en rapport avec la teinte du cône volcanique.

MtFujiRestStation.jpgCette teinte n'est pas qu'artistique; elle reflète la teinte des roches sur les pentes volcaniques, comme en témoigne cette photo d'une halte sur le chemin de pèlerinage.

 

 

Chaque épreuve est, à la base, une gravure sur bois ... et en révèle certaines imperfections ou caractéristiques structurelles, qui en font une oeuvre unique : le fil du bois est visible (flèches rouges) sur le cône ; et la transition entre la couleur brun-rouge du cône et le versant arboré de la montagne est parcouru de stries (étoile jaune) .

 

Red Fuji by Hokkusai copie

                                       Red Fuji - détail de l'oeuvre et ses particularités.


Des fac-simile ou des copies de cette oeuvre existent en grand nombre et dans différents musées ... seuls les spécialistes sont capables de discerner les originaux.

 

Elle fait partie de la série "les trente-six vues du Mont Fuji" . Hokusai fut le précurseur et un des maîtres du mouvement artistique "Ukio-e".

L'Ukiyo-e ( 浮世絵 ) , terme japonais signifiant « image du monde flottant », est un mouvement artistique japonais de l'époque Edo (1603-1868) comprenant non seulement une peinture populaire et narrative originale, mais aussi et surtout les estampes japonaises gravées sur bois.

Après des siècles de déliquescence du pouvoir central suivie de guerres civiles, le Japon connaît à cette époque, avec l'autorité désormais incontestée du shogunat Tokugawa, une ère de paix et de prospérité qui se traduit par la perte d'influence de l'aristocratie militaire, et l'émergence d'une bourgeoisie urbaine et marchande. Cette évolution sociale et économique s'accompagne d'un changement des formes artistiques, avec la naissance de l’ukiyo-e et de ses estampes peu coûteuses, bien loin de l'aristocratique école de peinture Kano.

Dream_of_the_fishermans_wife_hokusai.jpgLes thèmes de l’ukiyo-e sont également tout à fait nouveaux, car ils correspondent aux centres d'intérêt de la bourgeoisie : les femmes et les courtisanes célèbres, les scènes érotiques ( illustré par "Le rêve de la femme du pêcheur", qui mêle fantastique , onirique et érotique - image shunga : estampe japonaise érotique de style ukiyo-e , Hokusai 1830), le théâtre Kabuki et les lutteurs de sumo, le fantastique, les calendriers et les cartes de voeux, le spectacle de la nature et des lieux célèbres.

 

Alors qu'il passe au Japon pour vulgaire de par sa valorisation de sujets issus du quotidien, ce genre connaît à la fin du XIXe siècle un grand succès auprès des Occidentaux, après l'ouverture forcée du pays sur le monde extérieur à partir de 1858. Les grandes collections privées d'estampes japonaises d'Europe influencent alors fortement la peinture européenne et, en particulier, " les impressionnistes". (Wikipedia)

 

Les épreuves d’estampes ukiyo-e sont produites de la manière suivante   :

 

1. l’artiste réalise un dessin-maître à l’encre, le shita-e. Ce dessin sera détruit au cours de la seconde étape. 

Ukiyo-e dsc04680 - David Monniaux2. l’artisan graveur colle ce dessin contre une planche de bois (cerisier ou catalpa), puis évide à l'aide de gouges (marunomi) les zones où le papier est blanc, créant ainsi le dessin en relief sur la planche, mais détruisant l’œuvre originale au cours de ce processus ;  

3. la planche ainsi gravée (« planche de trait ») est encrée et imprimée de manière à produire des copies quasiment parfaites du dessin original ;  

4. ces épreuves sont à leur tour collées à de nouvelles planches de bois, et les zones du dessin à colorer d’une couleur particulière sont laissées en relief. Chacune des planches imprimera au moins une couleur dans l’image finale. Ce sont les « planches de couleurs » ;

220px-Ukiyo-e dsc04679 - D.Monniaux5. le jeu de planches de bois résultant est encré dans les différentes couleurs et appliqué successivement sur le papier. Le parfait ajustement de chaque planche par rapport au reste de l'image est obtenu par des marques de calage appelées kento. L'encrage est obtenu en frottant le papier contre la planche encrée à l'aide d'un tampon baren en corde de bambou.

Documents David Monniaux / Wikipedia.

 

Vous pouvez voir sur ce blog un autre article sur les "Trente-six vues du Mont Fuji" peintes par Hokusai.

 

Sources :

- Rijksmuseum Amsterdam

- Mouvement artistique Ukiyo-e / Wikipedia.

- Liens sur Hokusai dans "ArtCyclopedia"

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog