Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

La toute récente éruption du volcan Concepcion au Nicaragua m'a remis en mémoire une peinture naïve que j'avais pu observer au petit musée du Masaya.

Elle représente de façon synthétique ce pays pauvre, actuellement sous statut politique de "république parlementaire" et dirigé par l'ancien révolutionnaire sandiniste Daniel Ortégua.


costa-Rica-092-copie.jpg

                           Tableau du musée du Masaya, Nicaragua  -  © B.Duyck



Autour de ces lacs, des rivières qui les alimentent et des fleuves qui les traversent et le long de la côte Pacifique vit la majorité de la population, dans des vallées humides, sur les flancs de montagnes et sur les plaines sèches de brousse. La partie est du pays, exposée aux fortes précipitations, ouragans et cyclones qui traversent régulièrement la mer des Caraïbes, est très peu peuplée, sauf sur quelques ports de la côte atlantique et sur les îles de la mer des Caraïbes.
Le Nicaragua, peuplé en majorité de métis, a une économie essentiellement agricole. Le tourisme se développe, et sera peut-être exploité écologiquement à la manière de son voisin le Costa Rica ... le potentiel nature, faune et flore, est présent en tous cas !
La proximité des animaux et des hommes représentée sur ce condensé naïf veut donner une image de vie paisible, simple, heureuse et en relation proche avec la nature.
De nombreux volcans, faisant partie de la "ceinture de feu du Pacifique" ponctuent le paysage marqué par deux grands lacs, le lac Nicaragua et le lac de Managua.
Ce peuple méso-américain reste, comme ses ancêtres Mayas, attentif aux astres et à leur course : ceci symbolisé ici par l'oiseau mythique Quetzal (*), qui semble unir le soleil et le quartier de lune dans une courbe gracieuse de ses plumes caudales, renforcée par celle de la queue de comète. Ce passage du jour à la nuit est souligné par la courbure des branches de l'arbre fruitier d'une part, et d'autre part par l'arrondi des berges du lac.

2.jpg                        Quetzal resplendissant - Pharomachrus mocinno - photo Oiseaux.net

(*) le Quetzal :

Le nom de Quetzal (ou Couroucou royal) désigne 5 espèces d'oiseaux de la zone néotropicale appartenant au genre Pharomachrus et à la famille des trogonidés.

Son nom est présent dans celui du dieu Quetzalcoatl, qui signifie « serpent à plumes » ou « serpent quetzal », dont il est une des formes. Chaque année, à la fin de la nidification (construction du nid), l'oiseau perd ses plumes qui repousseront l'année suivante. Pour les Mayas et les Aztèques, le quetzal était un oiseau sacré, dont les plumes étaient très prisées. La femelle n'a ni longue queue ni poitrine rouge.

Le quetzal vit difficilement en captivité : c'est pourquoi il est symbole de liberté.

Pour ceux qui veulent se retremper dans les volcans du Nicaragua, consultez les articles du 24.11 au 01.12, sur ce blog.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog