Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Petit rappel : le massif de l'Estérel, apparu pendant l'intense phase de volcanisme au Permien, a été ensuite érodé durant l'ère secondaire (150 Ma). Le soulèvement des Alpes, à l'ère tertiaire, fait basculer le socle et provoque un effondrement d'une partie de celui-ci en mer.
Ces mouvements tectoniques vont fracturer le socle et faire le lit d'une nouvelle phase volcanique : vers 60 Ma, un volcanisme "avorté" se manifeste, non pas par de nouveaux volcans, mais par l'intrusion de lave sous forme de sills épais en quelques endroits du massif des Maures et de l'Estérel, en particulier vers le Dramont.

De gauche à droite, la plage du Dramont (décharge des déchets de carrière) et les carrières du Dramont, vues du sémaphore du Cap Dramont - © B.Duyck


Carrière d'estérellite du Dramont, reconvertie en base nautique - © B.Duyck


L'estérellite est une microdiorite quarztique, renfermant des phénocristaux de plagioclases zonés d'amphiboles et de biotites; on rencontre parfois des phénocristaux de quartz et de feldspath. Les minéraux accessoires sont la magnétite, l'apatite et le zircon.

 Estérellite de la carrière du Dramont, faciès à amphiboles et pyroxène - © B.Duyck



La composition chimique est celle d'andésites et dacites subalcalines; les teneurs en éléments traces sont caractéristiques de laves de lignées calco-alcalines, propres aux zones de subduction.


Exploitée depuis l'époque romaine, l'estérellite a été extraite de nombreuses carrières des environs de StRaphaël; surtout utilisée pour le pavement des routes, on en retrouve sur des portions de la "Voie Aurélienne" à Fréjus. Sa forte résistance - 5 tonnes au cm²- en a fait un matériau de construction de routes au moyen-âge : les pavés ne se cassaient pas sous les roues cerclées des chariots de l'époque.
La carrière du Dramont connut un regain d'activité entre 1850 et 1959, avec une sortie de 2 à 300 tonnes de roches par jour.
L'estérellite est actuellement extraite de la carrière des "Petits Caous", située au NO. de celle du Dramont.

La plage du Dramont avec ses gros galets gris-bleu était en fait une aire de stockage des déchets de la carrière du même nom. La mer, avec ses flux et reflux, les tempêtes ont façonné ces pierres jusqu'à les rendre lisses et douces, donnant un cachet spécial à cette plage bordée de pins.

   La plage du Dramont et ses célèbres galets d'estérellite,

   en face de l'île d'Or - © B.Duyck


Cette plage a été choisie par les Américains pour le débarquement de Provence... parce qu'une plage de galets ne se mine pas et permet aux engins d'accoster plus facilement.

            Le débarquement sur la plage du Drammont en août 1944 - en fond, l'île d'Or .
                                                     archives provençales.

  L'île d'Or, constituée de rhyolite amarante, vue du sémaphore du Cap Dramont - © B.Duyck


Outre son attrait photogénique, l'île d'Or en a un autre pour les nombreux"Tintinophiles" : Hergé s'en est inspiré pour son album "L'île Noire", dont l'action se passe par contre en Ecosse.
http://lemondedetintin.skynetblogs.be/

Petite histoire de l'île d'Or:
Au départ, ignorée encore des hommes, cette île sauvage et rude n'était qu'une courte halte sans intérêt car si proche du rivage.
Elle appartenait à cette époque à un certain monsieur Sergent qui l'avait acheté aux enchères à l'état, pour 280 francs en 1897 et qui la perdit au cours d'une partie de carte (bien arrosée...)au profil d'un médecin.
C'est ainsi qu'entra en scène l'original monsieur Auguste Lutaud.
C'était sans doute un homme passionné et un peu fou comme il y en avait tant au cours de cette période d'avant guerre ou les rêves les plus fous pouvait encore avoir le gout de la réalité.
C'est ainsi que monsieur Lutaud décida de construire une tour sur son île et quelle tour! : si belle du haut de ces quatre étages et crénelée comme un donjon imprenable, elle devint le fief du petit royaume de l'île d'or. Monsieur Lutaud s'auto-proclama roi sous le nom d'Auguste 1° : « Roi des Roches battues par les flots », à la fin de la construction de la tour qui alors devint le lieu de fêtes fastueuses jusqu'en 1914.

Et puis la guerre arriva et rapidement, le royaume tomba dans l'oublie alors que monsieur Lutaud disparaissait et avec lui un peu de l'âme de cette île.
Mais il est toujours là : ces cendres reposant sous un rocher de l'île. (Pendant la guerre, la tour fut pillée et incendiée).
C'est son petit fils : Olivier Lutaud qui la vendit à un officier de marine : François Bureau en 1962. Ce dernier lui rendit un peu de ses couleurs d'antan en particulier par la création d'un jardin méditerranéen.
Monsieur Bureau était donc un homme très apprécié qui avait pour habitude de faire tous les jour le tour de son ile à la nage. Il fit d'ailleurs une dernière fois, un jour, le tour de son île qu'il ne put terminer :c'était le 16 août 1994.
50 ans presque jour pour jour après le débarquement des soldats français et américains sur la plage du Dramont.
L'île appartient toujours à la famille Bureau. Vous ne pourrez pas pique niquer sur l'île puisque c'est une propriété privée mais vous pourrez simplement accoster et en faire le tour, comme avec le chemin douanier.   (in http://www.ilerouge.fr/ )



Panorama (5 photos) pris du sommet du sémaphore du Cap Dramont :

 de G. à D., Boulouris, la plage et les carrières du Dramont,
la rade d'Agay avec le Rastel d'agay, le Cap Roux et
la pointe de La Baumette.

Sources : documents lithothèque PACA.
- carte géologique : http://www.lithotheque.ac-aix-marseille.fr/Affleurements_PACA/83_esterellite/carte_geologique_esterellite.htm

- http://www.lithotheque.ac-aix-marseille.fr/Affleurements_PACA/83_esterellite/83_esterellite_index.htm



Commenter cet article

MEURER Alain 23/10/2010 23:11



Bravo pour ces explications, mais, d'où vient l'eau qui a permis de transformer la carrière en lac ?


Merci, cordialement


Alain MEURER



Ughetto 23/07/2015 15:33

Bonjour, cette eau est celle tombée du ciel : roche et carrière sont imperméables. Depuis que les carrières ne sont plus en activités, personne ne pompe l'eau !Ce n'est que de l'eau de pluie et un peu des ruissellements environnants!

Bernard Duyck 26/10/2010 08:27



Bonjour,


Je ne connais pas l'hydrologie de la région en détail, mais pour habiter une région de carrières en Belgique (le Tournaisis) ... je peux dire que bien souvent une double alimentation est en cause
: eaux pluviales et source(s) sous-terraine devenant sous-lacustre. Cette alimentation par les sources est d'ailleurs fort prisée par les oiseaux d'eau, car ce sont les dernières surfaces libres
en cas de gel, du fait du brassage continuel des eaux.


Je ne saurai en dire plus pour l'instant


Bernard



Articles récents

Hébergé par Overblog