Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’éruption du 20 novembre 2013, au large de l’île Nishino-shima, dans l’archipel d’Ogasawara / arc volcanique Izu-Bonin, et son évolution dans la quinzaine suivante, nous permettent de revenir sur ce type d’éruption, défini lors de l’éruption islandaise qui a formé l’île de Surtsey en 1963.


Une éruption surtseyenne type est caractérisée par trois phases : une phase sous-marine, une phase hydromagmatique et une phase aérienne.

 

Phase 1 – sous-marine : la lave sort d’une fissure sous-marine au fond de l’océan pour produire un tuya, un volcan en table, fait de pillow-lavas et de hyaloclastites ; la pression de la colonne d’eau empêche toute activité de type explosif, et le volcan sous-marin grandit jusqu’à atteindre un niveau proche de la surface.

A ce stade une décoloration des eaux permet de se rendre compte de l'éruption sous-marine.

 

Nishino-shima---Getty-images-20.11.2013.jpg

Panache cypressoïde et vapeurs d'eau au large de Nishino-shima le 20.11.2013 - phase deux de l'éruption - photoGetty images


Phase 2 - hydromagmatique :


L’air Force Japonaise a détecté vers 10h le 20 novembre 2013 un panache de cendres à proximité  de l’île Nishino-shima. Les coast guards ont confirmé l’éruption vers 16 h, et la formation d’une île circulaire large de 200 mètres.


Lorsque la pression de la colonne d'eau devient suffisamment faible pour ne plus pouvoir contrecarrer la pression engendrée par la lave qui se fragmente, l'éruption passe dans sa phase hydromagmatique.

600px-Surtseyan Eruption-fr.svgSous l'effet du choc thermique engendré par la rencontre entre de l'eau à quelques degrés Celsius et de la lave chauffée à plus de 1 000 °C, cette dernière se fragmente sous le coup d'explosions et l'eau se vaporise. De la surface de l'eau s'élève alors un panache volcanique essentiellement composé de vapeur d'eau mais aussi de gaz et de cendres volcaniques qui peut s'élever à des milliers de mètres d'altitude. Les gerbes de lave fragmentée peuvent, elles aussi, percer la surface de l'eau, donnant alors naissance à des panaches dits " cypressoïdes ". Par accumulation de téphras, le volcan grandit au point d'émerger peu à peu puis complètement au point que la cheminée volcanique débouche au-dessus du niveau de l'eau.

 

2013.11.21---web_full_21168560564---Japan-Daily-Press.jpgNishino-shima, le 21.11.2013 - formation d'un cône de tuff /scories - projections de bombes et paanche de gaz et vapeur - photo Japan Daily Press

 

2013.11.21-japanese-volcano-2.jpgNishino-shima, le 21.11.2013 - l'île primitive et l'éruption proche, avec la zone de décoloration -
photo Japan Coast Guards


Phase 3 – aérienne :

Le changement de style éruptif, de l’interaction explosive entre le magma et l’eau vers l’activité strombolienne, s’est produit entre le 22 et le 23 novembre. Les explosions stromboliennes projettent, en même temps qu’un panache de cendres, des bombes et des lambeaux importants de lave autour du cône récemment formé, qui retombent dans la mer, en dégazant et vaporisant l’eau qui les entoure, en créant du bouillonnement. Le 24 novembre, une coulée de lave est perçue sur le flanc sud-est du nouveau cône. Plusieurs évents sont visibles tour à tour actifs sur la vidéo ci-dessous (24.11.2013)

 

2013.11.24-Nishino-shima---2---.jpg  Nishino-shima - Le 24.11.2013, activité explosive strombolienne, accompagnée d'un panache de cendres et de coulée de lave - photo Japan Coast Guards

 

2013.11.24-Nishino-shima.jpg           Nishino-shima le 24.11.2013 - une autre vue - photo Japan Coast Guards


Cette activité magmatique va permettre la formation de scories soudées et de coulées de lave, et sa durée va conditionner les chances de survie de cette île nouvelle face à l’érosion marine, et assurer la pérennité de celle-ci après l’arrêt de l’éruption.

Début décembre, l’activité éruptive se poursuit … sa hauteur ne progresse que lentement – elle dépasse néanmoins les 50 mètres – en raison d’une activité strombolienne modérée, mais elle s’agrandit en direction du sud-est, plusieurs coulées ayant créé une plate-forme.

  

 

2013.12.01---nishinoshima---Japan-coast-guards.jpgNishino-shima, le 01.12.2013 - sur la droite de l'île nouvelle, les traces de coulées de lave - en arrière-plan, des panaches de vapeur témoignent de l'interaction entre la lave et l'eau de mer - rougoiement d'une coulée active au centre - photo Japan Coast Guards

 

k131202-13---JCG.jpg                      Schéma de l'évolution de la nouvelle île versus photos aériennes - doc.JCG

 

Une coupe de l'île et du fond marin permet de voir

- son évolution : avant l'éruption de 1973 et actuellement

- en gris foncé, l'apport sous-marin et aérien de l'éruption de 1973, qui a agrandi l'île

- en rouge, la position de l'éruption décentrée et du nouveau cône.

 

THE-ASAHI-SHIMBUN.jpg                                        doc. Asahi Shimbun

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Nishino-shima

- Japan Coast Guards - Kaiho. mlit - link

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog