Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Les Inyo craters forment une chaîne de dômes de lave, de coulées et de cratères d'explosion longue de 12 km., alignés le long de la frontière est de la Sierra Nevada.

La chaîne Inyo comprend  : Deer mountain, et les Inyo craters, North et South, Deadman Creek domes, Glass Creek dome, Obsidian dome et Wilson Butte.

 

Il existe trois étymologies possibles pour le terme Inyo. Dans les années 1850, aucun nom n'apparaît au-dessus de la chaîne de montagnes à l'est du lac Owens sur des cartes représentant la région.

Selon la première hypothèse (Chalfant), en avril 1860, vingt hommes menés par le colonel H.P. Russ et le Dr S.G. George organisent le Russ Mining District. Lorsqu'ils s'enquièrent du nom de la chaîne de montagne auprès des Indiens, leur leader Chief George leur aurait répondu « Inyo », qui pourrait se traduire par « résidence d'un grand esprit ».

Selon la deuxième hypothèse, défendue par le linguiste Madison S. Beeler, Inyo dériverait de l'Espagnol indio, « indien ».

Selon la troisième hypothèse, la plus récente, inyo serait une forme grammaticale répandue en langues numiques et ïnï-yun signifierait en panamint « dangereux, effrayant »... je penche pour cette dernière explication !

 

Inyo-craters.jpg

                                                  La chaîne Inyo craters - photo Nasa 2000

 

Les Inyo craters chevauchent la rive nord-ouest de la caldeira de Long Valley et s'étendent sur son plancher ... bien que faisant partie, chimiquement et magmatiquement, d'un système volcanique différent.

Les Inyo craters sont trois cratères d'explosions phréatiques, alignés N-S. et positionnés sur le sommet et le flanc sud de Deer Mountain.

Deer Mountain est un ancien dôme de rhyolite, âgé de 115.000 ans, résultant d'une éruption au départ du magma résiduel de La caldeira Long Valley.

Les Inyo craters ont été formés au milieu du 14° siècle, peu après l'éruption de Deadman Creek, Obsidian et Glass Creek domes, en 1350.

Les trois cratères ont été formé à peu près en même temps, en quelques heures ou quelques jours ... en commençant par celui situé le plus au nord.

Le cratère situé sur le sommet de Deer Mountain, et souvent appelé à tord cratère sommital, est petit, irrégulier , ouvert côté sud et sec.

Les deux cratères plus au sud, appelé North et South crater, sont situés Dike_explosion.gifen zone boisée et contiennent tous deux un lac; leurs dimensions sont semblables : diamètre 200 mètres et profondeur 30 à 60 mètres.

Le sol entourant les cratères est parcouru de nombreuses failles et fissures, orientées vers le nord, et conséquences du soulèvement et de l'expansion du sol au dessus d'un dyke. La rencontre entre la magma intrusif et l'aquifère a généré de violentes explosions phréatiques qui ont creuvé le manteau andésitique . De façon surprenante, aucun magma rhyolitique juvénile n'a atteint la surface au cours des éruptions (ils ne sont pas couverts par un dôme). 

 

InyoFissures2.gif                          Les cratères Inyo et les fissures et failles qui les entourent - doc. USGS

 

Inyo_craters---USGS.jpg                                       Inyo craters lake et Deer Mountain - photo USGS

 

Inyo---B-R-Eastern-sierra.jpg                                                   Inyo craters - photo B&R Eastern sierra

 

Obsidian dome, Glaas Creek dome et Deadman Creek dome sont entrés tous les trois en éruption en l'an 1350 (fixé par datation dendrochronologique). Les évents responsables de ces éruptions sont alignés nord-sud, le magma nourricier étant apporté en surface par un dyke.

La phase initiale de l'activité a été d'ordre phréatique, suivie d'une phase d'éruptions pyroclastiques, ce qui nécessite comme moteur, une quantité significative de gaz propulseur; la phase finale, avec la baisse de niveau de ces gaz, fut l'extrusion d'un dôme et sa croissance.

Le dyke nourricier coupe la frontière de la caldeira de Long Valley : c'est ainsi que l'éruption d'Obsidian dome s'est passée hors caldeira, celle de Glass Creek dome juste au nord de la paroi de la caldeira et celle de Deadman Creek dome à l'intérieur des contours de la caldeira. De plus, les deux derniers dômes contiennent une part de magma résiduel de la caldeira de Long Valley, tandis qu'Obsidian dome n'en contient pas.

 

obsidiandome-from-gcd.jpg

Obsidian dome (vu de Gloss Creek dome) - remarquez la zone de "squeeze-up" plus foncée - doc. USGS


A Obsidian dome, on remarque près du sommet des obsidiennes de couleur différente. L'obsidienne plus foncée a cependant la même composition que l'obsidienne plus claire, mais contient plus de vésicules (de bulles).

Ceci est communément rattaché à un phénomène dit de "squeeze-up", au cours duquel le magma riche en gaz de l'intérieur de la coulée est forcé  à rejoindre la surface; lorsque le matériel arrive en surface, l'expansion des gaz forme des bulles dans l'obsidienne en refroidissement ... ce qui en fait un matériel de moindre qualité pour la confection de pointes de flèches, mais un excellent exemple de "flow banding".

Le Flow banding peut se définir comme des bandes ou des couches visibles à l'oeil nu dans des roches volcaniques , qui diffèrent au niveau composition, texture, ou caractéristiques géochimiques.

 

Inyo---obsidian-dome-squeezeup---USGS-copie-1.jpg

Une géologue de l'USGS, Miss Venezky, examine de l'obsidienne hautement vésiculée dans la zone de "squeeze-up" à Obsidian dome. - doc. USGS

 

Flow-banded-obsidienne---Obsidian-dome---ph.chaotically-flo.jpg

Gros-plan sur de l'obsidienne d'Obsidian dome - sur cet échantillon centimétrique (voir taille de l'agrafe) , le phénomène de "flow banding" est accentué par l'altération superficielle par les oxydes de fer - photo chaotically flow / Cole Kingsbury.

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - 

- USGS / Long Valley Observatory - Long Valley caldera  Field guide

- AGU Blogosphère / "Magma cum Laude" : flow banding and rheomorphic deformation - by Jessica Ball

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog