Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Mangareva-depuis-Mt-Mokoto---ph-fred.jpg

               Les îles Gambier - Mangareva - point de vue depuis le Mont Mokoto - photo Fred


Les Gambier : un archipel dans un lagon.

 

iles_Gambier_image_satellite.jpg carte gambier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, vue satellite

Landsat 7.

Un pseudo-atoll : un récif corallien entoure un lagon parsemé d'îles, chacune entourée par son propre récif de corail. - A droite, carte des îles et motu émergants.

 

Panorma_Iles_Gambier---Fred.jpg         Le lagon des Gambier  -  Vue sur Aukena, Akamaru et Mangareva depuis Tepapuri - photo Fred

 

Les îles Gambier forment un archipel situé à l'extrémité sud-ouest des Tuamotu , composé de dix îlots à base volcanique sur laquelle se sont développés des madrépores; une ceinture de coraux l'enveloppant tout entier semble indiquer l'ancien pourtour d'un massif, maintenant en partie submergé. 

Les quatre îles principales, les seules habitées, sont Mangareva, Taravaï, Akamarti, Aukena; Des passes permettent l'entrée aux navires pour venir mouiller en sûreté dans le port de Rikitea (île de Mangareva). Un aérodrome existe sur le motu Totegegie.

Les paysages sont majestueux dans les couleurs variantes : dégradés de saphir, indigo et turquoise des lagons contrastant avec le vert intense des cocotiers où parfois on distingue des vestiges, des ruines abandonnées d’anciens édifices religieux.

Contrairement aux précédents archipels, le climat est frais car les îles se trouvent au sud, dont la température peut atteindre les 12°C au mois de juillet.

 

Mangareva-et-le-lagon-des-gambier--ph-fred.JPG                   Mangareva et le lagon des Gambier - photo Fred.


Mangareva est la principale et la plus centrale des îles Gambier mesurant 8 km de long sur 1,5 km dans sa plus grande largeur (15,4 km²). Son chef-lieu ainsi que celui des Gambier est le village de Rikitea. Les points culminants de l'île sont le Mont Duff à 441 m et le Mont Mokoto à 423 m. Mangareva signifie en polynésien "montagne flottante ".

 

PanoMontDuff---ph.Fred.jpg                                            Mangareva - le Mont Duff - photo Fred

 

rikiteavillage.jpg                     Mangareva - le village de Rikitea, vu du lagon - photo Tahiti tourisme.


  Les dix îles volcaniques des Gambier sont formées de basaltes caracterisés par leur variabilité. Les analyses chimique et normative des tholéiites montrent une differenciation entre les micropyroxenes et plagioclases. Leur enrichissement en olivine les transforme en océanites. Les coulées les plus hautes sont des basaltes alcalins avec expression extrusive en dykes. L'analyse volcano-tectonique révèle l'existence du point zéro des iles Gambier, fixe et générateur de magma dans la plaque du pacifique, mais n'ayant plus fonctionné depuis 5 millions d'annees

(REGARDS-CNRS)

 

Taravai-du-mtDuff---Sd-Orgeval-Tara-expe.jpgArchipel des Gambier - Taravai, le seconde grande île, vue depuis le Mt Duff (sur Mangareva) - photo S. d'Orgeval / TARA expédition.

 

Peuplé autour de l’an mille par des Polynésiens, l’archipel est probablement à l’origine d’une migration vers l’île de Rapanui (l’île de Pâques).

Découvertes à la fin du 18° siècle par le missionnaire américain J. Wilson, les îles ne seront visitées qu’en 1826 par le capitaine britannique Sir William Beechey.

Puis le destin des Mangaréviens sera marqué par la théocratie installée par des missionnaires catholiques, les pères Honoré Laval et François d'Assise Caret, accompagnés du frère Colomban Murphy.

Si l’on se réfère aux textes officiels, et notamment ceux de la Congrégation des Sacrés-Cœurs (les frères de Picpus), le père Laval a sauvé le peuple mangarévien de l’ignorance et de la barbarie.

En réalité, une conversion massive imposée, la destruction de la culture traditionnelle, avec l’installation des églises sur les marae, va précipiter l’exode des récalcitrants … A l’arrivée du trio de missionnaires le 7 août 1834, la population de l’archipel est estimée à environ 5 000 âmes. Au départ du père Laval (1871) elle est à peine supérieure à 500 individus et elle continue de chuter, puisqu’en 1887, il ne reste plus que 463 Mangaréviens.

Paradoxalement, la majeure partie des connaissances sur Mangareva leur sont dues ; ils recueillent les histoires, les mythes, les coutumes mangaréviennes et envoient en Europe les dernières sculptures restées intactes après les installations missionnaires dans l’archipel.

 

Une exposition au Musée du quai Branly en 2009, intitulée " Mangareva, MQB-DP-Mangareva-pantheon-de-polynesie-FR01.jpgpanthéon de Polynésie " va mettre en lumière la religion mangarévienne, qui est organisée autour des dieux et des esprits des ancêtres qui résident dans un monde immatériel po, divisé en cinq espaces : Hapai destiné aux divinités bienfaisantes de première classe, Te Matagi, Havaiki, et Pouaru pour les dieux malfaisants et Te Piaoi pour les esprits des morts sans funérailles ou victimes de famine.

Affiche de l'expo.

 D’après la mythologie, les dieux majeurs etua nui, sont Atu motua, Atu moana, Tagaroa-mea, Atea et leurs descendants directs. Tagaroa-mea et Haumea engendrent les principaux dieux invoqués par les Mangaréviens.

Le premier-né est Tu, le dieu de l’arbre à pain. Rogo est le dieu du rega (tumeric), de la pluie et de l’abondance. Le dernier, Te Pari donne naissance à Tiki, qui est considéré comme étant à l’origine des Mangaréviens. En effet, en refusant de retourner dans le Po, le monde des dieux, avec sa femme Hina one qu’il avait modelée avec de la terre, Tiki devient le créateur de l’humanité.

 

Rongo3-c-MCHM-Photo-Nelly-Blaya.jpg800raoquaibranly2.jpg

 

A gauche, figure de divinité Ro"Go -

© Musée Henri Martin de Cahors / Expo du Quai Branly

 

A droite, sculpture antropomorphe du dieu Rao - © musée du quai Branly, photo Hughes Dubois

 

 

 

Sources :

- Tahiti tourisme

- Mangareva, panthéon de Polynésie - Musée du Quai Branly - link

- Géologie et pétrologie des îles Gambier - par R. Brousse et G.Guille - Regards / CNRS.

- Nasa Earth observatory - Mapping the decline of coral reefs - link

 

Commenter cet article

Claire de Pérignon 05/06/2016 13:41

voyez le blog : je décris sur cet article une découverte : des croquis de l'époque ancienne disant l'histoire : http://static.blog4ever.com/2015/04/801019/2016-06-article.pdf
et dans ce doc : http://iles-gambier.blog4ever.com/un-moai-et-autres-constructions-megalithiques-etranges les sommets très érodés de l'ile Akamaru qu'il serait intéressant de voir en photo en entier vue d'avion : nombreuses constructions millénaires. quelques guides nous y accompagnent par des chemins de chèvres.
merci de votre attention car là-bas personne n'ose encore en parler et les autorités françaises de la SEO en bloquent la connaissance. Claire de Pérignon juin 2016 (découverte de croquis en décembre 2011).

Articles récents

Hébergé par Overblog