Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L’historique de La Fournaise, en partie sous-marine, a pu être reconstituée par les volcanologues à partir des laves affleurant en surface et leur datation au C14 et K/Ar.

 

Le bouclier primitif : il y a environ 380.000 ans, un vaste volcan-bouclier s’édifie sur le flanc sud-est du Piton des Neiges, encore en activité. Il mettra 200.000 ans pour atteindre sa maturité. Les pentes du Tampon et de la Commune sont les témoins de ce bouclier primitif enfouis sous de coulées plus récentes.

 

La caldeira des Remparts ou la première Fournaise : la construction du premier volcan-bouclier se termine par l’effondrement d’une caldeira d’une quinzaine de km. de diamètre ; elle est datée de 180.000 ans. Seul une partie de la caldeira reste visible : le bord ouest de la rivière des Remparts, du Nez de bœuf au Piton de la ravine des Grègues, en témoigne.

 

Fournaise---carte-geologique.jpg

 

Fournaise---coupe-geologique.jpg                   Carte et coupe géologique du Piton de La Fournaise - doc. IPGP.


 

La deuxième Fournaise : entre moins 180.000 ans et moins 40.000 ans, la caldeira des Remparts se rempli de coulées basaltiques, construisant un nouveau volcan-bouclier , alimenté par deux systèmes de fissures.

L’axe 120°nord permet l’édification de grands cônes de scories, tel que le Piton rouge (150 m.de haut et 1.000 m. de large).

Un dense réseau d’intrusions, orienté nord-sud, va former les cônes de Petit île-Saint Joseph ; il préfigure les zones de faiblesse qui apparaîtront au nord et au sud des caldeiras ultérieures.

Vers moins 70.000 ans, naît la Plaine des Palmistes.

Il y a 40.000 ans, une nouvelle caldeira se creuse au sommet de la deuxième Fournaise. Plus petite que la première, son bord ouest, haut de parfois 350 m., est encore visible : c’est le rempart des Sables. Le fond de la caldeira, matérialisé par le Plaine des Sables, subit un deuxième affaissement.

 

La troisième Fournaise :  Constituée d’épanchements basaltiques, elle commence à grandir dans la caldeira des Sables, entre 30.000 et 5.000 ans.

Des intrusions magmatiques et des éruptions de surface se font suivant quatre axes de faiblesse, individualisant une zone de faiblesse en forme d’arc de cercle, concave vers l’est et passant par le sommet du volcan. Ces quatre axes préfigurent le système d’alimentation des éruptions actuelles.

Plusieurs affaissement se marquent : une fracture dans la plaine des Sables voit s’installer deux cônes : le Demi Piton et le Piton du Rond Langevin. Au sud, le Rempart de la ravine Basse Vallée naît par glissement. Il y a 4.700 ans, un effondrement affecte la partie sommitale de la 3° Fournaise, mettant fin à son édification ; il correspond au rebord ouest de l’enclos Fouqué, entre le Piton de Partage et le Piton de Bois Vert.

 

L’Enclos Fouqué actuel : quatre compartiments affaissés sont à l’origine de la caldeira polylobée de l’Enclos Fouqué, de diamètre approximatif de 8.000 m. Des injections de magma provoquent le glissement qui donnera à la caldeira sa forme ouverte en U vers la mer.

Les remparts de Bois Blanc et du Tremblet représentent les bords de ce glissement et  délimitent le Grand Brûlé, zone ainsi nommée parce que de nombreuses coulées le dévalent en brûlant la végétation sur leur passage. Vers 1500 m. d’altitude, une brusque rupture de pente datant de la construction de la 3°Fournaise ; en dessous de cette rupture et jusqu’à 500 m. d’altitude, la déclivité du Grand Brûlé devient plus forte, atteignent 40° : c’est le domaine des Grandes Pentes.

Les campagnes océanographiques ont montré que les Remparts du Bois Blanc et du Tremblet se prolongent sous le niveau marin jusqu’à la cote moins 1.000 et le glissement du Grand Brûlé se poursuit jusqu’à 20 km. des côtes et se termine par un talus constitué des matériaux de glissement, d’un volume supérieur à 24 km³.

 

eruption-la-reunion-av-2007-17.jpg     Zone sommitale du Piton de La Fournaise - Photo et annotations de L.Ferlicot

 

Avant-2006---Jennifer-greatoutdoors.jpgPiton de La Fournaise avant 2006 : vue sur les cratères Bory (à droite) et Dolomieu (au centre) avant son dernier effondrement, l'enclos Fouqué, les Grandes Pentes et l'Océan Indien - photo Jennifer_greatoutdoor.

 

L’actuel Piton de La Fournaise :

Il a commencé à s’édifier il y a moins de 4700 ans au centre de l’Enclos Fouqué, édifiant un cône de 3.000 m de diamètre basal, haut de 400 m. avec des pentes à 25°. Ponctué de cônes de scories, il est couronné par deux cratères :

À l’ouest, le cratère Bory : 375 m. sur 250m. et une vingtaine de mètres de profondeur.

À l’est, le cratère Dolomieu, de 750 m. sur 1.100 m. où s’alternent débouchages explosifs, effondrements et remplissage par le lave. Cinquante mètres au nord du Dolomieu, un évent de 10 m. de long sur 5 de large, situé sur une fissure parallèle au bord, est entouré d’une zone hydrothermalisée : La Soufrière. Cette cheminée volcanique creuse s’est créée en décembre 1964 ; le magma,qui y a séjourné en dégazant, a été drainé lorsqu’un évent s’est ouvert à altitude plus basse en donnant naissance à une cavité souterraine complexe(200m. de profondeur et 40 m. de largeur maximum).

 

Plus tard, l'analyse des éruptions et de la structure du Piton de La Fournaise.

 

Sources :

- Au coeur de La Fournaise - par Roland Bénard et Maurice Krafft - éd. Nourault/Bénard.

- Planète-Terre Lyon : photo de L.Ferlicot

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog