Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le piton de La Fournaise est l'un des volcans les plus régulièrement actifs au monde.

Ses éruptions sont relatées depuis 1644, dans les archives.  Jusqu'au début du XX° siècle, elles furent notées par les explorateurs de passage : Commerson, Bory Saint-Vincent, Maillard, Vélain ...et les observateurs locaux dont les gendarmes.

Depuis 60 ans, ce sont les volcanologues qui décrivent avec précision les éruptions : pour n'en citer que quelques uns, Bachélery, Chevalier, Ducrot, Gérente, Lacroix, Kieffer, Krafft, Vincent.

Les équipes de l'observatoire du Piton de La Fournaise ont pris le relais depuis 1980, avec une surveillance journalière.

 

equipe-OVPF-a-D.T.S.---P.B-jpg     L'actuelle équipe de l'OVPF sous la direction d'Andréa Di Muro. - Doc. OVPF

 

Les éruptions :

Elles sont en grande majorité  de type "hawaïen", devenant "strombolien en fin d'activité". Les explosions, phréatiques ou phréatomagmatiques, sont rares.

 

800px-Cendres_de_Bellecombe---Dunog.JPGLes dépôts argilisés des “cendres de Bellecombe”, particulièrement bien visibles au pied du Demi-Piton, un kilomètre environ avant le terminus de la route forestière du volcan, sont caractéristiques d'un épisode phréatomagmatique violent - photo Dunog.

 

Les coulées sont de deux types : "Pahoehoe" ("satiné" en hawaïen), lisses, souvent plissées en draperies ou cordages, ou encore "aa " à l"aspect morcelé, scoriacé, hérissé d'aspérité; ces dernières sont qualifiées ici de "gratons", à cause de leur ressemblance avec l'aspect que prend la graisse de porc bouillante lorsqu'on la jette dans l'eau froide.

 

autravail3.jpg       Echantillonnage sur une coulée pahoehoe par un volcanologue de l'OVPF.

 

colonisation-laves-coulee-2004.jpg         Coulée de lave pahoehoe de 2004, colonisée par de petites fougères.

 

coulee-aa.jpg           Coupe d'une coulée en gratons - BRGM 2005 d'après P.Lavina.


Les cônes de scories dépassent rarement les 100 mètres de haut.

 

Formica-Leo-Reunion-copie-1.JPG

Vu depuis le Pas de Bellecombe, point d'accès à l'enclos Fouqué, le cône de scories Formica Leo (éruption de 1753) présente un double cratère. photo Bouba/Th.Caro.

Sa forme en entonnoir rappelle le piège de la larve du fourmillon.


Les coulées émises atteignent jusqu'à 10 km. de longueur, véhiculée parfois au sein de tunnels de lave, liés à l'émission d'une lave fluide, de type pahoehoe, fréquemment rencontrée sur les volcans de point chaud.

La chapelle de Rosemont est située à une bifurcation des sentiers menant au Dolomieu; c'est un tunnel de lave éventré suite à une surpression qui a créé une structure creuse en piston. Elle doit son nom à Patu de Rosemont, qui s'y est abrité en 1791, mais existe au moins depuis 1768 (mention dans les écrits d'Honoré de Crémont, ordonnateur de Bourbon - ancienne dénomination de La Réunion).

 

Chapelle_Rosemont---Dunog.JPGA la croisée des sentiers, la chapelle de Rosemont dans l'enclos Fouqué - photo Dunog.


La fréquence des éruptions  sur les cinquante dernières années est d'une éruption tous les 14 mois, en moyenne.

Elles durent de quelques heures à plusieurs mois; 75% d'entre elles se déroulent en 3-4 semaines.

Les débits de lave sont de 100.000 à 200.000 m³ par jour, avec un ratio de production de 0,26 à 0,32 m³/sec.  Sur l'année, la production moyenne de lave est de 10 millions de m³.

L'activité fumerollienne est quasi inexistante, et réservée à la zone de La Soufrière et à un évent de 1977 situé au bord de la Plaine des Osmondes.

 

Les laves:

Le Piton de la Fournaise est essentiellement constitué de basalte, basalte transitionnel et tholéite.

Les plagioclases, silicates de magnésium, aluminium et sodium se présentant en plaquettes blaches millimétriques, côtoient les pyroxènes, silicates prismés de fer et magnésium, et les magnétites, grains noirs de 2-3 mm d'oxydes de fer.

Les océanites, des basaltes riches en olivine (>50% en vol.) typiques des points chauds intraocéaniques, sont abondantes... elles sont libérées lors de grosses éruptions qui drainent le réservoir magmatique superficiel, au fond duquel les lourds cristaux d'olivine se sont accumulés. Les coulées d'océanites des éruptions de 1931, 1961 et 1977 composent environ 50% du volume des laves émises entre 1930 et 1985.

 

Basalte-a-olivine.jpg                       Basalte à olivine - photo Th.Caro

 

Basanite-Dunite_bomb---B.Navez.JPG

 

Inclusion de dunite, aggrégat de cristaux d'olivine, dans un éjecta (4 cm.) provenant du piton Chisny, arraché par une remontée magmatique profonde. - Photo B.Navez.

 

Des dunites, nodules riches en gros cristaux d'olivine, ont été émises par des remontées magmatiques profondes, une dizaine de km., au niveau de cônes dans l'axe N.120° , comme le Piton Chisny dans la Plaine des Sables.

 

Piton chisny - CratèresAubertDeLaRüe - B.NavezL'un des cratères Aubert de la Rüe, qui sont les dernières bouches éruptives du piton Chisny - photo B.Navez

 

Sources :

- Au coeur de La Fournaise - par Roland Bénard et Maurice Krafft - éd. Nourault/Bénard.

- BRGM - Connaissance géologique de La Réunion.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog