Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le parc National de La Réunion, un site classé en 2010 au Patrimoine Mondial de l'Unesco :

La zone centrale du Parc Naturel de La Réunion, qui couvre plus de 100.000 hectares, soit 40% du territoire, a été classée au patrimoine, en raison de la diversité et la spécificité de ses paysages spectaculaires; S'y succèdent des forêts ombrophiles subtropicales, des forêts de brouillard, des landes, des falaises bordées par l'océan, le tout formant une mosaïque d'écosystèmes aux caractéristiques paysagères remarquables.

Les deux massifs volcaniques présentent en effet une grande variété d'escarpements, de gorges et de bassins boisés, qui servent d'habitat naturel à des plantes et animaux présentant un taux élevé d'endémisme.

 

trou-de-fer.jpg             Le fameux "Trou de fer" , vertigineux et inaccessible . Doc Réunion info.

 

Ce patrimoine vient d'être récemment menacé par les incendies sévissant au Maïdo ; le 15 octobre, on recensait près de 500 hectares de végétations endémiques brûlés.

 

mafate-maido2                                     Le site de Maïdo - cirque de Mafate

 

La Réunion est marquée par un fort taux d'endémisme :

L'endémisme caractérise la présence naturelle d'un groupe biologique exclusivement dans une région géographique délimitée. Ce concept concerne aussi bien les végétaux que les animaux.

Le "processus de spéciation", c'est à dire l'apparition de nouvelles espèces, est lié à l'isolement géographique qui favorise l'apparition de caractéristiques génétiques et/ou morphologiques. En général, on remarque que plus une île, ou une île écologique, est ancienne, plus son taux d'endémisme est élevé ; quelques exemples : Madagascar, la Nouvelle-Calédonie, les Galapagos.

 Selon la Liste rouge des espèces menacées en France de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) : « Les taux d’endémisme atteignaient 83 % pour la Réunion. Cette richesse fut en partie détruite dès les débuts de la colonisation humaine, et se sont près de 60 % des espèces réunionnaises qui ont disparu ».


Endémisme végétal surtout :

Il y aurait 160 plantes à fleurs endémiques à La Réunion, soit un taux cinq fois supérieur à celui caractérisant les Galapagos. Il serait fastidieux de les énumérer et les analyser toutes; seuls quelques exemples, caractérisés par des noms vernaculaires imagés.

 

Boehmeria_penduliflora---Bois-chapelet.JPGBoehmeria penduliflora - Le bois chapelet , une espèce pionnière. - doc. Flore de La Réunion

 

Acacia_heterophylla_--Tamarin-des-hauts.JPGAcacia heterophylla - Tamarin des Hauts - il s'épanouit dans des endroits dégagés, en raison de son besoin de lumière, entre 1200 et 2200 m. d'altitude. - Photo B.Navez.

 

fougeres-arborescentes.jpgLe groupe Cyathea , appelé localement "Fanjan", est illustré par trois espèces : Cyathea borbonica, Cyathea glauca et Cyathea Excelsa.

 

Endémisme animal :

Parmi les vertébrés, les reptiles constituent l'un des groupes le plus menacé d'extinction : sur 17 espèces de reptiles terrestres, seules trois espèces sont indigènes et endémiques; la plus menacée est le Gecko de Manapany.

 

 

Phelsuma_inexpectata_2--B.Navez.JPG

Phelsuma inexpectata - lézard vert ou gecko de Manapany, diurne et arboricole - 10 cm. - photo B.Navez.

 

 

L'avifaune comprend 8 espèces endémiques. Selon l'UICN, le quart des espèces d'oiseaux de l'île a déjà disparu, soit 13 espèces sur les 55 présentes à l'arrivée des hommes, et parmi elles onze étaient endémiques.

 

Papangue---P.Crozet.jpgCircus maillardi - Busard de Maillard, Busard de La Réunion - nom vernaculaire : Papangue. C'est le seul rapace nicheur de l'île ! - photo P.Crozet

 

TectecM.jpg              Saxicola tectes - Tarier de La Réunion - nom vernaculaire : Tec-tec.

Il a la "mauvaise" habitude de faire son nid très bas, souvent à même le sol; cette habitude, acquise avant l'arrivée de l'homme et autres prédateurs sur l'île, lui est préjudiciable. Une mesure de protection est de lui donner des nichoirs bas, sur petits piquets. Peu craintif, c'est un amateur de miettes de casse-croûte.

 

Zosterops_borbonicus_borbonicus_p1180876.jpg

Zosterops borbonicus - Zostérops des Mascareignes - noms vernaculaires : oiseau-lunettes gris, zoizo blanc. - photo D.Monniaux.

 

Les espèces invasives, qualifiées aussi de "pestes", vont de pair avec la protection des endémiques et elles nécessitent des techniques d'éradication drastiques !

Sont considérées comme telles des espèces introduites par l’homme et qui, par leur prolifération, constituent un danger pour la flore indigène ; et entrent donc tout à fait dans cette appellation, le raisin marron (rubus alceifolus), le bringellier (solanum mauritianum) ou encore le galabert (lantana camara), pour ne citer que les plus connus parmi 23 espèces répertoriées.

 

bringellier---tabac-marron---flore-La-Reunion.JPG            Solanum auriculatum - Bringellier - nom vernaculaire : Tabac marron.

 

Particularité de l'île, sans rapport avec l'endémisme ... le chikungunya.

C'est malgré tout La Réunion qui l'a mis en avant, il y a quelques années : Aedes albopictus, le moustique tigre, vecteur de la dengue et/ou du virus du chikungunya.

Le chikungunya est appelé aussi la « maladie de l'homme courbé » car elle occasionne de très fortes douleurs articulaires associées à une raideur, ce qui donne aux patients infectés une attitude courbée très caractéristique.

La transmission du virus d'un humain malade à un moustique se fait par le sang aspiré lors de la piqûre. La contamination d'un homme sain est réalisée par la salive de moustiques qui ont été infectés quelques jours ou quelques semaines auparavant.

La maladie se déclare généralement par une très forte fièvre, parfois au-delà des 40 °C, durant environ 3 jours, faisant penser à une crise de paludisme. Cette fièvre est suivie d'un érythème (éruption de boutons) et de vives douleurs des articulations clouant le malade au lit. Des complications diverses sont possibles ... et aucun traitement contre le virus n'est disponible.

 

CDC-Gathany-Aedes-albopictus-1.jpg

          Moustique tigre - doc.the Centers for Disease Control and Prevention

 

Sources :

- Cirad - Recherche Agronomique pour le développement - liste des arbres et arbustes de la forêt Réunionnaise

- Reconnaitre les fougères arborescentes de La Réunion - lien

- IUCN red list of threatened species - lien

- DIREN Réunion - Patrimoine naturel et biodiversité - lien

- Des espèces exotiques envahissantes - lien.

- Ministère de la Santé - Chikungunya

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog