Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

  Le Belem, le dernier grand voilier Français, aperçu en rade de Dunkerque après la réunion L.A.V.E.- Nord, Pas-de Calais, Picardie, - lien - est un rescapé de l’éruption de la Montagne Pelée en 1902.

 

belem---mesnil-saint-Denis.jpg                    Le Belem "toutes voiles dehors" - photo Mesnil St-Denis

 

Revenons sur les circonstances de ce désastre.

Début mai 1902, le Belem arrive en rade de Saint-Pierre, à La Martinique. Les navires y sont obligés de s’embosser les uns à côté des autres en rangs serrés … sa place a été prise par le voilier Tamaya, d’un armement Nantais. Le Belem doit aller s’ancrer dans une autre baie, le havre du Robert, de l’autre côté de l’île : cette mésaventure, qui irrite son commandant, le Capitaine Chauvelon, sauve le trois-mâts et son équipage.

 

Saint-Pierre.jpg                    La rade de Saint-Pierre de La Martinique ... avant l'éruption - photo R.Thomas

 

L’éruption du 8 mai a été précédée de signes avant-coureurs non reconnus à l’époque … d’autres en ont perçu les prémices.

Le 7 mai, le Capitaine Ferrata, commandant de l’Orsolina, décide de lever l’ancre, malgré l’interdiction de le faire sans autorisation … son bateau est déjà recouvert de cendres !  Les douanes refusent de la laisser partir, le menacent de sanctions, mais cet habitué des colères du Vésuve leur rétorque : " Qui me les appliquera ? Demain, vous serez tous morts ". Son bateau sera le seul rescapé de ceux qui mouillaient en rade de Saint-Pierre.

 

Le 8 mai, Chauvelon s’apprête à débarquer pour rejoindre Saint-Pierre à cheval et déjeuner avec le Capitaine Mahéo, quand le volcan entre en éruption. Le bruit de celle-ci et le panache de cendres qui émane du sommet attirent l’équipage sur le pont. Une pluie de cendres arrive sur le Belem … son pont se couvre de lapilli, son gréement et sa mâture sont endommagés. L’épaisse couche de cendres se transforme quelques heures plus tard sous une pluie torrentielle en une boue caustique et consistante, dure comme du mortier. (Louis Lacroix : Les derniers voiliers antillais et les voyages de forçats à la Guyane. 1945)

 

Mais à Saint-pierre, c’est l’enfer !

Une nuée ardente se rue sur la ville, la couvre, l’embrase puis roule sur la rade … rien n’est épargné.

Alfred Lacroix a étudié cette éruption en détail ; Simone Chrétien et Robert Brousse la retrace après analyse de divers témoignages dans leur livre " La Montagne Pelée se réveille "


Quelques descriptions puisées dans ce triller volcanique :

  " Vers les 8 heures, étant encore à regarder le cratère, j’en vis sortir une petite vague, suivie deux secondes après d’une nappe considérable qui mit moins de trois secondes à couvrir jusqu’à la pointe du Carbet, en même temps qu’elle se trouvait déjà à notre zénith, se développant par conséquent presqu’aussi vite en hauteur qu’en longueur (…) Au milieu de ce chaos de vapeurs pétillaient d’innombrables étincelles électriques, en même temps que les oreilles étaient assourdies par un fracas épouvantable. (…) En même temps que sur la ville de Saint-pierre et dans la direction a peu près où je savais se trouver le quartier du Mouillage, nous vîmes une colonne de feu semblant animée d’un mouvement de translation et d’un autre mouvement de rotation, laquelle trombe de feu j’estime au moins de 400 mètres de hauteur. Ce phénomène dura de deux à trois minutes. " - (Description de Roger Arnoux, membre de la Société Astronomique de France, assistant à l’éruption depuis le Parnasse, sur les hauteurs à l’est de St-Pierre)

 

8      Saint-Pierre de La Martinique ... après l'éruption. La rade est vide, la ville rasée - photo M.N.H. Paris

 

Dans la rade, la nuée boute le feu aux navires : les voiliers démâtés sombrent ou brûlent, des noyés flottent, sur un fond de brasier dominé par le volcan en éruption. Le Roddam, protégé par sa coque métallique, fait exception. Le Capitaine Freeman en fait le récit, repris par A. Lacroix : 

" La cendre brûlante balaya le navire, incendiant tout ce qu’elle touchait, pénétrant partout (…) Dans la chambre des cartes, la cendre arrivait, nous aveuglant et nous brûlant : ce fut une torture effroyable qui, durant deux minutes, sembla durer deux ans ".

 

Belem              .   Le Belem, à quai à Bordeaux - photo La Cub - Communauté urbaine de Bordeaux

 

 ... Le reste de ce(s) récit(s) palpitant(s) est à lire dans le livre de Simone, et dans l’Histoire du Belem (liens en Sources), qui poursuivit ensuite sa carrière comme yacht de luxe, puis navire-école, avant de retrouver en 1979 son pavillon français.

 

Sources :

-  La Montagne Pelée se réveille – Comment se prépare une éruption cataclysmique – par Simone Chrétien et Robert Brousse / éd. Boubée

-  Trois-mâts Belem – son histoire – link

-   Belem – 2 – Enfer en Martinique – éd. Glénat – Chasse-marée.

 

51RD8FW12NL.jpgBelem---Mt-Pelee---DK-2013.jpgA gauche, le livre de Simone Chrétien et Robert Brousse / ma Bibliothèque

 

A droite, couverture de la BD de J-Y. Delitte -

photo http://avaxhome.ws/comics

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog