Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers

Les sites géologiques remarquables ont de tout temps été occupés par les hommes, la proximité avec les volcans n’est pas en reste … et pour des raisons diverses.

 

Dans le massif central, à proximité de Clermont-Ferrand, le plateau basaltique de Corent domine l’Allier et commande l’accès par le sud au bassin fertile de la Limagne.

 

Vue_aerienne_Corent---Adcanaunos.jpg                                         Le plateau de Corent - photo Adcanaunos


Du point le plus haut du plateau, à 200 mètres au dessus des terres environnantes, le champ de vision porte par temps clair à environ 15 km., faisant de ce site un endroit stratégique.

Des traces d’occupation remontent au néolithique, à l’âge du bronze – 11 et 10° siècles avant JC – puis du fer – fin 7°-début 6° siècle avant JC ; les gaulois y vivent dans un oppidum au 2° siècle avant JC.

 

Occpation-basse-auvergne-950-800-av-JC-1.Begues-2.Gergovie.jpg

                 Occupations identifiées en Basse Auvergne au Bronze final 3 (950-800 av. J.-C.)
                                1 : Bègues, 2 : Gergovie, 3 : Corent - doc. arafa.fr

 

Ces découvertes relativement récentes ont permis de se faire une idée nouvelle sur les Gaulois :

Ces lieux stratégiques étaient reliés par des routes avant la conquête romaines … elles ont permis aux légions de se déplacer rapidement d’un point à l’autre, bien avant la construction des fameuses chaussées romaines, et de commercer avec Rome avant la conquête.

Les salaisons gauloises et le vin romain s’échangeaient.

 

Corent---fouilles-theatre---LUERN.jpg                                     Reconstitution du Corent "gaulois" - doc. 3D LUERN

A l'avant-plan, l'hémicycle d'assertion - à gauche, le sanctuaire- à droite, le marché et derrrière l'esplanade, le village.


Les fouilles menées entre 2001 et 2005 ont montré l’existence d’un sacrifice_autel-Corent.jpgsanctuaire daté de 150 à 50 avant JC. Dans une enceinte délimitée par une palissade de bois à l’origine, par une galerie sur poteaux de bois ensuite, le sanctuaire était doté d’un autel sacrificatoire de basalte (photo LUERN).

Le fossé d’enceinte a livré des témoignages d’offrandes de cette période : crânes humains, associés à des ossements d’animaux, des armes, des fibules, des perles de verre ou de cave_depotoir-Corent.jpgbronze.

Plusieurs indices convergents, attestent de la fabrication de monnaies gauloises en bronze et en argent à l'entrée même de l'enceinte sacrée.

Le sanctuaire jouait ainsi un rôle central dans la vie religieuse, politique et économique des Arvernes de la fin de l’âge du fer.

 

Au pied de l’oppidum, un espace muséographique – "la cave de Luern" -   regroupe des amphores ; il porte le nom du roi Arverne Luern(os), connu au 2° siècle avant notre ère pour les festins organisés pour ses sujets.

 

cave-Luern.jpg                                Corent - espace muséographique "la cave de Luern" - doc. LUERN


On y a retrouvé de la vaisselle métallique, des coupes en argile provenant de Délos, ou en verre venant de Syrie … ce qui confirme les relations commerciales entre la Gaule et la Méditerranée.

 

Histoire géologique :

L’histoire du puy de Corent se décline en deux périodes :

france-a-oligocene.jpg1.  un lac occupe ce territoire à l’oligocène (34 à 23 Ma)… l’érosion des terrains cristallins entraîne le dépôt des arkoses, ensuite de calcaires et de marnes, avec u peu de gypse. La région est exondée à la fin de l’Oligocène.

 

Situation schématique de La Limagne à l'oligocène

doc. Ademir Commercy


2. L’ascension du magma basaltique se fait dans le bassin de La Limagne, alors en milieu lacustre.

Les violentes explosions phréatomagmatiques morcèlent la lave en granules, tandis que les sédiments de l’oligocène pulvérisés s’y mêlent intimement. Le matériau formé, la pépérite, se dépose pour former un anneau de tuff. Puis le magma ne rencontre plus d’eau : un cône strombolien se forme et une coulée de basanite s’épanche … cette éruption du puy de Corent est datée de 3 Ma.

Finalement, l’érosion va modeler le fond de la vallée et créer un relief inversé. La couverture de lave, très résistante, permet la conservation de séries sédimentaires ou d’appareils phréatomagmatiques recouverts.

 

Corent_Puy_de_Corent_plateau_en_vue_aerienne2_JP_Brun.jpg Corent - la cité actuelle et le plateau de Corent, avec une partie lacustre - photo JP. Brun / CEN Auvergne

 

L’ensemble des sédiments affleure à l’heure actuelle sur une épaisseur de 170 mètres des bords de l’Allier jusqu’à la base de la coulée formant le sommet du plateau.

Les pépérites du versant sud-ouest ont un faciès poivré typique, avec des fragments centimétriques de basanite criblant un ciment marno-calcaire.

La table sommitale du plateau de Corent fait 1500 mètres de long, sur 500 mètres de large. Sa partie sud-ouest est surmontée par un cône de scories égueulé dominant le plateau de 80 mètres.

 

En face du plateau de Corent, et dans le même contexte volcanique, se trouve le plateau de Gergovie, analysé précédemment - link

 

Sources :

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - par M. Krafft et F.de Larouzière - éd. Delachaux et Niestlé

- LUERN - Laboratoire Universitaire d'Enseignement et de Recherche en archéologie Nationale - Fouilles de Corent - link

- Archéologie en Auvergne - L'Auvergne de l'âge du bronze

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog