Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le lac de lave présent depuis 1927 a connu deux épisodes dramatiques de vidange totale : en 1977 et 2002.

 

Sous le poids considérable du lac de lave, dont le niveau n'a par contre jamais atteint le bord du cratère, les parois du cratère cèdent, se fissurent et libèrent la lave provoquant la vidange rapide du lac.

 

10.01.1977 - M.Kraftt                   Coulées de lave et éruption du 10 janvier 1977 - doc. archives Maurice Krafft.

 

1977-M.Kraftt--laves-pahoehoe.jpg                                         Laves fluides pahoehoe - photo archives Maurice Krafft.


En 1977, une éruption fissurale vidangea le lac : une lac extrêmement fluide, dont les coulées atteignirent 100 km/h., recouvrit une vaste zonede 20 km², causant la mort d'une centaine de personnes. Suite à la vidange de 22 millions de m³ en moins d'une heure, un effondrement se produisit dans le cratère; de l'eau d'infiltration rencontra le magma et s'en suivit une violente explosion hydromagmatique. Le panache de vapeur et de cendres atteignit 11 km. de hauteur.


cratere-1982.png 

Evolution du cratère entre mai et juillet 1982 selon des doc. de M.Zana (encadré) et M.Krafft (autres) - en haut à gauche : en mai 1982, les restes de la plate-forme avant l'éruption - en haut à droite : le 26 juin, tris évents dont un sbmergé par un petit lac (A) en partie recouvert d'une croûte - en bas à gauche, le 3 juillet : les évents sont submergés et des fontaines de lave et des fumeroles visibles - en bas à droite, le 23 juillet : le lac est presque entièrement recouvert d'une croûte.

 

Le lac est réapparu en juin 1982, mais en octobre, il était déjà solidifié.
En 1994, l'activité se manifesta à nouveau sans observations directes, les guerres ethniques provoquant l'instabilité dans la région et l'installation de milliers de réfugiés au pied du volcan.

Aux environs du 14 juillet , un panache dense de gaz et vapeur est visible de Goma durant 4 jours; et en août, un panache modéré est signalé les 20, 21 et 24 (Ch.Balagizi)

Suite aux observations d'un volcanologue italien resté sur place, on apprit qu'en novembre 1994, un cône haut de 50 m. s'était édifié dans le cratère; celui-ci avait libéré deux coulées, formant un petit lac de lave dans le cratère.  

 

Entre mars et avril 1995, de grandes fontaines de lave apparurent. Le cône initial disparut pour céder la place à une cavité. Un volume de lave estimé à 56 millions de m³ s'accumula entre avril et août.

 

En août 1996, un croquis de Chris Weber montre le plancher du cratère avec un lac de lave refroidi, à 275 m. sous la lèvre du cratère (4), deux spatter cones (1-2), une petite plate-forme à 175m. sous la lèvre du cratère (3) et un dyke (5).

 

08.1996-C.Weber.png

 

Le 17 Janvier 2002 : une forte éruption tua 147 personnes, 60.000 perdirent leur maison et selon les Nations-Unies, environ 250.000 personnes furent déplacées suite à cette éruption.

Dans une interview à TF1, Jean-Louis Cheminée, responsable de l'IPGP, rapporte : " tout a commencé par une activité assez forte dans le cratère du volcan : des rougeoiments, une sismicité importante et des ouvertures de fissures d'où sont parties des coulées de lave". Ces ouvertures situées sur les 2/3 inférieurs du Nyiragongo sont importantes : "elles atteignent 10 km. de long, et 200 m. de large, provoquant des rejets de 1 mètre de hauteur" ajoute-t-il, rapportant les observations de Jacques Durieux. 
Deux flots de lave s'avancèrent à des vitesses nettement moindre qu'en 1977 - 2 à 3 m./min, soit 0,2 km/h. - l'un en direction de l'aéroport , l'autre vers Goma, touchant 13% des quartiers de la ville, pour atteindre finalement le lac Kivu. . De nombreux séismes furent associés à l'activité éruptive. Une subsidence allant de 5 à 50 cm. près du lac fut mesurée par J.Durieux, D.Garcin et le UN-OCHA team.

 

2704nyi1.jpg

Carte de l'équipe Franco-Britannique détaillant le chronologie de l'éruption du 17 janvier 2002. - in GVP

 

2703nyi2.png

Diagramme de subsidence entre le 28.01 et le 04.03.2002 montant l'importance du phénomène dans la zone de Goma.

Doc. équipe Franco-Britannique  Jacques Durieux-Dominic Garcin.

 

a nyiragongo lave in goma 2002

                                       Goma envahie par les coulées de lave - photo AFP 2002

L'éruption des 17-18 janvier 2002 a produit une fissure à proximité du village de Monigi. Ce dyke, large de 60 à 80 cm., présente une enveloppe refroidie à l'aspect de tunnel de lave ... la lave très fluide en a été drainée vers le sud en direction de Goma.

 

18                           Photo by Jean-Christophe Komorowski. Courtesy of the French-British team.

 

01.2002 - Monogi - KomorowskiFissures et dégâts causés au village de Monigi - Photo by Jean-Christophe Komorowski. Courtesy of the French-British team.

 

Depuis novembre 2002, le lac de lave est devenu permanent et on peut chaque jour observer un panache de gaz et une lueuer rouge au cratère du Nyiragongo.

Par périodes, l'activité se fait plus intense et c'est ainsi qu'on peut mesurer des concentrations de dioxyde de soufre égales à 50.000 tonnes/jour en novembre 2004

 

23.05.2003 G.V.O.    Un fort dégazage empêche une bonne vision du lac de lave le 23.05.2003 - photo Goma Volcano Observatory.

 

En mai 2006, un débordement du lac de lave crée une nouvelle terrasse. Le niveau de la lave baisse ensuiteet se stabilise, dégageant un cratère-puit (pit crater) aux parois abruptes.

 

23.07.2006 rare vue claire du cratère vu de terrasse rive

Vue exceptionnellement claire du cratère le 23.07.2006 - avec l'aimable autorisation de Marco Fulle / Stromboli on line -  un clic sur la photo vous emmène vers d'autres de ses expéditions en 2006.

On y distingue bien les différents niveaux du lac de lave - le plus haut atteint en 1977 à 170 m sous la lèvre du cratère - la seconde plate-forme à 270 m. sous la lèvre, niveau de 2002 . Le fond du cratère est à la côte moins 450 mètres.

23.07.2006 fron S M.FulleLes parois du cratère dégagées par le bas niveau du lac de lave - 23.07.2006 avec l'aimable autorisation de Marco Fulle / Stromboli on line.

 

La lave du Nyiragongo est une néphélinite, type de lave à haute concentration en éléments alcalins, sodium et potassium. Elle tend à être "aphanitique", sans cristaux visibles à l'oeil nu. A l'observation microscopique, on peut découvrir : de la néphéline, du clinopyroxène, de l'olivine, des oxydes de fer et titane, des feldspar et de la leucite.

 

Le lac de lave et un "oeil ouvert" sur une colonne magmatique en relation directe avec la chambre magmatique située à 14 kilomètres sous le volcan.

 

model-NY2.jpgVision schématique de l'alimentation magmatique des volcans de la branche ouest du rift est-africain - NY pour le Nyiragongo

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Nyiragongo monthly reports

- Guide des volcans - de M.Rosi & al. - Delachaux et Niestlé.

- Carn S. A. Eruptive and passive degassing of sulphur dioxide at Nyiragongo volcano ( D.R.Cngo): the 17 january 2002 eruption and its aftermath, Acta Vulcanologica. Vol. 14(1-2).2002 / transmis par charles Balagizi.

- un reportage de BBC World sur le volcan et le travail de l'Observatoire Volcanologique de Goma / J.Durieux

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog